dimanche 5 juin 2016

Randonnées en Auvergne dans le Cantal (partie 3)

Voilà maintenant deux semaines que je vous emmène avec moi sur les chemins de l'Auvergne et plus précisément du Cantal. Après vous avoir présenté la vallée de la Jordanne et fait faire quelques pas sur les sites incontournables de la région, nous allons pour ce dernier article randonner sur deux cols et faire un petit tour du côté des villes de montagne.

Pas de Peyrol 6

Le Col de Pertus :

Ce col culmine à 1310m d'altitude. Classé en deuxième catégorie pour les fans de cyclisme (dont je fais partie), on peut y accéder par la route donc mais aussi par le GR400 (que l'on ne présente plus) et notamment depuis le Puy Griou (où nous avons randonné la semaine dernière).

Pas de Peyrol 4

La vue est ici encore magnifique. C'est fatigant à force non ? Pour éviter de me répéter encore et encore à base de "panoramas splendides", "dépaysement à deux pas de chez soi" et autres "ça valait le coup de souffrir", je me tais et vous laisse admirer les paysages (profitez-en, c'est pas souvent)...

Pas de Peyrol 1

Pas de Peyrol 3

Pas de Peyrol 2

Pas de Peyrol 5

Le Col de Prat de Bouc :

Un tout petit peu plus haut, à 1390m d'altitude, on change de décor au col de Prat de Bouc. La végétation se raréfie et on n'a pas du tout la même impression en marchant en ce lieu. Ici, on peut skier l'hiver et randonner l'été. Ce jour là, le temps est changeant, le ciel est plus bas et cela contribue à une ambiance vaporeuse.

Col du Prat de Bouc 1

Col du Prat de Bouc 2

A la belle saison, les pâtures d’altitude s'animent. Elles accueillent les troupeaux des fermes situées plus bas dans la vallée venus chercher ici l’herbe goûteuse de la montagne. Le fromage Salers est d'ailleurs délicieux.

Une nature vierge où l'on se sent vraiment tout petit... On se pose et on contemple cette nature majestueuse.

Col du Prat de Bouc 4
(oui on se pose et on contemple j'ai dit !)

Col du Prat de Bouc 3

Les villes de montagne :

Retour à la "civilisation" avant de quitter l'Auvergne avec un petit tour du côté des villes de montagne. Je ne vous montrerai pas ici de beaux villages à visiter mais plutôt ma vision des villes de montagne. Nous avons été entre autres à Salers et Tournemire et je vous conseille vraiment ces balades. De notre côté, nous avons gardé les jours de beaux temps pour les randonnées et nous sommes retrouvés souvent en ville sous la pluie. Déjà que les villes de montagne me font sévèrement bader (sensation que Mr K ne partage pas), sous la pluie je frôle la déprime. Peu d'activité, pas un chat dans les rues, vieilles enseignes et vitrines semblant dater d'avant la guerre... Il n'y a rien à faire, j'ai envie de me pendre !

Comme j'aime la photographie, je me concentre sur des détails et vous en livre quelques uns aujourd'hui. Un autre temps, une autre époque : la vie à la montagne.

Villes de montagne 1

Villes de montagne 2
(Oh un chaminoumignon ! (non, il n'est pas dans la rue...))

Villes de montagne 4

Villes de montagne 3

Voilà, c'est fini pour l'Auvergne. J'espère que la découverte vous a plu. Quant à nous, on songe fortement à y retourner en vacances lors d'une prochaine période estivale, découvrir d'autres vallées, parcourir d'autres chemins. Si vous avez des conseils, n'hésitez pas à nous les laisser en commentaires, je noterai tout cela précieusement pour de futures escapades.

Cet été, nous ne savons pas encore où nos pas nous guideront mais il est fort probable que nous mettions une nouvelle fois nos chaussures de rando ! Comptez sur moi pour vous tenir au courant !


dimanche 29 mai 2016

Randonnées en Auvergne dans le Cantal (partie 2)

Dimanche dernier, je vous présentais notre lieu de villégiature en Auvergne et quelques randonnées accessibles dans la vallée de la Jordanne. Aujourd'hui, on continue l'exploration de cette belle région et on va monter un petit peu plus haut de 1500 à 1800 m d'altitude avec deux randonnées sur les puys alentours. C'est parti pour des marches un peu plus ardues mais tout de même familiales et l'exploration de célèbres spots auvergnats !

