Cafards at home

mercredi 4 mars 2015

"Replay" de Ken Grimwood

replayL'histoire : En ce 18 octobre 1988, Jeff Winston se trouve dans son bureau new-yorkais, et écoute sa femme lui répéter au téléphone : "Il nous faut, il nous faut..." Il leur faudrait, bien sûr , un enfant, une maison plus confortable. Mais surtout parler. A coeur ouvert. Sur ce, Jeff meurt d'une crise cardiaque. Il se réveille en 1963, à l'âge de dix-huit ans, dans son ancienne chambre à l'université. Va-t-il connaître le même avenir ? Non, car ses souvenirs sont intacts. Il sait qui va gagner le prochain Derby, et ce qu'il en sera d'IBM et d'Apple... De quoi devenir l'homme le plus puissant du monde, jusqu'à... sa deuxième mort, et qu'une troisième, puis une quatrième vie commencent...

La critique Nelfesque : Voilà un des bouquins qui m'a accompagnée en Thaïlande, un petit roman SF, alors qu'à la base, c'est plus la came de Mr K. Qu'importe cela faisait longtemps que "Replay" était dans ma PAL et j'avais envie d'une histoire peu commune pour m'accompagner à des milliers de kilomètres.

Des milliers de kilomètres, c'est un peu ce que va parcourir Jeff Winston. Des milliers de kilomètres et des espaces-temps différents. Comme voyage, on fait pas mieux ! Comme flippe non plus ! Imaginez-vous dans une journée banale, décrocher votre téléphone nonchalamment et vivre vos derniers instants. Du moins dans cette vie là puisqu'une nouvelle occasion vous ai donné de recommencer votre vie depuis le début.

De belles opportunités certes, l'occasion d'être richissime grâce à de bons placements mais aussi une vie complètement différente où tout reste à construire et tout est à conquérir, à commencer par le coeur de sa moitié si tant est que vous étiez heureux avec elle dans votre précédente vie. C'est tout cela que va vivre Jeff sous la plume de Ken Grimwood. Désappointement, stimulation, exaltation, richesse mais aussi déception, solitude et abattement par moment. Car qui est-on vraiment quand tout ce que l'on a bâti au fil des années disparaît dans un souffle ? Qu'est ce qui définit vraiment l'homme et qu'en reste-t-il lorsqu'il n'est plus ?

"Replay" est un roman étrange et familier à la fois. Nous suivons Jeff dans des moments de sa vie que nous avons tous vécu : les études, les premiers flirts, le quotidien au travail, le rapport aux autres... Puis vient le moment des questionnements lorsqu'on se demande ce que l'on ferait à sa place. Choisir d'investir et devenir riche ? Refaire sa vie à l'identique ? Mais le battement d'ailes d'un papillon peut déclencher une tornade à l'autre bout du monde et chaque choix fait dévier le cours d'une vie...

J'ai lu ce roman avec beaucoup d'intérêt et curieuse de voir comment Jeff réussirait à mener sa barque dans ses nouvelles existences. Je nourrissais également le secret espoir de le voir retomber sur ses pattes et retrouver le cours de sa vie passée car bien des choses seraient différentes après autant d'expériences nouvelles. Sur la fin j'ai ressenti un petit pincement au coeur. Une petite déception sur les choix narratifs de Ken Grimwood ou triste de quitter Jeff, personnage auquel je m'étais attachée ? Sûrement un peu des deux car "Replay" est un roman pour lequel on ne peut qu'avoir de la tendresse.

Roman de science-fiction mais aussi un vrai questionnement sur la vie, je vous conseille cette lecture que vous soyez ou non versé dans ce style littéraire. Vous n'êtes pas au bout de vos surprises...

Posté par Nelfe à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 3 mars 2015

Challenge "Destockage de PAL en duo" V2

La première cession du challenge "Destockage de PAL en duo" avec ma copinaute faurelix s'étant très bien déroulée (d'ailleurs il n'y avait pas de raison qu'il en soit autrement), nous avons décidé de poursuivre l'aventure ensemble sur toutes les prochaines éditions de ce chouette challenge imaginé par Zina et Licorne. On est comme ça nous : des guedins !

