vendredi 18 janvier 2013

"Le trône de fer: Les dragons de Meereen" (vol. 14) de George R. R. Martin

9782756408552-600-600

ATTENTION CRITIQUE À HAUTE CONTENANCE DE SPOILERS!!!

L'histoire: À présent que Stannis Baratheon est parti reprendre Winterfell aux Bolton pour s'assurer la domination du Nord, Jon Snow est redevenu le seul maître du Mur. Cependant, le roi autoproclamé a laissé sur place Mélisandre, la prêtresse rouge, qui semble décidée à apporter son aide au bâtard. Les flammes lui révèlent l'avenir, mais quel avenir?

À Meeren, la situation s'enlise: le blocus du port par les esclavagistes ne semble pas vouloir prendre fin, et Daenerys refuse d'envoyer ses dragons y mettre un terme flamboyant. L'enquête visant à démasquer les fils de la Harpie, coupables des meurtres qui ensanglantent le pouvoir, piétine elle aussi. Seul un mariage pourrait dénouer la situation, mais les prétendants sont nombreux et les conséquences hasardeuses. Quant aux Lannister, ils vont devoir attendre encore un peu avant de pouvoir décoller la tête de leur lutin de frère: le ravisseur de Tyrion a de tout autres projets pour ce dernier...

La critique de Mr K: J'ai réussi à patienter quelque mois avant de lire le 14ème volume de la série. Ma belle mère adorée me l'a offert pour Noël (je soupçonne fortement Nelfe de le lui avoir soufflé!) et dès que j'eus fini L'Oeil de Caine, je me jetais avidement dessus et le buvait jusqu'à la lie en deux jours. Un pur bonheur une fois de plus, cet auteur est décidément diabolique et sacrément malin car j'ai l'étrange sentiment que cette histoire pourrait durer encore quelques dizaines de volumes. Et dire que je souhaite un jour me lancer dans le cycle de La Compagnie Noire de Glen Cook qui est aussi une très longue série... pauvre de moi!

Dans la suite logique du précédent volet, on retrouve tout d'abord Jon qui a fort affaire sur le Mur. L'hiver n'arrête pas d'arriver et la menace se fait de plus en plus insidieuse. Les hommes râlent, Mélisandre nourrit quelques intrigues et sa petite sœur Arya lui manque et va être donnée en mariage au fils batard Bolton d'une cruauté sans nom (style le personnage de William dans Les Piliers de la Terre en pire, c'est dire!). On retrouve aussi Theon (alias Schlingue) de retour à Winterfell pour le fameux mariage qui doit définitivement rallier le Nord au trône Lannister. la tension est palpable et les révélations nombreuses quoique pas définitives... Il est malin, je vous l'avais dit!

De l'autre côté de l'océan, j'ai retrouvé avec le plus grand plaisir Tyrion mon personnage préféré qui ici est en butte avec un ravisseur râleur aux objectifs pas clairs. On suit leurs pérégrinations vers Meeren jusqu'à ce qu'un incident majeur change une nouvelle fois la donne. M'est avis que Tyrion n'a pas fini d'en voir de toutes les couleurs. Un peu plus au Nord, on suit aussi Daenyris la blanche qui a fort à faire face à l'ennemi intérieur et ses rivaux des cités voisines. Ce n'est pas ce volume qui va la faire remonter dans mon estime tant je trouve qu'elle tergiverse trop et ne semble pas vraiment prendre les problèmes à bras le corps (quand on est souverain, il me semble impossible d'être juste et parfait pour asseoir son autorité). Grosse déception, les dragons qui donnent son titre à ce quatorzième volume ne sont à aucun moment vraiment décrits ou évoqués... Entre ces deux faisceaux, on retrouve quelques personnages secondaires dont on prend par la même occasion quelques nouvelles (Davos et Jaime notamment).

Bonne et rapide lecture, Martin avance ses pions petits à petits et nous réserve encore bien des surprises. Le style inimitable est toujours là, le souffle épique aussi et on est littéralement plongé dans cet univers de complots et d'aventures. Les personnages gagnent encore plus en profondeur et l'ensemble se complexifie à merveille. Idéal pour que le pauvre lecteur-addict geigne en pensant qu'il devra attendre un peu avant de lire la suite... Au moment où j'écris (10 janvier), le volume 15 est sorti depuis un jour. Je vais essayer de me donner minimum un mois avant de replonger dans le royaume des sept couronnes... Point trop n'en faut!