Puy Mary 2

Le Puy Mary :

Voici une des destinations phares du Cantal. Le Puy Mary culmine à près de 1800m d'altitude et différents chemins de randonnés y mènent. C'est un spot très prisé et bondé en été. Mieux vaut choisir son moment pour y accéder car le parking du col du Pas de Peyrol, au plus proche du sommet, est pris d'assaut et on peut croiser beaucoup de monde... Le Puy Mary est classé Grand site de France depuis 2012.

J'avais grimpé le Puy Mary quand j'étais gamine, avec mes parents. J'avais en mémoire une pente bien raide sur un tout petit chemin en terre et caillouteux. Mes photos de l'époque sont effectivement conformes à mes souvenirs mais depuis les années 80, l'accès au puy a bien changé.

Puy Mary 5

Le chemin menant au sommet a été aménagé. Il est plus large, en stabilisé, avec des marches et des passages en bois. On peut dorénavant croiser des randonneurs en sens inverse sans casser son rythme. Ça m'a fait bizarre au début mais c'est beaucoup mieux pour la préservation du site vue l'affluence qu'il peut y avoir sur certaines périodes (475 000 visiteurs de mai à octobre (ah ouais quand même)). Par contre, une chose n'a pas changé : c'est toujours aussi raide !

Puy Mary 4

Arrivé au sommet, on peut admirer le chemin des crêtes. Un paysage magnifique que certains ont décidé d'observer en parapente, une option que j'envisage pour un prochain voyage. Pour arriver en haut, je dois l'avouer, j'en ai vraiment ch***... Pour vous faire un rapide 3615 mavie et remettre les choses dans le contexte, je fais de l'asthme à l'effort. Dans la vie de tous les jours, je le gère très bien. Cela a été compliqué quand j'étais ado et qu'il fallait fournir des efforts intenses en EPS mais depuis, je me connais et je fais en fonction de mes capacités respiratoires. Maintenant adulte, je ne vais plus au bout de mes forces (les sportifs vont peut-être avoir du mal à intégrer cette idée), je n'ai rien à me prouver et quand je ne le sens plus, je diminue le rythme ou je m'arrête carrément. Bon, là, j'ai été prise au dépourvu... L'altitude, la chaleur, l'intensité de l'effort à fournir rapidement, le dénivelé violent par endroits... Il faut bien le dire, très vite, j'étais cramée ! Impossible de respirer, rouge pivoine avec des nausées... Autant vous dire que je n'ai pas vraiment pris de plaisir ici et ce qui est annoncé comme une "balade" d'1h aller / retour a été dans mon cas beaucoup plus long ! Je voulais atteindre le sommet, j'ai mis du temps, mais j'y suis arrivée !

Puy Mary 3
C'eut été dommage de rater ce panorama non ?

Nous sommes restés un moment à apprécier ces paysages bien mérités puis après un pique-nique nous sommes redescendu vers la Maison de Site et le bar (très important le bar, il faut s'hydrater, c'est primordial ^^). Nous avons ensuite continuer la randonnée sur le GR400 vers le nord et le Puy de la Tourte.

Puy Mary 1

Nous sommes ici entre 1600 et 1700m d'altitude mais le dénivelé est beaucoup plus doux. Le plaisir est plus grand pour moi et je peux profiter du paysage qui m'entoure, des petites fleurs, de l'air frais sur mon visage. Mr K, quant à lui, est toujours fringant, sur du plat ou sur des chemins à 45°, il est dans son élément (c'est ça d'avoir eu une enfance semi montagnarde !).

Puy Mary 6

Puy Mary 7

A l'occasion, on se pose dans une pente, on sort nos bouquins, on prend un petit goûter. C'est magnifique et on profite (sur Instagram, vous avez vécu ce moment en direct live) ! Et quand en plus on trouve des myrtilles en route, c'est le bonheur complet (oui il nous en faut peu).

Puy Mary 8
La preuve en image, c'est bien une Nelfe que tu vois là, en pleine chasse de myrtilles sauvages, une activité à haut risque !

Après quelques kilomètres, nous rebroussons chemin. Juste avant de redescendre vers le col du Pas de Peyrol, nous revoyons une dernière fois le Puy Mary qui m'a fait tant souffrir mais que je n'oublierai pas de si tôt.

