jeudi 25 février 2016

"La Fille quelques heures avant l'impact" de Hubert Ben Kemoun

001

L'histoire : Ce soir. Tous ou presque ont prévu d'assister au concert du groupe de Marion. Mais tous n'iront pas pour les mêmes raisons. Certains sont venus avec joie et envie, d'autres avec rage et dégoût. Ici des comptes vont se régler, des vies basculer en quelques instants. Celle d'Annabelle tout particulièrement. Dans le noir, la tension monte. Annabelle veut croire que l'espoir va l'emporter mais la haine peut triompher…

La critique de Mr K : Lecture placée sous le sceau de l'adolescence, de ses espoirs et de ses colères aujourd'hui avec le nouveau livre d'Hubert Ben Kemoun, La Fille quelques heures avant l'impact, paru récemment dans la collection Flammarion jeunesse. Plongez avec moi dans cette chronique s'étendant sur un après midi et une soirée qui va virer au drame.

L'action démarre pendant le cours de français d'Isabelle, une jeune professeur qui tente d'intéresser ses élèves endormis à l'étude d'un roman de Radiguet. Dur dur, surtout que c'est un vendredi après midi, la veille du long week-end de Pentecôte et qu'elle est obnubilée par son téléphone et un sms qu'elle ne peut lire pour le moment de son petit ami. Ambiance molle et caniculaire qui permet à l'auteur de nous présenter les autres grands protagonistes de l'histoire. Annabelle tout d'abord, l'héroïne, une jeune fille de son temps, pas aidée à la maison et au caractère bien trempé. Il y a aussi son amie Fatou, confidente et boule de positivité. Mokhtar, le faux caïd de la classe, un gentil zonard des cités qui se donne des grands airs. Sébastien, l'amoureux bientôt éconduit, puant de suffisance et de machisme du haut de ses quinze ans. Fabien, apprenti facho marchant sur les pas de son père, une huile d'un parti d'extrême droite et Thierry le suiveur qui prend pour parole d'évangile tout ce que dit son pote. Le cours de français dérape, les insultes pleuvent, la rumeur court, l'explosion est en marche. Elle va entraîner dans son souffle toute cette foule de personnages vers un final tétanisant et glaçant au possible.

On se prend au jeu très vite avec cette lecture, les chapitres se succèdent égrenant les heures qui s'écoulent et les différents points de vue. Ainsi, nous partageons le quotidien morose d'Annabelle livrée à elle-même depuis l'incarcération de son père et avec une mère qui vit dans son monde sans se préoccuper d'elle. La jeune fille n'a d'autre choix que de chercher par elle-même quelques instants de grâce pour égayer sa vie. Cette soif la sauve quelque part. C'est le temps de l'amitié avec Fatou, de la découverte des garçons (avec Sébastien, brouillon des relations à venir et qui prend très mal le fait d'être largué), c'est aussi le temps de la rébellion et des combats de la jeunesse avec notamment ce concert organisé contre la municipalité pour dénoncer les abus de cette dernière en terme de discriminations tout azimut.

La tension est palpable tout au long de ce court roman, on sent les antagonismes grandir, la fureur envahir quelques jeunes qui deviennent haineux, possédés par ce que les anciens appelaient l'hybris. Temps de la passion par excellence, l'adolescence est ici décrite avec une certaine subtilité et les émotions sont à fleur de peau. Éros et Thanatos règnent en maître sur les destinées présentées et notre cœur chavire bien des fois: complicité et tendresse des remarques et réflexions de ces hommes et femmes en devenir, mais aussi de l'effroi devant les motivations de certains et ce qui se prépare. À son apogée, le crescendo est saisissant et très dérangeant, la toute fin est elle plus convenue pour ne pas dire décevante car sonnant trop comme une belle morale républicaine bien proprette. Pas sûr que le monde tourne comme ceci, nos adolescents méritaient je pense une fin moins consensuelle et plus ouverte.

C'est ce qui m'a quelque peu dérangé dans cet ouvrage, certains partis pris dans les personnages qui les rendent très caricaturaux. Ainsi, les fachos (appelons un chat un chat) sont vraiment ignobles et très très méchants dès leurs 15 ans. Certes cela existe et il ne faut pas le nier mais j'ai trouvé cela too much surtout qu'à côté de ça, leur contrepoids de cité (les pseudos racailles) sont doux comme des agneaux comparés à eux. Trop manichéen et pas assez nuancé dans l'exposition des colères, le livre excelle par contre dans la description des amitiés et des ressentis d'Annabelle et de ses proches. On rentre vraiment dans la tête de l'ado lambda qui essaie de cultiver son jardin intérieur comme elle peut, en prenant ça et là (en cours, à la maison, dans la rue) des brides d'indices qui la conduisent vers une route plus heureuse. Je garderai donc plus en souvenir cet aspect de l'ouvrage plutôt que la dénonciation de l'intolérance que j'ai trouvé plutôt raté car trop appuyée et manquant de finesse.

Reste un livre que j'ai tout de même dévoré en deux heures pris que j'ai été par le sens du récit de son auteur, à l'écriture aussi simple qu’hypnotisante. Le rythme est syncopé entre révélations des pensées et accélération des événements, une belle tension monte de l'ensemble et on ne peut décemment pas relâcher le volume avant la fin. Belle qualité tout de même pour un livre imparfait mais néanmoins séduisant.

