lundi 15 janvier 2018

"La Passe-Miroir - Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver" de Christelle Dabos

Les Fiancés de l'hiverL'histoire : Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.

La critique Nelfesque : Me voici lancée dans une saga qui a fait beaucoup parler d'elle, en bien, lors de sa sortie. Ce premier volume de "La Passe-Miroir" ainsi que le second étaient dans ma PAL depuis Noël 2016 à attendre sagement le moment opportun pour les lire. Ce fut le cas en fin d'année passée où un grand besoin de s'évader de la réalité et quitter le quotidien s'est fait sentir. De l'originalité, du fantastique, du suspens : tout est ici réuni pour remplir à 100% ce contrat. Bon timing !

Ce premier tome, "Les Fiancés de l'hiver", est un premier pas dans l'univers foisonnant que nous propose de découvrir Christelle Dabos. L'héroïne, Ophélie, est une jeune animiste, capable de lire les objets (les comprendre, connaître leur passé...) et de passer à travers les miroirs. Elle est également la gardienne du musée familial où elle prend soin de l'histoire de ses aïeux et de leurs objets. Son destin va être bousculer par l'annonce de son mariage avec Thorn, un homme qu'elle ne connaît pas et qu'elle va devoir rejoindre au Nord.

Choc des cultures, abandon, séparation d'avec ses proches, Ophélie va quitter le monde qu'elle a toujours connu pour des hautes sphères hostiles et inhospitalières. Elle va devoir composer avec son futur époux, personnage froid et accaparé par son travail d'intendant de la Citacielle, cette nouvelle cité au climat bien plus rude que celui de sa terre natale, et une ribambelle de personnages tous plus fuyants et hypocrites les uns que les autres. Un beau panier de crabes dans lequel sa tante, Roseline, va également être jetée pour veiller sur elle jusqu'au jour de ses noces.

Manigances, complots, calculs sont au coeur de la Citacielle et Ophélie va devoir faire face à de nombreux dangers. Nous assistons alors à des scènes éprouvantes où il est impossible de relâcher son livre. On tremble avec Ophélie, on est baladé à droite et à gauche, à l'image de l'héroïne qui n'est maintenant plus maîtresse de son destin. Cela donne de bons moments d'adrénaline et de découverte d'un monde très bien dépeint par une auteure inspirée.

Pourquoi Ophélie doit-elle se marier avec Thorn ? Qu'est ce qu'une modeste animiste peut avoir à faire dans un monde dicté par l'apparence, le pouvoir et l'argent ? C'est ce que l'on découvre dans ce premier volume et, pour ce faire, Ophélie va s'entourer de personnages simples et attachants que l'on a hâte de retrouver dans les prochains volumes de cette histoire.

Avec un style simple et une écriture facile à lire, Christelle Dabos offre aux jeunes lecteurs (et aux moins jeunes avec tout autant de plaisir) un monde tout droit venu de son imagination. Un monde qui n'a pas encore déployé tout son potentiel ici mais qui promet beaucoup. On en redemande !

Posté par Nelfe à 19:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 3 janvier 2018

"Fil de fer" de Martine Pouchain

9782081413207

L’histoire :
- On est bien, hein ?
- Oui, on est bien. Je contemplais les petits nuages paresseux suspendus dans l’azur. Plus rien d’autre n’existait, il n’y avait plus que l’herbe, nous et le ciel. L’éternité.

C’est la guerre. Gabrielle, surnommée Fil de fer, doit quitter son village pour fuir sur les routes de France avec sa famille. Au cours d’un exode dur et périlleux, Fil de fer rencontre un garçon mystérieux. C’est le coup de foudre. Qui est ce beau jeune homme qui n’a jamais faim ou soif ?

La critique de Mr K : Retour dans la planète jeunesse aujourd’hui avec ce roman tout juste sorti en librairie chez Flammarion jeunesse. Au programme, un amour adolescent décortiqué à travers le prisme de la seconde guerre mondiale. Une double thématique qui touche le cœur et les esprits à travers un ouvrage réussi grâce à sa finesse dramatique et son écriture immersive à souhait.

Fil de fer est le surnom que donne son père à Gabrielle, une jeune fille de 15 ans issue d’une famille de paysans du nord de la France. Avec ses trois sœurs et ses parents, elles vivent au rythme des saisons entre travaux des champs, école et vie communale (la messe du dimanche notamment mais aussi divers festivités, lieux de rencontre). Tout cet équilibre va se voir chamboulé par la déclaration de guerre du mois d’août 1939 et, l’année d’après, le nécessaire exode de beaucoup de nos compatriotes de l’époque qui ont dû tout laisser derrière eux (possessions, maisons...) pour fuir l’avancée fulgurante des troupes allemandes. Fil de fer et ses proches n’y coupent pas et durant ce voyage hors du commun entre espoirs, moments de terreur et d’abattement pur, Gabrielle va rencontrer Gaétan, un étrange et séduisant adolescent dont la famille a disparu lors d’un bombardement...

Écrit à la première personne du singulier, le récit est très vite immersif. Le lecteur s’attache d’emblée à Gabrielle qui nous raconte avec la verve de ses quinze ans la routine qui habite son existence : les rapports avec ses proches, la vie à la ferme, ses aspirations de jeune femme en devenir. La maturité commence à pointer le bout de son nez quand le conflit éclate. Ce dernier va la faire basculer vers l’âge adulte beaucoup plus vite qu’elle ne l’aurait crû de prime abord. La petite fille à son papa va devoir affronter des épreuves douloureuses au cours du dangereux périple que la famille entreprend et la rencontre avec Gaétan va lui ouvrir la porte des premiers émois. Étrange garçon que ce jeune homme taciturne, semblant traumatisé par ce qu’il a vécu. Il parle peu, dévoile difficilement ses sentiments et entretient un trouble chez Gabrielle qui tombe amoureuse de lui progressivement et durablement. L’époque étant ce qu’elle est, elle doit maintenir une distance physique entre eux et cet éloignement ne fait que renforcer l’attrait du garçon qui ne la touche pas, ne l’embrasse pas et semble détaché du réel...

On sent bien d’ailleurs qu’il y a quelque chose qui cloche, que Gaétan cache un lourd secret, que Gabrielle tout à sa fascination ne voit pas tout ce qu’il y a à voir. Le contexte n’aide pas et Martine Pouchain retranscrit parfaitement l’épisode historique si difficile que fut l’exode avec son cortège de déchirements, de larmes, de sacrifices et de morts inutiles au bord de la route sous le feu des stukas, l’aviation légère de l’Allemagne nazie. Les hordes de fuyards portant les quelques affaires qu’ils ont pu emporter sont livrés à eux-même dans le dénuement le plus total en pleine débâcle, où les repères et toutes les certitudes se sont envolés. C’est aussi l’occasion pour l’auteure de revenir au détour de l’histoire sur des actes peu glorieux et pourtant si nombreux comme le dépouillement des morts et le pillage / saccage des maisons abandonnées par les fuyards (toujours ça que les boches que n’auront pas). Depuis ma lecture des mémoires de George Charpak, je n’avais pas lu un récit aussi poignant et pointu sur cet épisode de la seconde guerre mondiale. Un très bon point.

D’une lecture aisée, fluide et totalement addictive (vive la focalisation interne !), ce roman est un moyen idéal de faire découvrir une époque complexe sans manichéisme primaire mais avec précision, finesse et humanisme. Rajoutez là dessus, une adolescence qui s’ouvre au monde et à soi sans pathos ni lourdeurs, et vous obtenez un ouvrage bien malin qui plaira à un grand nombre de jeunes lecteurs en devenir ou déjà confirmés. À faire découvrir au plus vite !

dimanche 26 novembre 2017

"Le Passager de la maison du temps" de Jean-Pierre Andrevon

Le_passager_de_la_maison_du_temps

L’histoire : Hiver 1439. Ayant trouvé refuge dans une demeure solitaire et cachée au fond d'un vallon, Luc de Melun croit découvrir le repaire du Diable. Le vieillard qui l'habite meurt bientôt, lui léguant cet étrange lieu doté de moyens technologiques incroyables, et capable de voyager dans le futur. A la fois prisonnier et maître de la maison du temps, Luc observe le monde ; il devient le témoin de l'histoire de l'humanité. Mais la belle mécanique se détraque. L'explorateur temporel, au terme d'un ultime périple, va enfin découvrir son rôle et la raison d'être de cette bâtisse extraordinaire.

La critique de Mr K : Petite incartade en littérature jeunesse aujourd’hui avec un livre de SF bien malin signé Jean-Pierre Andrevon. Le Passager de la maison du temps est un petit bijou de construction et de pédagogie qui ouvre les portes de l’anticipation et en même temps explore notre Histoire. Cette double valence est ultra-efficace et accompagnée d’un récit d’aventure haletant et sans temps mort. Suivez le guide !

Luc Moreau est un ancien étudiant en médecine qui ne survit plus que par de modestes rapines. En 1439, il est très difficile de grimper l’échelle sociale et ses origines modestes l'empêchent d’aller vers son aspiration première : soigner les gens. Au début du roman, c’est un fugitif qui fuit les autorités. Par le plus grand des hasards, ses pas le mènent dans un vallon reculé où se trouve une demeure qui va changer à jamais son existence. Il ne réfléchit pas longtemps et pénètre à l’intérieur. Il y rencontre un vieillard sans âge qui lui dit qu’il l’attendait et qu’un destin hors du commun lui est promis. Il va devoir surveiller le monde, emmagasiner un maximum d’images et de souvenirs du temps qui passe. Mais pourquoi ? Est-il veilleur ou prisonnier ? Les réponses viendront au fil des siècles et millénaires qui défilent sous les yeux de Luc...

Ne perdant pas de temps en terme d’exposition, Andrevon nous plonge d’emblée dans un récit d’aventure aux rebondissements nombreux. La présentation brève mais suffisante de Luc fait vite place à la fuite, l’arrivée dans la maison puis les nombreuses découvertes et expériences qu’il va faire. Allant à l’essentiel, Andrevon soigne ce personnage atypique qui se retrouve plongé au milieu d’une technologie qui le dépasse, la confrontation des deux mondes / deux époques est assez farfelue au départ. On se plaît à lire l’effarement et les doutes qui animent Luc qui au départ se croit entraîné dans des diableries qui vont lui coûter son âme. Mais la curiosité est plus forte, l’esprit éclairé reprend très vite la place du superstitieux du Moyen-âge et il va finir par se faire à la situation même si des expériences désagréables notamment des "visites" à l'extérieur vont éprouver sa foi en ce projet hors-norme.

