samedi 30 décembre 2017

"L'Ombre du tueur" de Ian Rankin

L_Ombre_du_tueur

L’histoire : A la fin des années soixante, un serial killer surnommé "Bible John" a semé la terreur en Écosse avant de se volatiliser. Trente ans plus tard, Édimbourg est le théâtre d'une série de meurtres similaires. Bible John serait-il de retour ? La police serait prête à le croire, si elle n'avait la preuve que le meurtrier, auquel elle donne le sobriquet de "Johnny Bible", est jeune.

John Rebus, officiellement chargé d'une autre affaire, suit une piste qui va le mener à Johnny Bible...

La critique de Mr K : Il s’en est fallu vraiment de peu pour que je ne lise pas une aventure de l’inspecteur Rebus en 2017. Heureusement un moment de lucidité m’a remis sur le droit chemin en cherchant un ouvrage à lire dans ma PAL. J’avais alors pas moins de trois ouvrages de Ian Rankin ! Je choisissais celui-ci qui se déroule antérieurement à certains titres que j’ai pu déjà lire de la saga de cet inspecteur au charisme incroyable. L’Ombre du tueur ne déroge pas à la règle et m’a confirmé une fois de plus tout le talent que possède l’auteur pour tenir en haleine ses lecteurs.

On retrouve John Rebus en très fâcheuse posture. Placardisé suite à une affaire qui a mal tourné, le voila muté loin de St Leonard dans un commissariat de seconde zone d’Edimbourg. Il y traite les affaires courantes, des conflits de moindre importance qui le brident et l’empêchent d’exploiter l’étendue de ses talents. Il s’agit d’un travail de routine dans un quartier en crise où les tensions entre la population et les forces de l’ordre sont monnaie courante. Rebus boit pour oublier, on suit ses incessants passages au pub où il collectionne pintes de bière et lampées de whisky, fuyant par ce subterfuge un passé qu’il ne peut surmonter. Triste sire que ce Rebus diminué mais cependant toujours investi dans son travail, sa vocation...

Le récit débute avec une enquête sur un tueur en série dont le modus operandi ressemble à s’y méprendre à Bible John, un ancien serial-killer jamais arrêté et qui sévissait dans les années 60 et 70. Rebus va se retrouver mêlé à cette affaire en poursuivant la piste de voyous ayant assassiné indirectement un homme à priori innocent (la scène d’ouverture vous met dans le bain directement et de manière assez choquante). On alterne donc des références au passé avec un présent qui remet au goût du jour les meurtres d’un tueur insaisissable qui n’apprécie pas qu’on le copie et qu’on l’imite. Pour le coup, c’est deux limiers que l’on accompagne sur la piste du copycat avec leurs techniques et méthodes bien distinctes !

D’Edimbourg à Glasgow en passant par Aberdeen, on replonge avec délice dans l’Écosse de Rankin. Le climax de ce volume est très poisseux, dérangeant même. En plus d’un Rebus complètement borderline, on explore la face sombre de cette partie du Royaume-Uni: la mafia de la drogue et ses méthodes expéditives, l’industrie pétrolière et ses pratiques toutes aussi douteuses parfois, la pauvreté et la misère sur lesquels prospèrent le crime et la violence. Saisissant de réalisme comme toujours, Rankin n’a pas son pareil pour planter une ambiance et densifier le contexte tout en ne négligeant pas l’enquête et ses multiples circonvolutions. Dans ce volume, on croise aussi de vieilles connaissances comme Siobhan Clarke, Gill Templer ou encore Jack l’ancien coéquipier de Rebus. C’est un peu comme si on se retrouvait dans une vieille réunion de famille. Tous, à leur manière, s’inquiètent pour notre héros et lui apporteront leur aide au moment voulu pour son enquête mais aussi dans sa quête de rédemption.

Il ne faut pas moins de 640 pages à l’auteur pour nous conter cette nouvelle aventure et on ne les voit pas passer. Pas de longueur ni de passages inutiles, le lecteur est hypnotisé par le chemin de croix d’un Rebus encore plus touchant que jamais. La séduction de l’écriture fine et incisive de Rankin est toujours aussi accrocheuse et nous sommes emportés par les remous d’un récit à tiroir qui cloue le lecteur à son livre, l’empêchant même de le reposer pour vaquer aux occupations du quotidien. Ce livre est donc redoutable dans son genre, une sacrée expérience pour un plaisir de lecture optimum. À découvrir au plus vite si vous êtes amateur du genre et du personnage principal. Ce serait péché de passer à côté !

Egalement lus et chroniqués au Capharnaüm éclairé :
"Nom de code: Witch"
"Le fond de l'enfer"
"Rebus et le loup-garou de Londres"
"L'Étrangleur d'Edimbourg"
"La Mort dans l'âme"
"Le Jardin des pendus"
"Causes mortelles"
"Du Fond des ténèbres"
- "La Colline des chagrins"

Posté par Mr K à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 15 août 2016

"La Colline des chagrins" de Ian Rankin

001

L'histoire : Alors que Flip Balfour, la fille d'un banquier d'Édimbourg, vient de disparaître, un minuscule cercueil en bois est retrouvé sur la propriété familiale. Pendant que Rebus s'intéresse à des cercueils identiques exposés au Museum of Scotland, la constable Siobhan Clarke planche sur les énigmes proposées par un mystérieux Quizmaster, contact de Flip sur Internet. La police s'interroge : quel est le lien entre Quizmaster et d'autres meurtres commis dans la région entre 1972 et 1995 ? Aux prises avec ses démons personnels, Rebus joue contre sa hiérarchie avec une obstination quasi suicidaire. La ville d'Édimbourg, sa beauté ténébreuse, son histoire - en particulier celle de la chirurgie - et son passé sanglant lui disputent le premier rôle.

