mardi 27 avril 2010

"Chroniques de la Lune Noire" vol 13 et 14 de Pontet et Froideval

Toutes les meilleures choses ont une fin, il s'agit de ma dernière chronique (sic!) concernant cette série qui s'est arrêtée l'année dernière avec la publication du quatorzième tome. Bon, ben quand faut y aller, faut y aller!

chro_13Vol13: "La prophétie".

Wismerhill a remporté de haute lutte la titanesque bataille pour la Porte des Enfers. Si le nouvel empereur souhaiterait en rester là, la Lune Noire est ivre de rage. Le chien de guerre et le Demi-Dieu, l'élève et le Maître, mobilisent leurs forces. La Lune Noire pardonnera-t-elle l'immense affront qui lui a été fait? La prophétie va-t-elle inexorablement se dérouler?

Ce volume est synonyme de dernière grosse bataille rangée. Les anciens alliés sont désormais ennemis et le moins que l'on puisse dire c'est que ça va faire mal! Les deux camps lancent leurs dernières forces dans la bataille ce qui permet une fois de plus au dessinateur de se lâcher sur des pages entières! À noter une nette évolution au niveau du trait et des couleurs sur les deux derniers volets de la série ce qui n'est pas un mal. J'avais tendance à trouver que Pontet se relâchait depuis quelques tomes. Dans les tomes 13 et 14, il nous livre un travail beaucoup plus fin, plus évocateur avec le concours de Nicolas Guenet au niveau de la couleur. Il y a des moments cultes dans ce volume comme la dernière trahison de Frater Sinister (décidément il était particulièrement retors ce personnage! En même temps, sa fin est des plus atroce!), Haazheel Thorn livrant son dernier combat encore plus féroce et démoniaque, Methraton qui décide d'intervenir... Autant de moments d'éclats qui ont ravi mon coeur de fan inconditionnel de la série!

chro_14Vol14: "La fin des temps".

L'effroyable prophétie implacablement s'accomplit. La Lune Noire vaincue a lancé sa terrible malédiction. L'Oracle est libre et le premier dragon réveillé! La fin des temps est-elle venue?Wismerhill ou Methraton réussiront-ils à empêcher l'inéluctable? Les dieux pourront-ils intervenir afin que le vainqueur d'Haazheel Thorn échappe à l'insurmontable fardeau de ses actes?

Bon cette fois-ci c'est vraiment la fin. Elle a donné lieu à débat, beaucoup ayant été déçu par le terme proposé par Froideval. Allez sur les avis de lecteurs sur le site de la Fnac et vous verrez... Perso, je n'ai pas été déçu. Certes il n'y a pas de baston homérique, certes la fin est ouverte mais j'ai envie de leur dire: et alors?! On est purement dans la logique du scénar et rien de surprenant à la fin qui nous est ici proposée. Afin de ne pas dévoiler le mystère, je n'en dirai pas plus mais sachez qu'effectivement on peut imaginer qu'une suite pourrait être donné à ce cycle. Pour ma part, j'espère que non vu la médiocrité de certains nouveaux cycles par rapport à l'originel. Je pense notamment très fortement à la suite donnée à Lanfeust de Troy.

Voilà, je ne vous ennuierai plus avec les Chroniques de la Lune Noire qui à ce jour est toujours une de mes séries préférées à ranger aux côté de la mythique série du "Vagabond des limbes" (the best!). Adieu Wismerhill and co que vos vies et actes soient marqués du sceau de l'éternité!

A lire également:
Les chroniques, volumes 1, 2 et 3
Les chroniques, volumes 4, 5 et 6
Les chroniques, volumes 7, 8 et 9
Les chroniques, volumes 10, 11 et 12

Posté par Mr K à 16:57 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 26 avril 2010

Harry Bosch à la recherche de son passé...

coyotteL'histoire:

L'inspecteur Harry Bosch a été suspendu de ses fonctions. Pour réintégrer le LAPD, il doit consulter une psychologue... Il révèle au Dr Hinojos le secret qui le hante: sa mère, une prostituée, a été assassinée lorsqu'il était enfant. L'enquête n'a jamais abouti. Malgré l'interdiction qui le frappe, il décide de retrouver son meurtrier et rouvre le dossier...

