b88fd2c9ab8152c67af26986f710183183973109

L’histoire : Pour la génération Clash, l’heure est venue d’accéder au pouvoir. Ou du moins, pour son charismatique chef, le jeune Chris Boyd.

Mais en acceptant la main tendue par Cornell Hughes, le machiavélique chef du gouvernement, Chris ne vient-il pas de tomber dans un piège bien plus dangereux que la lutte armée, celui de la politique ?

La critique de Mr K : L’heure est à la conclusion de la saga avec le troisième et ultime volume de la trilogie de Chris le Prez de G.M. Dumoulin. Après le réveil des consciences dans Génération clash et la lutte armée dans Intervention flash, est venu le temps des responsabilités pour Chris dans ce Évolution crash qui fait la part belle à la politique, ses rouages et les défections morales qui en découlent.

Nous avions laissé notre jeune héros dans une situation bancale en fin de volume précédent. Suite à sa prise d’otage de la famille du président honni, ce dernier lui a proposé de travailler avec lui pour établir un monde meilleur. Mais peut-on croire en les bonnes intentions affichées par Cornell Hughes ? Avec les nouvelles responsabilités et tâches qui lui incombent, Chris va vite se rendre compte qu’avec la fin de la lutte sur le terrain, apparaissent de nouvelles difficultés, plus larvées, moins frontales mais tout aussi redoutables. Avec le pouvoir, viennent aussi des ennuis comme les complots ourdis par les factions adverses, le principe de réalité et la mise à mal des idéaux que l’on défend, l’éloignement de la base et le risque de décrocher de la réalité du peuple.

Cette troisième partie s’apparente encore plus que les autres à un roman d’apprentissage, pour celui ici du passage à l’âge adulte. Le jeune révolutionnaire se retrouve plongé dans les arcanes du pouvoir avec ses amis, la naïveté doit désormais se confronter à la realpolitik et Chris ne sera pas non plus épargné par le sort. Il accusera de nombreux coups, perdra des êtres chers et devra s’endurcir encore davantage pour pouvoir mener à bien les réformes et nouvelles impulsions qu’il veut donner à la société. Ainsi au cours des 210 pages de ce court roman, il va devoir présider, intervenir lors de crises aiguës (le passage de médiation dans l’usine est très réussi), survivre à un attentat sur sa personne et s’appuyer encore davantage sur ses amis tant l’adversité semble se renforcer au fil des évolutions qu’il veut imposer. Les forces conservatrices n’ont pas dit leur dernier mot, le combat se déroule maintenant en coulisse à fleurets mouchetés.

Au delà des jeux de pouvoir, ce volume nous offre une vision de la solitude de l’homme de pouvoir. Quelque peu dépassé par sa nouvelle situation, Chris réfléchit énormément sur ses idéaux mais aussi sur sa vie. C’est l’heure des regrets mais aussi des aspirations, il représente bien en cela toute la complexité de l’esprit humain, jamais vraiment satisfait de ce qu’il a accompli et qui tend régulièrement vers la remise en question et la mélancolie du temps qui passe. Le jeune homme reste pour autant fidèle à lui-même et côtoie désormais le gratin de la société, une oligarchie de riches personnages imbus d’eux-mêmes et férocement attachés à leurs privilèges. Le contraste est fort entre le jeune révolutionnaire surdoué et ses barbons rajeunis génétiquement qui s’accrochent à un passé désormais révolu. Ce sont deux visions du monde qui s’affrontent et nombre de ponts peuvent être faits par rapport à ce que nos démocraties occidentales vivent depuis maintenant plusieurs dizaines d’années dans l’évolution des mœurs et la poursuite du bonheur consumériste.

Toujours d’une lecture aisée, l’auteur capte encore avec efficacité l’esprit du lecteur entre scènes d’action très bien rendues et réflexions intérieures de Chris. On se replonge sans souci dans l'histoire et la fin logique vient nous cueillir, nous laissant pantelant et un peu désabusé. Une très bonne trilogie qui ravira tous les amateurs du genre entre aventure, politique-fiction et réflexion sur le pouvoir.