jeudi 3 juin 2010

My exit music

my_exit_musicEncore une découverte pour vos petites oreilles avides de bonne musique! "My exit music" est un groupe anglais composé de quatre gars de Newcastle se connaissant depuis 5 ans: Scott Wall au chant/guitare/piano, Jason Blaney au chant/batterie, Steve Beyer à la basse/guitare et Andy Ludbrook à la guitare/moog/clavier. Qu'est ce qu'un moog? C'est un synthétiseur modulaire. Une beauté de technologie qui rend des sons déments! Je vais vous montrer ça à la fin du post mais pour plus d'infos pointues, je vous renvoie à la page wikipédia des synthétiseurs modulaires. C'est du lourd!

Mais revenons à "My exit music". Depuis le départ de leur ancien chanteur pour cause de "guitare trop forte" sur ses compos perso (oui, chacun ses raisons...), ils ont commencé à entrer dans un style qui leur correspond, où l'instrument mène la danse. Et quelle danse! Une danse post-rock aux lignes éthérées proches de Sigur Ros. Des envolées fantastiques, des montées en puissance qui collent le frisson, la musique de My exit music se ressent. Le volume à fond, elle prend possession de votre esprit.

Le titre "Music box" est superbe, 5 minutes de rêverie entre effets sonores, voix lointaine, thème musical type boîte à musique. De même avec "Terror" qui clos l'album et enlasse l'auditeur dans une litanie musicale.

Avec des titres allant jusqu'à 7 minutes 12, on déplore juste la brièveté de l'album qui ne fait que 39 minutes. On en aurait aimé davantage. Mais ne vaut-il pas mieux 39 minutes de bonne musique plutôt qu'une heure de soupe!?

Et sous vos yeux ébahis, voici le moog qui déchire son nounours:

moog

 

Posté par Nelfe à 17:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 22 mai 2010

Un peu de douceur dans ce monde de brutes

samsaraSamsara est un groupe de Montréal au son instrumental post-rock. Les membres du groupe n'en sont pas à leur coup d'essai mais ils ont littéralement changé de cap. Prêt pour le voyage dans le monde de Samsara?

Aussi étrange que celà puisse paraître à l'écoute de leur premier EP, Samsara a commencé son aventure musicale dans le métal. Comment ont-il effectué ce grand écart pour arriver à leur style actuel aux guitares ambiantes et planantes? L'histoire ne nous le dit pas. Peut être qu'un jour, au sommet de leur gloire, daigneront-ils nous éclairer dans une interview... C'est tout le mal qu'on leur souhaite!

Le son actuel de Samsara se rapproche de l'ambiance de groupes dont on ne présente plus le travail: Explosions in the sky, Sigur Ros ou encore Isis. Ce qui les démarque de ces talentueux artistes, ce qui fait la "touche Samsara", c'est l'utilisation de sections orchestrales plutôt inspirées par des compositeurs de musique de films. Lorsqu'on leur demande des noms, ils se disent touchés par le talent d'Howard Shore ("Le seigneur des anneaux") ou encore de John Wiliams ("Star Wars"). Ne vous attendez pas à de grandes envolées lyriques évocatrices de paysages grandioses agrémentés de preux chevaliers mais l'idée est là. De la grosse prod donc!

Avec cet EP de 4 titres, dispo à la vente via leur webshop, Samsara nous laisse entrevoir un potentiel qu'ils travaillent tous les jours puisqu'ils sont actuellement entrain de composer de nouveaux titres.

Versant dans l'instrumental post-rock, la musique de Samsara s'insinue dans nos oreilles et atteint notre cerveau en douceur, nous laissant une impression de calme et de sérénité. Avec des montées en puissance révélatrices de toute la capacité créatrice de Samsara, le groupe ne se laisse pas tomber dans la facilité. "F Sharp", qui ouvre l'EP, reste longtemps dans notre esprit. Accrocheur et talentueux, n'est ce pas là tout ce que l'on demande à des artistes?

