Rebus-et-le-loup-garou-de-LondresL'histoire: Un tueur en série sème la terreur à Londres. Parce que sa première victime a été retrouvée dans Wolf street (rue du Loup), parce qu'il laisse une morsure sur le ventre des femmes qu'il assassine, la presse l'a baptisé le Loup-Garou.
Désemparée, la police londonienne fait appel à l'inspecteur John Rebus en qui elle voit, depuis l'affaire de L'Étrangleur d'Édimbourg, un expert ès tueurs en série. L'Écossais plonge alors dans l'univers de la métropole, avec ses métros bondés et ses quartiers dangereux.
Fidèle à lui-même, Rebus ne se fait pas que des amis dans la police londonienne et manque d'être renvoyé à Édimbourg. Quand une jeune et séduisante psychologue propose de réaliser un profil du tueur, l'occasion est trop belle pour qu'il la refuse. Toujours adepte des méthodes peu orthodoxes, il cherche encore à provoquer l'assassin. Celui-ci semble néanmoins garder une longueur d'avance sur la police.
Meurtre après meurtre, le Loup-Garou, rattrapé par sa folie, sombre peu à peu dans une spirale destructrice qui menace d'emporter Rébus et sa jolie – mais pas si innocente- psychologue...

La critique de Mr K: C'est avec un grand plaisir que je suis retourné dans l'univers de Rankin et dans la peau de son personnage fétiche: John Rebus, inspecteur écossais (ici en exil londonien) au caractère bien trempé et à la descente de pinte impressionnante! Il est ici confronté à un serial killer fort retors qui va lui donner bien des difficultés avant de bien vouloir se faire attraper!

D'emblée au bout d'un chapitre, le lecteur est transporté à Londres ce qui est nouveau quand on pratique un peu Rankin. En effet, son héros est écossais jusqu'au bout des ongles et je n'ai pu m'empêcher de sourire à l'idée de le voir déambuler dans la Capitale! Ce ne sera pas de tout repos pour lui car en plus des obstacles qu'il va rencontrer dans l'enquête pure, il va devoir conjuguer avec ses collègues londoniens et certains sont bien plus hostiles qu'ils ne devraient l'être. Cela donne lieu à des scènes mémorable où Rebus va rembarrer copieusement certains médisants.

L'enquête en elle-même est bien menée. Régulièrement, un court chapitre nous permet de nous introduire dans l'esprit malade du forcené. Ces passages vous glacent le sang et permettent vraiment de se faire une idée très précise du psycopathe qui sème la terreur à Londres. Comme dit précédemment, Rebus est égal à lui-même et reste toujours aussi attachant de par les fêlures de la vie. Ainsi, dans ce volume, on fait la connaissance de son ex-femme et de sa fille avec qui il a de gros soucis de communication. Son histoire personnelle va d'ailleurs se confondre avec l'enquête à un moment. Les personnages secondaires sont savoureux: l'ancienne famille de Rebus est décrite avec justesse et pudeur, les rapports ambigus qu'il entretient avec son homologue londonien m'ont aussi beaucoup plu entre méfiance et respect mutuel, la jeune psychologue sexy derrière un écrin classique cache un secret qui change la donne...

Les pages défilent à tout va et petit à petit la lumière se fait sur le mystérieux tueur et ses motivations. Le suspens est à son comble jusqu'au dénouement qui vient nous cueillir sans qu'on s'en rende vraiment compte. Décidément, Rankin fait mouche à chacun des livres que j'ai pu lire de lui. Si vous aimez les flic décalés, les histoires de famille compliquées, les frictions entre services de police, les tueurs machiavéliques, ce livre est pour vous!

Lu et chroniqué au Capharnaüm éclairé:
- "Nom de code: Witch"
- "Le fond de l'enfer"