La critique de Mr K : C'est toujours avec une belle envie que je rentre dans une aventure de l'inspecteur Rebus. L'été d'ailleurs se prête bien à la lecture de cette série littéraire policière qui conjugue immersion réaliste et érudite dans l'Écosse d'aujourd'hui et enquêtes policières à rebondissement. Sans compter les innombrables personnages que nous retrouvons d'un volume à l'autre avec à la clef des révélations sur leur passé et leur évolution. La Colline des chagrins n'échappe pas à la règle comme vous allez pouvoir le lire, on y retrouve tous les bons ingrédients qui font de Ian Rankin l'un des meilleurs écrivain dans son genre.

Rebus et toute l'équipe de St Leonard se retrouvent confrontés à la disparition d'une riche héritière dans le style "jeune fille pourrie gâtée". Seul indice, un mystérieux cercueil de taille réduite contenant une poupée. Très très mince pour pouvoir deviner ce qui s'est déroulé si ce n'est que des artefacts de ce type ont déjà été retrouvés dans le passé et à chaque fois en lien avec une disparition ou un meurtre. Rien de réjouissant donc pour la famille et pour les forces de l'ordre qui vont tout faire pour retrouver Philippa Balfour. En parallèle, Rebus et consorts découvrent que cette dernière jouait à un jeu d'énigmes sur internet mené par un certain Quizmaster. Siobhan Clarkhe, l'héritière de Rebus en quelque sorte, va décider de jouer à son tour et cela va la mener très loin, et surtout au plus près d'un être dérangé. La partie ne fait que commencer !

Autant vous le dire de suite, j'ai adoré cette enquête de Rebus. Les 625 pages de ce volume se lisent d'une traite et il est très difficile de relâcher le livre tant on est pris par l'histoire, les personnages et les lieux décrits. C'est la grande force de Rankin, ancrer son histoire dans une réalité non altérée, sans fioritures ; proposer des personnages ciselés et attachants et manier le suspens et les révélations avec une dextérité de maître de l'écriture. On alterne découvertes macabres, interrogatoires tendus, coups à boire au pub, soirées intimistes, points d'Histoire et de culture écossaise. Une certaine idée du bonheur de lecture en quelque sorte !

On retrouve un Rebus une fois de plus au fond du trou : seul et aux prises avec son démon de l'alcool. Toujours en conflit avec sa hiérarchie (gros changement dans les effectifs historiques d'ailleurs dans ce volume, bye bye "Le paysan"), il peut cependant compter sur des amis et des collègues sûrs que nous prenons plaisir à retrouver une nouvelle fois. Ils ne seront pas de trop pour contrer les manières bourrues et peu orthodoxes de John Rebus toujours aussi charismatique et poignant parfois. J'aime le bonhomme, sa philosophie de vie, son érudition d'homme du peuple et sa propension au sacrifice. Dans ce domaine, il fait d'ailleurs très fort dans ce volume de ses aventures. J'ai déjà hâte de lire la suite (qui m'attend d'ailleurs dans ma PAL) pour savoir quel va être son devenir avec Jean notamment, la belle conservatrice du musée d'Edimbourg, en savoir plus aussi sur Sammy sa fille handicapée (peu ou pas évoquée dans La Colline des chagrins) ou encore enfin découvrir davantage de choses sur son passé militaire et ses relations difficiles avec son père. Mais sachons être patient, Ian Rankin n'aimant rien moins que distiller les infos avec une parcimonie de bon aloi suscitant intérêt et curiosité.

Tout autour du bon inspecteur gravite une galaxie de personnages secondaires toujours aussi accrocheurs et vivants. On retrouve avec plaisir les jeunes pousses en devenir du poste de police avec leurs préoccupations quotidiennes quant à leur carrière et leur vie sentimentale, des inspecteurs promus super-intendants (équivalent écossais d'un commissaire) et tâtant leurs nouvelles prérogatives (Sacrée Gill Templer !). Beaucoup se livrent davantage qu'à leur habitude et leurs atermoiements respectifs concernent une bonne moitié de l'ouvrage. Loin de délayer l'ensemble, il l'enrichit, le diversifie et l'humanise profondément. Les nouveaux personnages ne sont pas en reste avec notamment un journaliste bien teigneux et haïssable dans son absence totale de déontologie (oui, je suis naïf, aujourd'hui c'est monnaie courante quand on recherche le "buzz" à tout prix), un retraité de la médecine légale obsédé par son passé perdu et adepte de la collaboration avec la police, des notables d'Edimbourg détestables dans leurs manières cachant de sombres secrets... On partage des instants de vie avec chacun, révélant les liens sociaux et culturels d'une Écosse trop méconnue malheureusement.

Cette Écosse, Ian Rankin grand amateur de rock devant l'éternel (les références sont multiples dans chaque ouvrage) nous la dépeint avec le talent qu'on lui connaît trop bien. Chaque description est saisissante et en fermant les yeux on s'imagine très bien dans tel pub enfumé, au bord de tel Loch ou encore dans tel quartier populaire en décrépitude. Franchement on en redemande et plus le temps passe avec les lectures de Rankin et plus je me dis qu'il va falloir sérieusement que nous envisagions un voyage en Écosse Nelfe et moi. L'immersion est une fois de plus totale, sans effusions d'aucune sorte et artifice gratuit, la vie seulement dans son apparente tranquillité mais sa redoutable complexité quand on explore et fouille les âmes de chacun.

Au final, une lecture une fois de plus jouissive et prenante : l'enquête est haletante (la conclusion m'a surpris encore une fois), le développement des personnages est toujours aussi malin et complexe, et le voyage en Écosse se révèle toujours fascinant. Une bien bonne lecture dans la lignée de la série Rebus qui décidément reste un cas à part et terriblement addictif dans la littérature policière. Chapeau bas l'artiste !

