Cafards at home

lundi 18 décembre 2017

Y'en a marre du rap... ou pas !

Ca faisait un bon bout de temps que notre rubrique des lundis au soleil était en stand-by, le manque d'inspiration sans doute. Et puis parfois, on croise un ovni et quand en plus il vient de chez nous (56 represent !), on ne peut décemment pas vous en priver... Attention, c'est du très très lourd !

Michel est élevé au grain dans son Morbihan natal. Est-il sérieux ou non ? Nous ne le saurons sans doute jamais mais quelle poilade que son clip réalisé dans l'arrière cours d'une ferme bien de chez nous. Niveau décor, rien ne manque : la paille, les pneus de tracteur, les arbres, la nature en exergue pour mettre en valeur la silhouette harmonieuse d'un jeune homme plein d'avenir ! Son look de fou ne permettant malheureusement pas de rentrer en discothèque, il conjugue cependant l'aspect pratique avec le port du sac banane en bandoulière et exotique avec la plus-value artistique du maniement du katana, un modèle du genre. Regardez bien, les buissons et arbres alentours en tremblent de peur...

Quant au flow, aux paroles et la musique, rien à dire. C'est du grand art, les rebelles de canapé se reconnaîtront aisément et porteront aux nues Mich'L, un artiste comme on les aime et que je vous invite à découvrir au plus vite. Quant à ceux qui resteraient hermétiques à tant de talent morbihannais déployé, il reste les andouilles et les crêpes ! Bonne semaine à tous.

Posté par Mr K à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 17 décembre 2017

Rêvons un peu...

118451403_o

Dessin de Bar tiré de son blog.

Posté par Mr K à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 15 décembre 2017

"Histoires de voyages dans le temps" Anthologie

Histoire_de_voyage_dans_le_temps

Le contenu : Voyager dans l’avenir, c’est prévoir ce qui va se produire, le prévenir si c’est un malheur, le mettre à profit si c’est un avantage ; voyager dans le passé, c’est retrouver la saveur des souvenirs heureux et rectifier les erreurs, les échecs, les coups du sort déjà révolus. Tout cela est fort beau, à condition de ne pas revenir au point de départ pour jouir en paix du fruit de l’entreprise ; mais, dans la quasi-totalité des récits, il y a le retour...

La critique de Mr K : C’est le hasard qui avait une fois de plus mis sur ma route cet ouvrage lors d’un passage chez l’abbé. Histoires de voyages dans le temps est le dixième volume de la grande anthologie de la SF parue dans les années 70 chez Le livre de poche, le présent ouvrage réuni 19 nouvelles plus ou moins longues mais ayant en commun d’explorer le thème à travers des auteurs anglais et américains qui ont renouvelé le genre après des débuts fracassants sur le vieux continent. On alterne entre signatures célèbres et plumes plus méconnues, mais le plaisir lui a été quasiment au RDV de chaque texte. Au final, j’ai passé un très agréable moment, teinté d’un esprit vintage qui n’est pas pour me déplaire.

Le but de l’éditeur à l’époque n’est pas d’être exhaustif et d’accumuler les textes cultes, c’est une sorte de guide du voyage dans le temps à travers des textes choisis par leur impact thématique, le style parfois étrange et l’impression durable qu’ils peuvent imprimer dans l’esprit du lecteur. Après une préface bien sentie plantant le décor et surtout les grands principes régissant le thème retenu, on peut entamer la lecture des récits en eux-mêmes, chacun se voyant doté d’une mini-introduction justifiant fort à propos et souvent avec humour le choix fait par l’éditeur. Une certaine progression a été donc donnée à ce recueil, ce qui permet au lecteur confirmé ou aux newbies de se sentir accompagnés tout au long de leur lecture. C’est nickel pour le confort du lecteur et donne une cohésion bienvenue à ce regroupement de textes qui nous emmène loin, très loin dans les abîmes du temps et de l’esprit humain.

Tour à tour, nous passons d’époques différentes à des personnages très variés avec des scénarios très souvent imprévisibles qui feront la joie des amateurs d’uchronie, de circuits fermés, de fatum implacable et de chaînes évolutives changeantes. Ainsi un voyageur temporel provoque un krach boursier, un individu rencontre son double de 30 ans son aîné, un gamin passe dans une autre dimension temporelle lors d’un cours rébarbatif, on suit les pérégrinations d’éclaireurs des temps futurs, une patrouille temporelle spécialisée dans la réparation d’accidents liés aux voyages dans le temps, un homme sort du travail et ne retrouve plus sa voiture à cause d’un glissement temporel, un homme voyage dans le temps à travers le corps d’un de ses aïeuls, un autre a des hallucinations le menant dans un monde parallèle, dans une autre nouvelle le temps peut devenir une arme redoutable lors d’un conflit interstellaire, la création artistique n’est pas en reste dans un récit où l’on se demande bien qui est réellement un peintre reconnu et adulé... Bien d’autres histoires étranges mais édifiantes nous sont proposées dans ce volume qui joue sur la forme mais aussi la longueur avec des nouvelles oscillant entre 5 et 70 pages !

