mercredi 6 juillet 2016

"Les Lois de la gravité" de Jean Teulé

lesloisdelagravitéteulé

L'histoire : Dans trois heures, le lieutenant Pontoise pourra quitter son poste. À cet instant précis, une femme entre dans le commissariat désert et demande à être arrêtée. Dix ans plus tôt, elle a poussé son mari par la fenêtre de leur appartement du 11ème étage. Il les battait, elle et ses enfants. Elle a prétendu qu'il s'agissait d'un suicide et tout le monde l'a crue. Elle veut se dénoncer avant minuit parce qu'elle a des remords et que le lendemain son crime sera prescrit...

La critique de Mr K : Ça faisait un bail que je n'avais pas lu de Teulé ! Il faut dire que j'ai pratiqué intensément le bonhomme et que ce n'est que récemment que je tombai inopinément sur ce titre qui avait jusque là échappé à mes griffes acérées de lecteur compulsif. L'ouvrage en lui-même est très court (129 pages), et il ne m'a fallu qu'une moitié d'après-midi ensoleillée pour le parcourir. Ce fut bon et intense.

Récit tiré d'une histoire vraie, la quatrième de couverture des Lois de la gravité intrigue, le déroulé passionne. Une femme vient se livrer tard dans la nuit dans son commissariat de quartier. Elle a tué son mari en le précipitant du onzième étage de leur appartement. Dépressif et violent, il s'était raté à plusieurs reprise et ce soir là, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Sa femme commet l'irréparable et la suite des événements incline à faire penser au suicide, la police après une brève entrevue classe l'affaire. C'est sans compter les remords et une certaine idée de la morale qui empêchent cette femme de dormir et la conduisent à se confesser la veille de la prescription du crime auprès du lieutenant Pontoise, en service ce soir là. Commence alors un étrange dialogue de sourd entre une criminelle voulant absolument se faire arrêter et un policier qui récuse l'idée...

Comme à son habitude, Teulé fait dans l'accessible et le profond. La langue est toujours aussi gouleyante et en quelques mots, quelques phrases, décors et personnages sont plantés. On entre dès le départ dans un univers sombre ou peu d'espoir transparaît. On côtoie une misère sociale extrême à travers le parcours de vie de la jeune femme (la trentaine au moment de la narration) : pauvreté, déterminisme social, mariage raté, violence ordinaire et au final une existence subie et aliénante. Au cœur de tout cela, un geste irréfléchi qui mène au drame. Comme le dit si bien l'héroïne dans une formulation qui touche juste : "Il est, monsieur, des amours sans douceur". Loin de la libérer, ce crime va peser sur la conscience de la jeune femme, loin d'être illégitime, il n'en reste pas moins marqué du sceau du Mal.

Face à elle, un policier qui ne comprend pas ce geste. Comment peut-on vouloir se laisser enfermer alors que le mort était aussi détestable et surtout que l'on a encore trois enfants à charge. Il tente alors par divers stratagèmes de la détourner de son choix en essayant de la faire réagir par rapport à ses enfants qu'elle laisserait derrière elle, sa jeunesse qui lui permettrait d'envisager de changer de vie, il va même jouer la montre pour empêcher l'arrestation. Il se découvre peu à peu lui aussi à travers des petites histoires et anecdotes qu'il lui raconte pour la faire changer d'avis. Lui aussi n'a pas eu la vie facile, ces deux destins finalement étaient faits pour se rencontrer, la tension monte peu à peu et on se doute que le final sera peu commun. Nulle déception en ce sens avec un dernier chapitre qui cloue littéralement le lecteur sur place. Mais si vous connaissez Teulé, vous ne serez pas surpris.

Il y a un aspect très "théâtre" dans ce court récit. C'est dû au découpage poussé du récit (les chapitres ne dépassent jamais les 5 pages) et le charisme incroyable des deux personnages. D'un simple fait divers, ils incarnent à eux seuls nombre de maux de la société, une désespérance bien trop présente encore aujourd'hui (le livre date de 2003) et la misère de certaines existences humaines. Impossible de refermer le livre avant le mot fin tant on est pris à la gorge par les fragments de vie contés et l'envie de connaître le fin mot de l'histoire. On passe donc un bon moment (pas le meilleur de Teulé pour autant, je reste un inconditionnel du Montespan et de Villon) entre humour noir, côtoiement des pauvres gens et réflexion plus générale sur nos vies. À lire donc !

Egalement lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm Éclairé :
Darling
Je, François Villon
Charly 9
Mangez-le si vous voulez
Le Montespan
Fleur de tonnerre
- Le Magasin des suicides

Posté par Mr K à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 2 juillet 2016

"La Promeneuse" de Didier Fourmy

001

L'histoire : Frédérique a, depuis toujours, un don exceptionnel pour approcher et comprendre les animaux. Quand Victor, son ami d'enfance, brillant comportementaliste animalier, lui propose de le remplacer auprès d'une clientèle privée et fantasque, elle accepte, un peu surprise. Promue promeneuse de chiens et experte en chats, elle va découvrir toute une galerie de personnages hors normes et souvent folkloriques. Il va lui falloir rétablir l'harmonie dans les liens si particuliers qui unissent ces hommes et ces femmes à leurs petits chéris à quatre pattes. Le comique et la tendresse seront au rendez-vous quand elle arrivera à décrypter silencieusement les confidences, souvent ahurissantes, de tous les chiens et chats sur leurs incroyables maîtres !

La critique de Mr K : Je sors du registre de mes lectures habituelles avec ce "feel good book" qui m'a été proposé il y a peu. Une fin d'année difficile m'a incité en effet à me diriger vers une lecture plus légère, nécessitant peu d'implication du lecteur et livrant à priori une galerie de personnages truculents et surtout donnant la parole à nos amis à quatre pattes ! Vu mon côté gaga avec la princesse Tesfa qui réside à la maison et de manière générale avec nos amis les bêtes, l'occasion était belle de passer du bon temps. Le bilan de lecture est pourtant contrasté…

La Promeneuse de Didier Fourmy démarre pourtant très bien. On fait la connaissance de Fred, une jeune femme en difficulté qui a tout perdu coup sur coup (mec, boulot et estime de soi). Un vieil ami d'enfance lui propose alors une offre imparable lui permettant de mettre en œuvre un don qu'elle possède depuis toute petite : elle parle le chien et le chat couramment ! En fait, elle les comprend d'instinct et est capable de s'en faire obéir instantanément. Elle va donc devoir remplacer Victor (le fameux copain) pendant son absence et s'occuper de promener des chiens et régler les soucis relationnels entre animaux de compagnie et leurs maîtres. Au fil des pérégrination de Fred, on croise nombre de personnages hauts en couleur et l'on en apprend plus sur le passé de la jeune femme. C'est le début de la remise en question pour Fred et peut-être au bout du chemin, un bonheur jusqu'alors insaisissable...