Au fil du voyage temporel de Luc, Andrevon se plaît à remonter l’Histoire depuis le Moyen-âge à un futur très lointain. Soucieux de la vérité historique sans pour autant alourdir le propos, il propose de belles pages de vulgarisation appétantes pour le moindre pré-ado allergique à l’Histoire. De plus, le héros découvre les faits avec son esprit propre ce qui nous renvoie à nos propres interrogations, surprises et écœurements. En effet, très vite, Luc va se rendre compte que les maux de son époque se retrouvent, voire s’amplifient dans les siècles qui passent : extrémisme religieux, puissants iniques, massacres et guerres ne font que s’enchaîner en parallèle de progrès certains qui ne peuvent effacer l’ardoise d’une humanité auto-destructrice qui peu à peu détruit son monde. Le message utopiste et écologiste est bien pensé, sans fioriture ni exagération, chaque jeune pousse y trouvera un chemin éclairé et éclairant.

Et puis, il y a les talents de conteur d’Andrevon qui ne sont plus à prouver. Ici, il adapte son style et sa langue à un public plus jeune ce qui ne l’empêche pas de proposer un contenu dense, intelligent et très attrayant. C’est bien simple, les pages s’enchaînent toutes seules et il faut se faire violence pour refermer cet ouvrage au pouvoir d’attraction fort. Certes un public habitué devinera la fin très facilement mais cet ouvrage est une belle fenêtre sur la SF et il permettra à un novice de découvrir un monde foisonnant où les exploits n’empêchent pas la réflexion, bien au contraire. Une petite perle de pédagogie sur l‘imaginaire futuriste que je vous invite à lire et à faire découvrir au plus vite si ce n’est déjà fait.

Egalement lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé :
Un Horizon de cendres
Tout à la main
Le Monde enfin
La Fée et le géomètre
Le Travail du furet
Cauchemar... cauchemars !
Gandahar
- Hôpital nord

Posté par Mr K à 19:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 2 septembre 2017

"Antigone, la courageuse" de Françoise Rachmuhl

Antigone-la-courageuse

L’histoire : Princesse de Thèbes, Antigone vit heureuse jusqu’au jour où elle découvre le crime du roi Oedipe. Antigone sacrifie sa vie pour accompagner son père en exil et réconcilier ses frères. Courageuse et fière, elle est prête à tout affronter, même la mort, pour sauver son honneur.

La critique de Mr K : Il y a quelques mois, j’avais été enchanté par ma lecture de Poseidon, le terrible paru dans la même collection chez Flammarion Jeunesse. J’ai remis le couvert à l’occasion de la rentrée littéraire avec un ouvrage cette fois-ci consacré à Antigone, une autre figure tutélaire de la mythologie grecque, remarquablement mise en scène par Anouilh dans sa pièce de théâtre éponyme et ici racontée pour un public âgé de 10 ans et plus. Bien que simplifiée, cette histoire éternelle m’a à nouveau séduit et emporté très loin dans les mythes et légendes fondateurs, thématique qui m’a ouvert le monde merveilleux de la lecture et des livres à mes débuts.

À travers la destinée tragique d’Antigone, c’est aussi le mythe d’Oedipe qui est traité en filigrane. La découverte du terrible secret de son père va propulser Antigone sur le devant de la scène entre errance avec son vieux père, le conflit de succession entre ses deux frères et son sacrifice final au nom de l’honneur de son frère déchu. Rajoutez là-dessus la figure rapace de Créon son oncle, son ingénue de sœur Ismène et son amoureux transi Hemon et vous obtenez tous les bons personnages et ressorts pour un bon drame des familles doublé d’une métaphore filée sur la résistance et l’émancipation de soi.

Pas vraiment de découverte de mon côté du coup, je connais par cœur l’histoire d’Antigone et de sa famille mais j’étais curieux de voir le traitement réservé par l’auteure pour adapter cette histoire terrifiante (meurtre, inceste, ressentiment, guerre fratricide tout de même !) pour les plus jeunes. Le pari est largement gagné et permettra sans doute à de nombreux jeunes de pénétrer facilement dans la matière mythologique. Sans rien cacher mais avec finesse et méthode, Françoise Rachmuhl n’épargne pas la vérité, l’expose dans ces moindres faits sans pour autant en faire trop, prenant le pari raisonnable et sensé d’apporter la matière originelle sans ambages ni détours. Il est vrai que la mode de préserver absolument les enfants de tout élément séditieux et scabreux ne fait que les entretenir dans le mensonge et l’illusion (quel choc pour eux quand ils prendront conscience de la véritable marche du monde….). Rien de tout cela ici, le récit mythologique (à l’instar des contes originels) est là pour distraire mais aussi éduquer et faire grandir. L’histoire d’Antigone nous parle aussi de courage, d’amour et de soutien. Chaque jeune pourra donc y puiser une forme d’inspiration et même de respect envers autrui.

Le récit est très bien construit, alterne les points de vue et plonge le lecteur au sein même de l’action et du développement de la trame principale. Miroir d’une vie familiale désastreuse, cet ouvrage donne aussi un bel aperçu de la vie antique, de ses mœurs et de ses croyances. Les dieux interviennent dans les vies humaines et leur position centrale transcende les êtres et leurs sentiments. C'est aussi l'occasion d'entrapercevoir les jeux de pouvoirs et d'influences dans les hautes sphères de l'époque mais aussi le quotidien difficile des plus pauvres (très bon passage sur la peste s'abattant sur la ville en châtiment divin). C’est donc aussi une belle promenade dans la Thèbes antique, et les tableaux mentaux qui s’en échappent, qui donne à voir un monde fascinant.

