mardi 1 décembre 2015

"Le Cas Sneijder" de Jean-Paul Dubois

dubois

L'histoire : Paul Sneijder est l'unique survivant d'un accident d'ascenseur. Sa fille y a perdu la vie. Depuis ce jour, sa perception de la réalité s'est affinée, comme si quelqu'un avait monté le son du vacarme du monde. Comment continuer à vivre, avec une épouse tyrannique qui ramène un poulet rôti les jours où elle voit son amant ? En changeant de métier : promener des chiens, voilà une activité attrayante.

La critique de Mr K : C'est toujours un plaisir de retrouver Jean-Paul Dubois qui manie comme personne le drame et l'humour, et dont la langue fond dans la bouche comme un bon chocolat que l'on apprécie longtemps après sa consommation. Aventurier des mots doublé d'un explorateur de l'esprit humain, il fournit avec Le Cas Sneijder un roman touchant et juste à la beauté mélancolique.

Paul est un miraculé… Enfin pas tout à fait. Lui est toujours là mais pas l'amour de sa vie. Marie sa fille n'a pas survécu à l'accident d'ascenseur dont il est sorti indemne physiquement mais qui a des répercussions sur sa vision du monde et de l'existence. Depuis son retour à la maison, il voit les choses autrement et se rend compte qu'il est passé à côté de nombreuses choses dans sa vie qu'il semble avoir traversée sans véritable envie ni volontarisme. Ainsi, il s'est laissé "phagocyté" par sa nouvelle femme qui lui impose ses choix sans que lui-même ne s'y oppose ou tente de le faire. Par exemple, elle lui a toujours refusé le droit de recevoir sa fille à la maison, l'obligeant à la voir en dehors ou chez ses parents. Paul s'est toujours couché devant elle, transformant son existence en une plaine sans passion, morne et parfois désespérante.

La disparition de Marie va changer l'ordre des choses. Pas dans le sens où il va renverser les valeurs établies dans son foyer mais plutôt dans son esprit. Se repliant de plus en plus en lui-même, il se détache progressivement de ses deux fils méprisants et de sa femme tyrannique, plus rien ne semble important à part le souvenir de Marie qu'il s'attache à maintenir vivante (de nombreux passages le montrent en pleine réflexion intérieure avec l'urne funéraire contenant les cendres de la disparue) et sa nouvelle fascination pour les ascenseurs. Il quitte son travail (reliquat d'un arrangement avec sa femme) et décide de devenir accompagnateur de chiens, travail dégradant selon son épouse très soucieuse des apparences (elle a tout pour plaire, je vous assure!). Peu à peu, au fil des pages, cet homme sombre inexorablement, délaissé des siens et livré à lui-même.

J'ai adoré ce livre. Je l'ai lu en un temps record emporté par la mélancolie qui en émane et le caractère absurde de l'existence menée par le héros. Très attachant mais en même temps parfois agaçant dans son incapacité à réagir et prendre l'ascendant sur sa moitié, Paul survit mais n'arrive pas à surmonter son deuil teinté de culpabilité et de regrets. C'est l’œil humide et le cœur au bord des lèvres qu'on tourne les pages avec quelques sursauts plus légers, notamment les passages avec son nouveau chef obsédé par les chiffres palindromes. On s’agace beaucoup aussi contre cette épouse acariâtre, narcissique et centrée sur elle-même que la honte et les remords n'étouffent pas, infidèle et frivole que seuls sa carrière et ses enfants intéressent. Dieu qu'elle est haïssable, ça faisait longtemps que je n'avais pas ressenti cela dans une lecture!

L'histoire se déroule à Montréal dans un quartier que j'ai eu la chance de découvrir lors d'une visite à une vieille amie en 2004. C'est étonnant de parcourir un quartier que l'on a soi-même connu autrefois: le parc botanique d'une beauté à couper le souffle (la partie asiatique est à ne rater sous aucun prétexte), les rues enneigées avec son ballet de déneigeuses, la gentillesse des québecois, l'ambiance si particulière qui règne dans les rues… Beau retour en arrière pour moi, pour une ville remarquablement bien reconstituée par un auteur au sommet de sa forme.