Au cœur de ces textes : le temps, ses méandres et les imbroglios qui peuvent résulter de l’apparition d’un être explorant une époque autre que la sienne. L’avenir et le passé se partagent la vedette avec une confrontation avec des voyageurs conscients ou alors totalement dépassés par le phénomène qu’ils vivent. Les personnages principaux sont donc très variés, approchés de multiples façons par des auteurs vraiment épris de leur sujet. On retrouve des classiques comme Poul Anderson ou encore Richard Matheson mais aussi des seconds couteaux bien affûtés qui donnent libre cours à une imagination débridée, mâtinée d’un certain classicisme dans l’écriture et la manière d’exposer les situations. Il souffle donc un charme nostalgique sur ces pages, celui de l’âge d’or de la SF outre-atlantique (et outre-manche aussi), époque bénie des dieux qui prend la relève d’une Europe plus tournée vers la littérature contemporaine loin des genres transfictionnels. Le genre a un succès monstre à l’époque en Amérique, où toute une génération va être bercée par les écrits d’auteurs prestigieux dont K. Dick, Silverberg et autres Asimov.

Le plaisir est renouvelé à chaque nouvelle écriture, chaque nouvelle histoire. Faisant la part belle aux expériences inconnues, aux paradoxes temporels et aux conséquences d’une intervention extra-temporelle, les auteurs s’amusent beaucoup avec nos nerfs et l’on est bien souvent surpris par le chemin pris par des récits parfois tortueux (souvent métaphoriques). Le temps et ses circonvolutions ont moins de mystères après cette lecture mais l’humain aussi. Car derrière tout acte de transgression temporel ou décision prise se cache un esprit, un simple esprit humain avec ses aspirations mais aussi ses contradiction et ses désirs. C’est souvent de là d’ailleurs que le grain de sable apparaît et déconstruit un équilibre ou une ligne de vie réglée comme du papier à musique. La part distrayante ne cède en rien donc à l’intelligence des récits et leur portée dépassant le simple récit nébuleux et purement fictif.

C’est un ouvrage à découvrir absolument si la thématique vous intéresse. Les textes sont très différents, quelques uns m’ont paru un peu plus faibles mais c’est avant tout histoire de goût et le genre anthologique ne peut échapper à cet aspect de la lecture et du ressenti du public. Tous les auteurs sont des écrivains de talent mais les styles divergent et séduiront un panel de lecteurs vaste mais peut-être pas de manière exhaustive sur l’ensemble du recueil. Pour ma part, la lecture fut très instructive, parfois dérangeante, inspirante et toujours source d'évasion. Les amateurs seront comblés de ce petit voyage dans la quatrième dimension et ses lois. Une sacrée bonne lecture !

mercredi 13 décembre 2017

"Une Saleté" de Frédérique Clémençon

livre_galerie_2707316261

L’histoire : Dans l'isolement d'une vieille maison perdue dans les collines, deux femmes, une mère et sa fille, règlent leurs comptes, convoquent leurs fantômes, s’épanchent une fois encore. Elles ne se parlent plus depuis longtemps. Leurs voix ne feront donc que se croiser. Une troisième voix se mêle à la leur, qui ordonne avec ironie leurs récits fragmentés. Mais elle s’éteint bientôt, parasitée par d’autres voix, celles des disparus - le père et l’époux, le grand-père et le beau-père.

La critique de Mr K : Il fallait bien que ça arrive en 2017, Une Saleté de Frédérique Clémençon ne m’a pas, mais alors pas du tout, convaincu. Malgré un thème intéressant et un choix de point de vue narratif original, je n’ai pas accroché et baillé plus d’une fois d’ennui. À suivre, les raisons du pourquoi...

Sur le papier, le pitch est très attirant. On rentre dans l’intimité d’une famille à travers les monologues intérieurs de deux femmes. Elles se répondent sans le savoir et se mêlent à leurs voix les souvenirs des disparus et par là même des flashback sur des moments forts de cette famille lambda (mariage, anniversaire, décès). Au fil de la lecture, on ressent les tensions accumulées qui s’exacerbent et montrent le vrai visage de cette cellule familiale plus que fragile. C’est par bonds successifs que le lecteur va explorer les passions humaines et essayer d’appréhender au mieux ce groupe humain si proche et si lointain à la fois : la famille.

Dès les premières pages, je me suis dit que ça allait être dur : une seule phrase sur les dix premières pages. Clairement le style est alambiqué et complexe à saisir. Ce n’est pas pour autant que je relâche le volume car j’ai déjà lu des auteurs au style étrange et obscur (deuxième période de la carrière de Maurice G. Dantec par exemple) et je suis assez perfectionniste dans mon genre, quand je débute une œuvre, je veux lui laisser toutes ses chances et pouvoir juger au final l’œuvre dans son intégralité. Je maintenais donc le cap et poursuivais ma lecture.