Bon, c'est du classique en terme de trame et franchement on devine la fin très vite. Ce n'est pas pour autant très grave vu l'attachement immédiat que l'on porte à cette écorchée de la vie dont le caractère bien trempé et safe made woman touche en plein cœur. Et puis, toute une série de personnages plus dingos les uns que les autres naviguent autour d'elle notamment les clients de Victor qu'elle va croiser lors de consultations bien délirantes. Untel a un chat jaloux et caractériel, un autre étouffe son animal avec un amour immodéré, une voyante a des soucis avec ses chats qui lui permettent de lire l'avenir, une écrivain est en panne d'inspiration car son chat souffre de son manque d'attention... Bref, Fred va jouer son Amélie Poulain et aider tout ce petit monde à vivre mieux et par ses BA successives, remonter elle-même la pente. J'imagine que tout rapprochement possible avec le film de Jeunet est purement fortuit...

Les passages mettant en scène les réactions et discussions des animaux sont assez bien tournées. On rigole pas mal entre affirmations métaphysiques félines (Je suis le boss, j'existe regardez moi etc.), les préoccupations plus terre à terre des chiens (matage de postérieurs en série, la bouffe, la reconnaissance du maître...) et les tranches de vie quotidienne qui nous sont livrées avec des moments ubuesques à la clef où l'être humain peut se révéler obsessionnel et totalement abruti avec son animal. Je me suis d'ailleurs reconnu à plusieurs occasions, preuve de la réussite de l'entreprise en terme de perception des défauts de nombreux maîtres. L'ensemble est fait avec tendresse et volonté de divertir, c'est réussi et on en redemande.

La lecture est assez addictive, les pages se tournant toutes seules et l'auteur emballant son histoire avec un sens du récit éprouvé et une écriture accessible à défaut d'être remarquable. On est clairement dans l'easy reading et il ne faut donc pas s’attendre à de belles formulations et à de belles proses immersives à souhait. De l'utilitaire en quelque sorte mais bien mené et efficace... Du moins jusqu'au 30 dernières pages qui pour moi sont de trop ! 30 pages qui virent à la guimauve la plus crasse, mode comédie romantique US décérébrée où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Mais c'est bien connu, les grands bourgeois ont le cœur sur la main et tout se goupille parfaitement pour que tout un chacun réalise ses rêves... J'ai trouvé cette dernière partie too much, trop premier degré et finalement assez catastrophique tant il sacrifie les personnages pourtant bien construits depuis le début.

À l'heure du bilan, je vous avouerai que c'est la déception qui l'emporte malgré un pitch séduisant et deux-tiers de roman vraiment réussi. Une lecture que je qualifierai de dispensable tant l'aspect happy-end extrémiste m'a déplu et m'a gâché ma lecture. Mais là encore, tout est une question de goûts...

Posté par Mr K à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 29 juin 2016

"Marionnettes humaines" de Robert Heinlein

81OzItiH9CL

L'histoire : L'invasion a commencé en 2007 - sans que personne ne le sache. Les extraterrestres ont atterri en divers points stratégiques de l'Amérique du Nord, puis ils ont pris la tête des services de communications, du Gouvernement, de l'industrie. Personne n'a été capable d'endiguer cette invasion. Car les extraterrestres ont le pouvoir de contrôler les esprits. Seul Sam Cavanaugh, agent surentraîné œuvrant pour un des services secrets les plus puissants des Etats-Unis, peut encore stopper les envahisseurs. A condition d'accepter d'en payer le prix...

La critique de Mr K : Retour à l'âge d'or SF aujourd'hui avec un roman de Robert Heinlein, auteur culte chez les afficionados du genre mais qui m'avait quelque peu déçu avec son Étoiles, garde à vous que j'avais trouvé creux et décevant au regard de la virevoltante et thrash adaptation cinématographique de Verhoeven. Ayant apprécié son Histoire du futur dans mon adolescence, je ne pouvais rester sur ce goût de déception et à la faveur d'un chinage fructueux, je tombai sur cette histoire d'invasion extra-terrestre lorgnant clairement vers le cultissime b-movie L'Invasion des profanateurs. Au final, du rythme, une lecture rapide mais un sous-texte parfois nauséabond et vieillissant. Y a comme un malaise...

Écrit en 1951, Marionnettes humaines décrit l'année 2007 comme celle du grand remplacement. Pas celui, imaginé par quelques esprits complotistes dérangés à la mode sur le web mais une invasion de parasites extra-terrestres prenant possession des corps et des esprits. Ils transforment ainsi les humains en marionnettes entièrement téléguidées. Dotés d'une intelligence collectiviste (gare au communisme les gars !) et d'une capacité de reproduction par mitose très rapide, l'heure est grave. Heureusement la Section (organisme de renseignement US extrêmement secret) veille et Sam, leur meilleur agent va tout faire pour contrer le plan des aliens belliqueux. Y'a du coup pied au cul qui se perd, moi j'vous le dis !

Amusant de lire une histoire qui est censée s'être déroulée il y a 9 ans à travers le prisme d'une époque révolue : la Guerre froide ! Le rideau de fer n'est pas tombé et nombreux sont les clichés débités par les protagoniste américains du livre : les rouges sont encore l'objet de tous les fantasmes et peurs cristallisés par la bipolarisation du monde et cela donne de bons moments de comique involontaire. Malgré des avancées technologiques certaines et éparpillées discrètement au fil des pages (notamment en terme de médecine et de moyens de transport), il se dégage un charme désuet et une peinture plutôt rétro du monde. Ça agacera certains sans doute, perso j'ai adhéré. Sans doute la nostalgie a joué, je repensais durant ma lecture à la découverte de vieux illustrés de SF des années 60 que j'avais découvert par hasard dans une malle étant gamin...