Posté par Mr K à 17:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 24 février 2016

"Old School" de John Niven

old schoolL'histoire : Susan Frobisher et Julie Wickham approchent de la soixantaine. Amies depuis l’enfance, elles habitent une petite ville du Dorset, en Angleterre. Susan a tout pour être heureuse : une jolie maison et un mariage solide avec Barry, comptable. Pour Julie, la vie n’a pas toujours été aussi tendre : elle a traversé plusieurs échecs professionnels et amoureux. Mais aujourd’hui, elle a trouvé un peu de stabilité. Les deux amies vivent donc paisiblement jusqu’au jour où on retrouve Barry mort dans un appartement inconnu aux airs de repaire porno… Susan découvre alors que son époux menait une double vie et avait accumulé de nombreuses dettes. Sa maison est sur le point d’être saisie, elle va tout perdre.
Sous l’influence d’un gangster octogénaire, les deux femmes décident de jouer le tout pour le tout et de cambrioler une banque. Avec l’aide d’une poignée d’amis déjantés, elles mettent leur plan à exécution. Mais comment s’enfuir avec leur butin ? L’improbable petite bande met les voiles pour une équipée à travers l’Europe où elle croisera un jeune auto-stoppeur, Interpol et la mafia russe. Et si, au lieu de décliner, leurs vies ne faisaient que commencer ?

La critique Nelfesque : "Old School" est sorti récemment en librairie chez Sonatine et autant vous le dire tout de suite, il fait un bien fou ! Et je ne dis pas cela parce qu'il s'agit d'une de mes maisons d'édition préférées mais parce qu'il y a dans le ton de John Niven un côté loufoque et décalé qui égaye une journée.

Susan, Julie, Jill et Ethel ont toute un point commun : elles ne sont plus de la prime jeunesse. Susan et Julie sont amies d'enfance. Elles ont connu des hauts et des bas dans leurs vies mais elles ont toujours été là l'une pour l'autre. Alors quoi de plus normal que de s'associer le jour où l'une d'elle décide de voler une grosse somme d'argent pour payer ses récentes dettes ?

Bientôt à la rue suite au décès de son mari qui lui avait caché bien des choses de son vivant, Susan change du tout au tout une fois veuve et monte, avec l'aide du Clouté, ancien petit ami malfrat de Julie, le casse du siècle. Pour cela ils leur faut trouver des bras, mettre en place un plan d'action, être méthodique et devenir en quelques jours des professionnelles du crime.

Des petites mamies bien sous tous rapports, membres d'un club de théâtre avec une petite vie bien rangée vont alors devenir un gang de braqueuses et ennemies publiques numéro 1 de deux agents de Scotland Yard, l'inspecteur-chef Boscombe et l'inspecteur Wesley. Il faut dire que Boscombe a un compte à régler avec Ethel et fait de l'arrestation de cette bande de bras cassés une affaire personnelle. Et pour cela, il va loin... Très loin !

Purement dans l'humour anglais, John Niven nous propose un roman hilarant aux scènes abracadabrantesques flirtant avec le what the fuck souvent mais entraînant le lecteur dans une histoire palpitante où bonne humeur et franche rigolade sont au rendez-vous. Les personnages sont savoureux. Ces mamies à la fois attendrissantes et uniques n'ont rien à perdre et retrouvent une seconde jeunesse sur les routes de la clandestinité. De petits hôtels de province en grands relais châteaux à plusieurs étoiles, cette bande de joyeux drilles en cavale va parcourir l'Angleterre et la France avec la police aux trousses et quelques 4.000.000 de livres !

"Old School" est un roman drôle et surprenant qui ravira les adeptes d'ouvrages décalés et sortant des sentiers battus. Avec ce roman ci, le rire est assuré et l'imagination de l'auteur part tellement loin que l'on se demande sans cesse jusqu'où celui ci va nous mener. Pour notre plus grand bonheur !

Posté par Nelfe à 18:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 22 février 2016

"Les Délices de Tokyo" de Durian Sukegawa

9782226322883-j

L'histoire : Écouter la voix des haricots : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d'embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu'elle lui a fait partager.

La critique de Mr K : Beau voyage dans le Japon d'aujourd'hui avec ces Délices de Tokyo de Durian Sukegawa. Homme aux multiples facettes: clown, écrivain, poète, animateur radio, diplômé en philosophie et en pâtisserie. Cet ouvrage est son premier traduit en français, conséquence de son adaptation cinématographique récente par Naomi Kawase, auteur notamment du magnifique Still the Water, mon coup de cœur de l'année cinématographique 2014. Plongez avec moi dans ce court roman faisant la part belle à l'empathie, la sensualité et la poésie.

Depuis qu'il est sorti de prison, Sentarô travaille dans une échoppe de Dorayaki, pâtisserie composée de pâte à pancake et de purée sucrée de haricots azaki. Il va au travail sans passion réelle, c'est alimentaire (dans tous les sens du terme -sic-) et il se contente du strict minimum. Peu concerné et pas très appliqué dans la fabrication de ces douceurs typiques au Japon, les affaires stagnent dangereusement, les clients ne revenant pas forcément vers cette boutique entourée de beaux cerisiers japonais. Le destin de Sentarô va basculer avec sa rencontre avec une drôle de petite vieille qu'il va embaucher presque malgré lui. Tokue derrière son image de grand-mère malicieuse cache un talent inouï de pâtissière et elle va l'aider progressivement à remonter la pente entre technique de cuisine et confiance en soi. Mais un passé enfoui va remonter à la surface et mettre fin à cette fructueuse collaboration, Sentarô va bientôt découvrir le secret de la vieille femme, une révélation poignante qui changera sa vie à tout jamais...

Je vous l'avoue de suite, j'ai lu ce roman d'une traite avec une légère pause déjeuner. Une fois deux chapitres lus, la magie opère, ensorcelé que j'ai été par le charme particulier de l'écriture de Durian Kawase et le charisme incroyable des personnages. Je me suis immédiatement attaché au personnage de Sentarô, un homme brisé par une vie sans relief et sans réel but. Les hasards de l'existence ont fait de lui un spectateur de sa vie, il n'est pas heureux mais il n'est pas non plus si malheureux que ça. On suit dans un premier temps son quotidien bien rodé et sans surprise entre travail, séjour dans les bars (il a une légère tendance alcoolique) et introspection le soir à la maison. Dans sa médiocrité, il est touchant car elle se révèle être le reflet de certains passages de nos existences qui flirtent avec la vacuité et le manque de sens.