Chirurgien de l'âme et écrivain d'une finesse inégalée, Jean-Paul Dubois nous prend par la main tout au long de cette balade triste, qui touche en plein cœur et qui vous l'imaginez se termine bien mal... C'est en petits morceaux que Nelfe m'a récupéré après cette lecture d'une force incroyable et dont le souvenir me hante encore au moment où j'écris ces lignes… À lire absolument!

Egalement lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé :
"Vous plaisantez Mr Tanner"
"Une Vie française"
- "Kennedy et moi"

Posté par Mr K à 17:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 10 juillet 2014

"Kennedy et moi" de Jean-Paul Dubois

kennedy-et-moiL'histoire: S'il achète un revolver, rend visite à sa femme, et finit par mordre sauvagement son dentiste, c'est que Samuel Polaris va mal. Très mal. À moins que les autres, les gens "normaux" - avec leurs plans de carrière, leurs adultères, leur incompétence arrogante – n'aient basculé dans une sorte de folie collective.
Allez savoir.
Parce qu'il n'a pas le choix, parce qu'il est amoureux de sa femme et qu'il refuse de se résigner au pire, Samuel Polaris décide de reconquérir sa dignité. Même s'il doit, pour cela, voler à son psychiatre la montre que portait Kennedy le jour où il a été assassiné.

La critique de Mr K: Kennedy et moi me faisait de l'œil dans ma PAL depuis déjà pas mal de temps. Mes parents l'avaient lu lors de sa sortie et m'en avaient dit le plus grand bien. De mon côté, j'avais été enchanté par ma précédente lecture de cet auteur, il ne m'en fallait pas plus pour me laisser tenter par l'aventure! À noter que je n'ai pas vu l'adaptation cinématographique de Sam Karmann ce qui m'a permis d'aborder ce roman sans idées préconçues et l'esprit vierge de toute influence.

Écrivain en panne d'inspiration depuis déjà deux années, Samuel Polaris sombre dans la déprime. Il erre dans la maison comme une âme en peine et ne supporte plus grand chose ni personne à commencer par les membres de sa propre famille! Ronchon, replié sur lui-même, il peste sur la médiocrité ambiante et se mue peu à peu en ours. Il sait que sa femme le trompe et ne réagit pas, le lien semble irrémédiablement rompu ce qui parait les faire souffrir tous les deux sans qu'ils en parlent vraiment. Samuel ne peut plus encadrer sa fille Sarah qu'il considère comme une arriviste au nombrilisme exacerbé et ne fréquentant que des garçons de la haute dans le but de convoler et créer du même coup un cabinet médical. Il y a aussi ses deux fils jumeaux qu'il ne comprend plus, sorte d'extra-terrestres amateurs d'électronique et d 'informatique parlant un langage codé. En bref, Samuel est en rupture totale avec le monde en général et ce livre va s'attacher à nous montrer sa reprise en main qui vous le verrez ne se fera pas sans heurts et fracas.

Pour suivre l'évolution de ses personnages, Jean-Paul Dubois a choisi d'adopter des points de vues différenciés. Ainsi, nous suivons les états d'âme de Samuel grâce à un point de vue interne des plus immersifs, rien ne nous est épargné de ses monologues intérieurs, le plus souvent caustiques et réjouissants même si on n'aimerait pas forcément vivre avec lui. Tout le monde en prend pour son grade et peu à peu, on se rend compte qu'il s'est comme perdu en route et qu'il se déconsidère aussi beaucoup. Entre affliction, culpabilisation et agressivité, le personnage de Samuel est très touchant. Dans un dernier sursaut et son attirance étrange pour une montre qui aurait appartenue au président Kennedy, il va peu à peu essayer de revenir dans le monde des vivants et reconquérir la femme qu'il n'a cessé d'aimer malgré son apparence nonchalance. En parallèle, les chapitres suivants sont vus à travers une narration omnisciente au centre de laquelle, on retrouve Anna (sa femme) qui elle aussi est au plus mal. Elle fait vivre désormais le foyer en retravaillant (elle avait arrêté pour s'occuper des mômes) en tant qu'orthophoniste et pour tromper l'ennui de sa vie conjugale, elle vit une aventure avec un homme médiocre. Elle aussi est malheureuse, elle ne comprend plus Samuel et a l'impression d'avoir perdu l'homme qu'elle aime. Ces deux là sont faits l'un pour l'autre mais ils ne font plus que se croiser et c'est très bien rendu par l'auteur qui s'amuse à reconstruire ce couple pièce par pièce.

