mardi 5 mars 2019

"Requiem" de Tony Cavanaugh

arton12580

L'histoire : Quelques mots prononcés dans la panique au téléphone : "Darian, il faut que tu viennes. Tu es le seul à pouvoir nous aider. Il y a tant de corps !" ... puis plus rien. L'appel vient d'Ida, une jeune fille que Darian Richards, ex-flic des homicides de Melbourne, a sauvé quelques mois plus tôt d'une sale affaire. Si Richards a décidé d'abandonner un métier trop éprouvant pour ceux qui, comme lui, prennent les choses trop à cœur, il ne peut pas laisser Ida sans réponse. Son appel de détresse ayant été localisé, Darian gagne la Gold Coast, région des plages d'Australie, où les étudiants se retrouvent pour fêter la fin de leurs examens. Il est alors loin de se douter que la disparition d'Ida n'est presque qu'un détail dans une enquête qui va bientôt se transformer en véritable cauchemar.

La critique de Mr K : On peut dire que je l'attendais cet ouvrage, troisième aventure de Darian Richards, héros récurrent des romans de Tony Cavanaugh que l'on surnomme le Michaël Connelly australien. Requiem s'inscrit dans la lignée de L'Affaire Isobel Vine et de La Promesse, deux ouvrages puissants, sans concession et redoutablement addictifs. C'est donc avec grande impatience que je débutai ma lecture et je peux vous dire que je n'ai pas été déçu !

Darian coule des jours peinards dans sa petite cabane de pêcheur perdue au milieu de nul part à pêcher et observer les oiseaux. Elle est bel et bien derrière lui sa carrière d'avant, quand il était le chef d'une brigade criminelle réputée comme la plus efficace du pays. Bon, il avait fait une entorse à son règlement intérieur le temps de deux enquêtes précédentes mais promis, on ne l'y reprendrait plus... C'est du moins ce qu'il pensait jusqu'à ce qu'une ancienne connaissance ne l'appelle en lui laissant un message pas rassurant. Ni une ni deux, voila toutes ses bonnes résolutions balayées et il part à nouveau sur la route, direction la Golden Coast, haut lieu de perdition pour les étudiants en fin de cycle qui viennent s'y lâcher une fois les examens derrière eux. Le souci, c'est que les disparitions puis les cadavres s'accumulent... Darian aura besoin de tout son talent, de ses relations et d'un peu de chance pour pouvoir démêler une affaire qui, au fur et à mesure qu'elle se creuse, s'avère infernale.

D'entrée de jeu, on retrouve le charme d'un antihéros pas comme les autres. Au bout d'un chapitre, impossible de ne pas succomber au style rugueux de Darian qui une fois de plus va jouer au justicier durant plus de 300 pages, se jouant des règlements et lois en vigueur. Borderline mais pas tant que ça, en roue libre mais toujours avec un minimum de maîtrise, on aime à le suivre dans son enquête qui sous ses aspects classiques va révéler un monde interlope qui côtoie le nôtre sans que l'on ne s'en rende compte. Jouant au chat et à la souris avec les flics (cela donne de doux moments bien délectables), se rapprochant au plus près de ses ennemis, il garde une sorte de flegme et de distance qui laissent à penser que rien ne peut lui arriver. Dans les faits, il est déjà bien démoli, a perdu toutes se illusions mais il brille toujours au fond de lui cette petite étincelle de vie, d'espoir qui le font aller de l'avant. Vous l'avez compris, le personnage garde tout son charisme et l'on s'y attache immédiatement sans avoir l'impression d'avoir déjà tout lu sur le sujet.

On retrouve avec plaisir le personnage de Maria, une flic ambitieuse qui est toujours dans les pattes de Darian (elle sort avec un de ses meilleurs potes, ça aide!) et à qui il en fait voir des vertes et des pas mûres ; et puis, il y a Isosceles, un de ses comparses geek qui est capable de réaliser tout un tas d'opération high tech comme s'il bossait pour la défense (peut-être le fait-il d'ailleurs). Ces trois là s’entendent ou non selon les circonstances, donnant lieu à des scénettes tantôt drolatiques, tantôt plus tendues, au cœur d'une enquête qui peu à peu donne à voir un réseau mafieux peu ragoûtant. D'ailleurs, intercalés entre deux narrations basée sur Darian, on apprend à connaître un personnage féminin et sa trajectoire dramatique jusqu'au moment présent. On comprend bien vite qu'elle est au centre de l'histoire et qu'elle détient les clefs pour résoudre l'affaire. Que ce soit pour elle comme pour les autres, Cavanaugh livre une fois de plus des portraits nuancés, pleins de fougues qui électrisent le lecteur et ne lui laissent aucune chance de s'échapper.

Dans ce volume, l'auteur délaisse les grands espaces vides qui étaient plus au centre des deux romans précédents. On découvre dans Requiem, la côte touristique australienne avec son urbanisation folle, ses soirées déjantées et cette jeunesse dorée qui s'oublie dans un tourbillon de surf, de strass, de beat et d'alcool. Le contraste avec le vieux loup solitaire Darian est saisissant et même bien cynique. Il laisse traîner son regard sur ces faits entre amusement et dégoût sans pour autant tomber dans le syndrome du vieux con aigri. Cette balade urbaine est une bonne expérience littéraire qui rejoint pas mal par moment mes aspirations profondes à plus de tranquillité et un détachement parfois nécessaire du monde hyper-connecté qui nous aliène.

On passe donc un excellent moment avec ce roman, entre histoire bien ficelée, personnages au charme irrésistible et écriture toujours aussi prenante et précise. Descriptions au couteau, dialogues impeccables nous accompagnent tout du long pour un plaisir de lecture optimum qui n'a qu'un seul défaut : celui de se terminer trop vite ! Vivement le prochain !