Egalement lus et chroniqués au Capharnaüm éclairé :
"Nom de code: Witch"
"Le fond de l'enfer"
"Rebus et le loup-garou de Londres"
"L'Étrangleur d'Edimbourg"
"La Mort dans l'âme"
"Le Jardin des pendus"
"Causes mortelles"
- "Du Fond des ténèbres"

Posté par Mr K à 18:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 18 mars 2016

"Du fond des ténèbres" de Ian Rankin

bm_1721_1525648

L'histoire : Noël approche, les élections législatives aussi. Les ouvriers s'activent à Queensberry House : le siège du nouveau Parlement doit être prêt à temps. La découverte d'un corps momifié dans une cheminée, puis la mort d'un mystérieux clochard passent presque inaperçues au regard de l'assassinat d'un fils de famille engagé dans la course électorale. Trois morts, dont deux inconnus : l'inspecteur Rebus voit un lien entre eux et suit son instinct. Sa hiérarchie, lui reprochant de toujours chercher ce qui n'existe pas, désapprouve. En chemin, il croisera ses démons habituels, l'alcool, la solitude, les aléas de la justice, et son vieil ennemi, le caïd "Big Ger" Cafferty.

La critique de Mr K : Mon premier Rebus de 2016 et quel volume! Rankin va très loin avec Du fond des ténèbres qui porte très bien son nom. Un inspecteur au fond du gouffre qui laisse libre court à son alcoolisme latent, des morts mystérieuses, des magouilles peu recommandables entre le crime organisé et le pouvoir politique, voici les principaux ingrédients de cette enquête haletante d'un de mes héros policiers préférés! Suivez-moi à Edimbourg entre ruelles obscures et salons de privilégiés pour un livre qui décoiffe et retourne son lecteur!

L'action commence plutôt classiquement avec la découverte de cadavres que rien ne semble relier les uns aux autres. Il y a ce clochard qui semble s'être suicidé et qui a choisi de vivre dans la rue malgré les 400 000 livres déposées sur son compte en banque, ce jeune politique plein d'avenir agressé et tué à l'arme blanche à la sortie d'un pub et puis il y a un violeur en série en liberté que la police n'arrive pas à attraper… Rebus est sur le coup mais on le muselle une fois de plus en lui collant aux basques dans le présent volume un jeune arriviste aux dents longues. Il faut dire que cela fait longtemps qu'il n'est plus en odeur de sainteté avec sa hiérarchie qu'il aime tant provoquer et malmener. Heureusement, il peut compter sur ses fidèles lieutenants dont la séduisante Siobhan Clarke qui aura ici un rôle décisif.

Nous continuons à explorer Edimbourg de fond en comble avec une visite des beaux quartiers dans Du fond des ténèbres, élément qui diverge de mes précédentes lectures tant Rankin aime détailler le caractère crépusculaire de la cité écossaise. Pour autant, les riches n'ont rien à envier aux classes populaires, les scènes d'interrogatoires donnent lieu à de savoureuses passes d'armes entre membres d'une même famille et même vis-à-vis des policiers considérés comme des larbins. Rébus ne s'en laisse pas pour autant compter et va avoir bien du mal à démêler un sac de nœud particulièrement retors. Surtout qu'il traîne sa peine avec lui et a bien du mal à résister à l'appel des pubs, de la bière et du whisky. Jamais on ne l'a senti aussi proche de la chute et on tremble pour lui tant il flirte avec les lignes et est à deux doigts de perdre son travail et même la vie.

En contre-point, on explore encore les arcanes du crime et c'est avec un bonheur non feint que l'on retrouve l'alter ego négatif de Rebus dans la peau de son plus vieil ennemi "Big Ger" Cafferty. Ils entretiennent vraiment de drôles de rapports ces deux là, un peu à la manière de Ryan Hardy et Joe Carroll dans la super série The Following. Ils aiment se détester mais ils ne peuvent s'empêcher de s'apprécier et finalement de se mesurer l'un à l'autre pour se mettre en valeur. Cela donne lieu à des discussions alambiquées, mêlant fiel et petites reculades sensibles à la teneur hautement jubilatoire quand on suit bien la saga Rebus.

Loin de se clarifier, la trame se complexifie au contraire au fil des chapitres, Rankin aime à perdre son lecteur en lui fournissant fausses pistes et demi-vérités comme à nos enquêteurs chéris qui pataugent littéralement les 3/4 du livre. Le final est assez tétanisant dans son genre et ouvre la voie à de futurs développements qui laissent envisager de gros bouleversements et des combats à venir riches en promesse. La lecture fut donc prenante comme jamais, j'ai alterné entre exaltation, abattement et nouvel espoir comme jamais dans un livre du genre policier. Sans doute un des meilleurs de la série des Rebus. À ne surtout pas manquer!

Egalement lus et chroniqué au Capharnaüm éclairé :
"Nom de code: Witch"
"Le fond de l'enfer"
"Rebus et le loup-garou de Londres"
"L'Étrangleur d'Edimbourg"
"La Mort dans l'âme"
"Le Jardin des pendus"
- "Causes mortelles"

Posté par Mr K à 18:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 5 décembre 2015

"Causes mortelles" de Ian Rankin

001

L'histoire : Le festival théâtral d'Edimbourg bat son plein. Mais l'inspecteur John Rebus n'a pas le cœur à se mêler à la liesse générale : on a découvert, dans les couloirs de la vieille ville souterraine, le cadavre d'un jeune homme. Il a été torturé et assassiné selon la méthode utilisée par l'IRA pour punir les traîtres. Or la victime semble avoir été plutôt liée aux nationalistes écossais. Les feux d'artifice du festival risquent d'être particulièrement explosifs cette année...

La critique de Mr K : Retour chez Rankin avec la deuxième enquête de ce cher inspecteur Rebus que j'affectionne tant! Retour en arrière dans la chronologie des aventures de ce policier, sous la plume de Ian Rankin, les voies du chinage sont elles aussi impénétrables... Il s'agit dans Causes mortelles du deuxième ouvrage le mettant en scène. Ce détail a de l'importance car il permet de mesurer l'évolution de Rebus et faire davantage connaissance avec des personnages déjà croisés auparavant, le tout sous le signe du terrorisme nationaliste et de l'embrigadement de la jeunesse. Tout rapprochement avec la récente actualité est totalement fortuit et non voulu.

