samedi 26 mars 2016

"Le Cycle de Tschaï" de Jack Vance

Jack Vance Tschaï

L'histoire : En découvrant la planète Tschaï, le vaisseau terrien Explorator IV est aussitôt détruit par un missile. Unique survivant de la catastrophe, Adam Reith va devoir affronter un monde baroque, violent et d'une beauté envoûtante. Un monde peuplé de quatre races extraterrestres: les belliqueux Chasch, les impénétrables Wankh, les farouches Dirdir et les mystérieux Pnume. Déjouer les traquenards, explorer les secrets des cités géantes, percer le mystère des hommes hybrides: autant d'étapes pour une extraordinaire odyssée, qui permettra peut-être à Reith de rentrer chez lui...

La critique de Mr K : Dépoussiérage de PAL avec cette tétralogie du Cycle de Tschaï de Jack Vance exhumée de mon stock perso où elle traînait sa peine depuis trop longtemps. Du même auteur, j'avais dévoré La Planète géante, bon roman de Space opéra où Vance faisait preuve d'une grande maîtrise en terme de création d'un univers et présentait un super récit d'aventure à l'ancienne. Je n'ai pas été dépaysé avec ce cycle qui présente les mêmes qualités et m'a fait passer un très bon moment de lecture.

Naufragé de l'espace, Adam Reith se retrouve plongé dans un monde très étrange. La planète Tschaï est bien différente de la Terre et il va devoir faire appel à toutes ses capacités d'adaptation pour pouvoir survivre et peut-être rentrer chez lui. Complètement démuni à son arrivée, confronté très tôt à l'adversité (sa navette d'exploration est détruite peu après son crash, son compagnon d'infortune exécuté devant ses yeux sans qu'il puisse intervenir). À travers les quatre tomes ici réunis, il va devoir explorer Tschaï, il sera aidé dans sa quête par deux êtres mis au ban de leurs sociétés respectives. Le récit se partage alors entre voyage exploratoire, quêtes insensées, projets d'évasion, entre-aide et traîtrises diverses. Impossible de s'ennuyer durant les 860 pages de ce volume.

On a affaire à un pur récit classique dans le Cycle de Tschaï de Vance. Si vous cherchez de la surprise, de l'originalité, passez votre chemin, vous risquez d'être déçu. C'est d'ailleurs le seul reproche que l'on peut faire à cette entreprise. Notre héros est très bien sous tout rapport, il conjugue aptitudes physiques hors norme, intelligence pratique et diplomatique, morale à toute épreuve même sous la menace et esprit d'ouverture. Dit comme cela, on pourrait être rebuté. Mais il n'en est rien tant ce personnage 100% terrien (américain diront les mauvaises langues), sort du lot dans ce monde inconnu. Il déteint singulièrement par rapport aux us et coutumes en vigueur sur Tschaï, et ce qui paraît surfait et caricatural dans un livre de littérature plus classique permet ici de donner un point d'ancrage au lecteur se retrouvant à des millions d'années de ses certitudes et de ses références culturelles.

Dans sa tâche, Adam Reith est aidé par Anacho, un sous-homme Dirdir, et Traz, un exilé des steppes. Adam Reith partage avec eux un statut de paria, de marginal. L'incompréhension première va vite céder la place à la curiosité puis peu à peu à l'amitié. C'est un peu le syncrétisme de toute relation naissante entre des êtres différents que nous voyons se dérouler devant nous: dogmes et pensées aux références distinctes donnent lieu à des moments savoureux entre déconcertation et rapprochement. C'est assez finement mené par Jack Vance qui se révèle très psychologue et construit une relation vraiment spéciale et attachante entre ces trois larrons. Loin d'être un long fleuve tranquille, cette odyssée va mettre à l'épreuve leur nouvelle amitié, la fortifier à travers les épreuves. Cet aspect du roman est très réussi et accroche le lecteur.

Le gros point fort de cette saga réside dans le background, Jack Vance excelle dans la création d'une planète entière entre naturalisme, sociologie et géopolitique. Il fournit un ensemble cohérent, impressionnant de densité, immersif à souhait. On tremble vraiment à l'évocation des terribles dirdirs et leurs mœurs sauvage, on est fasciné par les mystérieux Wankh qui vivent reculés en dehors du monde, on est troublé et désorienté par la race troglodyte des Pnumes... On voyage donc énormément entre cités cosmopolites grouillantes et inquiétantes, vastes espaces vides où le danger est omniprésent, les forêts sacrées impénétrables, les mers oubliées peuplées de pirates, les zones de fouilles archéologiques aux mirages mirifiques... autant de lieux décrits avec précision qui assurent variété, intérêt et fascination au lecteur. On ne peut s'empêcher d'ailleurs de penser par moment à un roman de fantasy tant de lieux commun à ce genre sont présents dans cette tétralogie: les incontournables passages à l'auberge, les phases de marchandages, les scènes d'action et la technologie peu présente dans les pages sauf à des moments clefs. Il en résulte une impression étrange, une originalité de bon aloi qui encourage le lecteur à poursuivre sa découverte.

Ce fut donc une lecture très agréable malgré un côté fléché pour le lecteur vétéran du genre. Pas de souci pour autant en terme d'accroche tant l'auteur se plaît à explorer de multiples pistes et sait nourrir les attentes suscitées par sa trame principale. Quel talent déployé dans ce domaine et dans celui de la stylistique: la langue est très abordable mais d'une finesse bienvenue qui sort un récit classique de ses limites, les personnages sont choyés par leur créateur et les visions proposées saisissantes de réalisme. Une très bonne tétralogie qui ravira les amateurs de voyage et de SF à l'ancienne.