Posté par Mr K à 18:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 21 février 2019

"Happy !" de Grant Morrison et Darick Robertson

couvhappy

L’histoire : Nick Sax voit tout en noir : sa vie, sa ville, son boulot de tueur, après des années comme flic respecté, puis corrompu. Un contrat qui tourne mal l’envoie à l’hôpital, et c’est la fuite en avant : la mafia aux trousses, les ex-collègues juste derrière, et un tueur d’enfants qui sème la terreur. Et son costume de père Noël, qui va bien avec la saison froide qui gèle les rues ajoute à l’atroce farce morbide dans laquelle baigne un Sax au bout du rouleau. Jusqu’au moment ou un petit cheval volant tout bleu se présente: il est seul à le voir, et cette apparition propose de règler presque tous ses problèmes...

La critique de Mr K : Chronique d’un comics qui dépote aujourd’hui avec Happy ! de Grant Morrison et Darick Robertson, œuvre hardboiled par excellence qui ne plaira pas à tout le monde. Thématiques déviantes et ultra violence assumée sont au programme d’un récit survitaminé qui m’a de suite séduit par son côté jusqu’au-boutiste sans concession. Lorgnant vers la série des Sin City de master Miller, j’ai littéralement dévoré ce court volume de 112 pages qui restera longtemps gravé dans ma mémoire.

Au centre de l’histoire, on retrouve Nick Sax, un ex flic ripou converti en tueur à gage. Lors d’un contrat, les choses ne vont pas se dérouler comme prévu et notre antihéros devient une cible, rôle auquel il n’est pas habitué. La mafia toute puissante de New York et la police métropolitaine sont désormais à ses trousses, le chasseur devient proie. Comme si cela ne suffisait pas, le voila en proie à ce qu’il prend tout d’abord pour une hallucination: une petite licorne bleue volante lui apparaît et lui annonce qu’il est le seul à pouvoir la voir et qu’il a une mission: sauver une petite fille nommée Haley, prisonnière d’un tueur d’enfant grimé en père Noël. Commence alors un voyage initiatique pour cet homme dont la vie s’est transformée en enfer depuis bien longtemps et qui a peut-être une ultime occasion de redonner du sens à son existence.

Happy 1

La couleur est donnée dès les premières planches, le cauchemar est en marche. Plongé dans un monde interlope, le lecteur est directement au prise avec la lie de l’humanité. Il y a peu ou pas d’espoir dans cette ville livrée au crime organisé qui s’appuie sur le pouvoir en place pour asseoir son emprise. Policiers corrompus, mafieux cruels aux méthodes vicieuses et sans pitié sont au menu. Pas de fioriture, la violence est partout présente, à commencer par le langage ordurier qui s’échappe de chaque bulle avec des personnages qui semblent n’avoir rien à perdre et donnent libre court à tous leurs instincts. Ça prend à la gorge, écœure même parfois avec des cases fourmillant de détails peu ragoûtants. Ce n’est pas pour rien que la motion "pour public averti" a été apposée sur la quatrième de couverture.

Mêlant personnages de polar, approche fantastique parfois avec le personnage de la licorne, c’est un drôle de mélange qui nous est proposé un peu à la manière du cinéma Grindhouse remis au goût du jour par Tarantino et Rodriguez il y a quelques temps. Protagonistes caractérisés en quelques pages, limites caricaturaux (le genre comics à ses codes), rien ne nous est épargné de leurs vicissitudes. Ainsi Nick Sax est au trente sixième dessous ayant perdu tout ses repères moraux et subsistant par ses aptitudes au meurtres et à la loi du talion. Gunfight, trahisons, coups de pokers sont sa vie qui semble lui échapper malgré sa très grande assurance et un humour cynique dévastateur. Il faut dire que ses adversaires ne sont pas fins et sont d’une extrême cruauté. L’argent roi, les réseaux criminels sont explorés en profondeur avec une fenêtre sur ce que l’humanité peut faire de pire avec notamment le trafic d’être humain, la pédopornographie et la corruption généralisée qui gangrène une société malade de ses vices. Le parrain inaccessible vous fera trembler ainsi que ses hommes de main impitoyables aux méthodes extrémistes.

Happy 2

Seule éclaircie dans ce monde déviant, la mystérieuse licorne dont la nature est très vite révélée et ouvre le récit vers des horizons peut-être meilleurs. Là encore, le choix en revient à Nick qui va devoir s'engager comme jamais auparavant et peut-être toucher à la rédemption. La confrontation entre l’homme brisé et cet être imaginaire va bousculer les lignes, alterner confrontation brutale et révélations plus touchantes sur le passé du héros. On reste dans du classique mais quand les recettes fonctionnent, il n’y a pas de raison de s’en priver. J’ai retrouvé, à plusieurs reprises, des arcs narratifs propres au personnage Marv de la série Sin City évoquée précédemment. Cet aspect du récit le sort du simple déballage de violence pour entrer dans une trame plus ouverte sur les possibilités d’évolution d’un personnage pourri jusqu’à la moelle. Intéressante, la fin achève le récit en apothéose de façon attendue mais logique.

L’ouvrage en lui-même est un bijou en terme de forme. Dessins léchés, action brute de décoffrage et passages plus intimistes s’alternent et offrent une immersion totale dans un univers borderline qui séduit autant qu’il choque. Moi qui aime être bousculé, j’ai été servi et j’en redemanderai presque tant l’ouvrage se lit vite et bien. Une sacrée expérience que je recommande à tous les amateurs de sensations fortes et de récits extrêmes. Une série a été adaptée pour la télévision (sans doute de manière plus soft), je m’en vais la regarder dans les semaines à venir.

Posté par Mr K à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 15 novembre 2018

"Lord Gwynplaine" de Jean-Bernard Pouy et Patrick Raynal

9782226398925-j

L'histoire : La quarantaine, visage grave et regard de velours, qui est le mystérieux lord Bradley Gwynplaine ? On l’aurait vu à Toulouse, en 1993, dans la peau d’un capitaine accusé de complicité d’acte terroriste. En Guyane, derrière la muraille infranchissable d’une prison infâme où la justice l’avait envoyé croupir. À Medellin, au fin fond d’une hacienda où serait enfoui un trésor appartenant à l’abbé Esteban Pablo Vargas Uribbe. Et à Paris, dans l’ombre du procureur Villedieu, un parvenu prêt à sacrifier sa famille pour sa carrière... Est-ce le même homme ? Tandis que les cadavres s’accumulent, avec la précision d’une vengeance savamment orchestrée, une vérité implacable se fait jour : le chemin le plus court vers la liberté est la foi absolue dans la justice suprême.

