vendredi 13 avril 2012

"Sérum - Saison 1, Episode 1" de Henri Loevenbruck & Fabrice Mazza

serum-s1e1L'histoire:

1773 : MESMER INVENTE L'HYPNOSE
1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE
2012 : DRAKEN INVENTE LE SÉRUM

Une injection.
Sept minutes pour accéder au subconscient d'Emily Scott.
Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques.
Quelques jours pour empêcher le pire.
Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel?

La critique Nelfesque: Ce court roman de moins de 200 pages est le premier d'une longue série. Le terme "série" est ici très à propos puisque les auteurs, Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza, ont décidé de tenir le lecteur en haleine sur 3 saisons au moins, chacune découpée en 6 épisodes. Ils nous certifient qu'à la fin de ces 3 saisons, nous aurons toutes les réponses aux questions posées par ce premier épisode. Cela promet aux lecteurs de nombreuses pages de suspens et à l'éditeur de nombreux tomes à commercialiser!

Ce premier épisode est une bonne mise en bouche pour la suite. Nous faisons la connaissance des personnages principaux: Emily Scott, amnésique à la suite d'une tentative de meurtre à son encontre, Lola Gallagher, détective au 88ème district de New York et Arthur Draken, psychiatre et ami de Lola. Ce trio est au coeur de l'épisode et on peut vraiment comparer cet opus à un pilote de série TV.

On aperçoit déjà quelques failles dans les personnalités de chacun, quelques secrets dans leurs vies. Certains personnages secondaires, par leur curiosité, nous aide à y voir plus clair. L'ensemble est construit de manière maligne et donne vraiment envie au lecteur de poursuivre sa lecture. Une lecture qui s'avale très vite puisque quelques heures suffisent à terminer ce tome ci et laisse un peu le lecteur sur sa faim, lui donnant clairement la dalle pour le deuxième épisode. C'est bien joué!

L'attente pour lire la suite ne sera pas longue puisque le suivant sort en librairie le 25 avril et le troisième est prévu pour le 27 juin. Rien à voir donc avec des sagas littéraires dont il faut attendre un an pour connaitre la suite. Cependant ici, nous ne sommes pas dans une saga classique et il faut bien garder en mémoire que chaque épisode ne décrira pas une histoire complète comme cela est le cas par exemple dans les oeuvres de Camilla Läckberg en littérature ou dans "Fringe" en série télé. Dans ces derniers, même si il y a une trame principale et une intrigue sur le long terme, les épisodes ou les romans ne doivent pas nécessairement être vus ou lus dans l'ordre (même si c'est conseillé pour mieux les apprécier), chacun ayant sa propre histoire. "Sérum" sera lui à prendre dans sa globalité et la fidélité sera de mise si l'on veut connaitre le fin mot de l'histoire.

Le style est efficace, le rythme dosé et le lecteur est pris dans l'histoire dès les premières pages. Ensuite, pas de temps mort, le thriller est lancé, l'enquête se met en place. Il est impossible pour l'instant de dire si "Sérum" sera dans son ensemble un bon roman d'investigation mais ce premier épisode donne un ton qui me plait bien et laisse voir du bon pour la suite.

L'originalité de ce roman, en plus de son choix éditorial consistant à se calquer sur le rythme des séries télévisées, réside dans le fait que les auteurs ont décidé d'insérer de manière régulière des flashcodes dans leur roman. Des musiques d'ambiance sont alors proposées au lecteur pour accompagner sa lecture. Ce gadget donne un coup de jeune à la littérature. Le smartphone étant de plus en plus répandu, ce procédé est sympathique et apporte un plus. Toutefois, tout le monde n'en est pas équipé et ne peux donc pas jouir de ce bonus. En toute honnêteté, même si l'initiative m'amuse, je n'en suis pas fana, trouvant que le fait de prendre son téléphone pour flasher son roman casse le rythme de la lecture et coupe le plaisir que l'on peut avoir d'être seul face à sa lecture. Je dois être trop vieille pour ce genre de choses... Rassurez-vous le roman se lit très bien sans utiliser les flashcodes et on peut faire l'impasse dessus. C'est d'ailleurs ce que j'ai décidé de faire.

Au final ce premier épisode de "Sérum" est efficace et donne envie de poursuivre la découverte, d'autant plus qu'un aperçu de la suite est présenté à la fin de celui ci. Et comme l'indique la quatrième de converture, en cas d'accoutumance et en attendant les prochains épisodes, on peut toujours se rendre sur serum-online.com. Quand je vous disais que le concept était original!