Rebus n'aime pas cette période festive qui bat son plein chaque année à la même époque à Edimbourg. Non pas qu'il déteste le théâtre de rue (sic) mais la tension monte d'un cran, la surveillance doit être accrue et la police est sur les dents. Simple inspecteur de quartier, il se retrouve confronté à une affaire plus importante qu'à son habitude. Un jeune homme est retrouvé mort dans l'ancienne ville et tout porte à croire qu'il a été exécuté à la mode IRA, une balle dans chaque articulation et pour finir un ravalement de façade façon mafia. Très vite, il va devoir collaborer avec une section spéciale dédiée aux affaires dites "d'État". Vu le caractère du bonhomme, vous imaginez que la collaboration ne va pas être facile surtout qu'il semble qu'on lui mette des bâtons dans les roues. La quête de la vérité sera longue, âpre et pavée de mauvaises intentions…

Quel plaisir d'abord de retrouver Rebus. Plus jeune, plus instinctif, on retrouve son côté impulsif, borderline et ses intuitions dont il a le secret. Sa fille n'est pas encore handicapée mais il ne la voit pas du tout. Il a une liaison avec Patience, sa douce et compréhensive doctoresse de maîtresse mais malgré ces quelques embellies, il abuse de la dive bouteille pour noyer ses remords et son chagrin. Pour autant, il se bat contre ses démons et mène l'enquête avec le brio qu'on lui connaît. Inspirant la méfiance auprès de la brigade spéciale qu'il doit intégrer contre son gré (Rebus est peu sociable), il va se heurter au syndrome du petit nouveau (assez rigolo quand on connaît son passif et son expérience) et "se frictionner" sévèrement avec quelques collègues. Il fera aussi de bonnes rencontres et trouvera même son alter ego, ce qui donne lieu en fin de roman à des passages savoureux entre interrogatoires croisés et scènes d'action drôlatiques les mettant aux prises avec de jeunes imbéciles insolents et mal élevés (pour rester poli).

Édimbourg est arpenté une fois de plus de part en part par les personnage, livrant ainsi une vision tourmentée et détaillée de cette métropole. L'ambiance est à la fête certes mais en arrière plan se joue des luttes séculaires d'influence et de territoire. Il est ainsi beaucoup question de l'opposition entre catholiques et protestants (au détour d'un derby entre deux équipes du cru notamment) où chacun se lance des noms d'oiseau et se répand en sentences agressives. Véritable cercle vicieux, Rebus et ses acolytes se doivent de déjouer les apparences et de démêler le vrai du faux dans un sac de nœud bien fourni! Rajoutez là-dessus, une dose d'organisation identitaire radicale avec ses théoriciens, ses financiers, ses recruteurs et ses jeunes loups aux dents longues (souvent décérébrés et totalement manipulés) et vous obtenez un livre policier bien tendu où la pression ne fait que monter, débordant le cadre de l'enquête en elle-même et menaçant la vie de Rebus. Horreur, Malheur!

En cela, Causes mortelles se démarque quelque peu des autres romans de la saga Rebus par son caractère documentaire qui apparaît à travers les situations et personnages exposés. Portrait d'une société clivée qui essaie de survivre malgré tout, de penser au lendemain plutôt qu'au passé, l'Écosse est ici joyeuse et taciturne, revendicatrice mais aussi ouverte. L'écriture de Rankin fait une fois de plus merveille et retranscrit à merveille les lieux, la tension et des scènes d'action parfois hautes en couleur. Un bijou de plus dans ma collection pour un auteur toujours aussi efficace et talentueux. Vivement le prochain, trois autres volumes m'attendent dans ma PAL!

Egalement lus et chroniqué au Capharnaüm éclairé :
"Nom de code: Witch"
"Le fond de l'enfer"
"Rebus et le loup-garou de Londres"
"L'Étrangleur d'Edimbourg"
"La Mort dans l'âme"
- "Le Jardin des pendus"

Posté par Mr K à 17:39 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 26 avril 2015

"Le Jardin des pendus" de Ian Rankin

ianrankin jardindespendus

L'histoire: Le Gros Cafferty, chef de la pègre d'Édimbourg, est sous les verrous. Mais d'autres malfrats veulent profiter de l'opportunité pour s'emparer de ce juteux territoire. Faut-il laisser les loups se dévorer entre eux? L'inspecteur Rébus n'est pas loin de le penser. Pourtant, lorsque sa propre fille se fait écraser par un chauffard et qu'une jeune Yougoslave échappée d'un réseau de prostitution demande sa protection, Rébus n'a plus le choix… Entre secrets d'État et criminalité organisée, l'inspecteur va mener l'enquête la plus éprouvante de sa carrière.

La critique de Mr K: Qu'il est bon de replonger dans le Edimbourg crépusculaire cher à l'inspecteur Rébus et à Ian Rankin. Ça faisait déjà un an que je n'y étais pas retourné, mauvais lecteur que je suis! Heureusement, un hasard heureux a voulu que je réussisse à dégoter le présent volume qui me permettra de faire le lien avec trois autres romans qui se suivent. Ce Jardin des pendus est en plus précédé d'une excellent réputation sur la blogosphère et auréolé du Prix du meilleur Polar étranger du festival de Films policier de Cognac en 2003. Inutile de vous dire alors que je partais très optimiste et que je n'ai pas été déçu.