Et puis, arrive Tokue. Une énigmatique vieille dame pleine d'allant qui ne demande qu'à aider Sentarô contre un salaire de misère. À force de venir le voir, elle va travailler avec lui et lui apprendre les ficelles du métier et même sa philosophie. Personnage de vieux sage malicieux sur lequel plane un secret inavoué, on ne peut que se prendre d'affection pour cet être à part, diminué par une ancienne maladie et qui se conduit envers Sentarô comme la mère qu'il n'a jamais connue. On en apprendra bien plus sur elle après sa disparition, le livre prend alors un tournant très mélancolique et c'est le cœur au bord des lèvres qu'on achève une lecture emplie d'émotions légères et pénétrantes, à la saveur toute japonaise comme je les aime.

L'alchimie prend merveilleusement bien entre passages explicatifs de la fameuse recette des dorayaki, échanges entre les personnages sur la vie et l'existence, et description du temps qui passe avec comme témoins privilégiés les cerisiers de la rue commerçante où se passe la majeure partie du roman. C'est un parfum de douceur, de compréhension et d'humanité profonde qui flotte sur ces pages. Dans la seconde partie du livre, c'est tout un pan de la société japonaise qui nous est amené à connaître, pas la plus reluisante comme vous pourrez le découvrir par vous-même. On explore alors une face plus sombre du pays du Soleil Levant, à travers le parcours de vie chaotique de Tokue, au destin brisé à ses quatorze ans et qui sème sur son sillage une grande tristesse qui émeut au plus profond le lecteur pris en otage. Étrange balancement donc que ce livre à double facette qui alterne poésie humaniste et dénonciation des travers humains grâce à une écriture limpide et simple qui touche au plus profond de soi.

Les Délices de Tokyo est donc une très belle expérience que je vous invite à partager au plus vite. De mon côté, je tenterai l'expérience cinématographique dès que possible !

dimanche 21 février 2016

"Billie" d'Anna Gavalda

BillieL'histoire : Billie, ma Billie, cette princesse à l'enfance fracassée qui se fraye un chemin dans la vie avec un fusil de chasse dans une main et On ne badinne pas avec l'amour dans l'autre est la plus jolie chose qui me soit arrivée depuis que j'écris.
A. G.

La critique Nelfesque : J'avais acheté "Billie" il y a déjà un bon petit moment lors de la cash-mob organisée par l'Imaginaire pour tenter de sauver cette vieille librairie lorientaise. Une bonne action et une prise de risque assez faible avec Anna Gavalda qui est une auteure que j'aime beaucoup et que je retrouve toujours avec plaisir. La couverture de ce roman ci est kitchissime, la quatrième de couv' énigmatique, bref je ne savais pas où j'allais mais qu'importe...

Puis il a traîné dans ma PAL, il s'est même retrouvé sur une des tables de notre mariage avec d'autres copains aux noms ou aux couvertures champêtres. Il a pas mal bourlingué ce petit âne et je me suis finalement dit que c'était le bon moment pour le lire lors de ces dernières vacances de février. Et j'ai bien fait !

Avec Anna Gavalda, je retrouve toujours une part de magie dans ses pages, un sourire à mes lèvres lors de mes lectures et un sentiment d'être plus que jamais vivante lorsque je termine un de ses romans. Je n'en abuserai pas pour ne pas être lassée mais tous les 2 ans environ je ne boude pas mon plaisir.

Mais assez parlé de moi, parlons plutôt de "Billie". Billie est une jeune femme qui doit son nom à la fan-attitude de sa mère pour Michaël Jackson et son fameux "Billie Jean". Lorsque le lecteur fait sa connaissance elle est en bien mauvaise posture puisqu'elle vient de faire une chute de plusieurs mètres dans une crevasse en plein parc des Cévennes et se retrouve à veiller son meilleur ami qui ne peut plus bouger et souffre beaucoup. Lui, c'est Franck. Chez lui, peu de fans de Michaël Jackson mais en revanche on aimait beaucoup Frank Alamo (Da dou ron ron, Biche ma biche tout ça), d'où son nom.

Le soleil se couche et ils vont devoir visiblement passer la nuit dans le parc national en espérant que les secours ou qu'un randonneur les trouvent. Cette longue nuit où Billie n'arrive pas à dormir, s'inquiétant pour la vie de son ami d'enfance, est l'occasion pour elle de prier sa bonne étoile. Celle qui lui a fait rencontrer Franck lorsqu'elle était gamine et qu'elle vivait dans une famille qui ne se souciait que très peu d'elle, celle qui lui a fait étudier "On ne badine pas avec l'amour" en cours de théâtre avec lui et lui a fait prendre conscience qu'elle était importante pour quelqu'un, celle qui tout le long de sa jeune vie lui a fait prendre des chemins détournés pour accéder bon an mal an au bonheur.

Le lecteur découvre alors la vie de Billie et Franck, de la rencontre de deux gamins que tout oppose à cette chute en plein milieu de la Lozère. Vont-ils s'en sortir ? Quels liens les unissent ? Je n'en dirai pas plus...