Lu, chroniqués et adorés du même auteur:
- Le trône de fer, intégrale 1
- Le trône de fer, intégrale 2
- Le trône de fer, intégrale 3
- Le trône de fer, intégrale 4
- Le trône de fer, Le bûcher d'un roi, volume 13

Posté par Mr K à 19:40 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 30 décembre 2012

"L'Epouvanteur, Tome 2 : La Malédiction de l'Epouvanteur" de Joseph Delaney

epouvanteur 2L'histoire: "Voilà six mois que tu es l'apprenti de M. Gregory", me dit maman. Tu as déjà été témoin de bien des événements. A présent, l'obscur t'a remarqué et va tenter de te neutraliser. Tu es en danger, Tom. Toutefois, rappelle-toi ceci lorsque tu seras un homme, mon fils, ce sera au tour de l'obscur d'avoir peur, car tu ne seras plus la proie, tu seras le chasseur. C'est pour cela que je t'ai donné la vie." L'Épouvanteur et son apprenti, ornas Ward, se sont rendus à Priestown pour y achever un travail. Dans les profondeurs des catacombes de la cathédrale est tapie une créature que l'Épouvanteur n'a jamais réussi à vaincre. On l'appelle le Fléau. Tandis que Thomas et M. Gregory se préparent à mener la bataille de leur vie, il devient évident que le Fléau n'est pas leur seul ennemi. lanquisiteur est arrivé à Priestown. Il arpente le pays à la recherche de tous ceux qui ont affaire aux forces de l'obscur! Thomas et son maître survivront-ils à l'horreur qui s'annonce?

logo-epub

La critique Nelfesque: Après avoir lu le premier tome il y a quelques mois dans le cadre d'une lecture commune, je me suis dis que la période de Noël était un excellent moment pour poursuivre cette saga. Je ne lis pas énormément de livre jeunesse mais comme à Noël on retrouve tous un peu notre âme d'enfant, allons-y!

Encore une fois, ce tome est très court. C'est un peu le défaut que je trouve à cette saga pour l'instant (je suis loin de l'avoir terminée donc on verra avec le temps comment cela évolue) car il est difficile de développer comme il se doit les personnages et les intrigues en si peu de pages. Ce roman n'est pas bâclé pour autant mais l'ensemble manque de consistance et c'est fort dommage car il y aurait matière à décrire tout un univers vraiment intéressant.

Les évènements s'enchaînent. On en apprend un peu plus sur le passé de l'Epouvanteur et c'est tant mieux car ça le rend un peu plus "humain". Ce dernier, diminué par une maladie, va devoir faire face à une ancienne tâche fort ardue et mise de côté depuis de nombreuses années. Il va être secondé de nouveau par son apprenti, Tom, qui se montre de plus en plus courageux et va même devoir prendre quelques initiatives ici au péril de sa vie. Bon, disons le tout net, c'est un roman jeunesse... On se doute bien que "le péril de sa vie" est tout relatif ici et que Joseph Delaney ne va pas faire mourir dès le deuxième tome son jeune héros... Du coup on ne tremble pas vraiment et encore une fois je trouve que les déroulements sont beaucoup trop rapides et un peu "improbables" pour vraiment nous toucher mais l'histoire est sympathique et malgré tout on tourne les pages avec plaisir.

Nous retrouvons également Alice, la jeune sorcière, amie de Tom. De tous les personnages, c'est sans doute elle la plus complexe et c'est un peu cette dernière qui me fait poursuivre cette saga. J'ai envie de savoir où l'auteur va nous mener avec cette jeune fille ambigüe. On sent que la frontière est mince entre le bien et le mal chez elle et ça ne m'étonnerait pas que le vent finisse par tourner à un moment donné.

L'Inquisiteur fait également son apparition dans ce tome ainsi que de nombreux personnages religieux. On retrouve bien l'univers moyen-âgeux avec la main-mise de l'Eglise sur la société et la "folie" inquisitrice. Mr Grégory, l'Epouvanteur, doit également faire face à cette menace qui met un peu de piment dans ce tome.

Je vais poursuivre ma découverte de cette saga avec intérêt en espérant que l'on rentre encore plus dans les profondeurs du mal car on sent un réel potentiel de ce côté là. Mais bon, jusqu'où Joseph Delanay peut-il aller dans un roman destiné aux jeunes ados? A suivre donc...