La critique de Mr K : On ne présente plus Pouy et Raynal, deux des plus grands auteurs de polar français que j'aime tout particulièrement. Que ce soit dans leurs incursions poulpesques ou dans leurs œuvres plus personnelles, j'apprécie leur engagement marqué à gauche, leur style vif et incisif, leur maîtrise du récit et l'aspect souvent tortueux des trames mises en place. Imaginez donc mon bonheur d'apprendre la sortie de Lord Gwynplaine, ouvrage écrit à quatre mains, relecture moderne du Monte-Christo de Dumas mettant à l'honneur la vengeance d'un paria sur les pourris qui ont cru pouvoir le réduire à néant ! Je m'attendais à une lecture jubilatoire, je n'ai pas été déçu ! J'ai littéralement dévoré ce gros volume de 568 pages qui ne m'a jamais donné l'occasion de m'échapper...

Erwan Le Dantec était au mauvais endroit au mauvais moment, du moins le semble-t-il ! Pilote d'avion mêlé sans le savoir dans des opérations pas très claires, le voilà du jour au lendemain arrêté et embastillé dans le secret le plus total. Envoyé dans un camp isolé dans l'enfer guyanais par d'obscurs commanditaires, il va rester enfermer quinze ans loin de toute civilisation, dans un confort des plus spartiates avec pour seul contact humain, la compagnie d'un mystérieux prisonnier ancien compagnon de route de Pablo Escobar. Les deux hommes sympathisent assez vite, de fil en aiguille se noue entre eux une amitié forte et le colombien va forger un nouvel Erwan. En plus de la promesse de trouver un trésor incalculable, il le façonne, nourrit son intelligence et va le changer définitivement. Erwann en est bien vite convaincu, il finira par sortir et la vengeance est un plat qui se mange froid. Quand arrive la délivrance, après un changement de nom et de visage, le voilà prêt à l'aide de comparses bien choisis à exercer sa vengeance. Elle sera impitoyable...

Il n'y a clairement pas tromperie sur la marchandise ici. Vous voulez du polar servi bien noir au rythme haletant ? Vous serez comblé. Divisé en deux parties distinctes, on ne s'ennuie pas une seconde. Le début nous conte la descente en enfer d'un innocent pris dans un engrenage qui le dépasse. La narration étant placée au plus prêt du protagoniste principal, on éprouve très vite une empathie totale pour lui et la révolte cède très vite le pas à la colère. Il faut dire que les conjurés (que nous suivons aussi en parallèle) ont tout pour déplaire : veules, suffisants, amoraux et cupides ; ils sont tout ce que le capitalisme triomphant produit de pire en terme d'inhumanité, de corruption et d'intérêts particuliers délétères. Pendant son séjour en Amérique du Sud, Erwan le jeune naïf va se muer en Lord Gwynplaine, un être nouveau d'une froideur et d'une détermination implacable. Belle réussite que cette transformation qui cristallise l’intérêt du lecteur et donne à voir la manière dont on peut changer un homme lambda en une espèce de monstre hybride de colère et de tristesse. Très romantique dans son traitement (trop diront certains, moi j'ai adoré !), cette figure dramatique plane au dessus de toute la deuxième partie de l'ouvrage.

Cette dernière s'apparente au tissage d'une immense toile d'araignée où vont se débattre ses victimes. Oh, je vous rassure, on ne les plaint pas à un seul moment. Il est intéressant au fil de la lecture de mettre en perspective les différentes actions de Gwynplaine qui agit sur toute une série de leviers pour avancer ses pions, toucher les points faibles de ses adversaires et finalement porter l'estocade finale. Tellement préoccupés par leurs soucis d'argent, de luttes de pouvoir ou de famille (coucheries, jalousies, mariages arrangés...), ils ne se rendent pas compte des manipulations opérées à leur insu. Quand les pièges s'enclenchent, à la manière d'un effet domino, le feu d'artifice peut commencer et bien peu de personnages en sortiront indemnes. Bien assisté par des seconds couteaux efficaces et fidèles, Lord Gwynplaine opère une vengeance terriblement méthodique.

Expérience sans temps mort, on aime suivre cette histoire haute en couleur où les péripéties nombreuses sont émaillées de passages à l'ironie féroce dénonçant les dérives de nos sociétés actuelles (Bienvenue en Macronie ! Avec aussi quelques références bien senties sur les années Mitterrand et Chirac). Ça démâte sévère et ça fait du bien ! Certes certaines ficelles sont un peu grosses, j'ai pu relever quelques incohérences et un côté parfois un peu too much dans le traitement de Lord Gwynplaine lui-même, mais quel pied de voir les punitions tombées après un long jeu du chat et de la souris ! On reconnaît tout le talent d'écriture des deux auteurs réunis. Le style simple, concis mais néanmoins exigeant donne un réalisme et un dynamisme qui ne se dément jamais lors de cette lecture prenante et diablement excitante.

Et puis, faire référence à un de mes livres préféré de Hugo dès le titre du livre n'est pas étranger à mon engouement pour ce dernier (revient Victor, la France est devenue folle !). Le lien se fait facilement avec ce que l'on peut vivre en ce moment et cette lecture provoque une forme de jouissance intellectuelle fort délectable qui défoule et enrobe l'âme. Alors oui, on ne révolutionne pas le genre avec Lord Gwynplaine mais on prend un sacré plaisir et on en redemande ! À lire absolument si vous aimez le genre et tout particulièrement si ces deux auteurs vous manquaient...

Posté par Mr K à 17:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 9 septembre 2018

"La Ferme aux poupées" de Wojciech Chmielarz

La Ferme aux poupéesL'histoire : L'inspecteur Mortka, dit le Kub, a été envoyé à Krotowice, petite ville perdue dans les montagnes. Officiellement, il est là pour un échange de compétences avec la police locale.
Officieusement, il y est pour se mettre au vert après une sale affaire. S'il pense être tranquille et avoir le temps de réfléchir à l'état de sa vie personnelle, il se trompe lourdement. Quand Marta, onze ans, disparaît, un pédophile est rapidement arrêté, qui reconnaît le viol et le meurtre de la petite. Mais l'enquête est loin d'être terminée : les vieilles mines d'uranium du coin cachent bien des secrets... et peut-être quelques cadavres.
Il faudra tout le flair du Kub pour traquer des trafiquants dont la cruauté dépasse l'entendement.

