mardi 2 novembre 2010

"Créance de sang" de Michael Connelly

cr_anceL'histoire: L'ex-agent du FBI Terry McCaleb est à peine remis d'une greffe du coeur quand une inconnue, Graciela Rivers, vient le voir sur le bateau où il se repose et le somme d'enquêter sur la mort d'une certaine Gloria Torres, abattue à bout portant et de sang froid par un tueur masqué, dans une épicerie de la banlieue de Los Angeles. Agacé par l'aplomb de la jeune femme, McCaleb refuse. Elle lui révèle soudain que Gloria Torres n'est autre que sa propre soeur, et que c'est son coeur qui bat sous l'énorme cicatrice qu'il a encore en travers de la poitrine: cette enquête, Terry McCaleb la lui doit.

La critique de Mr K: Avec ce Connelly, j'ai fait une petite infidélité à ce cher Harry Bosch. L'auteur laisse de côté, le temps de ce "Créance de sang", son héros fétiche pour nous inviter à suivre l'enquête à travers les yeux de Terry McCaleb déjà présent dans "Le poète" (ce dernier se situant chronologiquement après ce volume): convalescent après une greffe cardiaque, il se doit de retrouver le meurtrier de sa donneuse.

Comme à son habitude, Connelly a soigné aux petits oignons ses personnages et on s'y attache immédiatement. J'ai retrouvé avec un rare plaisir l'ex du FBI, McCaleb, profiler et enquêteur de génie. Diminué, limite has-been, il va devoir tout au long du livre se reprendre en main pour accéder à la requête de Graciela Rivers. Cette dernière est, elle aussi, une blessée de la vie: soeur assassinée, son neveu à charge et incapacité à surmonter son deuil tant que la lumière n'aura pas été faite. Ces deux là étaient fait pour se rencontrer, ces rapports changeants constituent la part solaire d'un roman plutôt sombre.

En effet, Connelly ne nous épargne pas, une fois de plus! Scène de crimes violents et à priori gratuits, un tueur sadique et malsain à souhait (rien à envier au "Poète"!), des flics retors freinant l'enquête: vous l'avez compris, on a souvent les nerfs pendant cette lecture. Sans compter, McCaleb qui force sur ses limites, toujours sur le fil du rasoir mais qui peu à peu s'approche de la vérité. La résolution d'énigme sera difficile à accepter et changera sa vie irrémédiablement.

On retrouve dans "Créance de sang" tout le talent de Connelly: son style à la fois incisif et concis, un maniement hors norme du suspens (très difficile de reposer le bouquin avant la fin) et une trame changeante et manipulatrice. Une bien bonne lecture que je conseille à tous les amateurs de policier bien ficelé.

Posté par Mr K à 17:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 25 octobre 2010

"Running man" de Richard Bachman

runningL'histoire: La dictature et les jeux: la Rome antique avait ses gladiateurs... Les Etats-Unis, en cette année 2005, ont le Libertel, arme suprême du nouveau pouvoir. Emission vedette de la chaîne unique: "La Grande Traque". Et le peuple, les yeux rivés sur le petit écran, regarde la mort en direct.
Chômeur comme tant d'autres, Ben Richards s'est engagé dans la compétition. Commence alors le compte à rebours... Pendant trente jours, Ben devra fuit les tueurs lancés à ses trousses. Le jeu n'a pas de règles, tous les coups sont permis. La foule participe, dénonce, s'acharne: la prime est alléchante...

La critique Nelfesque: Me voici de nouveau lancée dans une lecture de Stephen King pour le Challenge de Neph. Cette fois ci, mon choix s'est porté vers un "ancien King", ceux de la bonne époque (oui je le repète, depuis quelques années je me suis lassée), avec "Running man". Je ne l'avais encore jamais lu, c'était le moment idéal!

Avec "Running man", Richard Bachman alias Stephen King, diffère de ses récits habituels. Ici, point d'esprits mauvais, de monstres sanguinolants, de possessions, de sciences occultes... "juste" une oeuvre de science-fiction. King fait dans le sobre. Certes, ce n'est pas son sujet favori et dans le domaine bon nombre d'auteurs sont de vrai génies (je pense entre autres à Ira Levin avec "Un bonheur insoutenable") mais avec ce roman l'auteur n'a pas à rougir.