J'ai aussi aimé tout ce qui appartient au domaine du background lié à l'invasion elle-même. Les phases de découverte et de réactions sont très bien menées, Heinlein excelle à décrire le sentiment de persécution, de paranoïa dans les foules face à un événement qu'on ne peut expliquer et qui semble inarrêtable. Prises de position du président, lois d'exceptions adoptées par nécessité et complètement ubuesques quand on pense au puritanisme ambiant aux USA à l'époque de l'écriture (l'injonction Tous à poil n'a jamais été aussi sérieuse que dans ce récit !) émaillent des péripéties nombreuses sous un rythme qui ne se ralentit jamais, accroche le lecteur et l'invite à suivre le combat à mener. Franchement, ça se lit vite, le style épuré et direct rend l'angle action / réaction très réussi. Mais cela ne suffit pas à faire un bon livre...

La déception apparaît assez rapidement. En effet, malgré des atours séduisants, les personnages ne restent que de vulgaires caricatures et s'avèrent peu ou pas du tout attachants. Je ferai une exception pour le chef de la Section qui aime souffler le chaud et le froid, manipule son petit monde et m'a électrisé par son sang froid et son cynisme. Par contre, que dire du héros qui s'avère être un ersatz de James Bond le charme en moins : misogyne, mélange improbable de bourrin de base et de romantique qui s'ignore (ces passages précis sont d'un ridicule sans nom). Il m'a littéralement ulcéré et ses réflexions sur la gente féminine sont vraiment abjectes. Pas de retournement de situation dans ce domaine ni de second degré à attendre. Heinlein, pour lui donner un pendant, lui adjoint Mary qui apparaît tout d'abord comme une super espionne, sexy et sûre d'elle. Mais laissez le charme opérer et elle ne devient qu'un faire-valoir tout bon qu'à pondre des marmots. A gerber ! Vous l'avez compris, on se croirait dans la série Mad men... mais après tout le livre date du début des années 50. Rajoutez à cela, un éloge final à la pugnacité et la violence du genre humain pour se faire respecter dans toute la galaxie et vous obtenez une morale douteuse et à mon sens fortement dérangeante. J'ai du mal à y voir encore une fois l'excuse du cynisme pensé et réfléchi pour dénoncer le va t'en guerre et l'impérialisme.

Je dois avouer que ce parti pris passéiste m'a agacé assez vite et même si j'ai lu Marionnettes humaines rapidement (2 jours et demi), il me reste un goût amer dans la bouche, celui de la déception. Finalement Heinlein n'est pas si incontournable que cela. Je lui donnerai une ultime chance avec un autre titre se trouvant dans ma PAL mais il va falloir qu'il assure car en deux lectures récentes (à un an intervalle tout de même), il est redescendu dans mon estime. Mais que voulez-vous, il y a des œuvres intemporelles et d'autres que les outrages du temps et l'évolution des mœurs égratignent...

Posté par Mr K à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 27 juin 2016

"L'Aîné" de Christopher Paolini

l'aine paoliniL'histoire : Eragon et Saphira, sa dragonne, sont à peine sortis vainqueurs de la bataille de Farthen Dûr que des Urgals attaquent de nouveau et tuent le chef des Vardens. Nasuada, sa fille, est nommée à leur tête. Après lui avoir porté allégeance, Eragon entreprend avec Saphira un long et périlleux voyage vers Ellesméra, le royaume des elfes, où ils recevront les enseignements du fameux Togira Ikonoka, l'Estropié qui est Tout.
Pendant ce temps, Roran, le cousin d'Eragon, organise la défense de son village contre les Ra’zacs. Le jeune homme est persuadé qu’il veulent récupérer la mystérieuse pierre trouvée par Eragon sur la Crête. De son côté, le royaume du Surda est toujours en lutte contre l'Empire de Galbatorix.
Eragon, Roran, les Vardens et les rebelles du Surda poursuivent désormais un seul et même but : détruire les forces du Mal.

La critique Nelfesque : Une à deux fois dans l'année, une envie de fantastique et de littérature jeunesse se fait sentir. Vous savez que d'ordinaire, c'est plutôt Mr K qui est friand de cet univers mais de mon côté je ne boude pas mon plaisir de croiser le fer et voler à dos de dragon à l'occasion. La lecture d'"Eragon" datant un peu, j'ai décidé de poursuivre ma découverte de la saga "L'Héritage" de Christopher Paolini avec ce second volet, "L'Aîné".

Cette saga est une aventure pure. L'Aventure avec un grand A avec péripéties, combats, créatures, dragons et paysages grandioses qui vont bien. Se lancer dans la lecture d'un Christopher Paolini, c'est la garantie d'être transporté dans un autre monde fait de magie, de complots et de grandes épopées.

Dans ce tome-ci, nous suivons d'un côté l'apprentissage d'Eragon et Saphira chez les elfes, à Ellesméra, et de l'autre l'exode de Roran, le cousin d'Eragon, et des habitants de Carvahall suite à la destruction de leur village. Le rythme se fait ici plus syncopé. Après un début sur les chapeaux de roues faisant immédiatement suite aux évènements survenus à la fin du tome précédent, c'est le moment de se poser et d'emmagasiner un maximum de connaissances pour Eragon et sa dragonne. Cela donne lieu à de nombreux passages d'apprentissage qui cassent quelque peu la dynamique de l'histoire et, bien qu'utiles pour la suite, font pointer un peu de lassitude du côté du lecteur. D'autant plus que les passages plus nerveux et haletants sont expédiés très rapidement en fin d'ouvrage. La grosse baston finale tient trop peu de place dans ces 804 pages (et oui, quand même !), déséquilibrant quelque peu l'ensemble.

Mais rassurez-vous, "L'Aîné" est tout de même un bon roman qui tient plus de l'ouvrage charnière que de l'épisode déterminant. On sent que l'auteur fait ici une transition et donne à voir une suite des plus appétissantes pour qui aime les situations tendues et les grandes batailles.

Le voyage de Roran et des habitants de Carvahall vers le Surda avec les Ra’zacs à leurs trousses est quant à lui beaucoup plus intéressant et passionnant. Sous la plume imagée de Paolini, on sent bien toute la tension présente au sein de cette troupe et tout l'enjeu de ce voyage. Longs périples et voyages en mer se côtoient donnant ici à "L'Aîné" un petit air des grands romans d'aventure classiques. Délectable à souhait et à haut pouvoir évocateur !