Le principe est simple. L'expérience binôme dure 3 mois, c'est le temps que nous avons pour farfouiller dans la pal de l'autre et trouver sa prochaine lecture. Mais attention, pas n'importe quelle lecture, nous présenterons à notre partenaire 2 livres ayant un thème commun (qui sera changé tous les 3 mois).
Notre partenaire aura donc le choix entre ces deux lectures, ou les deux s'il le souhaite …

Pour ce second trimestre, le thème indiqué est : UN CLASSIQUE

destockage de PAL classique

Aïe aïe aïe branle-bas de combat dans notre binôme plutôt versé dans le contemporain et le thriller... Bon bon pas de panique, dans nos PAL respectives il y a bien moyen de dégoter 2 classiques ! Après avoir envisagé de détourner les consignes à notre avantage, nous avons finalement suivi les règles. Rebelles certes mais y a des limites...

Seconde mission : du 1er mars 2015 au 31 mai 2015 !
ORDRE DE MISSION : LIRE UN CLASSIQUE

---------------------------------------------

Pour cette mission, faurelix et moi nous voyons attribué le nom de code "Les Clefs de BZH". Rien que ça !

Après avoir fouillé dans sa PAL, voici les 2 romans que je lui propose de lire :

- "La Pierre et le sabre" de Eiji Yoshikawa, un titre que je ne connais absolument pas mais qui fleure bon le Japon et a le mérite de s'éloigner des classiques prévisibles...

la pierre et le sabre

- "Le Tour du monde en 80 jours" de Jules Verne parce que j'ai vu la pièce de théâtre à la sauce déjantée à Paris et que je l'ai adoré et parce que Jules Verne est un auteur qui compte au moins un adepte au Capharnaüm éclairé.

jules verne 80 jours

---------------------------------------------

De son côté, faurelix a choisi pour moi les deux romans suivants :

- "Notre-Dame de Paris" de Victor Hugo illustré par Benjamin Lacombe parce qu'elle adore cet illustrateur et que je pourrais en prendre plein les yeux... et parce que du coup on mélange classique et modernité, et ça, elle aime bien !

notre dame

- "Les Hauts de Hurlevent" d'Emily Brontë parce que du haut de ses 13-14 ans, elle avait adoré !

hauts de hurlevent

Comme c'était un cadeau de Mr K pour mon anniversaire, que j'adore moi aussi cet illustrateur et que j'ai déjà mis bien trop de temps à le sortir de ma PAL, je vais choisir "Notre-Dame de Paris" de Victor Hugo illustré par Benjamin Lacombe !

Pour découvrir le choix de faurelix, je vous laisse vous rendre sur son blog. Si ce challenge vous plait, n'hésitez pas à vous y inscrire. Plus on est de fous, plus on rit ! Bonnes lectures !

Posté par Nelfe à 19:21 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 2 mars 2015

"Étoiles, Garde à vous! (Starship Troopers)" de Robert A. Heinlein

9782290332238

L'histoire: La grande guerre atomique de la fin du XXème siècle a réduit le monde au chaos. Pour maîtriser les hordes barbares nées du désordre, les survivants durent remettre leur sort entre les mains de l'armée. Un siècle plus tard, la civilisation, arrivée à l'âge des étoiles, demeure dirigée par les militaires.

La fleur au fusil laser, Juan Rico s'engage le jour de ses dix-huit ans dans l'Infanterie Spatiale, un des plus prestigieux corps d'armée. Il ne sait pas quel sort terrible attend les soldats qui, sur les mondes lointains, affrontent les armées Arachnides... 

La critique de Mr K: Retour sur une lecture d'un monument de la SF selon beaucoup d'amateurs du genre. Personnellement, je n'en ai entendu parler qu'après avoir vu l'adaptation de Verhoeven, mélange subtil de dénonciation cynique d'un ordre militaire et combats sanglants et endiablés contre de sacrées bébêtes intersidérales. Il était donc temps que je me fasse ma propre idée sur l'ouvrage d'origine trouvé une fois de plus au hasard d'une pérégrination de chineur obsessionnel. 