Avec ce roman, Anna Gavalda décortique l'amitié entre hommes et femmes, l'enfance blessée, les promesses que l'on se fait à soi-même et le long chemin vers le bonheur de vivre. Avec simplicité, et ici un langage très fleuri compte tenu de la classe sociale et de l'éducation de Billie, on navigue avec plaisir dans les petits secrets et le quotidien de ces deux âmes esseulées qui ont su se trouver. C'est elle qui va nous raconter son histoire et le moins que l'on puisse dire c'est que ce n'est pas triste (et ce malgré le pathétique de la situation parfois) ! Comme très souvent dans les oeuvres de Gavalda, les personnages sont ici la clé du roman. Le lecteur s'attache à Billie, à Franck et à leur relation faite de hauts et de bas mais toujours intense et pleine de respect.

Vous êtes un peu ronchon ? Vous ne voyez plus les petits plaisirs de la vie dans ce monde anxiogène ? Vous avez besoin d'un bouquin qui met du baume au coeur ? Ne cherchez plus et laissez-vous charmer par "Billie" parce que c'est simple, c'est beau et que ça fait du bien !

Posté par Nelfe à 16:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 20 février 2016

"Des petites filles modèles..." de Romain Slocombe

9782714460493

L'histoire : En 1858, la comtesse de Ségur présente Les Petites Filles modèles comme la suite des Malheurs de Sophie, et ces deux livres figurent depuis lors au cœur du répertoire classique de la littérature française pour la jeunesse. Portraits d'enfants bien nés saisis au moment où ils s'interrogent sur le bien et le mal, tableaux d'un milieu social où ne cesse de se poser la question des normes et des limites, les petites filles doivent y être "modèles" en vertu d'un idéal de comportement. Mais l'atteindre n'est pas si simple! Et l'on a amplement pointé, au-delà des récits en apparence innocents et inoffensifs de la comtesse de Ségur, les bourgeons de l'ambiguïté. Dans son remake, Romain Slocombe les fait éclore: ses petites filles modèles deviennent les héroïnes d'un roman inquiétant et pervers, érotique et vampirique. Comme si la comtesse de Ségur avait retiré la sourdine pour écrire un ouvrage destiné à des enfants plus âgés, voire à des adultes, laissant libre cours à la progression de la cruauté. Comme si elle avait quelquefois rêvé d'être Sade, non plus comtesse mais marquise...

La critique de Mr K : Il s'agit de ma première lecture d'un Remake littéraire. Avant cette découverte, je ne savais pas que cela existait, connaissant plutôt des histoires de plagiats célèbres comme le procès de Régine Desforges avec les héritiers de l'écrivain de Autant en emporte le vent (je ne comprends d'ailleurs toujours pas comment elle a pu gagner son procès tant sa Bicyclette bleue est calquée sur le roman culte se déroulant pendant la guerre de Sécession). Rien de tout cela ici avec l'éditeur Belfond qui se donne un cahier des charges précis: Nous proposons à des écrivains de puiser dans le patrimoine littéraire une œuvre qui les a marqués et d'en faire le remake. Tout est permis pourvu que le souvenir de l'original ne soit jamais perdu. À l'heure du bilan, mon avis est mitigé, partagé que je suis entre un écrivain talentueux qui mène son entreprise de main de maître et un contenu sans surprise au croisement de trois œuvres que j'ai adoré lors de leurs lectures respectives.

Officiellement, il s'agissait pour Romain Slocombe de réaliser un remake déviant de l’œuvre de la comtesse de Ségur mais très vite, on se rend compte qu'il y mêle des éléments du fabuleux Carmilla de Sheridan Le Fanu et de titres du marquis de Sade. Une jeune fille vertueuse (comprendre cul-bénit et innocente) aux portes de la puberté va faire l'apprentissage de choses que la morale de l'époque réprouve en contact avec une famille étrange qui la recueille elle et sa mère suite à un grave accident de voiture. Passés les premiers jours d'enchantement de la découverte et la mise en confiance, elle va bafouer ses principes chrétiens en éprouvant de nouveaux sentiments et sensations, s'ouvrir au désir et aux plaisirs charnels. Mais au delà de la transgression se cache un danger plus grand qui flirte avec le surnaturel, les événements qui vont suivre vont tout faire basculer et dynamiter tout ce qui a été construit précédemment.

A travers des chapitres courts (le livre en compte 29 pour environ 300 pages), on suit la jeune Marguerite et sa maman dans une histoire qui sombre très vite dans le glauque et le déviant. Derrière le vernis des apparences et la bienséance, il suffit d'un rien pour que l'être bascule et c'est avec un petit plaisir sadique que le lecteur attend les premières fissures. Elles ne se font pas attendre très longtemps et le dynamitage évoqué précédemment peut commencer. Les joies et les affres de la culpabilité chrétienne sont légions pour la pauvre Marguerite que ses sens trahissent au détriment de sa morale. La découverte de ses règles et leur signification (parallèle intéressant à faire avec le Carrie de Stephen King et l'adaptation cinématographique géniale de De Palma) vont déclencher des réactions en chaîne: des relations mère / fille dont les lignes doivent changer, une attirance dite contre-nature pour une jeune fille de son âge, les rapports ambigus avec leur hôtesse... Malgré ses appels à la prière, rien n'y fera, une ambiance hypnotique et sensuelle se dégage de ce séjour à la fois enchanteur et pernicieux.

À ce propos, l'auteur colle assez près au matériaux originel durant la plus grande partie du roman même si pour les besoins de l'entreprise, les bêtises évoquées ici sont plus graves et portent à conséquence. Pour autant, au bout de quelques chapitres, je trouve que le roman fait plus penser au mortifère Carmilla de Sheridan Le Fanu par la caractérisation de certains personnages (la famille qui les reçoit, le général russe qui a perdu sa nièce suite à un mystérieux mal...) et quelques passages au marquis de Sade notamment lors du passage dans la chambre de pénitence (non, non petits coquins ne cherchez pas à en savoir plus, vous n'avez qu'à lire cet ouvrage!). Notez que ce n'est pas pour me déranger, cela contribue à instaurer une atmosphère bien particulière, dérangeante et vénéneuse à souhait. Rajoutez à cela des évocations réalistes de la nature sauvage et impénétrable, une étrange masure et des hôtes aux mœurs étranges et l'on est vraiment transporté dans cette lecture qui se fait non sans déplaisir et rapidement sans forcer.

