lundi 26 septembre 2016

"Le Clin d'oeil du héron" de Jean-Claude Dunyach

le clin d'oeil du héron

L'histoire : J’ai souvent parlé de magie avec Ayerdhal. Pas la force extérieure manipulée par des thaumaturges, mais celle qui naît dans le cœur et la volonté des hommes et que j’ai voulu illustrer dans ce recueil. Il en a donné sa propre définition dans Parleur ou les chroniques d’un rêve enclavé : "Parleur parlait et nous suivions. Il y avait quelque chose de magique dans cette sujétion, quelque chose qui ne tenait pas seulement de ce charisme, dont Mescal me parla par la suite, et qui ne dépendait pas uniquement du parfait usage qu’il faisait de ces connaissances humaines. Aujourd’hui, je sais que cette magie s’appelle intégrité et qu’elle fonctionne par la conscience que nous en avons, car tous nous connaissons les limites de notre propre honnêteté. Nous ne savions pas au juste ce que Parleur pensait, mais nous n’avions jamais détecté le moindre décalage entre ses paroles et ses agissements."

La critique de Mr K : Ce volume est le huitième du genre à paraître chez l'Atalante pour l'auteur qui affectionne tout particulièrement le genre de la nouvelle. Pour ma part, je n'avais lu de lui jusqu'alors qu'un excellent pastiche de fantasy intitulé L'Instinct du troll qui compilait quatre nouvelles contant les mésaventure d'un troll qui se retrouvait du jour au lendemain responsable d'un stagiaire pas très doué... Ici point de tout ceci mais sept nouvelles ayant en fil rouge commun la magie (au sens large) et définitivement tournées vers la SF et l'anticipation.

Un couple amoureux fou voit leur affection mise à l'épreuve par les merveilles de la technologie moderne qui permet à chacun de prolonger sa vie et de littéralement fusionner avec l'être aimé, deux sœurs en séjour à Amsterdam vont être confrontées à un illusionniste qui va leur rendre service, une astrophysicienne enceinte découvre avec son équipe un nuage spectral étrange, serait-il possible que ce soit Dieu ? Un jeune homme un peu paumé va trouver dans une ruelle un mystérieux passage avec un gardien énigmatique, cette rencontre va changer à jamais sa perception de la vie. On retrouve aussi une histoire bizarre mélangeant magie et incarnation terrestre des anges, une compagnie capable de ressusciter les stars disparues mais aussi une traqueuse à qui l'on confie une enquête déjà résolue cachant une manipulation à grande échelle.

Comme vous pouvez le constater, on retrouve de grands thèmes de SF classique comme la course au progrès et ses conséquences entre déshumanisation des populations, consumérisme institutionnalisé et planète en péril. C'est aussi au détour de certaines nouvelles des réflexions sur la place de l'être humain dans l'univers et la quête de sens que nous poursuivons tous au milieu des multiples signaux "pseudo" enchanteurs que médias et société nous renvoient. Peu de place à l'optimisme donc mais de beaux portraits de personnages bien différents qui se débattent avec réussite ou non d'ailleurs avec leur existence et le monde qui les accueille. Il est aussi beaucoup question du réel et du virtuel, de la frontière de plus en plus ténue qui peut exister entre les deux et la confusion qui peut en découler. C'est très intéressant de se projeter avec l'auteur vers ces futurs plus si lointains que ça...

Avec Dunyach, on passe par toutes sortes d'émotions contradictoires avec par moment des sourires et de la légèreté puis quelques lignes après, les affres de l'existence humaine et son lot de doutes et d'échecs. C'est très particulier et même si toutes les nouvelles ne sont pas du même niveau, on passe un bon moment, pris dans des textes concis mais non dénués de nuances et de circonvolutions scénaristiques parfois déroutantes. Bien moins amusant que l'opus précédemment cité, on retrouve dans Le Clin d'oeil du héron la verve dans l'écriture, une accessibilité de toutes les lignes et des formulations qui claquent là où ça fait du bien.

