couv_tombmor1(1)L'histoire: Alors que l'on ne sait toujours pas si Jack se remettra ou non de sa chute par-dessus bord, les conditions climatiques, politiques et sociales ne cessent de se dégrader dans cette Europe carcérale. C'est au cœur du voyage qu'une série d'événements majeurs vient percuter de front Iwan, Thibault et Mélanie à bord du Seagull. Mais les rencontres, bonnes ou mauvaises, et les longs retours sur soi ne sont-ils pas le meilleur moyen de comprendre les rouages des mécaniques les plus effrayantes? Ne permettent-ils pas ensuite de les aborder avec plus de force et de conviction?

Si assurément. C'est la raison pour laquelle les trois préadolescents quittent définitivement cette enveloppe de l'enfance jusque-là guidée par la naïveté pour entrer de plein fouet dans un autre monde, celui de l'adolescence, qu'ils vont devoir blinder car tous les clignotants sont au rouge lorsque l'expédition parvient enfin à Tombmor...

La critique de Mr K: Les deux volumes chroniqués aujourd'hui forment le troisième tome de la série des Mange-Rêve entamée par Le Grand Dérèglement et La Route du Nord. Nous avions laissé nos héros en plein périple en direction du Nord à la recherche de leurs proches disparus, raflés par les BMR (Brigades Mange-Rêve) et envoyés à Tombmor, forteresse-prison de Bogdich, dictateur de son état détestant par dessus tout les êtres épris de liberté et d'évasion.

À signaler, que le premier de deux volumes s'ouvre sur une préface haute en couleur de Christian Descamps, leader charismatique du groupe français mythique Ange et ami personnel de l'auteur. Belle entrée en matière pour une œuvre qui aborde un tournant décisif avec ce diptyque délectable à souhait!couv_tombmor2(1)

Tout d'abord, les jeunes aventuriers franchissent un cap. Les leçons de vie se font plus cruelles et ils grandissent, commencent à mûrir face à l'adversité et les épreuves qu'ils doivent affronter. C'est le cap de l'adolescence avec son lot de colère, de déception, de questionnements et de sentiments contradictoires. Les adultes sont remis en question dans leurs actes et leurs motivations, la passion guette avec ce qu'elle a de tentant mais aussi de destructeur, c'est aussi les premières prises de décisions importantes. Le tout est mené avec brio entre sobriété, réalisme mais aussi actes de bravoure (l'accident en cataski et le séjour "au frais" d'Iwan et Thibault, l'exploration de Tombmor...).

C'est aussi des livres de rencontres avec notamment cette communauté de jeunes réfugiés dans la cité adolescente et rebelle de Taÿfa qui résiste comme elle peut au pouvoir en place. C'est une grande nouveauté tant les deux premiers volumes s'apparentaient davantage à des huis clos se concentrant sur les rapports étroits entre les trois héros et les deux papis fringants. L'auteur ne sacrifie pas pour autant cet aspect mais l'ouvre sur l'extérieur donnant à réfléchir encore davantage aux rapports humains et la nécessaire construction de soi à travers le regard de l'autre et l'interaction avec lui. Là encore, il fait mouche entre délicatesse et rudeur à l'image de l'hiver artificiel qui plonge l'Europe dans l'obscurantisme. 

On retrouve la langue simple et évocatrice de Jean-Luc Le Pogam et c'est bien vite que l'on se retrouve à la fin de ces 576 pages qui s'apparentent à bien des égards à un parcours initiatique dans lequel, espérons-le, pourraient se retrouver nombre d'adolescents se complaisant trop souvent dans la consommation et l'identité publicitaire. Une belle réussite que ces Tombmor 1 et 2 pour une œuvre définitivement humaniste et fraternelle.