Posté par Mr K à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 20 mars 2016

Frémissements de PAL

Nouveaux arrivants dans ma PAL et pour une fois, l'abbé n'est pas responsable. D'ailleurs, je n'ai plus le droit d'y mettre les pieds avant l'été tant les dégâts causés par notre dernier séjour chez lui ont été importants... Cela n'empêche pas de tomber sur quelques occasions auxquelles on ne peut résister tant le hasard fait bien les choses, mettant sur notre route ici un livre recherché depuis longtemps ou là, une découverte prometteuse.

Acquisitions (2)

Belle pioche, non?  Destockage massif dans une chaîne de magasins discount, brocante pétrocorienne, recyclage municipal made in 56... autant de lieux ou événements qui se sont mis au travers de ma route de repentance concernant mon addiction aux achats de livres de seconde main. J'ai joué... et une fois de plus, j'ai perdu! Reste des ouvrages à fort potentiel dont je vais vous parler.

Acquisitions (6)

- "L'Humanité disparaîtra, bon débarras!" de Yves Paccalet. Prix du pamphlet 2006, il comblera sans aucun doute mes tendances misanthropiques avec un essai écologique teinté d'humour noir. À travers 13 scénarios catastrophes, l'auteur s'affère à pointer du doigt le caractère envahissant, nuisible, mal embouché et peu durable de notre espèce. Ça sent la fessée!

- "Le Journal de Zlata" de Zlata Filipovic. Quel bonheur de tomber sur ce livre! J'en avais déjà lu des extraits et je me suis toujours dit que je le lirai en entier un jour. Un premier pas a été effectué! Journal d'une enfant plongée bien malgré elle dans le conflit yougoslave des années 90, on le compare souvent à Anne Franck tant sa lecture est aisée et poignante. J'ai bien hâte de m'y mettre!

- "Le Coeur cousu" de Carole Martinez. Coup de poker que cette acquisition où un héritage familial (une mystérieuse boîte) va entraîner l'héroïne dans une histoire teintée de merveilleux et de roman picaresque. Les critiques sont dithyrambiques, le serai-je aussi?Grande

Acquisitions (4)

- "Je suis vivant et vous êtes morts" d'Emmanuel Carrère. J'adore cet auteur et j'aime encore plus son sujet, K. Dick étant ce qui se fait de mieux à mes yeux en terme de SF dérangeante et immersive. Ce portrait romanesque promet beaucoup et son format étrange (j'innove avec ce titre et celui qui suit) rajoutera un degré supplémentaire à l'expérience. RDV dans quelques temps pour le verdict!

- "La Villes des prodiges" d'Eduardo Mendoza. Livre de l'année 1988 pour le magazine Lire, célébré comme un chef d'oeuvre par beaucoup (dont ma mère!), j'y vais avec beaucoup d'espoir et de curiosité. Véritable saut dans l'inconnu, je suis curieux de découvrir cet écrivain qui m'a été tant vanté!

Acquisitions (5)

- "Double hélice" et "Ring zéro" de Koji Suzuki. Ceux qui nous suivent connaissent mon attachement à ce maître de l'horreur à la mode nippone. Gros coup de pot sur Périgueux quand je tombai sur les deux ouvrages qui manquaient à la série littéraire consacrée à la fameuse cassette maudite de la troublante Sadako. Je remercie encore le dieu des chineurs d'avoir mis ces deux ouvrages sur ma route! Hâte, hâte, hâte!

Acquisitions (7)

- "Ys, le monde englouti" de Gabriel Jan. Maître du suspens et romancier hors pair, Gabriel Jan s'attaque ici à la formidable légende de cette ville engloutie par les flots, la colère divine s'abattant sur les humains présomptueux. Je vogue vers des rivages connus mais l'expérience me tente vraiment entre Madeleine de Proust et plaisirs inconnus. Et puis, il y a Dahut...

- "Compartiment tueurs" de Sébastien Japrisot. Dans un train, les gens se rencontrent, parfois tuent. Vient alors le temps de la suspicion. L'auteur me plaît ainsi que les histoires se passant dans les trains (sans doute depuis Bons baisers de Russie de Terence Young!) et puis ma PAL est dépourvue en matière de policiers... Question de rééquilibrage, vous comprenez? 

Acquisitions (1)

- "Axiomatique" de Greg Egan. 18 récits SF pour terminer ce tour d'horizon, avec ce recueil d'un auteur reconnu pour son écriture et son innovation. Je vais tenter l'expérience tant les thèmes abordés me fascinent: drogues brouillant la réalité, robots intelligents, manipulation génétique, artefacts mémoriels, implants... À priori, ça dépote!

Je suis bien content de ces trouvailles qui vont rejoindre leurs aînées dans ma belle PAL. Vous retrouverez dans les semaines, mois (années?) à venir mes impressions sur mes acquisitions. J'ai quand même limité la casse et niveau PAL, elle semble se stabiliser. La vrai question est: jusqu'à quand?

vendredi 18 mars 2016

"Du fond des ténèbres" de Ian Rankin

bm_1721_1525648

L'histoire : Noël approche, les élections législatives aussi. Les ouvriers s'activent à Queensberry House : le siège du nouveau Parlement doit être prêt à temps. La découverte d'un corps momifié dans une cheminée, puis la mort d'un mystérieux clochard passent presque inaperçues au regard de l'assassinat d'un fils de famille engagé dans la course électorale. Trois morts, dont deux inconnus : l'inspecteur Rebus voit un lien entre eux et suit son instinct. Sa hiérarchie, lui reprochant de toujours chercher ce qui n'existe pas, désapprouve. En chemin, il croisera ses démons habituels, l'alcool, la solitude, les aléas de la justice, et son vieil ennemi, le caïd "Big Ger" Cafferty.

La critique de Mr K : Mon premier Rebus de 2016 et quel volume! Rankin va très loin avec Du fond des ténèbres qui porte très bien son nom. Un inspecteur au fond du gouffre qui laisse libre court à son alcoolisme latent, des morts mystérieuses, des magouilles peu recommandables entre le crime organisé et le pouvoir politique, voici les principaux ingrédients de cette enquête haletante d'un de mes héros policiers préférés! Suivez-moi à Edimbourg entre ruelles obscures et salons de privilégiés pour un livre qui décoiffe et retourne son lecteur!