Au delà du style qui ne s’arrange pas en terme de forme, je n’ai pas réussi à accrocher aux personnages qui ne m’ont ni inspiré d’attirance ou de répulsion. Je n’ai curieusement ressenti aucune réelle émotion durant ma lecture si ce n’est quelques frémissements à l’occasion de scènes abominables entre la belle-mère et sa belle-fille. Rien de transcendant vraiment et un ennui qui s’installe durablement. Le changement anonyme de narrateur en cours de route n’aide pas vraiment, pas de réels indices de changement de point de vue et l’on s'y perd. On pourrait se dire alors que ce n’est pas grave, se concentrer sur l’ambiance, les sensations, les émotions dégagées. Mais rien ne s’est passé non plus à ce niveau là pour moi, encéphalogramme plat pour un livre de 187 pages, heureusement écrit gros et qui ne m’a pas trop pris de temps.

Difficile d’en dire plus sur ce livre qui ne m’a vraiment pas plu, pas inspiré ni engagé dans un quelconque processus de réflexion ou d'introspection. Étrange sensation vraiment pour moi qui ai l’habitude de choisir avec soin et réussite mes ouvrages lors de mes chinages. Pour le coup, c’est un beau flop...

Posté par Mr K à 19:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 11 décembre 2017

Noël avant l'heure...

Dernier post d'acquisitions de l'année au Capharnaüm éclairé avec un énième séjour fructueux à notre centre Emmaüs préféré. Nous n'avons plus trop le moral depuis la disparition de notre très chère Tesfa, on essaie donc de se consoler comme on peut et quoi de mieux qu'un gros craquage pour oublier un temps la peine qui nous étreint le coeur. Comme vous allez pouvoir le constater, nous n'y sommes pas allés avec le dos de cuillère, y compris ma Nelfe adorée !

Acquisitions dec ensemble
(Oui, oui tout cela ! On assume !)

17 petits nouveaux pour exploser nos PAL pourtant déjà bien portantes ! IRRÉCUPÉRABLES ? Pas seulement... Je pense qu'on est désormais dans le cas d'une pathologie grave et malheureusement incurable. Mais je vous connais... Ça vous plaît bien de nous voir nous enfoncer dans ce mal pernicieux du matérialisme littéraire à outrance ! Je vous pardonne bien volontiers et vous convie à me suivre pour la présentation des ouvrages nouvellement acquis.

Acquisitions dec 4
(Actes Sud et compagnie, je vous aime !)

- "La Double vie d'Anna Song" de Minh Tran Huy. En tant que fervent adepte de littérature asiatique et de la maison d'édition Actes Sud, je n'ai pas résisté longtemps face à ce titre qui me tendait les bras. Suite à la disparition de la pianiste célèbre qui donne son nom à l'ouvrage, un scandale éclate sur la réalité de son travail artistique. Jeu de miroirs fascinant faisant à priori la part belle à la trahison et l'imposture, ce livre ne garnira sans doute pas très longtemps les étagères de ma PAL.

- "L'Accompagnatrice" de Nina Berberova. On reste dans le milieu musical avec les relations tortueuses entre une soprano issue de la haute société et sa jeune accompagnatrice bâtarde et pauvre relatées par une auteure russe que je vais découvrir avec ce roman. Antagonisme sournois des classes sociales et envoûtement de la musique sont au programme. Ca n'a pas l'air mal du tout !

- "Photo de groupe au bord du fleuve" d'Emmanuel Dongala. Ce roman raconte la révolte de casseuses de cailloux dans un pays de l'Afrique contemporaine contre la pauvreté, la guerre, l'oppression au travail, les violences sexuelles et domestiques. Un jour, elles décident de vendre le sac de gravier plus cher. La journée et les suivantes pourraient bien bouleverser leur existence à toutes, à défaut de changer le monde. Féminisme, portrait réaliste d'une Afrique loin d'être exotique et humour de bon aloi ont permis à l'auteur d'obtenir de nombreux prix pour ce titre, hâte de voir ce que cela donne !

- "Le Moine" de Matthew G. Lewis. Un des premiers romans gothiques qui fit scandale lors de sa sortie (1796 !) et qui fut interdit un moment car soit-disant licencieux. Un moine vertueux entre tous et apprécié de la bonne société de son époque va devoir confronter sa foi à ses désirs les plus sombres. On nous promet beaucoup dans le domaine des vicissitudes et une écriture à tomber par terre. Il n'en fallait pas moins pour que je me laisse tenter !

Acquisitions dec 3
(Quand l'Histoire rencontre les histoires...)

- "Journal" d'Anne Frank. Un classique qu'on ne présente plus et dont j'ai utilisé des extraits il y a peu avec mes élèves de 3ème PEP lors d'une incursion dans la seconde guerre mondiale. Désirant le relire (ma lecture remonte au collège, c'est dire !), je me suis rappelé que je l'avais alors emprunté au CDI et que je n'en avais jamais fait l'acquisition (la honte, je sais !). L'occasion faisant le larron, c'est tout naturellement qu'il s'est présenté à moi lors de notre dernier passage chez l'abbé. Un futur re-reading entre Devoir de mémoire et émotion que j'entreprendrai très bientôt entre deux SP de janvier.

- "À l'ouest rien de nouveau" de Erich-Maria Remarque. La Guerre 14-18 entre à nouveau dans ma PAL, c'est une de mes marottes régulières en littérature historique avec ici le témoignage d'un soldat allemand sur le conflit pour un roman pacifique et réaliste dont j'ai beaucoup entendu parlé. Gros succès mondial lors de sa parution en 1929, je ne doute pas un instant que la lecture de ce roman sera bouleversante.