Posté par Nelfe à 18:06 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 2 avril 2012

"La Petite fille aux oubliettes" série Le Poulpe, Sophie Loubière

9782842192341L'histoire: La petite Marie a disparu. La dernière fois qu'on l'a vue, c'était sur un manège, place du Père-Chaillet, à deux pas du Monoprix. Fugue? Enlèvement? Cheryl n'est pas du genre à rester les bras croisés. Elle a encore en tête les horreurs de l'affaire Dutroux. Les gosses, pour elle, c'est sacré. Et la coiffeuse ne veut surtout pas qu'on touche à la petite Marie (Elle lui a offert sa première coupe de cheveux).

Cheryl mène sa propre enquête, aidée d'un Poulpe sous antibiotiques et d'un mignon forain rentier. Hélas, ce qu'elle découvrira au cours de ces investigations n'est guère réjouissant.

La critique de Mr K: Retour du Poulpe dans les étagères du Capharnaüm Éclairé! Un Poulpe un peu spécial car il ne tient pas le rôle principal laissant la part belle à sa shampouineuse de cœur alias Cheryl! J'ai eu l'occasion de vous parler dans mes précédentes chroniques de mon profond attachement pour ce personnage féminin haut en couleur que l'on entraperçoit dans chacune des enquêtes de Gabriel Lecouvreur. Justice lui est enfin rendue dans cet ouvrage où on la suit dans cette affaire de disparition d'enfant.

Inutile de vous dire que cette aventure est récréative à souhait et bien que classique dans son scénario (on devine la fin à la moitié du récit), l'intérêt ici est de suivre cette coiffeuse hors norme. On visite plus en profondeur son appartement bordélique situé au dessus de son salon, on assiste à ses choix vestimentaires (et quand on connaît ses goûts étranges en terme d'habillement ici on se régale), on suit des conversations avec ses clientes (parfois aussi dingues qu'elle). C'est aussi l'occasion de faire connaissance avec Tony son petit chien aussi pleutre (il pisse en cas de stress) qu'attachant, en recherche constante de câlins et autres émoluments de tendresse, il a un petit rôle à jouer dans l'enquête de l'héroïne.

Cheryl reste donc égale à elle même, il y a des scènes d'anthologie dans ce volume. La scène de drague avec le beau gitan tenant le manège à côté duquel a disparu la petite Marie, les passages où elle soigne aux petits oignons un Poulpe malade et cloué au lit, la scène où elle et son calamar de copain se brouillent et s'ignorent... autant de moments jubilatoires qui accrochent le lecteur amateur de la belle jusqu'à l'ultime page de ce roman.

L'écriture de Sophie Loubière convient à merveille à cette série si particulière lui conférant une originalité et un style bien particulier. D'ailleurs le fait qu'une femme l'ait écrit contribue à la réussite de l'entreprise tant elle évite les clichés sur son héroïne comme aurait pu les accumuler un écrivain mâle. Familier mais jamais vulgaire, sombre mais non dénué d'espoir, La petite fille aux oubliettes est une vraie réussite!

Autres Poulpe chroniqués au Capharnaüm Éclairé:
- Nazis dans le métro
- J'irai faire Kafka sur vos tombes
- Du hachis à Parmentier
- Vomi soit qui malle y pense

Posté par Mr K à 19:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 6 mars 2012

"Instinct" de Jérôme Camut et Nathalie Hug

instinctL’histoire: Et s’il suffisait de 25 tueurs pour plonger la France dans le chaos? Une meute sans visage dressée par un pervers de génie pour frapper leurs cibles avec une perfection terrifiante…

Et s’il suffisait d’un seul homme? Pour que nous nous mettions tous à douter…

Je,
Tu,
Nous,
Sommes la meute.
Seule la meute compte,
Tout ce qui n’est pas nous doit ignorer notre existence,
Tout ce qui s’oppose à nous doit être éliminé, par tous les moyens.
Jusqu’à ce que notre destin s’accomplisse.
Et que le Maître vienne.
Nous sommes la meute,
Nous,
Tu,
Je.

La critique de Mr K: Dernier élément de la trilogie des Voies de l’ombre, Instinct est aussi à mes yeux le moins réussi du lot. Pour autant, il ne m’a fallu que trois jours pour le dévorer et l’intérêt a toujours été là. Malheureusement certaines scories ont entaché ma lecture et m’ont quelques peu déçu.