Juan Rico, fils de bonne famille décide de s'engager quitte à décevoir ses parents qui le vouait à un brillant avenir. Mais voilà, la propagande a fait son chemin dans la tête du jeune homme et l'infanterie mobile lui fait miroiter le statut de Citoyen et la possibilité de vivre l'aventure avec un grand A. Il faut dire aussi qu'il n'est pas assez doué pour devenir pilote de vaisseau ou chercheur en nouvelle technologie... On suit alors sa progression dans l'armée depuis son entraînement de base pour jeune troufion décérébré à son arrivée dans l'univers des officiers. Et oui, vous l'avez bien lu, peu ou pas de baston contre les Arachnides dans ce livre, plutôt la description du cursus d'un homme lambda qui va monter en grade et savoir saisir les occasions qui se présentent à lui. 

Honnêtement la première partie du roman fait furieusement penser à la première heure de Full metal jacket de Kubrick. Un chef épouvantable semble avoir été nommé pour torturer de multiples façons des jeunes recrues qu'il a en charge. Les endurcir, tester leur résistance, séparer le bon grain de l'ivraie... rien ne leur est épargné. La camaraderie leur permet de surpasser cela mais il y a tout de même des morts et des humiliation terribles. La pression se relâche une fois cette première étape passée. C'est alors l'heure des premières missions où la déception pointe son nez chez le lecteur. En effet, on attend un peu à ce que ça défouraille sec, que l'on ait droit à des descriptions de l'ennemi et sa capacité à agir mais il n'en est rien, le héros-narrateur éludant les passages de pur affrontement en expliquant que c'est trop rude à raconter... Tout cela pour revenir à d'autres passages montrant Juan Rico allant à l'école des officiers et devant surpasser d'autres difficultés. Mouais... pas terrible comme perspective. 

Je pense que pour lire ce livre, il faut être fan de l'environnement militaire pur et dur ce qui n'est vraiment pas mon cas. Alors on me dira, oui mais Mr K c'est pour mieux dénoncer un monde autoritaire dominé par l'armée. L'argument est faible à mes yeux vu le peu de profondeur de la réflexion proposée par un auteur certes talentueux la plume à la main mais loin d'être aussi fin qu'un K.Dick, qu'un Simak ou encore qu'un Silverberg. L'ensemble se lit tout de même assez bien mais il ressort une impression de platitude et d'avoir perdu son temps. Étonnamment pour la première fois, je peux crier haut et fort que la version cinéma est supérieure au livre! 

Ce livre se révèle donc totalement dispensable pour tout gros amateur de SF qui dans le genre fournit des ouvrages de bien plus grande qualité sur le même thème. Vous voilà avertis!

Posté par Mr K à 17:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 28 février 2015

A Star is died...

142506458316

Il y a des jours comme ça, où on se dit que le monde n'est plus pareil...

Nous apprenions hier la disparition de l'immortel Mr Spock. À la base, je ne suis pas un grand amateur de la série Star Trek étant plutôt rangé du côté des fans de Star Wars (regardez cet extrait du film Fanboys, vous comprendrez mieux!), mais voila, Nimoy avait un charisme de dingue et son personnage restera à jamais gravé dans les mémoires. Pour ma part, j'avais notamment grandement apprécié sa prestation en tant que William Bell, homme de sciences utopique et inquiétant dans la série Fringe. 

Bye bye Léonard... Bonne route vers les étoiles.

Posté par Mr K à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 27 février 2015

"Que ta volonté soit faite" de Maxime Chattam

que ta volonté soit faiteL'histoire : Bienvenue à Carson Mills, petite bourgade du Midwest avec ses champs de coquelicots, ses forêts, ses maisons pimpantes, ses habitants qui se connaissent tous. Un véritable petit coin de paradis... S'il n'y avait Jon Petersen.
Il est ce que l'humanité a fait de pire, même le Diable en a peur. Pourtant, un jour, vous croiserez son chemin.
Et là... Sans doute réveillera-t-il l'envie de tuer qui sommeille en vous.

La critique Nelfesque : En bonne amatrice de thrillers, je surveille de près les sorties des romans de Maxime Chattam en librairie. Son dernier, "Que ta volonté soit faite", est disponible depuis début janvier.

Jon Petersen est un gars du coin. Un habitant de Carson Mills pur jus. Un 100% Midwest version populaire et une case en moins. Dans les premières pages du roman le lecteur fait sa connaissance dans un moment clé de sa vie. Dès les premières minutes de lecture, on comprend que ce qui est en train de se dérouler sous nos yeux conditionnera toute sa vie. Ce petit gars là n'a pas de chance. Il n'est pas né dans la bonne famille et va grandir comme une mauvaise herbe, sans attention et dans l'indifférence totale. Pire même puisqu'il subira les violences physiques et morales de son père qui lui feront perdre tout repères et l'amèneront à des actes abjectes.

