001

L'histoire : Alors que Flip Balfour, la fille d'un banquier d'Édimbourg, vient de disparaître, un minuscule cercueil en bois est retrouvé sur la propriété familiale. Pendant que Rebus s'intéresse à des cercueils identiques exposés au Museum of Scotland, la constable Siobhan Clarke planche sur les énigmes proposées par un mystérieux Quizmaster, contact de Flip sur Internet. La police s'interroge : quel est le lien entre Quizmaster et d'autres meurtres commis dans la région entre 1972 et 1995 ? Aux prises avec ses démons personnels, Rebus joue contre sa hiérarchie avec une obstination quasi suicidaire. La ville d'Édimbourg, sa beauté ténébreuse, son histoire - en particulier celle de la chirurgie - et son passé sanglant lui disputent le premier rôle.

La critique de Mr K : C'est toujours avec une belle envie que je rentre dans une aventure de l'inspecteur Rebus. L'été d'ailleurs se prête bien à la lecture de cette série littéraire policière qui conjugue immersion réaliste et érudite dans l'Écosse d'aujourd'hui et enquêtes policières à rebondissement. Sans compter les innombrables personnages que nous retrouvons d'un volume à l'autre avec à la clef des révélations sur leur passé et leur évolution. La Colline des chagrins n'échappe pas à la règle comme vous allez pouvoir le lire, on y retrouve tous les bons ingrédients qui font de Ian Rankin l'un des meilleurs écrivain dans son genre.

Rebus et toute l'équipe de St Leonard se retrouvent confrontés à la disparition d'une riche héritière dans le style "jeune fille pourrie gâtée". Seul indice, un mystérieux cercueil de taille réduite contenant une poupée. Très très mince pour pouvoir deviner ce qui s'est déroulé si ce n'est que des artefacts de ce type ont déjà été retrouvés dans le passé et à chaque fois en lien avec une disparition ou un meurtre. Rien de réjouissant donc pour la famille et pour les forces de l'ordre qui vont tout faire pour retrouver Philippa Balfour. En parallèle, Rebus et consorts découvrent que cette dernière jouait à un jeu d'énigmes sur internet mené par un certain Quizmaster. Siobhan Clarkhe, l'héritière de Rebus en quelque sorte, va décider de jouer à son tour et cela va la mener très loin, et surtout au plus près d'un être dérangé. La partie ne fait que commencer !

Autant vous le dire de suite, j'ai adoré cette enquête de Rebus. Les 625 pages de ce volume se lisent d'une traite et il est très difficile de relâcher le livre tant on est pris par l'histoire, les personnages et les lieux décrits. C'est la grande force de Rankin, ancrer son histoire dans une réalité non altérée, sans fioritures ; proposer des personnages ciselés et attachants et manier le suspens et les révélations avec une dextérité de maître de l'écriture. On alterne découvertes macabres, interrogatoires tendus, coups à boire au pub, soirées intimistes, points d'Histoire et de culture écossaise. Une certaine idée du bonheur de lecture en quelque sorte !

On retrouve un Rebus une fois de plus au fond du trou : seul et aux prises avec son démon de l'alcool. Toujours en conflit avec sa hiérarchie (gros changement dans les effectifs historiques d'ailleurs dans ce volume, bye bye "Le paysan"), il peut cependant compter sur des amis et des collègues sûrs que nous prenons plaisir à retrouver une nouvelle fois. Ils ne seront pas de trop pour contrer les manières bourrues et peu orthodoxes de John Rebus toujours aussi charismatique et poignant parfois. J'aime le bonhomme, sa philosophie de vie, son érudition d'homme du peuple et sa propension au sacrifice. Dans ce domaine, il fait d'ailleurs très fort dans ce volume de ses aventures. J'ai déjà hâte de lire la suite (qui m'attend d'ailleurs dans ma PAL) pour savoir quel va être son devenir avec Jean notamment, la belle conservatrice du musée d'Edimbourg, en savoir plus aussi sur Sammy sa fille handicapée (peu ou pas évoquée dans La Colline des chagrins) ou encore enfin découvrir davantage de choses sur son passé militaire et ses relations difficiles avec son père. Mais sachons être patient, Ian Rankin n'aimant rien moins que distiller les infos avec une parcimonie de bon aloi suscitant intérêt et curiosité.

Tout autour du bon inspecteur gravite une galaxie de personnages secondaires toujours aussi accrocheurs et vivants. On retrouve avec plaisir les jeunes pousses en devenir du poste de police avec leurs préoccupations quotidiennes quant à leur carrière et leur vie sentimentale, des inspecteurs promus super-intendants (équivalent écossais d'un commissaire) et tâtant leurs nouvelles prérogatives (Sacrée Gill Templer !). Beaucoup se livrent davantage qu'à leur habitude et leurs atermoiements respectifs concernent une bonne moitié de l'ouvrage. Loin de délayer l'ensemble, il l'enrichit, le diversifie et l'humanise profondément. Les nouveaux personnages ne sont pas en reste avec notamment un journaliste bien teigneux et haïssable dans son absence totale de déontologie (oui, je suis naïf, aujourd'hui c'est monnaie courante quand on recherche le "buzz" à tout prix), un retraité de la médecine légale obsédé par son passé perdu et adepte de la collaboration avec la police, des notables d'Edimbourg détestables dans leurs manières cachant de sombres secrets... On partage des instants de vie avec chacun, révélant les liens sociaux et culturels d'une Écosse trop méconnue malheureusement.

Cette Écosse, Ian Rankin grand amateur de rock devant l'éternel (les références sont multiples dans chaque ouvrage) nous la dépeint avec le talent qu'on lui connaît trop bien. Chaque description est saisissante et en fermant les yeux on s'imagine très bien dans tel pub enfumé, au bord de tel Loch ou encore dans tel quartier populaire en décrépitude. Franchement on en redemande et plus le temps passe avec les lectures de Rankin et plus je me dis qu'il va falloir sérieusement que nous envisagions un voyage en Écosse Nelfe et moi. L'immersion est une fois de plus totale, sans effusions d'aucune sorte et artifice gratuit, la vie seulement dans son apparente tranquillité mais sa redoutable complexité quand on explore et fouille les âmes de chacun.

Au final, une lecture une fois de plus jouissive et prenante : l'enquête est haletante (la conclusion m'a surpris encore une fois), le développement des personnages est toujours aussi malin et complexe, et le voyage en Écosse se révèle toujours fascinant. Une bien bonne lecture dans la lignée de la série Rebus qui décidément reste un cas à part et terriblement addictif dans la littérature policière. Chapeau bas l'artiste !

Egalement lus et chroniqués au Capharnaüm éclairé :
"Nom de code: Witch"
"Le fond de l'enfer"
"Rebus et le loup-garou de Londres"
"L'Étrangleur d'Edimbourg"
"La Mort dans l'âme"
"Le Jardin des pendus"
"Causes mortelles"
- "Du Fond des ténèbres"