jeudi 30 mars 2017

"T2 Trainspotting" de Danny Boyle

T2 affiche

L'histoire : D’abord, une bonne occasion s’est présentée. Puis vint la trahison.
Vingt ans plus tard, certaines choses ont changé, d’autres non.
Mark Renton revient au seul endroit qu’il ait jamais considéré comme son foyer.
Spud, Sick Boy et Begbie l’attendent.
Mais d’autres vieilles connaissances le guettent elles aussi : la tristesse, le deuil, la joie, la vengeance, la haine, l’amitié, le désir, la peur, les regrets, l’héroïne, l’autodestruction, le danger et la mort. Toutes sont là pour l’accueillir, prêtes à entrer dans la danse...

La critique Nelfesque : Ah "Trainspotting" ! Pour tous les gens de ma génération, ce film veut dire quelque chose. Il a bercé notre adolescence et on le regarde toujours avec plaisir. En un mot, il est culte ! Alors quand j'ai appris qu'un second volet allait voir le jour, je dois vous dire que j'étais sceptique. Tout d'abord parce qu'on ne touche pas aux choses sacrées, parce que j'avais peur de l'opé pour faire du blé et parce que j'ai en tête l'abomination "Bronzés 3" (oui il est possible d'inserrer "Les Bronzés" dans une critique pour "Trainspotting 2", la preuve !)... Mais en voyant que Danny Boyle était toujours aux manettes et que tous les acteurs rempilaient, j'ai cédé. Même si la bande annonce sentait le ressucé et que j'avais toujours une petite appréhension, c'est avec un grand sourire que nous nous sommes dirigés vers notre salle de cinéma préférée et le regard lancé entre spectateurs avant le début du film ne trompe pas. "Trainspotting", c'est vraiment un partage !

Alors déçue ? Pas déçue ? Bien ou bien ? Globalement pas déçue et plutôt bien oui ! On retrouve toute la bande comme ses potes (en moins trash les miens mais le fond y est), on est curieux de voir comment ils ont évolué, ce qui a changé dans leur vie, où ils en sont aujourd'hui. Certains ont stagné, d'autres ont mûri et l'ensemble est toujours aussi cohérent.

T2 5

"T2 Trainspotting" fonctionne à plein sur la nostalgie, reprend les codes du premier en les actualisant. Maintenant, on twitte, on instagramme, on a un smartphone, on prend un Uber... Les habitudes ont changé mais dans le fond tout est pareil. L'amitié, bien qu'écornée, est toujours là, les absents continuent d'exister (j'avoue avoir essuyé une grosse larme lors de l'hommage à Tommy et une petite pour la maman de Renton (mais bon j'ai perdu un proche dernièrement et j'ai un peu de mal à canaliser mon flux lacrimal avec tout ce qui touche au deuil en ce moment)), les plus faibles sont soutenus (ah Spud ! J'ai toujours eu de la tendresse pour lui !). Et puis il y a l'oeil de Danny Boyle qui encore une fois envoie de grosses patates dans nos rétines à plusieurs reprises (Spud sur le toit, scènes de liesse, shoots, dernière image du film). Non vraiment il n'y en a pas deux comme lui. Sa façon de filmer dans cette licence est hypnotisante et tellement représentative de ce que ses personnages ressentent. En amenant le spectateur à avoir conscience des sensations en même temps que ses personnages, Danny Boyle nous propose une expérience sensorielle. Et que dire une fois encore de la BO qui colle parfaitement à l'image ! "Trainspotting" est un oeuvre éminemment fédératrice.

T2 2

Le film est sorti au début du mois de mars et n'est pas resté très longtemps à l'affiche. Je n'ai pas trop compris pourquoi. Il méritait vraiment d'être vu... Où sont passés les quarantenaires ? Scotchés à leur Facebook, lobotomisés par la TV ? Non, je ne peux le croire ! En tout cas, si vous l'avez laissé passer, reportez-vous sur la VOD ou le DVD pour passer un bon moment de cinéma. Vous serez aussi surpris de découvrir que les plus idiots ne sont pas forcément ceux que l'on pense...

T2

La critique de Mr K : 5/6. Voici un film que j’attendais et que j’appréhendais en même temps quand j’ai su que Danny Boyle allait tourner la suite du cultissime premier opus. Je fais clairement partie de la génération Trainspotting, un film qui m’a marqué, novateur pour l’époque et dont la BO d’anthologie résonne régulièrement chez moi en soirée. Le réalisateur a fait du chemin depuis avec notamment les très bons 28 jours plus tard, Sunshine ou encore Slumdog millionaire. C’est donc plutôt confiant que je rentrais dans la salle obscure. Au bout de dix minutes, j’étais déjà dedans et c’est tout surpris et heureux que je ressortais deux heures plus tard sans avoir vu le temps passer !

T2 1

Renton (Mc Grégor) rentre à Edimbourg où il avait abandonné ses meilleurs potes suite à un coup où il a raflé la mise sans en laisser une miette aux autres. On imagine leur ressentiment à son égard et les retrouvailles seront loin d‘être faciles. Spud continue à vivoter bon gré mal gré, Sick Boy s’essaie au métier peu reluisant de maquereau et Big Bee est en taule suite à son pétage de plomb lors du premier film. Ça va faire des étincelles et pas qu’un peu ! Très vite, l’équipe de bras cassé va tenter un autre coup et à nouveau, tout ne va pas se passer comme prévu. En même temps, ils ont l’habitude...

D’ailleurs cela se sent dès que l’on visionne la bande annonce, le temps a passé mais on retrouve la même recette : une bande de potes légèrement fondus sur les bords (le temps a passé et ils sont moins thrash que dans le premier). Au fil du film, on retrouve beaucoup de clins d’œil au film originel, on en a profité à plein avec Nelfe car nous avions revu l’original deux jours avant notre séance cinoche ! Bon choix car celui qui ne s’en rappelle pas ou pire qui ne l’a jamais vu perdra beaucoup des nuances et de contenu de cette suite qui joue à fond la carte de la nostalgie et des références. On passe un délicieux moment à retrouver chacun des personnages entre ce qu’ils sont devenus et de beaux flashback sur les 90’ voir quand ils étaient plus jeunes avec un passage émouvant sur Tommy, celui qui ne s’en est pas sorti dans l’opus précédent.

