lundi 17 mars 2014

Sur ma platine III

Porcupine-Tree-Fear-of-a-blank-planet

Pour commencer, un album qui passe en boucle depuis son achat lors de nos vacances dans le sud-ouest: Fear of the blank planet de Porcupine Tree que j'avais en dématérialisé et dont j'ai trouvé le CD d'occaz à un prix défiant toute concurrence. Groupe de rock progressif britannique mené par leur chanteur, guitariste, compositeur de génie Steven Wilson, dans cet album (le meilleur à mes oreilles!) plutôt coolos, vous retrouverez des morceaux de choix comme s'il en tombait. Mélodies harmonieuses, voix cristalline et parfois plus rocailleuse, riffs sortis de nulle part et une ambiance cotonneuse des plus étrange qui a le mérite d'apporter sérénité et en même temps réflexion quand on prolonge le plaisir en traduisant les paroles. Si vous ne connaissez toujours pas ce groupe, c'est par cet album qu'il faut commencer!

air

En second, l'album que j'amènerai sur une île déserte (avec un lecteur CD et beaucoup de piles me précise Nelfe): la BO du film Virgin Suicide par le groupe d'électro français Air. Très fan des deux frenchies (moins tout de même depuis leurs deux derniers albums), celui-ci est toujours d'une beauté à couper le souffle quatorze ans après son achat. Mélancolique à souhait, il colle remarquablement au film de Sofia Coppola mais tient aussi bien la distance en tant que composition musicale indépendante. Pour ma part, il est sans doute un des trois meilleurs albums de tous les temps post 70'. Un bijou d'écoute, émouvant, prenant et unique. Vous savez ce qu'il vous reste à faire si vous êtes passés à côté. A noter que la pochette est sublime!

Septicflesh - Communion _Bonus Version_

Enfin, je ne pouvais finir cette sélection du moment sans un album plus rugueux avec ce Communion de Septic Flesh, groupe de death metal symphonique grec (ben oui, ça existe!), comprendre par là quelque chose entre le progressif et le bien violent qui dessoude comme un soir de tempête! Communion est une excellent galette bien metal mais qui épargnera vos petites oreilles sensibles avec des passages mélodiques bien mis en relief par des passages bien puissants et sentis. Les voix mystérieuses du morceau Sangreal vous trotteront longtemps dans la tête si vous vous laissez tenter par l'aventure. Pour ma part, c'est mon réveil matin!

Déjà sur ma platine:
la version n°1
- la version n°2


dimanche 8 novembre 2009

Soirée "gros son" aux Indisciplinées 2009

indisciplinees_2009_webLe vendredi c'est permis! Soirée métal pour la quatrième édition d'un festoche bien sympathique: Les Indisciplinées à Lorient. Fonctionnant sur 4 soirées, la prog est variée ainsi samedi Miossec était de la partie et une nuit électro est prévue mardi soir jusqu'à l'aube, histoire sans doute de fêter la boucherie de 14-18.

C'est donc accompagné de deux potes chevelus et éructant (la métamorphose a débuté dans la voiture sur l'aller) et une courageuse Katy (copine de Slay, guitariste en titre des Time Killers) que nous nous sommes dirigés vers la salle Cosmao Dumanoir, lieu de rassemblement habituel de toutes les manifs se déroulant dans la région (la maison des syndicats est accollée à la salle). Nelfe quant à elle n'était pas de la fête, Vincent Delerm ayant abandonné toute idée de faire carrière dans le thrash métal.