Puy Mary 9

Le Puy Griou :

Deux jours plus tard, nous décidons d'aller randonner au Puy Griou, histoire de retrouver le GR400 et découvrir sa vacherie. Randonnée de 8km sur le papier avec 615m de dénivelé, nous l'avons cependant rallongé. Pourquoi ? Ben on s'est un peu paumé... Le balisage n'est vraiment pas top par endroits et nous avons croisé des randonneurs munis d'une carte IGN qui avait fait la même erreur que nous. On a pu donc débriefer sur le parcours et poursuivre. Je pense qu'on a plus frôlé ici les 12km mais entre sous-bois, hêtraies, estives et lande c'était très agréable. Pour ceux qui hésiteraient avec le Puy Mary, de mon côté, j'ai largement préféré cette randonnée ci et les panoramas sont tout aussi beaux (il faut dire aussi que là je pouvais respirer, ça aide).

Puy Griou 1
Pour cette randonnée, on gare la voiture à Saint-Jacques-des-Blats et on suit les panneaux.

Puy Griou 2
Passage dans les bois, au frais, puis dans la lande...

Puy Griou 3

Le Puy Griou apparait enfin. Nous sommes ici au centre des monts du Cantal. Les nuages jouent avec nous aujourd'hui et nous offrent une vision du site encore plus féerique. A près de 1700m d'altitude, il est assez impressionnant.

Puy Griou 4

On continue l'ascension, on croise des panneaux, nous sommes encore sur le bon chemin. Comme vous pouvez le voir, côté rando, dans le coin, on a vraiment l'embarras du choix.

Puy Griou 5

Puy Griou 6
La vallée de la Jordanne est toujours là, au centre de notre séjour.

Puy Griou 7

Puy Griou 8

Puy Griou 9

Y a pas de doute, nous sommes bien sur le GR400. Regardez plutôt... Mais qu'est ce donc ? Oh ! Le Puy Mary ! Nous étions un peu plus tôt un de ces petits bonshommes au sommet et profitons aujourd'hui du chemin des crêtes dans l'autre sens.

Puy Griou 10
Coucou les gars ! Ca va ? Pas trop dur ?

Puy Griou 11

Certains randonnent avec des ânes et c'est toujours un petit plaisir de croiser ces gentilles bestioles au détour d'un chemin. Une option super quand on marche en famille. Très pratique pour porter les sacs, ils plaisent beaucoup aux enfants. Bon par contre, un âne c'est super têtu et si il ne veut pas avancer, il n'avance pas. Il faut donc prévoir large niveau temps et ne pas être fermé à l'imprévu pour en profiter. Une autre manière de randonner qui peut aussi être bien agréable. A tester aussi !

Puy Griou 12

Puy Griou 13
(là ce ne sont pas des ânes hein, on est d'accord)

Puy Griou 14
Autre versant du Puy Griou, on continue sur le GR400.

Sur la fin de la randonné, il y a quelques passages périlleux dans le pierrier. Impressionnant quand on a le vertige (hein Mr K ?), si on suit bien le balisage et les cairns qui jalonnent la trace, normalement, ça se passe bien... La preuve, nous en sommes ressortis vivants et c'était assez rigolo de s'encourager entre randonneurs un peu impressionnés.

Puy Griou 16

Puy Griou 15

Heureusement, ce jour là, je pouvais compter sur les framboises sauvages pour me requinquer ! Un bon carburant et une nouvelle cueillette abondante, aussitôt récoltée, aussitôt engloutie. Miam !

Puy Griou 17

Puy Griou 18

Une nouvelle journée de rando s'achève. Encore de belles marches et de bonnes sensations. Décidément, le Cantal nous plaît et il est certain que nous y retournerons pour découvrir d'autres chemins de randonnée.

On s'arrête là pour aujourd'hui mais dimanche prochain, je vous réserve un dernier article sur la région avec un petit tour du côté du col de Prat-de-Bouc et du col du Pertus (1300 / 1400m sur le GR400 (encore lui !)) et une incursion dans la civilisation et les villes de montagne. Tout un programme !

dimanche 22 mai 2016

Randonnées en Auvergne dans le Cantal (partie 1)

En ce moment, niveau météo, c'est pas la joie. La sinistrose me guette et j'ai comme une envie de partir en vacances... Faute de pouvoir le faire, je me mets à la rédaction d'articles sur quelques unes de nos escapades que j'ai laissé méchamment traîner...