T2 4

Scènes comiques, d’autres plus tragiques s’enchaînent. Certes cela ne respire pas l’originalité (d’où le point en moins sur la note globale) mais la recette fonctionne toujours avec en plus les avancées technologiques qui pointent en arrière plan. La technique de Danny Boyle est éprouvée et toujours aussi efficace avec des plans originaux et vif, des passages brusques entre réalité et rêve, délires psyché et passages plus intimistes avec une tension et une émotion à fleur de pellicule. l’ensemble est très beau, doublé d’une BO redoutable alternant reprises de l’originale et nouveaux morceaux proposant un écrin sonore de toute beauté. Le film est vraiment magistral dans sa forme et les acteurs sont formidables. D’ailleurs, ils ont tous re-signé, preuve de leur attachement au réalisateur et aux personnages.

T2 3

Ce qui m’a le plus touché au final, c’est cette nostalgie qui est distillée pendant tout le métrage avec une vision acerbe et drolatique à la fois du temps qui passe. Nos quadras sont ici attachants (peut-être même plus qu’avant) car la vie ne leur a pas joué que des bons tours, les rides sont là, les physiques ont changé (plus ou moins selon les personnages), les parcours se sont séparés. Le fait de tous se revoir, de reparler, de se friter et de se réconcilier est l’occasion pour chacun d’entre eux de faire le point, de revenir sur le passé (même pour le psychopathe de service Robert Carlyle qui dans le genre flippant double la dose dans ce film !). C’est fin, bien mené et totalement assumé, j’ai aimé ce film pour cette douceur, ces temps de pauses malgré le fait qu’au final le film soit moins thrash que l’original. Différent mais pas pour autant has-been, on aime suivre cette équipe de bras cassés qui décidément n’a pas fini de faire parler d’elle.

Une suite au grand cœur qui à défaut de surprendre, tour à tour émerveille, émeut et soigne son public. Un must !


jeudi 2 mars 2017

"Premier de cordée" de Roger Frison-Roche

frisonroche

L'histoire : Premier de cordée parle d’un jeune homme, Pierre Servettaz, qui vit à Chamonix dans les années 1930-1940. Le garçon aimerait exercer la même profession que son père : guide de haute montagne. Mais son père refuse qu'il prenne autant de risques. Il est donc en formation d'hôtelier et ne pratique la montagne qu'en tant que loisir. Quand un jour lors d’une escalade son père est foudroyé au du Dru, Pierre décide d'aller récupérer le corps de son père : accompagné de ses amis il se lance donc dans une escalade périlleuse. S'acharnant contre tout bon sens, il fait une terrible chute dans laquelle il manque de laisser sa vie.

La critique de Mr K : Une petite Madeleine de Proust en chronique aujourd’hui avec une re-lecture exaltante et émouvante, celle de Premier de cordée de Frison-Roche, un des premiers livres marquants que j’ai pu lire pré-adolescent. Conseillé par ma professeur de français de l’époque, je l’avais goutté et apprécié comme jamais, l’ouvrage faisant notamment écho à mon amour des vacances d’été à la montagnes (ma grand-mère était pyrénéenne et j’y passais beaucoup de temps entre grimpette, randonnée et bons repas) et donnait à voir de manière précise et imagée le petit monde des guides de haute montagne et la vie à Chamonix au siècle dernier. C’est avec un plaisir sans nom que j’ai refait le voyage en compagnie de Frison-Roche, le résultat est toujours le même : une superbe lecture.

Nous suivons plus ou moins le destin de Pierre, fils d’un guide renommé de la région de Chamonix qui va trouver la mort tragiquement suite à un orage d’une rare violence. La première partie de l’ouvrage s’attelle à nous décrire ce choc à travers les yeux du fils meurtri, de la victime elle-même (expliquant les raisons qui ont pu le pousser à pratiquer l’alpinisme malgré un temps déplorable) et des gens du crû formant une communauté très soudée. Un autre accident va intervenir et mettre en péril les velléités de Pierre à suivre les traces de son père et la deuxième partie du roman s’attache à sa rééducation et sa guérison pour pouvoir à son tour devenir guide. Ce livre est magique pour bien des raisons.

Tout d’abord, c’est un vrai roman d’aventure un peu à l’ancienne où l’on suit au plus près les personnages dans leur quête d’absolu avec cette bivalence étrange envers le milieu montagneux à la fois attirant et angoissant. Les parties narratives dédiées aux "courses" (randos + alpinisme avec touristes) sont d’un réalisme terrible, l’auteur collant au plus près de ses personnages, n’omettant aucun détail technique / psychologique qu’il insère avec talent dans la tête du lecteur qui se retrouve quasi parti-prenant de l’expédition. L’amateur de récit de voyage que je suis a été servi avec des scènes merveilleuses d’ouverture à la Nature mais aussi des phases de tension saisissantes qui mettent mal à l’aise et donnent irrémédiablement envie de lire la suite. J’avais beau l’avoir déjà lu, j’ai redécouvert quelques aspects du récit et j'ai réagi tout aussi bien que lors de ma première lecture.

Les personnages sont très bien ficelés. On reste dans du classique avec des figures éprouvées de la narration romanesque mais on éprouve tout de même beaucoup d’empathie pour ce jeune orphelin de père qui voit du jour au lendemain la terre s’ouvrir sous ses pieds et l’empêcher de réaliser son rêve. On soutient toute sa bande d’amis qui essait tant bien que mal de lui faire remonter la pente et de lui redonner envie de vivre, on se plaît à suivre la douce vie de ce village campagnard et montagnard avec ses rites et ses habitudes ancestrales (le combat de vache pour désigner la reine du troupeau, le fonctionnement d’une maison d’hôte, l’organisation du métier de guide, les techniques d’agriculture…) Modèle de civilisation bien expliqué grâce à la langue merveilleusement précise et accessible d’un auteur naturaliste et amoureux de ces lieux.