L’écriture de l’auteure permet un accès facile mais pas simpliste à une histoire universelle, les pages se tournent toutes seules via des chapitres courts ménageant un suspens certains entre chaque partie. Très difficile de relâcher l’ouvrage dans ces conditions et m’est avis qu’il en sera de même pour tous les jeunes aficionados de légendes et contes. L’aventure est vraiment à tenter !

samedi 12 août 2017

"Le Récif maudit" de Henry de Monfreid

récifmaudit

L'histoire : Kassim aime la riche et belle Amina... Kassim, jugé de naissance trop humble pour prétendre l'épouser, est mis à l'épreuve par le père de sa bien-aimée, riche marchand de perles.

Chargé d'une mission dangereuse en mer Rouge, Kassim affrontera bien des dangers dans ces pays où l'on vit parfois encore à la manière des Mille et une nuits.

La critique de Mr K : Petite lecture imprévue aujourd'hui avec cet ouvrage dégoté par hasard dans une boîte à livre pétrocorienne en attendant le lancement d'un spectacle off du Festival Mimos qui se tient chaque année en juillet à Périgueux. Cet opus se détachait du reste et distillait un parfum de nostalgie, en effet j'ai lu plus jeune nombre de titres édités chez Castor poche et la quatrième de couverture a achevé de me convaincre avec cette histoire d'amour compliquée dans une ambiance à la Mille et une nuit.

Tout d'abord, avant d'amorcer la lecture en elle-même, on apprend bien des choses sur l'auteur qui a vécu une vraie vie d'aventurier dans la région de la mer rouge. Mix de capitaine de navire au long cours, d'explorateur, d'aventurier, de commerçant et même de courtisan ; c'est son ami Joseph Kessel qui lui conseilla de coucher par écrit ses souvenirs et expériences tant son existence s'apparentait à un roman. C'est ce qu'il fit avec toute une série d'ouvrage qu'il a "augmenté" pour romancer davantage et procurer du plaisir à ses futurs lecteurs. Alors ? Pari réussi ?

C'est une histoire vieille comme le monde qui nous est ici contée dans Le Récif maudit entre la fable et le récit de navigateur. Un jeune homme (Kassim) tombe éperdument amoureux d'Amina la fille adoptive d'un puissant notable. Bien qu'apprécié par ce dernier, le jeune homme va devoir réaliser une quête difficile afin de prouver sa valeur et mériter Amina qui, vous vous en doutez, est belle comme le jour et attise les convoitises. Commence alors un bon récit d'aventure avec son lot d'obstacles naturels, humains (que de complots en si peu de pages !) et de retournements de situations. Le narrateur, Henry de Monfreid lui-même, croise lui régulièrement le jeune Kassim et lui filera plus d'un coup de main pour pouvoir réaliser son rêve.

Prévu pour la lecture de jeunes de plus de onze ans, je pense que le classement serait peut-être un peu différent aujourd'hui. La faute à une écriture un peu surannée qui n'est pas sans rappeler celle d'un certain Jules Vernes, termes complexes et tournures de phrases parfois alambiquées risquent de perdre les jeunes pousses allergiques au dictionnaire (je dis ça car moi-même, j'ai du le consulter à de multiples reprises). Pour autant, il ne faut pas rejeter en bloc ce livre qui est une très belle réussite avec en premier lieu une très belle immersion dans le milieu de la navigation et de la mer. J'ai aimé ces longues digressions sur la faune et la flore marine qui nous apprend beaucoup sur l'ingéniosité de la nature et sa richesse (le passage sur la pêche à la perle est tout bonnement merveilleux dans son genre). J'ai aussi apprécié les passages concernant la navigation en elle-même avec les détails sur les navires, les fonctions de chacun des hommes d'équipage et les difficultés à affronter en mer ; ce côté vernien loin d'être rebutant donne à réfléchir sur les conditions de déplacement de l'époque et le côté aventure que prenait tout parcours de plusieurs jours sur des eaux éloignées de l'Europe.

L'histoire en elle-même ne casse pas des briques. Rien d'original vraiment avec des rouages narratifs sans réelle surprise et qui déroulent une trame classique mais efficace. On tremble pour ce beau couple menacé, on frémit de colère face à l'incurie des méchants qui ne reculent devant aucune bassesse pour parvenir à leurs fins, on savoure les passages d'action pure qui font la part belle à l'héroïsme et parfois au désespoir. Montagnes russes émotionnelles, cette histoire concentre en son sein toutes les figures et situations tutélaires du conte, éléments essentiels à la formation d'une jeune âme en quête d'aventure et de leçon de vie. C'est bien mené et on ne relâche le livre qu'à la toute fin de sa lecture, plutôt content d'avoir exploré la mer Rouge et ses alentours.

Bien que daté dans son évocation de la réalité de l'époque, notamment le point de vue colonialiste de l'auteur sur les populations et les us de l'époque, la lecture se fait avec plaisir et assez rapidement si l'on dépasse les difficultés langagières qui peuvent se présenter à nous. C'est distrayant et dépaysant, l'on retrouve des sensations oubliées comme ces premières lectures qui ont pu tant nous hypnotiser plus jeune. Pour moi, ce fut Vernes et Tolkien. Un roman à découvrir pour ceux que les thématiques intéressent et qui aiment se plonger dans une époque désormais révolue.