A lire également de même auteur:
- "L'Epouvanteur, Tome 1 : L'apprenti épouvanteur"

Posté par Nelfe à 15:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 13 décembre 2012

"La bête au bois dormant" série le Poulpe, Robert Deleuse

21428

L'histoire: Gabriel apprenant la mort de Serge Roussel, un de ses anciens camarades de camp disciplinaire, décide d'aller y voir de plus près. Il découvre que son ami était guide en montagne et que pour améliorer son ordinaire, il avait accepté de faire passer des clandestins d'Italie en France. Jusqu'au jour où il se fait éliminer. Enquêtant au sein de compagnies de transports européennes, le Poulpe se retrouve confronté à la bête immonde pas très endormie, dont l'ombre portée obscurcit l'ensemble du globe.

La critique de Mr K: Un petit plaisir aujourd'hui avec une nouvelle aventure du Poulpe à mon actif. Pour ceux qui nous suivent régulièrement, vous connaissez la petit tendresse qui m'envahit lors de mes lectures mettant en scène cet enquêteur hors norme, combattant de première ligne face à l'intolérance et au fascisme ordinaire. Gabriel revient ici et il n'est pas content! Un de ses anciens potes de rébellion est retrouvé mort et les coupables n'ont qu'à bien se tenir... Sauf que très vite, on se rend compte que l'adversaire est de taille!

Une fois de plus, on va voyager avec sieur Lecouvreur. Tout commence comme d'habitude au Pied de porc, le rade attitré du Poulpe, QG improvisé, aux habitués qu'il fait bon de recroiser. Pour les besoins de son enquête, il ira cette fois ci dans le Sud et l'Ouest, et finira chez les helvètes pour un final déconcertant. Pas de rôle important pour Chéryl, sa shampouineuse chérie, petit déception pour moi. On enchaîne avec les chapitres les rencontres ubuesques, véritable plongée dans un univers "grolandesque" à souhait même si la cruauté la plus perfide nous attend au détour de quelques pages bien senties.

Le récit est un peu plus long que d'habitude et les méandres qui le compose sont nombreux et inattendus. Je reste tout de même pour une fois sur ma fin avec un dénouement tarabiscoté et incomplet comme si l'auteur avait voulu en finir vite. Du coup, le lecteur reste dans l'expectative sur le destin de certains personnage et l'enquête à mes yeux n'est pas vraiment clôturée. Au début, j'ai même pensé qu'il y avait sans doute une suite mais après quelques recherches web... nada! Je dois me rendre à l'évidence, ce Poulpe est quelque peu bâclé dans la dernière ligne droite. Dommage car le background était remarquable et les attentes nombreuses.

Pour autant, ce fut une lecture plaisante et un plaisir sans nom de replonger dans le quotidien de Gabriel Lecouvreur. Les dialogues font mouche comme de bonnes répliques d'Audiard et les caractérisations de personnages (en quelques phrases, parfois juste en quelques mots) sont d'une efficacité éprouvée et appréciée. Un petit plaisir coupable en somme.

Autres Poulpe chroniqués au Capharnaüm Éclairé:
- Nazis dans le métro
- J'irai faire Kafka sur vos tombes
- Du hachis à Parmentier
- Vomi soit qui malle y pense
- La petit fille aux oubliettes

Posté par Mr K à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 20 septembre 2012

"Le dernier voeu" d'Andrzej Sapkowski

sorceleur,-tome-1---le-dernier-voeu-167354-250-400L’histoire: Geralt de Riv est un homme inquiétant, un mutant devenu le parfait assassin. En ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipuleurs experts. Contre ces menaces, il faut un tueur à gages à la hauteur, et Geralt est plus qu’un guerrier ou un mage. C’est un sorceleur. Au cours de ses aventures, il rencontrera une magicienne aux charmes vénéneux, un troubadour paillard au grand cœur... et, au terme de sa quête, peut-être réalisera-t-il son dernier vœu : retrouver son humanité.

La critique de Mr K: C’est un beau cadeau d’anniversaire que je chronique aujourd’hui. Miss C qui me l’a offert s’est ainsi vengée de l’addiction qui l’habite depuis qu’elle a mis le nez dans la saga du Trône de fer que je lui avais grandement conseillé. Le premier contact s’est révélé décevant du fait de l’hideuse couverture choisie par l’éditeur qui semble avoir à coeur de battre le concours de la couverture la plus pourrie. Mais comme le disent si bien nos voisins d’outre-manche: Don’t judge a book by his cover. Mesdames et messieurs de chez Milady, vous avez un catalogue fort honorable, rendez lui honneur!