Si vous êtes allergiques à la montagne, aux rando et que vous ne jurez que par la ville, vous pouvez passer votre chemin. Si vous êtes curieux, que vous aussi vous avez besoin de verdure et de grand air, ne bougez plus et suivez-moi...

Gite et environs 4

Des copinautes publiant en ce moment même de vieux compte-rendus (coucou Mariejuliet et Zina ^^), je prends le train en marche ! Rajoutez à cela que les parents de Madimado vont bientôt ouvrir une chambre d'hôtes dans les Pyrénées, que les montagnes m'appellent et qu'on ne peut pas vraiment parler d'actualité (et donc être dans les choux) lorsqu'il s'agit de promenades dans la nature, je m'en vais vous parler de l'Auvergne ! Il y a peu de chance que depuis notre passage le paysage ait changé ! Vous pensez peut-être à préparer vos vacances d'été pour cette année et vous ne savez pas où aller ? C'est décidé, ce sera le Cantal mais vous voulez en savoir plus ? Vous êtes au bon endroit !

Il y a quelques mois, nous avions réservé un gîte dans le Cantal. Nous connaissions déjà l'Auvergne pour avoir séjourné dans le Puy de Dôme il y a quelques années et nous avions envie d'y retourner. Le Cantal est situé dans la partie sud du Parc naturel régional des Volcans d'Auvergne. Ces deux départements sont complètement différents et je serai bien incapable de vous dire laquelle j'ai préféré, laquelle est la plus belle, tant elles ont chacune de vrais atouts. Ici, au niveau paysage, on se rapproche plus de la montagne telle qu'on se l'imagine, les courbes étant moins arrondies que dans le Puy de Dôme. Si vous voulez la pub Volvic, rendez-vous dans le Puy de Dôme, pour des paysages plus sauvage, préférez le Cantal. Je sais pourquoi mais comme je ne compte pas vous faire une leçon de géographie, vous n'aurez qu'à chercher si vous vous posez la question (de rien !).

Le gîte et ses environs proches :

Niveau localisation, nous étions en plein coeur de la vallée de la Jordanne, à Saint-Julien-de-Jordanne. Un petit village sur une des routes qui mène au Puy Mary, nous avions jeté notre dévolu sur un tout petit hameau, entourés de montagnes, avec les cloches des vaches et les bêlements des moutons en fond sonore. Le bonheur...

Gite et environs 1
Cette petite maison en pain d'épice était notre chez nous pour 7 jours.

Gite et environs 2
Voyez un peu l'affluence niveau voisinage...

L'idée était de loger à un endroit où nous n'aurions pas à prendre la voiture pour randonner si l'envie se faisait sentir. Et nous avons effectivement exploré les dénivelés alentours !

Gite et environs 3
On aurait eu tort de se priver non !?

Gite et environs 5

La Vallée de la Jordanne - Randonnée à Saint-Cirgues-de-Jordanne :

Et en matière de randonnée, dans le coin, il y a de quoi faire ! Saint-Cirgues est le point de départ de l'une d'elles, à 6 km de notre maison auvergnate. En partant du centre bourg, on a l'occasion sur une demi-journée de parcourir un paysage varié et alterner sous-bois et ombre avec prés et gros cagnard.

St Cirgues de Jordanne 1

St Cirgues de Jordanne 2
En chemin, on passe dans quelques hameaux où l'on verrait bien notre maison de vacances.

St Cirgues de Jordanne 3
Il faut aimer la solitude, je vous l'accorde...

St Cirgues de Jordanne 4

St Cirgues de Jordanne 7
(forêts, prairie, il ne manque plus que la famille Ingalls)

St Cirgues de Jordanne 8
Après un passage bordé de fougères, on arrive sur un plateau où nous attendent nos copines...

St Cirgues de Jordanne 9

St Cirgues de Jordanne 11

St Cirgues de Jordanne 12
Hey salut les filles !

St Cirgues de Jordanne 5
(En nous tenant bien à l'oeil, elles concèdent à nous laisser passer)

St Cirgues de Jordanne 10

St Cirgues de Jordanne 6

St Cirgues de Jordanne 13

9/10 km de marche, 500 m de dénivelé à 900 m d'altitude, cette randonnée se fait relativement sans problème même pour ceux qui ne sont pas de gros marcheurs. Les paysages sont variés, on ne cuit pas en plein soleil, on apprécie sans s'arracher les poumons (là je parle pour moi, l'asthmatique qui s'étouffe) et après la pause casse-croûte ça va tout de suite mieux.