Posté par Mr K à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 2 août 2017

"Eleanor" de Holly Black

101946067_o

L’histoire : Zach, Poppy et Alice partagent une passion : les jeux de rôle avec des figurines. Ils ont inventé un monde à eux, peuplé de pirates, de cruelles sirènes, de voleurs et de trésors. Ce monde est dirigé par la Sublime Reine, incarnée par une inquiétante poupée de porcelaine qui trône derrière une vitrine chez Poppy et qui semble tout observer à travers ses paupières closes.

Or un jour, un incident pousse Zach à arrêter le jeu. La nuit suivante, la poupée se réveille et se confie à Poppy ; elle a jadis été fabriquée avec les cendres d’une fillette nommée Eleanor, et elle exige d’être enterrée avec les siens, sinon les trois amis ne connaîtront jamais le repos...

La critique de Mr K : La couverture d’Eleanor de Holly Black a de suite attiré mon attention lors de notre passage à la médiathèque de Lorient pour le désherbage annuel des lieux. Le côté burtonien m’a d’emblée séduit et la lecture de la quatrième de couverture achevait de me convaincre entre une mystérieuse poupée possédée et un groupe de pré-adolescents adeptes de jeux de rôle à l’ancienne (j’ai moi-même été accro à cette activité pendant un certain temps...). De bons ingrédients de base qui me rendaient optimiste avant d’entamer la lecture de l’ouvrage...

Zach, Poppy et Alice sont trois amis qui aiment passer du temps ensemble en dehors des cours. Spontanés, plutôt cultivés et joueurs ; ils s’adonnent régulièrement à des jeux de rôle avec leurs figurines favorites. Ils y rêvent d’aventure et de romance, combattent nombres de créatures et de complots ourdis par des forces obscures. Mais voila qu’un jour, l’un des trois larrons annonce aux deux autres que la poupée représentant la reine toute puissante de leur royaume imaginaire lui a parlé en rêve et qu’elle serait habitée par l’esprit d’une jeune fille morte depuis très longtemps. Afin de pouvoir lui apporter le repos, ils doivent partir de l’autre côté de l’État pour enterrer ses restes auprès des autres membres de la famille. Commence alors un drôle de voyage où chacun va apprendre à davantage se connaître et où les positions et certitudes de chacun vont être chamboulées.

Tout d’abord, j’ai apprécié les trois personnages principaux. Ces trois jeunes sont vivants et complètement représentatifs de leur âge : ils sont enthousiastes, inconséquents mais aussi très vulnérables. L’union faisant la force et malgré quelques dissensions, ils vont réussir à traverser bien des épreuves malgré des obstacles qui parfois peuvent sembler rédhibitoires. Les dialogues sont vifs, les caractères bien trempés (surtout les deux filles) et on rentre complètement dans l’esprit d’une petite bande de copains. Loin d’être niais, au détour de certaines péripéties et discussions, on lève le voile sur les tenants et aboutissants de leur relation quasi fusionnelle. Mais on sent assez vite qu’ils se trouvent à un moment charnière de leur existence, l’adolescence pointe le bout de son nez avec l’affirmation de soi, le corps physique qui change et aussi les premiers émois. Tout cela va bouger les lignes et provoquer quelques tensions. À ce niveau là, le roman est une réussite, on croit aux personnages et on s’y attache facilement.

Pour le déroulé de l’intrigue, je suis plus circonspect. Certes c’est maîtrisé de bout en bout, développé, mais l’ensemble manque d’originalité. Comme c’est un roman jeunesse ce n’est pas bien grave, les plus jeunes n’ont pas forcément un gros bagage de lecture derrière eux mais j’ai trouvé l’ensemble plutôt convenu. Pas de réelles surprises donc mais des situations qui s’enchaînent bien, logiquement... Pas fou fou ! Et pourtant, il y avait matière à écrire une histoire bien plus angoissante car finalement ici l’aspect fantastique est très léger, l’auteur préférant se tourner davantage sur l’évolution de ses personnages. Je m’attendais à plus d’exposition de la poupée, de ses motivations et quelques scènes bien fortes pour exploiter au maximum l’aspect surnaturel. J’ai attendu, attendu mais il n’est jamais venu...

Pour autant, Eleanor se lit très bien. L’écriture est très agréable ; loin d’être minimaliste, elle insuffle à merveille la vie aux personnages et conduit le récit dans un rythme enlevé. On passe donc un bon moment même si on ne peut s’empêcher de penser que le résumé est trompeur et qu’il s‘agit bien plus d’une chronique d’entrée dans l’adolescence (très réussie par ailleurs) que d’un réel roman fantastique jeunesse. À tenter si le cœur vous en dit.

Posté par Mr K à 17:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 24 juin 2017

"35 kilos d'espoir" d'Anna Gavalda

35-kilos-d-espoir_couvL'histoire : Grégoire déteste l'école, si fort qu'en sixième il a déjà redoublé deux fois. Le seul endroit qu'il aime, son refuge, c'est le cabanon de son grand-père Léon, avec qui il passe des heures à bricoler.
Quand Grégoire est renvoyé du collège, pourtant, Léon est furieux. II renonce à consoler son petit-fils et lui refuse sa protection. II est temps, peut-être, que Grégoire accepte de grandir...

La critique Nelfesque : Anna Gavalda et moi, c'est une grande histoire d'amour. Alors que je ne suis pas spécialement adepte des romans "feel good" (entendez par là que je n'en lis pratiquement jamais), un peu gnangnan sur les bords et terminant inlassablement par un happy end, les ouvrages de cette auteure font figure d'exception. Parce qu'elle a un je-ne-sais-quoi de différent, une sensibilité qui me touche beaucoup et que je me retrouve souvent dans l'un ou l'autre de ses personnages loin d'être manichéens. Chez Gavalda, tout n'est pas noir ou blanc et tout n'est pas rose non plus mais avec les petites choses du quotidien et les petits bonheurs de la vie, l'espoir et la joie refont toujours surface quelque soit leur intensité.