L’action débute treize mois après la fin de Stigmate. Kurtz encore vivant (il est tenace le bougre!) est prisonnier de geôliers inconnus sur une terre glaciaire. Pendant la moitié du livre, on suit ses difficultés pour comprendre où il est et pourquoi. On suit aussi ses errances spirituelles et notamment le doute qui s’installe peu à peu dans son esprit malade mais néanmoins perfectionniste. C’est un nouveau Kurtz que l’on découvre et même s’il n’est pas touchant (c’est une des plus belles ordures jamais créée en littérature), le lecteur l’aborde autrement et du coup les écrivains évitent ainsi tout sentiment de lassitude. En parallèle, on suit le destin d’une jeune fille à priori amnésique qui se réveille dans une chambre d’hôpital en Allemagne, entourée d’inconnus. Elle s’enfuit, réchappe de deux tentatives d’assassinat et rentre par ses propres moyens sur Paris. Peu à peu, plane autour de sa personne un mystère diffus, un sentiment de fausseté qui sera révélé dans la deuxième partie du texte.

Puis on change de dimension avec l’irruption des forces de l’ordre et notamment de l’ex commissaire Eliah Daza. Le grand œuvre de Kurtz se met en place et les tenants et aboutissants se font plus clairs. Les pièces se mettent en place et la menace se précise. Inutile de vous dire que le suspens bat son plein jusqu’au final, le tout orchestré sous forme de chapitres très courts de six pages maximum passant de protagonistes en protagonistes en nous laissant sur la touche! C’est remarquablement bien construit et à aucun moment l’ennui ne s’installe. À noter que les auteurs ont glissé à la fin du récit des facs-similés des carnets intimes rédigés par Kurtz afin de justifier certains de ces actes et lever le voile sur certaines ellipses du récit.

Mais voila… nul n’est parfait et j’ai trouvé cet ouvrage un ton en dessous des précédents. La faute essentiellement à nombre d’invraisemblances qui parsèment ce volume, des événements qui ne collent pas, que les auteurs ont rajouté pour augmenter la dose de terreur mais qui au final alourdissent et font perdre en crédibilité au récit. Du coup, on y croit moins contrairement aux deux premiers tomes excellents en terme de réalisme et de cohérence. De plus, les auteurs se répètent, ressassent et semblent parfois faire du surplace (les états d’âme des personnages c’est bien... mais faut pas pousser!). Enfin des expressions reviennent régulièrement et traduisent de façon très visible la médiocrité littéraire de l’ensemble déjà remarquée dans le volume 1 Predation (l'expression "le cœur au bord des lèvres" revient 8 fois en 500 pages).

Avis mitigé donc pour Instinct. Je ne vais pas pour autant bouder mon plaisir face à une trilogie vraiment prenante qui, même si elle ne se termine pas dans l’apothéose désirée, est réussie et a le mérite de tenir en haleine ses lecteurs.

mercredi 29 février 2012

"Stigmate" de Jérôme Camut et Nathalie Hug

stigmateL'histoire: Quand les victimes d'un monstre fascinant et obscène se lancent sur les traces du prédateur qui a dévasté leur vie, elles ignorent qu'elles n'auront pour seules issues que la fuite, la mort ou... les voies de l'ombre.

J'ai de l'amour pour mes chiens d'attaque. Certains il a fallu les tabasser, d'autres pas. Il n'y a pas de règles. C'est ça l'extraordinaire chimie de la nature humaine. C'est passionnant. Approche-toi, ami voyeur. Et n'aie pas honte de ton vice. Viens pénétrer le monde d'un artiste du crime. Il est temps que je me présente et que j'offre ma réflexion à la multitude.

Kurtz

La critique de Mr K: Dans l'enthousiasme de ma lecture du premier volume, Prédation, voici aujourd'hui mon compte-rendu sur le suivant: Stigmate. Je n'ai pas pu résister très longtemps vu le suspens dans lequel nous avaient laissé les auteurs. L'histoire reprend quelques semaines après les derniers faits relatés dans Predation. Rufus a disparu ainsi que Kurtz et les prisonniers-esclaves de l'odieux tortionnaires sont libres... du moins physiquement! Car ça tourne à plein régime dans leurs cerveaux désormais malade: la vengeance comme l'état qui anime Michèle veuve inconsolable naviguant à vue dans sa solitude, le pardon comme Thomas a su le donner à son geôlier, la désorientation la plus totale pour Andréas qui ne se contrôle plus et a peur pour sa fille Clara... Au delà de leur emprisonnement, Kurtz joue encore avec leurs vies et croyez moi ce n'est pas fini!

