21428

L'histoire: Gabriel apprenant la mort de Serge Roussel, un de ses anciens camarades de camp disciplinaire, décide d'aller y voir de plus près. Il découvre que son ami était guide en montagne et que pour améliorer son ordinaire, il avait accepté de faire passer des clandestins d'Italie en France. Jusqu'au jour où il se fait éliminer. Enquêtant au sein de compagnies de transports européennes, le Poulpe se retrouve confronté à la bête immonde pas très endormie, dont l'ombre portée obscurcit l'ensemble du globe.

La critique de Mr K: Un petit plaisir aujourd'hui avec une nouvelle aventure du Poulpe à mon actif. Pour ceux qui nous suivent régulièrement, vous connaissez la petit tendresse qui m'envahit lors de mes lectures mettant en scène cet enquêteur hors norme, combattant de première ligne face à l'intolérance et au fascisme ordinaire. Gabriel revient ici et il n'est pas content! Un de ses anciens potes de rébellion est retrouvé mort et les coupables n'ont qu'à bien se tenir... Sauf que très vite, on se rend compte que l'adversaire est de taille!

Une fois de plus, on va voyager avec sieur Lecouvreur. Tout commence comme d'habitude au Pied de porc, le rade attitré du Poulpe, QG improvisé, aux habitués qu'il fait bon de recroiser. Pour les besoins de son enquête, il ira cette fois ci dans le Sud et l'Ouest, et finira chez les helvètes pour un final déconcertant. Pas de rôle important pour Chéryl, sa shampouineuse chérie, petit déception pour moi. On enchaîne avec les chapitres les rencontres ubuesques, véritable plongée dans un univers "grolandesque" à souhait même si la cruauté la plus perfide nous attend au détour de quelques pages bien senties.

Le récit est un peu plus long que d'habitude et les méandres qui le compose sont nombreux et inattendus. Je reste tout de même pour une fois sur ma fin avec un dénouement tarabiscoté et incomplet comme si l'auteur avait voulu en finir vite. Du coup, le lecteur reste dans l'expectative sur le destin de certains personnage et l'enquête à mes yeux n'est pas vraiment clôturée. Au début, j'ai même pensé qu'il y avait sans doute une suite mais après quelques recherches web... nada! Je dois me rendre à l'évidence, ce Poulpe est quelque peu bâclé dans la dernière ligne droite. Dommage car le background était remarquable et les attentes nombreuses.

Pour autant, ce fut une lecture plaisante et un plaisir sans nom de replonger dans le quotidien de Gabriel Lecouvreur. Les dialogues font mouche comme de bonnes répliques d'Audiard et les caractérisations de personnages (en quelques phrases, parfois juste en quelques mots) sont d'une efficacité éprouvée et appréciée. Un petit plaisir coupable en somme.

Autres Poulpe chroniqués au Capharnaüm Éclairé:
- Nazis dans le métro
- J'irai faire Kafka sur vos tombes
- Du hachis à Parmentier
- Vomi soit qui malle y pense
- La petit fille aux oubliettes