La critique de Mr K:

Sacré Harry! Il a le don pour s'attirer les ennuis! Là, pour le coup, il a fait fort! Il a carrément fait passer son supérieur à travers la vitre de son bureau ce qui provoque son éviction temporaire des affaires criminelles. Entre les séances chez le psy et la recherche du meurtrier de sa mère, ce roman est mené tambour battant par un Connelly au sommet de sa forme!

À mes yeux, il s'agit pour le moment du meilleur Connelly que j'ai pu lire. Dans ce volume, Harry Bosch, personnage ombrageux, se révèle beaucoup plus. À force de subir en premier lieu les séances menées par la psy (un bilan positif est obligatoire pour qu'il puisse réintégrer la LAPD -Los Angeles Police Department-), il commence à baisser sa garde et l'on cerne mieux le personnage. On connaissait son enfance dans des foyers pour orphelins, son passage par le Vietnam mais quid de sa mère biologique? Le voile est légèrement levé et permet de comprendre les blessures de l'enfance qui continuent à l'habiter et conditionnent sa manière de percevoir les choses et d'agir. Ces révélations successives contribuent à rendre encore plus attachant ce policier hors norme.

Dans ce roman, on croise d'autres personnages intéressants dont certains déjà présents dans les romans précédents dont le chef Irving qui dirige la police de L.A, qui avec le temps s'adoucit avec Harry. Il y a aussi la psy passionnée par son boulot mise à rude épreuve par un Bosch tout d'abord réfractaire à toute forme d'analyse de soi, Jazz une femme au passé douloureux qui séduira Harry et toute une série de personnages hauts en couleur que le policier croisera au cours de ses investigations (un mac machiavélique à souhait, un procureur retors, un amoureux transi depuis plus de 30 ans...). On retrouve encore ici tout le talent de l'auteur pour mettre en chair ses personnages qu'il façonne avec amour et précision. En résulte une enquête haletante dont il est difficile de sortir! Quitte à passer pour un autiste auprès des êtres aimés!

Je me répète mais il faut lire Connely quand on aime le polar! Fort de son expérience dans le journalisme, ses romans sont toujours le reflet fidèle de la réalité policière et criminelle de la cité des anges, le tout allié avec un scénario jamais pris en défaut et des rebondissements à chaque fin de chapitre. Un must que ce «Dernier coyote»!

Posté par Mr K à 14:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 23 avril 2010

Templesmith remet le couvert!

Wormwood_tome_2L'histoire:

Wormwood est un asticot pensant échappé d'une dimension infernale qui, avec l'aide du respectable Monsieur Pendulum, de sa garde du corps Phoebe et de la strip-teaseuse Medusa, passe son temps à sauver le monde d'invasions à tendances tentaculaires.

Prochain arrêt: la Farfadie, royaume dont seule la reine serait capable de lever la malédiction qui pèse sur notre... héros.

La critique de Mr K:

Il y a déjà quelques temps, je vous avais dit tout le bien que je pensais de la BD "Wormwood", oeuvre thrash et totalement délirante. J'ai fait entre temps l'acquisition du tome 2 qui confirme mon avis précédent: c'est du lourd, du lourd de qualité! Je dirais même que ce tome surpasse le premier qui souffrait parfois de lenteurs dûes au problème de l'exposition: présentation du background et des personnages.

Deux récits nous ici sont proposés. Le premier voit notre ver préféré se faire mordre par un farfadet et contraint de partir dans leur monde d'origine pour trouver leur reine afin de se libérer d'une malédiction qui le mène tout droit à la mort. Moi qui avait adoré les farfadets dans le premier volume, je suis ici gâté. Toujours aussi moches et pervers, on atteint le paroxysme de l'horreur en découvrant leur reine... un grand moment d'hilarité tant on ne s'y attend pas! Sûr c'est pas finaud mais qu'est-ce que ça fait du bien! On retrouve l'humour toujours aussi corosif propre à Wormwood et ses comparses ne sont pas en reste entre les réparties froides de Mr Pendulum et les "pétages de plomb" de Phoebe la rousse incendiaire tatouée de partout!

Wormwood_2Le deuxième récit est plus court mais diablement efficace! Les quatre cavaliers de l'apocalypse (Mort, Guerre, Famine et Pestilence) vivent au crochet de Wormwood dans un hotel de luxe et le menacent de provoquer l'Armageddon s'ils manquent de dope, de tune et de filles!!! Complètement délirant et propice à l'humour le plus noir, c'est le récit que j'ai préféré!

