dimanche 14 janvier 2018

"Prière pour ceux qui ne sont rien" de Jerry Wilson

image

L’histoire : Un ex-taulard qui se planque sous un sapin, une maritorne qui vit dans ses déjections, un décati chaleureux qui agonise dans un mobil-home, un alcoolique qui se pisse dessus en secouant un pénis imaginaire, tels sont les âmes errantes des parcs publics de boise, Idaho.

Swiveller les connaît tous. Éboueur et philosophe, il arpente chaque jour les parcs et réserves de la ville pour nettoyer les traces les plus improbables d’une humanité composée de buveurs de bières, de vin ou d’effroyables distillations personnelles. Il témoigne entre drôlerie et tendresse du génie éternel des clochards célestes de l’Idaho.

La critique de Mr K : Attention chef d’œuvre ! Ce petit ouvrage de 170 pages et un vrai petit bijou : brut de décoffrage et à la fois poétique. La quatrième de couverture de Prière pour ceux qui ne sont rien m’avait pourtant prévenu, avec Jerry Wilson, on se retrouve au carrefour de Steinbeck et Bukowski, deux auteurs que j’affectionne beaucoup. Force est de constater que les références ne sont pas mensongères et qu’il est impossible de relâcher ce livre avant de l’avoir terminé, happé que nous sommes par ces récits hauts en couleur qui provoquent des émotions multiples et contradictoires.

L’auteur nous invite a suivre quelques tranches de vie partagées par son double Swiveller, garde municipal de parcs publics dans l’Idaho, à Boise plus exactement. Jour après jour, il est chargé de nettoyer les lieux des déjections et détritus les plus divers, allant de canettes de bières vides aux étrons les plus ragoûtants, en passant par des mégots et l'exécution de menues réparations nécessaires à l’entretien des structures dispatchées dans le parc (toilettes, espaces barbecue, jeux pour enfants...). Il est amené à côtoyer la lie de l’humanité, toute une horde de laissés pour compte-SDF qui survivent bon gré mal gré dans ces espaces verts. Des liens se créent et l’employé municipal ne se contente pas d’exercer ses fonctions, il écoute, apprécie et aide ces homeless qui ne le laisse pas indifférent, lui que la vie n’a pas épargné non plus.

Ce livre est d‘abord une plongée sans fards dans l’envers du décor du rêve américain. Derrière le modèle de réussite et l’idée que chaque homme peut se faire lui-même et accéder à la réussite, se cache une pauvreté parfois extrême, l’exclusion de tout un pan de la population qui ne rentre plus (ou n’est jamais rentré) dans les bonnes cases. À la manière d’un Steinbeck, ce livre est un témoignage, un cri d’engagement pour dénoncer les inégalités criantes du système US qui peut générer des cercles vicieux implacables où chacun peut glisser lors d’un moment de faiblesse. Perte d’emploi, divorce et ses complications, alcoolisme peuvent entraîner une lente et irrémédiable descente en enfer avec pour terminus le parc public de Boise en ce qui nous concerne aujourd’hui.

Et nous en croisons des destins et des vies brisées dans ce court ouvrage qui condense à merveille pour mieux exposer les difficultés rencontrées par une marge non négligeable d’américains. Ces damnés de la terre sont frustres, parfois repoussants, forts en gueule, désespérés mais ils vivent comme ils peuvent avec l’énergie du désespoir. C’est l’aspect Bukowski de ce livre qui nous donne à voir sans tabou et avec une langue bien rêche parfois les délires d’alcooliques, les engueulades débridées, les éléments de la survie du quotidien avec son lot d’embrouilles et de système D, les détails scabreux de la vie intimes de ces clochards asservis par la vie. On passe vraiment par une palette large d’émotions allant du rire au drame le plus atroce car ici rien n’est exagéré ou artificiel, on respire le parfum de la vie, sa puanteur, son angoisse sourde et sa difficulté. On relativise pas mal sur sa propre condition face à tant de malheurs.

Le héros n’est ni plus ni moins qu’une projection de l’auteur qui a eu une vie bien remplie avec notamment un nombre incalculable d’activités menées dont concierge, ouvrier dans une usine de traitement des eaux usées, routier, ouvrier en bâtiment jusqu’au poste de garde forestier pour les parcs municipaux de Boise, où il a rencontré les futurs protagonistes de son roman. Ce parcours atypique explique le réalisme crû et bouleversant de cette Prière pour ceux qui ne sont rien, une ode à la liberté mais aussi une charge sans concession contre l’Amérique pronée par Trump, entre révolte et ton pathétique.

D’une lecture aisée, très agréablement découpé en chapitres courts se concentrant sur des tranches de vie brutes, ce roman fait passer un moment déroutant et enrichissant au sein de cette faune interlope, miroir négatif de cette Amérique qui s’est rêvée grande à nouveau mais se ridiculise et s’affaiblit dans le monde depuis plus d’un an. Un ouvrage essentiel dans son genre, rude et poétique, une expérience assez bluffante que je vous invite à découvrir au plus vite !

http://cafardsathome.canalblog.com/archives/2018/01/14/36047267.html

Posté par Mr K à 18:14 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 12 janvier 2018

"Comme le cristal" de Cypora Petitjean-Cerf

comme le cristal

L’histoire : Lisette et Ada sont deux cousines. Lisette aime lire et Ada a tout le temps mal quelque part. Lisette rédige des notices fleuries, pimpantes, pour des brochures commerciales, Ada travaille pour une grande surface et est amoureuse du pharmacien. Elles s’entendent comme chien et chat, comme le chaud et le froid ; et entre elles, il y a Franz.