La critique Nelfesque : Déjà présent dans "Pyromane" du même auteur, on retrouve ici le Kub, inspecteur originaire de Varsovie et envoyé à Krotowice, placard pour flics dans les montagnes. On retrouve cet inspecteur ou, comme moi, on le découvre. Je n'avais pas lu l'ouvrage précédent et rassurez-vous, cela n'est pas du tout gênant pour s'aventurer dans "La Ferme aux poupées".

Assez classique dans son approche, il n'y a pas de mystère, nous sommes ici dans un pur polar. Ça se lit tout seul, le déroulement est fluide, les personnages sentent à plein nez les flics pur jus. Pas de grosses surprises sous le soleil mais pour qui aime le genre, on prend pas mal de plaisir à suivre l'enquête.

Dans "La Ferme aux poupées", on est plongé dans une petite ville de Pologne. Ici point de frénésie, c'est la montagne et ses petites affaires loin de la grande ville de Varsovie. Et pourtant, avec une population raciste envers les Roms, Wojciech Chmielarz met le doigt sur une question de société. Sans jugement mais à travers le regard de son héros, cette banalisation écoeure le lecteur et fait planer sur ces pages une atmosphère poisseuse.

Contrairement à ce que la 4ème de couverture pourrait laisser entendre, il n'y a rien de gore dans ce roman. Les scènes sont dures parce que les faits sont inimaginables mais tout est dans la suggestion. Pas de descriptions de 15 pages pour présenter l'horreur avec moult détails, elle prend place dans nos têtes et notre imagination. Âmes sensibles s'abstenir toutefois car l'ambiance est noire et glauque (et oui nous sommes dans un polar).

Commençant avec l'enlèvement d'une petite fille, on rentre tout de suite dans le vif du sujet. L'auteur ne tergiverse pas 3h en descriptions et caractérisations et accroche immédiatement le lecteur. Un rythme de thriller qui donne envie de poursuivre sa lecture. Puis on s'attache plus au personnage de Mortka, dit le Kub, fraîchement installé dans un studio miteux après avoir perdu femme et enfants. En pleine crise existentielle, il ne sait pas si il doit quitter la police, comment se rapprocher de ses fils... C'est le bordel dans sa tête autant sur le plan personnel que professionnel. Être consultant pour la police locale devrait lui permettre de faire le point... Devrait...

Une petite fille disparaît. Une autre avant elle. Et Mortka se retrouve plongé dans la Pologne populaire, gangrenée par le racisme. La petite est retrouvée dans une mine d'uranium entourée de cadavres et là commence réellement l'enquête, une enquête inhabituelle dans cette petite bourgade plus familière des faits divers, brouilles de voisinage et autres rubriques de chiens écrasés. Mortka va devoir affronter un mur, celui des habitants qui s'unissent, voyant en lui un fouineur. Quand la poussière est mise sous le tapis, qui a envie de la voir en sortir ? Mensonges et manipulations vont se retrouver sur son chemin.

Dans "La Ferme au poupées", le suspens est présent, personne n'est épargné et les révélations sont surprenantes. La tension est palpable, l'ambiance dans laquelle évolue le Kub aussi. Un personnage normal, pas le sur-homme, pas le flic infaillible et super doué, un homme avec des doutes, un passé, des fêlures mais pugnace et téméraire. Le gage de bons moments de lecture.

Posté par Nelfe à 18:35 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 18 octobre 2017

"La Seine est pleine de revolvers" de Jean-Pierre Ferrière

Livre_Seine

L’histoire : Marion et Fanny sont les meilleures amies du monde. Entre elles, pas de secret ! Leur mariage ? Un désastre confortable. Leurs rêves d’enfants ? Un tombeau de regrets. Et leur mari ? De simples obstacles, dont la disparition précoce ne les chagrinerait pas plus que ça...

Justement, ne devrait-on pas toujours pouvoir compter sur sa meilleure amie ? Aussi bien en cas de coup dur, de chagrin d’amour... que d’assassinat ?

Des brasseries parisiennes au Casino de Cannes, entre les deux femmes va se mettre en place une mécanique meurtrière... capable de changer la plus solide des amitiés en polar renversant. Et quand le rideau tombera, quelles que soient les coupables, une chose est sûre : la Seine sera pleine de revolvers.

La critique de Mr K : Nouvelle réédition réussie chez French Pulp éditions avec La Seine est pleine de revolvers de Jean-Pierre Ferrière, auteur connu, prolifique et apprécié des amateurs de polar qui a officié dans la deuxième partie du XXème siècle. Pour ma part, c’est ma première incursion chez lui et je suis tombé littéralement sous le charme entre intrigue diabolique, style fluide et un suspens terrible maintenu jusqu’au dernier chapitre.

Deux copines de lycée se sont retrouvées au hasard d’un après-midi de soldes. Ce hasard heureux leur rappelle des souvenirs de jeunesse, très vite elles se présentent leurs maris et c’est partie pour la grande amitié. Durant cinq ans, ils passent leur temps ensemble. Week-end et vacances se font à quatre entre sorties culturelles, sport et soirées bien arrangées. Malgré quelques rumeurs salaces, pas un nuage dans cette relation collective fusionnelle. Et puis survient un événement dramatique qui bouleverse l’ordre établi et dans l’esprit des deux femmes l’idée germe de se débarrasser de leurs maris respectifs. Elles fomentent un plan quasiment parfait et passent à l’acte. Comme toujours, c’est un minuscule grain de sable qui va enrayer la mécanique infernale mise en place par l’auteur qui va se faire un plaisir de torturer ses personnages et retourner l’estomac du lecteur qui tombe de Charybde en Scylla.