Tout commence avec la décision de Ben de participer à un jeu de téléréalité. Pourquoi en arrive-t-il là alors qu'il haït tant le Libertel? Comment se déroule la présélection de ces jeux malsains? Cette partie a été celle que j'ai préféré, une vraie critique de l'individualisme, de l'appât du gain, de la société. La présélection est atroce, l'homme n'est plus un homme mais un numéro que l'on méprise et qu'il faut triturer dans tous les sens pour savoir si il sera un bon "objet" à présenter aux téléspectateurs. Ce roman a beau avoir été écrit en 1982 comme étant de la science-fiction, il est aujourd'hui d'actualité. Difficile de ne pas faire la comparaison avec les émisions de TF1 ou d'M6. Tout ce qui compte c'est le spectacle, c'est divertir les masses, c'est l'audimat au détriment de la morale et du bon sens. Seul l'argent compte.

S'ensuit une longue course contre la montre (ou devrai-je dire contre la mort) où Ben vit comme un animal traqué. Toute la nation est contre lui: la police, l'armée, les habitants. Donner un indice sur l'endroit où il se trouve rapporte de l'argent, rapporter sa tête, beaucoup plus. De son côté Ben grapille les heures qui équivalent à quelques dollars. Autant dire que ses chances sont minimes...

challenge_stephen_kingLa fin n'est pas des plus originales (le compte à rebours présent depuis le début du bouquin laisse présagé une issue fatale) mais pour tout ce que dénonce ce roman et pour le déroulement haletant de l'histoire je conseille ce livre. Un bon moment en perspective. Avalé en 2 jours, j'ai retrouvé, le temps de cette lecture, le goût que j'avais pour King à mon adolescence.

 

Posté par Nelfe à 19:34 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 22 octobre 2010

"Fatherland" de Robert Harris

fatherlandL'histoire: Berlin, 1964.
Depuis que les forces de l'Axe ont gagné la guerre en 1944, la paix nazie règne sur l'Europe. Seule, l'Amérique a refusé jusqu'ici le joug. Mais dans quelques jours, le président Kennedy viendra conclure une alliance avec le Reich. Ce sera la fin du monde libre. Deux meurtres étranges viennent perturber les préparatifs. Les victimes sont d'anciens S.S. de haut rang jouissant d'une paisible retraite. Chargé de l'affaire, l'inspecteur March s'interroge.
S'agit-il d'un règlement de comptes entre dignitaires ? Mais, s'il s'agit d'affaires criminelles pourquoi la Gestapo s'intéresse-t-elle à l'enquête ? Quelle est cette vérité indicible qui tue tout ceux qui la détiennent et semble menacer les fondations même du régime ? Le mystère s'épaissit et, dans Berlin pavoisée, les bourreaux guettent prêts à tout pour étouffer dans la nuit et le brouillard les dernières lueurs de la liberté.

La critique Nelfesque: Que serait l'Allemagne aujourd'hui si ce pays avait gagné la seconde guerre mondiale? Du moins, que serait-elle dans les années 60? Quelle Histoire serait enseignée à l'école et que sauraient les adultes du passé de leur nation? Voilà autour de quoi tourne "Fatherland".

Pour lire ce roman, il faut s'accrocher et s'habituer aux termes allemands, aux noms à consonnance germanique... J'ai buté plus d'une fois sur des mots tels que Bürgerbräukeller, Sturmbannführer ou Oberstgruppenführer! Et bien non, je n'ai pas fait Allemand en LV2... Certains termes sont compliqués, les liens entre les différents acteurs politiques et les grades de l'armée ne sont pas aisés à assimiler mais une fois ce petit "effort" réalisé, ce roman est un vrai plaisir.

On suit Herr Sturmbannführer March dans une enquête halletante où plusieurs meurtres de hauts dignitaires allemands semblent mener à un complot à échelle nationale qui, si il était découvert, jetterait le discrédit sur l'Empire Allemand. March est un allemand "de base" qui suit la ligne de conduite imposé par le Reich et ne se pose pas de question. Certes il est un peu borderline mais reste majoritairement dans les clous. Il va faire la connaissance de Charlotte, une journaliste américaine qui n'a pas du tout la même vision que lui sur son pays et va l'aider à déméler les fils de l'enquête. Pour elle c'est le scoop du siècle, pour lui c'est un dur chemin vers la vérité.

Bien entendu on se doute de l'issue de l'investigation mais ce n'est pas, à mon sens, le but premier de ce roman. On est tous au courant de ce que les allemands ont fait pendant la seconde guerre mondiale et de la politique mise en place par Hitler. Ce qui est intéressant c'est la façon dont March découvre des faits qui le dépassent et le font totalement revoir l'attachement qu'il porte à son pays et son obéissance à ses supérieurs.