Le Sorceleur est une oeuvre reconnue dans le milieu de la fantasy. Ce recueil est le premier d’un diptyque qui tient lieu de préquelle à la saga centrale. On y retrouve toute une série de nouvelles mettant en scène Geralt de Riv, le fameux sorceleur qui donne son nom à la série. Par petites touches, au fil des pages, Sapkowski égrène de petits détails le portrait de cet être étrange tour à tour inquiétant et séduisant. A la fin de ce premier tome, on en sait suffisamment pour se faire une idée précise de ses motivations et de sa psyché. Tout autour de lui gravitent tout un ensemble de personnages secondaire qui ne sont qu’effleurés pour le moment mais qui sans doute s’étofferont dans les futurs volumes.

Avec Sapkowski on entre dans une héroïc fantasy furieuse et virevoltante à la manière d’un auteur comme Howard, le papa de Conan le Barbare qu’on ne présente plus. Ici l’auteur s’illustre particulièrement dans les scènes de combat mêlant allègrement magie et lames dans un rythme effréné et subtil. Les scènes d’action sont remarquables et l’on assiste littéralement aux scènes qui nous sont décrites. Le style est donc incisif et laisse moins de place aux phases descriptives propre souvent au genre (aaaaah! Tolkien et Martin!). Ce sera mon seul bémol pour ce premier contact avec Sapkowski, j’aurai aimé davantage d’immersion à travers de grands tableaux de lieux et d’ambiances.

Au final, j’ai lu ce volume en très peu de temps avec un plaisir non feint. Je prolongerai le mois prochain avec le volume 2 qui m’a été offert en même temps afin de me forger une opinion plus affermie sur un auteur qui vaut cependant le détour. Work in progress...

Posté par Mr K à 22:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 11 septembre 2012

"Le trône de fer: le bûcher d'un roi" (vol. 13) de George R. R. Martin

bdrATTENTION CRITIQUE À HAUTE CONTENANCE DE SPOILERS !!!

L’histoire: Le destin des Sept Royaumes est sur le point de basculer. A l’Est, Daenerys, dernière descendante de la Maison Targaryen, secondée par ses terrifiants dragons arrivés à maturité, règne sur une cité de mort et de poussière, entourée d’ennemis. Mais alors que certains voudraient la voir passer de vie à trépas, d’autres entendent rallier sa cause, tel Tyrion Lannister, le Lutin, dont la tête vaut de l’or depuis qu’il s’est rendu coupable du meurtre de son père, Tywin.

Au Nord, où se dresse l’immense Mur de glace et de pierre qui garde la frontière septentrionnale des Royaumes, Jon Snow, le bâtard de feu Eddard Stark, a été élu 998ème Commandant en chef de la Gard de Nuit, mais ses adversaires se dissimulent des deux côtés du Mur, y compris parmi les troupes de Stannis Baratheon qui ont élu domicile dans ces contrées glacées.

La critique de Mr K: Ca y est! J’ai franchi le rubicond! Incapable d’attendre la sortie du volume 5 d’intégrale, je me suis lancé avidement dans la lecture de ce fameux volume 13. C’est avec un plaisir sans borne que j’ai tout d’abord retrouvé Tyrion qui est mon personnage fétiche. Totalement absent du volume 4 de l’intégrale, on le retrouve ici pendant sa fuite de Port Réal suite au meurtre de son géniteur. Devenu parricide indésirable, il traverse le détroit pour se retrouver dans les terres des cités libres. Bien qu’affaibli, il n’a rien perdu de son hardiesse verbale et de ses qualités d’intrigueur. Faisant la connaissance de maître Illyrio (aperçu au début des pérégrinations de Daenyris), il est envoyé vers la princesse Dragon qui est confrontée à de multiples périls dans sa cité de Meeren. Perso, je n’adhère pas trop à ce personnage depuis le début mais dans ce tome je trouve que Daenyris gagne en épaisseur. Les mauvaise langue diront que ce n’est pas trop tôt.

Autre grand plaisir, celui de retrouver Jon Snow sur l’immense mur de glace qui protège Westeros de l’hiver qui est censé venir depuis déjà quelques volumes. Me voila rassuré, il arrive plus froid et mortel que jamais. Entre les manigances des ennemis du batard Stark, la quête de la corneille à trois yeux par Bran et ses compagnons, on entraperçoit un peu plus précisément la menace qui guette les Sept Royaumes. Cela donne lieu à de furieux combats contre ces êtres blancs non morts aux yeux bleus fluorescents et à des tableaux apocalyptiques de l’avancée de l’hiver. En plus, à travers Bran et Jon, on fait plus ample connaissance avec les capacités des zomans, ces mystérieux hommes capables de pénétrer les esprits et de les posséder. Du coup, on suit le point de vue de loups, d’aigles et autre bêtes.

