lamortdslameL'histoire: Les services sociaux installent un pédophile avéré bénéficiant de la liberté conditionnelle en face... d'un jardin d'enfants. Un policier exemplaire se jette d'une falaise alors que les voies de l'ascension sociale lui étaient ouvertes. Des gosses disparaissent du jour au lendemain, sans que leurs familles n'aient la moindre explication. Un tueur en série revient libre des États-Unis pour narguer John Rebus et les médias, dans un jeu terrifiant dont nul ne sait qui sera la prochaine victime... Décidément, rien ne va plus dans la ville d'Edimbourg. Comment faire la part des choses? Partagé entre la raison d’État, les fidélités intimes, le désir de justice et les nostalgies du passé, l'inspecteur John Rebus, une fois de plus, va devoir affronter ses propres contradictions.

La critique de Mr K: Il y avait bien longtemps que je n'avais pas arpenté l'asphalte d'Edimbourg en compagnie de ce cher inspecteur Rebus. Chaque livre d'Ian Rankin s'est révélé un petit bijou d'écriture et de suspens, en l'espace de deux visites chez l'abbé et une brocante, je me suis porté acquéreur de pas moins de quatre aventures de l'inspecteur écossais au pédigré très lourd entre alcool et mélancolie. Vous l'avez compris, il était temps que je me replonge dans la grisaille écossaise pour une enquête haletante et multiforme.

Plusieurs mystères à résoudre se chevauchent dans ce livre placé sous le signe des ténèbres et du côté obscur de l'humanité. Des enfants disparaissent et très vite les soupçons s'orientent vers un pédophile repenti qui va être livré à la vindicte populaire aussi aveugle que monstrueuse. Clairement le ton est donné, on se rapproche d'une ambiance à la Mystic River ou plus récemment, Prisoners. Surtout que Rebus n'est pas blanc-blanc dans l'histoire, son parti-pris premier a des conséquences qu'il ne soupçonnait pas et vont le faire sombrer. Une de ses connaissances et ami flic se suicide sans raison ce qui va l'entraîner encore plus bas. Rajoutez là-dessus un serial killer particulièrement retors relâché pour bonne conduite aux USA avec retour au pays à la clef (Edimbourg) et vous obtenez un cocktail explosif au centre duquel on retrouve la figure tutélaire de Rebus qui va avoir fort à faire durant les 610 pages de ce volume.

On retrouve tout l'amour pour ses personnages qui anime Rankin. C'est avec grand plaisir que l'on retrouve son héros lunaire, grand escogriffe écorché qui s'accroche à la vie on ne sait vraiment pourquoi et comment. Alcool-addict en cours de cure, compagnon absent pour sa compagne la bien nommée Patience, grand nerveux aux accès de fureur peu ou pas contrôlés, il semble s'enfoncer de plus en plus au fil des pages. C'est prégnant et angoissant pour le lecteur, surtout que Rebus s'avère être assez réactionnaire par moment ce qui brouille les pistes et l'empathie que l'on peut ressentir pour ce personnage hors norme. On passe donc par de nombreux états en sa compagnie: on flippe, on rit parfois (mais un tout petit peu...), on est écœuré et par moment l'auteur nous accorde quelques pauses entre nostalgie et mélancolie quand Rebus repense au passé et notamment à son adolescence.

Les personnages secondaires sont aussi très bien traités, que ce soient les proches et amis de Rebus: Patience la compagne fidèle et compréhensive, Sammy sa fille désormais handicapée qui essaie de combattre son état en déversant toute son énergie dans des exercices physiques, Janice (premier amour de Rebus) désespérée par la disparition de son garçon. Autant de destins liés à Rebus et qui comptent sur lui. Les "bad guys" sont de haute volée avec notamment Cary Oakes qui très vite se montre instable et extrêmement dangereux. Vu l'ouverture finale du roman, je pense que l'on le retrouvera dans de futurs romans de la série. Sadique patenté, doublé d'un appétit pour le sang et la violence, il est redoutable de perversité et marque les esprits. Mention spéciale aussi aux émeutiers réacs des quartiers pauvres d'Edimbourg qui m'ont fait irrémédiablement penser au retour des ligues d'extrême droite qui ont tendance à envahir nos écrans de manière nauséabonde (notamment après la fameuse manifestation du "jour de colère"). Ce livre met en exergue les tensions de la société suite à un fait divers affreux et montre bien le fonctionnement de l'esprit humain et surtout de l'effet de foule. On en ressort tout de même ébranlé et franchement avec peu d'espoir dans l'esprit humain.

La mort dans l'âme porte très bien son titre. On rentre vraiment dans un univers morne, sombre, désespéré, décrépi... L'Écosse qui nous est ici décrite n'est pas des plus reluisante. Le malheur est ici omniprésent, les bleus de l'âme sont étalés au grand jour et personne n'est ici épargné. Ian Rankin prend un malin plaisir à tisser les trames d'un scénario qui se révèle ici être une véritable toile d'araignée. On se fait balader du début à la fin et franchement le suspens est maintenu jusqu'au bout. On retrouve tout le talent d'écrivain hors pair de Rankin, la langue est simple, détaillée et gouleyante à souhait. Les pages se tournent sans effort et il est quasiment impossible de relâcher le livre avant la dernière page tant l'addiction est forte.

Pour ma part, c'est le meilleur de la série en attendant de lire les trois autres qui sont toujours dans ma PAL.

Lu et chroniqué au Capharnaüm éclairé:
- "Nom de code: Witch"
- "Le fond de l'enfer"
- "Rebus et le loup-garou de Londres"