Un livre qui fait froid dans le dos, qui n'est malheureusement pas une simple fiction, et qui pour qui connait un minimum l'Histoire se révèle passionnant.

lundi 18 octobre 2010

"Le Zubial" d'Alexandre Jardin

zubialL'histoire: Le jour où mon père est mort, le 30 juillet 1980, la réalité a cessé de me passionner. J'avais quinze ans, je m'en remets à peine. Pour moi, il a été tour à tour mon clown, Hamlet, d'Artagnan, Mickey et mon trapéziste préféré; mais il fut surtout l'homme le plus vivant que j'ai connu. Pascal Jardin, dit le Zubial par ses enfants, n'accepta jamais de se laisser gouverner par ses peurs. Le Zubial avait le talent de vivre l'invivable, comme si chaque instant devait être le dernier. L'improbable était son ordinaire, le contradictoire son domaine.

Ce livre n'est pas un recueil de souvenirs mais un livre de retrouvailles. Le Zubial est l'homme que j'ai le plus aimé. il m'a légué une certaine idée de l'amour, tant de rêves et de questions immenses que, parfois, il m'arrive de me prendre pour un héritier.

La critique de Mr K:

Après la montée en pression avec le dernier Despentes, une lecture plus douce mais toute aussi folle avec cette biographie romancée haute en couleur avec un personnage principal totalement hors normes qui "habite" littéralement ce livre.

Le Zubial est un original qui a décidé de vivre sans contraintes et dont les actes et paroles vont marquer son fils. On lit avec délectation les délires de Pascal Jardin, son anticonformisme et son profond désir de liberté: il s'emmerde dans un dîner mondain, il le dit et se lève de table en saluant tout le monde; une femme mariée l'intéresse, il fera tout pour l'obtenir quitte à aller voir le mari ou escalier la façade... Le Zubial est avant tout un coureur de jupon, le mariage des Jardin (pour les deux morts) n'est pas un cadre figé... drôle d'existence donc où les enfants voient déambuler dans la propriété familiale les amant(e)s de tout bord. Voici un passage où l'on peut se faire une idée sur la conception de la vie du Zubial notamment sur son attirance pour l'infini et la puissance des envies illimitées:

- Et Président? lui demandai-je un jour. On peut devenir Président de la République, nous ? Parce que... ça me plairait bien. Il posa sa scie, réfléchit un instant et me répondit avec le plus grand sérieux.

- Oui, ça c'est possible... mais quand ?
- Quoi quand ?
- Quand veux-tu devenir un grand Président ?

Il me prenait un peu de court ; j'avais neuf ans et ne savais pas trop quoi répondre. Mais son attitude me confirma dans l'idée que l'affaire était jouable puisqu'il ne m' avait demandé qu'une seule chose : quand ?
A présent, je me rends compte de la beauté de sa réaction. Le Zubial me permettait tout, pourvu que mes désirs fussent exorbitants. Un père ordinaire eût sans doute ricané devant une telle question ; lui s'était seulement inquiété de la date. Le Zubial croyait en la puissance des envies lorsqu'elles sont illimitées. Etait-ce une naïveté? Sans doute, mais j 'y vois aussi une sagesse, un respect pour ce qu'il y a peut- être de plus précieux chez un petit garçon, et en l'homme les désirs. Dix-sept ans après, je garde encore le goût des siens, si vifs, si ensoleillants.

Papa, pourquoi m'as-tu abandonné? Pour quoi m'as-tu laissé dans ce monde où les vastes désirs semblent toujours un peu ridicules? Lui seul croyait en mes folies, lui seul me donnait envie de devenir quelque chose de plus grand que moi. Ce goût de l'infini, et de l'infiniment drôle, m'est resté comme une terrible nostalgie.

Alexandre Jardin se livre énormément dans ce livre, n'hésitant pas à lever le voile de la pudeur en relatant des moments clefs de sa relation avec son père. Écrit intimiste, on rit souvent devant les extravagances du père mais le ton devient par moment plus grave lorsqu'il arrive que les choses tournent mal (suicide d'Emmanuel Jardin). Souvenirs romancés placés sous le sceau de l'insouciance mais aussi des choix que l'on doit mais surtout que l'on VEUT faire. Le père, figure existentialiste par excellence, précepteur-modèle, à le fois proche et inatteignable, Idéal convoité par le jeune Alexandre qui va devoir se construire dans son ombre à la fois rassurante et étouffante. Ce livre est donc une très belle illustration du parcours initiatique que doit mener chaque ado pour se construire et s'affirmer.