Le sort s'acharne sur Rébus dans cette enquête multiforme. Il n'a pas le temps de se féliciter d'avoir mis derrière les barreaux le chef de la pègre d'Édimbourg (Cafferty) que déjà des bandes rivales placent leur pions pour essayer de grignoter le territoire laissé à l'abandon: intimidations, coups de force, apparition de nouveaux trafics (drogue, prostitution) et même des yakuzas japonais qui semblent s'intéresser à ce marché en devenir que représente l'Écosse. Rajoutez à cela sa fille victime d'un accident, plongée dans le coma et un personnage énigmatique, accusé de crime contre l'humanité qui coule une retraite paisible en Écosse et vous vous retrouvez face à un roman très dense ou notre pauvre inspecteur déjà bien abîmé par la vie va devoir affronter ses limites, sa morale et sa hiérarchie.

Dense et long (environ 500 pages), ce roman ne s'en lit pour autant pas plus lentement tellement le lecteur est pris en otage par le sens du suspens et du récit de Rankin. Rébus reste fidèle à lui-même, à la différence qu'il est en plein sevrage alcoolique (son gros souci récurrent). Cela le montre plus fragile, plus alerte aussi en terme de ressenti et nous le rend encore plus sympathique. C'est véritablement le monde qui s'effondre lorsque Sammy (sa fille) se retrouve entre la vie et la mort. Pourtant, comme à son habitude, il se réfugie dans le travail, se cache derrière ses responsabilités au mépris de ses proches (son mariage raté ne lui a pas servi de leçon). Il peut cependant compter sur son ami Jack qui l'a aidé à arrêter la boisson et sur la charmante Patience, une ancienne amante pour qui il garde une tendresse particulière -elle aussi d'ailleurs-. Rankin au détour de ce volume nous livre une clef de la psyché de son héros à travers un événement peu reluisant de sa jeunesse, du temps où il appartenait encore à l'armée anglaise. Mise en perspective avec toutes mes lectures précédentes, cela donne encore plus de relief à ce personnage si complexe et torturé. Vous lirez dans ce volume des passages d'une grande tristesse et la mélancolie s'installera durablement, croyez-moi.

On explore une fois de plus une Écosse peu reluisante. On fait connaissance notamment avec une bande de jeunes loups aux dents longues ne reculant devant rien pour se faire une place au soleil. Cela donne une galerie de personnages peu recommandables se croyant au dessus des lois et totalement désinhibés. On se prend à s'agacer puis à s'énerver face à ces petites frappes qui n'hésitent pas à narguer la police. On retrouve aussi des gros poissons du crime organisé qui manipulent à la fois ces jeunes pousses et la police. Cette dernière ne lâche pour autant pas le morceau, patauge pas mal et finira (grâce à Rébus) à prendre les malfrats à leur propre piège. Peu de place pour l'espoir donc dans ce roman avec un héros qui accuse le coup et des malfaiteurs bien retors. Reste quelques passages obligés au pub pour un peu de chaleur et encore…

Plusieurs trames se chevauchent et s'entrecroisent dans cette enquête aux ramifications nombreuses et parfois étonnantes. Loin de se contenter de recettes éculées, Rankin s'amuse à multiplier les fausses pistes. Le lecteur est donc régulièrement égaré puis repris par un énième rebondissement qui semble mener Rébus à la solution. Cette dernière n'arrive finalement qu'au dernier instant, de façon lapidaire et brutale. Rien à redire, l'effet est garanti et l'amateur que je suis à encore été conquis. Vous l'avez compris, quitte à me répéter, il faut lire Rankin pour son talent d'écrivain policier vraiment efficace et son humanité qui se traduit en premier lieu par l’inspecteur Rébus au charisme incroyable et intact.

Lu et chroniqué au Capharnaüm éclairé:
"Nom de code: Witch"
"Le fond de l'enfer"
"Rebus et le loup-garou de Londres"
- "L'Étrangleur d'Edimbourg"
- "La Mort dans l'âme"

 

Posté par Mr K à 18:45 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 31 mars 2014

"La mort dans l'âme" de Ian Rankin

lamortdslameL'histoire: Les services sociaux installent un pédophile avéré bénéficiant de la liberté conditionnelle en face... d'un jardin d'enfants. Un policier exemplaire se jette d'une falaise alors que les voies de l'ascension sociale lui étaient ouvertes. Des gosses disparaissent du jour au lendemain, sans que leurs familles n'aient la moindre explication. Un tueur en série revient libre des États-Unis pour narguer John Rebus et les médias, dans un jeu terrifiant dont nul ne sait qui sera la prochaine victime... Décidément, rien ne va plus dans la ville d'Edimbourg. Comment faire la part des choses? Partagé entre la raison d’État, les fidélités intimes, le désir de justice et les nostalgies du passé, l'inspecteur John Rebus, une fois de plus, va devoir affronter ses propres contradictions.

La critique de Mr K: Il y avait bien longtemps que je n'avais pas arpenté l'asphalte d'Edimbourg en compagnie de ce cher inspecteur Rebus. Chaque livre d'Ian Rankin s'est révélé un petit bijou d'écriture et de suspens, en l'espace de deux visites chez l'abbé et une brocante, je me suis porté acquéreur de pas moins de quatre aventures de l'inspecteur écossais au pédigré très lourd entre alcool et mélancolie. Vous l'avez compris, il était temps que je me replonge dans la grisaille écossaise pour une enquête haletante et multiforme.

Plusieurs mystères à résoudre se chevauchent dans ce livre placé sous le signe des ténèbres et du côté obscur de l'humanité. Des enfants disparaissent et très vite les soupçons s'orientent vers un pédophile repenti qui va être livré à la vindicte populaire aussi aveugle que monstrueuse. Clairement le ton est donné, on se rapproche d'une ambiance à la Mystic River ou plus récemment, Prisoners. Surtout que Rebus n'est pas blanc-blanc dans l'histoire, son parti-pris premier a des conséquences qu'il ne soupçonnait pas et vont le faire sombrer. Une de ses connaissances et ami flic se suicide sans raison ce qui va l'entraîner encore plus bas. Rajoutez là-dessus un serial killer particulièrement retors relâché pour bonne conduite aux USA avec retour au pays à la clef (Edimbourg) et vous obtenez un cocktail explosif au centre duquel on retrouve la figure tutélaire de Rebus qui va avoir fort à faire durant les 610 pages de ce volume.

