mercredi 13 mars 2019

"Une confession" de John Wainwright

uneconfession

L'histoire : À cinquante ans, John Duxbury est secrètement déçu par son existence. Son travail est devenu une routine, son mariage sombre dans la grisaille, il ne sait plus comment être heureux.

Bientôt, c’est un drame qui s’abat sur lui. Alors qu’il est en vacances avec sa femme, Maude, celle-ci fait une chute mortelle. Quelques temps plus tard, un homme se présente au commissariat. Il a été témoin des faits et prétend que c’est John qui a poussé sa femme dans le vide. L’inspecteur Harker, chargé de l’enquête, s’engage à corps perdu dans la recherche de la vérité, jusqu’à l’ultime face-à-face.

La critique de Mr K : Voici un livre écrit en 1984 mais qui n'a été traduit en français que cette année aux éditions Sonatine ! Et pourtant, Une confession de John Wainwright est considéré comme un excellent ouvrage outre-manche et avait lors de sa sortie époustouflé George Simenon lui-même, qui - je l'imagine - a du le lire en VO. L'outrage est désormais réparé car enfin, nous pouvons le lire en français et je peux vous dire que ça vaut le détour !

L'histoire en elle-même est basique. Une femme meurt en tombant d'une falaise lors d'une promenade avec son mari. Est-ce un accident ? Un crime ? Voici l'énigme qui nous est proposée dès le début de l'ouvrage. Par le biais du journal intime du mari (et principal suspect), le suivi de l'enquête que mène l'inspecteur Harker, le ressenti du fils de la victime, les états d'âme du témoin et d'autres points de vue savamment emmenés, on progresse pas à pas vers une vérité finale qui fera mal et qui pour ma part m'a pris au dépourvu par son déroulé et par les secrets qu'elle va éventer.

La surprise vient du fait que l'auteur prend un malin plaisir durant tout l'ouvrage à décortiquer ses personnages. Les détails fourmillent sur leur vie, leurs pensées et leurs actes. On pourrait presque croire que tout cela n'est qu'artifice, remplissage, tant on rentre dans leur intimité et pourtant... On ne s'ennuie pas pour autant une seconde car ils sont tous attachants à leur manière et livrent un tableau crédible d'une humanité qui bien souvent jongle entre ses devoirs et ses désirs. John Wainwright est un orfèvre en terme de caractérisation psychologique des personnages, on se laisse mener par le bout du nez sans s'en rendre compte et les pages se tournent toutes seules. Et puis, vers la fin, l'ensemble prend une ampleur inattendue, derrière les façades se cachent des secrets insoupçonnés jusqu'alors, des rapports biaisés par des éléments qui nous avaient échappés.

J'ai retrouvé dans Une confession le plaisir que j'avais tout jeune à lire des policiers du style Conan Doyle ou Agatha Christie. Rythme lent, contenu dense, personnages bizarres ou du moins qui soignent les apparences, sont au menu d'un roman qui tient en haleine et multiplie les points de vue pour proposer de nombreuses pistes. On prend connaissance du journal du mari de la victime qui raconte sa vie professionnelle mais aussi de famille, notamment ses rapports parfois compliqués avec sa femme. La clef réside justement dans cette relation de couple distendue dont on ne comprend les tenants et les aboutissants que dans les ultimes lignes de l'ouvrage. Je vous mets au défi de lever le voile sur tous les détails avant d'avoir terminé cet ouvrage ! Le personnage de l'enquêteur est aussi très intéressant même si je l'ai trouvé agaçant au départ du fait de ses certitudes et de ses méthodes parfois limites. Et pourtant, lui aussi voit sa figure se densifier au cours du récit et donne à voir un être humain en proie lui aussi au doute et à la mélancolie. Tout cela emmène le lecteur vers un face à face final qui laisse des traces et s'avère totalement réjouissant.

Cet ouvrage est un modèle de conduite du récit, le suspens tient jusqu'au bout et tout est très bien ficelé. On s'amuse beaucoup durant cette lecture à vouloir démêler les ficelles de cet imbroglio et l'auteur ne nous facilite pas les choses. Très bien écrit, sans fioriture mais avec un luxe de finesse dans l'approche des personnages et des rapports qu'ils entretiennent, il remplit parfaitement son rôle de roman policier car il est aussi intrigant qu'addictif. Les amateurs de ce genre de pièce de choix ne doivent absolument pas passer à côté !

Posté par Mr K à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 12 mars 2019

"La Sirène" de Camilla Läckberg

La SirèneL'histoire : Un homme a mystérieusement disparu à Fjällbacka. Toutes les recherches lancées au commissariat de Tanumshede par Patrik Hedström et ses collègues s'avèrent vaines. Impossible de dire s'il est mort, s'il a été enlevé ou s'il s'est volontairement volatilisé.
Trois mois plus tard, son corps est retrouvé figé dans la glace. L'affaire se complique lorsque la police découvre que l'une des proches connaissances de la victime, l'écrivain Christian Thydell, reçoit des lettres de menace depuis plus d'un an. Lui ne les a jamais prises au sérieux, mais son amie Erica, qui l'a aidé à faire ses premiers pas en littérature, soupçonne un danger bien réel. Sans rien dire à Patrik, et bien qu'elle soit enceinte de jumeux, elle décide de mener l'enquête de son côté. A la veille du lancement de La Sirène, le roman qui doit le consacrer, Christian reçoit une nouvelle missive. Qulqu'un le déteste profondément et semble déterminé à mettre ses menaces à exécution.

La critique Nelfesque : Me voici de nouveau plongée dans les aventures d'Erica Falck et Patrik Hedström avec "La Sirène", 6ème volet de la saga. Tous les amateurs des récits de Camilla Läckberg s'accordent sur un point : il est aussi plaisant de suivre la vie privée de ses personnages principaux que les enquêtes en elles-même. On ne déroge pas à la règle avec ce tome-ci qui voit Erika, enceinte jusqu'aux yeux, et de jumeaux qui plus est, aller encore une fois au bout d'elle-même et se révéler être une wonder-woman du quotidien.

Parce qu'elle est comme ça Erika. Une nana qui ne tient pas en place, qui a du mal à se dire qu'elle doit lever le pied parfois et qui, sous la plume de Camilla Läckberg, est toujours confrontée à des histoires trépidantes. Il est intéressant ici de voir les processus d'écriture et la vie d'auteur entre sortie d'un nouveau titre, soirées inaugurales et promotion autour de son ami Christian, déjà rencontré dans les précédents tomes, et qui sort ici son premier roman.