Un livre qui se lit très facilement, on retrouve la très belle prose de l'auteur que j'ai déjà pratiqué par le passé avec Fanfan et le Zèbre. À la fois accessible et évocatrice au possible, les pages s'enchainent sur un rythme haletant sans que l'on s'en rende compte. Les chapitres sont très courts (5 pages maximum) et c'est par bonds successifs que nous découvrons et apprenons à connaître Pascal Jardin et ses relations avec son fils. Une bonne lecture, vivifiante à souhait que je vous recommande.

Posté par Mr K à 15:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 17 octobre 2010

"Deux jours à tuer" de François d'Epenoux

2j___tuerL'histoire: Rien à dire sur la vie d'Antoine Méliot. Il a une femme ravissante, trois enfants magnifiques, des amis fidèles, une maison dans les Yvelines meublée avec goût, une cuisine équipée et une belle situation.
Rien à dire sur la vie d'Antoine Méliot, sinon qu'en ce mois d'octobre il s'est donné un week-end pour saboter son bonheur : non seulement l'amour fou qui l'unit à sa femme et à ses enfants, mais aussi les liens indéfectibles qu'il entretient de longue date avec ses meilleurs amis. Deux jours, en vérité, pour détruire une existence. Pourquoi ? " L'araignée noire " qu'il nourrit en lui depuis l'enfance s'est-elle réveillée ?

La critique Nelfesque: J'avais envie de voir le film tiré de ce roman, dès sa sortie en salle, avec Dupontel au générique. Comme ça arrive souvent, j'ai laissé passer le temps et le film a fini par nous filer sous le nez. Qu'à cela ne tienne, j'avais noté le titre et l'auteur du roman et certes j'ai mis du temps, mais j'ai fini pas lire "Deux jours à tuer"!

Voici un petit livre, assez court (189 pages) mais dense et éprouvant. Antoine décide d'un coup d'un seul de saboter sa vie et il n'y va pas avec le dos de la cuillère. On peut comprendre le pourquoi de cette envie de tout foutre en l'air mais j'ai été assez choquée par certains de ses choix. Pourtant, pour me choquer, il faut y aller... Je ne peux dévoiler ici la raison d'un tel changement dans le comportement du personnage principal mais je ne pense pas que tout justifie une telle violence. Est-il vraiment utile d'aller à ce point dans le glauque pour quitter femme et amis? Le comportement d'Antoine avec ses enfants tout particulièrement et avec l'une de ses meilleures amies est détestable. L'auteur réussit à nous faire haïr le personnage, comme Antoine cherche à se faire haïr de son entourage. Bravo pour l'exploit.

La fin se laisse deviner mais l'auteur nous mène sur une autre piste tout à fait crédible et nous mène par le bout du nez. L'écriture est simple et, de façon assez voyeuriste, on ne peut s'empêcher de tourner les pages pour voir jusqu'où ira le personnage d'Antoine dans sa "folie préméditée". On imagine le pire bien des fois et la pression monte crescendo.

Au final un livre à ne pas mettre dans toutes les mains mais montrant à merveille la détermination d'un homme qui fait du mal pour le bien (drôle de concept mais qui se défend) et nous montre qu'on ne peut pas toujours aider les amis qui ne le veulent pas sous peine d'être rhabillé pour l'hiver. A lire. Quant à moi, il ne me reste plus qu'à voir le film. Enfin.

Posté par Nelfe à 16:05 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 12 octobre 2010

"Apocalypse bébé" de Virginie Despentes

virginie_despentes_apocalypse_bebeL'histoire: Apocalypse Bébé est un road movie électrique entre Paris et Barcelone où deux détectives aux personnalités diamétralement opposées se lancent sur les traces d'une adolescence déstructurée Valentine Gatlan, « adolescente nymphomane, défoncée à la coke et hyper active». Lucie, trentenaire, détective un peu désabusée, empotée et malgrè tout spécialisée dans les filatures d'adolescents,  est chargée par la famille Gatlan de surveiller Valentine, adolescente fragile, au comportement autodestructeur et à la sexualité très débridée. La perdant de vue  au cours d'une de ses filatures, elle se doit de la retrouver au plus vite. Manquant d'assurance et d'expérience, elle fait appel à une détective free-lance dit la « la hyène » lesbienne sulfureuse, violente,  manipulatrice, habituée aux méthodes radicales. Toutes deux se plongent à corps perdu  dans l'histoire tourmentée de l'adolescente.