Du haut de mes 34 ans, j'ai pris beaucoup de plaisir à parcourir ces terres et je pense que je l'aurais encore plus apprécié si j'avais été dans l'âge ciblé ici (on peut conseiller cette saga à des lecteurs aux alentours de 10/11 ans, selon l'enfant) notamment pour ce qui concerne l'histoire d'amour qui pointe son nez du côté d'Eragon et qui me laisse de marbre. Mon coeur de pré-ado aurait peut être fondue...

logo-epub

Avec ce second volet, le plaisir de lecture ne faiblit pas et la saga prend un nouveau tournant qui s'annonce passionnant pour la suite. Voici un cycle fantasy jeunesse bien dense et qui a tout pour plaire. Merci aux auteurs de donner autant envie aux enfants de lire ! Ce cadeau est précieux...

Posté par Nelfe à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 26 juin 2016

"Double hélice" de Koji Suzuki

001

L'histoire : Lorsqu'il pratique l'autopsie de son ami Ryuji, le médecin légiste Mitsuo Ando est loin de se douter qu'il va plonger dans l'irrationnel et le cauchemar. Comment est-il possible qu'un petit bout de papier se trouve au milieu des organes de son camarade de faculté avec juste ce message énigmatique : "Ring" ? Comment peut-il apparemment être décédé d'un effet secondaire de la variole, pourtant éradiquée depuis plus de vingt-cinq ans ? Et pourquoi l'amie de Ryuji a-t-elle disparu après avoir mentionné une mystérieuse cassette vidéo ?

La critique de Mr K : Il y a quelques mois, lors d'un article sur des acquisitions, je vous avais parlé de ma grande joie d'avoir dégoté à Périgueux les deux volumes qui me manquaient du cycle de Koji Suzuki concernant Sadako et sa maudite cassette. Plus connue sous le nom de Ring, cette saga horrifique japonaise m'avait vraiment séduit à travers le premier volume que je découvrais seulement après avoir visionné en leur temps les trois adaptations cinématographiques (versions nippones bien évidemment!). Double hélice est le second ouvrage de la tétralogie et je vous préviens de suite, on s'éloigne clairement de ce que l'on a pu voir (notamment dans le deuxième film de la série) ! Bien que surpris, j'ai été séduit et j'ai déjà bien hâte de lire la suite !

Dans cet opus, l'action reprend juste après les événements relatés dans le premier volume. Ando autopsie un ancien ami de fac qui semble être mort d'une banale crise cardiaque. C'est sans compter sur une étrange découverte (le fameux message codé présenté en quatrième de couverture) qui va l'emmener très loin de ses certitudes, dans le sillage d'une série de morts inexpliquées et la figure d'une mystérieuse jeune fille dont l'esprit semble toujours présent malgré son horrible trépas il y a déjà plus de 25 ans. Sadako Yamamura ne semble pas en avoir fini avec notre monde... Tout semble être sur le point de commencer !

Adeptes du surnaturel, de l'épouvante classique à base de revenants passez votre chemin immédiatement, vous serez déçus. L'auteur en prenant comme personnage principal un médecin adopte l'angle de la science pour cette recherche de la vérité tortueuse. Ando est hanté par la mort accidentelle de son jeune garçon et la séparation avec sa femme. Son couple n'a pas résisté à cet accident malheureux. Il se réfugie désormais dans le travail et le mystère qui se présente à lui va lui donner bien du fil à retordre. On suit tous ses tâtonnements, ses recherches infructueuses et à l’occasion nous en apprenons beaucoup sur les énigmes du corps humain et notamment de l'ADN qui donne d'ailleurs son titre à l'ouvrage. Ces apports théoriques apportent un souffle neuf à une histoire plutôt classique qui ici va décoller dans la deuxième partie du roman vers une dimension quasi universelle dont les tenants et aboutissants font frémir.

J'ai eu très peu de frissons dans ce deuxième volet, d'ailleurs ce n'est pas le but recherché par l'auteur. Il approfondit ici les mécanismes de la malédiction de Sadako et révèle l'ampleur de sa portée. Loin de se réduire à une empreinte mentale haineuse et pleine de rancœur sur une VHS, il se dégage un projet à long terme et insidieux qui risque de changer à jamais le visage de l'humanité. L'horreur se fait ici plus discrète et plus basée sur les conséquences des actes et idées décrites. Le singulier devient pluriel, biologie et vengeance ne font plus qu'un pour mener à un projet touchant à la métaphysique et à l'évolution. Franchement, on ressort bluffé par le contenu et le volume trois promet de continuer dans cette veine.

Le rythme reste lent et attaché au quotidien des différents protagonistes et c'est très progressivement que le voile se lève sur les vérités cachées. Les passages marquants s’enchaînent entre découvertes macabres, quotidien fané et pures visions d'innocence : un instant de séduction entre deux inconnus, des flashback obnubilants refaisant surface, des chagrins et des peines à fleur de peau, un code secret à percer, un esprit retors tourné vers sa survie, une ville grise et aliénante. Peu ou pas de nature dans ce roman mais une ville de Tokyo inquiétante qui renforce un climax angoissant et impersonnel. Bien que moins flippant que son aîné, cet ouvrage prend à la gorge provoquant sueurs froides et réflexions plus générales sur la science et l'occulte. Les deux thèmes se mêlent à merveille livrant un ouvrage original, bien mené et efficace dans les buts qu'il poursuit. L'écriture de Suzuki garde le même sens du récit et souligne à merveille la profondeur des personnages et la complexité des phénomènes qui nous sont donnés à voir. Impossible en tout cas pour moi de relâcher le livre avant d'en avoir tourné la dernière page. L'addiction est au RDV et dieu que c'est bon !

Double hélice est vraiment à lire pour poursuivre ce voyage inquiétant et immersif comme jamais. Science et fantastique se mélangent à merveille et donnent vie à un roman pas comme les autres, séduisant en diable et à la conclusion peu banale et inquiétante. Un must dans le genre !

