witchL'histoire:

Cela fait des années que la Special Branch et le MI5 essaient de mettre la main sur une femme: Witch, terroriste internationale particulièrement dangeureuse et performante. Le problème, c'est que personne n'est capable de la décrire avec précision.

Il suffit de l'étrange explosion d'un bateau de plaisance au milieu de la Manche, de l'assassinat d'un banquier en Ecosse et de l'arrivée imminente, à Londres, de nombreux chefs d'État, pour semer la panique: aucun doute, Witch s'apprête à frapper de nouveau.

Entre Calais, Paris, l'Allemagne et une fête foraine à Brighton, la traque fébrile menée de front par les services secrets français et britaniques se resserent autour du Centre de conférences proche de Buckingham Palace et connaît un dénouement renversant sous les remparts de York.

La critique de Mr K:

Très bonne lecture pour un excellent thriller. J'ai découvert cet auteur par hasard au détour d'un bac et je pense creuser d'avantage la question dans les temps à venir, tant l'addiction se met vite en place (dès les 20 premières pages en fait!). La trame se déroule dans le milieu de l'anti terrorisme, vous serez confronté à une enquête sans temps morts, au suspense halletant et au dénouement vraiment surprenant. J'ai ressenti en lisant cette oeuvre l'excitation que j'avais ressentie à la lecture d'un Connelly ou de l'un des 3 volumes de la Trilogie du mal de Chattam.

La grande force de Nom de code: Witch, c'est d'abord sa structure qui s'organise autour d'un compte à rebours s'étallant sur 15 jours, les 15 jours précédants la fameuse conférence des chefs d'État à Londres. A la manière d'un 24 heures chrono, les agissements des différents personnages s'entremêlent pour peu à peu révéler la nature profonde d'un scénario parfaitement huilé. Ensuite, les personnages qui, à la manière de Connelly, sont nombreux et psychologiquement détaillés (Rankin ne dépasse tout de même pas le maître!): vous rencontrerez entre autres un inspecteur-profiler à la retraite au passé mystérieux et douloureux manipulateur et autodidacte, un bleu faisant ses premières armes sur le terrain après des années cloitré dans un bureaux, une série de chefs du MI5 et de la Special Branch tous plus névrosés et attachants les uns que les autres, une espionne française sexy et fonceuse (personnage pas vraiment réussi pour le coup, caricatural à souhait - elle conduit une 2 CV! -) et bien évidemment Witch, femme fatale agissant dans l'ombre, aux multiples identités (personnalités?), qui pour moi a sa place au panthéon des "bad girls" les plus réussies de la littérature policière.

J'ai lu ce livre en très peu de temps tant l'envie d'en savoir plus me tenaillait. Je n'ai finalement pas été déçu, l'écriture est très abordable, raffinée (à l'anglaise, on est à 10.000 lieues de Tom Clancy) et efficace. Les réponses sont distillées au goutte à goutte, le scénario se tient de la première à la dernière ligne et fait preuve d'une finesse étonnante pour une oeuvre traitant de la menace terroriste. A lire sans modération!