L'action commence plutôt classiquement avec la découverte de cadavres que rien ne semble relier les uns aux autres. Il y a ce clochard qui semble s'être suicidé et qui a choisi de vivre dans la rue malgré les 400 000 livres déposées sur son compte en banque, ce jeune politique plein d'avenir agressé et tué à l'arme blanche à la sortie d'un pub et puis il y a un violeur en série en liberté que la police n'arrive pas à attraper… Rebus est sur le coup mais on le muselle une fois de plus en lui collant aux basques dans le présent volume un jeune arriviste aux dents longues. Il faut dire que cela fait longtemps qu'il n'est plus en odeur de sainteté avec sa hiérarchie qu'il aime tant provoquer et malmener. Heureusement, il peut compter sur ses fidèles lieutenants dont la séduisante Siobhan Clarke qui aura ici un rôle décisif.

Nous continuons à explorer Edimbourg de fond en comble avec une visite des beaux quartiers dans Du fond des ténèbres, élément qui diverge de mes précédentes lectures tant Rankin aime détailler le caractère crépusculaire de la cité écossaise. Pour autant, les riches n'ont rien à envier aux classes populaires, les scènes d'interrogatoires donnent lieu à de savoureuses passes d'armes entre membres d'une même famille et même vis-à-vis des policiers considérés comme des larbins. Rébus ne s'en laisse pas pour autant compter et va avoir bien du mal à démêler un sac de nœud particulièrement retors. Surtout qu'il traîne sa peine avec lui et a bien du mal à résister à l'appel des pubs, de la bière et du whisky. Jamais on ne l'a senti aussi proche de la chute et on tremble pour lui tant il flirte avec les lignes et est à deux doigts de perdre son travail et même la vie.

En contre-point, on explore encore les arcanes du crime et c'est avec un bonheur non feint que l'on retrouve l'alter ego négatif de Rebus dans la peau de son plus vieil ennemi "Big Ger" Cafferty. Ils entretiennent vraiment de drôles de rapports ces deux là, un peu à la manière de Ryan Hardy et Joe Carroll dans la super série The Following. Ils aiment se détester mais ils ne peuvent s'empêcher de s'apprécier et finalement de se mesurer l'un à l'autre pour se mettre en valeur. Cela donne lieu à des discussions alambiquées, mêlant fiel et petites reculades sensibles à la teneur hautement jubilatoire quand on suit bien la saga Rebus.

Loin de se clarifier, la trame se complexifie au contraire au fil des chapitres, Rankin aime à perdre son lecteur en lui fournissant fausses pistes et demi-vérités comme à nos enquêteurs chéris qui pataugent littéralement les 3/4 du livre. Le final est assez tétanisant dans son genre et ouvre la voie à de futurs développements qui laissent envisager de gros bouleversements et des combats à venir riches en promesse. La lecture fut donc prenante comme jamais, j'ai alterné entre exaltation, abattement et nouvel espoir comme jamais dans un livre du genre policier. Sans doute un des meilleurs de la série des Rebus. À ne surtout pas manquer!

Egalement lus et chroniqué au Capharnaüm éclairé :
"Nom de code: Witch"
"Le fond de l'enfer"
"Rebus et le loup-garou de Londres"
"L'Étrangleur d'Edimbourg"
"La Mort dans l'âme"
"Le Jardin des pendus"
- "Causes mortelles"

Posté par Mr K à 18:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 15 mars 2016

"Trois jours et une vie" de Pierre Lemaitre

9782226325730g

L'histoire : "À la fin de décembre 1999, une surprenante série d’événements tragiques s’abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt. Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir. Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien…"

La critique de Mr K : J'ai découvert cet auteur avec le génial Au revoir là haut, prix Goncourt mérité et jubilatoire traitant de l'après Grande guerre. J'avais adoré l'écriture dynamique et saisissante, le traitement ciselé des personnages et la rencontre émouvante entre la grande et la petite Histoire. Changement de style et de genre avec le dernier né de l'auteur, Trois jours et une vie flirte avec le drame intimiste, le roman noir et l'étude sur le comportement d'une communauté endeuillée. Le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est réussi avec un récit poignant baignant dans l'ombre du grand Dostoïevski.

Antoine est un jeune garçon pas très sûr de lui qui cherche à plaire: aux garçons de son âge pour leur prouver qu'il est du même moule qu'eux et aux filles dont les charmes enivrants éveillent des désirs nouveaux chez l'adolescent en devenir. En quelques chapitres, Lemaitre plante le décor: le quotidien d'Antoine, ses relations et les différents personnages qui vont jouer un rôle crucial dans le drame qui va avoir lieu (le père de Rémi, la mort atroce et choquante du chien, la mère d'Antoine qui élève seul son fils, le fonctionnement d'une bande de gamin, les réflexions et pensées du jeune antihéros). On n'insistera jamais assez sur la nécessité d'écrire un bon début de roman. C'est là où tout se joue, dans l'accroche, la curiosité et l'amour que l'on peut vouer ou non aux personnages. C'est carton plein ici avec une délicatesse de tous les instants dans l'exploration de la psyché des personnages et des ressorts dramatiques très bien installés. Les pages s’enchaînent avec un plaisir accru et des interrogations nombreuses.

Et puis, le petit Rémi disparaît et Antoine en est responsable. Pourquoi, comment? Tout est expliqué lors de la scène clef et dès le départ le lecteur en sait long. Mais l'intérêt du roman est tout autre, il réside dans l'évolution d'Antoine par la suite, d'où la référence à Dostoïevski en préambule de ma chronique. Il y a clairement des parallèles et des sources d'inspiration tirés du magnifique Crime et châtiment, où le jeune Raskolnikov éprouve les angoisses de la culpabilité face à un acte brutal et irréfléchi. Plus accessible, le livre de Lemaitre n'a pas à rougir de la comparaison, rien ne nous est épargné des affres d'Antoine qui s'enfonce peu à peu dans une spirale infernale: mensonge, faux-semblants, honte, culpabilité, remords et regrets sont exposés à nu et saisissent à la gorge le lecteur prisonnier d'une toile d'araignée mentale d'une rare complexité. Chaque mot, réaction, réflexion d'Antoine semble l'attirer vers le fond et les abysses de sa personnalité en changement.