C'est un tapis vert qui accueille l'habituel public d'un rassemblement de métalleux: hétéroclite en terme d'âge et surtout, respectueux des autres. L'ambiance est donc cool et les pochtrons quasiment absents (ben ouais, les métalleux ça tient l'alcool! sic!). Le son est nickel contrairement à notre expérience quimperoise d'il y a deux semaines; et c'est sans bouchons d'oreille et un confort accoustique optimum que nous avons assisté à une sacrée soirée placée majoritairement sous le signe du Death Métal.

bukoC'est le groupe Bukowski qui ouvre le bal, si je peux m'exprimer ainsi! Groupe de rock estampillé stoner, je m'attendais à quelque chose s'approchant de Queen of the Stone Age. La déception n'en fut que plus grande quand nous nous sommes rendus compte qu'on avait plutôt affaire à un groupe de rock pour skaters style Sum 41 et autres Nickelback! Inutile de vous dire qu'en tant que membres métalleux Old School, le set n'est pas passé et que nous nous sommes vite dirigés vers la sortie, direction la bouffe!

Cependant le groupe n'est pas exempt de qualités: la performance était carrée et sutout, les entames de morceaux plutôt bien senties avec des relents de Métallica, purs débuts heavy métal avec des breaks bien sentis... Malheureusement, les couplets et les refrains s'apprentent davantage à un pur produit de consommation destiné à l'adolescent prépubère boutonnant en mal de rébellion. Mou, aucune originalité et un intérêt chez ouam qui se dégonfle tel un ballon de baudruche. Déçu donc mais ce n'est de toute façon pas pour eux que nous étions là!

Entombed_04C'est l'heure de l'entrée en scène d'Entombed, pierre angulaire du Death Métal suédois. Rappelons que le Death Métal est un dérivé du Thrash métal et propose une musique lourde, une utilisation massive de la double grosse caisse (un ton en dessous du Black métal tout de même!) et une intensité dynamique qui provoque irrépréciblement le headbanging du spectateur passionné! Entombed est ce qu'on appelle un groupe culte: vieux de la vieille dans le genre, l'expérience est là et on en a pris plein les oreilles et plein les yeux.

À mes yeux la meilleure performance de la soirée: set très pro, groupe proche du public et générosité énorme. Le chanteur n'a cessé de se déplacer, d'arranguer la meute et ses éructations sont d'une puissance à couper le souffle. Les 1h15 de la prestation affolante qu'ils nous ont offert sont passées à une vitesse folle me laissant le cou endolori mais avec un sourire béat aux lèvres, conscient d'avoir vécu un moment unique. Oubliée la déception du premier groupe, rien que pour ce show ça valait le coup de venir!

gojira_09_08

C'est au tour des leaders français de la scène française death métalleuse Gojira de passer. D'origine landaise et déjà fort de quatre albums, ce groupe citant Meshuggah, Morbil Angel et Tool rentre sous les vivats de la foule, scandant le nom du band avec une ferveur insoupçonnée. En même temps, c'est la tête d'affiche...

Je soulignerai la perfection technique des musiciens et la présence scénique dantesque: musiciens mobiles, tournoiements de guitares et lien intimiste avec le public. La prestation a donc été réussie même si je dois avouer avoir trouvé quelques compositions un peu en deçà de ce que j'attendais. Reste un très bon concert et un groupe prometteur pour la musique extrême française.

warkorpsePour clôturer les débats, c'est au tour du groupe brestois Warkorpse d'occuper l'arène. Premier album Grindcore en 2001, ils ont pris récemment une direction plus métal s'orientant vers le death matiné de Blackmétal (l'album doit sortir en fin d'année). Révélation de la soirée pour moi, ce sont des petits jeunes qui ne font pas dans la dentelle et qui le font très bien! Chanteur au charisme juvénile à la voie impressionnante et musiciens doués dont le guitariste sosie d'un des membres de Slayer (Et ouais! Tout de même!), les cinq chansons que nous avons entendues m'ont donné un goût de "revenez-y". Nous avons écourté le concert, la fatigue se faisant sentir et maman Nelfe nous attendant pour l'after!

Résultat des courses, un bon moment de fucking rock-and-roll et une fin de soirée à son image: bien thrash, avec "coucouche panier" à 5h du mat. Je dois avouer que j'ai eu un peu de mal toute la journée qui a suivi...