Et puis, il y a la montagne et la Nature. C’est un pied intégral de replonger dans les nombreuses descriptions qui émaillent le texte. Loin de l’alourdir, il en renforce le sens et la vision. Tant de beauté déployée entre les printemps fleuris et les hivers glaciaux et dangereux pour l’homme. La nature transcende son apparence mais aussi la vie des hommes qui ont choisi une existence quasi monacale pour certains (les gardiens de cabane). On en prend vraiment plein les yeux et on ressort plus riche, l’esprit peuplé d’images incroyables comme celles des massifs montagneux émergents de la brume, du temps changeant qu’il faut surveiller et qui donne lieu à de spectaculaires tableaux visuels et parfois auditifs, de la nature en expansion prodigue à l’occasion de bienfaits. Ce livre est donc un bel hommage rendu aux espaces montagnards, l’inspiration qu’ils peuvent provoquer et la pureté qu’il peut s’en dégager.

Il se dégage un charme désuet de ce récit, cela se voit dans la manière d’écrire et se ressent dans le monde qui nous est donné à voir, peuplé parfois de visions naïves, la plus grande étant cette solidarité à toute épreuve qui se dégage de ces pages alors que je suis loin de partager cet optimisme béat. Loin pour autant de rabrouer mon enthousiasme, cet aspect suranné donne un cachet et une profondeur intéressante au livre, lui font conserver une aura intacte et une puissance évocatrice toujours aussi impressionnante. Un sacrée lecture que je ne peux que vous conseiller.

mercredi 1 mars 2017

"Nocturama" de Bertrand Bonello

Nocturama afficheL'histoire : Paris, un matin. Une poignée de jeunes, de milieux différents. Chacun de leur côté, ils entament un ballet étrange dans les dédales du métro et les rues de la capitale. Ils semblent suivre un plan. Leurs gestes sont précis, presque dangereux. ls convergent vers un même point, un Grand Magasin, au moment où il ferme ses portes. La nuit commence.

La critique de Mr K : Chronique tardive mais chronique quand même ! Voici enfin mon avis sur Nocturama, vu dans le cadre du festival Télérama en début d'année. Dans le genre dérangeant ce film se pose là ! Nelfe l'a vu également mais n'est vraiment pas motivée pour rédiger son avis ici, pourtant elle avait très envie de le voir (petite confidence, elle ne l'a pas aimé du tout du tout).

3,5/6. Autant le film est magnifique dans sa forme autant le fond m’a interloqué, bousculé et finalement presque écœuré. Ce qui est sûr, c’est qu'il marque bien une époque et un moment de civilisation dans un contexte de désacralisation du politique, du malaise grandissant des populations et de la menace terroriste généralisée.

Nocturama 3

Le film est divisé en deux parties bien distinctes. La première met en scène des jeunes de toutes origines et de toutes classes sociales (pour éviter la stigmatisation j’imagine) qui déambulent dans le métro, dans les rues de la capitale et enfin différents bâtiments comme une tour du quartier de la Défense, un ministère ou encore un centre commercial. Ils sont reliés entre eux, reçoivent des textos, des photos, se croisent sans se parler, sont parfaitement coordonnés. On pense immédiatement aux reportages que l’on a pu voir sur les djihadistes qui ont durement frappé la France ces dernières années. Enfin, l’acte se déroule menant à une deuxième partie plus en vase clos, où les protagonistes se retrouvent regroupés et réagissent à ce qui vient de se passer. La fin clôture le film comme le couperet de la guillotine laissant le spectateur perdu et hagard.

Nocturama

J’ai largement préféré la première partie qui fait la part belle aux protagonistes sans qu’il y ait vraiment de paroles échangées. Les plans se succèdent, répétitifs mais d’une beauté parfois stupéfiante. La pression monte avec une musique insidieuse, une incrustation à l’occasion d’un mystérieux compte à rebours des heures qui s’écoulent avant l'heure fatidique. C’est beau, les rétines explosent, le spectateur est tenu en haleine pour savoir de quoi il en retourne. Quand vient la révélation, on est soufflé. Peu surpris mais en attente de réponses sur les motivations profondes de cette sédition extrême à l’égard d’un pays et d’un pouvoir démocratique.

Nocturama 2

C’est là où le bât blesse. On a très peu de réponses, le réalisateur se réfugiant derrière un fond abscons, voulant sans doute par là incarner par son œuvre une jeunesse en révolte dont la souffrance non entendue a causé un passage à l’action effroyable. Il se contente alors de filmer (de fort belle manière encore) les réactions de chacun entre joie et angoisse montante. Pas de réponse précise à leurs motivations simplement une étude de caractère et de réactions humaines, et au final un message naïf, simpliste et puéril (à l’image de la jeunesse bien souvent je vous l’accorde). C’est trop peu pour moi quand on porte un projet si fort et un sujet plus que polémique. J’adore être dérangé dans mes habitudes de spectateur, j’aime être heurté au fond de mon être (voir les chroniques d’Antichrist ou de Martyrs) mais ici, on tourne en rond et finalement l’entreprise s’avère ratée en terme de fond. La forme est elle magnifique et le déroulé de narration alternatif en fin de métrage est un modèle du genre.

Pour autant cela ne suffit pas, difficile dans ces conditions de défendre complètement un tel film qui bien que très abouti esthétiquement m’a paru rater sa cible et son but. Dommage...

Posté par Mr K à 17:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 12 février 2017

"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan

Juste la fin du monde afficheL'histoire : Après douze ans d’absence, un écrivain retourne dans son village natal pour annoncer à sa famille sa mort prochaine.
Ce sont les retrouvailles avec le cercle familial où l’on se dit l’amour que l’on se porte à travers les éternelles querelles, et où l’on dit malgré nous les rancoeurs qui parlent au nom du doute et de la solitude.

La critique Nelfesque : Encore un film que j'avais remarqué (et comment pouvait-il en être autrement puisqu'il a reçu le Grand Prix !?) au dernier Festival de Cannes et que j'ai pu voir dernièrement grâce au Festival Télérama.