Dans la digne lignée du premier, on retrouve tous les points forts du premier opus. Un sens millimétré du suspens tout d'abord, avec des chapitres courts qui laissent pantelant le lecteur et l'oblige à poursuivre sa lecture jusqu'à parfois très très tard... C'est avec un plaisir non dissimulé que l'on retrouve des personnages connus dans la suite de leur cauchemar. Loin de calmer le jeu, les auteurs le complexifient en donnant notamment davantage la parole au génie du mal. Ainsi un chapitre sur trois / quatre en moyenne est consacré à l'exposition d'une partie du manuscrit de Kurtz: Les voies de l'ombre. Il faut s'accrocher car il s'agit d'un ramassis d'horreurs sur la nature supposée soumise de l'homme et autres bêtises du même acabit. Là où c'est prenant, c'est qu'on a vraiment l'impression de pénétrer dans l'esprit dérangé d'un fou sanguinaire. En parallèle, on voit les applications de ces paroles en suivant les différentes victimes qu'il a semé en route et qui ont survécu.

Avec ce deuxième opus, on fait un pas de plus vers l'horreur. Moins concentré sur les sévices, il est davantage question vous l'avez compris d'explorer les fêlures des êtres humains avilis par un monstre. Ce dernier, manipulateur hors-norme, tient toujours les ficelles et joue habilement pour arriver à son grand projet. Et oui! Jusqu'à maintenant tout n'était qu'entraînement et préparation, vers la fin du présent volume, s'esquisse un objectif bien plus important qui sera exploré dans la troisième partie de ce cycle. Pour certains personnages, Stigmate est une véritable traversée des Enfers mêlant haine, désir de meurtre, alcoolisme, camisole chimique et autres dérivatifs de la réalité... N'espérez aucune pitié des auteurs à votre endroit, des personnages que vous adorez vont encore s'en prendre plein la figure voir disparaître à jamais... ces deux écrivains sont diaboliques!

Une bien bonne lecture donc! Même si l'écriture reste moyenne (mais on s'y fait à la longue), l'envie d'en lire plus l'emporte largement et il est vraiment très difficile de se détacher de l'histoire. D'ailleurs, il faut que je vous laisse car le volume 3 Instinct m'attend! À découvrir!

vendredi 24 février 2012

"Predation" de Jérôme Camut et Nathalie Hug

pred'L'histoire: Un cadavre dénudé est découvert dans une friche industrielle, la main droite est déchiquetée. Un homme se tire une balle en pleine tête, dans un centre commercial bondé. Un jeune père, dressé comme un chien, est tourmenté sans relâche au fond d'un cachot sans porte ni fenêtre. 

Aucune piste, aucun lien, aucun mobile... Qui sont ces hommes? Pourquoi ont-ils été choisis? Pour quelle mise à mort aberrante?

La critique de Mr K: Predation est le premier volume de la trilogie Les voies de l'ombre (du moins à ce jour!). C'est une série de romans mettant la police aux prises avec un psychopathe d'une rare perversité et intelligence: Kurtz. Être dégénéré, à l'enfance broyée, amateur des Doors et du film Apocalypse Now, il enlève, rééduque et se débarrasse de ses victimes comme il l'entend suivant un plan machiavélique, millimétré et implacable. Depuis le personnage d'Hannibal dans les œuvres de Thomas Harris, je n'avais pas rencontré un tel "génie du mal". Âmes sensibles s'abstenir car la descente est rude et toute trace de raison disparaît au profit de la folie la plus pure et la plus sombre! Sachez simplement que Kurtz mène le jeu et qu'il ne connaît aucunement la pitié et la commisération.

Face à Kurtz, on suit les pérégrinations de quelques policiers typiques: le vieil inspecteur à qui on la fait pas en pleine dépression (Rufus), la coéquipière sympathique un peu jeune dans le métier et volontaire (Cécile), le légiste lugubre à souhait et plus étonnant, un commissaire plutôt cool avec ses troupes et facilitant le travail de ses hommes. La tension dans l'équipe d'enquêteur ne vient donc pas des conditions de travail (ce qui est souvent le cas dans ce type de livre) mais plutôt de la prise de conscience de la nature du monstre qu'ils doivent combattre. Insaisissable mais proche à la fois, les indices sont rares et les rares survivants de ses méfaits sont incapables de se remettre de leur épreuve. Ils sont transformés et irrémédiablement différents. La manipulation est de mise et les auteurs s'en donnent à cœur joie pour égarer le lecteur et le faire frémir: pour cela, ils sont très efficaces! Essayez aussi ne pas trop vous attacher aux personnages principaux, vous pourriez être très déçus... les auteurs ne les ménagent pas et attendez-vous à des changements de taille!