Ce fameux Christian reçoit des lettres anonymes menaçantes et intrigantes. Il dit ne pas y accorder d'importance mais tout porte à croire qu'un secret se cache là dessous et Erika est bien déterminée à le dénicher. D'autant plus que cela survient en parallèle d'une enquête dont son mari, Patrik, a la charge. Un homme a été retrouvé sur le port de Fjällbacka, figé dans la glace.

Une fois de plus, Camilla Läckberg nous offre ici un tome bien construit et dans lequel on a toujours autant de plaisir à suivre la petite équipe et leurs déboires personnels. Certaines choses peuvent être devinées en amont (et oui c'est ça quand on est coutumier de ce genre de littérature, il y a des ficelles que l'on détecte à des kilomètres) mais de petites surprises sont aussi disséminées tout au long de l'ouvrage. Le bilan, si bilan il doit y avoir, et donc relativement positif. Disons-le clairement, ce n'est pas le meilleur tome de la saga pour l'enquête qui y est exposée et les résolutions de celle-ci mais on a forcément hâte de lire la suite à la vue du dernier chapitre... Sans vouloir spoiler (rassurez-vous, ce n'est pas le genre de la maison), j'ai tout de même envie de dire : NON MAIS CAMILLA CA VA PAS BIEN DE NOUS LAISSER AVEC CES DERNIERS PHRASES !?

Si vous n'avez jamais lu du Läckberg, ne commencez pas par celui-ci. Cela n'aurait aucun intérêt et vous perdriez toute la dynamique de la saga dans son ensemble tant ici l'auteure nous fait faire un bond dans l'histoire. C'est la première fois, de mémoire, qu'elle relie autant deux tomes entre eux. C'est bien simple, si vous n'avez pas le 7ème tome, "Le Gardien de phare", à portée de main, vous allez devenir fou ! C'est une bonne chose car il va y avoir, je sens et je l'espère, une accélération dans la narration. Cette saga est finalement très pépère et au bout d'un moment ce rythme peut commencer à lasser d'autant plus que les ficelles sont plus ou moins recyclées d'un tome à l'autre. L'auteure ici nous laisse présager une suite tourmentée et c'est tant mieux ! Un nouveau vent se lève sur Fjällbacka !

Egalement lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé :
- "La Princesse des glaces"
- "Le Prédicateur"
- "Le Tailleur de pierre"

- "L'Oiseau de mauvais augure"
- "L'Enfant allemand"

mercredi 16 janvier 2019

"Une Dernière chance pour Rebus" de Ian Rankin

rankin

L'histoire : Pour avoir lancé un mug de thé à la tête de sa supérieur, John Rebus va devoir réapprendre les règles du travail en équipe à l'Académie de police écossaise, dite "le saloon de la dernière chance."

Il devra plancher sur le meurtre non élucidé d'un petit voyou de Glasgow, ainsi que cinq autres officiers insoumis. Or l'un d'eux, Gray, tout comme Rebus, a jadis travaillé sur ce dossier. Simple coïncidence ? Parallèlement, Siobhan Clarke, désormais sergent, enquête sur l'assassinat d'Edward Marber, un galeriste d'Edimbourg. Les deux affaires avancent en un contrepoint subtil, reliées par la figure menaçante de Big Ger Cafferty, le caïd de la côte Est. Les vieux démons de Rebus sont toujours là : l'alcool et la solitude, le mépris de la hiérarchie et quelques doutes existentiels. Un bon flic n'est-il pas obligé, parfois, de pactiser avec le diable ?

La critique de Mr K : Compte rendu aujourd'hui de ma lecture annuelle des aventures de John Rebus, policier borderline écossais que j'aime énormément et dont j'économise les volumes présents dans ma PAL car c'est bien connu, rien n'est éternel... Dans Une Dernière chance pour Rebus, Ian Rankin va encore bien jouer des tours à son personnage fétiche ainsi qu'à tous ses personnages récurrents dans un récit policier âpre et sans concession s'étalant sur plus de 720 pages. Une épaisseur conséquente qu'on ne voit pas passer tant une fois de plus, on revient dans l'univers de Rebus comme on retourne chez soi après un long voyage...

Deux trames se déroulent en parallèle au début de l’ouvrage. D'un côté, on apprend que Rebus semble avoir définitivement pété un câble lors d'un briefing de sa supérieure et qu'il est de retour à l'académie de police pour réapprendre les bases du travail d'équipe en compagnie de cinq autres policiers mal embouchés qui très vite se font surnommer la Horde sauvage. Des cours leur sont dispensés, des séances de psy et une ancienne enquête non résolue leur est soumise pour essayer de réveiller les vieux réflexes de collaboration, les suivre dans leur investigation pour mieux les conseiller et tenter de les remettre sur le droit chemin. Difficile de croire que cela pourrait fonctionner vu le tempérament et les vices de chacun, Rebus paraît presque être un enfant de cœur à côté des autres alors que les amateurs de ses aventures savent bien qu'il flirte de trop près avec l'alcool et n'hésite pas à traverser la ligne jaune quand c'est pour le besoin d'une enquête. Au fil de celle-ci, comme les protagonistes, on s'interroge très vite  sur le pourquoi du comment de cette mise à pied. En effet, les coïncidences s'accumulent et il se pourrait bien que tout cela cache quelque chose de bien plus gros.

L'autre pan de l'ouvrage suit Siobhan Clarke, récemment promue inspectrice et fille spirituelle de Rebus que l'on suit déjà depuis quelques volumes de la saga. Elle participe à l'enquête portant sur le meurtre sauvage d'un marchand d'art agressé en bas de chez lui. Le lecteur côtoie l'équipe dans son quotidien pas forcément très fun avec son lot d'appels à donner, de filatures, d'interrogatoires et clairement l'enquête semble tout d'abord faire du sur place. Mais Siobhan est acharnée et très vite va se rendre compte que des personnages occultes sont à la manœuvre et notamment un nom attire son attention : Big Ger Cafferty, le grand caïd d'Edimbourg, personnage récurrent de la série que la justice n'arrive jamais à attraper. Des ponts se construisent entre cette affaire et les propres recherches de Rebus, le final mettra à jour des vérités nombreuses, surprenantes et donnera lieu à un dernier acte redoutable qui m'a laissé pantois tant je n'avais pas vu certaines choses venir.