Avec une brochette d'acteurs impressionnants (Gaspard Ulliel, Nathalie Baye, Léa Seydoux, Vincent Cassel et Marion Cotillard), ce huit clos fait un focus sur les relations familiales, sur les liens qui se créent ou non entre des êtres qui, de par le fait qu'ils appartiennent à une même famille, doivent de facto s'aimer. Difficulté de vivre, de trouver sa place au sein d'une fratrie, amour et désamour, jalousie, questionnement... "Juste la fin du monde" est très riche émotionnellement et chacun y trouvera des schémas déjà connus ou vécus dans sa propre famille et voit défiler sous ses yeux situations ambigües et non-dits.

Juste la fin du monde 3

Louis a quitté la maison il y a très longtemps et ne parle plus particulièrement à sa famille depuis son départ. Metteur en scène de talent, il vit maintenant sa passion professionnelle et personnelle, loin du poids familial et de ses problématiques. Toutefois, il ressent le besoin de retrouver les siens à l'annonce de sa maladie. Louis va mourir et doit l'annoncer à sa famille. Nous suivons donc Louis lors de sa visite, un dimanche, après 12 ans d'absence. En une après-midi, les tensions s'exacerbent, les événements passées reviennent à la surface et démêler les fils d'une vie en si peu de temps n'est pas sans difficulté.

En y mettant beaucoup de lui-même, Xavier Dolan plonge le spectateur au plus près de ses personnages et les tensions sont palpables. Chaque phrase prononcée est lourde de sens ou d'affect et les dialogues entre les différents protagonistes peuvent déraper à chaque moment entre un Louis effacé, une Suzanne (sa jeune soeur) en demande d'affection, un Antoine (son grand frère) nerveux et plein de rancoeur, une Catherine (sa belle-soeur) soumise et leur mère superficielle. Les situations sont tendues, le spectateur est nerveusement éprouvé mais tout cela n'est pas sans amour. Dans "Juste la fin du monde", on aime mal mais on aime... Comme dans toutes les familles. A chacun ensuite, comme ici de faire sa vie et choisir son chemin, en accord ou en rupture avec la tradition familiale. La dernière scène est d'ailleurs lourde de sens, à titre personnel m'a beaucoup touchée et est tout à fait cohérente avec l'ensemble du film que Xavier Dolan a construit. Superbe à tous les niveaux !

Juste la fin du monde 4

La critique de Mr K : 6/6. Une sacrée claque cinématographique pour un film que nous avions raté lors de sa sortie initiale en salle l'année dernière. Heureusement le festival Télérama a permis de rattraper cet impair tant ce film est à découvrir. C'est pour ma part, le premier du réalisateur que je vois et je pense me pencher sur son cas très vite vu les critiques élogieuses notamment d'un de ses précédents film "Mommy".

Louis va rendre visite à sa famille qu'il n'a pas vu depuis douze ans, il doit leur annoncer sa mort prochaine. Dans un huis clos tendu de 1h40, le réalisateur explore la mécanique familiale révélant les cassures et dysfonctionnements qui se sont accumulés avec le temps qui passe et le caractère de chacun. Louis (Gaspard Ulliel) est quelqu'un d'effacé qui appréhende ce retour aux sources entre une mère fantasque et maladroite (Nathalie Baye), un grand frère hégémonique et violent (Vincent Cassel), une belle sœur écrasée par le poids de son mari (Marion Cotillard) et une petite sœur qu’il n'a pas réellement connue (Léa Seydoux). À travers leurs discussions communes, les dialogues plus intimistes qu'ils s'accordent les uns aux autres, transparaît doucement un mode de fonctionnement et une grande souffrance que chacun semble vouloir ne pas regarder, accepter.

Juste la fin du monde 1

Le film a une force peu commune avant tout par le talent de Xavier Dolan à diriger ses acteurs qui tous explosent les clichés et leur jeu d'acteur. Le ton est toujours juste, très intimiste (on pénètre vraiment dans l’intimité familiale) et chacun rivalise de sensibilité sans pathos, exagération et autres scories inhérentes parfois au genre dramatique. C'est la vraie vie, avec de vrais gens même si ce sont des acteurs de renom qui tiennent les rôles. Tous à leur manière apportent une pierre à cet édifice qui nous parle forcément à un moment à un autre, les notions abordées pouvant être bien souvent appliquées à nos propres vies et à nos expériences. C'est parfois grinçant, amusant mais aussi profondément mélancolique et dramatique. Certains passages sont autant d'uppercuts que l'on reçoit, que l'on accepte finalement au nom de cette chronique familiale si en adéquation avec son temps et ses codes.

Juste la fin du monde 2

La technique du réalisateur est au diapason, ce dernier étant bourré de talent malgré son jeune âge. Il tient d'ailleurs beaucoup de postes allant de la caméra, au scénario, aux dialogues et même à l’élaboration des costumes. Les images sont belles, les personnages traités avec une minutie et un amour peu commun, la musique enveloppe délicatement l'ensemble qui séduit et fait réfléchir. C'est donc une expérience peu commune, totale dirais-je même, que le parcours de Louis qui tente de dépasser ses difficultés relationnelles pour avouer sa vérité. On sent que tout peut basculer à n'importe quel moment lors d'une innocente balade en voiture, d'une cigarette fumée dans le jardin ou lors de face à face tendus avec chacun des membres de la famille. Bien souvent, la tension retombe sans pour autant que rien ne soit réglé tant une chape de plomb et les usages en cours chez cette famille semblent bloquer tout bond en avant, toute évolution de la situation actuelle.

C'est beau, c'est fort, ça prend aux tripes et on ressort sonné de cette séance. On en a parlé pendant tout le trajet du retour et même après avec Nelfe tant ce film nous a ému et interpellé. À voir absolument !

Posté par Nelfe à 16:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 23 janvier 2017

"Aveu de faiblesses" de Frédéric Viguier

aveu de faiblessesL'histoire : "Je suis laid, depuis le début. On me dit que je ressemble à ma mère, qu’on a le même nez. Mais ma mère, je la trouve belle."

Dans un univers glaçant et sombre, qui emprunte tout à la fois au cinéma radical de Bruno Dumont et au roman social, à ce drame d’un bourg désindustrialisé du nord de la France, Frédéric Viguier ajoute le suspense d’un roman noir. Dès lors, l’histoire d’Yvan, un adolescent moqué pour sa laideur et sa différence, accusé du meurtre de son petit voisin, prend une tournure inattendue.