J’ai adoré ce volume mais bon... ceux qui me lisent régulièrement ne seront pas surpris. Le talent de l'auteur est intact après 5 ans d'absence, l’histoire très maîtrisée et on en redemande encore et encore. Dur dur d’attendre la suite tant il reste d’éléments en suspens. Je pense notamment à la pauvre Brienne restée au bout d’une corde à la fin du volume 4... mon Dieu, pourvu qu’il ne la fasse pas périr! Un très bon livre en tout cas que ce volume 13, à l’image de cette saga qui décidément ne redescend jamais en intensité et en qualité littéraire. Chapeau bas l’artiste!

Lu et aussi adorés (sic!) du même auteur:
- Le trône de fer, intégrale 1
- Le trône de fer, intégrale 2
- Le trône de fer, intégrale 3
- Le trône de fer, intégrale 4

Posté par Mr K à 16:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 15 août 2012

"Le trône de fer, intégrale 4" de George R. R. Martin

couverture-23317-martin-g-r-r-le-trone-de-fer-l-integrale-4L'histoire: Le royaume des sept couronnes est sur le point de connaître son plus terrifiant hiver: par-delà le mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer. Tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors, s'en sortiront indemnes...

La critique de Mr K: Il s'agit du dernier volume d'intégrale du Trône de fer paru à ce jour. Il était dans ma PAL depuis un petit bout de temps et j'ai profité de nos vacances à la montagne pour le lire. Que dire si ce n'est qu'une fois de plus, j'ai passé des moments intenses et fabuleux au royaume des sept couronnes. Deux semaines de lecture trépidante mais jamais harassante donc avec toujours la même difficulté pour refermer ce gros volume tant je suis resté sous l'emprise addictive de ce récit hors norme. 

Il m'a tout de même fallu dans un premier temps dépasser ma déception de ne point suivre la suite des pérégrinations de Tyrion (mon personnage préféré), mais aussi de Daenyris, du chevalier Oignon, de Stanis Barathéon, de Jon Snow et d'autres personnages que j'oublie ici. On doit normalement les retrouver dans le tome 13 Le bûcher du roi que j'ai déjà acheté, à l'instar de Walpurgis, n'ayant pu résister à l'attente de la sortie de l'intégrale volume 5. Vous l'avez compris, le volume 4 est le dernier que je lirai sous cette forme, je m'attèlerai désormais à acheter chaque livre de cette superbe série un par un, l'auteur peut me remercier!

Dans cette intégrale volume 4, on suit les évènements se déroulant aux Eyrié avec dans les rôles titres Littlefinger et Sansa Stark mais aussi à Port Réal avec Jaime et Cerseï Lannister pour des complots de cours qui ne font que s'accentuer et se renforcer. L'auteur s'attarde aussi beaucoup plus sur Brienne alias la pucelle de Torth et ceci pour mon plus grand plaisir tant ce personnage m'avait plu précédemment. Une fois de plus, il n'y aura pas de spoiler dans cette chronique mais mon Dieu que c'est dur! Sachez simplement que l'auteur est décidément machiavélique et on se prend à croire qu'on n'en finira jamais! À aucun moment durant les 894 pages je ne me suis lassé ou ennuyé des situations proposées. Les intrigues, les mésaventures, les rencontres s'accumulent, les tensions s'exacerbent mais jamais le rythme ne s'essouffle et le scénario d'ensemble loin de tourner en rond s'affine et se développe encore plus (Eh oui! C'est possible!).

Le style fait toujours merveille, on navigue entre milieux nobles et roturiers avec l'émergence notable dans cette intégrale 4 du religieux qui prend de plus en plus de la place dans la trame principale, Cerseï en fait d'ailleurs l'amère expérience en fin de volume. Martin s'affirme de plus en plus comme mon deuxième auteur préféré de fantasy après J. R. R. Tolkien.

Lu et aussi adorés (sic!) du même auteur:
- Le trône de fer, intégrale 1
- Le trône de fer, intégrale 2
- Le trône de fer, intégrale 3

Posté par Mr K à 17:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 15 mai 2012

"Sérum - Saison 1, Episode 2" de Henri Loevenbruck & Fabrice Mazza

serum2L'histoire:

1773 : MESMER INVENTE L'HYPNOSE
1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE
2012 : DRAKEN INVENTE LE SÉRUM

Une injection.
Sept minutes pour accéder au subconscient d'Emily Scott.
Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques.
Quelques jours pour empêcher le pire.
Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel?

La critique Nelfesque: Après avoir lu le premier épisode de "Sérum", je n'avais qu'une hâte: continuer cette saga d'Henri Loevenbruck et de Fabrice Mazza au concept original et inattendu.