Ce livre est une petite merveille de finesse et d'intelligence. On passe constamment de situations plutôt comiques avec les réflexions de Samuel sur le monde et ses actes complètement délirants – la morsure sur dentiste, ses rapports avec son psychiatre, la scène sur le yacht en toute fin d'ouvrage - (comme dit précédemment je n'ai pas vu le film, mais Bacri me semble être idéal pour tenir ce rôle) à des situations plus rudes où le héros se pose beaucoup de questions métaphysiques sur son couple, sa sexualité et ses sentiments profonds. C'est finalement une bonne tranche de vie qui nous est décrite, sans fioritures, ni tabous. Dans ce domaine, le traitement érotique des aspects intimes de la vie de couple est une vraie réussite entre frustrations, désirs et orgasmes dans une langue directe et épurée qui retranscrit à merveille les fantasmes et réalités liés à la sexualité. Bien rendue aussi sont les scènes de la vie quotidienne de cette famille au bord de l'implosion, mention spéciale aux scènes de petits déjeuners où l'ambiance est souvent loin d'être au beau fixe. Dense mais très accessible, je n'ai mis qu'une journée à dévorer ce livre tant l'addiction été immédiate et sans appel. On retrouve tout le talent de Dubois pour camper une situation et la détricoter dans son style mêlant classicisme d'écriture et décrochages burlesques.

Ce fut une très belle lecture que ce Kennedy et moi de Jean-Paul aul Dubois qui mélange allègrement chronique familiale, étude sociologique et moments de pur délire. Un must!

Egalement lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé :
- "Vous plaisantez Mr Tanner"
- "Une Vie française"

Posté par Mr K à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 28 avril 2014

Vacances d'avril = nouveaux livres!

C'est désormais un rituel, à chaque début de vacances scolaires, nous nous rendons chez notre dealer de bouquins préféré (à savoir Emmaüs) pour faire le plein de lecture. Ce n'est pas qu'on en est véritablement besoin (au sens où on en aurait pas assez), on a tous les 2 une PAL à faire peur, mais c'est un petit rituel auquel on tient. Et en toute franchise, on n'arrive pas à faire autrement!

La pêche du jour fut bonne. Voyez plutôt:

IMG_1208

C'est ce qu'on appelle un nouveau craquage. Oui je sais... Même pas honte d'abord!

Et en détail voilà ce que ça donne pour moi:

IMG_1199

- "Nu dans le jardin d'Eden" d'Harry Crews parce que c'est un Sonatine que je n'ai pas, que j'adore cette maison d'édition et qu'avec eux je ne prends pas beaucoup de risque quant à la qualité de leurs publications.
- "L'égoïste romantique" de Frédéric Beigbeder parce que j'adore cet auteur et que je n'ai pas lu celui ci.
- "Retour à Rédemption" de Patrick Graham parce que j'en ai lu beaucoup de bien et que c'est le genre de romans qui a tout pour me plaire.
- "Les grand-mères" de Doris Lessing. Alors là pur hasard, j'ai aimé la couv' et la 4ème de couv', je le tente!

Et pour Mr K:

IMG_1204

Du contemporain avec:
- "Le Bar sous la mer" de Stefano Benni pour son pitch bien délirant d'un mystérieux bar au fond de la mer. Comme en plus, c'est chez Babel...
- "Mémoires d'un Yakuza" de Junichi Saga parce que ce livre a une excellente réputation et plonge son lecteur dans la vie d'un gangster japonais (tiré d'une histoire vraie). Belle immersion en perspective dans le milieu des Triades japonaises.
- "Combat de fauves au crépuscule" de Henry-Frédéric Blanc parce que c'est une maison d'édition que j'affectionne tout particulièrement, la couverture est imparable (ben ouais, y a un chat qui se la raconte!) et cette histoire de jeune arriviste livré en pâture au commun des mortels n'est pas pour me déplaire.
- "Kennedy et moi" de Jean-Paul Dubois parce qu'il est difficile de résister à un Jean-Paul Dubois, moi je n'hésite même plus! En plus, celui-ci a particulièrement plû à mes parents...
- "Sur la falaise" de Gregor Von Rezzori parce que cet ouvrage m'intrigue tout particulièrement, le court résumé laisse entrevoir un délire littéraire à nul autre pareil. Work in progress...
- "Love & Pop" de Ryû Murakami car on m'en a aussi dit le plus grand bien et que l'auteur est l'homonyme d'un de mes écrivains préféré. Ici, l'univers a l'air plus sombre et la plongée profonde dans une part de la société japonaise.
- "Insecte" de Claire Castillon parce que la quatrième de couverture est complètement barrée. Ca sent la lecture-chalumeau!