Autour de lui, figure immobile renfrognée dans son mutisme, navigue un monde bouleversé où chacun se sent concerné et touché par cette disparition douloureuse. Le jeune garçon était sans histoire et apprécié de tous. Dans certains chapitres, l'auteur lève le stylo de sa proie (Antoine) et s'attarde sur les adultes et les autorités qui s'agitent en tout sens pour retrouver Rémi et doivent par la suite affronter la terrible tempête de 1999. Cet événement va avoir son influence et sceller le destin du héros que l'on retrouve par la suite à différentes époques de sa vie d'après. Bien qu'épargné par un rouage d'événements concomitants, son existence reste terne et chargée des poids du passé. Les questionnements intérieurs même s'ils se sont atténués vont ressurgir à plusieurs moments et influencer son existence qui lui échappe irrémédiablement. La fin bien qu'abrupte (on aurait aimé en lire encore plus!) est réussie, tétanisante et sans appel. On reste cloué à son siège entre stupéfaction devant le machine infernale que peut se révéler être un parcours de vie et le bonheur d'avoir lu un roman qui prend aux tripes.

Superbe lecture que ce dernier roman de Lemaitre qui nous emmène avec lui dès le premier chapitre par son amour de ses personnages et son écriture toujours aussi incisive et immersive. On se prend à regretter que cet ouvrage se lise si vite tant l'addiction est profonde et enrichissante. Une belle claque que je vous invite à prendre au plus vite!

Posté par Mr K à 17:15 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 13 mars 2016

"Ce cher Dexter" de Jeff Lindsay

Ce cher DexterL'histoire : Il est lui-même serial-killer quand il ne s'emploie pas à les traquer. Lui, c'est Dexter, expert au service médico-légal de Miami. Un homme tout à fait moral : il ne tue que ceux qui le méritent. Un jour, il est appelé sur les lieux d'un crime perpétré selon des méthodes très semblables aux siennes. Dexter aurait-il rencontré son alter ego ? Ou serait-ce lui qui... ? Impossible...

La critique Nelfesque : C'est lors d'un chinage chez Gibert il y a quelques années (et oui années...) que je suis tombée sur "Ce cher Dexter" de Jeff Lindsay. Je connaissais bien sûr la série mais je ne savais pas qu'elle était une adaptation d'un roman. A dire vrai, je crois que je l'avais tout juste commencé à l'époque.

Depuis, j'ai vu la série télévisée dans sa totalité, j'ai adoré comme beaucoup (même si j'y mets quelques bémols (notamment sur la fin) mais ce n'est pas le sujet ici) et j'ai décidé de lire l'oeuvre originelle. Pour retrouver Dexter tout d'abord, ce psychopathe froid et organisé mais pourtant si charmant, pour peut-être en apprendre plus sur son personnage et son entourage et puis, disons le clairement, pour remettre le nez dans des histoires bien sordides et tordues.

Dans ce roman ci, qui débute une saga de 8 ouvrages distincts, le lecteur fait donc la connaissance de Dexter. Expert en traces de sang au service médico-légal de Miami, il va ici apporter son aide dans une enquête peu commune et loin de ses compétences. En effet, une scène de crime vient d'être découverte et celle ci a la particularité d'être dépourvue d'hémoglobine. Le cadavre, découpé en morceau, semble avoir été vidé de son sang. Une scène qui va fasciner Dexter qui compare alors le tueur à un véritable artiste.

Car oui, ce qui fait triper Dexter, ce sont les meurtres, en série de préférence. Et plus spécialement ceux qui sont au bout des armes des crimes. Il ne cesse alors de les traquer pour les tuer à son tour. Il assouvit ainsi ses instincts, lâche la bride de son Passager Noir, ce Dexter double assoiffé de sang.

Cette enquête, il doit la mener pour lui-même mais aussi pour sa soeur, agent aux moeurs, qui lui demande sans cesse de l'aide pour enfin entrer à la Crim' comme son père Harry. C'est lui qui l'a adopté lorsqu'il était tout petit, a vu en lui sa noirceur et l'a aidé toute sa vie à la canaliser et l'user à bon escient. Sans cesse tiraillé entre son besoin de tuer, sa fascination pour le meurtrier et son attachement (relatif) à sa soeur, cette enquête va le mener hors de ses limites, à la frontière de la folie où il doutera de tout, y compris de lui-même.

Voilà un premier contact avec la série littéraire fort prometteur ! Je n'ai jamais pu me départir des images de la série TV mais j'ai adoré retrouver l'ambiance qui vraiment a été très bien conservée en changeant de support. Dexter est méticuleux, attentif à chaque détails, calculateur, déshumanisé. Dépourvu de sentiments, il calque ses réactions sur ce qu'il a appris au fil des ans. Une froideur qui peut le rendre attirant (LaGuerta en fait ici les frais), touchant (pour Deb ou Rita) ou carrément étrange (attention à Doakes).

Il y a eu cependant des changements dans le scénario TV en comparaison au roman. Des petits détails sont assez rigolos à remarquer pour qui aime la série (les chemises de Dexter notamment ou le physique de sa soeur) mais dans les grandes lignes, l'histoire a été respectée dans la première saison qui est l'adaptation de "Ce cher Dexter". Sur la fin, tout va beaucoup plus vite cependant et la série se détache du roman, laissant Deb et Dexter dans une position inconfortable... Deb qui est d'ailleurs tout aussi incompétente ici et à qui je donnerai encore bien deux ou trois claques.