La critique de Mr K: I love you Virginie! Tels avaient été mes derniers mots lors de ma critique de King Kong théorie, il y a quelques mois de cela. Ce livre le confirme, j'aime toujours autant cet auteur qui ici passe encore au cran supérieur nous livrant un livre aussi sulfureux qu'addictif. Le noir et le polar sied parfaitement à notre cherry bomb nationale. Ça fouette, ça "uppercute" et on en redemande! Mon côté maso est comblé et en redemande encore: vous l'avez compris, j'ai méchamment pris une claque avec cette lecture qui n'a eu qu'un défaut... trop courte!

Tout d'abord le genre. On a affaire à un polar drôlement bien ficelé avec sa dose de suspense et de personnages bien trempés. Le choix narratif est très efficace, on a un chapitre sur deux le point de vue de personnages secondaires à l'enquête principale: le père, la belle-doche, le cousin rebeu des quartiers, les potes d'extrême gauche... Tout pour que les pièces du puzzle (Valentine et sa psyché torturée) se révèlent petit à petit, mettant à jour peu à peu le parcours de cette gamine perdue. Les deux personnages principaux antinomiques à souhait se renvoient la balle continuellement créant un lien étrange, non dénoué d'humour (grande nouveauté despentienne!). On s'attache à la hyène, on trépigne face à la vacuité qui se dégage de Lucie... puis les repères deviennent flous et on se rend compte qu'on est balladé joyeusement par Despentes... la fin est effroyable! Pour soupoudrer le tout, rajoutez là dessus un petit air de romance lesbienne avec la découverte de l'amour avec une personne du même sexe (ça sent l'autobiographie), le tout sans en faire trop avec juste ce qu'il faut de beauté pour ne pas tomber dans la sensiblerie bon marché dont on nous abreuve à longueur de temps et vous obtenez un mélange détonnant!

Le style est une fois de plus frontal, hargneux, ironique et direct.DESPENTEScbertini_3 Tout ce que j'aime chez l'auteur. Jamais prétentieux, le but est de cerner vite et clairement les protagonistes, les lieux et l'action. J'ai lu chez d'autres blogueurs que la vulgarité est de mise tout au long de l'oeuvre. Je m'inscris en faux face à cette assertion: certes on est dans le familier mais vulgarité rime souvent avec facilité. Ici ce n'est pas le cas, ce roman est un pur reflet de notre époque et l'on voit mal des gosses de cité ou des malfrats parler comme dans le XVIème arrondissement. Alors, sûr, c'est brut de décoffrage mais ça ancre cette oeuvre dans une réalité (peu reluisante je vous l'accorde). Pour résumer, ça se lit comme du petit lait et il est vraiment très difficile de décrocher.

Mais on n'est pas seulement face à un roman classique. Au détour des pages, c'est un portrait de notre société qui nous est révélé. Une fois de plus, c'est la femme, sa féminité, sa sexualité et son rapport à l'homme qui au coeur de l'oeuvre. On retrouve dans Apocalypse bébé les questions qui taraudent l'auteur. Les piques sont nombreuses et les réflexions à l'avenant, on retrouve le féminisme punk propre à l'auteur et son dégoût-déception des hommes. Mais derrière ces éclairs thrash jubilatoires et cyniques se cache une tendresse profonde qui n'échappera à personne. C'est aussi une critique féroce de la bonne société bourgeoise avec notamment le père (François)  qui "laisse couler" face à une jeune fille en déséquilibre profond et finalement une gamine que personne ne recherche vraiment.

Une lecture enthousiasmante, un pied intégral, un souvenir littéraire vivace: un grand livre! Je persiste: I love you Virginie!

Posté par Mr K à 17:45 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 9 octobre 2010

"L'ironie du sort" de Paul Guimard

ironieL'histoire: Nantes, le 11 septembre 1943, juste avant 23 heures. À proximité de la Kommandantur,  Antoine Desvrières est caché dans une porte cochère avec la mission d'abattre le "lieutenant Werner" qui est sur le point de terminer son enquête sur le réseau "Cornouaille".