Gastronomie :

D'ailleurs, en parlant de casse-croûte, nous n'étions pas en reste dans cette belle région ! Sur les conseils de nos propriétaires, nous avons été dîner dans une auberge auvergnate et nous avons bien crû y laisser nos vies ! Repas excellent fait maison, ambiance comme chez mémée avec grandes tablées et plats copieux (trooooop) pour un tarif très raisonnable. Comme il ne faut pas gâcher, on a tout mangé... Et on a bien crû exploser ! Moi qui suis d'une région où l'on mange pas mal (le Périgord, pour ceux qui l'ignorent) et qui suis donc pas mal entraînée de ce côté là, je dois dire que j'ai dû m'incliner. Pour le coup, Auvergne 1 - Dordogne 0. Mr K, qui n'a pas l'entrainement, a mangé sa truffade toute la nuit...

En vacances, nous ne faisons pas beaucoup de resto mais on aime cuisiner local avec de bons produits du coin. Miam la salers au barbecue, la charcuterie et les fromages ! C'est ça aussi la montagne et voilà pourquoi on randonne pas mal. Il faut bien éliminer !

Bouffe steack
(Oui Mr K met beaucoup trop de beurre dans ses haricots)

Bouffe soda
(Ça ne vaut pas le Breizh Cola ^^)

Bouffe gateaux
"Oh dit, si on s'arrêtait dans une boulangerie avant la rando pour avoir un goûter aux myrtilles dans notre sac à dos"

Bouffe biere
(L'hydratation c'est important. Et il y a de la myrtille dans la bière, c'est bon pour la vue !
Le saucisson est là pour faire joli avec sa médaille d'or)

Bouffe yaourts
Même les yaourts sont du coin. On fait marcher l'économie locale !

Vous avez faim ? Vous avez pris 2 kg rien qu'en voyant les dernières photos ? Ne vous inquiétez pas, on éliminera ça dans un prochain post avec des randonnées plus difficiles... Pour l'occasion, on sera un peu plus haut (de 1500 à 1700 m d'altitude). Je vous laisse digérer celui ci avant. Prochaine escale aux sommets de puys, cols et pas !

mercredi 13 juillet 2011

Vacances j'oublie tout...

Nous voici sur le départ des vacances. Nous ne partons que vendredi mais comme nous avons des soucis de connexion internet à la maison, je préfère anticiper. Si les problèmes se résolvent, nous posterons encore quelques billets automatiques avant notre départ mais pour l'instant c'est plutôt mal barré...

Cette année, direction l'Ariège! Au programme de nos vacances: rando essentiellement mais aussi visites de villages, dégustations de produits locaux... On sait se soigner! 

ariege

Notre route nous mène dans une petite aire naturelle perdue dans les montagnes, à 15 km du premier village et à 850m d'altitude. Le calme pour se ressourcer et pour lire tranquillement au bord des ruisseaux. Vivement le départ!

Après le silence et les piou piou des oiseaux, c'est aux Fêtes de Bayonne que nous prendrons notre bain de foule en rouge et blanc:

bayonne

Un passage par mon Périgord natal et nous serons déjà de retour en BZH.

Bonnes vacances à tous!

samedi 15 août 2009

Les troglos aiment les gorges...

troglo1Suite de nos pérégrinations dans les gorges du Tarn, aujourd'hui une rando chez les troglos! En effet, Nelfe en préparant notre voyage avait lu sur le net qu'il y avait une belle rando dans le secteur de notre camping qui menait à deux villages troglodytes (abandonnés depuis assez longtemps et uniquement visibles à pied). Étrangement, les hôtesses "poumonnées" de l'office du tourisme ne nous en avait parlé lors de notre visite du premier jour (incompétentes, je vous dis!).

C'est donc de bonne heure et de bonne humeur, un samedi matin que Nelfe et votre serviteur sont montés au village du Liaucous pour poser notre char d'assaut de voiture pour commencer l'ascension. Ce village est aussi caractérisé par sa "beauté médiévale": petites ruelles et maisons de pierre et  qui est aussi le lieu de départ de nombres de fans de via ferrata.
troglo2
C'est un petit chemin engageant qui s'offre à nous. Il grimpe légèrement, d'ailleurs toute la rando sera de cet acabi, montée douce quasi constante avec quelques passages en descente. Au bout de 20 minutes, nous pouvons apercevoir sur notre droite le village du Rozier où nous séjournons (voir 1ère photo). On distingue la brume, il était tôt et la journée devait être chaude mais couverte, temps idéal pour une bonne marche!