Comme une longue pente que l'on dévale lentement, nous suivons Jon dans sa jeunesse et son adolescence. Notre instinct de lecteur nous souffle très tôt que l'issue sera dramatique. Son père l'humilie quotidiennement, son entourage est glacial, ses camarades de classe sont cruels comme peuvent l'être les enfants face à ce qui ne leur ressemble pas... Toujours seul, à l'écart, Jon va commencer à avoir des comportements étranges et à l'adolescence ses agissements vont basculer dans l'horreur.

Avec "Que ta volonté soit faite", Maxime Chattam n'est pas dans son registre habituel. Nous sommes plus ici dans un roman noir que dans du thriller pur. J'ai été particulièrement surprise par ce changement de style, agréablement même car l'histoire dépeinte ici est de qualité et que la vie de Jon tient vraiment le lecteur en haleine. Avec des scènes chocs, comme Chattam sait si bien les écrire, le lecteur n'est pas ménagé. Tout commence par le viol de sa tante un soir d'été et c'est une descente aux enfers qui débute.

Efficace et sans concession, ce roman laisse le lecteur pantois entre dégoût de ce qu'il peut lire par moment et curiosité de découvrir la suite. Et sur ce point Chattam sait exactement où il veut nous mener. J'ai été prise dans l'histoire, j'ai voulu savoir quel sort serait réservé à Jon et découvrir qui était véritablement ce narrateur mystérieux extérieur à la scène (sur ce point, je n'ai pas été surprise, mais ce n'est pas bien grave). Si je notais mes lectures, j'aurais mis une très bonne note à ce roman. Si je notais mes lectures... Et si ce roman n'avait pas eu une fin qui a mon sens est complètement bâclée !

Car oui il y a un "mais" au milieu de toutes ces éloges : une justification à l'histoire qui pour moi ne vaut pas deux cacahuètes. Le soufflé retombe complètement avec le dernier chapitre du roman où le narrateur, et par là même l'auteur, nous fait une belle leçon de morale à deux balles et lance clairement à la tête du lecteur : "démerde toi avec ça!". Concrêtement, j'ai refermé mon bouquin avec un terrible sentiment de What The Fuck !? Non mais sans blague !? C'est CA la fin de ce roman !?

Déçue et avec l'impression d'avoir été bernée, je me suis demandée si l'auteur ne s'était pas foutu un peu de notre pomme ou si son éditeur ne lui avait pas suggéré de changer sa fin (forcément démentielle) pour une autre plus novatrice, carrément délirante et choc. Et puis dans ce moment de flottement, j'ai regardé, l'air hagard, la couverture de ce roman fraîchement refermé et en lisant son titre j'ai compris que non, Chattam a bien voulu nous amener là où il a clôt son roman. Depuis le début, il avait cette idée en tête et effectivement tout est logique. Je n'adhère pas à la fin, ses justifications sont fumeuses mais soit, l'idée est là. C'est un parti-pris. C'est couillu. Ca ne plaira pas à tout le monde (la preuve) mais pourquoi pas...

"Que ta volonté soit faite" m'a donc laissée mi-figue mi-raisin. Totalement emballée par ce roman durant toute ma lecture, les dernières pages m'ont fait l'effet d'une douche froide. Dommage... Ca aurait pu être un de mes romans de l'année...

Egalement lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé:
- "L'Ame du mal"
- "In tenebris"
- "Maléfices" (ah mais mince, je ne l'ai jamais chroniqué celui là...)
- "Les Arcanes du chaos"
- "La Conjuration primitive"
- "La Patience du diable"

Posté par Nelfe à 19:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


jeudi 26 février 2015

"Lorna : Heaven is here" de Brüno

lorna couv

L'histoire: C'est la fin d'un monde, Brad... La fin du monde pénien, arrogant et méprisant pour l'espèce humaine.