C'est par hasard que je suis tombée sur "35 kilos d'espoir". Je ne savais pas que Gavalda avait écrit pour la jeunesse et par curiosité, je suis repartie avec. Lu d'une traite en une heure, un après-midi de baisse de régime (une angine, ça calme bien), j'ai passé un excellent moment avec ce roman que je conseille vivement à tous ceux et celles qui ont des enfants en âge de lire ce type d'histoires. Grands comme petits y trouvent leur compte, c'est beau, doux, émouvant et libérateur à la fois.

Grégoire est un jeune garçon de 13 ans. En 6ème après avoir redoublé 2 fois, il n'est pas un foudre de guerre. L'école, il n'aime pas ça. Il a beau se forcer, ça ne l'intéresse pas, il n'en voit pas l'intérêt. Il y va pour faire plaisir mais s'épanouit vraiment dans le bricolage et les moments passés avec son grand-père. Grégoire, c'est un manuel. Il a un esprit pratique très développé pour son âge, aime inventer des choses, fabriquer des objets... Autant de facultés que les grandes personnes apprécient chez un adulte, mais dans ce monde injuste à l'égard des besoins et envies de l'enfant, l'accent est mis sur les notes, les bulletins scolaires et la réussite aux contrôles.

"35 kilos d'espoir" est un fabuleux petit livre sur l'accomplissement de soi. Sur les rêves, sur les attentes que l'on a de la vie et des autres, sur l'amour, sur la confiance en soi. Grégoire est haut comme trois pommes et pourtant il sait déjà qui il est et qui il veut être. Problème, pour l'instant, il ne sait pas tout à fait comment y arriver...

C'est avant tout la confiance de son grand-père et l'amour qui lui porte qui l'aide à grandir et à se poser les bonnes questions. Le jour où celui-ci tombe malade et rentre à l'hôpital, Grégoire met tout en oeuvre pour le faire guérir, par la volonté, les bonnes ondes, la détermination. Avec toute la rage du désespoir d'un enfant et cette petite magie que l'on a tous vécu et que l'on a oublié en grandissant.

D'une intensité incroyable, "35 kilos d'espoir" nous fait passer par toutes les émotions. Très juste et tout simplement beau... A lire et faire lire !

Egalement lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé :
- "Billie"
- "L'échappée belle"
- "La Consolante"

Posté par Nelfe à 17:34 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 4 juin 2017

Pour quelques livres de plus...

Voici pour aujourd'hui, une petite série d'acquisitions dégotées au hasard de balades innocentes... Les titres ont donc des origines très diverses depuis une boîte à livre en passant par un vide-grenier ou un magasin d'occasion. Des petites tentations auxquelles, je n'ai pu résister une fois encore. Jugez plutôt du butin !

IMG_1370

Une fois de plus, la variété est au rendez-vous entre classiques et contemporains, incontournables et certainement des plus dispensables. Chacun en tout cas m'a tapé dans l'oeil suffisamment pour que je l'adopte et qu'il aille rejoindre ses petits camarades dans ma PAL. Suivez le guide !

IMG_1371

- Mille soleils splendides de Khaled Hosseine. Tout d'abord, j'aime beaucoup cette maison d'édition notamment parce qu'elle publie les ouvrages de mon grand amour littéraire nippon Haruki Murakami. De suite, j'ai donc lu la quatrième de couverture qui m'a irrémédiablement fait penser à du Yasmina Khadra (un autre auteur que j'adore) par rapport aux termes abordés : la violence faite aux femmes en terres orientales (ici l'Afghanistan), l'emprisonnement mental et le totalitarisme religieux. Ça sent la lecture rude et pas facile, tout ce que j'aime en quelque sorte.

- L'Amour au temps du choléra de Gabriel Garcia Marquez. Voici un ouvrage qui m'a toujours évité ou que j'ai évité inconsciemment car je ne l'ai jamais trouvé sur mon chemin de chineur. J'en attends beaucoup, surtout que chaque lecture de cet auteur m'a ravi par ses talents de conteur et les univers dépaysants qu'il nous amène à découvrir. Ici, direction les Caraïbes pour une histoire d'amour impossible teintée de poésie et de critique sociétale acerbe. Un bon futur moment de lecture à mon avis.

- En route d'Adam Rex. Un roman jeunesse dont a été tiré un métrage d'animation plutôt réussi que nous avons vu avec Nelfe. La terre a été envahie par de drôles d'extra-terrestres à huit pattes (les boovs) et ont enlevé la maman de l'héroïne. Ni une ni deux, elle part à sa recherche en compagnie de son chat lunatique et d'un alien déserteur. On nous promet un mix entre Pratchett et Adams, c'est tentant, non ?

IMG_1373

- Le Téléphone sibérien de Clive Egleton. Un petit série noir des familles avec une histoire étrange d'un militaire enfermé dans un lieu mystérieux et soumis à une batterie de tests inhumains entre interrogatoires et lavages de cerveaux. Mais où est-il ? Et que va-t-il faire quand il va s'échapper ? Le pitch est tellement énorme que j'ai décidé d'adopter ce titre, qui lira verra !