On retrouve aussi comme à la fin du volume 1 une partie artbook présentant des ébauches de dessins destinés aux couvertures des éditions américaines. Elles sont ici de toute beauté et permettent d'appréhender encore mieux l'étendue du talent de Templesmith qui s'apparente ici à un véritable peintre.

Ce deuxième tome confirme tout le bien que m'inspire cette BD: politiquement incorrect, scénario délirant, dessins d'une beauté morbide sans pareil (faut aimer le genre tout de même...), couleurs de type "clair-obscur", humour au fil du rasoir... Une bien bonne lecture que celle-ci, qui fait du bien dans le monde consensuel mou qu'on nous vend à longueur de temps. Vivement le tome 3!

Posté par Mr K à 17:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 21 avril 2010

Si Zeus m'était conté...

memoires_de_zeus_09L'histoire:

À ceux qui pensent que vivre pour un dieu est aisé, je dis: "Détrompez-vous". Aux mortels qui croient que notre vie n'est que volupté et délices, je dis: "Apprenez de votre erreur".

Ayant échappé à l'infanticide, j'ai grandi seul, caché sur une île. Je suis devenu homme et guidé par ma grand-mère Gaïa, j'ai concocté un plan afin de renverser mon père, Cronos, maître de l'Olympe. Seul, j'ai appris la vie, l'amour, la mort et la colère. J'ai levé une armée, j'ai réveillé les géants, j'ai libéré mes frères et mes soeurs. J'ai accompli mon destin!

Moi, Zeus, roi des dieux, dieu des rois, je vais vous conter mon histoire...

La critique de Mr K:

Encore un ouvrage que j'ai dévoré! Un pur chef d'oeuvre. Il y a peu, j'étais allé voir le Choc des titans remake d'un nanar érigé au rang de classique. Pur divertissement d'un moment, il ne respectait en rien la mythologie dont il s'inspirait. Tout cela m'a donné l'idée de me replonger dans les mondes antiques, source de mes premiers amours livresques! Et puis... ce livre me faisait de l'oeil depuis un certain temps à la Fnac de Lorient!

Je n'ai pas été déçu. Bien que ce soit un roman, Maurice Druon (auteur entre autre des rois maudits, du chant des partisans) est un amoureux des mythes fondateurs de la Grèce antique. Son tour de force ici est d'avoir réussi à instituer une sorte de chronologie dans un corpus de base plutôt disparate. C'est d'ailleurs pour mieux relier ces différents éléments qu'il a dû romancer sans pour autant trahir le message profond contenu dans ces légendes. C'est aussi l'occasion dans ces passages pour Zeus d'expliquer à ses fils (nous!) quelques leçons sur la condition humaine et sur l'agencement-fonctionnement du monde.

Le moins que l'on puisse dire c'est que la vie du roi des dieux est bien remplie. La première partie du livre nous expose la création du monde avec la figure paternelle et rassurante d'Ouranos et de la cyclothymique Gaïa. Puis vient le règne de Cronos le terrible: destructeur des mondes (le temps avale tout) et dévoreur de la chair de sa chair. Ensuite c'est la conquête du pouvoir et les premiers amours, l'installation du panthéon et la suite des amours de Zeus (et il en a eu le cochon!). On croise donc dans cet ouvrage nombre de personnages cultes tant divins que semi-mortels ou mortels (Les dieux, les nymphes, les rois, les héros etc...). À noter que malgré mes connaissances (ex étudiant en Histoire, notamment des religions), Druon a réussi à m'apprendre nombre de choses qui m'avait jusque là échappées comme la réelle nature de Prométhée, l'Atlantide terre des premiers hommes créée par Ouranos et tout plein d'autres détails qui seraient trop long d'énumérer ici.

C'est un livre qui se lit extrêmement facilement, la langue est riche mais non précieuse et avec un minimum de connaissances (rappelons nous le programme de 6ème) l'ensemble est intelligible et construit de façon progressive. Je suis sorti étourdi par tant d'érudition mis au service de la connaissance de mythes fondateurs et finalement de la condition humaine: Zeus n'étant ici que le miroir des errements de la race humaine depuis l'ère primitive jusqu'à aujourd'hui. En plus du corpus de légendes, des réflexions interressantes nous sont servies notamment sur l'avènement du monothéisme et avec lui la notion d'interdit propre au clergés humains, la liberté sexuelle au niveau de l'orientation (homo / hétéro même sentiment poursuivi), la notion d'autodestruction chez les humains et leur côté démiurge quand ils veulent se substituer à la nature... Autant de pistes de réflexion toujours d'actualité aujourd'hui. Le livre lui, date de 1967...