Bien menées, les intrigues ne versent pas dans le spectaculaire comme toujours avec les enquêtes de Rebus. On est ici dans la recherche du réalisme le plus pur, le plus crû avec une plongée sans concession dans un univers sombre. Les âmes sont torturées de quelque côté que l'on soit et rare sont les moments de relâche, de repos pour évacuer stress et pression. Plus on avance dans la saga, plus on est sous le charme de l'évolution parallèle de Rebus et Siobhan, âmes sœurs qui se comprennent rapidement, sans avoir nécessairement besoin de parler. Le vieux briscard a trouvé là sa disciple la plus dévouée, au caractère bien trempé comme lui. Eux comme tous les autres personnages sont une fois de plus soignés aux petits oignons par un auteur littéralement épris de ses créations littéraires auxquelles il donne vie avec maestria et un certain sadisme. Ils en subissent des choses, la vie ne leur fait pas de cadeau et finalement quand on lit un Rebus, on le lit presque plus pour retrouver des personnages que l'on aime plutôt que pour les enquêtes. Le manichéisme n'a pas sa place ici, tout est gris des décors aux âmes de chacun car tous ont leur part d'ombre et de lumière. De l'ensemble, il se dégage une humanité en proie au doute, aux chagrins et aux regrets mais une humanité qui cherche toujours à rebondir et à faire reculer le mal, chacun à sa manière.

Pour autant, n'allez pas croire que les enquêtes en elles-même n'ont pas d’intérêt. Au contraire, elles se voient transcender par l'état mental des personnages qui dans ce volume frôle la paranoïa. Qui manipule qui ? Sur qui peut-on compter ? Quels sont les enjeux cachés, les chausse-trappes qui semblent avoir été posées pour faire chuter Rebus ? Ellipses et fausses pistes se multiplient pour le plus grand plaisir du lecteur qui clairement s'égare régulièrement et se raccroche au monolithe Rebus qui une fois ou deux montre des faiblesses inquiétantes : le temps passe, l'usure est bien amorcée et ses vieux démons peuvent le rattraper malgré ses amitiés et la douce Jean si patiente avec lui... Ce qui est dément avec Rankin, c'est que tous ces petits détails accumulés sur les personnages, les paroles et actes prononcés, les indices, tout finit par concorder parfaitement et conduit à une conclusion sans appel et logique malgré qu'on ne l'ait pas vu arriver. Non vraiment, pour moi cet auteur est décidément à part.

On retrouve l'ambiance unique d'Edimbourg mais aussi de ses environs et malgré une grisaille persistante et un temps pas très clément, on n'a qu'une envie c'est d'y aller. Balades à travers les pubs (ça boit énormément une fois de plus), les quartiers malfamés, les docks, la résidence du parrain (un sacré loustic, dangereux comme un requin en smoking), l'académie de police, les routes désertes d’Écosse... Le background est une fois de plus remarquablement rendu, on sent les odeurs, les bruits des lieux comme si on y était, l'immersion est totale et vraiment très addictive. Rajoutez dessus, un vernis des apparences gratté avec subtilité sur les carences de la justice et de la police, la corruption ambiante et la collusion entre le grand banditisme et certains cercles de pouvoir, le milieu des arts qui n'est pas reluisant, au milieu de tout cela des déclassés au destin horrible, et vous obtenez un roman coup de poing qu'on ne peut décemment refermer avant la fin tant l'écriture est une fois de plus un modèle de finesse et d'efficacité. Rankin fait à nouveau très fort !

Egalement lus et chroniqués au Capharnaüm éclairé :
"Nom de code: Witch"
"Le fond de l'enfer"
"Rebus et le loup-garou de Londres"
"L'Étrangleur d'Edimbourg"
"La Mort dans l'âme"
"Le Jardin des pendus"
"Causes mortelles"
"Du Fond des ténèbres"
- "La Colline des chagrins"
- "L'Ombre du tueur"

Posté par Mr K à 18:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 24 novembre 2018

"La Société des faux visages" de Xavier Mauméjean

ob_b47d75_la-societe-des-faux-visages

L'histoire : New York 1909. Pour enquêter sur la disparition de son fils Stuart, le milliardaire Vandergraaf recrute un duo surprenant : Sigmund Freud, le médecin et Harry Houdini, l’illusionniste. L’un prétend explorer les méandres de l’esprit. L’autre affirme pouvoir s’échapper des lieux les plus hermétiquement clos. Ils disposent d’un seul indice : un conteneur scellé, sur les docks. C’est le temps des premiers gratte-ciel, des puissantes familles et des gangs.

Au fil d’un jeu de pistes ébouriffant, où le portrait d’une femme joue un rôle décisif, Freud et Houdini affrontent les sommets aussi bien que les bas-fonds new-yorkais.

La critique de Mr K : Lire un Mauméjean est toujours source de réjouissances pour moi. En plus d'être charmant et facile d'accès quand on le rencontre aux Utopiales, l'auteur possède une plume unique et a le don de traiter des sujets qui sortent de l’ordinaire provoquant tour à tour l'étonnement, l'évasion et au final, un plaisir de lecture renouvelé. La Société des faux visages ne fait pas exception à cet adage tant il m'a convaincu et totalement rendu addict durant les quelques heures de lecture passionnée que j'ai éprouvé en le parcourant avec délectation.

Le postulat est simple et se rapproche d'une enquête à la Sherlock Holmes dont on sait Xavier Mauméjean friand (il a animé une rencontre sur le thème justement cette année aux Utopiales) avec en prime une rencontre imaginaire des plus prometteuses : Harry Houdini et Sigmund Freud devenant partenaires pour retrouver le fils disparu d'un magnat de l'époque. Après la révélation de la mission par le commanditaire et la rencontre entre les deux pointures, débute une enquête tortueuse qui mêle très habilement exploration psychique, énigme à tiroir de type escape game (Que contient le mystérieux container découvert sur les docks ?) et exploration des couches sociales du New York de l'époque. Peu à peu, au fil de leurs rencontres et déductions, le voile se lève sur une disparition qui cache en fait nombre de ramifications insoupçonnées...

Clairement à la base je suis le bon client pour ce type de lecture car en plus d'adorer l'auteur, j'ai été nourri à Conan Doyle étant jeune (je suis tombé dedans tout petit et on ne m'a jamais interdit d'y retourner contrairement à d'autres -sic-). Mauméjean s'amuse donc à avancer masqué, laissant ses deux illustres personnages principaux dans une belle panade durant la majeure partie du roman. Certes, ils progressent assez vite, enchaînant les déductions et faisant les liens entre les différents indices laissés par le disparu mais loin d'éclairer leur lanterne, la piste se complexifie et les mène vers des horizons qui dépassent la simple disparition. Présent et passé vont se mêler, les témoignages et découvertes se mélanger pour explorer la société new-yorkaise de l'époque et les mœurs peu ragoûtantes du capitalisme émergent. On ne s'ennuie pas une seconde, tout se tient et la fin en surprendra plus d'un même si jamais deviné une ou deux ficelles. C'est cela de pratiquer intensément un auteur...