- "Le Café de l'Excelsior" de Philippe Claudel. J'aime les histoires tendres et souvent pleines d'émotions de Philippe Claudel, c'est donc tout naturellement que j'acquiers automatiquement tous les ouvrages d'occasion qui me tombent entre les mains. Ici un petit garçon ayant perdu ses parents va habiter avec son grand-père qui tient un bar, lieu d'oubli et assommoir pour les êtres qui le fréquentent mais aussi un petit paradis vu à travers les yeux d'un enfant. Très prometteur !

- "Ce que le jour doit à la nuit" de Yasmina Khadra. Typiquement le genre d'acquisition pulsionnelle et maso que je pratique régulièrement, avec ce choix un auteur adoré pour un sujet difficile : la guerre d'Algérie. Je suis sûr d'avance que je vais adorer cet ouvrage malgré les horreurs qu'il va me décrire car Yasmina Khadra n'a pas son pareil pour décrire les splendeurs et décadences de notre espèce. Une lecture redoutée donc...

Acquisitions dec 2
(Du thriller en veux-tu ? En voila !)

- "Cadres noirs" de Pierre Lemaitre. Dans cette course à la sélection, un cadre de 57 ans au chômage depuis quatre ans ne reculera devant rien pour être choisi. Cependant, quelle réaction pourrait-il bien avoir s'il se rendait compte que les dés étaient pipés depuis le départ ? On peut compter sur Pierre Le Maître (un auteur que j'aime par dessus tout) pour explorer les abysses de l'esprit humain et lâcher les chevaux. M'est avis que celui-ci aussi ne restera pas bien longtemps dans ma PAL !

- "Derniers adieux" de Lisa Gardner. Une agent du FBI enceinte travaille sur les disparitions mystérieuses de plusieurs prostituées. Peu à peu émerge l'idée d'un serial-killer qui frapperait déjà depuis de nombreuses années, un piège invisible semble alors se refermer inexorablement autour de l'héroïne. Je n'ai pas réfléchi plus de deux minutes, j'adore Lisa Gardner et une lecture d'un de ses ouvrages promet forcément un suspens haletant et un plaisir de lecture durable. Hâte d'y être !

- "Seul à savoir" de Patrick Bauwen. Facebook comme révélateur d'un passé qu'on ne veut pas oublier pour l'héroïne, Patrick Bauwen explore avec ce roman les arcanes de la recherche médicale de pointe, le circuit de l'argent sale et les nouvelles technologies. Ayant déjà pratiqué avec bonheur cet auteur, je me suis laissé tenté. Wait and read !

Acquisitions dec 1
(Non, vous ne rêvez pas, Nelfe tient ici son record de craquage même si elle ne me dépasse pas... faut pas rêver non plus !)

- "Puzzle" de Franck Thilliez. Amatrice forcenée (et il faut bien l'avouer sadique, elle me fait peur parfois) de thriller, Nelfe était toute contente de tomber sur cette pièce de choix de Franck Thilliez, un auteur qu'elle apprécie beaucoup. Deux spécialistes des chasses au trésor vont participer au jeu ultime Paranoïa qu'ils souhaitaient intégrer depuis longtemps. À priori, ils ne seront pas déçus...

- "Am Stram Gram" de M. J. Arlidge. Là encore une heureuse trouvaille pour une Nelfe qui avait inscrit cet ouvarge dans sa wish list. Des paires de victimes sont enlevées, emprisonnées et confrontées à un terrible choix : tuer ou être tué. Gasp... le genre de choix impossible que l'auteur va prendre un malin plaisir à exposer à ses lecteurs. De la bonne perversité au programme, tout pour plaire à ma douce et tendre. Je commence à grave flipper moi là...

- "Amelia" de Kimberly McCreight. Une mère d'adolescente apprend que sa fille a sauté du toit de son établissement scolaire. Ce suicide était totalement imprévisible à ses yeux et un mystérieux message anonyme envoyé plus tard semble sous entendre qu'il s'agirait d'un meurtre... Aie aie aie, ça va chauffé dur et les appétits de Nelfe en matière de récits tortueux vont être sans doute mis à rude épreuve. Purée, il faut que je prenne mes précautions et que je retouche mon testament moi...

- "Dans le silence du vent" de Louise Erdrich. À la fin des années 80, une femme amérindienne est agressée, battue et violée. La vie de son fils de treize ans s'en voit bouleversée et devant la lenteur de la police à tenter de résoudre ce crime, il va mener l'enquête avec ses potes. Un roman qui promet d'être déchirant avec un ado confronté à la violence et à l'injustice. sans doute un ouvarge que je repiquerai à Nelfe après sa lecture.

- "Rendez-vous à Crawfish Creek" de Nickolas Butler. Dix nouvelles, dix balades le long des routes du midwest. Un choix logique et sans doute imparable quand on sait que Nelfe et moi sommes fans de la collection Terres d'Amérique de chez Albin Michel. Ici les destins se croisent entre réalisme et poésie pour nous livrer des portraits sans fards d'âmes du Wisconsin. Aaaarg, je le lui piquerais bien aussi !