Très vite, le décor planté, l’action démarre dare-dare. À première vue, rien ne prédestinait Marion, une actrice ratée bourgeoise, et Fanny, une traductrice effacée, à commettre un crime. Mais la jalousie, la culpabilité, l’appât du gain et la vengeance guident leurs pas avec une Marion déchaînée qui s’inspire de ce qu’elle peut croiser dans sa vie de comédienne pour créer le double meurtre parfait. On suit avec étonnement et fascination la mise en place du piège, on n’aimerait pas être à la place de Vincent et Edouard ! La mayonnaise prend très vite avec un auteur qui n’a pas son pareil pour décrire les affres des âmes humaines avec notamment deux beaux portraits de femmes blessées qui vont céder à leurs pulsions criminelles et des enquêteurs doués mais dont l’action est contrée par l’absence de preuves tangibles. Puis, au bout d’un moment, les personnages secondaires prennent une importance autre et renversent la situation établie pour le plus grand plaisir du lecteur.

On passe régulièrement d’un point de vue à un autre ce qui rajoute un soupçon de perversité à l’ensemble : la confection du plan, la consolidation des alibis, l’élaboration de fausses pistes, l’enquête policière qui semble tourner court et puis très vite, des révélations fracassantes qui vont changer la donne. Sous ses allures très classiques, l’histoire réserve bien des méandres tortueux à ses personnages et je dois avouer que Jean-Pierre Ferrière m’a surpris plus d‘une fois. Les événements s’accélérant, on commence à soupçonner un peu tout le monde et l’on se demande bien qui va avoir le dernier mot. Suspens, crime, sexe et introspections déviantes peuplent ce livre qui ne laisse pas une seconde de répit et se dévore en moins de temps qu’il faut pour le dire !

Bien que classique dans sa forme mais non dénué de charme bien au contraire, l’écriture est un bijou de simplicité et procure une évasion immédiate. Malgré quelques scories en terme d’impression (mots doublés et fautes de frappes, une dizaine en tout), le contenu est d‘un bel acabit et l’on passe un excellent moment, prisonnier d’un suspens haletant qui procure un plaisir sadique certain. J’adhère totalement et je ne peux que vous conseiller de tenter l’expérience La Seine est pleine de revolvers si le genre vous plaît.


samedi 7 octobre 2017

"Les Carnassières" de Catherine Fradier

les_carnassi_res

L’histoire : Vera Volkoff, fliquette un brin trop dynamique, a quitté la police à la suite d'une bavure. Depuis elle donne des cours de pilotage à l'aéro-club de Valence et se consacre à Nina, sa petite fille. De retour d'un vol, elle déplane. Son passé l'attend en bout de piste : Léo et Alexandra, deux flics très spéciaux, ont déterré son dossier et la contraignent à retravailler pour la police.

Suite à l'assassinat de notables ou d'hommes politiques tous tués d'une flèche en plein cœur sur le Costa del Sol, Vera est parachutée sur une couverture de pilote dans une compagnie d’aviation privée.

Chargée de "renifler" la colonie russe des Baléares, elle va devoir naviguer à vue dans cette sanglante nébuleuse : mafia sibérienne, anciens du KGB, rouges-bruns à tendance vert-dollar.

La critique de Mr K : Petite lecture détente entre deux SP, c’est mon premier ouvrage de cette auteure et de la collection Canaille / Revolver des éditions Baleine que je pratique régulièrement quand je parcours les aventures du Poulpe, mon détective gaucho préféré ! J’ai ici passé un bon moment de lecture, avec un ouvrage détente-neurone efficace mais loin d’être original au final.

En exécutant de sang froid un tueur d’enfant, Vera a brisé sa carrière de flic. Devenue pilote instructeur, elle vit en mère célibataire une vie épanouie avec sa fille. Mais le passé va la rattraper quand un ancien collègue travaillant pour une agence gouvernementale l’appelle pour une infiltration à haut risque : russophone et pilote, elle a tous les atouts pour s’approcher de gros bonnets de la mafia russe. Comme en plus son affaire a été enterrée pour éviter d’éclabousser la Police Nationale, il a un moyen de pression certain pour la forcer à réaliser cette tâche compliquée et très dangereuse. Très vite, les choses vont se corser pour Vera qui va tomber de Charybde en Sylla lors des révélations successives qui vont s’enchaîner dans un rythme endiablé ne lui laissant aucun repos...

Ce qui sauve littéralement le livre, c’est le personnage de Vera. Écorchée vive qui n’a pas sa langue dans sa poche, son caractère volcanique emporte tout sur son passage, y compris l’adhésion du lecteur. Séduisante, forte mais aussi butée et maladroite à l’occasion, elle encaisse les coups comme personne. Là où souvent on nous sert souvent des héros mâles abîmés par la vie, Vera assume le rôle parfaitement et en voit de toutes les couleurs (superbe séance de captivité à un moment où on la sent perdue pour toujours). Très vite, elle sera confrontée à une menace insidieuse, multiforme et seul le souvenir de sa fille qui l’attend va lui permettre de surpasser son appréhension (elle est loin d’être parfaite) et ses capacités physiques. La deuxième partie virant au road movie débridé, le rythme s’accélère vers une ultime révélation qui pour ma part ne pas réellement surpris. Dommage...

Les Carnassières est aussi une belle plongée dans le monde interlope des trafics en tout genre et des organisations secrètes. Car derrière les meurtres indiqués en quatrième de couverture se cache un mouvement qui ne recule devant rien pour affirmer ses positions et essayer de rendre le monde meilleur. Je n’en dirai pas beaucoup plus pour éviter de lever le voile mais c’est bien pensé malgré un aspect un peu caricatural par moment. Mais bon, on pardonne aisément quand c’est pour la bonne cause, surtout celle des femmes. Alors certes, certains événements sont téléphonés, des coïncidence sont trop heureuses et des fois, on a carrément affaire à des séances WTF (What the fuck !) peu réalistes mais on se prend au jeu et l’on se demande jusqu’où ira l’héroïne pour découvrir la vérité et au final sauver sa peau. On est clairement dans la série B bien hargneuse comme je les aime, ce n’est pas transcendent cependant mais on passe un très agréable moment pour une lecture rapide.