Il nous a fallu une bonne heure pour rejoindre Églazines, le premier site que nous devions traverser. C'est au détour d'une circonvolution du chemin que nous tombons sur la vue magnifique présentée sur la photo ci-contre: un tout petit village perché à flanc de montagne (fallait pas avoir le vertige comme moi!) totalement isolé et abandonné. Il devait compter une bonne dizaine de maisons qui aujourd'hui sont toutes quasiment en ruine, sauf trois / quatre plutôt en bon état mais tout de même pas habitables!

Juste avant d'arriver sur les lieux, on passe par un "cirque" assez impressionnant donnant sur le début des gorges du Tarn et l'on peut voir la route qui mène à La Malène et Ste Énimie. Le dénivelé est très important et c'est difficile de croire que pendant des siècles des personnes ont pu vivre à cet endroit: autre époque, autres moeurs...

troglo3Voici ci-contre, une photo illustrant mes propos. Vieilles pierres, nature qui a repris ses droits: nous n'avons pas été déçu du voyage. Une ville fantôme montagnarde française! Nous n'avons pas aperçu le moindre esprit errant mais en contemplant les différentes ruines, chemins et installations (fours, fosses de récupération d'eau...), on se retrouve plongé dans cette vie rude à l'ancienne. L'endroit est vraiment magique et est à conseiller à tous les amateurs de calme et d'Histoire.

Au bout de 20 minutes passées dans ce lieu incongru, nous décidons de repartir: direction St Marcellin! Nous suivons le sentier qui traverse le village et s'engage à nouveau sur un bord de falaise culminant à plusieurs centaines de mètres au dessus du Tarn. Il est déjà 11 heure du matin, il faut qu'on y soit pour déjeuner: la vie est une question de priorités!

troglo4Cette deuxième partie de "l'expédition" est relativement semblable à la première si ce n'est que le couvert d'arbre est plus important et que la vue est donc moins dégagée. Nous arrivons cependant entre deux bosquets à prendre cette photo qui montre la première vision que nous avons eu de St Marcellin. 1er raisonnement: c'est pas un village! Y'a tromperie sur la marchandise! Ne vous y trompez pas, pas de déception... une surprise qui allait s'avérer bien sympathique....

Nous continuons notre marche, passons une fois de plus dans un cirque (ce sont des marrants dans le coin! sic!) et finalement arrivons enfin à St Marcellin qui s'avère être une église / chapelle et un prieuré perchés sur la montagne eux aussi! Nous avons imaginé que tous les dimanches les habitants du village voisin (une heure de route tout de même!) s'y rendait pour l'Office! Il paraît que la Foi permet de déplacer des montagnes, espérons que ça entretienne l'endurance aussi...

troglo5Voici une photo inédite et très rare (je l'ai négociée 10 000 Euros auprès de Paris Match) de l'homme sans visage! Et oui, pas de yéti dans les gorges mais des attractions toutes aussi extraordinaires! Pour en revenir à St Marcellin, le lieu est paisible et une fois sur place on comprend le choix de son emplacement, c'est idéal pour communier avec Dieu, loin de l'agitation qui caractérise l'espèce humaine...

Malgré la faim qui désormais nous tenaille, nous décidons de continuer un  tout petit peu (et croyez moi ça grimpe!) afin de pique-niquer un peu à l'écart (y'a beaucoup de personnes qui déjeunent à St Marcellin!), et un peu plus près des étoiles pour rester fidèles à l'esprit du mythique groupe Gold...

Nous arrivons finalement sur un point de vue exceptionnel sur les gorges et personne à l'horizon. Tout n'est que calme, luxe et volupté. Nous dégainons nos sandwichs prêts à leur faire un sort...

vue

jeudi 6 août 2009

Herr Terminator aime les Gorges...