La critique Nelfesque : Quelle claque que ce roman récemment sorti en librairie pour la Rentrée Littéraire d'hiver ! Quand misère sociale et harcèlement côtoient injustice et délit de faciès. Une histoire qui fait froid dans le dos.

Yvan n'est pas gâté par la nature. Avec son physique ingrat, ses cheveux roux et son embonpoint, il n'attire que brimades et moqueries. Sans amis, il vaque seul à ses occupations et voue un culte à sa mère qui est tout pour lui. Aussi le jour où un petit  garçon est retrouvé mort sur le terrain vague de la commune, le jeune frère d'un "camarade" de classe qui ne cesse de le provoquer, c'est chez lui que les policiers viennent demander des comptes. Où était-il à l'heure du meurtre ? Il revenait du supermarché où il allait acheter un camembert pour sa mère, collectionneuse de boites de fromage. Alibi qui va très vite tomber à l'eau puisqu'aucune preuve ne vient corroborer ses dires. Etait-il sur place au moment des faits ? Que faisait-il dans le local à poubelle de l'usine locale ?

Le personnage d'Yvan est terriblement touchant et dès les premières lignes, le lecteur se range de son côté. Laissé pour compte, simple d'esprit, il promène sur le monde qui l'entoure un regard à la fois naïf et résigné. Tout un chacun a envie de le prendre dans ses bras, de le protéger et de lui donner une vie meilleure en l'éloignant de cet environnement délétère. Sur plus de 200 pages intenses et impitoyables, le coeur du lecteur est malmené à l'image d'Yvan que tout accuse et qui est victime d'une erreur judiciaire et d'une cabale nauséabonde. Nous le suivons dans les premiers instants de l'enquête, durant le procès et son incarcération avec la boule au ventre et l'envie de crier. Ce sentiment de malaise et de révolte ne nous quittera pas jusqu'à la dernière page du roman qui tombe telle un couperet et fait de cet ouvrage un grand roman.

"Aveu de faiblesses" est un roman à part. Un roman surprenant, dense émotionnellement et d'une justesse sans pathos ni effet de manche. Frédéric Viguier nous conte ici la vie d'une ville du Nord dans tout ce que cette région peut avoir de plus noir au niveau social, une vie où des étiquettes sont trop vite collées sur les gens et où Yvan doit tout tenter pour s'en sortir. Un roman magistral que je vous conseille vivement de découvrir, le coeur bien accroché.


samedi 10 décembre 2016

"Les Agneaux du seigneur" de Yasmina Khadra

51AHGD+eZ+L

L’histoire : Ghachimat est un village de l’Algérie d’aujourd’hui : on se connaît depuis l’enfance, on se jalouse et on se jauge. On s’affronte en secret pour obtenir la main d’une jeune fille. On déteste ceux qui ont réussi, on méprise ceux qui sont restés dans la misère. On étouffe sous le joug d’une tradition obsolète. On ne s’émeut guère des événements qui embrasent la capitale. Mais il suffit du retour au pays d’un enfant fanatisé, pour que les habitants de Ghachimat basculent dans le crime collectif, portés par le ressentiment et la rancœur. Et c’est ainsi que progressivement, des garçons bien tranquilles deviennent des tueurs en série...

La critique de Mr K : Comme dit sur IG, Yasmina Khadra est effroyable dans son genre. C’est le genre d’auteur incontournable dont on sait que l’œuvre est essentielle et qu’elle ne laisse jamais indifférent. C’est toujours une lecture rapide pour un texte court qui marque durablement les esprits. Les Agneaux du seigneur ne déroge pas à la règle. Lu en deux soirées, il m’a littéralement rendu insomniaque tant ce qui m’a été donné de lire est d’une cruauté sans nom et m’a littéralement retourné l’estomac. Âmes sensibles s’abstenir...

Dans un petit village rurale, la vie s’écoule comme depuis toujours entre tradition, commérages et distance avec le monde. Chacun vaque à ses occupations entre ceux qui brûlent la chandelle par les deux bouts, les élites en place qui étalent leur pouvoir, les vieux sages qui édictent les règles sacrées et l’imam qui appelle à la prière. Certains jouissent d’une belle vie, d’autre la construisent et enfin, certains la subissent. Et puis vient le vent du changement, un vent mauvais venu de la capitale et qui s’étale à tout le pays : l’islamisme représenté par le FIS et les GIA. Se répandant comme une traînée de poudre, il va changer la vie de tous les protagonistes du roman. Il va engendrer la haine, la violence et la vengeance dans un déluge de peur, de feu et de sang.

Clairement cet ouvrage est un des plus violents et des plus choquants que j’ai jamais lu. Sans doute sa concomitance avec l’état d’urgence, les attentats et la bouffée de nationalisme que nous subissons depuis bien trop longtemps contribuent à rendre ce récit si vif et si heurtant. Il est le digne reflet d’une humanité cruelle qui n’hésite pas à sacrifier la morale et le bon sens de base pour assouvir sa soif de pouvoir et de domination. L’Islam dans sa version radicale est ici synonyme d’intolérance, de destruction, de viol et de meurtres barbares qui feraient presque passer les journalistes décapités par Daech pour des chanceux... C’est tout bonnement horrible et inspiré de faits réels selon l’auteur lui-même, quels malheur et honte que l’occident ait fermé les yeux sur les massacres perpétrés en Algérie (et notamment la douce Kabylie) durant les années 80/90. C’était une sorte de laboratoire de l’horreur qui annonçait déjà ce qui allait suivre.

On trouve tout dans ce livre : l’amour des livres face à l’horreur, la notion de liberté / de choix face aux lois iniques et injustes, l’amitié de vieux amis et la trahison la plus perfide d’un rival amoureux écarté, la duplicité de l’ancien paria devenu riche propriétaire, les petits dictateurs du désert devenus tyrans et monstres d’inhumanité... C’est le choc entre l’humanité et sa négation. On se surprend à hésiter à tourner la page suivante tant l’escalade semble sans fin et de plus en plus viscérale. Rien de gratuit pour autant, simplement une chronique mortifère de la fin d’un monde, d’une humanité et d’une vie paisible. Rien ne sera plus jamais comme avant après cette période de plomb.