Egalement lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé:
- Dark Water
- Ring


vendredi 24 juin 2016

"Ys, le monde englouti" de Gabriel Jan

YS - Gabriel jan

L'histoire : En ce temps-là, du côté de Douarnenez, Ys était la plus riche, la plus puissante, la plus réputée mais aussi la plus fragile des cités de Bretagne. Construite en fond de Baie et constamment menacée par la mer, Dahut y régnait en maîtresse absolue aux côtés de son père, Gradlon Le Grand, roi de Cornouaille, ami du moine Guénolé et de l'ermite Corentin. Mais la belle princesse se livrait aussi à la débauche et elle n'hésitait pas à se débarrasser de ses amants en jetant leurs corps dans l'Océan, jusqu'au jour où elle tomba amoureuse d'un séduisant et mystérieux étranger.

La critique de Mr K : Retour en fanfare aujourd'hui sur une légende qui a bercé mon enfance cornouaillaise (dans les alentours de Concarneau) : la ville d'Ys. En novembre dernier, je vous en avais déjà parlé lors de ma chronique de Bran Ruz, superbe BD en noir et blanc d'Auclair et Deschamps à la fois dense et respectueuse des vieilles traditions orales bretonnes courant sur cette histoire qui a traversé les âges et gardé intact son attrait ensorcelant. C'est un grand maître du suspens qui reprend à son compte la légende, Gabriel Jan se proposant ici de revisiter le mythe tout en suivant les textes originaux. Pari réussi comme vous allez pouvoir le lire !

Nous replongeons donc dans les temps immémoriaux, en pleine lutte entre la religion du Dieu unique et les vieilles croyances animistes représentées par les druides. La Bretagne est indépendante et le roi Gradlon règne sur la Cornouaille. Pour faire plaisir à sa fille, il lui fit construire la plus belle des cités au fond de la baie de Douarnenez, la rutilante Ys. Le temps a passé et la ville est devenue le centre de tous les vices humains, la décadence y règne en maître et le vieux monarque vieillissant ne peut que constater les dégâts entre impuissance et regrets.

Nous nous éloignons très vite du cadre (après un prologue digne du Macbeth de Shakespeare avec trois druides conspirateurs et bons vivants) pour suivre sous la plume de Gabriel Jan, le personnage de Gélan d'Édarpt, jeune médecin voulant s'installer à Ys et s'y faire un nom. Intrépide et érudit, il apprend très vite l'état de déliquescence morale dans lequel est plongé la cité de Dahut, il va cependant y entrer pour constater de lui-même les méfaits de l'âme humaine possédée par le pouvoir et l'argent. Il va soigner ses premiers patients, croiser un jeune homme qui deviendra très vite un ami et lui prêtera main forte, devra résister à la très attrayante Dahut et tombera sous le charme de l'amour unique, celui qu'on ne découvre qu'une fois dans une vie. Mais qui est vraiment Gélan ? Sous son aspect innocent et détaché, ne cacherait-il pas une autre identité et une mission de la plus haute importance ?

Si comme moi, vous êtes fan de Dahut et consort (j'avoue, j'en étais amoureux étant jeune), on accroche immédiatement. Les talents de conteur de Gabriel Jan ne sont plus à prouver et on retrouve son sens du récit et de la description hors pair. En peu de mot, on accroche déjà aux personnages et on plonge dans cette lointaine Bretagne si grisante. On ne se lasse pas des visions de la lande bretonne et des pierres levées, de la ville d'Ys la magnifique et sombre cité du vice, l'intérieur des maisons et tavernes… Tout mène à un portrait réaliste et enchanteur qui plonge littéralement le lecteur dans une évasion sans limite. Rajoutez là-dessus des personnages hauts en couleurs et vous obtenez un background solide animé par des personnages attachants et aux destins croisés. Je me souviendrais notamment longtemps des trois druides vieillissants amateurs de bonne chère, de la divine et perverse Dahut qui décidément a toujours autant de charme (oui je sais, je me répète !), de la figure de Gradlon dépassé par son engeance et ployant sous la solitude de la vieillesse, de la révélation quant aux héros qui cache bien son jeu et pléthore de rôles secondaires qui éclairent à merveille la trame principale.

À ce propos, je ne pensais pas être surpris tant j'ai lu et relu des textes sur Ys. Il semblerait que ce n'était pas suffisant tant la légende prend ici un autre visage notamment celui de l'inconnu qui séduit Dahut et va mener la cité à sa perte. Je me suis rendu compte que sur ce point aussi la christianisation a fait des ravages. Point de Diable dans ce roman mais des anciennes croyances qui ressurgissent, de la magie et de l'herboristerie. Ce point de vue apporte beaucoup au mythe et lui redonne un éclat nouveau et frais. Personnellement, j'ai adhéré et redécouvert une légende à part dans mon cursus personnel. Vous l'avez compris, cette lecture est essentielle dans son genre et comblera largement les amateurs de belles histoires et de mythes fondateurs.

Posté par Mr K à 19:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 23 juin 2016

"Le Coma des mortels" de Maxime Chattam

le-coma-des-mortelsL'histoire : Qui est Pierre ?
Et d'ailleurs se nomme-t-il vraiment Pierre ?
Un rêveur ?
Un affabulateur ?
Un assassin ?
Une chose est certaine, on meurt beaucoup autour de lui.
Et rarement de mort naturelle.

La critique Nelfesque : Des romans de Chattam, j'en ai lu quelques uns. J'en ai aimé certains, d'autres beaucoup moins. Avec "Le Coma des mortels", on touche le fond. Attention chronique 100% subjective et viscérale. Ce roman étant très "moi, je", je m'adapte !

En librairie depuis le 2 juin, j'ai lu ce roman avant sa sortie et depuis je ronge mon frein. Vendu comme un thriller (l'auteur a beau s'en défendre en promo, la maison d'édition l'annonce bien en thriller dans son argumentaire presse), cet ouvrage est une pure blague. Du thriller, il n'en a ni l'odeur, ni le goût. Aucun suspense, aucune tension. Un roman noir peut-être ? Non plus. Ou alors un très mauvais tant les personnages sont insipides et l'écriture médiocre. Chattam a énormément de fans et je ne doute pas que son dernier roman se vendra très bien grâce à son nom mais personnellement ça me met en colère de voir des premiers romans d'auteurs inconnus passer quasi inaperçus alors que ce sont de pures pépites et constater que "Le Coma des mortels", aussi mauvais soit-il, restera au box office des ventes pendant des semaines. Comment un auteur peut-il décemment sortir un roman pareil et enfler ses lecteurs ainsi ?