Rue Monselet. Marie-Anne de Hauteclaire, fille du bâtonnier de Nantes, qui attend un enfant d'Antoine, est dans l'attente du résultat de cette action (dont elle ne connaît pas le détail).

Devant la Kommandantur, place Louis XVI. Le Feldgendarme Helmut Eidemann essaie de faire démarrer une camionnette pour la patrouille de 23 heures. Le lieutenant de Rompsay sort du bâtiment, reçoit le salut d'Helmut, descend vers le lieu de l’embuscade. Il pense à son métier, au passé de sa famille, à sa maîtresse française.

L'histoire peut commencer...

La critique de Mr K: Très bonne lecture que ce livre qui m'a été chaudement recommandé par un de mes collègues fervent admirateur de Guimard. Pour ma part, c'est ma première lecture de cet auteur et je pense que j'y retournerai bientôt tant son écriture et sa gestion de (des) intrigue(s) est prenante.

Ce livre ne raconte pas une histoire, mais plusieurs récits parallèles. Au centre, un acte fondateur: l'assassinat d'un officier allemand par un résistant. Selon sa réussite et son échec, les roues de l'histoire vont emprunter des rails différents. C'est justement là que réside l'ironie du sort, un choix, une réaction différente fait que notre vie prend telle ou telle direction. Livre "existentialiste" dans l'âme, le destin n'existe pas, nos vies ne sont que le résultat de nos choix. À partir de là, les personnages ont des destinées, des ressentis et des trajectoires bien différentes selon la réalisation ou non de l'acte fondateur suscité: résistant héroïque, collaborateur chevronné, mariage ou deuil, mort jeune ou vie bien remplie... Inutile de vous dire que j'ai pris un malin plaisir à passer d'un récit à un autre, examinant les changements intervenus dans la vie des personnages.

Le tout est écrit dans une langue accessible, pleine de subtilité et à la précision extrême. Point trop de description, ce qu'il faut pour que l'esprit du lecteur puisse imaginer les lieux et les personnes, des scènes haletantes (notamment les deux scènes de l'acte -réussi ou non-). Et puis, une sensibilité à fleur de page que l'on retrouve à chaque détour de phrase, de paragraphe. En voici, un petit exemple: En amour on n'est pas du soir et du matin. Marie-Anne était du soir. Jean, au contraire, toujours éveillé par les premières pâleurs de l'aube, résistait mal au désir d'arracher à la nuit ce peloton de chair tendre et étroitement inscrit dans les courbes de son propre corps. Marie-Anne dormait incrustée dans Jean. Les mouvements nocturnes les désunissaient parfois, l'espace d'un instant, mais Marie-Anne, du plus profond de son inconscience, accomplissait les gestes qui les ressoudaient au corps de son homme aussi parfaitement qu'une cire prend l'empreinte d'un moule; elle épousait Jean dans le vrai sens du mot. Elle n'était jamais aussi belle que dans le sommeil. Toute en courbes, en lignes flexibles, en replis imprévus, le visage brouillé par ses cheveux épars, elle semblait composée par un maître de ballet génial, tableau vivant de l'apaisement, danseuse immobilisée au comble de sa grâce, vulnérable, divine. Jean la découvrait furtivement tout en se jurant de respecter cette harmonie fragile mais bientôt, des draps écartés montait l'odeur de Marie-Anne endormie, ce miel, ce myrte, cette rose d'Ispahan que les plus anciens poètes ont respirés dans le parfum matinal des corps de leurs maîtresses.

Ce livre se déguste d'une traite et sous son apparence de récit simple (quoique multiple!) se cache une belle réflexion sur la liberté et la condition humaine. Une lecture que je conseille fortement.

Posté par Mr K à 19:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 8 octobre 2010

"Les régulateurs" de Richard Bachman

r_gulateursL'histoire: Dans la petite ville paisible de Wentworth, en plein coeur des Etats-Unis, règne une chaleur caniculaire. En fond sonore, ce symbole rassurant de la vie banlieusarde : le ronronnement régulier des tourniquet d'arrosage. Une fin d'après-midi comme tant d'autres ; cependant, le tonnerre se met à gronder et, au même moment une fusillade éclate, bouleversant la quiétude de la population. Puis les montres s'arrêtent, le numéro d'urgence de la police ne répond plus. Et la terreur s'empare de tous. Lorsque la voiture de Mary Jackson déboule à tombeau ouvert, on est bien loin de cette fin de journée paresseuse de juillet... Que s'est-il passé ? Qui peut bien en vouloir à cette localité sans souci ?