Comme dirait mémé: "Ecouter Samara, c'est boire du petit lait!". Vous en prendrez bien une tasse?

Posté par Nelfe à 18:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 23 mars 2010

Devenez lulabiens

Lulabi

Lulabi est un groupe que vous ne connaissez sans doute pas encore mais que je vous invite fortement à découvrir. Groupe de Reims formé en 2005 de la rencontre entre Kévin Espich et Amandine Denis puis rejoints par Pierre-Hugues Thieno, sa musique est un nuage bonbon aux accents de Radiohead et Sigur Ros réunis. La voix est éthérée, les mélodies lassives portent une dimension mélodramatique et le tout donne un album "Lulabi" (tout simplement) mystérieux.

Sur scène, ils sont 7 musiciens et ensemble ils ont été lauréat du DSAR 2006 en Champagne-Ardenne (Dispositif de Soutien aux Artistes Régionaux). Soutenus alors par La Cartonnerie, salle de spectacle Rémoise, ils sont aidés à finaliser leur projet, notament en terme de préparation scénique afin de mettre en place le spectacle qui accompagnera la sortie de l'album, album dispo depuis le 1er mars sur différentes plateformes.

Lulabi a beau être un jeune groupe, il a déjà trainé son talent sur différentes scènes françaises et on a pu les voir lors de premières parties de groupes de renoms tels que Kaolin ou encore Ez3kiel. Le 15 avril 2010, ils assureront la première partie d'Archive à la Cartonnerie à Reims. Et oui, rien que ça! Souhaitons leur encore de nombreuses collaborations de cette qualité et de nombreux concerts en tête d'affiche.

"L'univers de Lulabi est fait de courtes pièces sombres, semblables à des contes pour enfants qui révèleraient la naïveté la plus fraîche et la noirceur la plus inavouable..." nous dit le plan promo. Reste l'album évocateur d'un groupe prometteur.

Bonne route lulabienne...

Posté par Nelfe à 17:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 25 février 2010

Dieu est un astronaute?

GIAAJ'ai découvert cet excellent groupe par le biais d'Esteban, grand fan devant l'éternel qui n'hésite pas à aller jusqu'en Irlande pour les voir en live. Oui, il y a des dingues!

Mais qu'en est-il de ce groupe si phénoménal? Esteban est-il réellement fou ou tout cela est-il justifié?

Formé en 2002 par les frères jumeaux Kinsella, Niels et Torsten, ce groupe irlandais mêlant instrumental, post-rock, atmosphérique et flirtant avec le psyché, en est à son quatrième album. Goûter à GIAA, c'est prendre le risque de ne plus pouvoir s'en passer!

Tout a commencé il y a 7 ans, avec leur premier album "The end of the beginning", qui a marqué fort les esprits avec un son éthéré et atmosphérique. Quatre albums plus tard, toujours dans la même lignée, God Is An Astronaut (GIAA pour les intimes) reste fidèle à ses premières amours et ne déçoit pas. Au contraire, il nous conforte dans l'idée que nous sommes face à un groupe de qualité, un grand coup de coeur. Un groupe qu'il faut faire connaître, un album qu'il faut diffuser, offrir, distribuer, passer en soirée, envoyer en lettres anonymes... Et non un album à laisser croupir dans un coin. Vous l'aurez compris "God is an astronaut" est à se procurer de toute urgence!

Avec des mélodies simples et évocatrices, GIAA base sa musique sur des atmosphères, des intentions, des sensations. L'émotion monte peu à peu jusqu'à des explosions de batterie et guitares. Comme une libération. Ecoutez, mettez le son à fond et laissez vous porter.

Dans la lignée de groupes tels que Mogwai ou Explosions in the sky, GIAA mêle puissance et maîtrise savamment dosée.

Si "Dieu est un astronaute", nous avons là ses disciples!

Posté par Nelfe à 15:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,