LeMiroirduRatL'histoire: Taÿfa aura sans aucun doute été la rencontre qui a tout fait basculer pour Iwan, Thibault et Mélanie. Taÿfa, citadelle aux mille couleurs de peau, aux accents sans frontières. Taÿfa, l'adolescente, dernier bastion de cette liberté à sauvegarder à tout prix. Taÿfa la rebelle qui détient et dévoile les vérités cachées, fédère la jeunesse, crée ses propres systèmes de communication pour échapper à la censure. Mais taÿfa sous haute surveillance et objet de toutes les convoitises car elle a fait chanceler le pouvoir du tyrannique Président Bogdich en s'attaquant à Tombmor, l'une des places fortes de son régime. 

C'est donc entre ses murs que garçons et filles de tous horizons se retrouvent pour organiser la Résistance, fiers d'avoir pu prouver que l'envie de liberté peut faire au moins vaciller ses plus farouches opposants. Mais c'est aussi entre ses murs que la rouille ronge doucement les mémoires endolories de jeunes qui n'avaient pas un instant pensé aux traumatismes que peuvent causer pareils événements. Jamais cependant nos trois héros, qui ont perdu leur âge, ne laisseront s'éteindre la flamme de l'espoir, fut-elle l'ultime lueur de vie d'une chandelle à l'agonie... 

La critique de Mr K: Avec Le Miroir du rat, Jean-Luc Le Pogam entame le deuxième cycle de sa série des Mange-rêve. Nous avions laissé nos héros en fâcheuse posture à la fin du deuxième Tombmor, seuls face à l'adversité, leurs deux âmes protectrices étant tombées au combat. Il va leur falloir rejoindre la cité libre de Taÿfa (où ils avaient séjourné auparavant) pour continuer la lutte. 

Ce livre est très sombre par rapport aux précédents. La mort est omniprésente, à commencer par la disparition pur et simple des deux piliers de l'aventure: Yvon et Jack. Sans compter les parents qu'ils n'ont pu retrouver et à propos desquels ils ne se font plus d'illusion vu la brutalisation des rapports humains et notamment envers les artistes sous le régime fasciste de Bogdich. Les jeunes gens, et surtout Iwan, sont plongés dans l'affliction la plus profonde. Que vont-ils devenir? Ils avaient déjà perdu leur âge dans le précédent volume, il semble maintenant que tout espoir ait disparu notamment chez le narrateur. Le Miroir du rat est l'occasion de suivre tout particulièrement les états d'âme d'Iwan, ses doutes profonds et sa mélancolie. Heureusement, il peut compter sur le soutien indéfectible de son meilleur copain Thibault, aussi énergique que drôle, et sur sa petite amie Mélanie. Ils le secoueront à plusieurs reprises pour le relancer et le sortir de sa léthargie. 

On suit sur une bonne centaine de pages, une course poursuite effrénée entre une armada de jeunes rebelles et les troupes des Mange-Rêve. Cela donne sans aucun doute un des plus beaux morceaux de bravoure de cette série. L'ambiance est sinistre, le froid omniprésente et toute cette rudesse est pleinement ressentie par le lecteur lors de la lecture de ce volume. En ce sens, l'écriture de l'auteur fonctionne pleinement et on a vraiment l'impression de se trouver au cœur de l'action... mais peut-être un peu trop. De plus, un aspect de l'œuvre m'a quelques peu rebuté. 

En effet, au fil de ma lecture, le rythme m'a semblé lent, parfois redondant. On aimerait que ça aille un peu plus vite, que l'organisation des jeunes rebelles soit plus détaillée, que l'auteur s'attarde sur les adversaires qui ici ne sont qu'ébauchés pendant la course poursuite centrale du livre. En restant centré sur les états d'âmes de ses jeunes héros, il a perdu pour moi le rythme du récit et s'attarde trop sur des éléments déjà aperçus dans les volumes précédents (quelques flashback sont de trop à mes yeux) et l'aventure stagne et manque de relief. C'est dommage car les idées de départ sont vraiment intéressantes et source d'une attente forte chez le lecteur mais l'ensemble retombe comme un soufflé et pour la première fois j'ai été déçu. Gageons que le tome suivant qui devrait sortir dans l'année comblera mes frustrations et relancera cette série qui m'a touché au plus haut point dans les tomes précédents.

Lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé:
- Le Grand Dérèglement
- La Route du Nord
- Tombmor 1 et 2