Le livre se lit très vite car dès les premières pages on est pris par l'histoire et touché en plein cœur par certains personnages. Pour ma part, j'ai adoré le traitement clinique qu'ont adopté les auteurs pour nous présenter et nous livrer le personnage d'Andréas, la dernière victime de Kurtz qui découvre ses conditions de détention extrêmes et le deal que lui propose son tortionnaire. Les chapitres sont courts et s'enchainent à vitesse grand V! Petit bémol, j'ai trouvé l'écriture très moyenne (pourtant ils se sont mis à deux pour écrire), les auteurs se bornant à faire des phrases simples donnant un effet "liste de course" à certains passages qui auraient gagnés en noirceur en rallongeant les phrases et en densifiant les détails. Mais finalement, on finit par s'habituer et l'ensemble des éléments fournis s'imbriquant de façon parfaite, on ne perd rien à cause de ce défaut.

Après la lecture de ce livre, je voulais enchaîner sur tout autre chose. Malheureusement, la fin ne laisse aucune chance à l'heureux lecteur que je suis d'échapper à l'emprise de Kurtz et consorts. Comme ma mère m'a prêté les tomes 2 et 3, j'ai enchainé directement sur Stigmate, le volume 2 qui d'ors et déjà s'annonce aussi bon que celui-ci, mais vous le saurez bientôt dans une chronique à venir. En attendant, je ne peux que vous conseiller très fortement de tenter l'expérience même si elle s'avère extrême et éprouvante. Un excellent plaisir coupable de plus!


mardi 22 novembre 2011

"Chroniques de la Lune Noire" vol 0 de Angleraud et Froideval

chroniques-de-la-lune-noire-bd-volume-0-simple-27755L'histoire: Wismerhill Premier, Empereur de Lhynn, haut seigneur de la négation, guerrier, magicien, prêtre de la Lune Noire dont il fut le vassal avant de le trahir, fut aussi, il y a longtemps, un enfant, pièce infime d'un jeu cruel inventé aux Enfers, voici le début de sa terrible histoire qui devait changer à jamais la face d'un monde... Il était une fois...

La critique de Mr K: C'est à l'occasion de notre séjour à Nantes pour aller aux Utopiales que ma Nelfe adorée m'a acheté le volume 0 des fameuses chroniques qui m'ont tant plû en leur temps (voir liste des articles en fin de post). Je n'étais d'ailleurs même pas au courant de la sortie de cette préquelle que je n'attendais même pas. Comme quoi la vie est parfois bien faite!

Soyons clair dès le début, ce volume ne peut pas être considéré comme un tome à part entière de la série. Il appartiendrait plutôt aux Arcanes de la Lune Noire où l'on retrouve les débuts de Pilou, Ghorghor et de ce niais de Parsifal dans trois autres tomes bien distincts (et que je n'ai toujours pas! Aaaarg!). Bon, comme là c'est Wismerhill, Froideval s'est sans doute dit qu'il y avait un coup marketing à faire donc un beau 0 orne la tranche de ce volume. Mais qu'en est-il du contenu?

Dans les 46 planches de "En ce jeu cruel" (titre officiel), on suit donc Wismerhill depuis ses origines à sa rencontre sylvestre avec Pilou (début du volume 1). Toute la génèse, précédant la naissance du futur Empereur est fort intéressante et diabolique à souhait. Le monde est un échiquier et les démons se chargent de bouger les pièces et de créer ou détruire les vies de tout être vivant. C'est bien tripant et on est d'emblée pris dans le jeu. Rajoutez à cela une belle dame de la noblesse qui s'ennuie à mourir en haut de la tour de son château (son mari préfère la délaisser et boire... le con!) et tout est mis en place pour la suite.

Mais voilà, ca reste classique et ça ne décolle jamais. Vous imaginez bien que la belle va être engrossée par un être qui n'est pas son mari, que celui-ci va s'en rendre compte et va mener la vie dure à ce bâtard non désiré (beaucoup de point commun avec le personnage de Jon Snow dans la série du Trône de fer d'ailleurs -1 et 2-). Je n'ai pas été une seule fois surpris durant tout l'ouvrage ce qui ne veut pas dire pour autant qu'il ne vaut pas le détour, surtout si on est fan de la saga.

Tout d'abord, on retrouve l'humour propre à la série, rappelons ici qu'il est rare d'en trouver dans ce genre si sérieux (parfois trop) qu'est l'héroïc fantasy. C'est potache, parfois théâtral (y'a du quiproquo par moment) mais perso j'adhère! Autre qualité, les dessins! Angleraud a été un très bon choix pour illustrer cette préquelle passant sans ambage de l'épique (la drague du démon, les vents qui accompagnent le nouveau né) à l'intime (le vieux noble et ses chiens, les conneries de Wismerhill enfant...) mais toujours avec beaucoup de réussite!