Une bien belle lecture pour tous les amoureux de courts récits et du genre SF qui trouvent là un bel ambassadeur que j'approfondirai de mon côté en essayant de dégoter quelques autres recueils de ses nouvelles. À bon entendeur...


vendredi 20 novembre 2015

Nos Utopiales 2015

Il est temps de nous replonger dans la dernière édition du Festival Utopiales qui a eu lieu à Nantes il y a 3 semaines. Ce sera aussi l'occasion de revenir sur de bons souvenirs et en ce moment, il y en a besoin ! Alors c'est parti, en route pour la planète SF !

Utos 2015 (1)

Cette année, le thème du Festival International de Science-Fiction était "Réalité(s)". Qu'est-ce que la réalité ? Les Réalités augmentées, les Psycho-réalités, les Réalités alternatives... Tout un programme ! Autant vous dire que le thème nous importe peu puisque cela fait maintenant plusieurs années que nous allons au festival et qu'à chaque fois nous en ressortons enchantés. Cela pourrait être "Les Licornes" ou "Le Bottin à travers les âges", nous serions tout aussi intéressés. Et oui, Les Utopiales, c'est avant tout une ambiance, un état d'esprit et une multitude de choses à voir et à faire. Il y en a pour tous les goûts et tout le monde y trouve son compte.

♠ Côté conférences :

Utos 2015 (14)

Le programme tombe toujours assez tard, comprenez une semaine avant le lancement du festival, et chaque année, à J-7, c'est la course à l'hébergement et la mise en place de notre programme perso lorsqu'il est mis en ligne. Cette année, au vu des conférences et des auteurs présents, nous avons décidé d'y aller le vendredi. En général, nous n'y allons qu'une journée mais on a de plus en plus envie de faire le festival sur plusieurs jours et l'an prochain sera peut être (sans doute !) le passage de cap ! Comme d'habitude, il a fallu faire des choix et nous avons assisté à moins de conférences que les autres années.

A 13h00 sur la Scène Hetzel, nous étions à la conférence "Asiles psychiatriques et lieux de réclusion dans la science-fiction". De "L'Antre de la Folie" à "L'Armée des Douze Singes" en passant par "Arkham Asylum", les asiles et mondes-prisons jouent un rôle-clefs dans la science-fiction. Une conférence vraiment très intéressante à laquelle nous sommes arrivés un peu en retard suite à notre séance cinéma (dommage) et où l'on a pu noter quelques références pour de futures lectures et de futurs visionnages.

Utos 2015 (20)

A 14h00 à l'Agora de M. Spock, nous étions à la Rencontre entre Michal Ajvaz et Xavier Mauméjean. A ce moment là nous priions très fort pour que Michal Ajvaz obtienne le Prix Utopiales Européen pour son roman "L'Autre Ville" que Mr K avait adoré (et nous avons été exhaussé ! Encore bravo Mirobole !). La discussion fut ardue, technique et poussée mais ce fut un plaisir de voir ainsi attablé deux auteurs que nous aimons beaucoup au Capharnaüm éclairé et ainsi nous amuser de leurs approches d'écriture complètement différentes l'une de l'autre.

Utos 2015 (28)

A 17h00, nous avions rendez-vous avec Laurent Genefort pour une "Interro surprise sur... les extraterrestres !" à l'Agora de M. Spock où les festivaliers étaient invités à poser toutes les questions qui leur passaient par la tête sur les petits hommes verts. Une rencontre très sympathique à la fois drôle et intrigante.

A 20h00 sur la Scène Shayol, il était question des "Réalités-gigognes, de Philip K. Dick à Christopher Nolan !". Réalités emboîtées, factices, illusoires... au cinéma, dans la littérature et les comics / BD. Nous avons particulièrement aimé Daniel Tron à la modération. Nous l'avions déjà vu les années précédentes mais cette fois ci nous avons bien noté son nom. Avec sa bonne humeur, son humour et sa pertinence, je pense qu'il sait donner vie à n'importe quel thème. L'an prochain, je le suivrai à la trace je le sens ! Et puis avec un nom pareil, il n'aurait pas pu être ailleurs que dans la grande famille de la SF !

A 21h00, je suis restée au début de la Remise du Prix Verlanger, apprenant quelques minutes plus tôt qu'un hommage serait rendu à Ayerdhal, auteur de SF, décédé quelques jours plus tôt. Un moment d'émotion partagé avec bon nombre d'auteurs et d'amoureux de science-fiction.