Le bémol est inhérent au genre du remake pour peu que vous vous souveniez bien des œuvres dont s'inspirent Romain Slocombe ou que vous vouiez un véritable culte à certaines d'entre elles. Ce fut malheureusement le cas pour moi et finalement, le roman ne décolle jamais des pistes balisées, aucune surprise pour une trame qui se déroule avec finesse et fluidité. Étrange sentiment donc car peut-on vraiment parler de bonne lecture quand cette dernière fait plus appel à de bons souvenirs du passé plutôt qu'à de nouveaux horizons? Personnellement, je n'arrive pas à trancher, sans doute à cause du talent indéniable de Romain Slocombe pour récréer une ambiance et une époque avec une science des mots vraiment remarquable. À chacun de tenter l'expérience ou non.


jeudi 18 février 2016

"Dans la gueule du loup" de Adam Foulds

dans la gueule du loupL'histoire : Will, jeune Anglais naïf et inexpérimenté, s’imagine déjà en nouveau Lawrence d’Arabie lorsqu’il est affecté en Afrique du Nord après le débarquement des Alliés en 1942.
Ray, prolétaire new-yorkais d’origine italienne, rêve d’une carrière dans le cinéma lorsqu’il se retrouve, simple fantassin, catapulté au plus près de l’horreur des combats.
Cirò, parrain mafieux d’un village sicilien, s’exile à New York à l’arrivée des fascistes avant de revenir dans son île natale pour prêter main-forte aux Alliés.

La critique Nelfesque : Au rayon seconde guerre mondiale, rares sont les romans qui traitent de l'Afrikakorps et des actions menées par les Alliés en Sicile. Adam Foulds, avec son dernier roman, "Dans la gueule du loup" nous entraîne dans une expédition sanglante de l'Afrique du Nord à la Sicile où anglais et américains combattent l'armée allemande.

Après une incursion en prologue dans les montagnes siciliennes dans les années 20, l'histoire commence en Afrique du Nord au cours de l'année 1942. Comme le roman manque cruellement de recontextualisation à mon sens, je vous fais un petit récap' rapide des évènements. Au début des années 40, les allemands et les forces de l'Axe (Allemagne, Italie et Japon) opèrent en Libye et Egypte et se replient en Tunisie. En 1942, les Alliés, anglais et américains, débarquent alors en Algérie et au Maroc et unissent leurs forces pour repousser l'occupant allemand. Voici ici les grandes lignes de l'Histoire et je trouve dommage que certains lecteurs puissent être laissés sur la touche faute de connaissances sur ce terrain ci. Car ici, il n'est pas tant question de retranscrire l'Histoire et d'éduquer le lecteur que de proposer une tranche de vie de soldats et de résistants. C'est un parti pris, pas inintéressant au demeurant mais il faut tout de même bien connaître le contexte de l'époque pour apprécier pleinement cet ouvrage.

Ce que l'on perd en contexte, on le gagne toutefois en ambiance et en psychologie des personnages car nous sommes ici au plus près des pensées de Will et Ray. Will est anglais, Ray américain. Tous les deux vont se retrouver sur les routes africaines, et plus tard siciliennes, au coeur des combats. Sous les bombes, en ligne de mire, au contact des populations apeurées... Leurs rêves d'avant guerre, notamment concernant le cinéma pour l'un d'eux, vont être confrontés à la réalité et à l'horreur du conflit d'où ils ne reviendront pas totalement indemnes.

Côté écriture, Adam Foulds sort sa belle plume et donne à voir au lecteur des tableaux saisissants de réalisme. Les passages consacrés au débarquement notamment sont époustoufflants et les pensées des personnages effroyables. Nous sommes alors aux côtés des soldats, nous débarquons avec eux, nous courons pour notre survie, nous perdons nos amis...

"Dans la gueule du loup" porte bien son nom tant il nous transporte au coeur du conflit, dans la brutalité crue de la guerre, dans le quotidien des soldats en opération. Un roman comme une tranche de vie. Un instant T dans la seconde guerre mondiale. Ni le début, ni la fin, ni la totalité de cette période. Comme une touche au milieu de l'horreur, un cheveu dans la soupe. A découvrir si vous souhaitez lire autrement les conflits armés d'ici ou d'ailleurs, passé ou présents.

mercredi 17 février 2016

"Ballade pour Leroy" de Willy Vlautin

9782226322890-j

L'histoire : La première chose que voit Leroy lorsqu'il sort du coma, c'est la photo d'une pin-up en bikini aux couleurs du drapeau américain. Une vision aussi nette que les sept années qui séparent pour l'Irak de cet instant précis où il se réveille dans un établissement spécialisé. Lui qui avait oublié jusqu'à son nom pourra-t-il redevenir un jour celui qu'il a été? Alors qu'il prend une terrible décision, son destin va bouleverser la vie de ceux qui gravitent autour de lui: Freddie, un gardien de nuit, Pauline, une infirmière, sa petite amie Jeanette et sa mère Darla, qui continue à lui lire à haute voix des romans de science-fiction. Pendant que Leroy lutte dans un inquiétant monde parallèle pour sauver sa peau...

