mercredi 7 juin 2017

"Évolution crash" de G.-M. Dumoulin

b88fd2c9ab8152c67af26986f710183183973109

L’histoire : Pour la génération Clash, l’heure est venue d’accéder au pouvoir. Ou du moins, pour son charismatique chef, le jeune Chris Boyd.

Mais en acceptant la main tendue par Cornell Hughes, le machiavélique chef du gouvernement, Chris ne vient-il pas de tomber dans un piège bien plus dangereux que la lutte armée, celui de la politique ?

La critique de Mr K : L’heure est à la conclusion de la saga avec le troisième et ultime volume de la trilogie de Chris le Prez de G.M. Dumoulin. Après le réveil des consciences dans Génération clash et la lutte armée dans Intervention flash, est venu le temps des responsabilités pour Chris dans ce Évolution crash qui fait la part belle à la politique, ses rouages et les défections morales qui en découlent.

Nous avions laissé notre jeune héros dans une situation bancale en fin de volume précédent. Suite à sa prise d’otage de la famille du président honni, ce dernier lui a proposé de travailler avec lui pour établir un monde meilleur. Mais peut-on croire en les bonnes intentions affichées par Cornell Hughes ? Avec les nouvelles responsabilités et tâches qui lui incombent, Chris va vite se rendre compte qu’avec la fin de la lutte sur le terrain, apparaissent de nouvelles difficultés, plus larvées, moins frontales mais tout aussi redoutables. Avec le pouvoir, viennent aussi des ennuis comme les complots ourdis par les factions adverses, le principe de réalité et la mise à mal des idéaux que l’on défend, l’éloignement de la base et le risque de décrocher de la réalité du peuple.

Cette troisième partie s’apparente encore plus que les autres à un roman d’apprentissage, pour celui ici du passage à l’âge adulte. Le jeune révolutionnaire se retrouve plongé dans les arcanes du pouvoir avec ses amis, la naïveté doit désormais se confronter à la realpolitik et Chris ne sera pas non plus épargné par le sort. Il accusera de nombreux coups, perdra des êtres chers et devra s’endurcir encore davantage pour pouvoir mener à bien les réformes et nouvelles impulsions qu’il veut donner à la société. Ainsi au cours des 210 pages de ce court roman, il va devoir présider, intervenir lors de crises aiguës (le passage de médiation dans l’usine est très réussi), survivre à un attentat sur sa personne et s’appuyer encore davantage sur ses amis tant l’adversité semble se renforcer au fil des évolutions qu’il veut imposer. Les forces conservatrices n’ont pas dit leur dernier mot, le combat se déroule maintenant en coulisse à fleurets mouchetés.

Au delà des jeux de pouvoir, ce volume nous offre une vision de la solitude de l’homme de pouvoir. Quelque peu dépassé par sa nouvelle situation, Chris réfléchit énormément sur ses idéaux mais aussi sur sa vie. C’est l’heure des regrets mais aussi des aspirations, il représente bien en cela toute la complexité de l’esprit humain, jamais vraiment satisfait de ce qu’il a accompli et qui tend régulièrement vers la remise en question et la mélancolie du temps qui passe. Le jeune homme reste pour autant fidèle à lui-même et côtoie désormais le gratin de la société, une oligarchie de riches personnages imbus d’eux-mêmes et férocement attachés à leurs privilèges. Le contraste est fort entre le jeune révolutionnaire surdoué et ses barbons rajeunis génétiquement qui s’accrochent à un passé désormais révolu. Ce sont deux visions du monde qui s’affrontent et nombre de ponts peuvent être faits par rapport à ce que nos démocraties occidentales vivent depuis maintenant plusieurs dizaines d’années dans l’évolution des mœurs et la poursuite du bonheur consumériste.

Toujours d’une lecture aisée, l’auteur capte encore avec efficacité l’esprit du lecteur entre scènes d’action très bien rendues et réflexions intérieures de Chris. On se replonge sans souci dans l'histoire et la fin logique vient nous cueillir, nous laissant pantelant et un peu désabusé. Une très bonne trilogie qui ravira tous les amateurs du genre entre aventure, politique-fiction et réflexion sur le pouvoir.

Posté par Mr K à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 28 avril 2017

"Intervention flash" de G.-M. Dumoulin

1507-1

L’histoire : La Génération Clash rêvait de changer le monde.
Enfants surdoués élevés par des machines, ils se sont faits manipuler par des adultes qui leur ont ravi le pouvoir.
Désormais réfugiés à l’extérieur des grandes villes, ils errent en bandes rivales dans les campagnes désertées... en attendant la prochaine attaque du pouvoir en place.
Qui sera capable, parmi eux, de se dresser et d’affronter la menace ?
Chris Boyd, encore une fois ! 

La critique de Mr K : Il y a quelques semaines, je vous parlais ici même du premier tome de la trilogie de Chris Le Prez, œuvre d’anticipation où les jeunes se rebellaient face aux adultes. Mon avis était mitigé car malgré un talent de conteur remarquable, l’ensemble manquait d’originalité. Comme je suis un lecteur persévérant, je me lançai tout de même dans le deuxième tome afin d’affermir mon positionnement et je dois avouer que cette lecture fut plus plaisante notamment grâce à une accélération des événements et un héros qui se densifie dans le bon sens. Suivez le guide ! 

Suite au premier tome, Chris se retrouve à la tête d’un clan qui lutte pour sa survie face à la mégalopole tenue de main de maître par les adultes. C’est le temps des luttes fratricides entre groupes qui n’arrivent pas à se souder les uns les autres pour faire front commun. C’est sans compter une offensive terrible (la fameuse intervention flash) qui décime les rangs des jeunes et qui est approuvée par la population hypnotisée par la propagande mise en œuvre par les autorités. Chris va devoir faire évoluer les positions, rallier à sa cause d’autres groupuscules et tenter de porter un coup fatal aux relais du pouvoir. Cela ne se fera pas sans difficultés...