Vous n'êtes pas sans savoir que nous avons passé une huitaine de jours dans les gorges du Tarn et que ce séjour s'est révélé fort plaisant. Malheureusement, nous ne pouvions vous faire part de nos pérégrinations et surtout de nos photos car ma chère Nelfe avait oublié le câble permettant de relier l'appareil photo à l'ordinateur de ma chère belle mère. A peine rentrés à la casba, nous nous sommes précipités pour voir le résultat sur grand écran et je commence avec ce premier post le récit de nos vacances à commencer par notre lieu d'hébergement: le camping des peupliers situé pile poil à l'embouchûre des gorges de la Jonte et du Tarn.

camping_carte

Tenu par un couple d'origine allemande, il se situe dans le village Le Rozier, en bas à gauche de la carte ci-dessus (bon courage pour voir clairement les indications!). Comme nous avions dû changer nos plans à la dernière minute début juillet, nous étions partis à la pêche à la bonne affaire niveau camping sur le net et nous sommes tombés sur le sîte des Peupliers. Nous n'avons pas été déçus!

camping_entr_eAmateurs de campings high tech, passez votre chemin! Ici c'est du roots. Nous ne recherchions nullement la piscine chauffée, les jeux pour les mioches et autres infrastructures secondaires. Petit par la taille donc à échelle humaine, il s'agit d'un camping familial peuplé à 80% d'anglais, d'allemands, de suisses germanophones et de néerlandais, cela tient sans doute à l'origine des tenanciers. Première bonne nouvelle, on aurait pas affaire aux beaufs campeurs français si chers à Franck Dubosc. Et puis, on avait un peu l'impression d'être partis en dehors de France, dépaysement garanti! 

Les emplacements sont assez vastes, le couvert d'arbre important: quand nous sommes arrivés, il faisait 36°C! La jonte coulait juste derrière notre zone ce qui nous a permis pendant nos huit jours de mettre les bières , le jus d'orange (pour le rhum!) et l'eau au frais. L'accès à l'électricité est compris dans le forfait, le moins cher de toute la zone touristique! A cinq minutes à pied, on se retrouvait au centre ville où tout est dispo pour les vacanciers et surtout pour dépenser sa thune... Idéalement placé je vous dis! Rajoutez à cela des sanitaires et des douches toujours impeccables car nettoyés toutes les trois heures. Pour ceux qui ont un animal de compagnie, les animaux sont acceptés, d'ailleurs notre voisine d'emplacement avait son chat avec elle et deux / trois chiens avaient élus domicile dans le camping. N'allez pas croire qu'on les entendait, à ce petit jeu ce sont plutôt les vagissements des bébés anglais et néerlandais qu'on entendait le plus! Heureusement, ils n'étaient pas à côté de nous, Nelfe aurait fait la Une des journaux dans la rubrique "Drame de l'été" aux côtés du malaise de Sarko pendant son jogging! Ci joint une photo de notre emplacement (ben ouais, on a une R25!).

camping_emplacementLe plus appréciable reste les responsables Mme et Mr Lareida hautement accueillants et "helpful" comme disent les anglais. Ainsi, le jour de notre arrivée on s'est rendu compte que notre matelas de camping était crevé! La tuile! Ils nous ont prêté du matos de réparation et notre couche a tenu... trois jours, la pauvre a rendu lââm (ha ha!) trois jours plus tard! On a du aller à Millau pour en racheté une! Les proprios ont aussi une mini boutique plus une petite camionettes où ils cuisinent pour leurs "locataires": frites, salades, steack hâchés etc... et peuvent étancher les soifs les plus prononcées: bière, vin et même cognac!

Juste à côté se trouve le coin barbecue et c'est là qu'intervient Herr Terminator! Il s'agit du mari. Au début, je préparai mes cendres à l'ancienne, "Pat allume barbec", souffle et surtout attente! C'est le sourire aux lèvres et l'œil malicieux que le proprio me dit que mon système n'est pas écologique et que c'est à "Terminator" (avec l'accent allemand) de rentrer en action. Je vous le donne en mille: il sort une bouteille de gaz avec le chalumeau. En cinq minutes, c'était prêt! Allemagne 1 - France 0! Sont vraiment forts ces allemands! L'efficacité teutonne n'est plus à prouver! Franchement, ce fut un vrai plaisir que d'aller dîner le soir, l'ambiance était bien sympa et tout le monde très souriant et décontract', avec en bonus une fois, de vieilles cassettes de musique années 70' bien planante.
C'est LE camping où il faut se rendre si vous voulez loger dans les gorges du Tarn, rapport qualité-prix imparable!

Pour finir, voici deux photos vous permettant de vous faire une idée des villages accolés de Peyreleau et Le Rozier.

peyreleaulerozier