aurevoirlahautL'histoire: "Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d'avantages, même après".
Sur les ruines du plus grand carnage du XXème siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu'amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts...

La critique de Mr K: Lors de l'annonce du prix Goncourt 2013, je me suis réjoui pour trois raisons. Tout d'abord, on primait une maison d'édition autre que les cadors qui se partagent le prix depuis des lustres, deuxio le lauréat était un auteur issu du polar (genre sous-évalué par la nomenklatura intellectuelle de France) et enfin, il s'agissait d'un livre se déroulant durant la première guerre mondiale et les années qui se déroulent juste après, période historique que j'affectionne tout particulièrement et que j'ai déjà eu l'occasion d'évoquer ici même avec le classique de Dorgelès Les croix de bois et plus récemment, la BD sur les poilus devenus fous durant le conflit. C'est avec grand plaisir que je reçus ce livre pour Noël de la part de belle maman qui décidément se révèle précieuse et à l'écoute des pistes lancées par ma Nelfe adorée! Merci chérie!

Le livre commence dans la boue des tranchées où nous suivons trois hommes dont les destins ne vont faire que se croiser dans les mois et années à venir. Deux troufions de base lancés sur le no man's land à l'assaut de la colline 113 vont être les témoins d'une bavure insoutenable, commis par leur lieutenant, Henri d'Aulnay Pradelle, personnage que vous adorerez détester tout comme moi. Edouard et Albert ne vont cesser d'essayer d'échapper à ce prédateur, nobliaux qui en veut au monde entier et qui par ses manières courtisanes essaie de redorer le blason terni de sa famille. Au sortir de la guerre, Edouard est défiguré et Albert traumatisé par ce qu'il a vécu. Une amitié est née durant le conflit et va se révéler indéfectible. Ils vont mettre sur pied une machination amorale en ces temps de deuil national pour gagner leur place au soleil. Mais voilà, on n'a rien sans rien et les risques sont importants. Commence alors un compte à rebours des plus angoissant pour tous les protagonistes...

Ce livre est une merveille, une gigantesque claque que l'on se prend en pleine face. L'immersion est totale et dès les premiers chapitres on ne peut que constater le talent rare dont fait montre Pierre Le Maître pour reconstituer la grande boucherie de 14-18. Digne de Barbusse et de Dorgelès (et pourtant, il ne l'a pas vécue!), nous sommes plongés dans la boue, la mitraille et le vacarme de la guerre de tranchées. Le réalisme perdure dans la période qui suit où l'auteur nous brosse un portrait fidèle, vivant et fascinant de la société française d'après guerre. Nul milieu n'échappe à sa plume: au fil des personnages qui nous sont ici livrés, il évoque avec pudeur et précision le prolétariat le plus pauvre, les poilus revenus vivants et traumatisés, les gueules cassées que l'on considère avec honte et parfois avec horreur, la place de la femme dans la société de l'époque, la bourgeoisie décadente, le haut fonctionnariat et les carrières qui se font et se défont au fil des scandales et des promotions. C'est autant de figures et personnages remarquablement ciselés que nous apprenons à apprécier, déprécier voir parfois détester.

Malgré quelques libertés historiques prises pour mieux aérer l'intrigue, le background est saisissant et très abordable même si l'on n'a pas d'études supérieures d'histoire derrière soi. Les milieux militaires et commémoratifs sont explorés au scalpel et l'on se rend vite compte que derrière les grands principes et les idéaux républicains, l'argent roi, le carriérisme et l'intérêt particulier prime sur le devoir de mémoire et de reconnaissance. Nos pauvres poilus en sont réduits à la fonction de simples pions que l'on peut sacrifier et déshonorer sans remord aucun. La tension et l'atmosphère de l'époque sont très bien rendus et par moment pour éviter de sombrer dans la mélancolie et le dégoût quelques passages solaires, lumineux entretiennent l'espoir malgré un récit angoissant et il faut bien le dire, stressant au possible. On est tellement épris de sympathie pour ces deux victimes de la guerre (Albert et Edouard) qu'on ne peut que frémir face aux péripéties que l'auteur sadique se complait à les faire traverser. Les personnages secondaires sont aussi très réussis, j'ai aimé le vieil industriel qui commence à aimer et à penser à son fils seulement après sa disparition, Madeleine est aussi une vraie réussite résumant à elle seule les femmes d'une certaine classe sociale dans le rôle qu'on leur donne et les choix qui leur sont offerts, il y a aussi le personnage de la petite Louise qui est un véritable rayon de soleil au cœur de ses destins torturés qui nous sont ici proposés.

L'ouvrage compte exactement 564 pages et vous pouvez me croire quand je vous dis que c'est un bonheur de chaque instant, que le plaisir grandit au fil des chapitres traversés par un esprit de plus en plus obnubilé par une trame dense et maitrisée. Maître du suspens, à la langue à la fois exigeante et abordable, impossible de résister, de tenter de s'échapper, on veut connaître et savoir la fin de cette histoire hors norme, à la fois attirante et repoussante de part ses tenants et ses aboutissants. On passe vraiment par tous les états et au final, c'est avec un grand sourire au lèvre et la satisfaction d'avoir lu une œuvre majeure que l'on referme ce livre heureux et ému.

Une grande grande lecture qui m'a marqué et restera longtemps gravé dans ma mémoire. À lire absolument!