La critique Nelfesque: Voici une éternité que je n'avais pas lu de Stephen King (je pense qu'il est de notoriété publique que Richard Bachman et Stephen King ne sont qu'une seule et même personne). Je me suis arrêtée à "Dreamcatcher" en 2002 où j'ai dit STOP. Cet auteur qui a bercé mon adolescence m'a lassée, je trouvais qu'il n'était plus aussi bon qu'au début, allant même jusqu'à dire qu'il était franchement mauvais par moment.

Et puis j'ai remarqué sur le net, le "Challenge Stephen King" de Neph. J'ai alors sauté sur l'occasion pour lui donner une seconde chance.

J'avais déjà lu "Les Régulateurs" à sa sortie. J'avais alors 14 ans et j'avais un vague souvenir de ce roman. Je me rappellais m'être passablement ennuyée et je crois même que je l'avais abandonné en cours de lecture. J'ai donc ressorti ce roman en version grand format (j'aime beaucoup la couverture, la queue du loup suit sur celle de "Désolation", le roman jumeau de celui-ci) et me suis rafraichie la mémoire.

Disons le tout net: j'aurai mieux fait de m'abstenir! Je me suis encore une fois ennuyée pendant la moitié du roman, trouvant l'écriture franchement affreuse et brouillonne. L'histoire part dans tous les sens, la présentation des personnages se fait sans cohérence, c'est un véritable calvaire... Je comprends mieux pourquoi à 14 ans je n'ai pas voulu aller plus loin. J'ai poursuivi cette fois car depuis je ne laisse plus un seul roman de côté en cours de lecture, craignant de passer à côté de THE révélation qui fait du roman en question une pépite. Finalement, j'ai bien fait puisque la seconde partie relève le niveau. Peut-être parce que nous nous sommes habitués aux personnages, peut-être par habitude... Plus que cela, l'action devient plus intéressante, sous forme de huis clos, plus oppressante. Jusqu'ici on survolait l'histoire, là on est un peu plus dedans, connaissant les tenants et les aboutissants de l'intrigue. Le personnage du jeune garçon autiste sauve l'affaire.

challenge_stephen_kingEn fait, je n'ai pas trouvé l'histoire phénoménale. Ce n'est pas très original, j'ai l'impression d'avoir déjà lu cette histoire (et pas seulement quand j'avais 14 ans!). Peut être me suis-je vraiment lassée de Stephen King. Peut être suis-je tombée sur le mauvais pour reprendre ma lecture de cet auteur. Toujours est-il que futurs lecteurs, si vous voulez lire un bon Stephen King, passez votre chemin.

Posté par Nelfe à 19:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 6 octobre 2010

"Les demoiselles de l'étrange" de Jean Rollin

demoiseloles_de_l__trangeL'histoire: Estelle et Edwige sont des fillettes autistes investies de pouvoirs médiumniques par un grand Maître tibétain. Pour traquer les ombres farouches du démon Andras, de la Nonne assassine et des dieux thériomorphes de l'Ancienne Égypte, elles sillonnent les étendues brumeuses des terres celtiques, elles pénètrent dans le couvent des moniales éventrées et gravissent les pentes escarpées qui mènent au repaire des Rêveurs éternels.

La critique de Mr K: Quel programme me direz-vous! C'est exactement ce que j'ai pensé quand je suis tombé dessus (une fois de plus chez l'abbé!). Un pitch délirant à souhait qui résonne dans mon esprit geek amateur de série B horrifiques et surtout, un auteur, un nom, que dis-je... un grand nom de la production bis française: Monsieur Jean Rollin! Avant tout réalisateur, j'ai particulièrement apprécié Les deux orphelines vampires et La morte vivante. Entre érotisme, épouvante, gore: mélange de cadrages et de lumières parfois improbables, ces films transpirent l'amour pour le film de genre à 2000 lieues de grosses productions US à grand succès de ces dernières années. Rollin, l'éternel fauché mais pour moi, le petit poil à gratter de la production française du genre.

Mais revenons à nos deux demoiselles et donc au livre qui nous intéresse. Vous l'avez compris avec le paragraphe précédent, j'en attendais beaucoup vu mon admiration pour le bonhomme. La déception n'en a été que plus grande! Je me suis gonflé mais d'une force... comme diraient mes gamins. Le postulat de base était pourtant intéressant, complètement barré... mais voilà, on se rend très vite compte d'une chose: Rollin ne révolutionne pas le genre, au contraire on a l'impression de retourner aux origines du roman d'épouvante, celui que l'on trouvait sous forme de feuilleton dans les feuilles de choux bon marché et que l'on a oublié depuis avec raison.