153 pages composent ce roman qui se caractérise par une écriture nerveuse qui va à l’essentiel, le rythme est trépidant et on en prend plein la tronche. Le pire c’est qu’on en redemande entre action shootée à l’adrénaline et une héroïne en roue libre totale. Un plaisir simple et sans chichis qui ravira les amateurs pour son côté fun et efficace même s’il ne révolutionne pas le genre. Tentés ?

Posté par Mr K à 19:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 3 octobre 2017

"Les Enlisés" d'André Lay

Livre_Enlises-1

L’histoire : Regagner l’amour de sa femme ? Rien de plus facile : il suffit de l’empoisonner.

Et ensuite, de s’occuper tendrement de sa convalescence, en bon mari aimant.

Mais à trop vouloir s’attacher sa compagne, Claude n’avait pas prévu qu’il susciterait chez elle des sentiments fanatiques... qui se révéleront bien plus tragiques qu’un divorce !

La critique de Mr K : Initialement sorti en librairie en 1973 (je n’étais pas né -sic-), ce polar bien tordu d’André Lay a été réédité par la maison d'édition French pulp à l’occasion de la rentrée littéraire de septembre. La couverture évocatrice et le pitch bien barré m’ont convaincu instinctivement de tenter l’expérience qui s’est avérée réussie et plaisante à souhait.

Claude a une vie de rêve : il est scénariste et dialoguiste au cinéma, il possède une belle propriété sur les bords de Marne et vit une histoire d’amour solide avec sa douce femme Maud. L’horizon s’obscurcit quand il commence à soupçonner que sa moitié le trompe avec un autre homme, un de ses partenaires de tennis (d’où la couverture de l’ouvrage). Claude commence à sérieusement psychoter et envisage les possibilités qui s’offrent à lui pour récupérer sa femme : le scandale, le meurtre, l’ignorance... C’est après moult tergiversations qu'il va essayer l’invraisemblable, l’empoisonner pour se rendre indispensable et réanimer la flamme d’un amour qu’il croit perdu. Mais à jouer avec le feu, on finit toujours par se brûler...

En effet, une fois le mécanisme infernal lancé, il faut tenir ses positions. Éviter de concentrer sur soi les soupçons et la curiosité, notamment l'attention soutenue de la domesticité tenante d’une morale stricte et la bienveillance du vieux médecin de famille qui ne comprend pas ce qui arrive à la jeune femme qui dépérit alors que tous ses signes vitaux sont au vert. Quand à Maud elle-même, elle semble peu à peu rentrer en dépression, devient incohérente. Face à cette multitude d’obstacles qui se dressent devant lui, Claude aura bien du mal à en sortir indemne, de même que son couple.

Ce pulp bien troussé atteint sa cible sans bavure : le suspens tient de bout en bout. Après une brève description de la vie parfaite de ce couple aisé (soirée de gala autour de la sortie du nouveau film auquel a collaboré Claude), on rentre dans le vif du sujet avec les premiers écueils et un narrateur-héros obnubilé par le comportement de sa femme et sa "soit-disante" très grande faute. Ses synapses ne s’arrêtent plus, le moindre acte, geste ou parole de Maud se voit interpréter et gagne en importance. L’obsession de Claude est très bien retranscrite, prend à la gorge, surtout qu’elle se confronte à la réalité que vivent les autres personnages. Tous sont très bien caractérisés et plantent le décor d’une machination que l’on peut qualifier assez rapidement d‘infernale tant elle va brouiller les pistes et détruire le joli échafaudage précédemment décrit.

Petit à petit, l’étau semble se refermer bien que le plan sur le papier soit parfait. Mais les détails sont souvent à la source de la chute du meilleur des criminels et cette histoire en est une fois de plus le miroir le plus fidèle. On se plaît à deviner la suite, à trembler pour la jeune femme qui semble complètement sous la coupe de son mari jaloux et en même temps, on se prend à croire qu’il ne se fera pas pincer notamment lors des échanges verbaux qu'il tient avec le docteur dépassé par les événements mais qui ne veut pas s’avouer vaincu. Puis, la machine s’emballe avec l’arrivée d'un autre personnage qui va faire définitivement basculer l’histoire et diriger le lecteur vers l’irréparable.

J’ai lu Les Enlisés en quelques heures seulement. Même s’il ne révolutionne pas le polar en lui-même à cause de sa facture très classique (dans l’écriture notamment), on se prend au jeu et on est emporté malgré nous. L’addiction est très vite là et il est tout bonnement impossible de relâcher le volume avant le mot fin. Un petit plaisir coupable, bien agréable, qui remplit son office sans prétention et avec efficacité. À tenter, si le cœur vous en dit.

lundi 12 juin 2017

"Une Femme de ménage" de Jérémy Bouquin

979-10-251-0244-2-uai-258x387

L'histoire : Sandra n’est pas une femme de ménage comme les autres. Avec elle, plus de problème : elle vous nettoie une scène de crime en quelques heures. Au lendemain d’un meurtre, d’une vengeance personnelle, pour quelques milliers d’euros, elle vous débarrasse ! Indispensable ? Peut-être un peu trop. En enchaînant les carnages, son meilleur client ne serait-il pas en train de la transformer en complice ? Et pourquoi vide-t-il ses victimes de leur sang ?

La critique de Mr K : La couverture de cet ouvrage m'a frappé dès la première fois que je l'ai aperçue. Pensez-donc une technicienne de surface aux gants tâchés de sang ! C'est le genre de personnage que l'on croise rarement dans un roman ou alors de manière plus conventionnelle. C'est pourtant, le sujet central d'Une Femme de ménage, roman fraîchement débarqué en librairie et qui met en scène une femme de ménage d'un genre un peu particulier... Jugez-plutôt !

Sandra règle tout genre de problèmes, son credo : nettoyer une scène de crime avant que la police n'intervienne. Comme le dit l'adage : pas de corps, pas de crime ! Vous assassinez votre moitié un soir de colère, vous voulez régler discrètement son compte à un rival entreprenant, vous ne maîtrisez pas forcément toutes vos pulsions, qu'à cela ne tienne, Greg un avocat spécialisé dans la dissimulation de crimes vous orientera vers elle, une femme ultra-professionnelle qui fera disparaître en un temps record toute trace de votre forfait avec une efficacité jamais éprouvée. Mais voila, alors que la routine s'installe et que les nettoyages s’enchaînent sans accrocs, un client d'un genre tout particulier va modifier la donne et l'orienter vers des horizons insoupçonnés.