On retrouve dans ce volume tous les points de force du précédent ouvrage, à savoir en premier lieu le sens du rythme d’un auteur décidément doué pour raconter une histoire. La narration est très fluide, segmentée sur des temps forts. Il faut comprendre par là qu’entre les chapitres, il peut y avoir de sacrées ellipses pour éviter d’embourber l’ensemble car l’auteur souhaite avant tout aller à l’essentiel et se concentrer sur les éléments clef de son intrigue. Loin de couper l’herbe sous le pied du lecteur, cela lui permet d’insérer ici ou là quelques passages pseudo-argumentatifs faisant référence à des philosophies politiques ou de la vie, sur les notions d’engagement ou encore de résistance à l’oppression. 

Le mélange est assez détonnant et fonctionne bien. Là où le premier volume paraissait un peu plat, on se retrouve ici dans un récit virevoltant pendant lequel le héros évolue encore beaucoup. Ce changement est progressif et va l’amener à un dernier acte assez brillant et une réaction de sa part assez incroyable, nuancée et apportant un souffle neuf sur ce genre de récit. C’est malin et loin des sentiers battus, j’adhère. Mais avant d’y arriver, quel chemin parcouru par les personnages entre opérations à haut risque, rébellions internes et tentations de diverses sortes ! Long et tortueux est le chemin vers la libération et après ce volume, c’est encore loin d’être gagné...

J’attends donc avec impatience la suite des aventures de Chris et consorts, en espérant que le dernier volume clôturera en beauté cette saga qui prend belle tournure avec ce tome ci. Vivement la suite !

Posté par Mr K à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 21 mars 2017

"Génération Clash" de G.-M. Dumoulin

image

L’histoire : Donner la meilleure éducation possible à ses enfants : voilà ce dont rêve chaque parent. Alors, dans ce futur pas si lointain, les professeurs ont été remplacés par des machines ultra-perfectionnées, faisant de chaque enfant un génie en puissance. Et c’est bien là le problème : puisqu’ils sont plus intelligents que les adultes, pourquoi devraient-ils leur obéir ? Pourquoi ne prendraient-ils pas le pouvoir ? Évidemment, ils n’ont que 12 ans...

La critique de Mr K : Retour sur une lecture SF aujourd’hui avec ce premier tome d’une trilogie tout juste rééditée chez French Pulp Editions. C’est ma première visite dans la bibliographie de G.-M. Dumoulin, auteur très prolifique (plus de 200 ouvrages !) et même si je n’ai pas été convaincu à 100% par ce volume, il est indéniable que l’auteur a du talent et du mordant.

Génération Clash est un roman d’anticipation se déroulant quelques décennies après les temps présents. La technologie a bien évolué et s’est développée dans tous les secteurs de la vie humaine mais va-t-elle dans le sens du progrès pour l’humanité ? C’est la question principale qui se pose quand on se rend compte que ce sont les machines qui désormais enseignent et éduquent les enfants. Ceux-ci voient leurs connaissances, compétences et capacités bondir, les résultats suivent et l’on peut se dire que le pari éducatif est gagné. Pour autant, quelque chose a disparu, une naïveté, une innocence qui va transformer ces jeunes pousses en esprits retorses avec comme objectif d'éradiquer les adultes du pouvoir tant ils sont perçus comme des freins et des obstacles à leur existence.

Cet ouvrage n’est finalement qu’une mise en bouche, l’auteur y lance ses personnages et son intrigue d’où le sentiment qu’il ne s’y passe pas grand-chose mais il faut bien débuter un jour. Du coup Dumoulin s’attelle à nous présenter ses personnages par petites touches et c’est seulement à la moitié du livre que l’on commence à se faire une idée précise des forces en présence et du background général. Au menu, des jeunes déboussolés qui tentent de sauver leur peau , des gangs qui se font la guerre, une oligarchie d’adultes avachis dans leur vanité qui contrôle la société et ne sent pas qu’un mouvement est en marche et qu’il pourrait tout remettre en question. Peu à peu, les tenants et aboutissants apparaissent et l’on ne peut que s’extasier à l’idée que ce livre a déjà plus de trente ans !

La langue inventive, imagée et rythmée de l’auteur permet une lecture rapide et enthousiasmante. Dumoulin nous plante un décor et un monde crédible, propose des personnages plutôt fouillés aux relations complexes et ménage des ficelles scénaristiques riches en promesses. Le bât blesse tout de même au niveau de l’originalité que je n’ai pas vraiment trouvé dans cet ouvrage faisant bien le boulot mais sans réelle étincelle qui vous laisse scotché dans votre meilleur fauteuil. Bon, c’est vrai que je suis un vieux briscard dans ce genre de littérature, il en faut pas mal pour me surprendre... Et puis, ce n’est que le premier volume d’une trilogie, j’espère que la suite portera le matériel de base à des niveaux insoupçonnés, plus thrash et porteur de sens.

Pour conclure, on peut dire que Génération Clash est une sympathique récréation littéraire qui comblera les amateurs d’anticipation intelligente qui n’ont pas encore un gros bagage de lecteur derrière eux. Pour les autres, je préfère attendre la suite pour donner un avis plein et entier sur une œuvre qui en tout cas ne peut laisser indifférent et possède un charisme certain par les thématiques qu’elle aborde et l’écriture virevoltante et feuilletonnesque de l’auteur. Wait and read...

Posté par Mr K à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,