Cet ouvrage est vraiment à lire pour ceux qui regrettent leurs années de latin ou ceux qui aiment tout simplement les belles histoires! On rit beaucoup, Zeus est loin d'être en saint et c'est un sacré coureur de jupon! Malgré son côté macho, vous verrez que les déesses et autres maîtresses se sont plus d'une fois vengées! Seul défaut, la couverture de l'édition de poche! J'ai cru que c'était un gag quand je l'ai reçu à la maison: on aurait dit un Harlequin de la première série. Par pitié Mrs des éditions Bragelonnes, changez ça au plus vite! En plus, l'image choisie est indigne du roi des rois qui là semble au crépuscule de son règne! Les 3/4 du livre parlent tout de même de sa toute puissance! Mais ne vous laissez pas entraîner par ces dernières remarques assassines, ce livre est un grand livre qui vaut largement le coup de ne pas tenir compte d'un aspect plutôt rebutant au premier abord! Bonne lecture!

Posté par Mr K à 17:07 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 18 avril 2010

"Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé" de J.K. Rowling

HP6L'histoire: Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année.
Mais pourquoi le professeur Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley?

La critique Nelfesque: Je continue ma découverte des Harry Potter. Si tout comme pour moi, c'est votre première lecture, évitez de lire ma critique car je vais dévoiler certaines clés du roman. Gardez donc la surprise et puis aussi retenez vous dans les commentaires de parler du tome 7!

Ceci étant dit, me voici donc arrivée au 6ème tome des aventures d'Harry Potter: "Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé". Oh mon dieu, plus qu'un volume et c'est finiiiiiiii... *pleure*

J'ai beaucoup aimé ce tome qui n'est pas loin d'être mon préféré. N'ayant pas encore lu la fin, je préfère réserver mon jugement et mon classement. Toujours est-il que c'est un très bon ouvrage. Harry redevient supportable (je n'étais pas loin de vouloir le baffer dans "l'Ordre du Phénix"... Quelle tête à claque!), les rapports entre les personnages sont très drôles (y a pas à dire, ça travaille les hormones à 16 ans!), Dumbledore tient ici un rôle prépondérant, Rogue nous en offre des vertes et des pas mûres (quelle pourriture celui là!!!) et j'aime beaucoup le côté "Retour vers le futur" de ce tome!

Les passages dans la Pensine visant à nous relater la vie de Voldemort sont passionnants, les pièces du puzzle s'assemblent peu à peu. Comment était-il quand il s'appellait encore Tom Jédusor? Qu'est-ce qui a fait qu'il s'est tourné du côté obscur de la force? L'idée de la Pensine (déjà évoquée dans des tomes précédents) est une très bonne trouvaille!

Dumbledore... Oh my god... Dumbledore... Je suis en deuil... Son côté paternaliste et sa fin tragique (non mais quelle pourriture ce Rogue!!! oui, je sais, je me répète mais alors lui vraiment quel *%$^^*§£!!!) n'est pas sans rappeller celle de Gandalf dans "Le Seigneur des Anneaux" (je parle là des films car je n'ai jamais réussi à lire un Tolkien...). Voilà le tort de ce gentil papy sorcier: c'est un baba-cool! "Elles sont jolis les fleurs, la vie est belle, je vis avec les animaux et j'aime mon prochain (même cet §^*@# de Rogue)". Résultat des courses, il en est mort... Au moins sa fin n'est pas expédiée en 3 lignes comme celle de Sirius... J'ai même trouvé que c'était un peu trop larmoyant par moment mais bon, c'était Dumbledore, le papa de tout le monde, normal que l'auteur nous en fasse 2 chapitres.

Les histoires d'amour, bien représentatrices de ce qui peut se passer dans notre tête (et ailleurs) à cet âge là, sont savoureuses. Les premiers émois sont très bien retranscrits. Même si je savais depuis le premier tome sur qui Harry jetterait son dévolu, je suis contente pour lui (non mais ça y est je deviens folle, je suis contente pour un personnage de fiction...). Quant à Ron et Hermione, je m'en doutais aussi... Forniqueront-ils dans le tome 7? Suspens...