La critique de Mr K: Autre chronique aujourd'hui d'une BD offerte à mon anniversaire par de vieux copains. Vous êtes les meilleurs! Il s'agit de ma toute première fois avec Brüno, un auteur que je connaissais de nom mais que je n'avais jamais pratiqué. On commence donc très fort avec cette BD lorgnant vers le Z assumé et puissant, un mélange détonant de SF, horreur et érotisme que n'auraient pas boudés Roger Corman et Russ Meyer.

Tout commence dans le désert d'Arizona où un frère et une sœur se disputent à propos de tout et n'importe quoi. Il faut dire que la chaleur est écrasante et que leur voiture est tombée en panne au milieu de nul part! Un étranger se présentent à eux et va littéralement les massacrer! Il s'avère être un mutant mi-homme mi-araignée! Fin du prologue, on se retrouve plongé dans les laboratoires d'une grande firme pharmaceutique où l'on fait des recherches sur une pilule miracle permettant aux hommes frustrés de développer de manière très rapide leur pénis! Une mise en rayon plus tard accompagnée d'une trahison, va faire basculer l'histoire qui verra tour à tour des hommes succomber à cause d'une ingestion massive du dit médicament, un homme mutant en plein road-trip massacrer un certain nombre de malheureux quidam, une femme géante se balader en ville, deux frères amateurs de weed rencontrer Gaïa la déesse mère et j'en passe!

Vous l'avez compris, on nage dans le délire le plus total. On se rapproche de l'esprit Grindhouse des origines plutôt bien repris par Tarantino et Rodriguez sur des films comme le premier Machete ou encore Planet Terror. On y retrouve donc tous les ingrédients qui font la réussite de ces séries B: une violence larvée, des sentiments forts qui prennent le dessus sur la raison (la jalousie par exemple du jeune premier amoureux d'une actrice porno non fidèle -sic-), des punchlines comme s'il en pleuvait (phrases fortes énoncées avec une posture bien exagérée), de la baston et de l'action débridée (pas trop dans ce volume si ce n'est le combat titanesque entre deux géants et les meurtres bien gores du mutant). On verse ici aussi dans le Z le plus pur avec des planches carrément érotiques très explicites (pour public averti je confirme!) avec une immersion dans le monde du porno non dénié d'intérêt. On ne s'ennuie donc jamais tant les rebondissements sont nombreux et les thèmes abordés aussi différents que variés.

lorna 1

Ainsi il est question d'une exploration extra-terrestre de notre Terre (ils ne vont pas être déçus!), des méthodes peu recommandables de l'industrie pharmaceutique (plutôt glaçant avec son lot d'expérimentations et de passe-droit sur les marchés), de l'univers tordu et déviant des maisons de production pornographique (les scènes avec le producteur sont très réussies), de la récupération d'inventions par l'armée pour en faire des armes efficaces... autant de thématiques (et d'autres encore) qui sortent ce volume du simple Pulp de seconde zone et le font rentrer dans la cours des grands où l'action et le déballage d'effets ne se font pas au détriment d'une réflexion et du plaisir de ne pas être pris pour des imbéciles.

lorna 2

Les dessins de Brüno sont très particuliers. Les avis divergent beaucoup à son propos sur la blogosphère. Personnellement, j'ai adoré ce trait fin mais si précis pour caractériser une émotion ou une action. Pas besoin d'en faire beaucoup et de surcharger les cases et planches pour transmettre un message et développer un récit. Simplicité ne veut pas dire ici vacuité, les personnages sont étonnamment "vivants" et réalistes malgré l'aspect peu figuratif de l'entreprise. Rajoutez à cela une trichromie (jaune / noir / blanc) pour accentuer l'ambiance bien barrée de l'ensemble et vous obtenez une BD très particulière, unique en son genre et très réussie. Malgré son côté clownesque, le scénario se tient bien de bout en bout, la fin vient nous cueillir assez abruptement et sans trahison, on est dans une logique implacable. Seul défaut de l'ensemble, ça se lit trop vite et on aurait bien continué le voyage plus longtemps! Au moins, pas besoin d'acheter 36 000 tomes pour avoir le mot de la fin, pas de projet mercantile ici, juste l'envie de raconter une histoire bien perchée et ludique à souhait.

lorna 3

Très bonne lecture que cet ouvrage de Brüno que je vais continuer à suivre. Merci les copains pour ce bien beau cadeau, ne changez rien vous êtes parfaits. Quant à vous chers lecteurs, je ne peux qu'encourager ceux d'entre vous qui sont amateurs de bons délires multi-formes de tenter l'expérience tant elle m'a séduite!