Comme d'habitude, les personnages sont admirablement caractérisés que ce soit les personnages historiques rencontrés (Houdini, Freud mais aussi beaucoup d'autres) ou les créations littéraires pur jus. On sent la grande tendresse qui habite l'auteur quand il nous présente Houdini et sa petite famille, Freud et les réticences qu'il inspire à l'époque. L'ensemble est un savant mélange d'éléments historiques (tout est quasiment vérifiable sur le web si vous n'êtes pas un spécialiste de ce maître de l'évasion) et de talent pur pour contextualiser et faire vivre des personnages. C'est bien simple, de suite on est embarqué, on est chez soi et l'on colle au plus près de personnes célèbres et remarquables mais cependant proches, attachantes et très humaines. Loin d'être figé, ce roman est une ode à la découverte de soi, de l'autre et à l'intelligence qui peut vaincre tous les périls et les obscurantismes. Pour autant, tout n'est pas rose et la fin souffle un petit air amer, ce qui n'est pas pour me déplaire, bien au contraire !

Mauméjean sait aussi très bien immerger ses lecteurs dans une époque lointaine. La plupart de ses romans se déroulent entre fin du XVIIIème siècle et début du XXème siècle. Au détour des circonvolutions du récit, on s'émerveille devant l'égrenage de petits détails et de faits historiques qui nourrissent l'ensemble et lui donnent une dimension supplémentaire fort alléchante quand on est amateur d'Histoire comme moi : que ce soit la disparition des voitures à cheval à la massification du trafic automobile, les krachs boursiers du début de siècle qui déstabilisent l'établishment et l'état, la décoration des demeures bourgeoises, l'antisémitisme qui a pignon sur rue (Houdini et Freud sont tous les deux juifs d’origine), les débuts difficiles de la psychanalyse ; tous ces éléments apportent un cachet d'authenticité mais aussi une gouleyante érudition que l'on absorbe avec plaisir et sans difficulté.

En effet, dans La Société des faux visages, le style est un peu plus épuré que dans des œuvres plus anciennes du même auteur, économie de mots rime avec sens de l'essentiel et plaisir optimal de lecture. C'est bien simple, une fois débuté, il est impossible de relâcher ce volume qui se lit quasiment d'une traite. Une belle fantaisie policière comme on les aime que je ne saurais que trop vous conseiller !

Lus, appréciés et chroniqués du même auteur au Capharnaüm Éclairé :
- La Vénus anatomique
- Kafka à Paris
Poids mort
Ganesha
American gothic
Lilliputia

Posté par Mr K à 18:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 1 septembre 2018

"La Disparition d'Adèle Bedeau" de Graeme Macrae Burnet

9782355846472oriL'histoire : Manfred Baumann est un solitaire. Timide, inadapté, secret, il passe ses soirées à boire seul, en observant Adèle Bedeau, la jolie serveuse du bar d'une petite ville alsacienne très ordinaire.

Georges Gorski est un policier qui se confond avec la grisaille de la ville. S'il a eu de l'ambition, celle-ci s'est envolée il y a bien longtemps. Lorsque Adèle disparaît, Baumann devient le principal suspect de Gorski. Un étrange jeu se met alors en place entre les deux hommes.

La critique de Mr K : Terrible lecture aujourd'hui avec la nouvelle publication en français d'un ouvrage de Graeme Macrae Burnet aux éditions Sonatine après le formidable L'Accusé du Ross-Shire qui m'avait enchanté et marqué lors de sa lecture l'année dernière. Dans ce nouvel ouvrage, cet auteur écossais diablement doué explore les arcanes de la banalité pour mieux la déstructurer et au final surprendre ses lecteurs après les avoir irrémédiablement attirés dans la toile savamment constituée par ses soins minutieux.

Quand une jeune serveuse disparaît sans prévenir et sans laisser de traces, c'est toute une petite communauté qui est en émoi. Jolie, très sérieuse dans son travail, plutôt taciturne et pas du genre à lever la jambe, cette disparition interroge et inquiète. Est-elle partie sans prévenir personne sur un coup de tête ? A-t-elle rencontré la mauvaise personne en rentrant chez elle ? La police enquête et nage dans le flou intégral. L'enquêteur Gorski a bien du mal à se dépêtrer de cette affaire qui s'enlise à cause du manque d'indices et des dissimulations des témoins potentiels. En parallèle de son enquête, on suit le parcours chaotique de Baumann, un homme miné par la solitude et son caractère asocial. Au fil du déroulé, nous allons en apprendre beaucoup sur ces deux hommes en constante opposition et quand la vérité éclatera, personne ne sera épargné.

Grand amateur de Simenon et Claude Chabrol, Graeme Macrae nous propose un voyage effroyable au fin fond de l'âme humaine. Certes il y a une enquête mais finalement elle passe souvent au second plan. Les avancées sont très timides, le policier quelqu'un de posé, et finalement il ne se passe pas grand chose durant les 281 pages de ce roman. Et pourtant, il est d'une richesse incroyable, d'une profondeur qui touche parfois au sublime avec des personnages ciselés comme rarement j'ai pu en rencontrer dans un ouvrage de ce genre. C'est bien simple, chaque chapitre apporte sa pierre à l'édifice entre banalité du quotidien décortiqué et flashback qui révèlent des passés lourds de conséquences sur une existence entière. Chaque être humain est unique et derrière chaque individualité se cache une vie faite de joies mais surtout de ruptures et de failles qui construisent un destin. Alors le rythme est lent, le mille-feuilles de caractérisation des personnage se prépare en douceur, par petites couches successives mais quand arrive le dernier tiers de l'ouvrage, tout prend sens, s'emboîte parfaitement et procure un plaisir de lire assez unique.

Vie de famille compliquée, solitude aliénante dans notre société, quiproquo, incompréhension, paranoïa latente, rumeurs et moqueries, grisaille ambiante et avenir bouché sont les ingrédients d'une recette classique du roman policier-noir qui bascule dans l'ouvrage référence grâce à la langue fine, exigeante et très accessible de cet auteur décidément à suivre. J'ai pour ma part accroché immédiatement, notamment sur les deux personnages principaux qui m'ont rappelé des proches ou des personnes que j'ai pu connaître. La tension est palpable très vite et l'émotion gagne profondément le lecteur, l'influençant même sur ses réflexions sur soi. La Disparition d'Adèle Bedeau, au delà de son caractère policier et étude de caractère, nous renvoie à nous, à la fragilité de l'existence et de ces épisodes de tristesse qui parfois gagnent le cœur et l'âme de chacun, mêlant spleen et nostalgie.