J'ai lu ce second opus pratiquement dans la foulée du premier. J'avais donc encore l'histoire du précédent dans la tête. Toutefois, un "previously" semblable à ceux des séries télévisées (décidément le concept est poussé jusqu'au bout) est présent en début d'ouvrage.  Ce condensé de scènes clés ravive la mémoire du lecteur et lui permet de débuter ce second épisode sous les meilleurs auspices.

Dans cet épisode 2, de nouveaux personnages apparaissent dont le père du docteur Draken et un couple d'activistes politiques à la WikiLeaks, John Singer et sa femme.

On retrouve Lola là où on l'a laissé et sa situation personnelle et familiale se dévoile peu à peu. On la découvre femme forte sur tous les fronts, auprès d'Emily mais aussi de son frère et de son fils. Draken laisse également entrevoir une facette de sa personnalité que l'on ne connaissait pas encore. C'est grâce à la relation qu'il entretient avec son père, ancien psychiatre également, que ce processus a lieu. J'ai particulièrement aimé cette facette du roman.

L'histoire se complexifie, on commence à entrevoir certains enjeux et le rythme est toujours aussi dense. La tension est palpable, le lecteur est embarqué dans cette course folle et quand la fin arrive, on se retrouve avec encore plus de questions! Quelle frustration! Vivement le 3ème épisode prévue pour le mois de juin.

Notez bien le petit dessin présent en dessous du titre de la série. Il change à chaque épisode et son choix n'est pas anodin. On se croirait dans le générique de "Fringe" ;)

La suite au prochain épisode...

Egalement lu et chroniqué au Capharnaüm Eclairé:
- Sérum - Saison 1, Episode 1

Posté par Nelfe à 22:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 12 mai 2012

"Le trône de fer, intégrale 3" de George R. R. Martin

sans-titreL'histoire: Le royaume des sept couronnes est sur le point de connaître son plus terrifiant hiver: par-delà le mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer. Tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors, s'en sortiront indemnes...

La critique de Mr K: Quel bonheur! Quelle exaltation de replonger dans le royaume des sept couronnes et des cités libres! Je me suis laissé six mois pour me remettre de mes émotions suite à ma lecture des deux premiers volumes de l'intégrale du Trône de fer de Martin. À la fin du premier chapitre de celui-ci (20 pages sur 1150 en tout!), je suis de nouveau accro, adieu sommeil et vie sociale! Bonjour cavalcades et intrigues!

Je pensais avoir tout lu avec les deux premiers tomes, je me mettais le doigt dans l'œil jusqu'au coude, George R. R. Martin a décidément un don incroyable pour se renouveler tout en conservant l'esprit épique et unique de sa série. On s'immerge donc à nouveau et de façon quasi immédiate dans un monde de fureur et d'avidité où tous les coups sont permis. Le pire... c'est qu'on y prend plaisir et qu'on en redemande! Attendez-vous à lire de nombreux revirements de situation, à de l'épopée sanglante et cruelle et à des disparitions tragiques. En effet, une dizaine de personnages importants meurent ou disparaissent dans ce volume et non des moindres! C'est parfois avec la boule au ventre que l'on tourne les pages, appréhendant ce qui va suivre et ce que l'auteur réserve à ses protagonistes. Petites trahisons entre amis, meurtres en famille (tant qu'à faire!), mariages d'intérêts, tortures diverses et variées, autant de mœurs épouvantables qui règnent en maître à Westeros. On se rend de plus en plus compte que nul n'y échappe et même les personnages les plus attachants ont leur part d'ombre (aaaah Tyrion mon favori!) et les plus détestables leur part de lumière (enfance difficile de Cerseï par exemple).

L'écriture est toujours une merveille d'efficacité et de puissance évocatrice. On vit littéralement les faits que l'on suit tant on s'y croit! On sort marqué de façon indélébile et heureux d'une telle lecture qui donne clairement ses lettres de noblesse à la fantasy contrairement à certains (non non, je ne suis pas rancunier...). Comme dit en quatrième de couverture, il y a du Druon dans le flot des événements et les faits relatés, on peut aisément faire le rapprochement avec la saga des Rois Maudits qui m'avait captivé à l'époque. On passe par tous les états et loin de se tarir, les sentiments s'exacerbent et la tension monte de plus en plus. Franchement, j'étais dans tous mes états et il en faut beaucoup pour me retourner à ce point là lors d'une lecture.