On retrouve tout l'amour pour ses personnages qui anime Rankin. C'est avec grand plaisir que l'on retrouve son héros lunaire, grand escogriffe écorché qui s'accroche à la vie on ne sait vraiment pourquoi et comment. Alcool-addict en cours de cure, compagnon absent pour sa compagne la bien nommée Patience, grand nerveux aux accès de fureur peu ou pas contrôlés, il semble s'enfoncer de plus en plus au fil des pages. C'est prégnant et angoissant pour le lecteur, surtout que Rebus s'avère être assez réactionnaire par moment ce qui brouille les pistes et l'empathie que l'on peut ressentir pour ce personnage hors norme. On passe donc par de nombreux états en sa compagnie: on flippe, on rit parfois (mais un tout petit peu...), on est écœuré et par moment l'auteur nous accorde quelques pauses entre nostalgie et mélancolie quand Rebus repense au passé et notamment à son adolescence.

Les personnages secondaires sont aussi très bien traités, que ce soient les proches et amis de Rebus: Patience la compagne fidèle et compréhensive, Sammy sa fille désormais handicapée qui essaie de combattre son état en déversant toute son énergie dans des exercices physiques, Janice (premier amour de Rebus) désespérée par la disparition de son garçon. Autant de destins liés à Rebus et qui comptent sur lui. Les "bad guys" sont de haute volée avec notamment Cary Oakes qui très vite se montre instable et extrêmement dangereux. Vu l'ouverture finale du roman, je pense que l'on le retrouvera dans de futurs romans de la série. Sadique patenté, doublé d'un appétit pour le sang et la violence, il est redoutable de perversité et marque les esprits. Mention spéciale aussi aux émeutiers réacs des quartiers pauvres d'Edimbourg qui m'ont fait irrémédiablement penser au retour des ligues d'extrême droite qui ont tendance à envahir nos écrans de manière nauséabonde (notamment après la fameuse manifestation du "jour de colère"). Ce livre met en exergue les tensions de la société suite à un fait divers affreux et montre bien le fonctionnement de l'esprit humain et surtout de l'effet de foule. On en ressort tout de même ébranlé et franchement avec peu d'espoir dans l'esprit humain.

La mort dans l'âme porte très bien son titre. On rentre vraiment dans un univers morne, sombre, désespéré, décrépi... L'Écosse qui nous est ici décrite n'est pas des plus reluisante. Le malheur est ici omniprésent, les bleus de l'âme sont étalés au grand jour et personne n'est ici épargné. Ian Rankin prend un malin plaisir à tisser les trames d'un scénario qui se révèle ici être une véritable toile d'araignée. On se fait balader du début à la fin et franchement le suspens est maintenu jusqu'au bout. On retrouve tout le talent d'écrivain hors pair de Rankin, la langue est simple, détaillée et gouleyante à souhait. Les pages se tournent sans effort et il est quasiment impossible de relâcher le livre avant la dernière page tant l'addiction est forte.

Pour ma part, c'est le meilleur de la série en attendant de lire les trois autres qui sont toujours dans ma PAL.

Lu et chroniqué au Capharnaüm éclairé:
- "Nom de code: Witch"
- "Le fond de l'enfer"
- "Rebus et le loup-garou de Londres"

Posté par Mr K à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 4 septembre 2012

"L'étrangleur d'Edimbourg" d'Ian Rankin

etr2L’histoire: John Rebus parcourait la jungle de la ville, une jungle que les touristes ne voient jamais, trop occupés à mitrailler les temples dorés du passé. Edimbourg était une ville d’apparences; le crime n’y était pas moins présent, tout juste plus difficile à repérer. Edimbourg était schizophrène, la ville de Jekyll et Hyde, bien entendu, mais aussi celle de Deacon Brodie, des manteaux de fourrure sans petite culotte, comme on disait à Glasgow. Mais c’était aussi une petite ville. Un avantage pour Rebus.

Il traqua sa proie dans les bars à voyous, dans les lotissements où le chômage et l‘héroïne tenaient lieu de blason, parce qu’il savait que quelqu’un d’aguerri saurait survivre dans cet anonymat. Jetant un coup d’œil à la ronde, il vit qu’il avait atterri au cœur du désespoir.

La critique de Mr K: Un petit plaisir qui ne se refuse pas aujourd’hui avec une enquête de l’inspecteur Rebus. Et par n’importe laquelle vu qu’il s’agit avec ce volume de la première le mettant en scène, l’occasion pour moi d’en savoir un peu plus sur cet ombrageux policier écossais au charme aussi discret que puissant.

Un tueur sème la mort et la terreur à Edimbourg. Il enlève de très jeunes filles et les étrangle. Toute la police est sur les dents et Rebus (encore seulement inspecteur adjoint) s’occupe de tâches subalternes. Ainsi, il doit trier le bon grain de l’ivraie des appels à témoin et recouper les infos. On fait connaissance avec son collègue McGregor avec qui il passe la plupart de son temps au taf mais aussi face au zinc... On suit donc cette enquête au fil des pérégrinations et des humeurs de Rebus. Se rajoute à cette trame, de mystérieux courriers anonymes que notre inspecteur préféré reçoit au bureau puis par la suite à son domicile. La menace semble se rapprocher et le dernier acte est échevelé à souhait!