Je dois avouer que ce roman m'a profondément touché, m'a laissé tout groggy une fois la dernière page tournée. L'ascenseur émotionnel est total, j'aime être déstabilisé et ému lors d'une lecture. Celle-ci restera longtemps gravée dans ma mémoire. Avis aux amateurs !


dimanche 15 juillet 2018

"Retour sur l'île" de Viveca Sten

vivecastenretoursurlile

L’histoire : C’est l’hiver sur l’île de Sandhamn. La tempête de neige qui fait rage contraint les habitants à rester chez eux. Un matin, on découvre le cadavre d’une femme sur la plage : la célèbre correspondante de guerre Jeanette Thiels était connue pour son franc-parler avec certaines personnalités influentes, issues notamment du parti xénophobe Nouvelle Suède.

Crime politique ou vengeance personnelle masquée ? L’inspecteur Thomas Andreasson n’a pas le temps de répondre qu’un nouveau meurtre a lieu.

La critique de Mr K : Avec ce volume, je découvrais une auteure que nombre d’amies lectrices avaient évoqué avec des étoiles dans les yeux. J’ai mis le temps avant de l’aborder car de manière générale, je ne suis pas vraiment amateur de littérature policière du Nord, la faute souvent à un rythme lent et un sentiment de creux qui m’envahissait lors de mes lectures. Mais comme on dit, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et Viveca Sten a réussi à me tenir en haleine tout du long et à maintenir intacte toutes mes attentes de lecteur.

Une célèbre journaliste d’investigation est retrouvée morte dans un petit village perdu au milieu de nul part. Morte de froid ? Assassinée ? Les questions fusent dès le départ tant la personnalité de la victime est sujette à controverse et son existence même semblait gêner nombre de personnes à cause de ses enquêtes qui mettaient à mal les certitudes de beaucoup, l’etablishment la craignait ainsi que le monde politique suédois (voir étranger). La police est donc sur les dents car derrière ce qui ressemble à un fait divers classique ou un meurtre lambda se cache des ramifications inattendues qui pour ma part m’ont bien surpris.

Retour sur l'île se lit tout seul, c’est sa grande force. L’écriture limpide et évocatrice en diable accompagne merveilleusement ce voyage en terres septentrionales sous les neiges hivernales. On plonge littéralement dans un univers clos, rude où le mystère règne. L’ambiance est saisissante, bien rendue grâce à de courts paragraphes descriptifs qui ne prennent jamais le dessus sur le déroulé de l’histoire. On ne compte plus les belles pages décrivant le déchaînement des événements, leur influence sur les groupes humains, le tout mâtiné d'une ambiance particulière, l’histoire se déroulant pendant la période de Noël. Étrange climax donc dans une terre lointaine qui m’a toujours fasciné par ses paysages et ses conditions climatiques.

L’enquête très vite s’avère extrêmement complexe entre mensonges, omissions et fausses pistes. Se déroulant sur quelques jours, les journées sont denses pour les enquêteurs qui doivent en plus gérer le quotidien de leurs vies personnelles respectives. Les personnages sont très bien caractérisés et même si je faisais connaissance avec eux seulement avec ce Retour sur l’île (d’autres volumes ont précédé celui-ci), je n’ai pas été embarrassé par des choses que je n’aurais pas lu. Je n’ai sans doute pas saisi quelques allusions faites à des affaires antérieures mais j’ai tout de même réussi à me faire une idée bien précise de chacun des protagonistes. Viveca Sten nous les dépeint avec à propos, justesse et un attachement bien particulier. Loin de tomber dans la caricature ou la simple silhouette, l’auteure peaufine ses personnages, leur apportant une profondeur, une nuance de bon aloi dans un genre trop souvent codifié et sans réelle saveur. On se plaît à les suivre entre interrogatoires au cordeau, course-poursuite dans la neige, pouponnage et séance révélations. On s’ennuie pas un moment car même si le départ peut sembler lent, la suite donne raison à l’auteure avec une avalanche de petits éléments qui mènent à une révélation inattendue.

Belle lecture que celle-ci donc qui cumule personnages charismatiques, intrigue tortueuse et fenêtre ouverte sur un pays magnétique. Les pages se tournent toutes seules, les émotions multiples que j’ai pu ressentir m’ont ravi et procuré un plaisir livresque addictif. À lire absolument si vous êtes fan de l’auteure, du genre et / ou de la Suède !

Posté par Mr K à 12:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 10 juin 2018

''L'Armure de vengeance" de Serge Brussolo

ldp17096-2003

L’histoire : Par une nuit sans lune Jehan de Montpéril, le chevalier errant, est chargé d'escorter au fond de la forêt six fossoyeurs porteurs d'un cercueil bardé de fer.

C'est une armure vide qu'il s'agit d'enterrer. Une armure maléfique, une armure tueuse qui, dit-on, bouge toute seule et répète, passé minuit, les gestes de mort appris sur le champ de bataille. Malgré cela, bien des chevaliers la convoitent, au risque de voir leur famille décimée par le vêtement de métal ensorcelé. Qu'importe ! N'a-t-il pas la réputation de rendre invincible celui qui s'en revêt ? Une malédiction pèse-t-elle vraiment sur l'armure ? Ou bien quelqu'un se sert-il de cette légende pour mener à bien une vengeance mystérieuse ?

La critique de Mr K : Retour vers un de mes auteurs préférés aujourd’hui avec un Serge Brussolo qui s’aventure avec L’Armure de vengeance dans le thriller médiéval. Connaissant l’imagination débordante du bonhomme et son écriture incisive, j’étais quasiment sûr de me régaler. Je ne me suis pas trompé !

Une mystérieuse armure noire semble semer la mort sur son passage. Réputée ensorcelée, nul ne semble pouvoir lui échapper du plus humble des vilains aux seigneurs les plus renommés du crû. Suite à un nouveau drame sanglant, Jehan de Montperil se retrouve mêlé à des événements qui le dépassent, lui l’ancien bûcheron anobli pour faits de guerre dont les grands talents de déduction seront mis à mal face à une menace de plus en plus insidieuse. L’armure semble avoir choisi ses nouvelles victimes et il doit tout faire pour l’empêcher de passer à l’acte sous peine de passer de vie à trépas...

Comme à chaque lecture de Brussolo, on rentre immédiatement dans le vif du sujet et le plaisir de lire se poursuit durant toute la lecture sans aucun temps mort. Adeptes du rebondissement vous serez gâtés, l’auteur ne lésinant pas ici et proposant de multiples pistes qui égareront les plus expérimentés des lecteurs. Je me suis royalement fait balader tout le long de l’ouvrage, la faute à des personnages qui réservent bien des surprises et cachent des ambiguïtés et des secrets qui bouleversent les schémas établis mentalement au fil de la lecture. C’est bien simple, on ne sait plus à quel saint se vouer et très honnêtement, on en redemande tant l’ensemble tient debout et montre une maîtrise du suspens peu commune.