Je suis en colère car Chattam est à la base quelqu'un que j'aime bien mais plus on avance dans le temps, moins je le reconnais. Où est l'auteur de thriller talentueux de la Trilogie du Mal ? Où est passée sa noirceur ? L'auteur a voulu faire dans la nouveauté (chose qu'il avait déjà amorcé dans son précédant ouvrage) et il l'a clairement énoncé : "Le Coma des mortels" s'annonce comme un renouveau. Dorénavant il continuera sa route sans moi (ça ne lui changera pas sa vie mais ça me dégagera du temps pour lire d'autres romans).

Avec "Le Coma des mortels", Chattam apporte certes un vent de nouveauté dans son écriture mais certainement pas dans le genre ou la littérature en général. Ici, on surfe allègrement sur des vagues à succès : érotisme et religion. Ça parle cul, c'est cru, ça baise à tous les étages, ça émoustille peut-être certains lecteurs mais ça ne me fait pas plus d'effet qu'un roman-photo paru dans "Nous deux". Ah pardon, ici ça baise dans un cimetière comme ça c'est plus gothique et malsain. Vous les voyez les gros sabots ?

Parlons de l'histoire ? Elle tourne autour du narrateur qui se regarde le nombril sur presque 400 pages. A coup de leçons sur la vie et sur la religion, l'auteur nous assène des vérités comme on enfonce des portes ouvertes. Au forceps et sans aucune finesse, en invectivant le lecteur, en le repoussant dans ses retranchements (c'est l'intention de l'auteur même si ça fait flop). Exactement le même procédé qui m'avait ulcéré dans le final de "Que ta volonté soit faite"... Même cause, même conséquence, une envie folle de prendre le narrateur, Pierre, entre 4 yeux et lui dire qu'il n'a rien compris à la vie et que le monde ne tourne pas autour de sa petite personne. Merci pour la leçon mais tu pourras repasser !

"Mais sinon, y a des meurtres ou bien ?" Même si la 4ème de couv' annonce qu'on meurt beaucoup autour de lui et rarement de mort naturelle, les morts sont tellement noyées au milieu d'un trip narcissique et un style lénifiant que le lecteur passe complètement à côté. Sans vraiment être intéressée par le pourquoi du comment, assistant avec douleur au crash d'un auteur de renom, la lectrice consciencieuse que je suis (je crois que maintenant je vais m'autoriser à abandonner des lectures en cours parce que là c'est plus possible) compte les pages et veut en finir (pas avec la vie, je vous rassure). Oui Chattam m'a eue... A l'usure !

Avec l'arrivée du personnage d'Antoine, être bienfaiteur et petite bouffée d'oxygène dans cet ouvrage, j'ai cru que le vent pouvait tourner, que la magie allait opérer. Malheureusement, Antoine n'est que de passage et emporte avec lui mes espoirs...

Allez, on finira sur cette magnifique accroche de la maison d'édition à l'arrière du roman qui prouve une fois encore que le mieux est l'ennemi du bien :

Rebondissements incessants, métamorphoses, humour grinçant... Un livre aussi fascinant que dérangeant, en quête d'une vérité des personnages qui se dérobe sans cesse. Un roman noir virtuose dont l'univers singulier n'est pas sans évoquer celui d'un cinéma où David Lynch filmerait Amélie Poulain.

...

On n'a visiblement pas lu le même bouquin.

Egalement lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé:
- "L'Ame du mal"
- "In tenebris"
- "Maléfices" (ah mais mince, je ne l'ai jamais chroniqué celui là...)
- "Les Arcanes du chaos"
- "La Conjuration primitive"
- "La Patience du diable"
- "Que ta volonté soit faite"

Posté par Nelfe à 17:46 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 21 juin 2016

"Les Noces macabres" de Jean-François Coatmeur

Les Noces macabres

L'histoire : Tout commence par un coup de fil. Une voix métallique qui menace tour à tour le père Gildas, cloîtré dans son abbaye de Kerascouët, le maire d'une petite ville de Bretagne, effrayé au point de renoncer à un mandat de député, et un médecin du Perche, qui prend la fuite. Trois notables aux vies transparentes, qui avaient fait leurs études de médecine ensemble. Avec le chirurgien Alain Vénoret, revenu à Brest après de nombreuses années d'absence, ils formaient un joyeux quatuor : "la petite bande". Pourquoi se sont-ils séparés brusquement ? Que leur a chuchoté cette mystérieuse voix pour les troubler à ce point ? Et pourquoi Alain a-t-il été épargné ?

La critique de Mr K : La Bretagne, ça vous gagne! L'adage est bien connu en terme de paysages, de culture et de bonnes soirées bien arrosées. Beaucoup moins pour moi en terme de littérature, je dois avouer que niveau auteurs régionaux je n'y connais presque rien et que je me suis davantage attaché dans le passé à lire contes et légendes de notre contrée sauvage qui est bien pourvue en la matière. L'occasion s'est présentée de lire ce thriller se déroulant à Brest. Banco pour moi, c'est encore avec une certaine nostalgie que je repense à mes années estudiantines là-bas. Heureusement pour moi, même si elles se sont révélées agitées, elle n'ont pas sombré dans l'horreur comme la vie de certains des protagonistes de ces Noces macabres, récit court et caractérisé par une tension permanente.

Vengeance, vengeance ! Quand le passé ressurgit, cela peut faire des dégâts surtout si lors de nos études, on a commis l'irréparable. Oubli et impunité ne sont jamais garantis et quatre notables bien installés vont en faire les frais et pas qu'à moitié ! Une soirée qui tourne mal, une mère courage qui transmet de lourds dossiers à son enfant et ce dernier va déchaîner la fureur grâce à un plan machiavélique qui ne laissera personne indemne et surtout pas le lecteur pris en otage par un auteur sacrément doué pour maintenir le suspens en place.

La preuve en est que j'ai parcouru cet ouvrage en un après-midi profitant par la même occasion du temps splendide dont nous avons bénéficié en Morbihan il y a quelques jours (cette remarque est principalement destinée aux mauvaises langues qui disent qu'il pleut toujours en Bretagne). Récit court d'à peine 200 pages, chapitres succincts, descriptions acérées, des personnages charismatiques, des péripéties en veux-tu en voila… Les éléments sont tous là pour procurer un plaisir de lecture simple et efficace.