La critique de Mr K : Nouvelle plongée dans la très belle collection Terres d'Amérique chez Albin Michel qui ne m'a jamais déçu jusqu'ici. Ce n'est pas cette Ballade pour Leroy de Willy Vlautin qui va me faire changer d'avis tant j'ai été pris dans un tourbillon d'émotions en suivant les personnages de ce livre luttant pour leur survie, s'accrochant avec l'énergie du désespoir à leur existence pour atteindre quelques moments de bonheur. Une belle claque!

Leroy est revenu d'Irak gravement blessé suite à l'explosion d'une mine sous son véhicule militaire. D'autres sont morts, lui a survécu, mais à quel prix? Limité dans ses mouvements puis enfermé dans un coma semblant sans fin, il n'est plus que l'ombre de lui-même. Pendant que sa mère veille sur lui en se nourrissant d'un mince espoir, il erre dans un monde étrange mêlant souvenirs et fantasmes. Pauline, infirmière de nuit dans la clinique qui l'accueille est touché par ce jeune homme fauché par la vie mais elle aussi n'a pas l'existence facile avec un père lunatique dont elle doit s'occuper, une jeune héroïnomane qui arrive dans le service et qui se laisse aller, et un quotidien morose qui ne laisse pas de place à l'amour. Freddie, le gardien de nuit de l'établissement n'est pas non plus bien loti entre la nécessité de posséder deux emplois pour joindre les deux bouts et qui l'épuisent peu à peu, ces deux filles parties avec leur mère à l'autre bout du pays et des traites qui s'accumulent malgré tout. Vous mélangez le tout et vous obtenez un roman qui touche en plein cœur et vous accroche immédiatement, sans espoir de pouvoir s'en échapper avant la toute dernière ligne.

Les différents personnages sont très attachants. Willy Vlautin s'attache à décrire l'humain dans son intimité et son environnement social immédiat. De ce réalisme de tous les instants, de cette simplicité sans nuage se dégagent une mélancolie et une soif de vivre inextinguible. L'Amérique qui nous est présentée ici est bien loin des clichés véhiculés habituellement, derrière le rêve américain, des gens souffrent, tentent de s'en sortir et n'y arrivent tout simplement pas. Les va-t-en guerre en seront pour leurs frais et les ultra-libéraux se verront renvoyer à la figure les conséquences de leurs politiques successives: les inégalités criantes en terme de santé et d'accès à l'emploi, le désespoir qui pousse à la faute les plus démunis et même trop souvent ceux qui travaillent, le fléau de l'intolérance religieuse au sein d'une même famille (la terrible histoire de la jeune Carol est édifiante en la matière!), la misère affective qui affecte les corps et les esprits...

Malgré tous ces maux Leroy, Pauline, Freddie ne lâchent pas prise (du moins essaient) et cet élan se transmet au delà des pages, faisant réfléchir le lecteur sur ses propres choix de vie, sur son avenir plus ou moins proche. On oscille constamment entre admiration et abattement, tant les personnages essuient des coups du sort et font tout pour rebondir. Véritable montagne russe des sentiments, ce livre pénètre durablement les esprits et se révèle être une belle métaphore filée de l'existence humaine même si ici le background est à 100% marqué par le contexte socioculturel US. Le point de vue adopté est cependant très différent de ce que l'on peut voir traditionnellement, le portrait des USA qui apparaît en filigrane est peu flatteur, critique mais aussi constructif car une solution apparaît peu à peu, celle du rapport à l'autre, de la confiance et de la bienveillance. Loin de la niaiserie crasse ou marquée du sceau pseudo-religieux à la mode américaine (In god and guns we trust), il s'agit ici de mettre en lumière le sens de l'ouverture et de l'empathie qui existe et qu'il faut cultiver. Cela donne de très bonnes pages, éminemment précieuses et à conserver au coin de son cœur tant elles font du bien. J'avoue avoir eu l’œil humide à plus d'un détour de phrase...

À l'image de la trame principale et des vies exposées dans cet ouvrage, l'écriture est limpide, d'une simplicité confondante mais jamais simpliste. Pas besoin de tours de manche et autre artifices pour toucher le lecteur qui est ici littéralement transporté dans l'esprit et la vie de tous le jours des protagonistes. Les pages se tournent toutes seules et les quelques trois cents pages qui composent cette ballade se parcourent très vite sans que l'on ne s'en rende compte. Véritable petit bijou, instantané brillant de vies cassées par le destin, cet ouvrage de Willy Vlautin est à découvrir au plus vite tant il s'avère à la fois essentiel et impressionnant de talent déployé.

Posté par Mr K à 17:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 14 février 2016

"Carmilla" de Sheridan Le Fanu

9782253087793

L'histoire : Dans un château de la lointaine Styrie, au début du XIXème siècle, vit une jeune fille solitaire et maladive. Lorsque surgit d’un attelage accidenté près du vieux pont gothique la silhouette ravissante de Carmilla, une vie nouvelle commence pour l’héroïne. Une étrange maladie se répand dans la région, tandis qu’une inquiétante torpeur s’empare de celle qui bientôt ne peut plus résister à la séduction de Carmilla… Un amour ineffable grandit entre les deux créatures, la prédatrice et sa proie, associées à tout jamais "par la plus bizarre maladie qui eût affligé un être humain".

La critique de Mr K : Aujourd'hui, une petite perle ténébreuse venue tout droit du XIXème siècle, terre d'exploration sans égale dans l'histoire de la littérature fantastique : Carmilla de Sheridan Le Fanu. Cette lecture fut un enchantement de chaque instant, l'auteur se révélant être un précurseur talentueux qui allait semer sur son sillage quelques petits cailloux pour des grands noms comme Stocker, Shelley, Poe et plus tard Lovecraft. Plongez avec moi dans un pays lointain où plane une menace mystérieuse et implacable!