En août 1988, alors qu’ils écoutaient Powerslave d'Iron Maiden, Franz a embrassé sa cousine Ada sur la bouche. Si elle ne s’en souvient plus, lui ne l’a jamais oublié et l’aime encore de cet unique baiser partagé.

Et puis il y a le canapé de leur enfance. Un matin il est posé devant chez Franz, quinze ans après sa disparition dans un camion-benne. Après quelques jours il disparaît à nouveau. Avant de réapparaître. Et encore.

La critique de Mr K : Comme le cristal est le premier ouvrage que je lis de Cyphora Petitjean-Cerf qui a le vent en poupe et a reçu pas mal de critiques élogieuses de divers horizons. Parfois comparée à Anna Gavalda que j’aime beaucoup, je me laissais tenter par cette sortie littéraire du Serpent à plumes, une maison d’édition qui ne m’a jamais déçu. Malgré un démarrage difficile, ce fut encore une fois une belle lecture avec son lot d’émotions variées et un plaisir de lecture optimum.

Je vous parlais d’un début de lecture compliqué car les personnages sont d’un premier abord assez détestables, pénibles et irritants dans leur genre. On a tout d’abord du mal à s’accrocher à eux, à les apprécier et vouloir poursuivre un petit bout de chemin avec eux. Handicapés des sentiments, ressentant une solitude profonde, ils semblent passer à côté de leur vie amoureuse pour diverses raisons. Franz est un ours mal léché qui vit reclus dans sa tanière tout à sa passion d’apiculteur et de métalleux (un intégriste fan d’Iron Maiden). Ada, sa cousine, est une hypocondriaque obsessionnelle dernier degré qui travaille comme responsable du rayon lingerie de l’hypermarché du coin et voue une fascination sans borne à son pharmacien attitré. Enfin, Lisette est une crème, la bonté incarnée d’une niaiserie sans borne, toujours prête à aider les autres sans jamais vraiment s’occuper d’elle. D’autres personnages gravitent autour du trio : une boulangère à bout de souffle qui ne supporte plus son jeune fils (des passages bien thrash et fun), une jardinière haute en couleur, un pharmacien et un chef d’agence immobilière qui semblent inaccessibles aux deux cousines.

Peu à peu, la mayonnaise prend et l’on va comprendre les rapports parfois étranges qui les unissent et l’évolution radicale prise par certains personnages. Il est question de frustration par exemple, d’un souvenir vivace qu’on ne peut effacer et qui refait sortir des émotions perdues depuis longtemps et des questions commençant par la si pratique formule Et si, j’avais... Le poids de l’éducation, des habitudes de famille qui construisent l’individu, le façonnent et peuvent parfois le faire dévier vers des comportements outranciers (Ada en est un très bel exemple). C’est aussi avec Lisette un beau focus sur la peur de l’autre, de ce qu’il pense, l’angoisse de mal faire avec un stress qui peut nous tétaniser lorsque l’on se met trop la pression. Nos personnages principaux ont tous du mal à gérer leur vie à leur manière, ils ont des soucis en terme de sociabilisation et d’estime de soi. Ce qui au départ peut s’avérer troublant voir irritant en devient touchant quand on apprend à mieux les connaître. Un beau tour de force que ce roman à ce niveau là qui fait la part belle à la réflexion sur soi, l’introspection mais aussi aux blocages qui nous empêchent par moment d’avancer.

Comme élément déclencheur, un apport fantastique étonnant avec un canapé qui apparaît et disparaît. Il a fait partie de la vie des cousins pendant leur jeunesse et son retour impromptu (Comment ? Pourquoi ?) va réveiller des choses, remuer le passé et peu à peu agir sur la vie si millimétrée des personnages engoncés dans leurs certitudes et leurs habitudes de vie. D’abord fugace l’effet va prendre de l’ampleur et emporter très loin Franz, Ada et Lisette ainsi que le lecteur totalement pris par cette histoire en apparence simpliste mais qui s’avère profonde et émouvante à souhait. Délire hallucinatoire ? Farce ? Coup monté ? Quoiqu’il en soit, ce canapé a un rôle de catalyseur et va permettre aux principaux personnages de progresser et de tendre vers un avenir meilleur.

D’une lecture aisée, très rapide, la langue épurée de prime abord gagne en densité comme les multiples couches d’un mille-feuilles que l’on se prend à déguster lentement. Le ton est juste, plein d’humanité dans sa complexité. Les rapports humains sont ici purs et simples dans leur grande variété et nous renvoient bien souvent à des situations que l’on a pu connaître. Tristesse, humour, cynisme se mêlent pour donner une lecture unique et assez bluffante dans son genre. L’année 2018 commence décidément très bien !

Posté par Mr K à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 6 janvier 2018

"Ariane" de Myriam Leroy

ph_couv_159

L’histoire :  Quand j’ai eu douze ans, mes parents m’ont inscrite dans une école de riches. J’y suis restée deux années. C’est là que j’ai rencontré Ariane. Il ne me reste rien d’elle, ou presque. Trois lettres froissées, aucune image. Aucun résultat ne s’affiche lorsqu’on tape son nom sur Google. Ariane a vécu vingt ans et elle n’apparaît nulle part. Quand j’ai voulu en parler, l’autre jour, rien ne m’est venu. J’avais souhaité sa mort et je l’avais accueillie avec soulagement. Elle ne m’avait pas bouleversée, pas torturée, elle ne revient pas me hanter. C’est fini. C’est tout.

Elles sont collégiennes et s’aiment d’amour dur. L’une vient d’un milieu modeste et collectionne les complexes. L’autre est d’une beauté vénéneuse et mène une existence légère entre sa piscine et son terrain de tennis. L’autre, c’est Ariane, jeune fille incandescente avec qui la narratrice noue une relation furieuse, exclusive, nourrie par les sévices qu’elles infligent aux autres. Mais leur histoire est toxique et porte en elle un poison à effet lent, mais sûr.

La critique de Mr K : Voyage en terres littéraires belges aujourd’hui avec ce roman tout juste sorti en librairie et qui frappe un grand coup. Ariane de Myriam Leroy est le genre d’ouvrage dont on ne sort pas indemne, court mais fulgurant, c’est un voyage profond et sans fard au centre d’une amitié adolescente qui va finir par déraper et laisser des traces indélébiles. Suivez le guide !

La jeune narratrice débute son histoire par son entrée dans un nouveau collège, elle rentre dans le cercle des "huppés" avec cette institution privée plus stricte qui doit lui ouvrir les portes de la réussite. Elle va y rencontrer Ariane, une jeune fille d’origine indienne au charisme magnétique qui va très vite devenir sa meilleure amie. En pleine adolescence toutes les deux, c’est le temps des changements et notamment de la poussée d’intérêt pour le sexe opposé. Très différentes l’une de l’autre, la fusion opère tout d’abord parfaitement, ne pouvant plus se passer l’une de l’autre c’est le début d’une belle histoire, d’expérimentations diverses et la découverte de l’amitié avec un grand A. Malheureusement, toute passion est destructrice et lorsque le charme n’opérera plus, ce sera le début d’une lente et longue descente en enfer.

L’immersion est quasiment immédiate avec cette narratrice qui revient sur ses jeunes années et qui semble diminuée. On fait tout d’abord connaissance avec elle, jeune fille d’extraction modeste, aux parents ascètes et rigoristes, qui a appris à se contenter de peu. En mal de reconnaissance car possédant une piètre estime d'elle-même, elle va suite à sa rencontre avec Ariane essayer de se calquer sur elle, d’imiter ce modèle d’assurance et de charme. Ariane en effet est son alter ego-négatif, très enjouée, jouant volontiers de son charisme, sûre d’elle. Elle vit dans un environnement complètement différent dans une belle maison et avec une famille vraiment branque, très permissive et même carrément malsaine par moment. Très vite, on se rend compte que la nouvelle amie de l’héroïne est dérangée, décalée et va l’entraîner très loin. Ces deux caractères différents se renvoient constamment la balle durant tout l’ouvrage et donnent une consistance savoureuse (bien que souvent thrash) à cet épisode de vie éprouvant.

C’est peu de dire qu’elles font les 400 coups, Ariane entraînant son amie dans des coups foireux et avilissants. La spirale infernale est en place et l’on sent bien que tout cela va finir en drame. Les repères se floutent, les adultes semblent bien loin de comprendre ce qui se passe vraiment et les deux adolescentes décrochent de la réalité pour vivre dans leur monde, avec leurs propres règles même si à l’occasion l’héroïne peut montrer quelques réticences. La confusion des sentiments est très bien rendues, un mélange unique d’attraction / répulsion relaté avec finesse mais sans chichi, les affres de l’adolescence révélant les doutes et les zones d’ombre propres à cet âge transitoire. Eros et Thanatos sont conviés dans ces pages avec un talent certain pour la narration et la mise en suspens de situations qui de prime abord pourraient paraître caricaturales mais qui par leur développement donnent à voir des destins cruels mais tellement humains...

La lecture bien qu’aisée procure une drôle de sensation. On se plaît à suivre les parcours brisés de ces deux jeunes filles mais un malaise s’installe peu à peu, de plus en plus sourd et très dérangeant. Certaines pages sont ainsi très dures par ce qu’elles impliquent et quand les rapports de force s’inversent tout semble s’écrouler autour de l’héroïne mais aussi du lecteur. C’est assez bluffant et désarçonnant dans son genre. Très bien écrit (quoique parfois un peu trop relevé en niveau de langage pour être crédible à 100%), c’est sur les genoux qu’on finit cette lecture à la fois cruelle et lumineuse par ce qu’elle donne à voir sur nos jeunes et leurs pulsions. Une lecture à recommander fortement pour tous les lecteurs avides d’histoires brutes de décoffrage ayant trait à l’adolescence.

Posté par Mr K à 19:04 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 4 janvier 2018

"Taqawan" d'Éric Plamondon

taqawan

L'histoire :  Ici, on a tous du sang indien et quand ce n'est pas dans les veines, c'est sur les mains.

Cette histoire commence en Gaspésie, le 11 juin 1981. Cette histoire commence il y a des millénaires, avant les Vikings, avant les Basques, avant Cartier. Cette histoire commence avec les Mi’gmaq. Pour eux, c’est la fin des terres, Gespeg. Pour d’autres, c’est le début d’un nouveau monde.

Alors que trois cents policiers de la Sûreté du Québec débarquent sur la réserve de Restigouche pour saisir les filets des pêcheurs mi’gmaq, un agent de la faune change de camp, une adolescente affronte ceux qui ont humilié son père, un vieil ermite sort du bois, une jeune enseignante s’apprête à retourner dans son pays – pendant que le saumon devenu taqawan, au retour de son long périple en mer, remonte la rivière jusqu’au lieu de sa naissance.