On se prend très vite d'affection pour Chris dont le passé révélé va provoquer un électrochoc dans sa vie rangée et sans histoire. L'auteur nous en fait un portrait vraiment poignant tout en gardant quelques cartouches pour la fin. C'est là toute l'ingéniosité de Coatmeur, savoir doser révélations et part d'ombre pour maintenir le lecteur entre vérité et ignorance. On pense toujours avoir un coup d'avance sur le récit mais on est constamment surpris. Pour mieux égarer le lecteur, certains chapitres prennent le point de vue d'autres personnages comme le petit ami de Chris ou encore les quatre mystérieux notables qui commencent à sentir le vent du boulet. L'auteur tricote un canevas assez complexe et se plaît à y emprisonner des hommes à la conscience pas très claire. Gare à celui qui n'affrontera pas son passé à l'heure voulue !

Le bémol pour ma part vient de la fin qui, même si elle se révèle particulièrement épouvantable, m'a fait penser à celle d'un de mes films culte : Old boy de Park-Chan Wook (pas l'affreux remake US). La grosse surprise n'a donc pas pris pour moi mais il faut avouer que l'entreprise est bien menée, portée par une écriture à la fois simple et évocatrice, une dimension thriller prenante et une architecture en toile d'araignée fascinante. On sait que ça va mal finir et ce plaisir sadique est très bien attisé. J'ai aussi retrouvé nombre de lieux que j'ai pu connaître "in real life" et cet aspect m'a touché mais c'est l'ancien étudiant brestois qui parle là !

Au final, une bonne lecture qui ne révolutionne pas le genre mais qui l'entretient et rien que cela, c'est déjà très bien !

Posté par Mr K à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 17 juin 2016

"Tendre jeudi" de John Steinbeck

tendrejeudijohnsteinbeck

L'histoire : Doc ne sait pas ce qu'il veut, Suzy fait un complexe d'infériorité. Au cours d'une semaine mouvementée, leurs amis essaieront de les réunir.

La critique de Mr K : Steinbeck fait partie des sacro-saints auteurs US que j'adore et auxquels je voue un culte sans borne : langue simple mais évocatrice à souhait, récits humanistes et une littérature des émotions humaines à nulle autre pareille. Vous imaginez ma joie quand je tombai sur le présent ouvrage lors d'un chinage de plus. Tendre jeudi est la suite de Rue des sardines que je n'ai pas lu, heureusement nul besoin de cela pour apprécier à sa juste valeur ce roman légèrement différent de ce que j'ai pu lire de lui. Il est plus léger, plus tendre et aussi plus humoristique. On est bien loin de la mélancolique noirceur de La Perle ou de Des souris et des hommes. Embarquez avec moi !

Tendre jeudi est une chronique post Seconde Guerre mondiale d'un petit quartier et de ses habitants. La plupart sont des marginaux au regard de la société US de l'époque et ils se débattent avec leurs existences, cherchant des graines de bonheur à planter au quotidien. Doc, un érudit épris des créatures marines a depuis peu fait une croix sur l'Amour et se plonge à cœur perdu dans la rédaction d'une thèse sur les céphalopodes. Cela inquiète ses amis qui veulent lui rendre tous les bienfaits dont il n'est pas avare : toujours présent en cas de besoin, il dispense ses conseils régulièrement à ses concitoyens et parfois les aide financièrement. Ceux ci vont alors tout faire pour le rendre à nouveau heureux. Ça tombe bien, une nouvelle tête vient d'arriver en ville ! C'est la jolie et franche Suzie qui de suite a réussi à capter l'attention du scientifique lors d'un anodin échange de regards. Commence alors un jeu de chat et de la souris entre ces deux âmes esseulées. Le destin leur sera-t-il favorable, aidé par les amis de Doc ?

Ce livre comme chacun des œuvres du maître est un bijou de concision dans la caractérisation des personnages du roman. On s'attache très vite à eux, chacun présentant des aspérités, des fêlures touchantes. Loin de s'y cantonner, l'auteur explore les mécanismes du fonctionnement de cette communauté qui vit quasiment en vase clos. Tout se sait très vite rue de la Sardine mais il se dégage une bienveillance générale et un attachement à l'autre omniprésents entre pudeur de l'époque et nécessité de maintenir cohésion et entre-aide dans une période de renouveau après des années marquées par la guerre et les sacrifices qu'elle a nécessité. Le tableau mental de ce microcosme est remarquablement rendu et donne à l'ensemble une profondeur incroyable.

Bien que nombreux, les personnages intriguent, inter-agissent et font écho à ce que l'humain peut avoir de meilleur. Doc et Suzy forment un duo original et apportent un éclairage neuf sur la séduction entre homme et femme, non-dits et quiproquo balançant le lecteur entre incertitudes et espoirs les plus fous. Il devient lui-même un membre de la communauté et souhaite au plus profond de lui-même une conclusion romantique à leurs destins contrariés. Le lecteur ne peut qu'encourager l'ancien mafieux devenu épicier, le chef de bande et ami de Doc Mack, la tenancière de la maison close et tous les autres à réussir leur entreprise tant la force et la solidarité émane avec opiniâtreté de ces pages malgré les oppositions et les désagréments qui peuplent une vie humaine. Chacun a sa place, sa propre histoire, le tout se conjugue pour donner un récit immersif où amour, amitié et épanouissement de soi ont la part belle.

Grâce à son style imparable, on ne peut qu'être séduit dès les premières pages de Tendre jeudi. On retrouve cette écriture si particulière à la fois accessible mais tellement précise et dense dans ce qu'elle sous-entend. Cette économie de mot ne se fait jamais au détriment de l'humain et du récit, et surtout au profit d'un plaisir de lecture immédiat et total. C'est le cœur gros que l'on quitte ce roman tant on aurait voulu en lire plus (seulement 250 pages, snif !) mais aussi avec l'impression d'avoir lu un grand livre qui l'a touché au plus profond. Vous savez ce qu'il vous reste à faire, John Steinbeck a encore frappé !