♠ Côté cinéma :

Utos 2015 (19)

Nous avons décidé cette année de tester les courts métrages et nous nous sommes rendus à une session de Courts où nous avons pu voter pour le Prix du Public. Au programme 7 courts métrages et environ 1h30 de visionnage. Rien de neuf sous le soleil, nous n'avons pas vraiment été convaincu et avons voté pour "le moins pire". Oui, je sais, c'est vache, ça demande beaucoup de boulot tout ça mais quand ça passe pas ça passe pas. Nous n'avons rien vu de novateur ou de complètement dingo et avons eu l'impression de perdre notre temps. Pas sûr qu'on retente l'expérience dans les prochaines années.

♠ Côté expos :

Utos 2015 (2)

Manchu nous accueille dès l'entrée du festival. 25 ans de travail et d'illustrations sont ici exposés. Couvertures de romans pour Folio SF notamment, de BD chez Delcourt, travaux de recherches, croquis... Ce digne héritier de Caza nous en met plein les yeux.

Utos 2015 (4)

 Utos 2015 (3)

Au Pôle Jeunesse, nous découvrons Yvan Duque. Dans une aventure arctique, il s'amuse de personnages maladroits, les faisant évoluer dans de riches décors qui le font rêver. Vraiment une chouette découverte ! Je vais creuser du côté de cet illustrateur et quand on aura des nains, c'est tout à fait le genre d'illustrations que nous pourrions mettre dans leurs chambres. Vraiment top !

Utos 2015 (5)
(désolée pour les reflets, j'ai fait au mieux)

Utos 2015 (6)
(là tu peux laisser tes nains si tu as envie de t'en débarasser le temps d'une journée sans qu'ils soient traumatisés)

Pour les 20 ans de Série B, le festival a vu les choses en grand et nous fait entrer dans les coursives d'un vaisseau ! Fondé au début des années 90 par Fred Blanchard et Olivier Vatine, le label Série B est essentiellement né du désir de redéfinir la bande dessinée de genre, au moment où émergeait la "Nouvelle Bande Dessinée". Ici, ce sont de nombreuses BD, de nombreuses planches et quelques tables de travail qui nous sont données à voir. Très bonne idée !

Utos 2015 (7)

Utos 2015 (9)

 Utos 2015 (8)

L'exposition "Wika" est celle qui nous a le moins plu. Olivier Ledroit, papa des "Chroniques de la Lune Noire", et Thomas Day s'associent et revisitent l'univers des fées. C'est très coloré et les filles sont très poumonnées. C'est sans doute mon côté féministe qui ressort (et celui de Mr K avec) mais la quasi omniprésence des gros nichons dans la BD me sort par les trous de nez...

Utos 2015 (10)
(il y avait tout de même de chouettes croquis, pour le reste je vous laisse faire la recherche parce que de notre côté, ça ne nous a pas convaincu...)

"Le Passage errant" de Sarah Scaniglia est un travail intéressant de photomontages mêlant détails architecturaux nantais et univers SF.

Utos 2015 (11)

"Galactik bricks" proposait au public pendant toute la durée du festival de créer une flotte galactique d’environ 800 vaisseaux en briques LEGO®. Un projet éphémère, original et unique au monde ! Nous étions là au début mais la flotte après 5 jours de festival fut impressionnante !

Utos 2015 (12)

 Utos 2015 (13)

♠ Côté rencontres :

Utos 2015 (29)

Nous avons passé pas mal de temps au bar de Mme Spock à discuter bouquins avec une éditrice chère à notre coeur. C'est aussi ça les Utopiales, des rencontres, des mots échangés, des bières éclusées... Nous avons aussi fait la connaissance IRL, très rapidement mais avec plaisir, de Mariejuliet et Ptite Trolle. Un tweet posté, une curiosité assouvie. La suite lors de prochaines éditions !

♠ Côté bouquins et dédicaces :

Utos 2015 (16)

Bienvenue dans le supermarché de la défonce des amateurs de lecture et de SF en particulier. Ici, t'as les yeux qui te sortent de la tête, t'as envie de tout acheter et tu fais de la muscu pour les 10 prochaines années de ta vie à trimballer tes sacs de bouquins ! Ici, c'est Nantes messieurs dames, c'est la plus grande librairie SF du monde !