La critique Mr K : L'année 2018 commence très bien avec ce petit choc littéraire salutaire et maîtrisé de bout en bout. Véritable coup de cœur lors de sa lecture, ce roman mâtiné de faits réels m'a séduit, interloqué et choqué. Rendez-vous est pris entre l'Histoire et les destins offerts par l'auteur à un lecteur très vite addict et totalement sous l'emprise d'une lecture qui fera date. Je vous livre ci-après ma rencontre avec un auteur doué et une terre lointaine, théâtre de l'injustice et de la dureté de l'existence humaine.

Cet ouvrage est un roman choral, comprendre que les points de vue et la forme divergent d'un chapitre à l'autre. Tour à tour, nous suivons la partie romanesque pure et dure à travers les principaux protagonistes : une jeune fille blessée dans sa chair qui doit faire face à l'humiliation faite à son géniteur et à tout son peuple, un agent de l'État qui a démissionné qui doit affronter l'incurie des blancs qui considèrent bien trop souvent les amérindiens locaux comme des sous-hommes, un vieil indien rentré en ermitage suite à un drame familial indicible, une jeune enseignante d'origine française sur le départ pour rentrer en France et qui va malgré elle mettre le doigt dans un engrenage terrifiant. Cet aspect fictionnel fonctionne à plein avec les figures tutélaires du genre où l'on côtoie l'esprit de résistance, la morale humaniste qui se heurte aux intérêts de quelques uns et les manipulations politiques, les traditions qui s'effacent au profit de la civilisation consumériste et financière, mais aussi la négation de l'autre parce qu'il est différent avec son lot de crimes crapuleux, de répression policière et d'accointances gerbantes.

Un aspect sociologique certain accompagne les personnages à travers souvent de courts chapitres apportant des points historiques très révélateurs notamment la découverte, l'exploration et l'exploitation des territoires quasiment vierges du Canada, plus précisément ici de la province québécoise. On trouve aussi des passages sur la culture mig'maq, son rapport à la nature, son mode de vie en voie d'extinction avec leur casernement dans des réserves étroites et loin de leurs us et coutumes (42km² seulement leur sont réservés par exemple) et l'interdiction de pratiques ancestrales (la pêche au filet du saumon, fleuron de leur culture que les autorités accusent de risque majeur pour la perpétuation de l'espèce alors qu'ils laissent pratiquer la pêche intensive de grandes firmes dont la préservation de l'espèce constitue la dernière des préoccupations). Par moment aussi, l'auteur relate des faits réels qui se sont déroulés avec leur cortège d'injustices et de répression face à un peuple fier de sa culture et qui ne souhaite pas l'abandonner. Comme cadre, le Québec avec ses paysages immaculés, son climat rigoureux et le cycle de la vie qui continue malgré tout avec de très belles pages sur les salmonidés qui à travers le rite de retour à leur lieu de naissance pour se reproduire constituent une magnifique parabole sur l'existence humaine.

Lu en un après-midi tant le livre m'a happé, l'on côtoie nombre de sensations et d'expériences émotives. L'amour brut et sans arrière pensée, le respect de la nature et l'individu autre alterne avec la haine féroce, la méfiance voir la non-reconnaissance d'autrui au non de la sacro-sainte culture émergente de l'individualisme forcené et l'exploitation sans limite de la nature et des hommes. Profondément triste, ce livre relate un constat épouvantable et pourtant connu : la disparition des plus faibles, des minorités qui essaient de survivre et de résister par le partage, l'échange et les rencontres. Le cycle de la vie renaît sans cesse mais peu à peu c'est toute une histoire qui s'efface peu à peu, laissant un goût amer dans la bouche du lecteur révolté par les faits racontés. Yeux humides, révolte intérieure et volonté d'agir pour conserver les valeurs essentielles envahissent le lecteur qui ressort tout chamboulé de cette lecture dense, prégnante et totalement sans issue.

Une lecture éprouvante certes mais aussi magnifiée par un style épuré, accessible et varié. On passe d'un chapitre à l'autre sans savoir vraiment où l'auteur veut nous mener. Le récit cédant la place aux éléments anthropologiques et sociologiques donne à lire un texte vraiment puissant, remarquablement construit et agitateur d'idées et de concepts. C'est pour ce genre d'expérience que je lis énormément et cet ouvrage a d'ors et déjà une place à part dans mon cœur de lecteur et d'humain. Un grand coup de cœur que je vous invite à découvrir au plus vite pour son caractère essentiel et universel. Vous ne pourrez pas dire que je ne vous ai pas prévenu !

Posté par Mr K à 17:58 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 13 décembre 2017

"Une Saleté" de Frédérique Clémençon

livre_galerie_2707316261

L’histoire : Dans l'isolement d'une vieille maison perdue dans les collines, deux femmes, une mère et sa fille, règlent leurs comptes, convoquent leurs fantômes, s’épanchent une fois encore. Elles ne se parlent plus depuis longtemps. Leurs voix ne feront donc que se croiser. Une troisième voix se mêle à la leur, qui ordonne avec ironie leurs récits fragmentés. Mais elle s’éteint bientôt, parasitée par d’autres voix, celles des disparus - le père et l’époux, le grand-père et le beau-père.