Mon avis est donc partagé entre la joie des retrouvailles avec un univers que j'adore et l'impression tout de même de n'être qu'un portefeuille ambulant tant je trouve que ce tome 0 manque de profondeur et d'originalité. Enfin... ça ne l'empêchera pas de retrouver ces petits camarades dans notre bibliothèque à BD. Avis aux amateurs!

A lire également:
Les chroniques, volumes 1, 2 et 3
Les chroniques, volumes 4, 5 et 6
Les chroniques, volumes 7, 8 et 9
Les chroniques, volumes 10, 11 et 12
Les chroniques, volumes 13 et 14

lundi 21 novembre 2011

"Vomi soit qui malle y pense" série Le Poulpe, Gérard Lefort

vomiL'histoire:   Au fin fond de l'ouest armoricain, sur une vicinale du diable, Michel Gourlaouen, un local décalé, se fait dessouder au bazooka. Parce qu'il en savait trop, ou pas assez, sur certains trafics indigènes qui vont de malle en pire. Tout le monde s'en fout, sauf le Poulpe, plus que jamais assoiffé de libertinage justicier.
Un western breton, sans la queue d'un cow-boy ni la plume d'un Indien.

La critique de Mr K: Retour au polar avec une des meilleures enquêtes de Gabriel Lecouvreur qui en plus de brûler mon esprit m'a fait passer un excellent moment en terre bretonne. Ça commence fort avec un local imbibé au volant de sa voiturette électrique qui se fait délester de son existence à coup de bazooka en pleine campagne finistérienne, terre d'origine de Mr K. Ça c'est du pitch de départ qui donne envie de poursuivre! Comme d'habitude, on retrouve le Poulpe en début de chapitre 2 dans son repaire éthylique parisien, le journal à la main (en l'occurrence ici Ouest France) et ce fait divers étonnant va attirer son attention. C'est alors parti pour une plongée sans fard (ni phare d'ailleurs!) dans la Bretagne profonde...

Ce livre n'est vraiment pas triste. Comme dans tout Poulpe qui se respecte, on rencontre nombre de personnages truculents mais aussi des êtres plus inquiétants. Ainsi, vous aurez le plaisir de rentrer avec Gabriel dans des rades perdus dans le trou du cul de la Terre avec son quota d'humains tournant à la bière et au chouchen, dignes héritiers d'Audiard quand il s'agit de déclamer absurdités et autres pensées alcoolisées. Pas de Poulpe non plus sans fachos, ici des intégristes bretons capables d'aller très loin dans la connerie et l'horreur pour leur lutte indépendantiste. Bref, le fana que je suis de cette série n'est pas perdu et s'est drôlement poilé.

Par contre, on voit beaucoup moins Chéryl dans cet opus (soupir), juste le temps d'une petite visite de Gabriel à son salon de coiffure avant de partir pour le phare-ouest. Mais la gente féminine est heureusement présente plus tard dans le petit bourg où Gabriel va poser ses valises. Le Poulpe va devoir se frotter à la rudesse et la malignité d'une tenancière d'hôtel des plus inquiétantes et cela va donner lieu à une scène chargée en tension.

L'écriture de Gérard Lefort (journaliste à Libé et ex chroniqueur sur Canal+) convient à merveille avec l'univers «poulpesque». L'argot et la familiarité se marient à la perfection et renforce l'intrigue tout en humanisant au maximum les personnages. J'ai rarement autant ri en lisant et ça fait un bien fou! D'une lecture très rapide, je n'ai pas vu le temps passer et quoique court, ce récit est complet et se suffit à lui même. Une bien bonne lecture!

Aussi chroniqués au Capharnaüm Éclairé:
- Nazis dans le métro
- J'irai faire Kafka sur vos tombes
- Du hachis à Parmentier

Posté par Mr K à 19:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 17 novembre 2011

"Le trône de fer, intégrale 2" de George R. R. Martin

trone2L'histoire: Le royaume des sept couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver: par-delà le mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer. Tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors, s'en sortiront indemnes...

La critique de Mr K: Reprise du boulot oblige, il m'a fallu un peu plus de temps pour lire la suite des pérégrinations des nombreux personnages de cette saga tout bonnement fabuleuse. Oui, je confirme, cette série est une véritable bombe et sans se contenter de réutiliser les mêmes recettes que le premier volume, Martin sait se renouveler et surprendre pour le plus grand plaisir du lecteur. Pas facile quand on sait que le présent volume compte 955 pages... Il comprend les romans suivants: La Bataille des rois, L'Ombre maléfique et L'Invincible forteresse.