IMG_1200

Du policier / thriller avec:
- "Last call" d'Alex Barclay parce que j'ai adoré son premier roman et que dans celui-ci on retrouve un inspecteur qui m'avait ému, rajoutez à cela une écriture maline et machiavélique. Il ne m'en fallait pas plus pour me laisser tenter!
- "Pélerins des ténèbres" de Serge Brussolo pour explorer une autre part de l'oeuvre d'un auteur que j'affectionne. Ici il est question de pélérinage maudit en plein Moyen-Age! Tout un programme!
- "Le syndrome Copernic" d'Henry Loevenbruck parce que j'aime beaucoup cet auteur et que l'occasion fait le larron!
- "Bloody birthday" collectif de recueils de nouvelles parce qu'on y trouve nombre de signatures d'auteurs prestigieux du polar français et que le genre de la nouvelle policière est une invitation à la fulgurance et à la surprise.
- "Mémoire en cage" de Thierry Jonquet parce que je n'ai pas encore lu ce roman d'un des maîtres du genre. J'adore Jonquet, so no comment!
- "Fondu au noir" de Jean-Jacques Reboux parce que je voulais découvrir la plume de cet auteur ailleurs que dans la série du Poulpe. Ici c'est noir et tortueux à priori...

IMG_1203

Et un joyeux mix avec:
- "La Fée et le géomètre" de Jean-Pierre Andrevon, illustré par Enki Bilal parce que cette histoire de royaume des fées envahi et dénaturé par l'homme fait écho à mes convictions profondes sur la nature humaine. La lecture s'annonce tendue, intense et sans doute mélancolique.
- "Ils partiront dans l'ivresse" de Lucie Aubrac car je n'ai jamais eu l'occasion de le trouver auparavant et qu'un témoignage de cette importance me rappellera mes années Fac et me replongera dans une période bien ténébreuse de notre Histoire commune.
- "Nos rêves sont plus grands que le ciel" de Jean Cavé parce que ce roman inspiré d'un personnage réel m'a fasciné en quatrième de couverture. Il est question ici d'idéalisme, de persévérance et de croyance en une vie extra-terrestre; tout ceci au XIXème siècle! Ca promet!
- "Des souris et des hommes" de John Steinbeck car avec Nelfe nous nous refaisons l'intégrale d'une série qui y a fait référence justement hier soir. L'occasion était trop belle de découvrir un roman considéré comme une oeuvre majeure de la littérature américaine.

Un bon aperçu de ce qui sera chroniqué bientôt sur le blog! Maintenant y'a plus qu'à! ;)

mardi 28 juin 2011

"Une vie française" de Jean-Paul Dubois

viefrancaiseL'histoire: Petit-fils de berger pyrénéen, fils d'une correctrice de presse et d'un concessionnaire Simca à Toulouse, Paul Blick est d'abord un enfant de la Ve République. L'histoire de sa vie se confond avec celle d'une France qui crut à de Gaulle après 58 et à Pompidou après 68, s'offrit à Giscard avant de porter Mitterrand au pouvoir, pour se jeter finalement dans les bras de Chirac. Et Paul, dans tout ça? Après avoir découvert, comme il se doit, les joies de la différence dans le lit d'une petite Anglaise, il fait de vagues études, devient journaliste sportif et épouse Anna, la fille de son patron. Brillante chef d'entreprise, adepte d'Adam Smith et de la croissance à deux chiffres, celle-ci lui abandonne le terrain domestique. Devenu papa poule, Paul n'en mène pas moins une vie érotique aussi intense que secrète et se passionne pour les arbres, qu'il sait photographier comme personne.