- "À moi pour toujours" de Laura Kasischke. Une professeur d'université reçoit un billet doux d'un mystérieux admirateur. Ce qui s'annonce tout d'abord comme une lumière brillante dans une vie morne va en fait totalement désorganiser sa vie et la faire chavirer. Au Capharnaüm éclairé, on adore Laura Kasischke, impossible donc de résister à la tentation que représente un livre de cette poétesse des temps modernes qui n'a pas son pareil pour dépeindre les femmes, leurs tentations et leurs désirs. 

Au final, une sacrée bonne sélection qui va intégrer les anciens volumes de nos PAL respectives. Dur dur de résister face à des auteurs adorés ou des quatrièmes de couverture attrayantes. Reste maintenir à lire tout cela et à en juger la qualité à travers les chroniques à venir dans les semaines, mois et années à venir. Y'a du boulot !


samedi 9 décembre 2017

"Crains le pire" de Linwood Barclay

LBCLP

L’histoire : Que peut-on imaginer de pire pour un père que de réaliser, impuissant, que sa fille a disparu ? Tim Blake, père de famille divorcé, mène une vie paisible. Sydney, sa fille de 17 ans, a trouvé un petit boulot d’été dans un hôtel. Ce matin-là, elle s’en va et lui promet d’être de retour pour dîner. Mais le soir, elle ne rentre pas et ne laisse pas de message ; les autres soirs non plus. Tim mettra tout en œuvre pour retrouver Sydney...

La critique de Mr K : Petite lecture détente avec un thriller bien mené et addictif à souhait aujourd’hui avec Crains le pire de Linwood Barclay. Lu en deux jours, je n’ai jamais vraiment réussi à le lâcher tant j’ai été pris par cette histoire simple en apparence mais source d’un suspens intenable pendant plus de 490 pages.

Tim Blake n’a rien d’un mec extraordinaire. Il n’a pas la fibre entreprenante ce qui lui a coûté son entreprise de vente automobile et son mariage, sa femme se barrant avec un concurrent. Papa d’une jeune adolescente, il vit une vie tranquille, sans relief ni aspérités. Recevant sa fille à la maison pour l’été, elle disparaît sans crié gare un beau jour. De suite, il se précipite à l’hôtel où elle travaille pour un job estival et là... personne ne la connaît ! C’est le début de l’enfer pour Tim qui se rend compte qu’il ne connaissait peut-être pas aussi bien sa fille que cela. Un mois plus tard, l’état des recherches de la Police est au point mort, une gamine fugueuse n’intéresse personne. Bousculant sa nature, Tim va décider de partir à sa recherche. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas au bout de sa peine !

Pas de temps mort avec ce roman qui commence tambour battant. Ce récit nous plaçant dans la situation du père, notre champ de connaissance de la situation est aussi peu étendu que le sien, ce qui développe une empathie particulièrement forte envers ce personnage qui peu à peu sombre dans l’angoisse. Ce gars lambda va littéralement se transformer au fil de l’épreuve qu’il traverse. Prenant les choses en main, il tâtonne tout d’abord, se plante plus d’une fois mais va finir par mettre le doigt sur certains détails troublants ouvrant la porte à des hypothèses de plus en plus inquiétantes. À ce niveau là, l’auteur est redoutable, la gestion du personnage principal est un modèle du genre, conjuguant poncifs et passages connus pour nous livrer une véritable course contre le temps et parfois la folie.

Bien construit, le récit avance masqué. On se prend à inventer toutes sortes d’hypothèses, l’auteur nous livrant un certain nombre de fausses pistes et de révélations confondantes. On a beau être habitué à ce genre de manœuvres littéraires quand c’est bien fait, les vieilles recettes sont souvent les meilleures et c’est justement le cas ici. Dans ces conditions, vous comprenez l’aspect fortement addictif de ce roman qui se lit quasiment d’une traite. Identités secrètes, trahisons, faux semblants, courses poursuites, fusillades, surveillances étroites, on retrouve ici tous les bons éléments d’un roman à suspens réussi.

Sympathique aussi le tissage des liens entre les différents personnages. J’ai aimé ainsi les liens changeants entre Tim et Bob (le nouveau mec de son ex femme) qui évoluent énormément et donnent lieu à des passages vraiment bien gérés et touchants, le lien entre Tim et Patty la meilleure amie de sa fille disparue qui vit dans des conditions précaires avec sa mère alcoolique est aussi très touchant. Ces passages sont justes, donnent un réalisme de bon aloi à une histoire qui vire au bout d’un moment au thriller haletant qui ne donne aucun répit au lecteur pris au piège. Certains passages peuvent au départ désarçonner, voir paraître délirants mais le déroulé donne des éléments de réponse assez clairs très vite et l’on se rend compte que Linwood Barclay est décidément très doué pour balader ses lecteurs.

L’écriture est banale pour le genre mais redoutablement efficace. C’est bien simple, les pages se tournent toutes seules et il est extrêmement difficile de s’en dépêtrer. Alors certes, on ne peut pas vraiment crier au génie mais franchement, si vous êtes amateur, vous auriez bien tort de bouder votre plaisir !

