mercredi 3 février 2010

"In the air" de Walter Kirn

in_the_air_livreL'histoire: Depuis des années Ryan Bingham ne touche plus terre : son boulot - il se charge d'organiser des licenciements - le conduit d'entreprise en entreprise, de chambre d'hôtel en chambre d'hôtel, d'aéroport en aéroport. Il ne supporte plus son métier, n'a plus de maison, plus d'épouse, plus d'attache familiale et ne se sent chez lui que dans le cocon d'une cabine pressurisée, face au sourire d'une hôtesse de l'air ou à un plateau-repas mal réchauffé. Son but dans la vie : accumuler un million de miles sur sa carte de fidélité d'une compagnie aérienne. Il y est presque, mais des turbulences pointent à l'horizon...

La critique Nelfesque: Le film du même nom est sorti la semaine dernière et il est prévu que nous allions le voir ce week-end. En attendant, je me suis plongée dans le livre à partir duquel l'adaptation a été faite.

Ce fut un lecture plaisante. Rien de transcendant mais une bonne lecture "de plage". Je m'attendais à une critique du monde du travail, sur ce point j'ai été déçue. Je m'attendais à un personnage ironique et imbu de sa personne. Là encore j'ai été déçue. Ryan est un homme quelconque. Un homme certes privilégié, au compte en banque chargé et à la vie facile mais finalement un homme banal... Ce qui l'est moins c'est son obsession à arriver à son million de miles. Je me suis demandée pourquoi courait-il après ce but virtuel, ce million que l'on ne peut ni toucher ni appréhender. Cette réponse je l'ai trouvé à la toute dernière page. M'a-t-elle émue? Pas vraiment...

Alors, ai-je aimé ou non ce livre? Ma première approche semble pencher pour la seconde proposition. Nous suivons 17 jours de la vie d'un homme transparent, à la limite du déprimant, à la vie vide et plate. Pas de quoi casser des barreaux de chaises... Les problèmes de "petits garçons riches" ne me font ni chaud ni froid. Et pourtant, je suis peut être maso, mais j'ai trouvé ce roman distrayant de part ses touches d'humour distillées ça et là qui sauvent à mon sens le livre. L'écriture n'est pas sensationnelle mais elle est fluide et "In the air" se lit très facilement. Ce n'est pas le chef d'oeuvre de l'année, je l'aurai sans doute oublié d'ici peu, il ne m'a pas marqué mais il m'a fait passer quelques heures agréables.

Est-ce que je le conseille? Cet été, sur la plage, avec le sable qui colle aux jambes mouillées et le bruit de la mer en fond, pourquoi pas.

Je vous laisse avec un petit extrait qui m'a bien plû. J'aurais aimé que tout le livre soit de cette trempe!

"Comme la plupart des grands voyageurs à qui j'ai parlé, il m'arrive de me faire peur en m'imaginant des scénarios de crash hyperdétaillés. Dans mon préféré, je me trouve là où il est en ce moment [ndrl: les toilettes de l'avion] quand survient le plongeon de la mort. Projeté de côté, je griffonne au savon une phrase sur le miroir: "Je vous aimais tous. Je suis désolée, maman." Le fantasme a ses variantes: mon testament change. Une fois je me suis contenté de dessiner un coeur. Tellement mignon de ma part. Et dernièrement, c'était six zéros et un un. El Supremo, qu'écrirait-il? "On se retrouvera en enfer, Saddam"?"

Posté par Nelfe à 19:37 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 25 janvier 2010

De la souffrance de n'être qu'un enfant

copainL'histoire: Au sud des Etats-Unis, la pire des enfances attendait Harriet Cleve, dans l'ombre d'un frère assassiné, d'un meurtre jamais élucidé. Une famille détruite, un père enfui, une mère et une soeur anéanties. Lors de l'été de ses douze ans, la jeune fille se révolte. Elle veut savoir, et se venger. Elle sait que pour y parvenir, elle doit renoncer à sa propre adolescence et à ses rêves, affronter et défier le monde inconnu et menaçant des adultes. Et pour commencer, trouver de l'aide auprès d'un ami.

La critique Nelfesque: Quel bonheur que ce livre! Durant toute la lecture de ce roman, j'ai eu l'impression d'être dans du coton. Un coton ouatté. Dans la chaleur étouffante et enveloppante  de cette ville du sud des Etats-Unis, dans les années 70.