- Histoires de voyages dans le temps, ouvrage collectif. Coup de foudre pour un ouvrage d'une collection qui a marqué ma jeunesse et m'a permis à l'époque de rentrer plus aisément dans la science-fiction avec notamment une compilation de récits sur les robots et les autres mondes. Ici, il s'agit de voyages dans le temps, une thématique que j'apprécie beaucoup et qui a donné de nombreux récits réussis. Gageons qui en sera de même avec cet ouvrage où l'on trouve notamment Matheson, Ballard, Brown, Heinlein et bien d'autres. Miam miam !

- Marcovaldo d'Italo Calvino. Une histoire bien barrée comme je les aime avec le héros éponyme, manoeuvre de chantier à qui il arrive toute une série d'expériences étranges qui finalement lui permettent d'échapper à la grisaille quotidienne. On est ici à la limite du conte et du surréalisme. Cet auteur a tellement de talent que je n'ai pas hésité une seconde !

- Vendredi de Robert A. Heinlein. Une agent très spécial rentre de mission auréolé une fois de plus de succès. Félicitations de rigueur et octroi d'un congé exceptionnel devrait la ravir mais Vendredi est tourmentée par des images de souvenirs atroces. Comment est-ce possible quand on sait que l'agent n'est qu'un robot très perfectionné ? Heinlein m'a tour à tour séduit et déçu, cet ouvrage m'attire tout de même de part le sujet qu'il traite et les bonnes critiques que j'ai pu en lire. Là encore, la lecture sera un test.

- Last exit to Brooklyn d'Hubert Selby Jr. Fin de la sélection avec un ouvrage bien thrash, critique délirante de la société américaine par l'équivalent US d'un Céline. Ce sera ma première incursion chez lui, ça faisait un bail que je souhaitais rencontrer cet auteur hors norme. Me voila au pied du mur !

De biens belles pioches que tous ces ouvrages qui vont contribuer à grosir ma PAL qui décidément a toujours autant de mal à baisser. Mais que voulez-vous, on est accro ou on ne l'est pas. Critiques à suivre dans les jours, semaines, mois et années à venir !

lundi 8 mai 2017

"De l'arsenic pour le goûter" de Robin Stevens

arsenicgoûter

L’histoire : "Je n'aimais pas du tout ce grossier Mr Curtis, et d'après les vibrations de colère que je percevais chez Daisy, j'ai compris qu'elle partageait mon opinion. Son rire contenu, comme s'il lançait des plaisanteries que les autres ne pouvaient pas comprendre... Les joues roses de Lady Hastings... Pas de doute, il se passait quelque chose."

Nouvelle affaire pour les détectives privées Daisy et Hazel !

Daisy fête son anniversaire avec la famille au grand complet dans sa maison de Fallingford. Mais l'ambiance est étrange : M. Curtis, un invité surprise que tout le monde déteste, ne semble vraiment pas digne de confiance.

Le thé est servi, M. Curtis tombe gravement malade, empoisonné. Que s'est-il passé ?

Difficile d'enquêter quand on imagine que tout le monde a une bonne raison d'être coupable...

La critique de Mr K : Voici le deuxième tome d’une série de livres policiers écrits à destination de la jeunesse par Robin Stevens, un écrivain qui m’avait séduit par la qualité de son écriture (entre classicisme et références détournées) et l’intrigue maligne qu’il avait su proposer à nos chères têtes blondes (voir chronique d'Un Coupable presque parfait). Ayant dévoré Conan Doyle en étant pré-ado, j’avais goûté avec plaisir à un ouvrage bien mené aux personnages attachants. C’est donc avec un à priori positif que j’entamai cette lecture.

On retrouve, dans De l'arsenic pour le goûter, Daisy et Hazel (respectivement présidente et vice-présidente du club des détectives) dans le manoir familial de la première. Ce sont les vacances de Pâques et Daisy va y fêter son treizième anniversaire lors d’un goûter organisé par Lady Hasting, sa bourgeoise de mère qui l’infantilise trop. Nombreux sont les invités et parmi eux, un certain Monsieur Curtis qui fait l’unanimité contre lui par son attitude et son comportement fortement déplacés dans le cadre strict de la société de l’époque (rappelons que l’action se déroule au début des années 30). Le premier acte met en place la situation, présente au détour de certains paragraphes les différents protagonistes et replacent les jeunes filles et leur caractère respectif dans l’esprit des lecteurs.

Arrive finalement le fameux goûter fatidique pendant lequel l’indélicat individu se retrouve empoisonné et succombe dans d’atroces souffrances. L’arsenic n’est pas forcément délicat dans son action qui ressemble à s’y méprendre à une bonne vieille dysenterie des familles. Ni une ni deux, les deux amies commencent à enquêter. Après tout, elles avaient bien aidé la police lors de la première affaire dans laquelle elles s'étaient retrouvées mêlées et, un orage terrifiant s’abattant sur la région, les forces de l’ordre ne pourront pas arriver avant deux jours ! C’est le début de l’investigation qui commence avec les constatations nécessaires, le dressage d’une liste de suspects et la recherche d’indices. Mais comment mener une enquête de manière sûre quand on soupçonne les propres membres de sa famille et que l’on a seulement treize ans ? Ce sera rude et les péripéties seront nombreuses avant l’ultime révélation qui fera son petit effet...