Un grand bonheur donc que je poursuivrais bientôt avec le volume 4 de l'intégrale qui siège bien sagement dans ma PAL qui reste sérieusement à épurer! Je vais attendre d'avoir une bonne semaine de libre pour m'attaquer à ce beau morceau. Vive la maison Stark! Même si j'y crois de moins en moins....

Lu et aussi adoré du même auteur:
- Le trône de fer, intégrale 1
- Le trône de fer, intégrale 2

Posté par Mr K à 14:43 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 2 mai 2012

"Les Mange-Rêve: Le miroir du rat" de Jean-Luc Le Pogam

LeMiroirduRatL'histoire: Taÿfa aura sans aucun doute été la rencontre qui a tout fait basculer pour Iwan, Thibault et Mélanie. Taÿfa, citadelle aux mille couleurs de peau, aux accents sans frontières. Taÿfa, l'adolescente, dernier bastion de cette liberté à sauvegarder à tout prix. Taÿfa la rebelle qui détient et dévoile les vérités cachées, fédère la jeunesse, crée ses propres systèmes de communication pour échapper à la censure. Mais taÿfa sous haute surveillance et objet de toutes les convoitises car elle a fait chanceler le pouvoir du tyrannique Président Bogdich en s'attaquant à Tombmor, l'une des places fortes de son régime. 

C'est donc entre ses murs que garçons et filles de tous horizons se retrouvent pour organiser la Résistance, fiers d'avoir pu prouver que l'envie de liberté peut faire au moins vaciller ses plus farouches opposants. Mais c'est aussi entre ses murs que la rouille ronge doucement les mémoires endolories de jeunes qui n'avaient pas un instant pensé aux traumatismes que peuvent causer pareils événements. Jamais cependant nos trois héros, qui ont perdu leur âge, ne laisseront s'éteindre la flamme de l'espoir, fut-elle l'ultime lueur de vie d'une chandelle à l'agonie... 

La critique de Mr K: Avec Le Miroir du rat, Jean-Luc Le Pogam entame le deuxième cycle de sa série des Mange-rêve. Nous avions laissé nos héros en fâcheuse posture à la fin du deuxième Tombmor, seuls face à l'adversité, leurs deux âmes protectrices étant tombées au combat. Il va leur falloir rejoindre la cité libre de Taÿfa (où ils avaient séjourné auparavant) pour continuer la lutte. 

Ce livre est très sombre par rapport aux précédents. La mort est omniprésente, à commencer par la disparition pur et simple des deux piliers de l'aventure: Yvon et Jack. Sans compter les parents qu'ils n'ont pu retrouver et à propos desquels ils ne se font plus d'illusion vu la brutalisation des rapports humains et notamment envers les artistes sous le régime fasciste de Bogdich. Les jeunes gens, et surtout Iwan, sont plongés dans l'affliction la plus profonde. Que vont-ils devenir? Ils avaient déjà perdu leur âge dans le précédent volume, il semble maintenant que tout espoir ait disparu notamment chez le narrateur. Le Miroir du rat est l'occasion de suivre tout particulièrement les états d'âme d'Iwan, ses doutes profonds et sa mélancolie. Heureusement, il peut compter sur le soutien indéfectible de son meilleur copain Thibault, aussi énergique que drôle, et sur sa petite amie Mélanie. Ils le secoueront à plusieurs reprises pour le relancer et le sortir de sa léthargie. 

On suit sur une bonne centaine de pages, une course poursuite effrénée entre une armada de jeunes rebelles et les troupes des Mange-Rêve. Cela donne sans aucun doute un des plus beaux morceaux de bravoure de cette série. L'ambiance est sinistre, le froid omniprésente et toute cette rudesse est pleinement ressentie par le lecteur lors de la lecture de ce volume. En ce sens, l'écriture de l'auteur fonctionne pleinement et on a vraiment l'impression de se trouver au cœur de l'action... mais peut-être un peu trop. De plus, un aspect de l'œuvre m'a quelques peu rebuté. 

En effet, au fil de ma lecture, le rythme m'a semblé lent, parfois redondant. On aimerait que ça aille un peu plus vite, que l'organisation des jeunes rebelles soit plus détaillée, que l'auteur s'attarde sur les adversaires qui ici ne sont qu'ébauchés pendant la course poursuite centrale du livre. En restant centré sur les états d'âmes de ses jeunes héros, il a perdu pour moi le rythme du récit et s'attarde trop sur des éléments déjà aperçus dans les volumes précédents (quelques flashback sont de trop à mes yeux) et l'aventure stagne et manque de relief. C'est dommage car les idées de départ sont vraiment intéressantes et source d'une attente forte chez le lecteur mais l'ensemble retombe comme un soufflé et pour la première fois j'ai été déçu. Gageons que le tome suivant qui devrait sortir dans l'année comblera mes frustrations et relancera cette série qui m'a touché au plus haut point dans les tomes précédents.

Lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé:
- Le Grand Dérèglement
- La Route du Nord
- Tombmor 1 et 2

Posté par Mr K à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 29 avril 2012

"L'Epouvanteur, Tome 1 : L'apprenti épouvanteur" de Joseph Delaney

apprenti-epouvanteurL'histoire: Septième fils d'un septième fils, Tom perçoit les ombres de ceux qui ont peuplé la terre et ressent la présence des êtres maléfiques. A treize ans, il doit quitter la ferme pour devenir l'apprenti de l'épouvanteur, chasseur de démons et sorcières. Commence alors pour lui une nouvelle vie, difficile. N'écoutant que son bon coeur, il va permettre la libération d'une sorcière particulièrement cruelle que son maître a enfermée dans un puits. Il aura alors à l'affronter à plusieurs reprises avant de la voir disparaître à tout jamais.

logo-epub

La critique Nelfesque: Cela faisait un moment que j'avais envie de découvrir l'univers de Joseph Delaney et de sa saga "L'Epouvanteur". La lecture commune mise en place par sevmarguerite fut l'occasion de sauter le pas.

"L'Epouvanteur" vise en premier lieu un public jeunesse mais, du haut de mes 30 ans (je le répète pour bien l'assimiler ^^), j'ai apprécié cette lecture. La peur n'était pas vraiment au rendez-vous mais l'atmosphère est particulière et l'ensemble fonctionne assez bien.

Avec ce premier tome, "L'apprenti épouvanteur", on découvre l'univers de la saga et les principaux personnages. Le ton est donné, on est ici dans un roman entre fantasy, épouvante et aventure. L'univers et l'ambiance sont très bien décrits, le lecteur est pris dans un climax particulier où moiteur, forêts brumeuses et hostilité des villageois ne sont que quelques ingrédients savemment utilisés...

J'ai particulièrement apprécié l'apprentissage des notions du bien et du mal présent dans ce présent tome. Tom est un jeune garçon de 12 ans au début de l'histoire. Il quitte son cocon familial pour apprendre un nouveau métier qui est loin d'être commun et qui n'a pas bonne presse. On va sans doute voir Tom mûrir durant cette saga. C'est déjà le cas dans ce premier tome où il va être confronté à de nombreuses embûches "magiques". On le découvre naïf, craintif et inexpérimenté mais le changement est palpable. Ce petit garçon n'a rien d'héroïque, ce qui facilitera l'identification des plus jeunes à son personnage et ce qui permet également aux plus âgés de s'attacher à lui et de le voir évoluer au fil du temps.

L'Epouvanteur quant à lui, Mr Gregory, maître d'apprentissage de Tom, est un personnage mystérieux et fortement charismatique. C'est un homme solitaire qui se montre tour à tout juste et protecteur envers son élève mais aussi très dur et sévère dans l'exercice de ses fonctions. Je pense que ce personnage va se dévoiler peu à peu et nous réserve quelques surprises. Tout comme celui de la jeune Alice, l'amie-ennemie de Tom.

Je vous l'accorde, ce monde de la magie a déjà été maintes fois utilisé dans les romans jeunesse. Toutefois celui-ci a sa touche personnelle qui fait que le lecteur s'y attache et oublie le chef de fil dans le genre: Harry Potter. Nulle comparaison n'est possible ici et c'est tant mieux! Dès le départ, Tom est confronté à un univers angoissant, il n'est pas dans une école mais bel et bien seul et directement en proie à des évènements et des choix qu'il est loin de maitriser. Cela donne une ambiance particulière et propre à cette oeuvre.

Roman d'aventure tout autant que de magie, le récit est rythmé, parfois prévisible (mais il faut bien lancer les hostilités). La plume de Joseph Delaney est fluide et l'ensemble se lit très bien. Cette saga est sans doute plus réservée aux adolescents qu'aux jeunes enfants de par sa noirceur mais les adultes y retrouveront une part d'enfance qui n'est pas désagréable.

Au final, "L'apprenti épouvanteur" est un premier tome fort sympathique qui lance un appel pour la suite auquel on ne peut pas résister. Court mais plaisant.

A lire également, les avis de mes compagnons de lecture: sevmarguerite, Falline, PimousseMichou, Arcaalea, Luna, Lau1307, livromaniac, Myiuki22, Mycoton, Mypianocanta et Kellin.

Posté par Nelfe à 09:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,