Ce que je retiendrai de ce "Petit copain" de Donna Tartt n'est pas le côté polar où Harriet cherche le coupable du meurtre de son grand frère, le trouve (ou croit le trouver), le traque et élabore sa vengeance. Si vous vous attendez à une révelation au bout des 850 pages et enfin savoir qui à tuer Robin, vous pouvez passer votre chemin. Ceux qui lisent ce roman dans cette optique là seront forcément déçus. Ca n'a pas été mon cas. J'y ai vu plutôt une chronique de la vie ordinaire, une histoire familiale forte avant et après le drame, une petite fille au fort caractère et aux raisonnements d'adulte et un ami fidèle mais si "enfant" par rapport à elle. Le mystère autour de la mort du frère d'Harriet n'est pour moi que l'explication au comportement des membres de la famille mais en rien un but à élucider.

Les personnages sont savoureux et leur psychologie est fouillée. Harriet est une petite fille déterminée qui ne supporte pas les faiblesses et souffre du manque d'intérêt qu'elle suscite autour d'elle. Hely, son ami, est un petit garçon tout ce qu'il y a de plus banal, adorant James Bond et se prenant pour lui, il cherche à impressionner Harriet d'apparence si forte, avec une maladresse enfantine touchante. Charlotte, sa mère, dépressive depuis la perte de son fils, erre dans la maison et est continuellement à côté de ses pompes. Ida, la bonne des Cleve, femme de couleur, tient la maison à bout de bras. Eddie, sa grand-mère est une femme droite et fière, issue d'une famille bourgeoise, elle a gardé une certaine attitude supérieure sur ses semblables...

Je me suis beaucoup attachée au personnage d'Harriet. Je me suis retrouvée un peu en elle et je n'ai pas pu m'empêcher de transposer son histoire sur la mienne. Elevée, comme elle, au milieu de plusieurs grandes tantes et dans un schéma très matriarcale, j'ai connu une enfance entourée de personnes âgées et de douceur bienveillante. A la perte de sa tata préférée, j'ai ressentie sa douleur. Cette tata, la seule qui l'aimait vraiment telle qu'elle était et en tant que personne, chez qui elle aimait courir prendre le goûter. Cette tata qui a sacrifié sa vie pour ses soeurs et qui était si pleine d'amour. Sa perte est un vrai crève coeur pour Harriet et une vraie douleur pour le lecteur. On ne peut rester insensible face à sa douleur.

A la moitié du livre, vient se supperposer à l'histoire familiale d'Harriet, celle des Ratliff. Les Ratliff sont des pauvres qui vivent en caravane et dont plusieurs membres ont fait des séjours en prison. Certains sont drogués jusqu'aux yeux, dealer, l'un deux est attardé mental, un autre prêcheur repenti. Des coupables idéales pour Harriet...

Ce que je retiendrai de ce livre, c'est la souffrance de l'enfance. Un âge où l'on ressent les choses, où l'on a envie d'hurler mais où l'on est traité comme un bébé. A son appel à l'aide lors du départ d'Ida, le rayon de soleil de la maison, on lui répond que ce n'est qu'une bonne, qu'elle trouvera du travail ailleurs. Pour elle, Ida n'est pas "qu'une" bonne, mais personne ne veut l'entendre... A son affolement à se rendre au camps de vacances qui ressemble plus à un camp pour catho intégristes qu'à un lieu d'amusement, on lui répond qu'elle va adorer être ici et que dans une semaine elle fera le cinéma inverse pour rester. Sauf que ce n'est pas vrai... A ses larmes lors de l'enterrement de sa tante Libby, on lui reproche son "hystérie". Mais ce n'est pas de l'hystérie...

On voit souvent, avec nos yeux d'adultes, le côté insousciant de l'enfance. On en retient les jeux et l'amusement. Mais nous avons oublié que c'est aussi un dur moment d'incompréhension et de souffrance de n'être qu'un enfant, face à des adultes qui sont convaincus de savoir ce qui est bon pour lui...

Posté par Nelfe à 14:50 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 20 janvier 2010

"World War Z" Max Brooks

WWZL'histoire:

La guerre des Zombies a eu lieu, et elle a failli éradiquer l'ensemble de l'humanité.

L'auteur en mission pour l'ONU -ou ce qu'il en reste- et poussé par l'urgence de préserver les témoignages directs des survivants de ces années apocalyptiques, a voyagé dans le monde entier pour les rencontrer, des cités en ruine qui jadis abritaient des millions d'âmes jusqu'aux coins les plus inhospitaliers de la planète. Il a recueilli les paroles d'hommes, de femmes, parfois d'enfants, ayant dû faire face à l'horreur ultime. Jamais auparavant nous n'avions eu accès à un document de première main aussi saisissant sur la réalité de l'existence -de la survivance- humaine au cours de ces années maudites.

Depuis le désormais tristement célèbre village de Nouveau-Dachang, en Chine, là où l'épidémie a débuté avec un patient zéro de douze ans, jusqu'aux forêts du Nord dans lesquelles -à quel prix!- nombre d'entre nous ont trouvé refuge, en passant par les États-Unis d'Afrique du Sud où a été élaboré l'odieux plan Redecker qui finirait pourtant par sauver l'humanité, cette chronique des années de guerre reflète sans faux-semblants la réalité de l'épidémie.

Prendre connaissance de ces comptes-rendus parfois à la limite du supportable demandera un certain courage au lecteur. Mais l'effort en vaut la peine, car rien ne dit que la Zème Guerre mondiale sera la dernière.

La critique de Mr K:

world_war_z_2Encore une bonne lecture, j'ai littéralement dévoré le livre du fils de Mel Brooks (pas mal sur un CV tout de même!). Auteur d'un "Guide de survie en territoire zombi" chez le même éditeur, il nous livre ici une uchronie réussie à souhait. Étant grand amateur de zombis au cinéma (maître George Roméro je vous salue bien bas!), jusqu'à maintenant je trouvais que le genre s'accomodait très mal avec la littérature à de rares exceptions près.

Aux lecteurs effrayés par le thème, je dirais de ne pas passer leur chemin sans avoir tenté l'expérience. Nous ne sommes pas dans le gore "craspouet" mais plutôt dans le récit de guerre teinté de géopolitique. Brooks se veut réaliste (hormi le fait que les morts se lèvent après dodo pour manger de l'humain) et réussit pleinement son pari. La forme tout d'abord est originale: il s'agit d'un recueil de témoignages oraux compilés à la manière d'un manuel d'histoire traitant d'une guerre quelconque. Loin de tomber dans les poncifs du genre, tour à tour politique, médecin, soldat, vétéran, religieux, mère au foyer, otaku japonais et bien d'autres nous livrent leurs impressions et vécus si différents les uns des autres. Le tout formant une matrice séduisante en diable et diaboliquement (sic) efficace: on s'y croirait. Rien ne nous est épargné: souffrances morales de la perte de l'être cher, déracinement, dépression, les bévues militaires à grande échelle, le cynisme des États-majors, les présidents va-t-en guerre, la figure du résistant, le racisme mais aussi parfois l'espoir, l'entre-aide et l'amour. Tout ce qui rend l'humain si détestable et attachant à la fois.

Là où Brooks marque encore plus de points, c'est qu'à travers ces témoignages c'est toute la géopolitique du monde actuelle qui est explorée: le conflit israëlo-palestinien (Israël s'isole), Cuba qui via le conflit va s'enrichir, le Japon sans armée qui doit évacuer son territoire, les américains submergés par le flot des réfugiés mexicains qui se verront utilisés comme appât, l'Inde et le Pakistan et leurs conflit frontalier du Kashmir, la Chine et le problème sanitaire (leur méconnaissance de la gestion d'une crise d'ampleur mondiale) etc... Sans morale aucune je vous rassure mais plutôt un instantané de ce que pourrait provoquer comme réactions en chaîne une épidémie à l'échelle mondiale (en France on s'en fout, il nous reste des vaccins en trop!).

Ce livre n'est donc pas un simple divertissement mais aussi un récit parfois bouleversant grâce au réalisme des témoignages et des réactions des uns et des autres (individus et États). L'auteur lui ne trahit jamais son propos et pousse sa logique à son paroxysme. On ressort de cette lecture ébahi par tant de virtuosité et de maîtrise. Avis aux amateurs et aux autres...

Posté par Mr K à 14:15 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 13 janvier 2010

"Le jeu de l'ange" Carlos Ruiz Zafon

zafon_jeu_de_langeL'histoire:

Dans la turbulente Barcelone des années 20, David, un jeune écrivain hanté par un amour impossible, reçoit l'offre inespérée d'un mystérieux éditeur: écrire un livre comme il n'en a jamais existé, "une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et d mourir, de tuer et d'être tués", en échange d'une fortune et, peut-être, de beaucoup plus.

Mais du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique de destruction se met en place autour de lui, menaçant les êtres qu'il aime le plus au monde. En monnayant son talent d'écrivain, David aurait-il vendu son âme au diable?

Pour reprendre sa liberté et sauver la femme qu'il aime, David puise ses forces dans la Barcelone envoûtante du Cimetière des livres oubliés, où se côtoient des êtres abandonnés de l'humanité mais aussi des personnages attachants, uniques, puissants ...

La critique de Mr K:

Quel livre! Un vrai petit bijou quitte à me répéter (mes deux dernières lectures étaient déjà pas mal!). Lu en deux jours, je n'ai pu en détacher les yeux tant j'ai été littéralement absorbé par l'histoire et l'écriture d'un auteur que je ne connaissais pas du tout. Je remercie encore mes parents pour ce cadeau de Noël qui flirte avec le fantastique, le romantisme et l'Histoire.

Raconté à la première personne, cet opus nous narre l'histoire de David depuis son enfance difficile jusqu'à une rencontre fatidique qui va sceller son destin. S'ensuit une course poursuite contre le temps, lutte impossible qui se termine au dernier chapitre par un retournement de situation tout bonnement bluffant de tristesse et d'espoir. C'est une histoire d'amour avant tout: l'amour d'un homme pour une femme, d'un homme pour les livres, d'un homme pour une "femme-livre"? L'auteur au gré son écriture sans faille, imagée à souhait et poétique (plus quelques touches d'humour) nous manipule pour mieux nous surprendre dans une atmosphère sombre (Barcelone et ses quartiers chauds, l'époque de la dictature militaire de Miguel Primo de Rivera, Cristina et ses deux facettes) mais néanmoins parfois solaire (Isabella personnage d'une pureté à faire pleurer, le vieux libraire Semperé). De chapitre en chapitre, le lecteur est donc malmené pour son plus grand plaisir.

Les personnages sont légion et ciselés d'une main d'orfèvre. Figures tragiques (le héros, Cristina, Pedro), solaires (Isabella, Semperé) mais aussi enigmatiques (l'éditeur); tous sont d'un réalisme poussé à son paroxysme et donne du crédit à cette histoire de malédiction qui n'est pas sans rappeler le film de Polanski (La 9ème porte). Les lieux ne sont pas en reste: c'est Barcelone qui prend vie devant nos yeux et la maison que le héros acquiert est lugubre et mystérieuse à souhait sans pour autant tomber dans le pathos lourdaud habituel au genre. Au fur et mesure du déroulement, une angoisse étreint le coeur du pauvre lecteur qui se sent s'enfoncer en compagnie du héros, sans pouvoir lui venir en aide et inquiet de son devenir.

Je suis sorti de cette lecture bouche bée et complètement abasourdi par tant de talent et dire que ce n'est que son deuxième ouvrage... J'ai déjà mis Nelfe sur la brêche pour qu'elle passe me prendre "L'ombre du vent" dans la librairie la plus proche. Quant au "Jeu de l'ange" c'est du bonheur de lecteur sur 540 pages, du plaisir, du tragique, du rire parfois. À lire!

mercredi 6 janvier 2010

"Les visages" de Jesse Kellerman

visagesL'histoire:

Lorsque Ethan Muller, propriétaire d'une galerie, met la main sur une série de dessins d'une qualité exceptionnelle, il sait qu'il va enfin pouvoir se faire un nom dans l'univers impitoyable des marchands d'art. Leur mystérieux auteur, Victor Crack, a disparu corps et âme, après avoir vécu reclus près de quarante ans à New York dans un appartement miteux. Dès que les dessins sont rendus publics, la critique est unanime: c'est le travail d'un génie.

La mécanique se dérègle le jour où un flic à la retraite reconnaît sur certains portraits les visages d'enfants victimes, des années plus tôt, d'un mystérieux tueur en série. Ethan se lance alors dans une enquête qui va bien vite virer à l'obsession. C'est le début d'une spirale infernale à l'intensité dramatique et au coup de théâtre final dignes des plus grands thrillers.

La critique de Mr K:

Bonne lecture que ce cadeau de Noël offert par ma chère et tendre! Bon, je ne partage tout de même pas l'avis affiché sur la couverture. Bon thriller certes mais faut pas pousser: ce n'est pas la révolution! À croire que je me plais à être à contre-courant suite à mon avis mitigé sur Avatar!

D'une lecture aisée, ce volume se révèle bien ficelé au niveau de l'intrigue avec un grand classique de la narration: les va et vient d'un chapitre à un autre entre le présent et le passé. Le tout s'assemblant au fur et à mesure comme les pièces d'un gigantesque puzzle à l'instar des oeuvres découvertes par le héros dans l'histoire, oeuvres qui s'emboîtent les unes aux autres (110 000 au total!) pour former un ensemble dont je ne dirai rien de plus... Y'a qu'à le lire! Rapidement, on a envie d'en savoir plus et il est encore ici difficile de lâcher le livre avant la fin. À ce propos, celle-ci est plutôt réussie mais tout de même loin d'être aussi originale que proclamée comme telle par divers blogs et critiques. Émouvante oui! Révolutionnaire non!

La langue est plutôt quelconque et j'ai eu du mal à y trouver toutes les qualités littéraires décrites ici ou là mais force est de constater que le style bien que lisse est efficace notamment dans les phases dialoguées et que l'on se retrouve instantanément dans la peau d'Ethan partageant ses aspirations et ses doutes. Chose très plaisante: le héros-narrateur interpelle régulièrement le lecteur, lui demande son opinion et quelque part le fait participer à l'histoire (pratique que l'on retrouve dans certains films de Mel Brooks avec la finesse légendaire qu'on lui connaît! -sic-). Ce système d'énonciation un peu particulier est vraiment la marque d'originalité de ce recueil et sa force.

Une lecture que je conseille donc ne serais-ce que pour faire connaissance avec ce nouvel écrivain (prometteur tout de même) et passer un bon moment par ce temps froid.

Posté par Mr K à 14:36 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 29 décembre 2009

"La conspiration des ténèbres" de Théodore Roszak

roszakL'histoire:

En fréquentant une salle d'art et d'essai miteuse dans le Los Angeles du début des années 60', le jeune Jonathan Gates, passionné de cinéma, est fasciné par l'oeuvre de Max Castle, un réalisateur allemand arrivé à Hollywood en 1925 et mystérieusement disparu en 1941. Jeune prodige, il a réalisé quelques films géniaux, pour la plupart perdus, avant d'être obligé de se contenter de tourner des séries B puis de tomber dans l'oubli.

L'élucidation des mystères qui entourent la vie et l'oeuvre de Max Castle va devenir une véritable obsession pour Gates. À l'issue de sa quête, qui le mènera des sommets de l'industrie cinématographique (Orson Welles, John Huston...) jusqu'au coeur des sociétés secrètes, où plane l'ombre des cathares, il apprendra l'incroyable vérité sur ce maître des illusions que fut Max Castle et mettra à jour un terrifiant complot.

La critique de Mr K:

Attention danger! Risque de contamination menant à l'addiction la plus extrême! Pendant 5 jours, je n'ai pu me détacher de ce pavé (environ 800 pages). Cadeau de Noël de mes géniteurs, je suis encore sous le choc de cette lecture! Enterrés les Dan Brown (mauvaise écriture et données trafiquées), Roszak est un Maître. Je ne le connaissais pas avant cette lecture mais cet écrivain-chercheur en sociologie nous propose avec ce volume un thriller-historico/culturel une pièce de toute beauté.

La première partie se concentre sur Jonathan et sa "formation" auprès d'une critique intransigeante Clare. Comme le papillon sortant de sa chrysalide, nous assistons à la naissance d'un individu en tant qu'être pensant qui presque par hasard va faire une rencontre déterminante pour le restant de son existence: Max Castle, espèce de cinéaste maudit au génie précoce. Au fur et à mesure de l'élaboration de son mémoire, il va découvrir des éléments troublants dans sa filmographie, interroger des témoins de l'époque et finalement mettre à jour une conspiration ourdie depuis des siècles... Je n'en dirais pas plus pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte mais sachez simplement que l'auteur tient ici toutes ses promesses avec une fin particulièrement réaliste et implacable... tout ce que j'aime! J'ai retrouvé pendant cette lecture, des émotions et des sentiments que je n'avais plus éprouvé depuis ma lecture clef: "Les racines du mal" de Dantec.

Difficile d'en dire plus tant cet ouvrage est pétri de qualités... Des personnages scuptés au scalpel, réalistes et maîtrisés à la perfection par un auteur faisant preuve d'une érudition impressionnante concernant le cinéma et ses techniques, le tout sans aucune pédanterie. Le livre est très facile d'accès mais ne tombe pas dans les facilités que l'on peut retrouver dans un Dan Brown (au par ailleurs divertissant mais granguignolesque au possible!). Roszak loin du pathos inhérent au genre, laisse le mystère s'insinuer dans l'esprit du lecteur et chaque fin de chapitre nourrit un peu plus le désir d'en savoir plus, une drogue que je vous dis! Les éléments historiques sont respectueux de la Vérité (j'étais médiéviste dans un passé pas si lointain) et la jubilation atteint son comble lors de la révélation finale.

Ce livre appartient donc à cette catégorie d'opus qu'on ne peut lâcher avant la fin, une fièvre s'emparant de moi à chaque fois qu'on m'appelait avant d'aller manger ou se balader. Les nuits se sont terminées tardivement et Nelfe a plus d'une fois râlé. Mais à part le danger de devenir autiste ou de vous engueuler avec votre conjoint, ce livre est du bonheur en barre que je ne saurais que conseiller à tous les amateurs!

Posté par Mr K à 21:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 27 décembre 2009

"Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban" J.K. Rowling

Harry_Potter_3L'histoire: Sirius Black, le dangereux criminel qui s'est échappé de la forteresse d'Azkaban, recherche Harry Potter. C'est donc sous bonne garde que l'apprenti sorcier fait sa troisième rentrée. Au programme: des cours de divination, la fabrication d'une potion de ratatinage, le dressage des hippogriffes... Mais Harry est-il vraiment à l'abri du danger qui le menace?

La critique Nelfesque: Me voici arrivée au troisième tome d'Harry Potter, l'apprenti sorcier le plus connu au monde. Tellement connu, qu'à part vivre dans une grotte ou être une tête de cochon comme moi jusqu'à présent, tout le monde a lu (ou du moins a vu les films) "Harry Potter". Que dire de ce tome "Le prisonnier d'Azkaban"?

Les personnages grandissent et c'est un plaisir d'être "témoin" de leur évolution et de leur maturité au fil des tomes. On en apprend un peu plus sur les conditions de la mort des parents d'Harry et sur sa famille. Harry devient plus sensible, plus curieux de connaître son histoire. Les liens entre les personnages se font plus complexes et la lecture est toujours aussi "dévorante". Je me tate là pour enchaîner directement sur le tome 4... Je deviens monomaniaque, c'est grave docteur...

Je n'ai pas noté de similitudes dans la construction de ce nouvel opus, comme cela avait été le cas entre le tome 1 et le tome 2: des redondances de présentation, de découpage de l'histoire qui aurait fini, je pense, par me lasser au bout du septième tome (voir même avant, je ne suis pas maso)... Là, j'ai vraiment été cueilli par la scène finale. Je ne m'attendais pas à cette "pirouette" et c'est très agréable. Les personnages sont toujours aussi attachants: Hagrid est attendrissant en professeur de soins aux créatures magiques (en même temps j'aime beaucoup Hagrid que je trouve bien plus "simplet" et candide dans les livres que dans les films), Dumbledore est encore une fois le pépé merveilleux qui permet que tout se termine bien à la fin (mais on ne s'en lasse pas)... Le professeur Lupin, nouvel enseignant de défense contre les forces du Mal, au grand dam de Rogue, est pour une fois un homme compétent à cet enseignement. Dans ce tome, on ne fait qu'apercevoir la famille de Ron. D'autres personnages sont plus mis en avant, comme celui d'Hermione, qui a un secret bien gardé. Les animaux tiennent ici une place importante, on découvre l'hippogriffe et son caractère particulier, Pattenrond, le chat d'Hermione, que j'ai trouvé louche dès le départ (serait-ce parce que je n'aime pas beaucoup les chats!?), on parle également beaucoup plus de Croutard et de sa longévité...

Je n'ai donc pas été déçue par ce nouveau tome (pour moi). La seule chose qui commence à m'agacer, c'est le Quidditch... Je n'aime pas spécialement le sport et devoir me farcir des chapitres entiers d'entrainements et de commentaires sportifs, ce n'est pas spécialement ma tasse de thé. Paraît-il qu'il est question de "coupe du monde" dans le prochain tome? Au secours...

CITRIQ

Posté par Nelfe à 19:54 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 18 décembre 2009

Fait divers du début du XXème siècle

RoprazL'histoire: En 1903 à Ropraz, dans le Haut Jorat vaudois, la fille du juge de paix, la virginale Rosa, meurt à vingt ans d'une méningite. Un matin, on trouve le cercueil ouvert, le corps de la virginale Rosa profané, les membres en partie dévorés. Stupéfaction des villages alentours, retour des superstitions, hantise du vampirisme. Puis, à Carrouge et à Ferlens, deux autres profanations sont commises. Le nommé Favez, un garçon de ferme, est le coupable idéal. Condamné, emprisonné, soumis à la psychiatrie, on perd sa trace après 1915. A partir d'un fait-divers réel, Jacques Chessex donne le roman de la fascination meurtrière. Qui mieux que lui sait dire la "crasse primitive", les fantasmes des notables, la mauvaise conscience d'une époque?

La critique Nelfesque: Complètement emballée par le résumé et la photo qui illustre la couverture, je le suis beaucoup moins du livre. Ce court roman de 87 pages tient plus de la chronique journalistique et policière que de l'oeuvre littéraire. Je m'attendais à trouver une histoire bien construite et narrée, je me suis retrouvée avec devant mes yeux, des phrases courtes, allant droit au but, sans fioritures. Nous sont alors relatés de manière très direct trois crimes atroces avec des termes froids tels des rapports de police: "Le sexe a été découpé, prélevé, mastiqué, mangé, on en retrouvera des restes recrachés, poils pubiens et cartilage, dans la haie dite du Crochet, à deux cents mètres au-dessus de la forge." Je ne suis pas une lectrice prude et je suis assez habituée à des scènes "hard", étant amatrice de lectures policières assez "gore" à la Grangé, mais à la lecture du Vampire de Ropraz, j'ai fait quelque fois une moue de dégoût.

Pour le reste, une écriture très hachée, relatant les faits avec la rigueur d'un métronome, sans empathie de la part du narrateur. Je ne me suis donc pas attachée aux personnages et celui de Favez, le "bouc émissaire / meurtrier" ne m'a fait ni chaud ni froid.

Quant à la fin... C'est une fin?

Je ne dirai donc pas que j'ai perdu mon temps à la lecture de cette oeuvre de Jacques Chessex, vu l'épaisseur du bouquin, mais je ne le recommanderai pas. Aussi vite lu, aussi vite oublié.

Posté par Nelfe à 19:06 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 14 décembre 2009

"Peste" de Chuck Palahniuk

chuck_palack_peste_09L'histoire:

Mais qui est donc Buster Casey, alias Rant? Dans un futur où une partie de la population est "diurne" et l'autre "nocturne" selon un couvre-feu très strict, Peste prend la forme d'une biographie orale faite de rapports contradictoires émanant de témoins qui ont connu le mystérieux Buster de près ou de loin. Garçon aux moeurs étranges, friand de morsures animales en tous genres pour certains, génial tueur en série ou répugnant individu pour d'autres, le véritable Buster casey, au fil des récits, de plus en plus insaisissable et protéiforme. De quoi alimenter le mythe...

La critique de Mr K:

Beaucoup d'entre vous connaissent l'oeuvre majeure de Palahniuk sans savoir qu'il en est l'auteur: Fight Club. On a tous en mémoire le sublime métrage de Fincher avec les interprétations mémorables de Pitt et Norton. Le livre était du même acabit ainsi que je l'avais découvert, une fois n'est pas coutûme, après le film. Peste est une demie-réussite.

On retrouve le phénomène Palahniuk dans le style et la forme. Une écriture fragmentaire, directe comme un uppercut en pleine face. On rentre dans le vif du sujet très rapidement et l'auteur ne s'embarasse pas de faux fuyants et de figures de style pesantes masquant un vide créatif. La grosse originalité est celle de la forme choisie par Palahniuk pour relater la vie et la mort de Rant: celle de la biographie orale. Le livre est exclusivement constitué de témoignages fictifs de personnes ayant connu Buster durant sa vie: amis, famille, voisins, professionnels diverses (vendeur de voiture -excellent-, le médecin, le prêtre). Ils livrent des éléments documentaires, des récits des actes de Buster (le thrash est omniprésent durant toute l'oeuvre). Le portrait du héros se dégage donc peu en peu en filigramme à travers les filtres du ressenti et de la subjectivité.  Le lecteur se retrouve en quelque sorte devant un "livre-mosaïque" non dénué d'intérêt.

Cette qualité est aussi le principal défaut de l'oeuvre. Le modèle est intéressant mais prouve vite ses limites. Difficile de s'y retrouver et de se faire une idée précise du personnage et de ses actes. À peine avons nous semblé capter quelque chose que le témoignage suivant vient contredire la construction mentale du lecteur. D'où un sentiment de ballotement et quelque part de frustration. J'ai bien senti que je tenais entre les mains un "livre-somme", une expérience inédite de lecture... mais malheureusement je crois que je n'ai pû en retirer la "substantifique moëlle".  Enfin certains éléments de l'univers ici décrit me semblent inutiles et seulement présents pour le fun et pour en rajouter une louche (À trop vouloir en faire, le livre perd en crédibilité: ex. de la division entre diurnes et nocturnes qui finalement n'est presque pas exploitée).

Un livre moyen, difficile à pénétrer et une expérience unique en son genre. À chacun, je pense, de se faire sa propre opinion tant ce tome s'apparente à un ovni littéraire!

Posté par Mr K à 15:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 11 décembre 2009

"La Part de l'autre" de Eric-Emmanuel Schmitt

la_part_de_lautreL'histoire: 8 octobre 1908: Adolf Hitler recalé. Que se serait-il passé si l'Ecole des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement? Que serait-il arrivé si, cette minute-là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d'artiste? Cette minute-là aurait changé le cours d'une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde...

La critique Nelfesque: Ce que j'ai aimé ce livre! Ce que j'aime cet auteur! Non seulement on apprend des choses (parce qu'on a beau avoir entendu nos profs d'histoire nous relater la seconde guerre mondiale un paquet de fois, il suffisait que le cours tombe avant ou après la pause déjeuner, ça rentrait par une oreille et ça ressortait par l'autre... Ca c'est parce que Mr K était encore sur les bancs de l'école héhé!) mais en plus l'émotion passe remarquablement bien sous la plume d'Eric-Emmanuel Schmitt. Ce livre est déstabilisant. On s'attache à l'Adolf Hitler deuxième version, à l'homme qu'il aurait pu être. On souffre quand il doit quitter sa vie quotidienne pour les tranchées de la première guerre mondiale, on a mal quand il perd un ami, on sourit quand il rencontre sa femme, on pleure quand elle tombe malade... Dans ces moments là, en refermant son livre, il est difficile de dire "Pauvre Adolf" et pourtant c'est bien de l'empathie que l'on a pour lui.

"La part de l'autre" n'est pas seulement le récit de ce qu'aurait pu être la vie d'Hitler si il avait intégré les beaux-arts. Si il s'était contenté de ça, Eric-Emmanuel Schmitt aurait fait dans la facilité (quoi que...). Là où le livre est intéressant c'est qu'il relate en parallèle la vie du vrai Hitler et donc l'Histoire. Un chapitre sur deux, on retrouve une chronologie avec l'avancée du parcours et de la pensée de celui qui va être, est ou a été le Führer. Ainsi, on a l'impression d'être au plus près du personnage historique, dans ses réflexions, dans son cheminement personnel qui va le mener où l'on sait.

Il est difficile de se détacher de cette oeuvre, difficile de revenir à la réalité, difficile d'entamer une autre lecture une fois la dernière page tournée car ce livre marque le lecteur à jamais. Un livre magnifique que je conseille vivement à qui aime l'Histoire, s'intéresse à cette période ou simplement cherche à comprendre.