J'enrage de ne pas avoir emmené le tome 7 avec moi en vacances! Et puis Rogue, je préfère pas en parler!!! Malefoy non plus d'ailleurs!

hedwige"Harry Potter à l'école des sorciers"
"Harry Potter et la chambre des secrets"
"Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban"
"Harry Potter et la Coupe de Feu"
"Harry Potter et l'Ordre du Phénix"

Posté par Nelfe à 19:42 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 15 avril 2010

"La possédée" de M. M. Faraday

poss_d_e_001L'histoire:

Le pacte qu'avait conclu Bryna, la petite fille laide et boiteuse, avec Goldie, sa poupée enchantée, était fort simple: elle laissait Goldie vivre en elle, et pour sa part elle deviendrait Goldie, belle, savante, puissante grâce à un don extraordinaire. La petite fille grandit, embellit et devient un médium réputé. Ses désirs les plus fous sont ainsi exaucés.

Mais l'heure de payer arrive: en échange de sa beauté et de ses dons, Bryna doit laisser son corps se plier aux volontés de "Sabra". Et quand "Sabra" possède le corps, elle le prostitue et l'offre au premier venu...

Bryna résiste, mais la vengeance de "Sabra" se révèle plus cruelle et plus implacable encore. À quoi bon ce don de voyance s'il ne peut arrêter cette succession de meurtres sadiques?

La critique de Mr K:

Décidement le hasard fait bien les choses. Une fois de plus, c'est lors d'un séjour dans une brocanterie que je trouvais ce petit ouvrage qui au prime abord ne paie pas de mine: un peu vieilli par le temps et une histoire qui semblait bateau. Ma découverte n'en fut que plus agréable tant ce livre s'est révélé au fur et à mesure de sa lecture: intéressant, accrocheur et finalement, diablement malin! Mélangeant horreur, érotisme, action, enquêtes et psychologie, il est difficile de le relâcher une fois ouvert!

Le début est plutôt lent à se mettre en place, l'auteur nous narrant avec précision la rencontre avec Goldie et décrivant très précisément l'état d'esprit et la psychologie de Bryna. Dès le début cependant, l'écriture est fluide et les changements de focalisation (la fille, la mère, voir la poupée) permettent au lecteur de se placer dans différents angles de vue, déjà le mystère s'épaissit! Ensuite, c'est l'adolescence avec ses déchirement puis le passage à l'âge adulte. Le premier point fort de ce livre, c'est le traitement minutieux de son héroïne par Faraday: tantôt touchante, tantôt agaçante, on ne tombe pas dans le manichéisme comme dans certains Stephen King (le style d'écriture me rappelle celui du King à l'époque de Simetierre et de Shining, excusez du peu!). En tout cas, Bryna Carr est belle et bien vivante sous la plume de l'écrivain et l'on a envie de savoir la suite tant son destin est fragile.

La deuxième force de ce roman c'est son côté labyrinthique. On part d'abord sur une banale histoire de possession mais plus on avance dans l'opus plus d'autres éléments viennent se greffer sur l'intrigue principale. Le premier réel amour de Bryna, des meurtres inexpliqués particulièrement pervers, les séances chez les psy, les dons de voyance de Bryna etc... Finalement est-elle "habitée"? N'est-elle pas tout simplement schizophrène? Que lui veut réellement Ethan Kendal? Autant de questions qui ne trouvent leur réponse qu'en toute fin d'ouvrage, Faraday ayant bien pris le soin de nous balader pendant plus d'une centaine de pages. pour ma part, j'ai été bluffé et je dois avouer que ça faisait un petit bout de temps qu'un thriller-fantastique ne m'avait pas surpris. Le scénario se tient de bout en bout et la fin est "terrible" dans tous les sens du terme.

Enfin, l'écriture est vraiment fluide à souhait et met en évidence un don pour la narration impressionnant et un plaisir évident de transporter le lecteur dans sa création. Je vais jeter un oeil sur sa bibliographie et peut-être qu'à l'occasion, je relirai du Faraday. En tout cas, je conseille fortement la lecture de cet ouvrage aussi intrigant que délassant.

Posté par Mr K à 14:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 14 avril 2010

And the winner iiiiiiiis...

... MOI!!!

Il y a quelques temps, j'ai participé à un jeu-concours sur le site de Blog-o-book qui consistait à répondre à une série de 3 questions sur Tracy Chevalier toutes les semaines, et ce pendant 5 semaines. Au fur et à mesure, les participants faisant une erreur étaient écartés. Mais je suis une warrior, j'ai été jusqu'au bout! A la fin de la 5ème série, nous étions encore 29 participants et c'est là que le facteur chance joue. Place au tirage au sort.

Premier bulletin: ... ce n'est pas moi...
Deuxième bulletin: ... ce n'est pas moi...
Troisième et dernier bulletin: vous avez deviné!?

Et voici le prix que les 3 gagnantes (dont moi! I'm happy!) ont reçu:

Tracy_concours

L'intégrale des romans de Tracy Chevalier disponible aux éditions de la Table Ronde! 4 livres donc dont son tout nouveau roman qui n'est pas encore dispo en librairie!

- La vierge en bleu
- Le récital des anges
- L'innocence
- Prodigieuses créatures (dispo le 7 mai mais je ne vous en dirai pas plus, c'est secret défense!)

Je suis un peu déçue de ne pas avoir trouvé dans ce colis "La jeune fille à la perle" (THE roman de Tracy Chevalier que j'adore et que j'aurai beaucoup aimé avoir dans la même collection) et "La dame à la licorne" mais ces deux romans sont épuisés à la Table Ronde.

Et puis bon, on va pas se plaindre quand même! Merci bOb! Merci la Table Ronde!

Posté par Nelfe à 18:07 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 13 avril 2010

"Chroniques de la Lune Noire" vol 10, 11, 12 de Pontet et Froideval

Et oui! Déjà en avril, le temps pour moi de retrouver Wismerhill et ses potes pour trois nouveaux volumes. Rappelez-vous, les troupes se rassemblaient en vue de l'affrontement Lune Noire vs Empire...

lune_noire_10Vol10: "L'Aigle foudroyé".

Conformément à la volonté d'Haazheel Thorn, Wismerhill a pris la tête des terrifiantes armées de la Lune Noire qui déferlent sur l'Empire. Des centaines de milliers d'hommes, des légions d'orcs, des hordes non humaines, des multitudes de dragons et des nuées de démons vont s'affronter dans la plus gigantesque bataille que la terre ait jamais connue. De cette titanesque confrontation dépendra le sort de l'Empire. Le dixième volume de la série est placé sous le signe de la baston! Et quelle baston! On se croirait retourné dans Tolkien lors de la bataille du gouffre de Helm! Homérique, débauche de couleur et de masses qui s'entrechoquent, tantôt sur terre, tantôt dans les airs: âme sensibles s'abstenir! En même temps, si vous en êtes arrivés au volume 10, ça veut dire que vous aimez ça, bande de petits coquins!

On suit pas à pas les stratégies divergentes des deux camps, les petites victoires et les retraites désordonnées. Des pans entiers d'armées sont annihilés en un souffle tandis que les figures héroïques se confrontent, se jaugent puis finalement s'affrontent. À la fin, il ne peut en rester qu'un.

 

lune_11Vol11: Ave Tenebrae.

Alors que la plus grande bataille que l'Empire ait jamais connue s'est terminée par la chute de celui-ci, Wismerhill, tué par l'Empereur à l'issue d'un duel implacable, sera ramené à la vie par Haazheel Thorn et, alors qu'il s'imagine avoir fini de tenir son rôle de Kagemusha pour le baron de Moork et la Lune Noire, il va se voir confier la plus terrible des missions, le plus lourd des fardeaux... Relèvera-t-il ce défi, fera-t-il encore avancer la sombre prophétie?

La victoire est totale pour la Lune Noire, elle étend sa main mise sur les territoires de l'Empire. Les ténèbres envahissent Lhynn et Wismerhill devient empereur suite à une résurrection express opérée par son maître. Ce volume nous raconte le voyage de notre héros pour ramener de somptueux cadeaux à ses amis de toujours (malgré ses pouvoirs grandissants, il continue à passer du temps avec eux, l'humour est d'ailleurs toujours présent), Dieu quitte définitivement la scène et livre le monde au Mal (bien fait! Fallait pas déconner non plus!) et Le seigneur des Ténèbres a déjà décidé de ce qu'il allait faire du monde. Les réjouissances sont sur le point de commencer et pourtant il semblerait qu'un grain de sable puisse contrarier les nouveaux maîtres de Lhynn... Wismerhill en effet garde sa franchise et son autonomie de ton et d'acte... À ce propos, on assiste à la naissance de ses enfants notamment de la fille qu'il a avec sa compagne succube. Étonnant métissage qui ne manque pas de piquant!

lune12Vol12: La porte des enfers.