J'ai enchaîné directement sur cette lecture après celle du volume 1, impossible de résister après le plaisir éprouvé lors de ma précédente incursion. On reste en terrain connu, la carte et la liste des personnages n'a pas évolué (à part deux nouveaux narrateurs-personnages dont un déjà entrevu) mais l'intrigue se complique encore plus et de nouvelles ramifications voient le jour, des rapports nouveaux s'instaurent entre les personnages, le tout sous fond de conflit ouvert pour la domination du royaume des sept couronnes. On retrouve aussi les méandres des complots et autres manipulations propres à la conquête du pouvoir (Amour, gloire et cruauté -sic-). On croyait avoir tout lu et ben non! Martin en remet des couches entières et l'on se retrouve de nouveau dans un récit digne des meilleures montagnes russes entre espoirs, désillusions et pragmatisme politique.

L'écriture fait toujours merveille, jamais trop pesante avec de véritables morceaux de bravoure (récits de bataille, intrigues de la cours...). C'est fluide et les pages se tournent toutes seules malgré la taille conséquente du présent volume. On passe par tous les états émotionnels possibles entre exaltation et admiration jusqu'au dégoût et la tristesse. C'est éprouvant croyez-moi... mais c'est tellement bon!

Je vais tout de même faire une pause jusqu'en 2012 histoire de ne pas finir monomaniaque même si la tentation était grande d'embrayer sur le volume 3. Il faut raison garder et ma PAL fourmille de livres qui me font de l'œil. Quant à celui-ci, il va aller rejoindre son petit frère sur l'étagère sans que j'ai spoilé une seule fois! Un miracle quand on connait cette œuvre. Une belle et grande lecture que je ne saurai trop vous recommander! Vive la maison Stark!

Posté par Mr K à 17:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 8 novembre 2011

"Le trône de fer, intégrale 1" de George R. R. Martin

9782290019436_LeTroneDeFerIntegraleT1_CouvSERIE_BDL'histoire: Le royaume des Sept Couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver: par-delà le Mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer. Tous les coups sont permis et seuls les plus forts ou les plus retors, s'en sortiront indemnes... 

La critique de Mr K: Encore une excellente lecture à mon tableau de chasse. C'est en parcourant mon magazine ciné préféré (Mad movies pour ne pas le citer) que j'ai entendu pour la première fois parler de cette série hautement appréciée par les puristes. Mad movies en parlait car la première saison de l'adaptation télé a fait un carton et a débarqué il y a peu en France. Je me suis donc penché sur le sujet et grand bien m'en a pris tant ce premier volume d'intégrale comprenant les deux premiers romans de la série Le trône de fer et Le Donjon rouge se range sans rougir à côté des oeuvres de Tolkien ou de Feist. 

Dans ce premier volume, on est tout d'abord dans la mise en place et la présentation des protagonistes. Il y a quelque chose de pourri dans le royaume des Sept Couronnes et peu à peu le voile se lève sur les réelles motivations de chacun: des rancunes tenaces entre les grandes familles du royaume, des êtres innocents sacrifiés, la raison d'État qui l'emporte sur l'honneur et l'amitié, autant d'éléments parmi tant d'autres que vous allez devoir encaisser tout au long des 786 pages de ce premier tome de l'intégrale. Croyez-moi, c'est pas de tout repos tant s'accumulent manœuvres et coups bas. À ce propos, évitez de trop vous attacher aux personnages: on ostracise, on trucide et on décapite à tout va et on passe par tous les états, nous pauvres lecteurs naïfs! 

Le background, les personnages, les faits sont incroyables de finesse, de profondeur et de cohérence. On y croit d'autant plus que le monde qui nous est ici présenté se rapproche davantage de notre moyen-âge que l'héroïc-fantasy pure et dure. Cependant quelques éléments parsemés dans l'œuvre relèvent du fantastique, notamment une obscure menace qui plane au delà du Mur au nord de Winterfell. Pour autant, 90% du récit s'attache à relater les luttes d'influence et de pouvoir entre Stark, Barathéon, Lannister et consorts... À ce propos, l'auteur, toutes les dix pages environ, change de chapitre et, à la même occasion, de focalisation. C'est extrêmement bien pensé et donne encore plus de relief à ce récit haut en couleur et captivant comme peu d'autres. 

Je ne rentrerai pas dans les détails pour ne pas spoiler mais sachez qu'à mes yeux cette série littéraire a un fort potentiel addictif surtout que le style est un plaisir de tous les instants, à mi chemin entre l'efficacité brute d'un Feist et la poésie inhérente à l'œuvre de Tolkien. Je dois confesser que pendant mes quatre jours de lecture dans le Périgord, je n'ai pas fait grand chose d'autre et que j'ai vécu une expérience peu commune. Dans mon élan, j'en ai profité pour acquérir les trois autres tomes de l'Intégrale (pour l'instant la série du Trône de fer compte 12 volumes + 1 préquelle soit quatre volumes d'intégrales). J'ai entamé le volume 2, gageons que la suite soit aussi réussie! Un must du genre à lire de toute urgence!