Posté par Mr K à 18:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 25 février 2015

Faut s'détendre!

lasserpe

Dessin de Lasserpe tiré de son blog

Posté par Mr K à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 24 février 2015

"La Fille de la nuit" de Serge Brussolo

brussolo

L'histoire: Elle a survécu par miracle à une balle dans la tête. Dans l'hôpital de Los Angeles où elle se rétablit, on l'appelle désormais Jane Doe. Mais plus personne ne pourra dire qui elle était avant... Peut-être une tueuse, une créature de l'ombre, froidement programmée pour le crime. C'est ce que lui font penser d'étranges réflexes d'auto-défense, des rêves nocturnes où se déroulent d'implacables scénarios de meurtres. À moins que ce ne soit sa blessure qui ait libéré en elle cette nouvelle personnalité? Une seule certitude: on veut toujours sa mort.

La critique de Mr K: Nouvelle incursion chez Brussolo aujourd'hui avec cette histoire plutôt classique dans son postulat de base: une jeune femme se réveille totalement amnésique à l'hôpital suite à un traumatisme violent (on l'appelle alors Jane Doe). Elle se rappelle donc de strictement rien et ne ressent que de vagues impressions. C'est du moins le point de départ car peu à peu ses nuits se peuplent de cauchemars sanglants et de rêves étranges où semble se dessiner une personnalité des plus vindicatives et déviantes. Elle hésite alors entre la recherche d'un passé perdu et la possibilité d'entamer une nouvelle vie vierge de tout souvenir, une incroyable possibilité de tout recommencer à zéro. On navigue constamment entre réalité étrangère et fantasmes ultra-réalistes, l'auteur se plaisant (comme à son habitude) à brouiller les pistes, on ne peut pas vraiment se raccrocher à des éléments précis et on avance très lentement, ce qui peut d'ailleurs agacer...

Vers le premier tiers s'opère alors un glissement narratif heureux, Brussolo mettant l'héroïne au prise avec Sarah, une ancienne militaire devenue experte en protection rapprochée. On se rend compte très vite qu'elle devient le personnage principal de part son omniprésence et le regard aiguisé qu'elle porte sur Jane. S'interrogeant de plus en plus sur cette cliente qui la touche au plus profond d'elle même, elle va mener l'enquête et lever le voile sur une existence effacée. J'ai été douché car je ne m'attendais pas à la révélation finale qui est bien moins flamboyante que prévue mais qui finalement se révèle bien crédible et originale. Bravo Brussolo!

Thriller réussi par son histoire mais aussi grâce à des personnages poussés, oscillant bien souvent entre les frontières du bien et du mal, La Fille de la nuit est une plongée passionnante dans les arcanes de l'esprit humain sur ses capacités de refoulement et d'explosivité parfois. Au détour de certains paragraphes, c'est aussi une certaine vision de la société américaine qui nous est livrée à réflexion avec notamment la ségrégation sociale et raciale toujours d'actualité et une tendance à l'ultra-surveillance au nom de la sacro-sainte sécurité (ici des plus riches des WASP). De l'action, du suspens et de la réflexion, voici un triptyque qui me plaît bien!

Rajoutez là-dessus une langue toujours aussi directe et agréable à lire, malgré une petite lassitude lors des cinquante premières pages, le récit tardant à démarrer au détriment de l'exploration des angoisses intimes de l'héroïne (j'ai trouvé que l'auteur se répétait mais rien d'irrémédiable), vous obtenez tout même ici un bon roman à la fois haletant et surprenant malgré une thématique déjà explorée. Une belle et bonne lecture que je vous conseille fortement si le genre vous plaît.

Egalement lus et chroniqués au Capharnaüm éclairé du même auteur:
- "Le Syndrome du scaphandrier"
- "Bunker"
- "Les Emmurés"

- "Avis de tempête"
- "La Main froide"
- "Pélerin des ténèbres"

Posté par Mr K à 19:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 23 février 2015

Back from Thaïlande !

Au début du mois, nous vous annoncions notre départ et notre parcours thaïlandais pour les jours à venir. Après quelques billets programmés pendant notre absence, nous voici de retour, en chair, en os et en pixel au Capharnaüm éclairé. Derrière notre écran en direct live !