Croqués avec talents et de manière concise, il ne faut pas trop s’attacher aux personnages. En effet, soit ils disparaîtront à jamais soit ils se changeront en bête infernale transformant la vie sur terre en enfer. Familles et amitiés déchirées, vendettas gratuites et sordides, l’instauration du fascisme religieux le plus moyen-âgeux, rien ne nous est épargné malgré parfois des petits moments de lumière grâce à la sagesse d’anciens ou les mots plein de bon sens posés par l’écrivain public. Mais mon dieu que cette lecture fut rude et mes nuits agitées après une telle expérience. Doublez cela avec la fin de l’ultime saison de Breaking Bad (terrible série) et vous vous gâtez le sommeil pour de longs jours !

Que dire de plus... Ce roman est à lire assurément quitte à être démoli et complètement rétamé après en avoir terminé avec lui. L’écriture de Yasmina Khadra reste un modèle du genre entre économie de mots et profondeur du propos. C’est beau et c’est horrible à la fois, c’est tout simplement l’humain dans ce qu’il a de pire. Avis aux courageux, cet ouvrage est un incontournable.

Lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm Éclairé :
- L'Attentat
- Les Hirondelles de Kaboul

Posté par Mr K à 17:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 3 novembre 2016

"La Tête légère" d'Olga Slavnikova

La tête légère d'Olga Slavnikova

L’histoire : Maxime Ermakov a Moscou à ses pieds : publicitaire talentueux, il a fait fortune en vendant du chocolat. Un jour, il reçoit la visite d’étranges individus, fonctionnaires des services secrets, qui lui annoncent qu’il doit se suicider au plus tôt. De cette manière, il sauvera des millions de gens. On lui remet donc une arme en le priant de se conduire en patriote. Mais le suicide n’entre pas dans les projets de Maxime, et les services secrets sont obligés de lui rendre la vie infernale : ils déclarent aux habitants de son immeuble que Maxime est un ennemi, des gens patrouillent sur son palier, les voisins colportent des ragots sur lui. Et pour couronner le tout, un nouveau jeu vidéo gratuit passionne la Terre entière : il s’agit de tuer un personnage en tous points semblable à Maxime.

La critique de Mr K : C’est une sacrée claque littéraire que je vous propose de partager aujourd’hui avec La Tête légère d’Olga Slavnikova, tout juste sorti ce jeudi aux éditions Mirobole qui décidément proposent des lectures différentes et prenantes. Ici, on navigue aux confins du réalisme et du fantastique dans une histoire flirtant avec Kafka et Orwell, un sacré mix qui prend le lecteur à la gorge dès le départ. Suivez le guide !

Maxime T. Ermakov est un col blanc qui réussit. Travaillant dans la publicité, il gagne très bien sa vie et cela lui convient. Il a une "régulière", possède une bonne voiture, et un appartement convenable. Tout bascule le jour où des membres des services secrets viennent lui annoncer qu’il est la cause de grands malheurs à venir et que pour cela il va falloir qu’il se suicide et ainsi éviter nombre de catastrophes au nom de la sacro-sainte loi des causes et conséquences. Imperméable à ce raisonnement ubuesque, et ayant envie de croquer la vie à pleines dents, Maxime va tout faire pour échapper à ce fatum funeste... Mais comment faire quand on devient l’ennemi public numéro un désigné par l’État et que les foules manipulées s’en mêlent ?

Après une très brève présentation de Maxime, on rentre très vite dans le sujet avec l’entrevue première entre notre héros et les hommes du gouvernement. On sait dès lors que l’on a basculé comme Maxime dans un monde déviant qui va mettre à mal les frontières morales communes. Ainsi, au nom d’une loi de la nature obscure, sans réelle explication ni développement, Maxime se voit attribuer une responsabilité sur des atrocités comme des attentats, des accidents de transport ou encore des épidémies. Selon les autorités, il en est responsable au gré des choix anodins qu’il peut effectuer au cours de ses journées. Bien évidemment, Maxime va s’ériger contre cette logique totalement absurde et va tenter de se débattre avec toute l’énergie du désespoir car beaucoup de monde est contre lui.

À commencer par les autorités qui font apparaître en filigrane un état autoritaire, surveillant ses concitoyens et s’en servant pour mener sa politique au détriment des libertés fondamentales et de la vérité. Mensonge, manipulation, relais par les réseaux, médias et même applications ludiques ne sont pas de trop pour pousser notre innocent au suicide. Car les autorités en sont persuadées, il faut que son décès vienne de lui et qu’il mette fin à ses jours. Peu à peu, vous imaginez bien que la vie du héros devient insupportable avec un piquet de manifestants campant jour et nuit devant chez lui, sa mise au placard à son travail, la méfiance qu’il inspire avec notamment des commerçants qui lui refusent l’entrée de leurs magasins... Malgré tout cela, Maxime s’accroche, il refuse d’accepter d’être traité en coupable et va tenter de multiples stratagèmes pour échapper à la curée.

Il trouvera quelques secours avec une mystérieuse communauté habitant le même immeuble que lui, d’anciennes connaissances qui ressurgissent, une femme qui va lui inspirer l’amour pour la première fois de sa vie (très très beau passage sur le fait de tomber amoureux, ça m'a humecté l’œil). Et puis, il y a le poids du passé et des passages en flashback sur le grand-père, héros stakhanoviste de l’ex-URSS avec qui Maxime va même parler dans des passages de fantastique pur qui font leur petit effet. Mais là encore, on ne sait à quel saint se vouer, l’auteur se plaisant à brouiller les pistes et multiplier les retournements de situation. Il faut avoir le cœur bien accroché pour encaisser les différentes péripéties qui s’enchaînent et la fin m’a laissé tout pantelant comme un poussin de trois jours. Même si j’en ai entrevu les grandes lignes à l’avance, l’effet est garanti !