Pour ceux qui ont vu les épisodes de "Dexter", vous passerez un bon moment avec "Ce cher Dexter". Vous retrouverez tout ce qui a fait le charme de la série, les pensées de Dexter dans les moindres détails en plus, et la plume de Jeff Lindsay sobre et incisive va à merveille avec l'ambiance voulue. Pour ceux qui n'ont pas vu la série, ne partez pas ! Même si vous y êtes allergique et que la tronche de Michael C. Hall ne vous revient pas ! Si vous avez lu cette chronique jusqu'au bout c'est que vous êtes sans doute un adepte de thriller et ce roman ci est vraiment un chouette moment de lecture pour les amoureux du genre. Efficace, avec une gestion du suspens maîtrisé et des personnages bien distincts avec leurs psychologies propres et développées, le temps passe très vite avec ce roman ci. Alors, qu'est ce que vous attendez ?

Posté par Nelfe à 18:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 10 mars 2016

"Under the skin" de Michel Faber

001

L'histoire: Isserley, jeune femme mystérieuse et aguicheuse, passe son temps à sillonner les routes d'Écosse. Le parfait auto-stoppeur doit être jeune, grand et musclé. Quand elle trouve enfin la perle rare et l'embarque dans sa voiture, les choses se compliquent un peu… Que fait-elle de tous ces hommes au corps parfait qui disparaissent mystérieusement? Quel destin les attend?

La critique de Mr K: Under the skin fut pour moi le meilleur métrage de l'année 2014 au cinéma, j'avais adoré la beauté mortifère de Scarlett Johansson (ma chouchoute avec Kate Blanchet), le rythme hypnotique de la narration et le côté complètement barré et ésotérique du scénario. J'achetai dans la foulée le roman de Michel Faber dont est tiré le film et le laissait mûrir dans ma PAL. Je l'ai ressorti à l'occasion d'un déplacement professionnel à Toulon où j'ai pu mesurer l'étendue du talent de cet auteur et redécouvrir le fond originel de l'histoire d'Isserley. Le film n'était que l'adaptation personnelle du réalisateur, le livre va beaucoup plus loin et m'a ébloui par sa noirceur profonde. Suivez le guide!

Isserley est une jeune femme des plus charmantes, comprendre par là qu'elle a tout ce qu'il faut, là où il le faut. Cliché machiste ambulant, elle rode au volant de sa voiture sur les routes d'Écosse à la recherche de proie, de préférence de beaux mâles plein de vigueur qu'elle embarque puis neutralise avant de les emmener dans une mystérieuse ferme perdue au milieu de nulle part où des comparses récupèrent leur corps encore endormi. Étrange étrange me direz-vous? Croyez-moi, vous n'êtes pas au bout de vos surprises! Rien dans le film ne me prédisposait à soupçonner la moindre once de vérité que cache Isserley et ses acolytes! Attendez-vous à du surprenant et du tétanisant tant on dépasse le genre SF pour verser dans la parabole et la réflexion sur le genre humain.

Car ce livre porte remarquablement son nom: Under the skin, "Sous la peau", est à sa manière une étude sociologique qui inspire à chacun le goût de regarder derrière les apparences. Sous ce charmant minois se cache la plus redoutable chasseresse, Diane sans remords ni regrets... du moins au départ. On suit le rythme hypnotique de ses trajets en voitures, de ses tactiques pour jauger sa proie pour mieux l'attraper et peu à peu, au fil des chapitres qui s'ensuivent, la vérité est levé sur sa vraie nature et celle de l'organisation qui l'emploie. Vous me trouvez trop nébuleux? Je me garderai bien d'en dire plus pour ne pas lever le voile sur un ouvrage vraiment déstabilisant dans sa deuxième partie et dont la révélation gâcherait votre découverte d'un ouvrage à part et pour ma part incontournable.

Tour à tour, nous sommes dans la tête d'Isserley mais aussi des malheureux auto-stoppeurs qu'elle récupère. Enfin… malheureux, certains s'avèrent être des sociopathes libidineux! Certains sont aussi très touchants de part leurs histoires personnelles entr'aperçues le temps d'une pensée intime ou d'un échange verbal avec la dangereuse conductrice. Véritable scanner du genre humain, ces rencontres aussi courtes que létales donnent à voir ce qu'il y a de mieux mais aussi de pire dans la nature humaine, le tout révélé par les yeux et les pensées de l'héroïne venue d'on ne sait où... Cette dernière évolue fortement à partir de la deuxième moitié du roman, révélant une facette fascinante du personnage qui gagne en densité et en profondeur. On a alors affaire à un tout autre roman où remises en cause et révélations multiples s'accumulent dans un crescendo de tension impressionnant. On finit littéralement sur les rotules mais heureux d'avoir vécu une expérience hors du commun.

Pour couronner le tout, l'écriture de Michel Faber est un modèle d'efficacité entre descriptions cliniques, passages plus oniriques et pointes d'humour noir bienvenue pour parfois alléger un fond assez effroyable. Vous l'avez compris, vous avez ici un roman prenant, addictif et indispensable dans toute bibliothèque d'amateur de SF élégante, british et porteuse de sens.

Posté par Mr K à 18:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 8 mars 2016

"Tout ce qu'on ne s'est jamais dit" de Celeste Ng

Celeste-NG-Tout-Jamais-DitL'histoire : Lydia est morte.
Lydia Lee, seize ans, est morte. Mais sa famille l’ignore encore... Sa mère, Marylin, femme au foyer, rêve que sa fille fasse les études de médecine qu’elle n’a pas pu accomplir. Son père, James, professeur d’université d’origine chinoise, a tant souffert de sa différence qu’il a hâte de la retrouver parfaitement intégrée sur le campus. Mais le corps de Lydia gît au fond d’un lac.
Accident, meurtre ou suicide ? Lorsque l’adolescente est retrouvée, la famille Lee, en apparence si soudée, va devoir affronter ses secrets les mieux gardés.

