lundi 13 octobre 2014

Russie bionique !

Quoi de meilleur qu'une bonne vidéo bien ringarde pour commencer la semaine? Abolument rien, je vous l'accorde!

Revenons ce lundi à quelque chose de bien gras, de bien ringue avec ce "Moscau" du groupe russe Dschinghis Khan. Vous y retrouverez quelques accents de Boney M rythmés par la plus pure des musiques slaves. La choré est sympa même si on reste dans du classique, ce qui a retenu mon attention, c'est surtout l'ambiance type Flash Gordon avec des costumes hauts en couleur! Deux femmes dans la pure tradition Abba et quatre hommes peu fréquentables vestimentairement parlant! J'ai une petite faiblesse pour force bleue qui ressemble à l'empereur Ming s'il avait été joué par Yul Brynner et surtout force verte au look rétro et inquiétant! La moustache est de toute beauté et le regard ténébreux à souhait! Vous voila prévenus!

Bonne semaine!

Posté par Mr K à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 14 février 2011

"Black swan" de Darren Aronofsky

Balck_Swan_Affiche_Francaise_375x500L'histoire: Timide et perfectionniste, la danseuse Nina Sayers décroche le premier rôle du prestigieux ballet Le lac des cygnes. La dualité du personnage qu'elle doit interpréter sur scène transforme la jeune ballerine qui se met à souffrir de visions.

La critique Nelfesque: The claque! J'attendais ce film depuis plusieurs mois et même si souvent on dit que l'attente peut générer des déceptions, avec "Black swan" ce ne fut pas du tout le cas. Avec Darren Aronovsky à la réalisation, ça ne pouvait être que du bon. Inconditionnelle de "Requiem for a dream" et ayant apprécié "The fountain", c'est confiante que je me suis dirigée vers le cinéma.

"Black swan" est un magnifique film sur la danse, sur les efforts que doivent fournir les danseuses, sur les choix qu'elles doivent faire, sur l'anorexie dont beaucoup souffrent, sur les rivalités présentes au sein d'une compagnie... Sans fioritures et au plus près des interprètes, Aronofsky nous offre là un film captivant, dur et d'une beauté incroyable. Avec une Natalie Portman époustouflante qui a dû intégrer une compagnie de danse afin de préparer son rôle à coup de 5h de travail par jour pendant plusieurs mois et qui interprête 90% de ses scènes dansées, ce film rentre au panthéon de mes longs métrages favoris.

Nina, danseuse fragile mais déterminée à devenir la première danseuse pour "Le lac des cygnes", habite avec sa mère, ancienne professionnelle, qui la surprotège et vit à travers elle ses anciens rêves déchus. Cette femme timide va devoir montrer son côté sombre sur les planches et cela nécessite un lacher-prise dans sa danse et un changement dans son comportement de tous les jours. Et quel changement! A mesure que son chorégraphe (Vincent Cassel excellent qui décidément peut tout jouer) la pousse dans ses retranchements, elle va passer par des phases déroutantes où se mêlent folie et génie. Elle va se découvrir autrement et devra s'oublier pour être enfin elle-même: une grande danseuse.

BS1

Aronofsky signe là un film dérangeant aux scènes sublimes et effrayantes. La caméra à l'épaule dans les passages de ballet, il mène le spectateur au plus près des danseurs, leur faisant ressentir leur souffle et le bruissement de leurs ailes. Je ne vois pas de points noirs à l'ensemble, la musique est superbe, les costumes également, les chorégraphies sont léchées et les acteurs sont incroyables. Même si vous n'aimez pas particulièrement la danse classique, courez voir ce film, ne serait ce que pour l'onirisme de certaines scènes et pour le génie de ce réalisateur qui, encore une fois, nous procure des sensations incroyables entre fascination et répulsion. A ne pas manquer!

black_swan_2

La critique de Mr K: 5/6, un très bon film. On ressort éprouvé de ces presque deux heures de film! On retrouve la sensation que l'on a pu ressentir à la fin de Requiem for a dream: un profond malaise en moins violent tout de même (il avait frappé fort avec son second film le bougre, déjà que son premier était excellent...). Le spectateur est plongé au coeur de  l'intimité d'une jeune danseuse instable aux portes de la consécration, le rôle qui la révélera au gratin du milieu. Un univers dur et froid, fait de travail et de rivalités. Nathalie Portman est parfaite et c'est habité d'une tension permanente qu'on la voit changer, évoluer vers son alter-ego refoulé, poussée en ce sens par son créatif chorégraphe aux méthodes particulières (Cassel très bon: présence impressionante pour ce pygmalion malsain).

black_swan

Les scènes de danse sont remarquables de beauté et de réalisme, on danse avec elle, on entend sa respiration: on devient elle. L'empathie fonctionne au maximum même si je dois l'avouer au début, je l'aurais secoué cette gourde! Mais très vite, face aux exigences de son nouveau rôle, le cygne noir transperce la carapace de l'ingénue. La technique maîtrisée et millimétrée d'Aronofski fait merveille: choc des images, des sons, la musique, l'accélération des plans accompagnent idéalement cette plongée en Enfer, le tout servi dans un background crédible ancré dans notre époque et fidèle à ce monde méconnu que celui des danseuses classiques. La fin est un crescendo de tension et duplicité, l'image finale nous plaçant au centre de ce drame nous laisse pantois. Personnellement il m'a cloué! Et je dis pas ça parce que j'ai eu mes 33 ans en décembre dernier!

Un très bon film, une belle claque et une expérience sensorielle assez unique par moment. A voir en V.O de préférence.

Posté par Nelfe à 19:05 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , , ,