mardi 10 mai 2016

"Bienvenue à Calais" de Marie-Françoise Colombani et Damien Roudeau

Bienvenue à CalaisLe contenu : Textes et croquis, sur le vif, pour écrire et décrire la situation des migrants à Calais.
Ce livre est le fruit d'une immersion des coauteurs dans ce "no man's land" pour donner à un problème politique et social, des noms, des visages, des souffrances, des rêves.
Les bénéfices et les droits d'auteur de ce livre sont reversés à l'association L'Auberge des migrants.

La critique Nelfesque : "Bienvenue à Calais" est un court essai de 56 pages faisant le constat de la gestion actuelle de la "crise migratoire" et des flux de migrants arrivant régulièrement sur notre sol français et plus particulièrement ici dans le Nord-Pas-de-Calais. Un constat froid, des chiffres, des faits. Des mots qui mis bout à bout font froid dans le dos...

Il ne faut pas plus d'une dizaine de pages pour avoir la nausée. Pour qui s'intéresse à la cause des migrants, ce qui est mon cas, rien de nouveau sous le soleil. Marie-Françoise Colombani décrit tout simplement l'actualité, les actions mises en place (ou non) par notre gouvernement, les conditions de vie des familles, hommes, femmes et enfants présents dans la junte, l'hostilité de certains habitants voisins, l'aide des associations, des quidam qui veulent bien donner de leur temps, de leur désarrois parfois aussi face à certains actes et les conditions de vie ici. Une mise à plat du contexte qu'il est important de décrire et de présenter à l'ensemble des personnes qui liront cet ouvrage tant on peut entendre tout et son contraire dans les médias (suivant les chaînes que l'on regarde). Ici nous sommes dans l'information pure, sans parti pris, sans commentaire. La réalité. Implacable.

Bienvenue à Calais 1

Agrémenté de croquis d'illustration de Damien Roudeau mettant des visages sur des prénoms et rendant visuel et plus percutant ce paysage de désolation, l'essai se transforme peu à peu en témoignage. Par de courtes présentations de 2 ou 3 phrases, nous faisons la connaissance de quelques réfugiés, leur histoire, leurs espoirs. Des témoignages bouleversants, qui font monter les larmes aux yeux et pétrifient le lecteur. Que ferions-nous à leur place ? Ne chercherions pas nous aussi à fuir notre pays, tout abandonner et essayer de retrouver une vie meilleure ailleurs, la peur au ventre et le coeur lourd ?

Face aux bombardements de la coalition, à la barbarie de Daesh et à la folie meurtrière de ceux qui les gouvernent, des hommes et des femmes prennent leurs enfants sous le bras (des mineurs continuent la route seuls sans famille) et arrivent chez nous qui avons la chance de vivre dans un pays en paix. Ils sont alors parqués dans des camps qui dans leur organisation, toute proportion gardée, font atrocement écho à ceux de la seconde guerre mondiale. Dénuement, manque d'hygiène, mépris : voici leur quotidien. Dans le froid, dans la boue, ils tentent malgré tout de recréer un semblant de vie normale en attendant de pouvoir partir pour l'Angleterre, leur eldorado. Tentant leur chance chaque jour, certains se font écraser, d'autres sont abusés. Avec des conditions de vie que nous n'accepterions pas pour nos animaux de compagnie, nous fermons les yeux, préférant ne pas voir, et laissons par lâcheté, par désintérêt ou par ignorance crasse, des centaines de personnes mourir sous nos fenêtres.

J'entends souvent des gens dire ce qu'ils auraient fait pendant la guerre, se révolter du traitement réservé aux juifs, handicapés, tsiganes, homosexuels (etc) pendant la seconde guerre mondiale et, sûrs de leur fait, s'exclamer "plus jamais ça". Non il n'est pas pensable aujourd'hui que l'on traite des personnes ainsi, comme des sous-hommes. Les mêmes s'émeuvent de l'exode de familles entières fuyant le territoire occupé dans les années 40. Et pourtant... Le constat de cet essai n'est-il pas tout aussi révoltant ? Les familles syriennes pèsent-elles moins lourds que Pierre et Paulette partant sur les routes avec leurs enfants ? Peu de personnes s'indignent sur ce sujet, se portent volontaire pour aider, s'informent tout simplement et passent le message comme nous le faisons modestement aujourd'hui grâce à cet ouvrage.

Espérons que "Bienvenue à Calais" permette d'éveiller les consciences, que bien au chaud dans nos chaumières et avec nos privilèges dans ce pays des droits de l'homme, nous ouvrions les yeux et exigions de nos politiques qu'ils agissent enfin. Pour eux. Pour nous. Pour l'humanité.

Bienvenue à Calais 2

La critique de Mr K : Document coup de poing avec ce petit livre paru en début d'année chez Actes Sud sur le scandale des conditions d'existence de certains êtres humains sur notre sol français, le cher pays de notre enfance. Loin des clichés véhiculés par les médias, les auteurs s'attachent à décrire la situation dans sa globalité, de manière factuelle avec des statistiques froids mais évocateurs. La dernière partie (sans doute la plus effroyable) raconte par de courts textes de 3 à 15 lignes, le parcours de certains migrants qui par bien des égards se rapprochent de nous et font écho aux pulsions qui nous animent.

On a tous en tête des images de ce qui se passe à Calais. Bien souvent, elles sont noyées sous un flot de commentateurs, de politiques et d'agités du bocal. On traite cette information de façon passionnée et finalement sans distanciation, faisant la part belle aux délires paranoïaques et la déshumanisation d'individus jetés sur les routes comme nos concitoyens dans les années 40. Mais avoir la mémoire courte semble être le credo du moment… Ici, point de tout ça, pas d'angélisme non plus, simplement des constats clairs avec des chiffres qui donnent parfois le tournis et une description des conditions de vie dantesques de ces naufragés de l'existence.

Parmi eux des médecins, des profs, des artistes, des cuisiniers… on est loin des masses de mendiants et de miséreux que se plaît à colporter les extrêmes et la masse abrutie par la crise, la télévision et la consommation à tout crin. Des destins singuliers nous sont livrés en fin de livre et je peux vous dire que nous ne sommes pas dans un film édulcoré, beaucoup ont connu l'incurie de l'injustice et des avilissements qui auraient mis à bas n'importe lequel de ces français soit disant en souffrance qui passent leur temps à rejeter la faute sur ces pauvres diables à la quête d'un Eldorado (le Royaume-Uni) qui se dérobe à eux… Loin de moi l'idée de nier une réalité parfois difficile pour un certain nombre de français mais force est de constater qu'il faut raison et proportion garder. Lisez les courtes lignes de fin d'ouvrage et on en reparlera!

Bienvenue à Calais 3

Des hommes et des femmes regroupés en associations ou parfois de leur propre chef font leur possible pour améliorer l'ordinaire. On retrouve alors l'humanité et l'esprit fraternel que sont censés inspirer nos fameux Droits de l'homme, clef de voûte en théorie de notre société. Combat de Don Quichotte face à ses fameux moulins, ils ne baissent pas les bras. Loin d'être un hommage dithyrambique, ce livre expose ces petites actions quotidiennes qui sont de simplement prêter ses toilettes ou sa salle de bain à une famille, d'apporter du café chaud, de recueillir illégalement des enfants séparés de leur famille depuis plusieurs mois… autant d'actions qui semblent aller de soi si l'on respecte le contrat social qui nous lie tous.

On ressort profondément bouleversé de cette très courte lecture. On a beau se douter des réalités qui peuvent exister sur notre territoire national, là on n'est plus en Europe, plus au XXème siècle. La description des latrines et des douches font penser aux camps de concentration que l'on a connu durant la Seconde Guerre mondiale ou plus proche de nous les malheureusement trop méconnus camps mis en place en Tchétchénie à partir de la fin des années 90 pour "normaliser" la population résistante à l'occupant. Le parquage, l'insalubrité des conditions de vie, les vexations, la séparation des familles, les mafias qui s'engraissent, les politiques qui récupèrent le tout, les simplets qui attisent la haine… tout cela nous saute à la gueule sans fioriture ni arrangement avec la réalité. Un livre fort et plus que nécessaire pour peut-être retrouver notre humanité perdue et le sens civique pour ne pas dire humain qui devrait tous nous guider… J'ai parfois vraiment honte de mon pays.

Posté par Nelfe à 19:57 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,