Une fois de plus, cet ouvrage de Robin Stevens aiguisera à merveille les appétits des futures amatrices de romans policiers en devenir. Il s’oriente clairement vers le public féminin à travers le point de vue adopté et notamment les rapports père-fille qui sont admirablement développés dans ce volume. Il n’y a rien de sexiste pour autant dans le contenu mais les plus jeunes pourront facilement s’identifier aux héroïnes : soit à la douce et posée Hazel ou alors à la fougueuse et déterminée Daisy (qui va tout de même en affronter de belles une fois de plus). Les deux jeunes filles sont toujours aussi charismatiques, le duo fonctionne à la perfection surtout qu’interviennent ici deux de leurs camarades invitées pour l’occasion qui détonent par leur crédulité et leur sottise. Cela renforce le charme du duo principal et les met en valeur.

Le jeu de piste est savamment orchestré dans la droite lignée d’auteurs comme Agatha Christie et Conan Doyle, il se dégage une fois de plus un charme désuet, so british alors que l’auteur est américain. L’addiction est quasi immédiate car on rentre vraiment dans une époque et ceci sans lourdeurs excessives et effets de manche gratuits. Formidablement reconstitués, l’ambiance, l’atmosphère et les codes en vigueur dans cette maisonnée bourgeoise donnent un charme fou à cette histoire de meurtre bien mystérieuse. Bien qu’habitué au genre, la révélation finale a réussi à me surprendre malgré mon âge, on se prend vraiment au jeu des déductions des deux gamines qui bien que jeunes ont un grand sens de l’orientation et de la réflexion. C’est à la fois fun et très sérieux, et l’on passe vraiment un bon moment.

L’écriture est très accessible mais pas simpliste, parfois légère et décalée, cela n’empêche pas certains passages d’être plus graves notamment par rapport aux questions liées au meurtre ou aux rapports conflictuels entre les deux parents de Daisy. La nuance est de mise ainsi que la profondeur derrière une aventure policière qui pourrait paraître banale au premier abord. Ce récit à la Cluedo a beaucoup de saveur, possède une efficacité redoutable et apportera suspens et émotions divers au jeune lecteur amateur d’enquêtes et de mystère. Une très bonne lecture à faire découvrir.

Posté par Mr K à 17:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 12 mars 2017

"Poséidon, le terrible" de Martine Laffon

Poséidon

L'histoire : Sur une île déserte, un vieillard raconte l'histoire du dieu Poséidon, roi des mers et des océans. De sa rivalité avec sa soeur Athéna à ses terribles vengeances envers les humains qui l'ont trahi. Poséidon est le dieu protecteur des navigateurs, mais il peut aussi être redoutable...

La critique de Mr K : Je vous convie à un voyage en terres mythologiques aujourd'hui avec cet ouvrage tout juste sorti chez Flammarion jeunesse et qui s'intéresse au cas particulier de Poséidon, une de mes figures préférées en légendes grecques et barbares. Si je suis venu à la lecture très jeune, c'est justement parce que j'ai eu la chance d'avoir entre les mains un ouvrage de mythologie qui m'a initié aux croyances anciennes et au plaisir de la lecture. Qu'en est-il avec ce livre bien plus récent ? 

Au fil de cinq soirées, un conteur va raconter une étrange rencontre qu'il a faite et les aventures qui s'en sont suivies lorsqu'il était plus jeune et qu'il voguait sur les flots en tant que marin aventurier. Suite à un naufrage, Triton, le rejeton de Poséidon, va l'emmener dans le royaume de son père sous les mers. Il y rencontrera le dieu au trident, sa belle et terrible épouse et se verra confier une mission importante : redorer le blason du dieu trop souvent décrié et présenté comme terrible et rancunier. C'est l'occasion pour l'auteur de revenir sur quelques mythes majeurs de l'antiquité grecque dont Charybde et Sylla, le cyclope Polyphème, Ulysse et son incroyable voyage ou encore, la guerre de Troie et sa rivalité avec sa nièce Athena. 

Écrit pour un public allant de 10 à 13 ans, ce livre souffle un vent frais sur les légendes pluri-millénaires qui parsèment cet ouvrage. Le ton est volontiers léger entre le conteur et les marins qui l'écoutent soir après soir en se passant une amphore de vin. On sourit beaucoup lors des querelles familiales qui éclatent au sein du foyer de Poséidon. Léger ne veut pas dire futile, les enfants rirons volontiers aux saillies et autres bons mots dispensés, les plus âgés (initiés) retrouveront avec bonheur des histoires qui ont marqué leur découverte de la mythologie. À l'occasion, on détricote même certaines idées reçues et Martine Laffon réhabilite aussi certains personnages plutôt malveillants dans les versions plus répandues notamment la figure tragique de Méduse qui a eu le malheur de déplaire à Athena ou encore Ulysse plus féroce que rusé lorsqu'il aborde les rives de l'île de Polyphème, enfant chéri du dieu des mers doté d'un QI d'huître. 

On passe un excellent moment lors de la lecture de cette centaine de pages que compte Poséidon, le terrible, peuplée d'êtres fantastiques aux caractères bien trempés, des hommes avides de connaître les péripéties d'un conteur respecté et adepte du verbe haut. Le tout est servi dans une langue simple, accessible, totalement adaptée au jeune public sans pour autant tomber dans la facilité et le simplisme. Loin de prendre nos chérubins pour des amateurs, l'auteur multiplie les références en les teintant d'un humour bon teint et de formules modernes qui ne dénaturent jamais le matériaux originel. Une bonne idée de cadeau pour initier un jeune aux mythes fondateurs.

Posté par Mr K à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,