Mais l’intérêt de ce volume est tout autre à mes yeux. C’est vrai que l’enquête se suit avec plaisir mais on est rarement surpris et le rythme est plutôt pépère. Par contre, on en apprend beaucoup sur Rebus et j’ai apprécié cet éclairage sur ce personnage que j’apprécie au plus haut point. On fait d’abord connaissance avec son frère Michaël qui a suivi les pas de leur père comme hypnotiseur mais derrière son insolente réussite on sent bien que quelque chose cloche. On rencontre aussi la fille de Rebus, Samantha, jeune fille aux portes de l’adolescence qui adore son père malgré l’éloignement (il est divorcé). On croise son ex femme très subrepticement et au gré de ses passages au bar, Rebus se confie au lecteur et l’on ne peut qu’être touché en plein coeur. Décidément ce personnage bien que classique dans sa psyché est marquant et ce volume est idéal pour faire sa connaissance. Au fil de la lecture, on découvre aussi la vie qu’il a mené avant de rentrer dans la police quant il a postulé pour un service spécial du SAS (élite de l’armée anglaise), le passé va faire écho avec le présent tôt ou tard mais sous quelle forme? Je vous laisse le découvrir.

Au final, L’étrangleur d’Edimbourg a été un bonheur de tous les instants. Les pages défilent toutes seules, on se prend au jeu et il est une fois de plus très difficile de lâcher l’ouvrage tant on veut en apprendre plus. Résultat, une moitié de nuit blanche et une lecture mémorable que je vous conseille grandement.

Lu et chroniqué au Capharnaüm éclairé:
- "Nom de code: Witch"
- "Le fond de l'enfer"
- "Rebus et le loup-garou de Londres"

Posté par Mr K à 19:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 11 juin 2012

"Rebus et le loup-garou de Londres" d'Ian Rankin

Rebus-et-le-loup-garou-de-LondresL'histoire: Un tueur en série sème la terreur à Londres. Parce que sa première victime a été retrouvée dans Wolf street (rue du Loup), parce qu'il laisse une morsure sur le ventre des femmes qu'il assassine, la presse l'a baptisé le Loup-Garou.
Désemparée, la police londonienne fait appel à l'inspecteur John Rebus en qui elle voit, depuis l'affaire de L'Étrangleur d'Édimbourg, un expert ès tueurs en série. L'Écossais plonge alors dans l'univers de la métropole, avec ses métros bondés et ses quartiers dangereux.
Fidèle à lui-même, Rebus ne se fait pas que des amis dans la police londonienne et manque d'être renvoyé à Édimbourg. Quand une jeune et séduisante psychologue propose de réaliser un profil du tueur, l'occasion est trop belle pour qu'il la refuse. Toujours adepte des méthodes peu orthodoxes, il cherche encore à provoquer l'assassin. Celui-ci semble néanmoins garder une longueur d'avance sur la police.
Meurtre après meurtre, le Loup-Garou, rattrapé par sa folie, sombre peu à peu dans une spirale destructrice qui menace d'emporter Rébus et sa jolie – mais pas si innocente- psychologue...

La critique de Mr K: C'est avec un grand plaisir que je suis retourné dans l'univers de Rankin et dans la peau de son personnage fétiche: John Rebus, inspecteur écossais (ici en exil londonien) au caractère bien trempé et à la descente de pinte impressionnante! Il est ici confronté à un serial killer fort retors qui va lui donner bien des difficultés avant de bien vouloir se faire attraper!

D'emblée au bout d'un chapitre, le lecteur est transporté à Londres ce qui est nouveau quand on pratique un peu Rankin. En effet, son héros est écossais jusqu'au bout des ongles et je n'ai pu m'empêcher de sourire à l'idée de le voir déambuler dans la Capitale! Ce ne sera pas de tout repos pour lui car en plus des obstacles qu'il va rencontrer dans l'enquête pure, il va devoir conjuguer avec ses collègues londoniens et certains sont bien plus hostiles qu'ils ne devraient l'être. Cela donne lieu à des scènes mémorable où Rebus va rembarrer copieusement certains médisants.

L'enquête en elle-même est bien menée. Régulièrement, un court chapitre nous permet de nous introduire dans l'esprit malade du forcené. Ces passages vous glacent le sang et permettent vraiment de se faire une idée très précise du psycopathe qui sème la terreur à Londres. Comme dit précédemment, Rebus est égal à lui-même et reste toujours aussi attachant de par les fêlures de la vie. Ainsi, dans ce volume, on fait la connaissance de son ex-femme et de sa fille avec qui il a de gros soucis de communication. Son histoire personnelle va d'ailleurs se confondre avec l'enquête à un moment. Les personnages secondaires sont savoureux: l'ancienne famille de Rebus est décrite avec justesse et pudeur, les rapports ambigus qu'il entretient avec son homologue londonien m'ont aussi beaucoup plu entre méfiance et respect mutuel, la jeune psychologue sexy derrière un écrin classique cache un secret qui change la donne...

Les pages défilent à tout va et petit à petit la lumière se fait sur le mystérieux tueur et ses motivations. Le suspens est à son comble jusqu'au dénouement qui vient nous cueillir sans qu'on s'en rende vraiment compte. Décidément, Rankin fait mouche à chacun des livres que j'ai pu lire de lui. Si vous aimez les flic décalés, les histoires de famille compliquées, les frictions entre services de police, les tueurs machiavéliques, ce livre est pour vous!

Lu et chroniqué au Capharnaüm éclairé:
- "Nom de code: Witch"
- "Le fond de l'enfer"

Posté par Mr K à 20:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 13 février 2012

"Le fond de l'enfer" d'Ian Rankin

rankin

L'histoire: Un junkie retrouvé mort dans un squat d'Édimbourg, juste un cadavre dont le corps a été placé sur le sol selon un étrange rituel. Une jeune fugueuse terrifiée qui pense que son ami a été assassiné.

Mais tout le monde s'en moque. Ce sont les déchets de la société, des drogués et des petits délinquants. Mieux vaut s'intéresser aux nouvelles entreprises en plein essor et aux lotissements flambants neufs qui vont apporter la prospérité à une ville qui se vante déjà de sa "qualité de vie".