La critique Nelfesque : Gros gros coup de coeur pour ce roman de Celeste Ng, "Tout ce qu'on ne s'est jamais dit", son premier et qui annonce la naissance d'une grande auteure.

Le lecteur entre dans la vie de la famille Lee. D'origine asiatique par le père, américaine par la mère, elle est le mélange de plusieurs cultures et plusieurs rêves mais elle a aussi ses appréhensions, ses peurs et ses hontes. Comme celles de James, qui enseigne l'Histoire des Etats-Unis à l'université, lui l'asiatique dont tout le monde se moque dans cette Amérique des 60's et 70's et qui rêvait d'Harvard. Comme celles de Marylin, son épouse, qui a toujours voulu être médecin à une époque où les femmes n'avaient pour vocation que de trouver un bon époux, vivre dans leur ombre et avoir des enfants.

De cette union sont nés Lydia, Nath et Hannah. Chacun singulier mais traînant derrière lui le poids de ses origines. Les yeux bridés tel un fardeau, la peau un peu jaune dont on se moque. On les appelle "les chinois", on se demande ce qu'ils mangent, comment ils vivent, on les regarde de travers.

Ce matin du 3 mai 1977, Lydia est en retard pour prendre son petit déjeuner. L'adolescente ponctuelle, studieuse et ambitieuse, gît dans le lac de la ville mais tout le monde l'ignore encore.

"Tout ce qu'on ne s'est jamais dit" est un roman qui fait la part belle à ses personnages. Chacun des 5 membres de la famille Lee est important, chacun voit ses pensées et ses souvenirs disséqués et leur psychologie travaillée à l'extrême. Lydia est-elle partie ? A-t-elle été enlevée ? Pour le découvrir, l'auteure revient sur la genèse du couple, sur leurs aspirations de jeunes étudiants, sur leur éducation. Se tisse alors peu à peu la toile de fond d'un tableau à plus grande échelle, celle qui façonne l'histoire d'une famille, des détails qui mis bout à bout forment l'inconscient collectif familial.

J'ai été littéralement bouleversée par cette lecture. Connaître le fin mot de l'histoire, savoir si Lydia a été tuée et par qui ou si elle s'est donnée la mort importe peu ici. Ce roman de Celeste Ng n'est pas un thriller habituel, un page turner jonché de rebondissements et de scènes sensationnelles. Non, nous sommes ici dans le domaine de l'intime, dans le non-dit, dans ce qui touche l'homme au plus profond. Comment se forge une identité, comment la pression familiale peut être un poids malgré toutes les bonnes intentions, comment les membres d'une fratrie vivent l'existence et le succès de ses frères et soeurs, comment les parents peuvent faire rejaillir sur leurs enfants toute la violence de leurs échecs et revivre leurs rêves à travers eux. Autant de sujets qui sont ici appréhendés et livrés au lecteur avec toute la beauté et la grâce que peuvent avoir parfois la violence ordinaire et la souffrance.

Pour envelopper cette histoire malheureusement banale d'un enfant qui disparaît et pourtant si distincte tant la famille Lee nous dévoile ses plus intimes secrets, Celeste Ng use d'une plume remarquable. Il y a de la nostalgie dans ses mots, de la poésie dans ses formulations, de la justesse et beaucoup d'amour dans la description des liens qui unissent une famille. On ne peut s'empêcher de réfléchir à la sienne en lisant "Tout ce qu'on ne s'est jamais dit", aux mécanismes conscients ou inconscients qui rythment notre quotidien et à la nécessité de briser la répétition des scénarios de vie parfois intergénérationels. Sans s'en rendre compte, les larmes commencent à couler au fil des pages et cette lecture vient se nicher au plus profond de nous-même.

J'ai retrouvé ici toute la puissance et l'émotion que j'ai éprouvé à la lecture de "Seul le silence" de R. J. Ellory. Des premières lectures d'auteurs jusqu'alors inconnus qui vous prennent aux tripes, qui vous parlent plus que nulle autre. Du Laura Kasischke et du Joyce Carol Oates également dans l'approche du roman par son auteur, dans la sensibilité, la finesse et la violence des sentiments.

Que dire d'autre, à part de vous précipiter en librairie pour acheter ce livre qui est sorti le 3 mars dernier. Des bouquins comme celui-ci, il ne faut pas les laisser passer, il faut les faire vivre, les conseiller et en parler partout autour de soi. Je tiens là sans doute ma plus belle lecture de 2016, la barre est haute et je suivrai de très près les prochaines traductions d'ouvrages de Celeste Ng. C'est pour cela que j'aime lire, pour ces moments de grâce et de perfection, pour ces coups de foudre qui vous laissent pantois à la fin d'une lecture. Des moments qui n'arrivent que très peu dans la vie d'un lecteur et qui font, par leur rareté, des rencontres d'une puissance et d'une intensité fulgurantes.

Posté par Nelfe à 17:33 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 7 mars 2016

"Le Passage de la nuit" de Haruki Murakami

9782264046857

L'histoire : Dans un bar, Mari est plongée dans un livre. Elle boit du thé, fume cigarette sur cigarette. Surgit alors un musicien qui la reconnaît. Au même moment, dans une chambre, Eri, la sœur de Mari, dort à poings fermés, sans savoir que quelqu'un l'observe. Autour des deux sœurs vont défiler des personnages insolites : une prostituée blessée, une gérante d'hôtel vengeresse, un informaticien désabusé, une femme de chambre en fuite. Des événements bizarres vont survenir : une télévision qui se met brusquement en marche, un miroir qui garde les reflets... A mesure que l'intrigue progresse, le mystère se fait plus dense, suggérant l'existence d'un ordre des choses puissant et caché.