Laura vit seule dans le château de son père, veuf entouré de ses domestiques. La solitude est pesante dans cette demeure immense plantée au milieu des montagnes et forêts. Elle se réjouit d'avance de la venue d'une fille de son âge accompagnant un ami de son père. Malheureusement, cette dernière décède de manière étrange et Laura sombre. C'est alors que le destin met sur sa route la belle et envoûtante Carmilla qui va par la force des choses séjourner avec eux. C'est le début des ennuis!

On a beau s'attendre à ce qui va suivre, se dire qu'on a pu tout lire ou voir en manière de vampirisme, Sheridan Le Fanu depuis son tombeau se gausse encore du lecteur tant son texte n'a pas pris une ride et emporte très loin celui qui s'y laisse prendre. Racontée à travers les souvenirs de Laura, le récit est prenant et d'une grande profondeur. Notamment au niveau de la psychologie des personnages qui est très bien traitée et apporte une densité bienvenue dans cette histoire plutôt classique de prime abord.

Laura est une jeune fille de son époque, une âme romantique et innocente qui se languit de son existence tout en restant fidèle aux codes en vigueur. Elle aime et respecte profondément son père qui partage avec elle une complicité réelle et une douleur persistante, l'ombre de la mère disparue planant sur les 123 pages de ce court roman. La venue de l'énigmatique Carmilla va bousculer les évidences et renverser bien des certitudes, un parfum de perversion et de rébellion l'accompagne. Séduction, replis, peur s'entremêlent dans cette relation si particulière qui s'installe entre les deux jeunes filles. Tour à tour, proie puis prédatrice, le personnage de Carmilla cache bien des choses et révèle les vicissitudes et faiblesses de chacun.

Dans la veine des romans gothiques qui fleurissent à l'époque, il s'en distingue par une certaine liberté de ton et des dévissages parfois totaux de ces protagonistes. On pourra y retrouver au fil de la lecture les prémices d'une libéralisation des mœurs (l'inverse du carcan victorien que connaîtra l'Angleterre plus tard), une ode à la liberté d'aimer (quitte à en souffrir atrocement -sic-) et surtout un sacré moment de littérature fantastique avec l'irruption dans un réel bien ancré d'un élément purement surnaturel qui chamboule tout. Les âmes se tordent et la folie gagne du terrain vers un final bien mené bien qu'attendu. À noter, les magnifiques descriptions de la nature impénétrable et de la demeure familiale gothique à souhait qui se font les échos grossissants et angoissants de la trame principale. Niveau ambiance, on est donc aussi servi et l'ensemble est d'une cohésion et d'une puissance évocatrice certaine.

Comme dit précédemment, l'écriture traverse l'épreuve du temps sans dommage, mélange subtil de scènes intimistes à la Maupassant et passages entre rêve et réalité à la Poe. Impossible de relâcher ce livre avant le mot fin tant l'emprise de Carmilla est forte et fascinante. Les classiques ont vraiment du bon, cette découverte un peu tardive a une saveur vraiment particulière et entêtante. Une lecture indispensable.

Posté par Mr K à 17:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 12 février 2016

"Hiver arctique" de Arnaldur Indridason

hiver arctiqueL'histoire : Comment peut-on poignarder un enfant ? Au coeur de l'hiver arctique, en Islande, un garçon d'origine thaïlandaise a été retrouvé assassiné. Il avait douze ans. Crime raciste ? Le commissaire Erlendur mène l'enquête, s'acharne et s'embourbe. Il ne comprend plus ce peuple dur et égoïste qui s'obstine à survivre dans une nature hostile. L'absurdité du mal ordinaire lui échappe...

La critique Nelfesque : "Hiver arctique" d'Arnaldur Indridason était dans ma PAL depuis... oula oui tout ça... au moins ! Quoi de mieux qu'un mois de janvier pour l'en sortir (oui, je l'ai lu en janvier) ? Histoire de se plonger un peu dans l'hiver avec un grand H quand ici on n'en a même pas eu un petit... J'enfile le bonnet, les gants et l'écharpe et hop on y va, en route pour le grand froid et la littérature islandaise !

L'histoire débute avec la découverte du corps du jeune Elias, un gamin de 12 ans, poignardé et laissé pour mort dans la neige à la sortie de l'école. Là, au pied de son immeuble de cité islandaise où toutes les cultures se côtoient et où chacun vit tout de même replié sur lui-même à cause principalement des températures négatives en hiver, l'idée qu'un jeune thaïlandais à peine sortie du nid puisse perdre la vie sans que personne n'en soit témoin attriste le commissaire Erlendur. Très vite sa nationalité semble être le mobile du meurtre. Sombre réalité ou simple piste à explorer, l'enquête est ouverte.

Nous sommes ici dans du roman policier pur. L'enquête prend son temps, toutes les pistes sont explorées, le lecteur assiste aux enquêtes de voisinage... On est bien loin du thriller haletant et le moindre petit flocon de neige de cette grande cour déserte est passé au peigne fin par l'équipe policière.

Je suis une adepte de thriller, vous le savez. J'aime quand ça bouge, quand ça sue, quand il se passe quelque chose et je dois dire qu'ici je me suis autant amusée que devant un épisode de Derrick (ou pour ceux qui aimeraient Derrick et que je ne souhaite pas fâcher, disons que j'ai éprouvé autant d'intérêt que devant un reportage "Chasse et pêche"). Je ne suis pas contre le fait de prendre son temps, j'aime d'ailleurs d'autres ouvrages d'auteurs du nord qui aiment planter des ambiances et mettre le lecteur dans une bulle (je pense notamment à Camilla Läckberg) mais ici je n'ai trouvé aucun véritable intérêt. Tout est terriblement plat...