Sans en dire beaucoup plus, sachez que la tension est palpable tout du long, qu’elle ne redescend jamais et qu’Olga Slavnikova a un don pour créer des ambiances glauques et étranges où la réalité peut dévisser à tout moment. L’angoisse monte très vite, les interrogations aussi, le lecteur pris au piège ne peut se dépêtrer de cette gigantesque toile d’araignée tissée avec maestria et finesse. L’écriture est d’une beauté à couper le souffle : riche et accessible, très franche et parfois d’une poésie à fleur de mot, elle sert remarquablement bien le récit et propose une plongée dans l’absurde, la cruauté et l’humanité avec une rare force. L'oeuvre a en plus une portée universelle tant elle touche à des notions communes à tous comme la responsabilité, l’innocence ou encore la justice.

Une excellent lecture qui tape fort dans le cœur et l’esprit, provoque évasion et réflexion chez le lecteur captif et ravi. Une bombe à retardement qui comblera tous les amoureux de littérature. Courez-y !

mercredi 26 octobre 2016

"Pauline" d'Alexandre Dumas

couv3220650

L’histoire : Quel est le secret que cache Pauline ? Pourquoi fuit-elle le regard d’autrui ? Quel drame creuse son visage et altère son teint ? "Personne n’ignore par expérience que le danger inconnu est mille fois plus saisissant et plus terrible que le péril visible et matérialisé", confie Pauline. En épousant le comte Horace de Beuzeval, un homme diabolique, la jeune femme a signé son arrêt de mort : chaque jour est devenu synonyme d’angoisse et d’effroi...

La critique de Mr K : Impossible de résister à un Dumas qui vous tend ses bras lors d’un chinage. C’est ce que je me suis dit lorsque j’ai découvert le présent volume dans une caisse à priori anecdotique. Je ne connaissais pas du tout l’existence de ce court roman, la quatrième de couverture a fini de me convaincre et je m’en portai acquéreur. Quelques temps plus tard, je me décidai à entamer la lecture. Grand bien m’en a pris car Pauline nous donnant à lire un curieux roman entre aventure et roman noir, une petite bombe à addiction immédiate.

L’histoire nous est racontée par le biais d’Alfred de Nerval (sic) qui raconte à son ami (on s’imagine que c’est Dumas lui-même) une bien étrange et triste histoire qui lui est arrivée : sa rencontre avec Pauline, une superbe jeune fille dont il tomba amoureux fort jeune mais qui lui échappa à cause des conventions sociale de l’époque qui ne le jugeaient pas assez pourvu financièrement pour pouvoir prétendre l’épouser. Des années plus tard, leurs chemins sont amenés à se recroiser dans des circonstances beaucoup plus tragiques : Pauline n’est plus que l’ombre d’elle-même, son mariage est un échec et une menace sourde plane sur elle. Plus on avance dans le récit-témoignage, plus on sent ce fatum se resserrer, emprisonnant les principaux personnages dans une chape de plomb où nul espoir n’est permis.

L’action se déroule au XIXème siècle, ce qui change par rapport à mes lectures précédentes de Dumas. L’ambiance est donc bien différente, loin des intrigues de couloirs et des combats à l’épée, l’ambiance est ici plus feutrée, plus sombre aussi. S’inscrivant dans la tradition du roman gothique à l’anglaise, Pauline propose ainsi des décors inquiétants, des événements quasi surnaturels, des situations macabres et des personnages extrêmement violents car torturés intérieurement. Noir c’est noir : épisodes nocturnes nombreux apportant frissons et mystères, tempête quasi biblique, des ruines étranges perdues au milieu de nul part, un passage secret découvert par hasard, le poison et la mort omniprésente qui transpirent des pages et attirent inlassablement le lecteur vers un dénouement que l'on devine funeste.

En parallèle, on verse dans l’écrit romantique avec des personnages animés par la passion qui dévore et possède totalement celui qui lui cède. Horace De Beuzeval est un modèle du genre et dans sa folie, il se révèle bien plus intéressant que le palot narrateur, archétype du héros chevaleresque cherchant à sauver sa bien aimée déjà condamnée sans qu’elle le sache. La nature est aussi très présente dans ces pages et prend des formes variées. Le ton quasi lyrique de certains passages la rende tour à tour merveilleuse comme très inquiétante. Le passage dans la forêt est un modèle du genre et prouve qu'une description bien faite vaut tous les artifices à suspens du monde. L’expression des sentiments est ici à fleur de mot, chacun se livrant sans entrave ni limite dans ses retranchements. L’amour, la mort, la paix et le désordre sont autant de thématiques disséquées et jetées à la face du lecteur pantelant et totalement possédé par ses pages pourtant datées.

Tout s’explique par le génie littéraire de Dumas, l’aspect classique de l’histoire cache un don de la narration vraiment hors pair (ici nous sommes dans le non linéaire, chaque récit s’emboîte parfaitement avec les autres) et un style qui n’a pas vieilli ou si peu. Emporté par le souffle d’un Dumas inspiré, j’ai lu Pauline en deux traites (il faut bien dormir) et j’en suis ressorti heureux et profondément marqué par les destins brisés qu’il nous convie à observer. Une superbe lecture à entreprendre au plus vite !

Posté par Mr K à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 21 octobre 2016

"Voix sans issue" de Céline Curiol

413N4Y2SW4L

L’histoire : Elle est jeune, elle vit à Paris et travaille à la gare du Nord. Invisible, elle annonce l'arrivée des trains, les horaires, les départs et les voies, accompagne l'éloignement, la séparation ou l'espoir. Seule elle rentre chez elle, elle attend l'appel de l'homme qu'elle aime. Un soir d'ivresse, ils se sont embrassés, mais l'homme est amoureux d'un Ange, une créature ineffaçable.

Seule elle quitte son appartement pour tuer le temps dans les rues de la ville, dans ces quartiers dangereux à la nuit tombée, ces boîtes et ces cafés où la beauté est encombrante. Car la jeune femme vit là, attentive, sensible à cette réalité urbaine. Elle ne se dérobe pas, elle convoque le hasard et la sincérité comme on joue au poker. Juste pour voir, pour entendre le réel, être présente au monde. Lentement elle interpelle celui qu'elle aime. Lentement il vient vers elle.

La critique de Mr K : Lecture différente pour moi avec ce roman qui m’a attiré lors d’un désherbage de médiathèque à Lorient. Il se dégageait de la quatrième de couverture de Voix sans issue une ambiance crépusculaire et hypnotique qui m’a poussé à acquérir le volume. Grand bien m’en a pris car après des débuts difficiles, le roman explose littéralement et donne à voir des sommets insoupçonnés d’introspection et un personnage attachant comme jamais. Un mini coup de cœur !