Posté par Mr K à 17:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 16 juin 2016

"La Couleur des sentiments" de Kathryn Stockett

La Couleur des sentimentsL'histoire : Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s'occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L'insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s'enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s'exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu'on n'a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l'ont congédiée.
Mais Skeeter, la fille des Phelan, n'est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s'acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l'a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même laisser un mot.
Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires, poussées par une sourde envie de changer les choses malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

La critique Nelfesque : Je connaissais "La Couleur des sentiments" de nom. Je savais qu'un film avait été adapté et qu'il avait eu de très bons échos, tout ceux qui savaient que j'avais ce roman dans ma PAL depuis 2 ans et demi poussaient des cris d'orfraie pour que je l'en sorte et j'ai fini par céder sous la pression de Mr K (qui soit dit en passant ne l'a pas lu lui-même... hum...). Au vu des nombreuses réactions sur Instagram et twitter lorsque j'ai annoncé mon début de lecture, je savais que je mettais les pieds dans le Saint des saints (j'exagère à peine !). Je sais par expérience que lorsque l'on attend beaucoup d'un roman ou que tout le monde ne cesse de le louer, la déception peut pointer le bout de son nez au détour d'une page (idéalisation, tout ça...). Qu'en est-il pour moi ? Suspense...

Non allez, je ne vais pas le faire durer 3 heures et je vous le dis tout de suite : j'ai A-DO-RE ! Oui je sais, je ne suis pas originale sur ce coup mais je ne peux pas ne pas dire du bien de ce roman et aller dans le sens du vent. Ou alors ça serait de la mauvaise foi... Et là j'ai pas envie !

Alors, pour les 2 du fonds qui n'auraient pas encore lu ce roman (comme ce fut mon cas il y a moins de 2 semaines), petit topo sur l'histoire. Nous sommes dans les années 60 aux Etats-Unis. En pleine Amérique ségrégationniste, à cette époque, on fait une distinction entre les hommes de "race blanche" et ceux de "race noire". Pire encore, on considère ces derniers comme des sous-hommes. Pour mémoire, Rosa Parks et son refus de céder sa place de bus à un blanc, c'était en 1955. Ce qui est considéré comme "normal" à l'époque nous donne sacrément la nausée aujourd'hui.

En 1962, dans le Mississipi et ailleurs aux USA, les noirs sont tolérés dans les champs pour le travail de force et à la maison pour le travail ingrat. Ici, on suit l'histoire de toute une communauté de la ville de Jackson. Ville lambda d'Etat du Sud où il est de bon ton lorsque l'on est blanche de programmer des garden party et autres réunions associatives entre desperates housewifes pendant qu'une domestique noire s'occupe de l'éducation de ses enfants, de la tenue ménagère de sa maison et de la cuisine. Mais attention, ça s'arrête là. Il est impensable entre autres que bobonne pose ses fesses sur la même lunette de toilettes que les maîtres de maison ! Alors on érige des barrières physiques et mentales entre eux (les noirs) et nous (les blancs). Il y a des entrées de service, des toilettes annexes pour se soulager dans le garage ou au fond du jardin, des règles strictes à respecter. Il est inconcevable que ses domestiques aient la moindre revendication. Une vie de famille et des priorités personnelles ? Non mais ça va pas la tête !? Une noire est là pour servir les blancs. Point. Ni plus ni moins.

C'est cette situation ubuesque et scandaleuse que Skeeter veut dénoncer. Sans vraiment savoir dans quoi elle met les pieds, jeune diplômée tout juste de retour à la maison, elle va entrer en contact avec plusieurs domestiques femmes noires et écrire de manière anonyme un essai sur les conditions de vie et de travail de ces dernières. Alors que ses amies, proches et parents trouvent tout à fait normal que les choses soient ainsi, elle perçoit une injustice et compte en alerter l'Amérique. "La Couleur des sentiments" est l'histoire de cette entreprise.

Alternant la vision de Skeeter, Aibileen et Minny (toutes deux domestiques et amies), Kathryn Stockett détricote des relations complexes faites de domination et d'humiliation mais aussi de respect et d'amour. Selon les familles dans lesquelles telle ou telle domestique travaille, les rapports sont bien différents. Les uns respectent leurs employés, leur donnent congés et rémunération à la hauteur de leur travail, d'autres les exploitent, les rabaissent, les pressent comme des citrons et font naître chez eux un sentiment de dépendance, de soumission et d'impuissance. Si Madame veut, Madame a. Il est inimaginable qu'il en soit autrement et si on ouvre trop sa bouche comme Minny, on se retrouve sans travail et sans argent. La réputation est faite, la famille peut mourir de faim et parfois même les représailles peuvent aller jusqu'à l'intimidation physique et la mort.

"La Couleur des sentiments" fait froid dans le dos et fait monter les larmes aux yeux du lecteur. Cette époque a existé, elle n'est pas si loin de nous (1962, c'était il y a 54 ans à peine) et le racisme est malheureusement toujours d'actualité. On s'émeut pour le destin de ces femmes noires qui, pleine de vie et d'amour, mettent leurs propres familles entre parenthèses pour le bien d'une famille de blancs, pour l'éducation d'enfants qui ne sont pas les leurs, sans amertume ni ressentiment dans la plupart des cas. Soumises jusqu'à ce que Skeeter allume une étincelle d'espoir avec son projet fou.

Je pourrai encore en parler pendant des heures mais vous l'avez compris, ce roman est une merveille d'humanisme et de tolérance. Que dire de plus ? Une ode au respect et à l'égalité, magnifiquement tournée et à l'écriture simple, pure et percutante. Si vous aimez les romans chorales, les personnages forts qui font à eux seuls une histoire passionnante, si vous aimez détester des personnages et en adorer d'autres, vivre des émotions contrastées et être transportés dans une époque comme si vous y étiez, je vous conseille vivement cette lecture. Vous avez peur de son épaisseur et de ses plus de 600 pages ? Vous les aurez avalé en moins de temps qu'il n'en faut pour dire "ouf". Petit bémol toutefois (mais vraiment tout petit au regard de la qualité de l'ensemble de l'oeuvre), j'aurais aimé une autre fin, quelque chose de plus dramatique et moins "piou piou les petits oiseaux" qui aurait collé d'avantage à l'ambiance du roman selon moi. Mais bon, ça c'est mon côté jusqu'au-boutiste... Vous pouvez donc y aller les yeux fermés. Ne boudez pas votre plaisir !

Posté par Nelfe à 17:09 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , , ,