9782842192341L'histoire: La petite Marie a disparu. La dernière fois qu'on l'a vue, c'était sur un manège, place du Père-Chaillet, à deux pas du Monoprix. Fugue? Enlèvement? Cheryl n'est pas du genre à rester les bras croisés. Elle a encore en tête les horreurs de l'affaire Dutroux. Les gosses, pour elle, c'est sacré. Et la coiffeuse ne veut surtout pas qu'on touche à la petite Marie (Elle lui a offert sa première coupe de cheveux).

Cheryl mène sa propre enquête, aidée d'un Poulpe sous antibiotiques et d'un mignon forain rentier. Hélas, ce qu'elle découvrira au cours de ces investigations n'est guère réjouissant.

La critique de Mr K: Retour du Poulpe dans les étagères du Capharnaüm Éclairé! Un Poulpe un peu spécial car il ne tient pas le rôle principal laissant la part belle à sa shampouineuse de cœur alias Cheryl! J'ai eu l'occasion de vous parler dans mes précédentes chroniques de mon profond attachement pour ce personnage féminin haut en couleur que l'on entraperçoit dans chacune des enquêtes de Gabriel Lecouvreur. Justice lui est enfin rendue dans cet ouvrage où on la suit dans cette affaire de disparition d'enfant.

Inutile de vous dire que cette aventure est récréative à souhait et bien que classique dans son scénario (on devine la fin à la moitié du récit), l'intérêt ici est de suivre cette coiffeuse hors norme. On visite plus en profondeur son appartement bordélique situé au dessus de son salon, on assiste à ses choix vestimentaires (et quand on connaît ses goûts étranges en terme d'habillement ici on se régale), on suit des conversations avec ses clientes (parfois aussi dingues qu'elle). C'est aussi l'occasion de faire connaissance avec Tony son petit chien aussi pleutre (il pisse en cas de stress) qu'attachant, en recherche constante de câlins et autres émoluments de tendresse, il a un petit rôle à jouer dans l'enquête de l'héroïne.

Cheryl reste donc égale à elle même, il y a des scènes d'anthologie dans ce volume. La scène de drague avec le beau gitan tenant le manège à côté duquel a disparu la petite Marie, les passages où elle soigne aux petits oignons un Poulpe malade et cloué au lit, la scène où elle et son calamar de copain se brouillent et s'ignorent... autant de moments jubilatoires qui accrochent le lecteur amateur de la belle jusqu'à l'ultime page de ce roman.

L'écriture de Sophie Loubière convient à merveille à cette série si particulière lui conférant une originalité et un style bien particulier. D'ailleurs le fait qu'une femme l'ait écrit contribue à la réussite de l'entreprise tant elle évite les clichés sur son héroïne comme aurait pu les accumuler un écrivain mâle. Familier mais jamais vulgaire, sombre mais non dénué d'espoir, La petite fille aux oubliettes est une vraie réussite!

Autres Poulpe chroniqués au Capharnaüm Éclairé:
- Nazis dans le métro
- J'irai faire Kafka sur vos tombes
- Du hachis à Parmentier
- Vomi soit qui malle y pense