La critique de Mr K : Quitte à me répéter encore et encore, il faut lire Haruki Murakami dont les romans proposent un mélange subtil de poésie, de chronique du quotidien et d'existentialisme à l'orientale. Il récidive ici avec Le Passage de la nuit, un ouvrage se concentrant sur une nuit où vont se croiser toute une galerie de personnages plus étranges et intrigants les uns que les autres, sous fond de routine qui peut dévisser à n'importe quel moment.

Tout tourne autour de deux sœurs très différentes. Eri, la belle dormeuse évoquée en quatrième de couverture, est une mannequin sûre d'elle qui ne s'entend pas avec sa jeune sœur Mari, plus versée dans la lecture, émotive à fleur de peau qui vit dans l'ombre de sa sœur. Pendant que l'une dort d'un sommeil paisible sous la surveillance d'un mystérieux homme sans visage dont l'image est renvoyée par un miroir aux propriétés échappant à toute explication rationnelle, l'autre lit tranquillement dans un restaurant de nuit. Elle va rencontrer un jeune musicien en mal de discussion puis la tenancière d'un love hotel confrontée à une prostituée tabassée par un client violent. À travers ce déroulé plutôt classique, destins contrariés et cabossés de la vie vont se mêler au fil des heures et minutes qui s'égrainent à chaque nouveau chapitre.

Je ne sais pas pour vous, mais quand je commence un livre de cet auteur, j'ai l'impression de revenir à la maison après un long voyage. Je laisse mes autres expériences à l'entrée pour rentrer dans un univers à nul autre pareil, à la fois familier et singulier. Bien qu'assez réaliste dans son traitement (à 80% ici), notre âme semble s'élever au fil des phrases et je suis devenu accro dès la fin du premier chapitre. Murakami n'a pas son pareil pour rendre le quotidien merveilleux ou effrayant. Je me rappellerai longtemps par exemple sa description d'Eri se reposant dans sa chambre, une description d'une grande sensibilité et précision contrebalancée par une menace sourde qui semble peser sur elle et que l'auteur va développer dans les chapitres ultérieurs. Chaque personnage secondaire a son importance et est traité à égalité avec les premiers rôles. On s'attache à eux immédiatement: les femmes de chambre du love hotel aux discussions pleines de bon sens, les serveurs(ses) de restaurant et les personnes qui rencontrent Mari ou encore le geek informaticien qui ne vit que dans l'illusion et le faux-semblant.

Au fil des chapitres symbolisés par une horloge marquant l'heure, c'est surtout le parcours de Mari qui nous est décrit. Peu sûre d'elle, introvertie et solitaire, elle va le temps d'une nuit faire la connaissance d'un garçon charmant et délicat (Takahashi) puis rentrer dans un monde totalement étranger, celui des lieux de rencontres interlopes et même de la mafia. Loin d'être un catalogue de lieux communs avec son lot de sordide, Murakami s'attache avant tout à rapporter les liens qui se tissent, les rapports affectifs et d'empathie entre Mari et ceux qui croisent sa route. Le passage relatant sa conversation avec la prostituée chinoise est émouvant et le symbole du combat pour le respect des femmes qui est toujours d'actualité, ses rapports avec Mme Kaoru, patronne du love hotel font penser quant à eux aux rapports mère-fille, rapports que Mari n'a jamais eu avec sa génitrice. Au delà de l'histoire elle-même, il y a la quête de soi de l'héroïne et la résolution d'un passé douloureux qui transparaît et touche en plein cœur le lecteur cueilli par la grâce.

Car oui, avec Murakami une fois de plus, j'ai côtoyé les cieux de la littérature, la beauté à l'état pure qui inonde ce monde si sombre parfois. La langue plus simple que dans des classiques de l'auteur n'est pas pour autant exempte de poésie et de douceur cotonneuse, elle accompagne à merveille les errances nocturnes de tous les personnages qui peuplent, hantent même ce remarquable ouvrage. Les passages purement fantastiques ajoutent à l'ensemble une touche de mystère et d'angoisse qui pimente l'expérience pour la rendre marquante et durable dans l'esprit d'un lecteur emprisonné dans la toile tissée par le maître. Une petite merveille d'humanité que je vous invite à lire au plus vite.

Egalement lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé :
"1Q84 : Livre I, Avril-Juin"
"1Q84 : Livre II, Juillet - Septembre"
"1Q84 : Livre III, Octobre - Décembre"
"Kafka sur le rivage"
"La Ballade de l'impossible"
"Sommeil"
"La Course au mouton sauvage"
"L'Incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage"
- "Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil"

samedi 5 mars 2016

"L'Abandon" de Peter Rock

L'AbandonL'histoire : Une adolescente de treize ans vit, avec son père, dans une réserve naturelle de l'Oregon, loin des villes, en évitant tout contact avec d'autres personnes. Que fuient-ils ? Pourquoi se cachent-ils ?
Elle ne se le demande pas. Car, pour vivre cachés si ce n'est heureux, il ne faut penser qu'à cela et consacrer toute son attention à ce mode de vie invisible.
Un jour, le père baisse sa garde, les ennuis commencent.
On n'échappe pas à son histoire, même en se terrant durant des années...

La critique Nelfesque : Je suis tombée sur "L'Abandon" de Peter Rock complètement par hasard. Je n'en avais jamais entendu parlé et je ne connaissais pas l'auteur. Oui mais voilà, parfois, je me laisse séduire par une couverture et celle ci m'a tout de suite plu. Son côté sombre, énigmatique... L'histoire l'est tout autant.

Nous suivons Caroline, une jeune fille de 13 ans, dans son quotidien avec Père dans les bois à proximité de Portland. C'est là qu'ils se terrent tous les deux. Pas de maman, pas de frères et soeurs, pas d'amis, juste eux deux. Pourquoi vivre dans ces conditions ? Pourquoi rester seuls et se méfier de tout le monde ? Cela ne préoccupe pas Caroline outre mesure. Puisque Père dit qu'il faut dormir sous terre dans une cache, il faut dormir sous terre dans une cache. Puisqu'il dit qu'il faut faire sa lessive la nuit, il faut la faire la nuit. Puisqu'il dit qu'il ne faut pas marcher dans l'herbe pour ne pas laisser de trace, il ne faut pas le faire. Le lecteur lui par contre se pose la question.