Période rude par excellence, il est difficile pour le héros de mener correctement son enquête qui se heurte vite aux croyances, superstitions et l’ordre social sclérosé qui ne s’embarrasse pas de morale et de preuves en matière de recherche de la vérité. Le Moyen-Age est très bien retranscrit dans cet ouvrage (la vie dans un château fort, l’ambiance des foires de l’époque...), le background est crédible sans être envahissant et donne une saveur particulière à l’ensemble. Serge Brussolo s’en amuse beaucoup, n’hésitant pas à distiller par ci par là des détails peu ragoûtants sur les us et coutumes d’une période que j’affectionne tout particulièrement (je suis médiéviste de formation). Certains passages ne manqueront donc pas de vous tirer quelques hauts de cœur et exclamations diverses mais tout cela se fait toujours au bénéfice d’un récit qui ne baisse jamais en intensité.

On passe vraiment par tous les états lors de cette lecture, les personnages se débattent comme ils peuvent avec leur condition, les idées préconçues et les coups du sort qui semblent s’abattre sur eux comme les foudres du Ciel. Volontiers angoissant, très intrigant, l’ouvrage se lit avec une facilité déconcertante et un plaisir renouvelé. On finit ce roman heureux et séduit par un dénouement inattendu qui tient toutes ses promesses déjà entr'aperçues dès la lecture de la quatrième de couverture. Un excellent thriller historique à côté duquel vous ne devez pas passer si vous êtes amateurs !

Egalement lus et chroniqués au Capharnaüm éclairé du même auteur :
"Le Syndrome du scaphandrier"
"Bunker"
"Les Emmurés"

"Avis de tempête"
"La Main froide"
"Pélerin des ténèbres"
"La Fille de la nuit"
"La Mélancolie des sirènes par trente mètres de fond"
"Le Livre du grand secret"
"Trajets et itinéraires de l'oubli"
"Le Nuisible"
"Le Murmure des loups"
- ''Le Cycle des ouragans"

Posté par Mr K à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 10 mai 2018

"Allah recherche l'autan perdu" - Série Le Poulpe - de Roger Dadoun

poulpe

L’histoire : Un coup de fil ironique, un tract intégriste happé la Goutte d’Or et signé Le Protocole des Imams de Qom et voilà le Poulpe qui s’embarque, comme disent ses potes de la Sainte Scolasse, dans une sacre galère arabe : un projet parano de racket islamiste à l’échelle planétaire le fait passer du 11ème (place Voltaire !) Riyadh avec sa shariah, au Caire avec son université millénaire al Azhar, et Téhéran, où il fait office de serveur chez un ayatollah ; entre religieux fanatiques, théologiens orthodoxes, agents butés, il y a les femmes, dont une journaliste de CNN qui lui en fait voir de belles. S’il ne demande qu’à voir, son mot d’ordre reste : cherchez l infâme.

La critique de Mr K : Retour dans la galaxie du Poulpe aujourd’hui avec Allah recherche l’autan perdu de Roger Dadoun qui signe ici la 26ème aventure de Gabriel Lecouvreur, détective privé libertaire au verbe haut. On le retrouve plongé dans cet ouvrage au cœur de la dimension islamiste pour un périple bien périlleux. Si l’humour, le verbiage unique du héros sont au RDV, l’enquête est cette fois ci quelque peu décevante malgré une très belle immersion dans le monde multiple et parfois ésotérique de l’Islam.

Suite à la découverte de flyers intégristes faisant part d’un mystérieux projet, le Poulpe se voit confier une enquête très dangereuse qui va le mener bien loin de son arrondissement parisien préféré. En effet, il va devoir s’envoler pour l’Arabie Saoudite, l’Égypte puis l’Iran pour suivre une piste nébuleuse faisant la part belle à un projet de grande mosquée financée par un racket dans les communautés musulmanes du monde entier. Il croisera sur son chemin de nombreux personnages toujours aussi délicieusement croqués comme un universitaire musulman, des ayatollah peu recommandables, des agents très très spéciaux, une journaliste aux atouts certains (pas forcément ceux auxquels on pense de prime abord, bande de machos !) et arrivera même à mêler la délicieuse Chéryl (sa coiffeuse d’amour) à son enquête de haute voltige.

On retrouve la nonchalance légendaire de notre Poulpe. Râleur, hâbleur amateur de houblon, rebelle dans l’âme, il a fort affaire ici avec son infiltration difficile dans les mondes musulmans. Très éloigné de ses idéaux et de ses pratiques, il y trouvera cependant des parcelles d’humanité et de tendresse qui vont contrebalancer les dangereux individus sur lesquels il doit enquêter. Décalé, irrévérencieux mais cependant respectueux de l’humain, cet amateur de Blanqui et de son ni-dieu ni-maître voit sa liberté d’action très vite freinée par toute une série de forces contraires qui semblent s’amonceler autour de lui. Qui manipule qui ? Le Poulpe a très vite des doutes tant il se sent impuissant par moment face à ses commanditaires et adversaires. C’est plutôt rare de le voir dans cette position et plutôt agréable de le découvrir sur le fil de rasoir à certains moments clefs du roman.

Clairement, ce n’est pas pour autant le meilleur volume, la faute à une enquête que j’ai trouvé bâclée, sans réelles surprises et finalement sans densité. On passe très vite d’un pays à un autre avec quelques micro-péripéties mais finalement aucune vraie grosse découverte ou révélation. Plutôt plate, on se rabat plutôt sur l’ambiance respectée et toujours aussi jouissive d’un Poulpe : les bonnes punchlines bien senties, les rapports conflictuels du Poulpe avec à peu près tout le monde et l’aspect militant qui pointe le bout de son nez. C’est aussi une belle ouverture sur le monde musulman et quelques points de culture générale à ne pas négliger avec notamment une belle clarification sur les positions de chacune des obédiences de l’Islam, les vertus prônées par les musulmans orthodoxes et un beau voyage dans des pays souvent fantasmés mais jamais vraiment découverts avec des yeux neutres. En cela, Gabriel Lecouvreur est un beau révélateur et l’écrivain apporte un œil neuf et non désabusé sur le Moyen Orient. Un bon point donc !

Roger Dadoun respecte parfaitement le cahier des charges de tout écrivain s’attaquant au Poulpe : humour, personnage de Gabriel Lecouvreur, nombre de pages restreint et nouveaux apports se mêlent bien. On se prend au jeu et les amateurs de la série y trouveront leur compte. Pour les autres, je ne saurais que trop vous conseiller de commencer par un autre titre pour vous faire une idée sur Le Poulpe, un enquêteur vraiment à part dans le paysage littéraire français. Toutes mes chroniques sont à suivre en forme de lien en dessous de celle-ci.