Wismerhill Ier règne maintenant d'une main de fer sur l'empire de Lhynn, quand soudain un passé qu'il croyait mort -son père- vient le rattraper, semant en lui le doute et le trouble. Il s'aperçoit alors que le plus grand danger qui le menace est un cancer insidieux qui ronge déjà l'empire de l'intérieur. Menace qui prospère à l'ombre de la route noire et de la porte des enfers.

Ce volume voit le retour au premier plan de Wismerhill père que l'on avait entre-aperçu dans un volume précédent. Par ses révélations, il va semer les graines de la discorde et du trouble dans l'esprit de Wismerhill. Quel est le réel dessein d'Haazheel Thorn? Il se rend compte que la terre s'apprête à être envahie et livrée en pature aux hordes démoniaques toujours aussi assoiffées d'âmes fraîches et frémissantes. Une seule solution pour le néo-monarque, refermer les portes de l'enfer pour garantir la continuité de l'empire. Ce volume est trépidant de la 1ère à la dernière page tant on reçoit les réponses à nombre de questions que l'on pouvait se poser, l'action n'est pas en reste avec notamment un affrontement dantesque entre forces terriennes et forces démoniaques. La fin nous laisse dans l'expectative quant au devenir des relations entre Wismerhill et la Lune Noire...

La série une fois de plus tient ses promesses mélangeant toujours aussi habilement scénario complexe, batailles marquantes pour l'imaginaire et humour potache de rôliste (joueur de JDR pour les novices). On sent bien cependant qu'il ne reste plus que deux volumes avant l'achèvement. L'intrigue se ressert, le dénouement est pour bientôt... Je vous en rendrai compte dès les premers jours de mai quand j'aurai reçu les deux ultimes tomes d'une série tout bonnement magique et addictive à souhait.

A lire également:
Les chroniques, volumes 1, 2 et 3
Les chroniques, volumes 4, 5 et 6
Les chroniques, volumes 7, 8 et 9

Posté par Mr K à 14:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 7 avril 2010

"Un sac de billes" de Joseph Joffo

un_sac_de_billeL'histoire:

Paris en 1941 n'est plus la capitale d'une terre d'asile qui arbore pour devise au fronton de ses mairies "Liberté, Egalité, Fraternité". Paris est une ville occupé où l'ennemi nazi impose ses lois d'exception et le port de l'étoile jaune à tous les Juifs.

Leur mère en a donc cousu une au revers du veston de Maurice et de Joseph avant leur départ pour l'école. Le résultat est immédiat, le racisme des gamins se déchaine et les deux Joffo rentrent qui avec l'oreill en chou fleur, qui avec l'oeil poché et le genou meurtri. Oh! En compassation, il y a bien eu le troc proposé par Zérati, le copain de Jo, l'étoile jaune contre un sac de billes, mais leur père a compris: il faut fuir.

La critique de Mr K:

Quelle merveilleuse relecture que celle-ci! Je me suis retrouvé derrière les bancs de l'école en classe de 5ème avec Mme Jaffrézic comme prof de français. Ca a été un des rares bouquins étudiés en classe qui m'ait plû! Je suis retombé dessus par hasard (et mal rasé comme disait Serge) au gré d'une visite dans une quelconque brocante. Je l'ai dévoré en deux jours, partagé entre mes retrouvailles avec les deux frères et le destin tragique de leur famille. Rappelons simplement qu'il s'agit d'un premier livre et qu'il est autobiographique et vous pouvez déjà vous faire une petite idée de la charge émotionnelle que dégage cet ouvrage.

C'est avant tout une ode à l'enfance: ses petites joies, ses terreurs, ses aspirations et ses limites. Joffo nous offre une vision de la guerre à travers les yeux de l'innocence et son écriture remarquable retranscrit avec brio et justesse l'errance de ces deux pré-adolescents. La fratrie, l'amour de la famille autant de valeurs qui leur permettront de surpasser un conflit qui les dépasse mais les touche au premier plan: ils sont juifs. Loin des clichés, c'est la réalité brute qui est ici exposée: l'exode, la recherche de nourriture, le passage de la ligne de démarcation, les retrouvailles, le système D... Des passages sont extrêmement éprouvants notamment la scène se déroulant dans l'hôtel Excelsior (lieu de résidence de la gestapo) où Maurice et Joseph sont soumis à un interrogatoire impitoyable. Ils tiendront et ne diront jamais qu'ils sont juifs. Ils devront leur salut à un prêtre qui fournira de faux documents attestant de leur baptême. J'en profite pour préciser que nombre de Justes ayant caché ou aidé des juifs étaient des prêtres catholiques. On parle beaucoup des attermoiement de Pie XII (pape de l'époque) vis-à-vis de la "question juive" mais on oublie trop souvent ces membres du clergé catholiques anonymes qui ont risqué leur vie en suivant les vraies valeurs chrétiennes.

Ce livre est un monument, un témoignage-romancé fidèle à la réalité de l'époque que beaucoup de collégiens ont lu et -je l'espère- continueront à lire dans les décennies à venir. L'écriture simple et cependant dense nous plonge dans une des époques les plus sombre de notre Histoire et nous rappelle qu'encore aujourd'hui le combat doit continuer pour protéger des principes aussi essentiels que le droit d'exister pour ce qu'on est, dans le respect des autres. J'avoue cette re-lecture m'a ému comme au premier jour et c'est tremblant que j'ai refermé ce livre qui aura une place de choix dans ma bibliothèque idéale (mon Dieu, va falloir acheter une autre étagère!).

Posté par Mr K à 18:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 5 avril 2010

"L'impératrice des éthérés" de Laura Gallego Garcia

imp_ratriceL'histoire: Un majestueux palais que l'on croirait sculpté dans la glace, une impératrice aussi sublime qu'ensorcelante, un monde paradisiaque où vivent des êtres purs... La légende du Royaume éthéré fascine les enfants des Cavernes, ces grottes où vivent les hommes. Mais lorsque Bipa, l'une d'entre eux, partira à la recherche d'Aer, un garçon qu'elle adore détester, elle croisera en chemin des créatures animées d'une inquiétante puissance magique. A bien y réfléchir, c'est à se demander si cette terre idéale ne cache pas un désert de givre... et de mort.

La critique Nelfesque: Bof bof... Alors que toute la blogosphère littéraire a été vraiment emballée par ce roman moi j'ai du mal à comprendre ce qui l'a autant ravie!

J'ai gagné ce roman à un jeu-concours sur le net et honnêtement j'ai été très heureuse de le recevoir puisque j'avais l'intention de le lire. Je me suis donc plongée dans cette lecture pleine de promesses. L'histoire se passe dans le futur, il n'y a pas de date mais il est clair que c'est sur notre Terre que se déroulent les aventures de Bipa. La Terre est maintenant une planète de glace, les hommes sont revenus à un mode de vie plus primitif. Il y a de la préhistoire dans ce futur. Pour survivre aux éléments hostiles, on a ressorti les tenues de peau et de fourrure. Un garçon, Aer, est quant à lui moins pragmatique, plus rêveur. Un jour, il décide de partir à la rencontre de l'Impératrice dans sa contrée fort fort lointaine. Bipa se lance à ses trousses, non pas parce qu'elle l'aime (alors là non, quelle horreur, elle ne supporte pas cette idée!) mais par pur altruisme... Ben oui, logique, on ferait toutes ça! Surtout par -30°!

Sa "poursuite" la mène vers des dangers, vers d'autres peuples (qui en fait est le sien mais à différents états de conscience) et elle rencontre sur son passage de drôles de compagnons de route. Tout cela était pourtant prometteur mais le souci est que la sauce n'a pas pris. J'ai trouvé les différentes étapes de son voyage bien trop succinctes pour me permettre de m'attacher aux personnages... J'ai donc suivi l'évolution du chemin de Bipa avec un certain détachement, sans vraiment avoir envie de connaître la suite.

Va-t-elle ratrapper Aer? Va-t-elle abandonner? Va-t-elle le dépasser (soyons fou!)? Que va-t-elle lui dire? "Je t'aime moi non plus"? Franchement... On s'en fout...

Ce livre étant un roman jeunesse, je me dis que je suis peut être trop âgée pour ce livre mais alors comment expliquer que d'autres romans jeunesse me touchent? Le talent peut être, la profondeur sans doute. Car ce roman avait tout pour me plaire: une aventure sur fond de mysticisme et de religion. Dommage que l'auteur ait seulement survolé son idée de départ pour arriver sur une histoire dans le fond assez niaise. La fin n'a pas non plus aidé à me faire changer d'avis. Pas de révélation finale, pas de retournement de situation, on s'y attend...

Pour les enfants pourquoi pas, pour les adultes, c'est une autre histoire.

Posté par Nelfe à 18:15 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,