Autant vous le dire de suite, j'ai beaucoup apprécié cet ouvrage mais il ne plaira pas à tout le monde. Ce roman est très crû, enchaînant les détails sordides et les scènes bien gores entre découpes subtiles, travail de boucherie pure et dissolution des corps (et plus si affinités). C'est du frontal, du violent et l'auteur, Jérémy Bouquin, se plaît à nous détailler tous les process qu'utilisent son héroïne dans l'exercice de son métier bien particulier. La barbaque est ici étalée en pleine page, sans sentiments et dans une ambiance d'une froideur clinique. Il y a le repérage, la protection des lieux à la Dexter (la bâche en plastique, y'a rien de mieux !), le travail de séparation nécessaire à la préparation du bain d'acide qui vient clôturer les macabres faits et gestes de Sandra, une adepte du travail bien fait qui semble avoir perdu toute empathie envers le monde qui l'entoure.

Bien sûr, en cours de lecture, on en apprend davantage sur cet être à l'apparence désincarnée. Un premier métier qui l'a dégoûté, des aspirations artistiques qui n'ont pas survécu au principe de réalité (il faut voir ses œuvres aussi !) et une vie personnelle morne et sans relief. Et pourtant, peu à peu, on se rend compte que derrière cette machine inhumaine se cache un être sensible qui tente de surnager malgré une obsession méthodique pour son travail. C'est d'ailleurs à cause d'une liaison extra-professionnelle que le masque va tomber et la forcer à changer définitivement de vie. Le revirement est pour le coup assez facile à deviner, personnellement je l'envisageai déjà à la moitié de ma lecture.

Ce qui rebutera encore plus certains lecteur sera sans aucun doute l'écriture en elle-même. Très sèche, constituée essentiellement de phrases courtes, l'auteur a fait le choix de la juxtaposition à outrance. Point de coordination et autres connexions logiques ici mais l'accumulation de ressentis et d'actions qui s'entrechoquent sans lien apparent. Le processus est bien maîtrisé mais désarçonne, loin des canons d'écriture classique, la langue est ici dépouillée et contribue à distiller le malaise ambiant et l'aspect glauque des personnages et de l'histoire. Très accessible (trop certainement pour certain), le roman dégage une force émotionnelle assez impressionnante malgré tout et atteint son objectif premier : divertir et fournir un univers vraiment déviant.

Les âmes sensibles risquent de ne pas survivre à un tel voyage qui navigue entre le polar classique, le guide du boucher et une touche de fantastique bon teint qui fait basculer l'ouvrage en des terres encore inexplorées. Une Femme de ménage étant finalement assez court, on n'a pas le temps de se lasser et même si la fin est quelques peu expédiée, on se souviendra longtemps de ce petit roman bien malin et bien thrash. À conseiller à tous les amateurs de sensations fortes !

Posté par Mr K à 17:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 19 avril 2017

"Le Gang des honnêtes gens" de Pierre Nemours

 legangdeshonnetesgenspierrenemours

L’histoire : Dans ce braquage, ils ont tous une bonne raison d’agir.
Il y a Francis, et sa petite fille malade, qui a besoin de soins dispendieux. Il y a Norbert, qui a épousé une femme qui le prend pour un minable, et ne se prive pas pour le lui dire tous les soirs. Il y a Raphaël, qui rêve d’un nouveau départ, loin de la France et de ses boulots minables.
Et surtout, il y a Paul, ses cinquante ans, sa carrière brisée et son besoin de revanche sur la vie. Oui, décidément, dans ce braquage, il n’y a que des honnêtes gens. Alors pourquoi devraient-ils échouer ?

La critique de Mr K : Nouvelle découverte enthousiasmante dans le domaine du polar populaire avec ce volume paru chez French Pulp Edition depuis peu. Populaire ne veut pas dire pour autant accessible dans le genre simpliste ou encore populiste et populeux. Ici, j’ai eu la joie de découvrir un artiste des mots, un façonneur d’intrigue efficace et un roman qui laisse pantelant son lecteur lorsque l’ouvrage se referme. Bref, que du bonheur !

Quatre hommes bien sous tous rapports, mais que la vie n’a pas gâtés, décident d’un casse dans un crédit régional du secteur. On les suit lors des préparatifs, de l’exécution du plan principal et durant l’après braquage dans une mécanique scénaristique certes huilée mais diablement bien menée. Ces honnêtes gens vont essayer de conjurer le sort de leurs existences balbutiantes ou frustrantes à travers un "coup" original, enlevé dans l’action et en théorie très bien payé. Mais comme toutes les mécaniques, il suffit d’un grain de sable pour dérégler l’ensemble...

La grande force de ce "Gang des honnêtes gens" tient dans ses personnages. Entre le flic cassé par sa hiérarchie qui végète dans un obscur commissariat de quartier, l’immigré déçu qui souhaite partir en Amérique du sud, le père de famille qui veut tout faire pour pouvoir offrir des soins décents à sa fille malade et le patron dépossédé de son entreprise et en pleine errance morale, on est servi. Tous ces êtres sont décrits avec sensibilité, ne laissant rien au hasard et ancrant le récit dans une réalité brute et sans fioriture. Le sous-texte est plutôt pessimiste tant l’auteur insiste sur la difficulté de vivre et de pourvoir aux besoins de sa famille. Et puis, il y a les fêlures exposées à vif et qui auront pour certaines un rôle important à jouer au cours de ce roman. L’ensemble est très séduisant, les personnages accrochant le lecteur par leur charisme, leur courage mais aussi leurs faiblesses bien humaines. Dans le domaine, on se régale et on souffre, tant l’empathie fonctionne à plein régime.