Nous vous avions laissé imaginer 2 semaines de vacances avec pour toile de fond des plages, Bouddha et des petits plats savoureux. Avant de nous atteler sérieusement aux photos et à la rédaction des posts dédiés à ces quelques jours hors du temps, je peux vous assurer que tout ce que je vous ai dit avant notre départ est 100% vrai. En voici la preuve !

Nous nous sommes bien baignés dans des endroits magnifiques :

IMG_0810

Bouddha a veillé sur nous dès notre réveil :

IMG_0200

Et quand nous n'étions pas l'eau, nous étions à table !

IMG_0833

Petit avant goût de nos vacances donc, en complément des photos postées sur Instagram durant notre séjour, pour vous faire patienter (et un peu baver !) avant de vous raconter en détail toutes les belles choses que l'on a vu très prochainement !

To be continued...

Posté par Nelfe à 18:13 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 19 février 2015

"Séquestrée" de Chevy Stevens

séquestrée

L'histoire: Annie a été séquestrée.
Elle a passé douze mois en enfer dans une cabane perdue au fond de la forêt.
Annie est libre, enfin, mais les séances chez le psychologue lui font revivre chaque minute. Annie est sauve, le plus dur est derrière elle.
Du moins le croit-elle...

La critique de Mr K: Annie est une jeune agent immobilier à qui la vie semble sourire. Sa carrière professionnelle est lancée, elle s'est achetée la maison de ses rêves et elle file le parfait amour avec Luc. Tout bascule quand elle se fait enlever par un pseudo client venu visiter une maison. C'est le début d'un long calvaire pour la jeune femme qui ne réussira à s'échapper qu'un an plus tard. Le livre est divisé en chapitres correspondant chacun à une consultation chez le psy. Annie y revient sur le déroulé de sa séquestration mais aussi ce qu'elle ressent et vit depuis son retour à la liberté.

On se prend très vite d'affection pour cette jeune femme volontaire qui est loin d'avoir les deux pieds dans le même sabot et semble habitée d'une envie de résister hors du commun. Malheureusement pour elle, elle se retrouve confrontée à un psychopathe d'une rare perversité et obnubilé par sa volonté de créer une famille idéale. La séquestration est ici d'une rare intensité dans la violence (physique mais aussi moralement destructrice au plus haut point): négation de l'individu et son libre arbitre, violence et tension physique sous-jacentes, viol répété, inhumanité latente et effrayante. L'horreur ici ne se jette pas à la gueule du spectateur, elle est larvée et pénétrante au possible. Plus on avance dans le récit plus on assiste à la lente et méthodique descente aux enfers de l'héroïne qui dans un sursaut va réussir l'impossible. Cependant, le retour à la réalité n'est pas facile surtout qu'un secret effroyable lui sera révélé.

Ce livre est un excellent thriller. Je suis resté scotché du début à la fin à ce page-turner d'une redoutable efficacité. Le procédé des consultations est bien trouvé et permet de maintenir les attentes du lecteur entre curiosité et frustration. On alterne régulièrement entre les souvenirs de la détention forcée d'Annie et son ressenti actuel et ses expériences du présent. La révélation m'a cueilli je l'avoue et m'a fait froid dans le dos. Par contre, c'est vrai que l'on reste sur du classique sur le reste avec la relation spéciale qu'Annie entretient avec sa meilleure amie et Luc. Certains développement ne surprendront personne et rentre dans un moule déjà lu ou vu. Pour autant, il se dégage de ce livre une énergie folle et une profondeur psychologique de bon aloi. Les personnages vivent littéralement sous nos yeux et nous n'avons pas affaire à un énième avatar ou caricature de personnage que l'on peut parfois trouver dans ce type de production. La finesse est de mise pour le plus grand plaisir du lecteur happé par ce destin fauché qui tente de reprendre le contrôle de sa vie.

La lecture s'est donc révélée plaisante à souhait. L'écriture ne révolutionne pas le genre mais suffit à appuyer une histoire forte et prenante. On ressort ainsi assez éberlué de cette lecture à la conclusion terrible qui ne vous redonnera pas vraiment l'envie de croire au genre humain! Un petit bijou dans le genre que je vous conseille fortement.

Posté par Mr K à 18:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Fin »