La critique de Mr K : Il fallait bien que ça arrive en 2017, Une Saleté de Frédérique Clémençon ne m’a pas, mais alors pas du tout, convaincu. Malgré un thème intéressant et un choix de point de vue narratif original, je n’ai pas accroché et baillé plus d’une fois d’ennui. À suivre, les raisons du pourquoi...

Sur le papier, le pitch est très attirant. On rentre dans l’intimité d’une famille à travers les monologues intérieurs de deux femmes. Elles se répondent sans le savoir et se mêlent à leurs voix les souvenirs des disparus et par là même des flashback sur des moments forts de cette famille lambda (mariage, anniversaire, décès). Au fil de la lecture, on ressent les tensions accumulées qui s’exacerbent et montrent le vrai visage de cette cellule familiale plus que fragile. C’est par bonds successifs que le lecteur va explorer les passions humaines et essayer d’appréhender au mieux ce groupe humain si proche et si lointain à la fois : la famille.

Dès les premières pages, je me suis dit que ça allait être dur : une seule phrase sur les dix premières pages. Clairement le style est alambiqué et complexe à saisir. Ce n’est pas pour autant que je relâche le volume car j’ai déjà lu des auteurs au style étrange et obscur (deuxième période de la carrière de Maurice G. Dantec par exemple) et je suis assez perfectionniste dans mon genre, quand je débute une œuvre, je veux lui laisser toutes ses chances et pouvoir juger au final l’œuvre dans son intégralité. Je maintenais donc le cap et poursuivais ma lecture.

Au delà du style qui ne s’arrange pas en terme de forme, je n’ai pas réussi à accrocher aux personnages qui ne m’ont ni inspiré d’attirance ou de répulsion. Je n’ai curieusement ressenti aucune réelle émotion durant ma lecture si ce n’est quelques frémissements à l’occasion de scènes abominables entre la belle-mère et sa belle-fille. Rien de transcendant vraiment et un ennui qui s’installe durablement. Le changement anonyme de narrateur en cours de route n’aide pas vraiment, pas de réels indices de changement de point de vue et l’on s'y perd. On pourrait se dire alors que ce n’est pas grave, se concentrer sur l’ambiance, les sensations, les émotions dégagées. Mais rien ne s’est passé non plus à ce niveau là pour moi, encéphalogramme plat pour un livre de 187 pages, heureusement écrit gros et qui ne m’a pas trop pris de temps.

Difficile d’en dire plus sur ce livre qui ne m’a vraiment pas plu, pas inspiré ni engagé dans un quelconque processus de réflexion ou d'introspection. Étrange sensation vraiment pour moi qui ai l’habitude de choisir avec soin et réussite mes ouvrages lors de mes chinages. Pour le coup, c’est un beau flop...

Posté par Mr K à 19:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 4 décembre 2017

"J'irai pas en enfer" de Jean-Louis Fournier

51XA0JPPQRL

L’histoire : Il a mis la Sainte Vierge dans les wc de l'institution Saint-Joseph. 
Il regarde les dames toutes nues dans les livres.
Et, surtout, il a fait à Dieu une promesse qu'il va certainement ne pas tenir.
Le petit Jean-Louis a toutes les bonnes raisons pour aller cuire dans les marmites de l'enfer.
Pourtant, quelquefois, il va au ciel.
Quand Alfred Cortot lui joue Chopin, quand Luis Mariano lui chante La Belle de Cadix...
Après ses démêlés avec un père alcoolique (Il a jamais tué personne, mon papa), ses démêlés avec le Père éternel.

La critique de Mr K : C’est avec un plaisir non dissimulé que j’entamai ma lecture de J’irai pas en enfer de Jean-Louis Fournier, un petit livre qui se dévore très rapidement, à la manière d’un paquet de bonbons devant lequel on ne peut résister. C’est un auteur que j’adore et qui a souvent écrit sur lui-même. Il revient dans ce volume sur ses années collèges et sa propension à l’époque à s’attirer les foudres de tout le monde, y compris le Père Éternel.

L’élève Jean-Louis n’est pas de tout repos : provocateur, agitateur, volontiers fainéant, il est aussi très rêveur, curieux, cultivé et n’arrive pas vraiment à trouver ses marques dans le monde. Élève dans une institution catholique, les adultes ne sont pas tendres avec lui et son caractère de tête de pioche donne lieu à de sacrées anecdotes et des échanges vifs et savoureux. Son père alcoolique n’étant d’aucun soutien (voir chronique enthousiaste sur Il a jamais tué personne, mon papa) et la maman n’étant pas toujours disponible avec le foyer à gérer, il doit bien souvent se débrouiller seul à l’ombre d’un grand frère doué pour les maths et au caractère plus apaisé. Dur dur de faire son chemin, se construire et s’épanouir dans ces circonstances.

Écrit comme les souvenirs d’un môme, s’exprimant avec ses mots et ses expressions et ses erreurs du coup, ce livre suit surtout les questionnements du jeune Jean-Louis sur Dieu, la Mort, la notion de divinité, la vie après la mort et l’accession au Paradis. Bien que croyant, il y a des fêlures dans sa foi et nombre de faits bibliques se heurtent au pragmatisme et au matérialisme du jeune. Bien que d’aspect simple, cette confrontation est ici porteuse de sens et à travers les démêlés du narrateur, un questionnement plus profond s’empare du lecteur. C’est malin, étonnant parfois cruel mais c’est la vie vue à travers les yeux d’un gamin un peu paumé. Personnellement, j’ai totalement adhéré.