La critique Nelfesque: Rien de fabuleux ou d'extraordinaire dans la vie de Paul Blick. Petit-fils de berger pyrénéen, fils d'une correctrice de presse et d'un concessionnaire Simca à Toulouse, il mène sa vie comme tout un chacun et traverse le temps avec une banalité folle. Sa vie est similaire à la vie de Mr Tout-le-monde, elle est faite de bons et de mauvais moments, de grandes joies, de petites tendresses et de peine. "Une vie française" est avant tout une chronique de vie ordinaire.

L'originalité de ce roman vient du fait que l'auteur, Jean-Paul Dubois, a profité de ce récit pour insérer des moments clés de l'Histoire et de la politique française sous la Vème République. Les chapitres ne sont pas désignés comme "Enfance / Adolescence / Age adulte ..." ou "Premier amour / premier chagrin / premier enfant ..." mais par le noms des différents présidents de la république qui se sont succédés de 1958 aux années 2000, "Charles de Gaulle / Alain Poher (intérim à deux reprises) / Georges Pompidou / Valéry Giscard d'Estaing/ François Mitterrand / Jacques Chirac", et servent de points de repère dans l'histoire.

Sans le vouloir, sans y prêter forcément un intérêt fort, la vie de Paul est marquée par la politique de son pays. Sa vie, ses choix, s'inscrivent dans une époque et les décisions politiques influent sur le quotidien de ce personnage. Suivre la vie d'un homme à travers l'Histoire de son époque apporte une dimension autre à la lecture et montre qu'un homme lambda ne vivra pas de la même manière et ne fera pas les mêmes choix suivant qu'il soit né à tel ou tel moment. Même si le schéma de vie est banal, l'époque tient une place importante dans le développement personnel de chacun.

On suit donc la vie de Paul Blick: son enfance avec la perte de son frère ainé, Victor, son adolescence et l'obtention de son bac, la découverte de la sexualité, ses études supérieures, son groupe de jazz avec ses potes colocataires, la rencontre avec la femme de sa vie, son mariage, la venue de son premier enfant puis de son second, sa vie professionnelle... Une vie ordinaire, "Une vie française". On est touché par cette vie, par ces interrogations et on dévore ce roman semblable à une grande fresque offrant tour à tour des espoirs et des désillusions.

Au final, j'ai été très émue par ce récit. J'aime beaucoup ce genre d'histoire et ce traitement particulier a donné un petit plus à ma lecture. Cette vie, à travers le temps, sans rien de particulier et toute simple, est, sous la plume de Dubois, du petit lait à boire. En prenant le parti de se référer aux différents présidents de la république française pour structurer son récit et à des évènements publics qui jalonnent les évènement privés du personnage principal, l'auteur nous livre un roman atypique et judicieux. A lire!

A lire aussi du même auteur: "Vous plaisantez Mr Tanner".

Posté par Nelfe à 18:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 2 janvier 2011

"Vous plaisantez, monsieur Tanner" de Jean-Paul Dubois

tannerL'histoire: Avant d'hériter de la maison familiale, Paul Tanner menait une existence paisible. Mais depuis qu'il a décidé de la restaurer, rien ne va plus ! Maçons déments, couvreurs délinquants, électriciens fous, tous semblent s'être donné le mot pour lui rendre la vie impossible. Chronique d'un douloureux combat, galerie de portraits terriblement humains : le récit véridique d'un chantier infernal, coloré d'une bonne dose d'humour...noir !

La critique de Mr K:  Ce livre fait partie d'un lot que ma mère m'a cédé lors du grand tri de leur bibliothèque. Encore un livre dévoré en quelques heures, encore un petit bijou! Que c'est bon de lire de bons opus! Dans cet ouvrage, l'auteur est aux prises avec une série de personnages hauts en couleur allant du rocambolesque aux pires crapules que l'univers ait porté! Page 173-174: [...]les innombrables portraits que j'avais le don de collectionner, et qui, présentés en enfilade, formaient la plus intrigante exposition d'originaux et d'hurluberlus que l'on puisse imaginer.