Posté par Mr K à 19:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 6 décembre 2017

"Les Solariens" de Norman Spinrad

NS-LS4-B

L’histoire : Disséminés sur des centaines de mondes, les hommes mènent une guerre désespérée contre les cruels Doglaaris. La lutte est inégale. Mais la riposte semble imminente : pour construire la plus terrifiante des armes, une partie de l'humanité a trouvé refuge durant trois cents ans sur Sol, la légendaire planète des origines. Les Solariens sont de retour. Et avec eux l'espoir d'une victoire définitive. Mais à quel prix ?

La critique de Mr K : Les Solariens est le tout premier roman que Norman Spinrad a fait paraître. Autant dire qu’on touche au Sacré ici, surtout si comme moi, vous êtes amateur de ce grand nom de la SF qui m’a séduit lecture après lecture, puis rencontre après rencontre lors de passages aux Utopiales de Nantes. Ce titre diverge pas mal de mes précédentes lectures du maître, ce premier récit narrant une guerre intergalactique impitoyable, mais à travers les développement de la trame, l’auteur annonce déjà la couleur sur ses interrogations et ses préoccupations futures.

La guerre est donc totale entre les Doglaaris et les humains désormais répartis en diaspora à travers l’espace. L’humanité est en train de perdre bataille après bataille, la supériorité du nombre et de la technologie de leurs adversaires font que l’inéluctable semble proche. L’art de la guerre est désormais entièrement informatisé et aux mains d’une intelligence artificielle qui ne laisse guère de chance à l’élaboration de stratégies novatrices qui pourraient faire la différence. Suite à un combat spatial perdu de plus, le héros Jay Palmer, capitaine de vaisseau va se voir confier une mission toute particulière : accompagner de mystérieux solariens (habitants restés sur la planète d’origine de l’humanité) qui viennent de refaire surface pour une mission à l’apparence suicidaire au cœur de l’empire doglaarien. C’est le début d’un voyage hors norme, aux marges de l’initiation et de la découverte pour Jay qui va peu à peu entr'apercevoir la nature du plan et les capacités insoupçonnées des solariens.

On rentre très facilement dans cette œuvre de jeunesse qui propose un mix fort intéressant entre récit de guerre, échanges entre êtres très différents et réflexion légère sur une évolution possible de l’humanité. Pour mieux faire levier et explorer ces trois axes, l’auteur nous livre un héros brut de pomme, sans trop de finesse au départ et totalement dévoué à la cause humaine qui voit son avenir s’assombrir. Respectueux de l’ordre établi mais parfois agacé par la faible marge de manœuvre dont il dispose pour gérer sa flotte, sa rencontre avec les solariens va changer sa vie. Ces derniers cultivent énormément le mystère qui les entourent et c’est par petite touche que la vérité se fait jour avec de nombreuses surprises. Le héros changera à leur contact, ne reniera jamais sa personne mais prendra conscience des vérités cachées par ses supérieurs et la société dans laquelle il évolue. C’est drôlement bien mis en lumière par un auteur ici accessible et redoutablement efficace.

L'oeuvre se concentre sur la rencontre entre des êtres totalement différents qui ont chacun évolué dans un sens différent. Les frictions et incompréhensions sont d’abord légion puis vient le temps de l’écoute et ensuite celui des échanges. Le processus est très bien retransmis à travers le voyage entrepris qui dure et laisse le temps à l’auteur de tisser sa toile et d'emberlificoter le lecteur dans ses attentes (ce qui est une excellente chose, vous en conviendrez) et un récit équilibré où chaque amateur de SF pourra y trouver son compte. Space opera, SF plus classique et moments intimistes forts peuplent ses pages hypnotisantes qui font la part belle à l’action, la réflexion sur soi et finalement un panorama de l’espèce humaine comme elle pourrait être dans quelques siècles. Bien que la formule soit éprouvée, quand on pense qu’on a affaire à un premier roman, on ne peut qu’être admiratif du talent en germe avant les cultissimes Rêve de fer et autre Chaos final.

Plus aisé d’approche que d’autre œuvres de Spinrad, on ne tombe ici jamais dans la simplicité et le pathos. Bien que brassant des thématiques et des personnages déjà lus et vus, on prend un plaisir certain à suivre les aventures de Jay et sa découverte de la face cachée des connaissances humaines. Le rythme soutenu donne une impulsion et un plaisir de lire immédiat, et c’est tout étonné et ravi que l’on arrive à la fin sans s’en rendre compte. Sans doute pas le meilleur titre de l’auteur mais une bonne mise en bouche pour toute personne qui souhaiterait le découvrir.

Posté par Mr K à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 4 décembre 2017

"J'irai pas en enfer" de Jean-Louis Fournier

51XA0JPPQRL

L’histoire : Il a mis la Sainte Vierge dans les wc de l'institution Saint-Joseph. 
Il regarde les dames toutes nues dans les livres.
Et, surtout, il a fait à Dieu une promesse qu'il va certainement ne pas tenir.
Le petit Jean-Louis a toutes les bonnes raisons pour aller cuire dans les marmites de l'enfer.
Pourtant, quelquefois, il va au ciel.
Quand Alfred Cortot lui joue Chopin, quand Luis Mariano lui chante La Belle de Cadix...
Après ses démêlés avec un père alcoolique (Il a jamais tué personne, mon papa), ses démêlés avec le Père éternel.

