dan_simmons_L'auteur:

Dan Simmons naît à Perolia, dans l’Illinois, en 1948. Sa première rencontre avec le genre S-F a lieu alors qu’il est en 3rd grade (CE2), via une caisse rapportée par son frère aîné, caisse renfermant de nombreux magazines, romans et fanzines de science-fiction. Il se met alors à écrire, choisissant le nom de plume de Christopher Starr.

Il rentre ensuite au Wabash College, où il écrit quelques textes pour The Satyr, un journal étudiant. Il obtient un diplôme d’anglais en 1970, et devient instituteur l’année suivante. Il commence à enseigner en 1973, et restera professeur pendant 18 ans, l’écriture étant relégué a rang de hobby. La légende veut que les prémices d’Hypérion aient vu le jour durant ses années d’enseignement, sous la forme d’histoire qu’il racontait à ses élèves, histoires qui faisaient intervenir des personnages comme le Gritche et des lieux comme Mare Infinitus, Alliance Maul, etc.

Il publie sa première nouvelle, "Le Styx coule à l’envers" en 1982, en remportant un concours organisé par le magazine Twilight Zone. Il publie ensuite son premier roman, "Le voile de Kali", en 1985, qui remporte le World Fantasy Award.

En 1990, il publie deux de ses principaux chef d’œuvre : le premier tome d’ "Hypérion", et "L’échiquier du mal". Le second, qui est une histoire pouvant se rattacher à la thématique du vampirisme pschique, remporte pléthore de prix (Locus Award, Bram Stoker Award, British Fantas Award). "Hypérion" quant à lui gagne le prix Hugo, et est, avec les 3 volumes qui suivirent, l’une des œuvres les plus riches de la SF, avec le "Dune" de Frank Herbert. Pour "Hypérion", Simmons s’est inspiré autant du "Décaméron" de Boccace que des contes de Canterbury, dont son space-opera emprunte la structure narrative ?

Son dernier cycle, "Illium", s’inspire quant à lui de l’"Odyssée" d’Homère. Le premier tome reçut le Locus Award du meilleur roman de science-fiction de l’année 2003.

Ses autres œuvres compte une trentaine de romans fantastiques (dont "Les fils des ténèbres", qui est un roman vampirique sur fond de chute du régime de Ceausescu), des thrillers ainsi que des recueils de nouvelles (parmi lesquels "l’amour, la mort", dont une bonne moitié des nouvelles ont trait aux vampires).

L'histoire:Ilium_couv

Imaginez que les dieux de l'Olympe vivent sur Mars. Ils se déplacent librement dans le temps et l'espace grâce à leurs pouvoirs quantiques. Leur plus grand plaisir, c'est la Guerre de Troie qui se joue sous leurs yeux. Pour y mettre un peu plus de piment, ils envoient des érudits terriens modifier les événements à leur gré, en gardant toutefois le récit d'Homère comme référence. Mais en orbite autour de Mars, de petits observateurs surveillent les jeux divins...

La critique de Mr K:

Excellente lecture que ce recueil de Dan Simmons. Il faut dire que j'affectionne tout particulièrement l'univers de cet écrivain vu par la plupart des adeptes de SF comme le digne héritier de K. Dick, Silverberg et autres Asimov. Je ne peux m'empêcher de le mettre à la droite de Pierre Bordage autre écrivain bien présent dans notre bibliothèque. J'avais particulièrement aimé "le cycle d'Hypérion" (8 volume d'une science fiction mélangeant habilement anticipation et mythologie / culture poétique) et "l'échiquier du mal" (pour beaucoup son chef-d'œuvre!) du même Dan Simmons.

"Ilium" figurera en bonne place au milieu d'autres romans-culte du genre. Je l'ai littéralement dévoré (valait mieux, vu l'épaisseur du pavé: 870 pages!). Nous rentrons de plein pied dans la guerre de Troie transposée dans le présent volume sur la planète Mars. Nous suivons le récit par le biais de trois narrations différentes: "les humains à l'ancienne" (vivant dans un monde aseptisé et où l'espérance de vie est limitée à 100 ans), un scholiaste (érudit spécialiste d'Homère de notre époque envoyé dans le futur par les dieux  afin de "vérifier" le bon déroulement du conflit) et deux Moravecs (chargés d'une mission mystérieuse sur la planète rouge, plus particulièrement sur le Mont Olympus -qui existe vraiment sur Mars!-). Cette triple trame narrative permet au lecteur de cerner les événements et autres "deus ex machina" par des regards, des ressentis aux antipodes les uns des autres mais qui finissent par se rejoindre à la fin du livre.

Dan Simmons signe ici un "livre-somme", dense par les éléments de l'histoire et léger par le ton et la langue. Bien sûr, il est préférable de connaître au préalable les grandes étapes de la guerre de Troie mais l'auteur nous fait grâce de lourdeurs stylistiques en utilisant une langue alerte, intuitive et captivante. Nous allons de révélations en révélations, à aucun moment le lecteur ne se sent perdu ou escroqué (tout se tient sans artifices narratifs) et c'est avec un plaisir rarement égalé que l'on retourne se plonger dans cette épopée (trame gigantesque et ton épique de rigueur!) pour suivre les destins croisés de Hockenberry, Daeman, Ada, Mahnmut, Achille, Odysseus,  Orphu d'Io, Mars, Zeus et consorts... Un livre à lire absolument pour les adeptes de SF, en particulier les fans de tout poil du concept d'uchronie. Quant aux autres, c'est un bon point de départ pour entrer dans un genre que j'apprécie tout particulièrement.

Depuis hier, je me suis penché sur la suite et fin de ce cycle: "Olympos". Les critiques semblent plus partagées sur le deuxième volume. Certains adorent, certains y voient un écrit fasciste. C'est plus qu'il m'en faut pour me laisser tenter. Le goût du souffre est tellement agréable... Comptez sur votre "serviteur-scripteur" pour vous en parler dans les semaines à venir!