Autres Poulpe chroniqués au Capharnaüm Éclairé :
Nazis dans le métro
J'irai faire Kafka sur vos tombes
Du hachis à Parmentier
Vomi soit qui malle y pense
La petit fille aux oubliettes
La bête au bois dormant
Arrêtez le carrelage
Légitime défonce
La Cerise sur le gâteux
L'Amour tarde à Dijon
Chicagone
- Les Damnés de l'artère

Posté par Mr K à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 28 mars 2018

"L'Affaire Isobel Vine" de Tony Cavanaugh

tony-cavanaugh-laffaire-isobel-vine

L’histoire : Pour n’importe quel passant, les rues, les places, les jardins de Melbourne possèdent un charme certain. Pour Darian Richards, chacun de ces lieux évoque une planque, un trafic de drogue, un drame, un suicide, un meurtre. Lassé de voir son existence ainsi définie par le crime, et uniquement par le crime, il a décidé, après seize ans à la tête de la brigade des homicides, de passer à autre chose. Une vie solitaire, plus contemplative.

Il accepte néanmoins de sortir de sa retraite par amitié pour le chef de la police qui lui demande de disculper son futur successeur, en proie à des rumeurs relatives à une ancienne affaire : en 1990, après une fête donnée chez elle, on a retrouvé le corps sans vie de la jeune Isobel Vine. Suicide, accident, meurtre ? L’enquête fut d’autant plus délicate que quatre jeunes flics participaient à cette soirée. Elle fut classée sans suite, mais le doute persiste sur ce qui s’est réellement passé.

Reprendre des investigations vingt-cinq ans après les faits n’est jamais une partie de plaisir, surtout quand l’affaire concerne de près la police. Les obstacles ne manquent pas. C’est sans compter sur le caractère obstiné, rebelle et indiscipliné de Darian Richards et sur sa fâcheuse habitude à porter davantage d’attention et de respect aux morts qu’aux vivants. L’enquête rythmée de nombreux rebondissements va peu à peu l’amener aux frontières du bien et du mal, de la vérité et du mensonge, et Richards y perdra peut-être ses dernières illusions.

La critique de Mr K : Lors de sa sortie l’année dernière, ce roman,  L’Affaire Isobel Vine, avait été vanté et vendu comme la version australienne de la série des Harry Bosch de Michaël Connelly, respectivement héros et auteur d’une série de polars bien construits et efficaces dans leur genre que j’ai dévoré ouvrage après ouvrage. Sollicitations diverses et chinages compulsifs ont remisé L’Affaire Isobel Vine de Tony Cavanaugh dans ma PAL durant quelque mois avant qu’il ne se rappelle à mon bon souvenir il y a peu. Grand bien m’en a pris de débuter cette lecture qui m’a fait oublier mes dernières déceptions en matière de policier / thriller. On a bel et bien là un ouvrage addictif, remarquablement écrit et construit. Attention, belle claque en perspective !

Darian Richards s’est retiré de la police depuis un certain temps. Dégoûté du métier, flic d'exception au milieu d’un monde corrompu rongé par les arrangements et le laisser aller, il profite de son temps libre loin de la ville de Melbourne et de ses turpitudes, tout en effectuant quelques missions vengeresses en sous-main dans un genre que n’aurait pas renié un certain Charles Bronson ! Borderline mais épris de justice, la police est donc bien derrière lui et il ne souhaite pas particulièrement renouer avec une activité qui a ruiné sa relation de couple et épuisé son stock d’espoir. Il n’aspire qu’à profiter de la solitude et des bienfaits d’une nature sauvage et préservée.

C’était sans compter la venue impromptue de son ancien supérieur qui vient à lui pour lui confier une enquête hors norme, enterrée depuis vingt-ans : une jeune fille dénudée morte étouffée, sa mort non élucidée (meurtre ? suicide ?), un professeur libidineux très proche de ses élèves, un petit ami lâche, un trafiquant de drogue et surtout, quatre flics qui étaient présents à l’endroit du meurtre au moment fatidique. C’est justement à cause de cela que Darian est appelé. L’un des quatre policiers prétend accéder au poste de commissaire (fonction très important en Australie, juste en dessous du ministre) et il faudrait définitivement le laver de tout soupçon en reprenant l’enquête et en découvrant la vérité. Entièrement libre pour enquêter, il s’entoure de Maria une enquêtrice qu’il respecte énormément et qui a été placardisée pour cause d’efficacité féminine et d’un geek amateur de hautes technologies complètement barré mais redoutable d’efficacité. L’enquête sera longue, tortueuse et remuer le passé fera remonter des effluves nauséabondes.

En lisant le résumé, on pourrait se dire qu’on tombe dans du classique pur jus et qu’aucune surprise n’interviendra pendant le récit qui semble de prime abord très codifié. Et pourtant, très vite on s’attache aux personnages. Ciselés à souhait dans une économie de mot bienvenue, on se prend au jeu de leurs introspections, de leurs questionnements et de leurs rencontres. Loin de se cantonner dans l’examen distant, on en prend plein la tête et entre les forces de l’ordre et les criminels la frontière est parfois très faible. Le héros lui-même n’est finalement pas si clair car s’il est épris de justice, il utilise parfois des méthodes bien hard-boiled presque fascisantes. On n’est pas loin d‘une ambiance à la Sin City par moment, l’auteur donnant à voir une vision parfois effrayante des rouages de la police et des pouvoirs qui s’entremêlent. Nos héros auront donc fort à faire pour dénouer les fils d’une ancienne affaires bâclée mais qui pourrait révéler bien des secrets et des fonctionnements.

On avance pas à pas à travers des chapitres assez courts où les confrontations sont légions, parsemées de ci de là par quelques descriptions jamais très longues. On est ici dans le polar le plus pur, le plus dur. Abîmés par la vie mais se débattant comme ils peuvent, les protagonistes ont tous une richesse intérieure impressionnante, y compris les plus détestables qui révèlent au détour d’une ligne ou d’un paragraphe un aspect touchant / différent de ce que l’on attendait d’eux au départ. C’est donc parfois déstabilisant surtout que ce que l’on croyait sûr un chapitre avant peut-être totalement démonté au chapitre suivant. Je dois avouer que l’identité de l’assassin m’a totalement désarçonné et que pour le coup je me suis bien fait avoir ! Le rythme de l’enquête est endiablé, les retournements de situations nombreux, les périls nombreux pour nos trois enquêteurs pris dans un engrenage qui finit par les submerger et va nécessiter de leur part une abnégation sans faille et un courage formidable.