La critique de Mr K : C’est avec un plaisir non dissimulé que j’entamai ma lecture de J’irai pas en enfer de Jean-Louis Fournier, un petit livre qui se dévore très rapidement, à la manière d’un paquet de bonbons devant lequel on ne peut résister. C’est un auteur que j’adore et qui a souvent écrit sur lui-même. Il revient dans ce volume sur ses années collèges et sa propension à l’époque à s’attirer les foudres de tout le monde, y compris le Père Éternel.

L’élève Jean-Louis n’est pas de tout repos : provocateur, agitateur, volontiers fainéant, il est aussi très rêveur, curieux, cultivé et n’arrive pas vraiment à trouver ses marques dans le monde. Élève dans une institution catholique, les adultes ne sont pas tendres avec lui et son caractère de tête de pioche donne lieu à de sacrées anecdotes et des échanges vifs et savoureux. Son père alcoolique n’étant d’aucun soutien (voir chronique enthousiaste sur Il a jamais tué personne, mon papa) et la maman n’étant pas toujours disponible avec le foyer à gérer, il doit bien souvent se débrouiller seul à l’ombre d’un grand frère doué pour les maths et au caractère plus apaisé. Dur dur de faire son chemin, se construire et s’épanouir dans ces circonstances.

Écrit comme les souvenirs d’un môme, s’exprimant avec ses mots et ses expressions et ses erreurs du coup, ce livre suit surtout les questionnements du jeune Jean-Louis sur Dieu, la Mort, la notion de divinité, la vie après la mort et l’accession au Paradis. Bien que croyant, il y a des fêlures dans sa foi et nombre de faits bibliques se heurtent au pragmatisme et au matérialisme du jeune. Bien que d’aspect simple, cette confrontation est ici porteuse de sens et à travers les démêlés du narrateur, un questionnement plus profond s’empare du lecteur. C’est malin, étonnant parfois cruel mais c’est la vie vue à travers les yeux d’un gamin un peu paumé. Personnellement, j’ai totalement adhéré.

Ce livre donne à voir aussi la société française de l’époque qui a clairement disparue depuis. Les scènes dans l’école catholique sont assez criantes et vieillottes dans le domaine avec des frères et des abbés d’une rigueur de fer menant études et cours tambour battant, tant pis pour ceux qui ne suivent pas ou ressentent d’éventuelles difficultés de compréhension. La part de la religion est bien plus importante en effet et les relations entre personnes ont aussi beaucoup évolué depuis. Ainsi, la vie de famille est beaucoup plus cadrée, la distance est assez importante entre les enfants et leurs géniteurs, et il y a la figure du père inatteignable car malade (un chapitre fait d’ailleurs très bien le lien avec l’ouvrage que l’auteur a écrit sur son père).

Les thématiques sont nombreuses, parfois difficiles mais le style léger, drôle, décalé et enfantin est d‘une profondeur confondante. À travers ce regard porté, on apprend énormément de chose sur une époque désormais révolue et sur le destin de l’auteur. Tout ceci en rigolant beaucoup et en souriant bien souvent aux maladresses du gamin. Un petit bonheur de lecture que je vous invite à découvrir au plus vite.

Posté par Mr K à 17:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 2 décembre 2017

Fraîcheur macroniste...

118277115_o

Dessin de Juin tiré du site du Strips journal

Posté par Mr K à 18:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 1 décembre 2017

"Dans la guerre" d'Alice Ferney

danslaguerrealiceferneyL’histoire : 1914. La guerre éclate et personne n’y croit. Personne ne croit à sa durée, à la douleur et à la violence, et personne n’imagine combien d’hommes vont périr, combien reviendront quatre ans plus tard avec un ineffable effroi dans les yeux. La jeune Félicité n’y croyait pas non plus, à la guerre, et maintenant que Jules, son mari, est parti, elle ne croit pas qu’il pourrait ne pas revenir. Elle l’attend donc, élevant leur tout jeune enfant et accomplissant son travail de paysanne, alors même qu’elle est en butte à la sourde hostilité d’une belle-mère jalouse. Félicité et Jules ne sont pas les seuls protagonistes du drame qu’Alice Ferney a mis en scène dans son roman, il y a aussi Prince, leur chien. Ce Colley, incapable de comprendre et de supporter l’absence de son maître, traverse la France entière pour le rejoindre. Arrivé au front, il apprend avec Jules l’art de tuer et la manière de transmettre des messages quand les soldats ne peuvent passer sous le feu. Incarnation même de la fidélité, Prince comprend alors comment l’homme qui souffre laisse en lui renaître la bête.

La critique de Mr K : Quelle claque mes amis, quelle claque ! Déjà que Grâce et dénuement m’avait cueilli à sa manière mais cette nouvelle lecture d’Alice Ferney m’a définitivement convaincu de l’immense talent de cette auteure à lire absolument. Dans la guerre est à la fois un magnifique hommage aux victimes de la barbarie, un hymne à l’humanité et une très belle chronique familiale.