J'aurai pu faire l'impasse sur l'histoire (avec un roman policier quand même c'est un comble mais soit) si le traitement des personnages avait eu une saveur particulière. Un héros charismatique, un bureau de police singulier, une histoire personnelle borderline par exemple pour me tirer de l'apathie mais de ce côté ci aussi c'est le calme plat. Il faut savoir que "Hiver arctique" fait partie d'une saga où l'on suit le commissaire Erlendur Sveinsson, peut-être qu'au fil des romans et des enquêtes (celui-ci est le 7ème dans une série de 12 romans écrits à ce jour) on s'attache aux uns et aux autres. J'ai un peu peur que cet attachement ne survienne qu'au rythme d'une cagouille (vous ne connaissez pas les cagouilles ? C'est comme ça qu'on appelle les escargots dans mon Périgord natal (bon ben comme ça, vous avez appris quelque chose !)).

J'ai lu ça et là depuis ma lecture de ce roman qu'Indridason était un auteur qui aimait dépeindre une société malade, dénoncer l'horreur ordinaire en quelque sorte. Oui, certes. J'ai plus l'impression qu'ici dans ce roman, il enfonce des portes ouvertes. Cela fait-il de moi une lectrice au coeur de pierre ? Une lectrice qui ne se soucie pas du sort des expatriés et n'est pas émue par la mort d'un enfant ou par des meurtres racistes ? Je ne pense pas non, ce serait faire de gros raccourcis et finalement faire du Indridason dans le texte ! En plus, j'étais particulièrement intéressée par ce roman du fait de la nationalité de la communauté mise en avant ici (amoureuse de la Thaïlande et de sa culture que je suis (là aussi, je peux repasser, le gamin aurait été turque ou gabonais que ça aurait été la même chose)).

Je ne dis pas pour autant que ce roman est à jeter mais dans le genre, j'ai lu 100 fois mieux. Je l'ai lu plus comme je pourrais regarder une émission populaire à la TV, sans réel intérêt, pour passer le temps. Côté littérature, j'attends bien plus que cela et j'ai été déçue par cet auteur qui pourtant est un des écrivains islandais les plus plébiscités dans son pays. Ce n'est pas souvent qu'un roman fait flop, c'est un peu tristounet mais ça arrive... Vous l'aurez compris, je ne vous conseillerai pas forcément la lecture de ce roman mais si de votre côté vous êtes de grands adeptes du monsieur, j'aimerai bien lire vos arguments en commentaires.

hiver-montagne-300x127Ce roman a été lu dans le cadre du presque challenge "Destockage de PAL en duo" avec ma copinaute faurelix.

lundi 8 février 2016

"Journal d'un vampire en pyjama" de Mathias Malzieu

journal d'un vampire amoureuxL'histoire : Me faire sauver la vie est l'aventure la plus extraordinaire que j'aie jamais vécue.

La critique Nelfesque : "Journal d'un vampire en pyjama" est le dernier ouvrage de Mathias Malzieu paru en librairie le 27 janvier dernier. Cela faisait longtemps que j'attendais un nouveau roman de cet auteur que j'aime tant et j'ai sauté de joie à la vue de celui-ci. Je n'avais pas suivi le début de promo autour de l'oeuvre, la quatrième de couverture était énigmatique et j'ai plongé dans ce journal comme dans l'inconnu.

Il ne s'agit pas ici d'un roman mais bel et bien d'un journal. C'est marqué dessus, c'est comme le Port Salut ! Mathias Malzieu a été gravement malade fin 2013 et cet ouvrage est le journal de bord qu'il a tenu pendant une année entière. Une année pendant laquelle il a traversé l'enfer, vécu de nombreux doutes, eu peur pour sa vie, côtoyé la mort.

Atteint d'une maladie rare du sang, Mathias a connu les chambres stériles, les séances de chimiothérapie, les traitements post greffe... Nous le suivons ici dans son combat contre la maladie et son tête à tête avec Dame Oclès, mystérieuse femme dangereuse et sexy qui vient le voir chaque jour. Car oui, malgré une histoire très ancrée dans la réalité cette fois ci, forcément puisque c'est du vécu, Mathias Malzieu insuffle ça et là des éléments oniriques et poétiques, comme il sait si bien le faire. Sa plume est toujours belle et évocatrice même si ici je l'ai trouvé quelque peu répétitive et des formulations qui font mouche à la première lecture et vont droit au coeur s'émoussent légèrement quand elles sont utilisées plusieurs fois. Dommage...

Oui mais voilà, peut-on critiquer une oeuvre telle que celle-ci ? De part l'épreuve qu'a subi l'auteur, peut-on pinailler sur des petits détails ? Oui il le faut ! Tout en gardant en tête qu'il s'agit là d'une oeuvre unique dans la bibliographie de Mathias Malzieu, un témoignage d'un instant T et un ouvrage important pour ce qu'il représente (la lutte contre la maladie, le courage, l'amour des siens, la compétence du corps médical...), ce "Journal d'un vampire en pyjama" n'a pas la portée fantastique et lyrique des autres romans de l'auteur. Pour autant, je me réjouis de lire à nouveau des écrits de Mathias et suis ravie de savoir qu'il s'en est sorti (je ne spoile rien). Dire qu'on a été à deux doigts de perdre cet artiste majeur, ça me met un coup au moral ! Mais heureusement tout est rentré dans l'ordre et Mathias Malzieu pourra de nouveau nous écrire de belles histoires...

"Journal d'un vampire en pyjama" signe un moment important dans la vie de son auteur. Le moment où il est né pour la seconde fois. Un message d'amour et d'espoir pour tous ceux qui se battent actuellement contre une maladie grave. Merci pour eux Mathias !

Autres romans de Mathias Malzieu chroniqués sur le blog :
- La Mécanique du coeur
- Métamorphose en bord de ciel
- Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi
- Le Plus petit baiser jamais recensé