ianrankin jardindespendus

L'histoire: Le Gros Cafferty, chef de la pègre d'Édimbourg, est sous les verrous. Mais d'autres malfrats veulent profiter de l'opportunité pour s'emparer de ce juteux territoire. Faut-il laisser les loups se dévorer entre eux? L'inspecteur Rébus n'est pas loin de le penser. Pourtant, lorsque sa propre fille se fait écraser par un chauffard et qu'une jeune Yougoslave échappée d'un réseau de prostitution demande sa protection, Rébus n'a plus le choix… Entre secrets d'État et criminalité organisée, l'inspecteur va mener l'enquête la plus éprouvante de sa carrière.

La critique de Mr K: Qu'il est bon de replonger dans le Edimbourg crépusculaire cher à l'inspecteur Rébus et à Ian Rankin. Ça faisait déjà un an que je n'y étais pas retourné, mauvais lecteur que je suis! Heureusement, un hasard heureux a voulu que je réussisse à dégoter le présent volume qui me permettra de faire le lien avec trois autres romans qui se suivent. Ce Jardin des pendus est en plus précédé d'une excellent réputation sur la blogosphère et auréolé du Prix du meilleur Polar étranger du festival de Films policier de Cognac en 2003. Inutile de vous dire alors que je partais très optimiste et que je n'ai pas été déçu.

Le sort s'acharne sur Rébus dans cette enquête multiforme. Il n'a pas le temps de se féliciter d'avoir mis derrière les barreaux le chef de la pègre d'Édimbourg (Cafferty) que déjà des bandes rivales placent leur pions pour essayer de grignoter le territoire laissé à l'abandon: intimidations, coups de force, apparition de nouveaux trafics (drogue, prostitution) et même des yakuzas japonais qui semblent s'intéresser à ce marché en devenir que représente l'Écosse. Rajoutez à cela sa fille victime d'un accident, plongée dans le coma et un personnage énigmatique, accusé de crime contre l'humanité qui coule une retraite paisible en Écosse et vous vous retrouvez face à un roman très dense ou notre pauvre inspecteur déjà bien abîmé par la vie va devoir affronter ses limites, sa morale et sa hiérarchie.

Dense et long (environ 500 pages), ce roman ne s'en lit pour autant pas plus lentement tellement le lecteur est pris en otage par le sens du suspens et du récit de Rankin. Rébus reste fidèle à lui-même, à la différence qu'il est en plein sevrage alcoolique (son gros souci récurrent). Cela le montre plus fragile, plus alerte aussi en terme de ressenti et nous le rend encore plus sympathique. C'est véritablement le monde qui s'effondre lorsque Sammy (sa fille) se retrouve entre la vie et la mort. Pourtant, comme à son habitude, il se réfugie dans le travail, se cache derrière ses responsabilités au mépris de ses proches (son mariage raté ne lui a pas servi de leçon). Il peut cependant compter sur son ami Jack qui l'a aidé à arrêter la boisson et sur la charmante Patience, une ancienne amante pour qui il garde une tendresse particulière -elle aussi d'ailleurs-. Rankin au détour de ce volume nous livre une clef de la psyché de son héros à travers un événement peu reluisant de sa jeunesse, du temps où il appartenait encore à l'armée anglaise. Mise en perspective avec toutes mes lectures précédentes, cela donne encore plus de relief à ce personnage si complexe et torturé. Vous lirez dans ce volume des passages d'une grande tristesse et la mélancolie s'installera durablement, croyez-moi.

On explore une fois de plus une Écosse peu reluisante. On fait connaissance notamment avec une bande de jeunes loups aux dents longues ne reculant devant rien pour se faire une place au soleil. Cela donne une galerie de personnages peu recommandables se croyant au dessus des lois et totalement désinhibés. On se prend à s'agacer puis à s'énerver face à ces petites frappes qui n'hésitent pas à narguer la police. On retrouve aussi des gros poissons du crime organisé qui manipulent à la fois ces jeunes pousses et la police. Cette dernière ne lâche pour autant pas le morceau, patauge pas mal et finira (grâce à Rébus) à prendre les malfrats à leur propre piège. Peu de place pour l'espoir donc dans ce roman avec un héros qui accuse le coup et des malfaiteurs bien retors. Reste quelques passages obligés au pub pour un peu de chaleur et encore…

Plusieurs trames se chevauchent et s'entrecroisent dans cette enquête aux ramifications nombreuses et parfois étonnantes. Loin de se contenter de recettes éculées, Rankin s'amuse à multiplier les fausses pistes. Le lecteur est donc régulièrement égaré puis repris par un énième rebondissement qui semble mener Rébus à la solution. Cette dernière n'arrive finalement qu'au dernier instant, de façon lapidaire et brutale. Rien à redire, l'effet est garanti et l'amateur que je suis à encore été conquis. Vous l'avez compris, quitte à me répéter, il faut lire Rankin pour son talent d'écrivain policier vraiment efficace et son humanité qui se traduit en premier lieu par l’inspecteur Rébus au charisme incroyable et intact.

Lu et chroniqué au Capharnaüm éclairé:
"Nom de code: Witch"
"Le fond de l'enfer"
"Rebus et le loup-garou de Londres"
- "L'Étrangleur d'Edimbourg"
- "La Mort dans l'âme"