Il n'y a guère que l'inspecteur Rebus pour s'en préoccuper, sentir quelque chose de trop malsain, de trop dangereux pour être laissé dans l'ombre... Quelque chose qui n'est peut-être pas sans lien avec le monde merveilleux que promettent promoteurs et publicistes...

la critique de Mr K: J'avais été enchanté par mon premier séjour livresque dans l'univers de l'inspecteur Rébus et d'Ian Rankin: Nom de code: Witch. Puis le temps a passé, les livres se sont accumulés dans ma PAL (ô malédiction du lecteur!) et c'est seulement deux ans et quelques après ce premier contact que je replonge... Mais quelle immersion et quel plaisir!

L'action se déroule à Édimbourg, Écosse. Dès les premières pages, le décor est planté: l'Écosse c'est gris, ça boit, ça se traîne et l'ambiance n'est pas des plus joviales. Au milieu de ce charmant tableau, un cadavre de junkie qui gène pas mal de monde et du beau linge en plus! Flairant l'entourloupe, l'inspecteur Rebus se met en chasse pour essayer d'abord de comprendre le pourquoi de cette overdose instrumentalisée puis trouver les responsables. Tout au long des 300 pages que compte cet ouvrage, on va suivre les errances de cet inspecteur peu commun entre lieux du crime et pubs enfiévrés peuplés d'habitués hauts en couleur.

Aaaah, Rebus! Il est de la race des Adamsberg et des Bosch, un gars meurtris par la vie possédant un haut sens de la justice mais qui aime à se laisser aller quand son âme se teinte de gris. Dans Le Fond de l'Enfer, il s'est fait larguer par sa compagne et ne s'en est jamais vraiment remis. Son chef nouvellement nommé l'indiffère (pour rester poli) et la routine le guette. Sa route va rencontrer celle de Tracy, jeune paumée liée au défunt. Cette boule d'énergie désespérée va lui permettre de se remettre en selle et finalement de se sentir utile. Cet inspecteur est vraiment très attachant car oscillant constamment entre le râleur invétéré, le pygmalion motivant pour ces jeunes troupes (constable in english) et l'être sensible au fond du gouffre.

L'enquête est intense et nous suivons les moindres pistes explorées par Rebus et ses acolytes. Les rebondissements sont nombreux et la fin est implacable à sa manière car même si l'énigme est résolue, la justice n'est pas forcément rendue. On est donc loin du happy end et clairement, on se situe dans le genre du polar bien poisseux où toutes les vérités ne sont pas forcément bonnes à dire et où les apparences sont trompeuses. Avis aux amateurs de polar et policier, Ian Rankin est vraiment très doué et il serait bien dommage de passer à côté!

Posté par Mr K à 17:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 25 juillet 2009

"Nom de code: Witch" Ian Rankin

witchL'histoire:

Cela fait des années que la Special Branch et le MI5 essaient de mettre la main sur une femme: Witch, terroriste internationale particulièrement dangeureuse et performante. Le problème, c'est que personne n'est capable de la décrire avec précision.

Il suffit de l'étrange explosion d'un bateau de plaisance au milieu de la Manche, de l'assassinat d'un banquier en Ecosse et de l'arrivée imminente, à Londres, de nombreux chefs d'État, pour semer la panique: aucun doute, Witch s'apprête à frapper de nouveau.

Entre Calais, Paris, l'Allemagne et une fête foraine à Brighton, la traque fébrile menée de front par les services secrets français et britaniques se resserent autour du Centre de conférences proche de Buckingham Palace et connaît un dénouement renversant sous les remparts de York.

La critique de Mr K:

Très bonne lecture pour un excellent thriller. J'ai découvert cet auteur par hasard au détour d'un bac et je pense creuser d'avantage la question dans les temps à venir, tant l'addiction se met vite en place (dès les 20 premières pages en fait!). La trame se déroule dans le milieu de l'anti terrorisme, vous serez confronté à une enquête sans temps morts, au suspense halletant et au dénouement vraiment surprenant. J'ai ressenti en lisant cette oeuvre l'excitation que j'avais ressentie à la lecture d'un Connelly ou de l'un des 3 volumes de la Trilogie du mal de Chattam.

La grande force de Nom de code: Witch, c'est d'abord sa structure qui s'organise autour d'un compte à rebours s'étallant sur 15 jours, les 15 jours précédants la fameuse conférence des chefs d'État à Londres. A la manière d'un 24 heures chrono, les agissements des différents personnages s'entremêlent pour peu à peu révéler la nature profonde d'un scénario parfaitement huilé. Ensuite, les personnages qui, à la manière de Connelly, sont nombreux et psychologiquement détaillés (Rankin ne dépasse tout de même pas le maître!): vous rencontrerez entre autres un inspecteur-profiler à la retraite au passé mystérieux et douloureux manipulateur et autodidacte, un bleu faisant ses premières armes sur le terrain après des années cloitré dans un bureaux, une série de chefs du MI5 et de la Special Branch tous plus névrosés et attachants les uns que les autres, une espionne française sexy et fonceuse (personnage pas vraiment réussi pour le coup, caricatural à souhait - elle conduit une 2 CV! -) et bien évidemment Witch, femme fatale agissant dans l'ombre, aux multiples identités (personnalités?), qui pour moi a sa place au panthéon des "bad girls" les plus réussies de la littérature policière.

J'ai lu ce livre en très peu de temps tant l'envie d'en savoir plus me tenaillait. Je n'ai finalement pas été déçu, l'écriture est très abordable, raffinée (à l'anglaise, on est à 10.000 lieues de Tom Clancy) et efficace. Les réponses sont distillées au goutte à goutte, le scénario se tient de la première à la dernière ligne et fait preuve d'une finesse étonnante pour une oeuvre traitant de la menace terroriste. A lire sans modération!

Posté par Mr K à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,