sargasso

L’histoire : Le monde entier suit, à la télévision, l'amerrissage d'un vaisseau spatial américain dans la mer des Sargasses, en plein milieu du "Triangle des Bermudes". En quelques secondes, éclate un formidable drame ajoutant un mystère de plus aux immensités hostiles de l'Espace et aux profondeurs insondables d'une région marine où, depuis des siècles, des hommes et des navires ont disparu sans laisser de traces. Personne ne sait pourquoi... Ce qui se produit, lorsque la Capsule Apollo 19 est ouverte, n'est que le début d'une odyssée qui passe rapidement du fond de l'océan aux sommets du pouvoir politique, du pont d'envol d'un porte-avions américain à celui d'un inquiétant "chalutier" soviétique, des énigmes du Triangle du Diable, à la logique impitoyable des intrigues internationales, du bureau d'un président des Etats-Unis désespéré, gardien d'un terrible secret, au navire-laboratoire d'un savant américain tout aussi désespéré, qui risque d'être victime de ce même secret...

La critique de Mr K : Aujourd’hui je vais vous parler d’un ouvrage trouvé par hasard dans une boîte à livres de notre secteur. J’ai adoré la couverture au premier regard : la femme nue (on ne se refait pas), la menace invisible et les éléments déchaînés, la collection argentée "Super + fiction" d’Albin Michel bien datée... Et puis, il y a la quatrième de couverture de Sargasso d’Edwin Corley qui mêle SF, géopolitique et destins individuels torturés et franchement là, ça fait mouche, une petite lumière tentatrice s’allume dans mon cerveau et voila l’ouvrage embarqué ! Quelques mois après, j’en entamai ma lecture lors des Utopiales de cette année et bingo, la lecture fut aussi distrayante qu’addictive !

Tout démarre avec un amerrissage qui se déroule mal. Quand la capsule du vaisseau spatial américain est ouverte, il n’y a pas d’astronaute à l’intérieur. C’est ballot, surtout que les responsables de la mission sont incapables d’expliquer ce fait. Les restes du vaisseau sont tombés en plein milieu du Triangle des Bermudes ce qui épaissit le mystère et attise les tensions. En cette période de réchauffement des relations est-ouest (livre écrit en 1977 (belle année !)), la détente s’instaure entre l’URSS et les USA, même si la menace du feu nucléaire est encore bien présente, le monde souffle légèrement. Très vite, le récit nous fait part d’une autre catastrophe qui touche les soviétiques ce qui va précipiter la trame et mener à des confrontations qui pourraient bien faire basculer le monde dans le chaos.

La narration plutôt classique fait appel à de nombreux points de vue qui s’alternent de paragraphe en paragraphe donnant ainsi un rythme effréné à un récit qui finalement n’est pas si dense que cela car il n’y a pas énormément de rebondissements mais plus une longue suite d’expériences, de discussions et de découvertes. L’accent est ici mis sur les personnages qui sont nombreux, variés et tous très fouillés. Tour à tour, on suit les événements à travers les yeux d’un capitaine de navire et de son armateur japonais, d’un commandant de sous-marin de recherche, d’un officier soviétique aux prises avec sa hiérarchie en terme de morale du marin, d’une journaliste de télévision aux crocs acérés, d’un Président américain dos au mur ou encore de personnages secondaires gravitant autour des personnages susnommés (la famille proche, les relations de travail ou encore quelques invités mystères). L’ensemble prend vite l’aspect d‘une toile d’araignée savamment tissée dont les liens sont ténus, remarquablement étroits et emmêlés. La psychologie des protagonistes est très poussée, remarquable de justesse et donne un aspect très crédible à une histoire qui devient nébuleuse.

Très vite une certaine paranoïa s’installe dans les esprits. Quelle explication donner à toute une série de coïncidences et de faits inexplicables ? Les temps imposent une méfiance réciproque entre les deux blocs qui s’affrontent mais les lieux ont leur importance, des phénomènes météo étranges s’invitent dans l’histoire, font ressurgir des événements passés et le trouble grandit. N’attendez pas pour autant de grandes révélations, l’objectif ici n’est pas de révéler la nature profonde du Triangle des Bermudes mais plutôt de s’en servir pour exacerber le mystère et les points d’achoppements des vies des personnages. Pas de frustration pour ma part du coup mais un malaise grandissant et un final explosif qui ne laisse vraiment pas indifférent et fait le ménage à sa manière ! Rajoutez là-dessus, des passages mettant en exergue la vanité humaine, les jeux de pouvoir, la bêtise des puissants et la cruauté de la destinée, et vous obtenez un roman d’une grande puissance évocatrice.

Au final, on passe un très bon moment pour qui aime la SF un peu vintage. L’écriture a quelque peu vieilli par moment mais reste dynamique et source d’évasion. Les pages se tournent toutes seules et l’on se fait balader du début à la fin, ce que j’aime tout particulièrement. Les thématiques sont bien traitées, on mélange ici science et fantastique larvé, ce qui n’est pas pour me déplaire. Un roman à découvrir pour tous les amateurs d'ouvrages SF à suspens, de jeu géostratégique bien mené et de mystères insondables.