Utos 2015 (17)
(ne sont-ils pas beaux tous ces petits Mirobole Editions ensemble !?)

Utos 2015 (18)
(et ces petits Folio SF !?)

Alors là tu respires bien fort hein, tu penses à ton banquier et tu te munis de ton plus beau stylo pour noircir les pages de ton carnet de plein de nouvelles idées de lecture ! Comment ça, t'en as pas besoin ? T'as déjà une PAL à faire peur ? Arrête, on n'en a jamais assez !

Utos 2015 (15)
(coucou les compétiteurs pour le Prix Utopiale Européen)

Achats Uto
(côté achats, voyez comme nous avons fait soft !)

C'est ici qu'ont lieu les séances de dédicaces. Pas de BD de notre côté cette année mais de belles rencontres et de belles retrouvailles avec nos auteurs favoris.

collage4

Laurent Genefort, que nous avions rencontré l'an dernier, a conseillé Mr K pour la suite de sa découverte des Portes de Vangk, un Troll a rajouté un gag à notre exemplaire de "L'Instinct du Troll", Francis Berthelot a signé l'exemplaire d'"Hadès Palace" de Mr K lu et chroniqué au tout début du blog (que les articles étaient courts à l'époque ! (plus courts que l'article que vous êtes en train de lire !!! (hum !))) et on a pu donner notre avis sur la fin du film "Le Prestige" de Nolan à Christopher Priest (joke de l'an dernier où il avait présenté la séance de l'adaptation de son roman du même nom).

collage3

Michal Ajvaz était tout seul à sa table ! Scandale ! Son roman "L'Autre ville" est tellement incroyable ! Lors d'autres séances, nous avons pu constater que ce n'était plus le cas. Ah quand même ! Jean-Claude Dunyach fut LA rencontre de cette année. Nous l'avions seulement croisé les années passées et suite à la lecture de son roman et quelques échanges sur Facebook, nous ne pouvions pas le louper. Jean-Claude est un amour ! Encore une belle rencontre grâce aux Utos ! Pierre Bordage bien sûr, le local de l'étape, celui que l'on est sûr de voir à chaque édition des Utopiales. Bientôt, je crois que tous les livres de Bordage présents dans la bibliothèque de Mr K (autant dire tous les romans de Bordage) seront dédicacés. C'est ça quand on aime... Et Mr K l'aime ! Et puis Xavier Mauméjean, notre chouchou, nous a donné une nouvelle liste de livres à lire avant l'an prochain. C'est maintenant une tradition et ses conseils sont toujours avisés. On repart avec une bonne dose d'amour pour l'année ! Merci !

Dédicaces2

Dédicaces1

Hey Ho !? Y'a quelqu'un !? Vous êtes toujours là !? Oui je sais, c'est un gros pavé que je vous ai écrit aujourd'hui (je vous dis combien j'ai mis d'heures à sélectionner les photos, les retoucher, les uploader et rédiger ce billet ? Non il ne vaut mieux pas, c'est indécent et je saigne des doigts (des yeux aussi remarquez !)). Merci à vous d'avoir lu mon blabla jusqu'au bout. N'hésitez pas à nous laisser un petit mot en commentaires histoire de me rassurer en me disant que vous êtes toujours en vie ! 

Vivement l'an prochain ! A bientôt les Utos !

lundi 18 mai 2015

"L'Instinct du Troll" de Jean-Claude Dunyach

001

L'histoire: "Glissez-vous dans l’intimité d’un troll le temps de quatre aventures qui font trembler la terre jusqu’aux tréfonds des mines les plus obscures. Bien sûr, pour cela, vous allez devoir franchir les falaises du Désespoir, affronter les périls du col des Assassins et vous enfoncer dans les marais de la Mort sinueuse, mais ne vous inquiétez pas: après, c'est fléché. Et, avant, mieux vaut savoir que, s’il faut qu’un troll s’habille pour une occasion spéciale, il convient de le prévenir dix ans à l’avance. Surtout, n’oubliez jamais que l’eau ferrugineuse est un fléau qui ravale le troll au rang de l’homme. Alors, vous qui entrez ici, laissez toute espérance ainsi que vos affaires personnelles au vestiaire. Et n’oubliez pas de rapporter vos notes de frais." Ayerdhal

La critique de Mr K: Une bonne découverte sympathique aujourd'hui avec L'Instinct du Troll paru il y a peu chez l'Atalante. C'est une première pour moi quant à l'auteur qui, à travers quatre nouvelles, nous convie à partager le quotidien d'un troll chargé de l'administration d'une mine. La fantasy est ici rigolarde, inventive et l'on s'éloigne donc des classiques du genre pour nous offrir une vision novatrice d'un univers trop souvent sclérosé et englué dans des codes rigides empêchant toute forme d'originalité.