C’est aussi l’occasion d’évoluer à l’autre bout de la planète dans un pays que j’ai peu pratiqué au cours de mes lectures mais qui éveille en nous souvent des images mentales et des idées reçues. Ce n’est pas vraiment ce roman qui donne envie d’y faire du tourisme tant chaque endroit de Melbourne rappelle à Darian un meurtre ou une affaire glauque. Au delà de la palpitante enquête policière, l’auteur égratigne au passage la phallocratie ambiante dans la police australienne (on retrouve l’ambiance de la saison 2 de Top of the lake, la très bonne série de Jane Campion) et plus généralement la suffisance / arrogance des puissants quels qu’ils soient. Il se dégage de l’ouvrage une ambiance crépusculaire sombre à souhait, idéale pour y livrer un combat contre des forces titanesques. Ce roman est un peu de tout cela à la fois.

Pour conclure, il y a l’écriture qui est d’une redoutable efficacité. Claire et directe, l’auteur se plaît derrière cette apparente simplicité à explorer les âmes au scalpel. De la noirceur à l’innocence, tout ici respire le réalisme et la crédibilité. Loin de tomber dans les clichés ou la superficialité, on a vraiment affaire à des êtres humains avant tout, faits de chair et de sang, de contradictions et de pulsions. Impossible dans ces conditions de relâcher ce livre qui a une force de fascination et d’attraction hors norme. On devient totalement addict rapidement et durablement, cédant à l’empressement d’en savoir plus et de nous aussi résoudre le mystère de la mort d’une jeune fille apparemment sans histoire. Un roman à côté duquel il ne faut surtout pas passer si vous êtes amateur du genre. On en redemande !

Posté par Mr K à 19:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 16 mars 2018

"Un Assassin de première classe" de Robin Stevens

unassassindepremièreclasserobinstevensmrk

L’histoire : "Nous étions au milieu du wagon, trop loin de la porte pour partir en courant. Nous devions nous cacher, sinon ils nous surprendraient ! Nous n’avions pas le choix. J’ai plongé sous la nappe et Daisy s’est enfoncée près de moi comme un lapin dans un terrier."

Hazel et Daisy partent en vacances à bord de l’Orient-Express avec M. Wong. Une seule interdiction : jouer les détectives.

Alors qu’un espion se cache dans le train, une riche héritière est assassinée dans une cabine verrouillée de l’intérieur. Le club de détectives est obligé de reprendre du service ! Attention, elles ne sont pas les seules sur l’affaire...

La critique de Mr K : Quel plaisir de retrouver Hazel et Daisy pour une nouvelle enquête du club des détectives. Les deux premiers volumes de la série s’étaient avérés très rafraîchissants, bien maîtrisés et ouvraient des ponts avec des classiques que j’ai aimé dévorer quand j’étais petit notamment ceux de Conan Doyle et Agatha Christie. Ça tombe bien, l’auteure qui a les mêmes goûts que moi a décidé avec ce volume de lorgner vers un roman qu’elle a adoré plus jeune pour lui rendre hommage. Dès le titre de l’ouvrage, on sait de quoi il s’agit...

Après une année bien mouvementée avec deux enquêtes racontées dans les précédents volumes (voir liens en fin d’article), Daisy et Hazel sont invitées par le père de cette dernière à un voyage dans l’Orient-Express durant les congés d’été. De Calais à Istanbul, le programme s’annonce alléchant entre le voyage en lui-même dans le plus grand luxe, visites de grandes villes européennes et défilés de paysages variés. Bien évidemment, rien ne va se passer comme prévu, à croire que les détectives en herbe attirent les soucis : un meurtre commis durant les premiers jours va faire appel à leur talents d’enquêtrice. Cependant, elles ne sont pas seules sur la piste avec notamment une ancienne connaissance qui ressurgit à la poursuite d'un mystérieux espion et un détective amateur vraiment pas doué dans son genre. Rajoutez là-dessus des adultes suffisants et d’autres qui ne les considèrent que comme des enfants et vous obtenez pas mal d’obstacles pour cette enquête en huis clos.

Le duo Daisy et Hazel fonctionne toujours aussi bien, d’ailleurs l’auteure se concentre encore plus sur elles, les autres membres du club n’étant pas là pour les épauler. Bien que très différentes, les deux jeunes filles se complètent parfaitement entre la bouillonnante Daisy qui n’a pas sa langue dans sa poche et à l’ego très développé, et Hazel plus réservée et secrétaire officiellle du club. Elles partagent cependant un grand sens de l'observation, de belles capacités de déduction et l’envie de résoudre une affaire. L’enquête se révèle très vite ardue, il leur faudra toute leur méthodologie et rigueur pour démêler le vrai du faux. Elles pourront à l’occasion compter sur l’aide bienvenue d’un jeune homme amateur d’enquêtes et sur la fidèle servante de Daisy qui est du voyage elle-aussi.

Les protagonistes nombreux du roman sont donc tour à tour presque tous suspects. La jeune héritière richissime tuée, les soupçons se tournent successivement sur son mari colérique, la servante irrespectueuse, une ancienne comtesse russe qui veut récupérer un bien vendus par les communistes (le mystérieux gros rubis que portait la victime et qui a disparu), une spirit qui suit à la trace la victime pour la faire communiquer avec sa mère décédée, le frère désargenté qui tente de percer dans le milieu de l’édition, un magicien en pleine préparation de nouveaux tours et d’autres qui viennent compléter un casting de choc où les fausses pistes vont se révéler nombreuses. Bien malin le lecteur qui trouvera la solution avant les deux détectives amatrices même si quelques éléments peuvent être découverts par les plus malins.

Se déroulant en 1935, le background est assez savoureux dans son genre et donne une profondeur supplémentaire à l’ouvrage avec l’évocation notamment du chancelier Hitler en Allemagne et sa politique répressive envers les juifs et sa course au pouvoir qui menace l’équilibre de tout le continent. Par petites touches, le jeune lecteur peut ainsi appréhender au détour d’un dialogue ou d’un rebondissement une période difficile qui a marqué notre Histoire. Et puis, il y a la belle évocation du train en lui-même, légende du rail qui m’a toujours fasciné et que l’auteure retranscrit à merveille avec des descriptions précises mais pas envahissantes, des scènes clef comme le service de luxe, le repas pris dans le wagon-restaurant et la vie à bord du train.

La lecture est très très plaisante comme toujours avec cette série d’enquêtes : un rythme soutenu, pas de temps morts à déplorer et une langue qui glisse toute seule. Se dévorant tout seul, l’ouvrage apporte une évasion immédiate, présente des personnages vraiment charismatiques et propose une enquête bien tortueuse mais pour autant totalement à la portée d’un lecteur dès 11/12 ans. Une belle expérience à tenter pour les jeunes amateurs de romans policiers.

Lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé :
- Un Coupable presque parfait
- De l'arsenic pour le goûter

Posté par Mr K à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,