Pour ceux qui nous suivent depuis un certain temps, vous n'êtes pas sans savoir que nous aussi nous avons été confronté à des individus sans scrupules et notamment, dernièrement à un chauffagiste peu scrupuleux de son travail. Vous faites un condensé de tous les défauts de chacun des artisans déviants de ce livre et vous obtenez notre bon Mr H qui nous a laissé sans chauffage pendant six mois! On sent le vécu par l'auteur et ce qui m'a plu c'est que ses mésaventures ont trouvé un écho en moi par rapport à ce que nous avions pu vivre de notre côté. Petit exemple pris à la page 126: Inutile de dire qu'il n'y eut pas de Simko le lundi à huit heures. Ni d'ailleurs le mardi, encore moins le mercredi. Adrien Simkolochuski appartenait à cette race d'artisans pour qui toute journée passée est une jornée de gagnée. Il vivait avec une sorte d'effaceur dans la tête. Sitôt qu'il avait raccroché, qu'il n'entendait pas votre voix, vous n'existiez plus. Jusqu'à ce que vous le coinciez à nouveau et l'acculiez à formuler d'inconfortables et ridicules mensonges, il se considérait en règle avec lui-même et aussi avec son agenda. Menant plusieurs chantiers de front, payant le matériel de l'un avec les avances de l'autre pendant qu'il travaillait chez un troisième, Simko avait une existence de fildefériste, d'équilibriste sans cesse au bord de la chute.

Les autres personnages sont à l'avenant: deux couvreurs-duétistes incompétents voir délinquants, un chauffagiste dépressif au travail bâclé et lent, un électricien moscovite illuminé pratiquant des messes catholiques en russe dans toutes les pièces où il doit intervenir, un peintre en bâtiment détestant son travail (artiste d'art contemporain non reconnu!)... bref toute une brochette de bras cassés qui puisent abondamment dans les fonds du narrateur et lui causent bien du tracas. Rassurez-vous, ce gigantesque chantier va lui permettre de faire de belles rencontres notamment avec Khaled, jointeur de son état, philosophe de chantier à ses heures perdues.

C'est avec un plaisir non dissimulé que j'ai lu ce livre. Ecriture abordable, chapitres très courts (3 à 4 pages maximum) et une histoire racontée à travers des portraits au vitriol. L'humour est corrosif, tranchant comme je l'apprécie et l'on a le sourire aux lèvres pendant toute la lecture. On rit beaucoup mais avant tout on rit jaune, on baigne dans l'humour noir tant le narrateur-héros subit de contrariétés et de catastrophes. Un très bon livre à découvrir!

Posté par Mr K à 19:47 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 5 juin 2010

Vide grenier mon ami

Aujourd'hui grand vide grenier annuel de notre village. Autant on vit à la campagne, avec une petit village à proximité, autant son vide grenier est monstrueusement ENORME! A croire que les habitants accumulent un max de choses toute l'année pour pavaner début juin... ou alors, à l'instar des villes du littoral, tout le monde afflue ce jour là... car ce vide grenier est l'un des plus grands de la région. Les stands investissent toutes les rues, le moindre recoin.

En bon chineurs que nous sommes, nous ne pouvions, cette année encore, râter cet "évènement"!

De retour à la maison, nous avons étalé nos trésors de guerre sur la pelouse:

vide_grenier

Côté bouquins:
- "Mastodonia" de Clifford D. Simak
- "Echo park" de Michael Connelly
- "Le diable l'emporte" de Barjavel
- "Le portrait de Dorian Gray" d'Oscar Wilde
- "Le livre d'or de la science fiction", des nouvelles de J. G. Ballard
- "Le livre d'or de la science fiction",  des nouvelles de Jack Vance
- "99 francs" de Frédéric Beigbeder

Côté BD:
- "La légende de Robin des Bois" de Manu Larcenet

Côté jeu:
- "Steambot Chronicles" pour PS2

Côté musique:
- "Wave Digger" d'High Tone
- "Cube" du Peuple de l'Herbe

Côté film:
- "Blueberry" de Jan Kounen

Je crois qu'on peut dire que cette année, le vide grenier de notre village est vraiment un bon cru!