Notre troll gère sa routine d'administrateur. A l'occasion, il part en quête et d'habitude il n'oublie jamais de ramener ses notes de frais (tavernes, campings et hôtellerie diverses où il s'est arrêté en chemin). Mais là, erreur de sa part, il se voit obligé de retourner sur ses traces et d'aller réclamer les fameux justificatifs (toute ressemblance avec le film Mammouth est fortuite!). Pour couronner le tout, on lui attribue un stagiaire humain qui s'avère inexpérimenté et maladroit (un stagiaire quoi!). Les voila partis pour cette aventure et trois autres où ils seront confrontés à un nécromancien sur le retour, une majoration d'arme à réaliser (les geeks comprendront), une demande en mariage haute en couleur et l'organisation compliquée d'un trollfest.

On passe un très agréablement moment pendant cette lecture. L'amateur de fantasy que je suis y a retrouvé nombre de personnages, créatures, habitudes et lieux que l'on retrouve dans tout récit de fantasy dit classique. L'aventure est présente, la baston un petit peu et il y a toujours les passages obligés à la taverne avec la cuite qui s'en suit. Mais l'auteur à travers un humour corrosif et efficace se plaît à démonter les éléments de la fantasy pour les détourner. Vous apprendrez ainsi qu'un humain n'est pas comestible et qu'il ne faut en manger qu'en dernier recours, qu'un elfe est un troll qui a fait son coming-out, que les bâtons de mages sont rechargeables, qu'il y a des boutiques de souvenirs près des antres des méchants, que les nécromants doivent passer des examens finaux pour obtenir leur diplôme de sorcier maléfique, qu'il y a environ 50 nuances de grès et que ça a son importance dans le domaine de la construction, que les trolls partent toujours en vacance avec leur pont sur le dos (sauf ceux que l'on qualifie de nudistes!) etc... Ce n'est qu'un petit relevé des nombreuses perles qui essaiment dans ces pages et qui provoquent irrémédiablement le sourire.

La fantasy est ici réjouissante mais aussi différente dans le sens où l'auteur nous explique que le progrès a fait son chemin. On retrouve donc les méthodes modernes de managements dans la gestion des entreprises mais aussi un internet un peu spécial et mêmes des jeux vidéos. L'anachronisme se fait délirant et insuffle un esprit jubilatoire dans un récit peuplé de personnages plus étranges les uns que les autres. Notre narrateur troll aime les bonnes tournées au bar et la baston mais il n'aspire finalement qu'à vivre en paix et sans conflit. Les princes charmants sont d'extraction pauvre et tombent amoureux de princesses rebelles au caractère bien trempé. La parodie fonctionne à plein mais cela n'empêche pas les actes d'héroïsme et les hauts faits. On se divertit beaucoup et on se laisse porter par le rythme rapide et efficace des récits qui se complètent les uns les autres, formant un ensemble cohérent et bien mené de bout en bout.

J'ai déjà lu un certain nombre de parodies de fantasy. Il y a bien sûr Les Annales du Disque-monde de Pratchett, Lord of the ringard ou encore Connard le Barbant de Pierre Pelot. L'ouvrage de Jean-Claude Dunyach se place en haut du panier car au-delà de la simple parodie, il nous offre des récits vraiment bien ficelés et ceci par le biais d'une langue recherchée et accessible. Loin d'être un écrivaillon de pacotille, il nous offre des personnages riches et évolutifs, une alternance de ton entre l'humour et le sérieux et une écriture immersive à souhait. C'est donc le sourire aux lèvres que l'on parcourt ces nouvelles et c'est avec une satisfaction évidente que l'on ressort de cette lecture. Un petit bijou de drôlerie que je vous invite à découvrir au plus vite.

Posté par Mr K à 19:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,