Bien que plutôt classique dans son déroulé (on est rarement surpris, il faut bien l’avouer), l’auteur excelle pour maintenir le suspens notamment à travers des phases descriptives très réussies qui donne une patine bien particulière aux lieux et une ambiance bien pesante sur l’ouvrage. Ainsi, la description liminaire du port est une merveille du genre qui en même temps de nous présenter Paul (l’initiateur du projet) permet de lancer un climax qui ne fera que s’alourdir en cours de lecture. Malgré cela, on se prend à y croire tant le plan exposé est ingénieux et novateur. On suit avec intérêt les différentes phases, on admire l’ingéniosité déployée et on se dit que si tout se passe bien ce serait tant mieux, tant parfois on a tendance à applaudir des deux mains certains exploits criminels bernant la police sans pour autant faire de victime.

Dans ces conditions, vous imaginez bien qu’il est impossible de relâcher ce volume. C’est bien simple, je l’ai quasiment terminé d’une traite, pris par la science narrative de Pierre Nemours et sa langue à la fois efficace, nuancée et terriblement immersive. On se prend complètement au jeu, on en redemande même tant l’ouvrage est court (232 pages seulement) et le final laisse complètement pantois. Une belle réussite pour un polar venu de 1970 mais qui n’a pas à rougir du temps qui passe. Les amateurs se doivent de tenter l’aventure !

Posté par Mr K à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 20 février 2017

"La Nuit est sale" de Dan Kavanagh

La Nuit est sale - KavanaghL’histoire : Quand on s’est fait vider de la police parce qu’on avait des mœurs qui ne plaisent pas aux honnêtes gens, l’avenir n’est pas rose. Surtout quand on s’attaque, pour gagner sa croûte, au monde des malhonnêtes gens. Celui qui, dans Soho, organise des rackets, la prostitution, le ciné porno. Celui qui fait chanter les flics pourris et les commerçants véreux. Le monde qui a tout pouvoir sur la lâcheté, la bêtise et la convoitise humains.

La critique de Mr K : Petite plongée dans le roman noir avec La Nuit est sale de Dan Kavanagh, un ouvrage trouvé par hasard chez notre cher abbé qui regorge régulièrement d’ouvrage séduisants. Celui-ci en faisait partie avec sa quatrième de couverture intrigante faisant la part belle à des thèmes récurrents du genre : la corruption, le héros déclassé et une affaire qui risque à jamais de changer son existence. Après lecture, on peut dire que c’est une belle réussite et que l’on ne s’ennuie pas un instant.

Un entrepreneur de Soho contacte Duffy (le héros qui donne son titre au roman en version originale) pour une histoire de racket qui commence à aller très loin. Cet exportateur de masques et de déguisements se voit harceler par téléphone par un certain Salvatore qui après avoir mutilé la femme de sa victime (une belle coupure de 20 cm derrière l’épaule), lui réclame semaine après semaine quelques livres sterling qui au fil du temps se multiplient pour atteindre des sommes faramineuses. Duffy exclu de la police suite à un scandale sexuel commence son enquête et au fil de ses recherches va se rendre compte que le poisson à ferrer est très gros et qu’il va plus que risquer sa vie et celle de sa douce Carol...

La Nuit est sale est très classique dans sa facture. On retrouve le confort d’un roman noir à l’ancienne avec des figures éprouvées comme l’antihéros au bord du gouffre qui à cause d'une machination bien huilée s’est retrouvé plus bas que terre. Duffy a mangé son pain noir et il essaie tant bien que mal de vivoter dans sa nouvelle situation. Sa maîtresse Carol est toujours auprès de lui malgré leurs difficultés et il exerce ses talents de conseiller en alarmes anti-intrusion. À l’occasion, comme dans ce récit, il peut se muer en détective privé en se chargeant de petites affaires. Malheureusement pour lui, le cas qui le préoccupe est tout sauf une broutille car très vite, il se retrouve confronter à des personnalités importantes du milieu de la nuit et du sexe, monde sans scrupule où les gens disparaissent très facilement et où la vie humaine n’a plus beaucoup de valeur.

Au fil de l’enquête, on plonge dans le monde interlope des travailleuses du sexe, des cinémas X et du racket organisé à grande échelle. C’est rude et frontal entre les filles exploitées, la misère humaine, les actions brutales d’hommes de main sadiques, la corruption généralisée des forces de l’ordre et un Londres loin d’être glamour. L’espoir est bien mince de pouvoir s’en sortir quand on est pris dans les mailles du Milieu et très vite Duffy va de nouveau s’en rendre compte, après la terrible affaire qui lui a valu d’être évincé de la Police. Derrière des ficelles narratives qui paraissent usées jusqu’à la corde, certaines révélations vont faire tomber les certitudes du lecteur englué dans un univers glauque et étouffant.

Il est bien malin ce petit roman noir sans prétention de prime abord. Les personnages sont ciselés comme il faut, réservent quelques surprises malgré un cadre commun et les rencontres liées à l’enquête dressent un portrait peu flatteur des mœurs de Londres dans les années 80. Les poils se hérissent plus d’une fois, le dégoût pointe à l’occasion (le témoignage d’une prostituée à un moment est littéralement affreux) et le style prend de l’ampleur lors notamment des confrontations de Duffy avec le caïd du quartier qui s’exprime à la manière des gangsters de Tarantino dans le cultissime Reservoir dog. Le niveau s’élève alors d’un cran pour procurer peur, appréhension mais aussi sourire grâce à ce monstre de perversité aux manières courtoises. Clairement, ce pendant maléfique au héros donne une aura générale bien poisseuse à ce roman qui finit en apothéose avec un point d'orgue logique mais sans fioriture. Tout ce que j’aime dans le style.

Ce livre se lit très facilement quand on est amateur de polar bien sombre. L’écriture est posée simplement, sans lourdeurs inutiles et pose un univers crédible. L’histoire prenant de l’ampleur, le style aussi accompagne cette montée en pression qui prend à la gorge et empêche toute velléité d’arrêter sa lecture. Pour ma part, je l’ai lu en deux temps, incapable de sortir de cette histoire prenante et rudement bien menée. Sans doute pas un classique mais une bonne récréation pour tout amateur du genre. Vous laisserez-vous tenter ?

Posté par Mr K à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,