Les histoires sont plates au possible, aucune surprise au détour des pages que l'on tourne de plus en plus péniblement: les péripéties s'enchaînent sans empathie, sans attachement, on abat un travail plus qu'on ne prend de plaisir. Mais Mr K est un obstiné de nature, il veut croire en son Rollin! Le style est poussif, l'auteur se répète deux, trois voir quatre fois dans la même page. Ca en devient triste au bout d'un moment tant on a l'impression de se retrouver devant un écrit de collégien. Alors certes, il y a un apport culturel important, il y a quelques passages sympathiques mais franchement c'est dispensable en tant que lecture. Pour preuve, je me suis arrêté à la fin de la première histoire n'ayant pas eu le courage de poursuivre.

Une grosse erreur de casting dans ma PAL, un égarement que je vais me dépêcher d'oublier. Quant à Rollin, préférez ses oeuvres cinématographiques qui bien qu'étant sujettes à controverse chez les cinéphiles s'avèrent beaucoup plus intéressantes et surtout non-consensuelles. À bon entendeur.

Posté par Mr K à 18:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 2 octobre 2010

"Darkhouse" d'Alex Barclay

darkhouseL'histoire: Quand une filature de routine se solde par les deux meurtres les plus atroces de sa carrière, l'inspecteur Joe Lucchesi quitte la police de New York et s'installe avec femme et enfant dans un village paisible de l'Irlande.

Il ne se doute pas qu'il est sur le point de vivre un cauchemar plus terrifiant que tout ce qu'il a connu: Katie, l'amie de leur fils, est retrouvée morte. Tourmenté par les rumeurs qui circulent au sujet de sa famille, Joe se lance dans une enquête solitaire, dangereuse... Car son fils lui ment, sa femme lui ment, et un tueur l'attend au tournant.

La critique de Mr K: Darkhouse est le premier roman de son auteur, son premier best-seller aussi comme écrit en blanc sur rouge sur mon exemplaire... C'est plutôt le genre de signe extérieur qui me refroidit d'habitude mais heureusement la curiosité l'a emporté un dimanche matin chez Emaüs et je l'ai pris (Merci encore l'abbé!). Ce fut une excellente lecture qui ne m'a pris que deux jours tant on devient addictif à l'oeuvre de cette diablesse d'Alex Barclay.

Et pourtant, on nage dans le classicisme absolu en terme de thriller. Un héros paumé et attachant à la Harry Bosch. Une petite famille à priori heureuse où les omissions et mensonges seront révélés (attention, la phrase d'accroche au dos est trompeuse...). Un tueur bien sadique à souhait et une populace bien conne, fan de ragots. Tout est en place pour mener la vie dure au héros qui pendant les 3/4 de l'histoire s'en prend plein la face. Le procédé narratif n'a lui aussi rien de vraiment original, on alterne les chapitres se déroulant à notre époque et les chapitres (plus courts) consacrés à la génèse du tueur en série (son enfance dramatique et tout ce qui va en découler). Rien d'original donc...

Et pourtant, c'est un livre qui m'a énormément plû parce qu'excellemment maîtrisé. Alex Barclay n'a pas inventé le fil à couper le beurre mais elle le manie avec une maestria rare pour un premier roman. Décidément les auteurs de thriller femmes sont machiavéliques. Avec une précision d'horlogère, elle installe une ambiance (vie de famille très bien décrite et jamais lourdingue) pour mieux la démonter ensuite quand une menace vient plâner sur ce microcosme paradisiaque. Chaque fin de chapitre laisse le lecteur pantelant et l'oblige (y'a pas d'autre mot) à attaquer la suite sous peine de frustration extrême. Le suspens est dosé à merveille et l'écriture aussi limpide que précise ajoute au réalisme et donc à la crédibilité de l'ensemble. Dans ces conditions, on arrive très vite à la fin qui ne déçoit pas même si l'on se doute un peu de ce qui va se passer.

Une bonne lecture que je recommande à tous. Il paraît que depuis, Alex Taylor en a sorti trois autres dont un reprenant le personnage de Joe Lucchesi, je me laisserai sans doute tenter de nouveau.

Posté par Mr K à 14:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,