La narratrice n’a pas de nom, on ne sait pas grand-chose d’elle si ce n’est qu’elle est la voix des voies, Gare du Nord à Paris. Elle a rencontré un homme lors d’une soirée entre amis, il est déjà pris mais ils se sont embrassés lors d’un acte manqué. Depuis, elle ne fait que penser à lui, le croise et le recroise, et peu à peu un lien ténu se crée au sein d’une existence désolée et quasi vide de sens. Ce livre nous décrit les journées qui passent, les atermoiements et les rencontres que peut faire cette héroïne atypique et recroquevillée sur elle-même. S’en sortira-t-elle ? Bousculera-t-elle son existence bien réglée pour sortir de sa zone de confort ? Finira-t-elle par conquérir l’être aimé ? C’est un peu à toutes ces questions et bien d’autres que Céline Curiol formule un livre-somme d’une rare intensité tout au long de ces 245 pages.

L’héroïne est donc au centre de tout dans ce récit écrit à la troisième personne du singulier qui impose d’emblée une distanciation avec le sujet que l’on lit. Cela n’empêche pas de rentrer au plus profond de cet être meurtri par l’existence. Vivant sans passion, on sent bien qu’elle a un poids sur l’âme et le cœur. Elle traverse les journées sans envie, traînant sa nonchalance et un certain mal de vivre. De menus flashbacks font penser qu’un acte horrible s’est déroulé dans son adolescence et qu’il a conditionné la suite. Assez isolée, elle a quelques rares amis et ne semble plus avoir de liens familiaux. Et il y a lui, cet homme au magnétisme immédiat, son coup de foudre, celui qui pour une fois réussit à la faire vibrer et éprouver autre chose que de l’indifférence ou de la simple sympathie. Mais ce n’est pas aisé de se livrer, de passer le cap surtout quand on se déprécie comme elle.

Et pourtant elle a des qualités certaines notamment dans l’écoute et l’empathie qu’elle éprouve au gré de quelques rencontres qui nous sont rapportées entre les phases où elle croise celui qu’elle pense être l’homme de sa vie. Cela donne lieu à quelques séquence tantôt attendrissantes, tantôt ubuesques voir surréalistes : la rencontre de Momo et le tirage de pétard dans son appartement, le peintre qui voit en elle un modèle de beauté, le dragueur impénitent qui veut la mettre dans son lit... malgré la tension ou le dérangement que peut procurer de telles rencontres, la narratrice se plie au jeu de la conversation voir de la séduction parfois. Il suffirait finalement d’un rien pour que son être bascule, que les yeux de l’aveugle s’ouvrent et contemplent son réel reflet dans le miroir.

Céline Curiol nous invite donc à suivre la trajectoire de cette femme déglinguée mais qui pourtant ne s’apitoie pas et a plutôt tendance à se renfermer dans un certain fatalisme. Réaliste au possible, ce portrait est d’une beauté troublante et dérangeante. D’ailleurs, les débuts sont difficiles, il faut s’accrocher à ces paragraphes sans dialogues, tournés vers l’héroïne, poussant la description au maximum, tranchant dans le vif et s’enfonçant au plus profond du personnage. Mais une fois l’habitude prise, on se rend compte qu’on est face à un sacré tour de force et à un texte d’une rigueur et d’une profondeur extrême qui captive le lecteur jusqu’au bout. On n’en ressort pas tout à fait indemne et curieusement on en redemanderait presque !

Une sacrée belle lecture que je ne peux que conseiller à tout ceux qui apprécient la littérature quand elle se révèle être parfois un reflet de l’âme. Un petit bijou !

Posté par Mr K à 19:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 19 octobre 2016

"Frères d'exil" de Kochka

Frères d'exilL'histoire : Il y a des moments dans la vie
où ce qu'on croyait solide s'effondre...
Où que la vie t'emmène, Nani,
n'oublie jamais d'où tu viens, mais va !

La critique Nelfesque : Quel bel objet que ce "Frères d'exil" de Kochka ! D'emblée, la couverture séduit par ses tons doux et son trait apaisé. Tout le long de ce court ouvrage de 155 pages, on retrouve les illustrations de Tom Haugomat comme autant de petites bulles de tendresse.

Et de la douceur, il en faut en ces temps troublés et dans l'ouvrage de Kochka, c'est tout un esprit de tolérance, de respect et d'humanité qui est sollicité.

Nous suivons ici l'histoire de Nani, enfant née sur une île qui est vouée à disparaître. Où est-elle exactement ? Cela importe peu. Nani est une enfant, issue d'un pays en souffrance, comme il en existe tant d'autres sur la surface de notre planète. Elle quitte sa terre, ses grands-parents qu'elle aime tant mais qui ne peuvent pas se déplacer, elle laisse derrière elle ses souvenirs, ses amis, ses racines, tout ce qui a fait jusqu'ici son quotidien, pour suivre ses parents vers un ailleurs que tous espèrent meilleur.

Freres d'exil4

Elle va connaître le deuil, le froid, la peur. Elle va espérer, rêver, faire confiance. Avec Semeio, jeune orphelin au coeur brisé que la famille de Nani va prendre sous son aile, elle va, au fil de son voyage vers l'inconnu, lire les lettres que son grand-père, Enoha, lui a écrites pour l'apaiser, lui donner de la force, l'aider à avancer et l'accompagner par les mots dans son long périple, lui qui ne peut la suivre.

Freres d'exil2

"Frères d'exil" est un ouvrage qui résonne douloureusement avec l'actualité. Par des mots simples et une histoire universelle, emplie d'amour et de bienveillance, Kochka donne à lire aux plus jeunes une histoire douloureuse mais pleine d'espoir. Pour qu'ils gardent l'esprit ouvert, qu'ils éprouvent de l'empathie et pensent aux jeunes migrants avec compassion. Autant de facultés qui font parfois défaut aux adultes... Une belle lecture pour une belle cause dans un bel écrin !

Freres d'exil 1