Et trouve très vite la réponse si il est un habitué de thriller et roman noir... Je n'en dirai pas plus ici si ce n'est que Peter Rock n'a pas construit son récit, à mon sens, pour faire de cette énigme la clé de son roman. Parce que de ce point de vue là c'est raté...

En revanche, l'ambiance, les points de détails dans le quotidien, les relations qui lient Caroline et Père sont finement décrites. Et l'on sent peu à peu que cette gamine se détache de la vie réelle pour s'approprier sa vie sauvage. Qu'elle s'imprègne des conseils de Père et les met en pratique avec minutie et de façon vitale. Jusqu'où ira-t-elle pour continuer ainsi ? A refuser d'aller à l'école ou de se faire des amis ? A ne plus parler à personne ? A s'offrir un compagnon de route comme seul Père en est un pour l'instant ?

"L'Abandon" est un roman intéressant sans être l'oeuvre du siècle. Il n'a rien de vraiment novateur mais se lit sans peine et son titre trouve un certain échos à la fin de l'ouvrage. L'abandon tel un refus, tel une rupture. Un abandon dont on ne revient jamais...

dimanche 28 février 2016

"Salammbô" de Gustave Flaubert et Philippe Druillet

61ZcSwaltmL

L'histoire : Il fallut mille ans pour construire l'Empire de l'étoile et mille ans furent nécessaires pour le détruire en ces temps de la fin. Seule la planète-mère, centre de l'étoile, coupée de l'empire respirait encore dans des flots de sang. À Carthage devenue République vivait Salammbô, beauté façonnée par les dieux, gardienne du voile sacré de Tanit. Carthage, perle écarlate du monde de l'étoile, et Salammbô sa vierge sacrée. Les textes disent que le glaive brûlant qui consuma la cité et dévasta l'empire vint du ciel par l'homme aux yeux de feu qui recouvrit le monde de l'étoile d'un océan de sang. Et la vierge divine succomba. Car c'était le temps où les barbares conquérants firent tomber les dieux de leurs piédestals. La fin de l'empire… mille années, océan du temps… Écoutez… Écoutez au loin monter vers nous le sourd grondement des armées en marche que rien ne pourra plus arrêter. Ô dieux, entendez notre plainte !

La critique de Mr K : Monstrueuse claque que cet album initié par Druillet suite à une discussion à priori anodine avec le rédacteur-chef de l'époque de Rock and folk: transposer l'action du Salaambô de Flaubert dans un futur lointain. Pari réussi haut la main, tant cette intégrale procure jubilation de chaque instant dans le choc continu entre texte originel et dessins hors norme du maître. Pour précision, j'ai lu lors de mon cursus littéraire l’œuvre originelle qui m'avait bien plu mais dont le temps malheureusement avait quelque peu effacé le souvenir, la piqûre de rappel fut donc salutaire et a permis de redécouvrir un classique à la langue si moderne et dont le fond est toujours d'actualité.

Carthage a vaincu mais elle se retrouve avec des alliés bien encombrants sur les bras. Elle les renvoie en dehors des murailles en leur promettant richesses et remerciements pour leur engagement à ses côtés. Bien évidemment rien ne se passe comme prévu surtout qu'un chef mercenaire se permet de voler l'objet sacré confié à la vierge et divine Salammbô, grande prêtresse protectrice de la cité. Se mêle à cette intrigue générale, l'attrait irrépressible qu'attise la belle vestale bien malgré elle sur un chef barbare, Mathô (réincarnation de Lone Sloane, héros récurrent de Druillet). Tout cela ne peut que finir mal et encore… vous êtes en dessous de la réalité.

4

Malgré l'explosion de couleurs et de détails chère à Druillet, l'ensemble garde la cohérence du roman d'origine. On retrouve donc tous les éléments qui ont fait de Salammbô un classique qui résonne encore aussi talentueusement aujourd'hui: les deux anciens alliés qui se retrouvent ennemis, le destin contrarié de deux êtres perdus dans un combat qui les dépasse et qui va les pousser à leur perte (légère différence dans la version Druillet, c'est Lone Sloane tout de même!), la cruauté et l'injustice de la guerre, la religion aussi porteuse d'espoir que d'extrémisme, les femmes exploitées et victimes de l'incurie des hommes et des dieux. Toutes ces thématiques sont transcendées ici par une forme incroyable au service d'un récit qui n'a rien perdu de sa force immersive et de sa puissance narrative.

2

Plus qu'une BD, cet ouvrage s'apparente quasiment à un livre d'art tant on a l'impression de feuilleter page après page un catalogue d'exposition composé de tableaux plus mirifiques les uns que les autres. Druillet est au sommet, dynamite les règles de son art et propose des images marquantes et totalement délirantes: statues et bâtiments cyclopéens, scènes de bataille dantesque (dont se sont sans doute inspirés les auteurs des Chroniques de la Lune noire), expérience mystique virant au psychédélisme (je suis fan!), décors et paysages sublimes et une Salammbô belle à se damner! Contrairement à beaucoup de BD, celle-ci se digère lentement, le lecteur se prenant à rester admirer le travail de l'artiste plusieurs minutes tant les détails et références pullulent et donnent une densité incroyable à l’ensemble. Quelle beauté! Quelle maestria!

1

On ressort ébloui par cette expérience totale qui nous conduit très loin dans notre imaginaire et comble toutes les attentes de l'amateur de SF et de classiques littéraires que je suis. La relecture de Salammbô est brillante car subtile et bien menée, les éléments nouveaux s'imbriquant parfaitement aux anciens et permettant une translation efficace et respectueuse dans un univers SF. À lire absolument!

Posté par Mr K à 16:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,