Ce livre donne à voir aussi la société française de l’époque qui a clairement disparue depuis. Les scènes dans l’école catholique sont assez criantes et vieillottes dans le domaine avec des frères et des abbés d’une rigueur de fer menant études et cours tambour battant, tant pis pour ceux qui ne suivent pas ou ressentent d’éventuelles difficultés de compréhension. La part de la religion est bien plus importante en effet et les relations entre personnes ont aussi beaucoup évolué depuis. Ainsi, la vie de famille est beaucoup plus cadrée, la distance est assez importante entre les enfants et leurs géniteurs, et il y a la figure du père inatteignable car malade (un chapitre fait d’ailleurs très bien le lien avec l’ouvrage que l’auteur a écrit sur son père).

Les thématiques sont nombreuses, parfois difficiles mais le style léger, drôle, décalé et enfantin est d‘une profondeur confondante. À travers ce regard porté, on apprend énormément de chose sur une époque désormais révolue et sur le destin de l’auteur. Tout ceci en rigolant beaucoup et en souriant bien souvent aux maladresses du gamin. Un petit bonheur de lecture que je vous invite à découvrir au plus vite.

Posté par Mr K à 17:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 1 décembre 2017

"Dans la guerre" d'Alice Ferney

danslaguerrealiceferneyL’histoire : 1914. La guerre éclate et personne n’y croit. Personne ne croit à sa durée, à la douleur et à la violence, et personne n’imagine combien d’hommes vont périr, combien reviendront quatre ans plus tard avec un ineffable effroi dans les yeux. La jeune Félicité n’y croyait pas non plus, à la guerre, et maintenant que Jules, son mari, est parti, elle ne croit pas qu’il pourrait ne pas revenir. Elle l’attend donc, élevant leur tout jeune enfant et accomplissant son travail de paysanne, alors même qu’elle est en butte à la sourde hostilité d’une belle-mère jalouse. Félicité et Jules ne sont pas les seuls protagonistes du drame qu’Alice Ferney a mis en scène dans son roman, il y a aussi Prince, leur chien. Ce Colley, incapable de comprendre et de supporter l’absence de son maître, traverse la France entière pour le rejoindre. Arrivé au front, il apprend avec Jules l’art de tuer et la manière de transmettre des messages quand les soldats ne peuvent passer sous le feu. Incarnation même de la fidélité, Prince comprend alors comment l’homme qui souffre laisse en lui renaître la bête.

La critique de Mr K : Quelle claque mes amis, quelle claque ! Déjà que Grâce et dénuement m’avait cueilli à sa manière mais cette nouvelle lecture d’Alice Ferney m’a définitivement convaincu de l’immense talent de cette auteure à lire absolument. Dans la guerre est à la fois un magnifique hommage aux victimes de la barbarie, un hymne à l’humanité et une très belle chronique familiale.

L’ouvrage commence avec l’ordre de mobilisation placardé sur la place du village. La sanction est tombée : Jules va partir au front laissant derrière lui sa ravissante femme, son enfançon, sa ferme et son colley. Les adieux faits, le voila parti pour un voyage au bout de la nuit, il éprouvera la guerre sous toutes ses formes : en mouvement puis dans les tranchées. Pendant ce temps là, par intermittence, le lecteur retourne à la ferme où se joue une autre partie d’échec entre Félicité (la femme de Jules) et sa belle-mère Julia, assez épouvantable dans son genre. Quant à Prince, le colley de Jules, il va partir sur les routes pour retrouver son maître adoré qu’il secondera dans ces temps difficiles. Angoisses, douleurs, espérances mais aussi courts moments de joie émaillent un récit puissant au souffle intimiste qui éteindrait toute velléité de conflit si l’on se donnait la peine de le lire.

On s’attache immédiatement au couple Jules / Félicité, gens simples de la campagne qui ne sont pas dupes des risques encourus. Liés par un amour fou, ils ne cesseront de penser l’un à l’autre, de poursuivre leur existence chacun de leur côté en espérant un jour se revoir. Rien ne nous est caché de leurs états d’âmes respectifs et cet amour là est d‘une rare force, il transcende le lecteur et c’est souvent l’œil humide qu’on passe au chapitre suivant. C’est beau, c’est pur et tellement solaire comparé à l’horrible réalité de la guerre omniprésente le reste du temps.

Ce sont des regards croisés sur la Première Guerre mondiale qui nous sont ici offerts. Alice Ferney explore l’âme humaine tant au front qu’à l’arrière, des combattants embourbés enterrés jusqu’aux foyers délaissés où triment les femmes. Cela donne lieu à de très belles pages sur la vie au front avec le quotidien si difficile des poilus, l’installation d’un certain fatalisme qui s’inscrit dans les esprits et au final des hommes face à eux-mêmes, à leurs démons. Les descriptions sont fascinantes de réalisme et l’on sent bien que l’auteure a un sens aigu de l’Histoire qu’elle retranscrit à merveille et sans fausses notes. Clairement, moi qui suis un amateur de cette période historique en littérature, cet ouvrage n’a pas à rougir de classiques comme Les Croix de bois de Dorgelès, un de mes romans cultes sur le sujet. Ferney n’a pas son pareil pour donner corps et âme à ses personnages et les inscrire dans la réalité d’une guerre effroyable. Le récit est riche en références, éléments politiques et guerriers qui essaiment le roman sans pour autant l’alourdir. La petite histoire accompagne à merveille la grande.