Posté par Mr K à 15:22 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 19 octobre 2011

"Le Tailleur de pierre" de Camilla Läckberg

tailleurL'histoire: "La dernière nasse était particulièrement lourde et il cala son pied sur le plat-bord pour la dégager sans se déséquilibrer. Lentement il la sentit céder et il espérait ne pas l'avoir esquintée. Il jeta un coup d'oeil par-dessus bord mais ce qu'il vit n'était pas le casier. C'était une main blanche qui fendit la surface agitée de l'eau et sembla montrer le ciel l'espace d'un instant.
Son premier réflexe fut de lâcher la corde et de laisser cette chose disparaître dans les profondeurs..."
Un pêcheur de Fjällbacka trouve une petite fille noyée. Bientôt, on constate que Sara, sept ans, a de l'eau douce savonneuse dans les poumons. Quelqu'un l'a donc tuée avant de la jeter à la mer. Mais qui peut vouloir du mal à une petite fille?
Alors qu'Erica vient de mettre leur bébé au monde et qu'il est bouleversé d'être papa, Patrik Hedström mène l'enquête sur cette horrible affaire. Car sous les apparences tranquilles, Fjällbacka dissimule de sordides relations humaines - querelles de voisinage, conflits familiaux, pratiques pédophiles - dont les origines peuvent remonter jusqu'aux années 1920. Quant aux coupables, ils pourraient même avoir quitté la ville depuis longtemps. Mais lui vouer une haine éternelle.

La critique Nelfesque: Me voici plongée dans la lecture d'une nouvelle aventure d'Erica Falck et Patrik Hedström, avec ce troisième tome de Camilla Läckberg qui m'a été offert pour mon anniversaire par mes beaux-parents (ne me souhaitez pas "bon anniversaire", je suis affreusement en retard pour la mise en ligne de ce billet!).

J'aime cet auteur, j'aime la littérature qui vient du froid, j'aime l'ambiance qui se dégage de ces romans et l'attachement que l'on peut éprouver pour les personnages de cette saga. C'est donc presque conquise d'avance que j'ai entamé la lecture de ce "Tailleur de pierre".

Dans ce présent volume, Erica Falck vient d'accoucher. De grands bouleversements dans sa vie, un baby blues pointant le bout de son nez, elle est beaucoup plus en retrait dans l'enquête. Pour les fans de ce personnage, la déception peut poindre mais elle ne sera pas en reste pour autant et tiendra un rôle important dans la trame de l'histoire. Elle est encore bien présente, n'ayez pas d'inquiétude! C'est par là même, l'occasion de découvrir plus en profondeur le personnage de Patrik Hedström. Dans "Le Tailleur de pierre", c'est lui qui mène la barque. 

Le roman démarre sur les chapeaux de roue avec la découverte d'un corps qui n'est autre que celui de la fille d'une amie proche d'Erica. Qui peut bien vouloir la mort d'un enfant? Quels secrets pèsent sur cette famille? Que vient faire l'histoire de ce tailleur de pierre surgissant du passé et qui vient égrainer le récit? Autant de questions qui hantent le lecteur avec comme trame de fond la condition féminine, les ambitions et la maternité. L'histoire se déroulant dans les années 20 est vraiment digne des plus grandes saga familiales et montre comment l'éducation façonne toute une vie. Les personnages sont forts, orgueilleux et rancuniers.

D'autres thèmes sont présents dans ce roman. Celui de la jalousie et des querelles de voisinage principalement, laissant entrevoir quelques pistes pour la fin du roman mais baladant plus le lecteur qu'autre chose... Le syndrôme d'Asperger, sorte d'autisme, est également mis en avant. Pour beaucoup de lecteurs ce sera l'occasion d'une découverte de cette maladie peu connue du grand public. Avec son personnage atteint de ce syndrôme, Camilla Läckberg évoque le poids du regard sur les gens "différents" et les à priori liés à cette maladie.

Vous l'aurez compris, ce Läckberg ratisse large! Pour moi, c'est pour l'instant le meilleur de la saga. Le lecteur connait maintenant bien les personnages, prend plaisir à les retrouver et à faire la connaissance de nouveaux qui ne sont pas en reste question drames familiaux et destins torturés... Pour couronner le tout, l'enquête est vraiment prenante. Une lecture que je conseille bien évidemment!

A lire également:
- "La Princesse des glaces"
- "Le Prédicateur"