L’ouvrage commence avec l’ordre de mobilisation placardé sur la place du village. La sanction est tombée : Jules va partir au front laissant derrière lui sa ravissante femme, son enfançon, sa ferme et son colley. Les adieux faits, le voila parti pour un voyage au bout de la nuit, il éprouvera la guerre sous toutes ses formes : en mouvement puis dans les tranchées. Pendant ce temps là, par intermittence, le lecteur retourne à la ferme où se joue une autre partie d’échec entre Félicité (la femme de Jules) et sa belle-mère Julia, assez épouvantable dans son genre. Quant à Prince, le colley de Jules, il va partir sur les routes pour retrouver son maître adoré qu’il secondera dans ces temps difficiles. Angoisses, douleurs, espérances mais aussi courts moments de joie émaillent un récit puissant au souffle intimiste qui éteindrait toute velléité de conflit si l’on se donnait la peine de le lire.

On s’attache immédiatement au couple Jules / Félicité, gens simples de la campagne qui ne sont pas dupes des risques encourus. Liés par un amour fou, ils ne cesseront de penser l’un à l’autre, de poursuivre leur existence chacun de leur côté en espérant un jour se revoir. Rien ne nous est caché de leurs états d’âmes respectifs et cet amour là est d‘une rare force, il transcende le lecteur et c’est souvent l’œil humide qu’on passe au chapitre suivant. C’est beau, c’est pur et tellement solaire comparé à l’horrible réalité de la guerre omniprésente le reste du temps.

Ce sont des regards croisés sur la Première Guerre mondiale qui nous sont ici offerts. Alice Ferney explore l’âme humaine tant au front qu’à l’arrière, des combattants embourbés enterrés jusqu’aux foyers délaissés où triment les femmes. Cela donne lieu à de très belles pages sur la vie au front avec le quotidien si difficile des poilus, l’installation d’un certain fatalisme qui s’inscrit dans les esprits et au final des hommes face à eux-mêmes, à leurs démons. Les descriptions sont fascinantes de réalisme et l’on sent bien que l’auteure a un sens aigu de l’Histoire qu’elle retranscrit à merveille et sans fausses notes. Clairement, moi qui suis un amateur de cette période historique en littérature, cet ouvrage n’a pas à rougir de classiques comme Les Croix de bois de Dorgelès, un de mes romans cultes sur le sujet. Ferney n’a pas son pareil pour donner corps et âme à ses personnages et les inscrire dans la réalité d’une guerre effroyable. Le récit est riche en références, éléments politiques et guerriers qui essaiment le roman sans pour autant l’alourdir. La petite histoire accompagne à merveille la grande.

Voyage sublime et atroce à la fois, c’est haletant et inquiet que l’on suit la vie des différents personnages : la vie de cantonnement au front de Jules avec ses camarades d’infortune dont Joseph et Brêle qui ressortent du lot, Jean Bourgeois un supérieur hiérarchique proche de ses hommes ou encore le colley Prince qui finit par les rejoindre et va servir d’estafette un temps. Camaraderie, solidarité mais aussi injustice et début de rébellion font monter la pression. On s’en doute la fin du roman est un déchirement et une telle histoire ne peut se terminer heureusement. Les atermoiements, hésitations et craintes de celle qui est restée au pays ne sont pas moindre, même si la mort ne guette pas Félicité à chaque minute, elle doit s’occuper du domaine et notamment supporter sa jalouse de belle-mère qui ne lui a jamais pardonné de lui avoir enlevé son fils. Psychodrames, tensions et clashs sont au menu avec en filigrane le grand absent que l’on attend et que l’on espère. Là encore, Ferney peint un tableau pudique et libérateur à la fois, comme si elle réussissait à travers cette famille à dépeindre une époque entière et toute une série de sentiments contradictoires nourris par l’expérience douloureuse que les personnages doivent traverser.

Autre élément présent dans le texte : les animaux. On sent que l’auteure nourrit un amour certain pour ses victimes collatérales du conflit. Au delà de la figure de Prince, modèle de loyauté et de fidélité, on retrouve à plusieurs moments des allusions aux massacres perpétrés par les différentes armées, l’auteure laissant libre court à l’expression d’incompréhension des bêtes face à la furie des hommes. Aussi original qu’efficace, ce procédé donne à voir un point vue supplémentaire sur les actes commis, certes ce n’est pas le plus fouillé dans ce texte mais il a le mérite d’être là et de proposer autre chose, une autre vision. La conclusion reste la même, la boucherie de 14-18 broie tous les êtres, les tuant ou les laissant amorphes sur le bord du chemin. Choc brutal, abrutissement et au final le broyage de l’âme est au rendez-vous.

Ce fut un bonheur de tous les instants que cette lecture. Malgré un thème difficile, des scènes chocs et une trame très pessimiste. On se plaît à parcourir ces mots, lignes, phrases et paragraphes à l’écriture aussi subtile que belle. L’art d’écrire est noble entre tous ici et c’est une très belle évocation de la Première Guerre mondiale que nous propose Alice Ferney. Sur cette thématique et dans l’amour des belles lettres, on ne fait guère mieux. Courez-y !