Voyage sublime et atroce à la fois, c’est haletant et inquiet que l’on suit la vie des différents personnages : la vie de cantonnement au front de Jules avec ses camarades d’infortune dont Joseph et Brêle qui ressortent du lot, Jean Bourgeois un supérieur hiérarchique proche de ses hommes ou encore le colley Prince qui finit par les rejoindre et va servir d’estafette un temps. Camaraderie, solidarité mais aussi injustice et début de rébellion font monter la pression. On s’en doute la fin du roman est un déchirement et une telle histoire ne peut se terminer heureusement. Les atermoiements, hésitations et craintes de celle qui est restée au pays ne sont pas moindre, même si la mort ne guette pas Félicité à chaque minute, elle doit s’occuper du domaine et notamment supporter sa jalouse de belle-mère qui ne lui a jamais pardonné de lui avoir enlevé son fils. Psychodrames, tensions et clashs sont au menu avec en filigrane le grand absent que l’on attend et que l’on espère. Là encore, Ferney peint un tableau pudique et libérateur à la fois, comme si elle réussissait à travers cette famille à dépeindre une époque entière et toute une série de sentiments contradictoires nourris par l’expérience douloureuse que les personnages doivent traverser.

Autre élément présent dans le texte : les animaux. On sent que l’auteure nourrit un amour certain pour ses victimes collatérales du conflit. Au delà de la figure de Prince, modèle de loyauté et de fidélité, on retrouve à plusieurs moments des allusions aux massacres perpétrés par les différentes armées, l’auteure laissant libre court à l’expression d’incompréhension des bêtes face à la furie des hommes. Aussi original qu’efficace, ce procédé donne à voir un point vue supplémentaire sur les actes commis, certes ce n’est pas le plus fouillé dans ce texte mais il a le mérite d’être là et de proposer autre chose, une autre vision. La conclusion reste la même, la boucherie de 14-18 broie tous les êtres, les tuant ou les laissant amorphes sur le bord du chemin. Choc brutal, abrutissement et au final le broyage de l’âme est au rendez-vous.

Ce fut un bonheur de tous les instants que cette lecture. Malgré un thème difficile, des scènes chocs et une trame très pessimiste. On se plaît à parcourir ces mots, lignes, phrases et paragraphes à l’écriture aussi subtile que belle. L’art d’écrire est noble entre tous ici et c’est une très belle évocation de la Première Guerre mondiale que nous propose Alice Ferney. Sur cette thématique et dans l’amour des belles lettres, on ne fait guère mieux. Courez-y !

lundi 20 novembre 2017

"Le Jour où mon pénis est tombé" de David Duranteau

51ZcCIRERVL

L’histoire : Je m’appelle Fabrice Carmen, j’ai 43 ans, je suis le présentateur vedette de la matinale d’une grande radio française.

J’ai du fric, je suis connu, les meufs m’adorent, je suis le mec que tout le monde rêve d’être... Sauf que récemment les petits désagréments s’accumulent... Mon pénis, par exemple... Il est tombé, un matin, sous la douche... Ça fait un choc de le voir à côté de la savonnette... Et cette nouvelle animatrice à la radio qui ne porte jamais de culotte, c’est la fille d’un cinéaste connu, je crois qu’elle essaie de me piquer ma place... Et comme une apothéose, à l’instant où je vous parle, une femme est allongée sur mon canapé hors de prix, une coupe de champagne plantée dans la gorge... Je m’allumerais bien une clope, moi...

La critique de Mr K : Lecture étonnante dans son genre aujourd’hui avec Le Jour où mon pénis est tombé de David Duranteau qui a directement contacté le blog pour savoir si nous étions intéressés par la lecture de son livre que l’on trouve à l’achat sur certaines plate-formes internet. Le message débridé de contact et le résumé du bouquin m’ont de suite convaincu et c’est sur la liseuse de Madame que j’entreprenais cette lecture.

Appelons un chat un chat, Fabrice Carmen est un con. Impossible de pouvoir trouver quoique ce soit de positif ou d'engageant chez cet animateur imbu de lui-même, d’une suffisance rare et phallocrate assumé. Monsieur vit dans son monde, sans réelle attache et se comporte de façon abjecte avec les gens, notamment les femmes. Tout bascule le jour où il perd malencontreusement son membre viril dans la douche. Les événements vont s’enchaîner avec pour commencer la rencontre avec une chirurgienne au charme certain (très gênant pour un mec sans attache comme Carmen), le meurtre d’une concurrente dans son propre logement et les emmerdeurs qui semblent s’accumuler dans ses relations. La vie bien étriquée et gérée du héros devient un véritable enfer pour le grand plaisir sadique des lecteurs.

Ne perdant pas de temps avec les préliminaires (ce qui convient très bien à un personnage comme Fabrice), David Duranteau rentre de plein pied dans son sujet. Placé dans la tête de l’animateur radio, on se rend très vite compte à qui on a affaire. Détestable, le personnage est d’un cynisme de tous les instants et démolit tout ce qui passe : les personnes, le moindre concept, la vie, la mort... bref, rien n’échappe à sa hargne et à sa détestation. Véritable filtre de notre société actuelle, Fabrice n’aime rien ni personne si ce n’est sa petite personne (on n’est pas loin d’American Psycho par moment, la drolitude en plus !). On se fend évidemment bien la poire devant tant de verbiage et de critiques assumées ou non (puisqu'oon pénètre dans son esprit par moment).

Pour autant, l’auteur multiplie les angles et la temporalité du récit. Très vite, on passe de personnages en personnages en faisant à l’occasion de légers flashback, le temps est alors distendu pour ajouter quelques éléments de plus à l’intrigue. C’est très malin et assez original, une fois le pas pris, on s’amuse beaucoup surtout que le moindre personnage n’hésite pas à dévider ses états d’âmes. Dans le genre, on est gâté entre des flics bien barrés qui à l’occasion dansent la valse dans le hall du commissariat, une collègue de la radio qui n’a pas froid aux yeux (ni aux fesses d’ailleurs), un chauffeur de taxi amoureux fou de sa femme et légèrement mono-maniaque (mais alors très légèrement...), une voisine de palier gothique timbrée sur les bords et une foule de personnages plus décalés les uns que les autres. C’est une des grandes forces de l’ouvrage qui propose des personnages et des situations vraiment ubuesques, le tout agrémenté à l’occasion d’un no-sense à l’anglaise qui fait mouche.

On rigole donc énormément mais pas seulement. Derrière la gaudriole, les vannes et les critiques acerbes, c’est un beau panorama de notre société que brosse l’auteur avec des passages bien corsés sur le monde de l’entertainment et du spectacle, le consumérisme, l’individualisation des esprits. Sans morale (bien au contraire d’ailleurs), tous les aspects de nos vies sont décortiqués et livrés en pâture à un personnage repoussoir qui livre quelques vérités, assénées sans ambage ni gants. Sans tomber dans la surenchère (c’est le risque avec ce genre d’ouvrage), tout est digeste et se glisse au bout d’un moment parfaitement dans un trame policière plus classique qui permet de prolonger le plaisir.

logo-epubQuant à l’écriture, elle sort des sentiers battus aussi. Je pense qu’elle peut plaire autant que l’inverse, personnellement j’ai apprécié ce ton libre et familier. Sorti en auto-édition, cet ouvrage n’est pas parfait en terme de forme pure (pas mal de coquilles à déplorer dans la première moitié du livre) mais le rythme, les situations barrées et le contenu valent le détour. Si vous aimez être surpris, vous faire peur si vous êtes un homme (ben ouais le titre fait mal quand même !) et surtout rigoler tout en vous moquant du monde actuel, foncez. C’est frais et efficace.

Posté par Mr K à 18:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 16 novembre 2017

"Hillbilly Elégie" de J. D. Vance

Hillbilly-elegieL'histoire : Dans ce récit à la fois personnel et politique, J.D. Vance raconte son enfance chaotique dans les Appalaches, cette immense région des États-Unis qui a vu l’industrie du charbon et de la métallurgie péricliter. Il décrit avec humanité et bienveillance la rude vie de ces "petits Blancs" du Midwest que l’on dit xénophobes et qui ont voté pour Donald Trump.
Roman autobiographique, roman d’un transfuge, Hillbilly Elégie nous fait entendre la voix d’une classe désillusionnée et pose des questions essentielles. Comment peut-on ne pas manger à sa faim dans le pays le plus riche du monde ? Comment l’Amérique démocrate, ouvrière et digne est-elle devenue républicaine, pauvre et pleine de rancune ?

La critique Nelfesque : C'est un ouvrage singulier que je vous propose de découvrir aujourd'hui. "Hillbilly Elégie" n'est pas un roman à proprement parler et pourtant tout ce qui est relaté ici serait une belle base pour construire une trame de roman noir. Ce n'est pas non plus un document puisque l'auteur ne nous assomme pas de données précises et détaillées. C'est un témoignage, à hauteur d'homme, celui de J. D. Vance qui nous relate ici sa vie et celle de sa famille.

J. D. Vance est né dans les Appalaches. Il y a grandi et y a vécu des situations difficiles, situations dans lesquelles certains ne se relèvent jamais. Dans sa région, la misère sociale est omniprésente. Avec des problèmes de drogues ou d'alcool, les centres d'intérêts et préoccupations majeures des habitants ne sont pas les mêmes qu'ailleurs dans le pays. Là où certains vivent d'"American Way of Life", ici c'est "débrouille-toi avec rien".

Difficile dans ces conditions d'entrevoir un avenir, d'en rêver même, tant tout autour tout semble végéter et vivre au jour le jour. J. D. Vance pourtant va changer le cours de son destin, va aller plus loin qu'aucun membre de sa famille n'a jamais été, va faire la fierté de certains d'entre eux et surtout va se découvrir lui-même, ce dont il est capable, dépasser ses limites et écrire une future vie de famille aux antipodes de celle qu'il a toujours connue.

Sans jamais renier les siens, ni se renier lui-même, l'auteur va découvrir qu'une autre façon de vivre est possible. Avec une mère poly-addictive, un père absent et des beaux-pères successifs interchangeables, J. D. Vance n'a pas eu ce que l'on appelle un foyer sécurisant et un climat serein pour vivre son enfance paisiblement. Pourtant, grâce à ses grands-parents, figures de valeurs (les leurs, mais le cadre est là), il va se construire et suivre des règles. Même si mamie est du genre à casser la figure de celui qui n'est pas d'accord avec elle, même si elle déblatère les pires horreurs sur ses voisins et possède un carnet d'insultes bien fourni, c'est dans ce foyer que J. D. Vance et sa soeur trouvent l'amour dont ils ont besoin. Une bulle protectrice leur permettant de reprendre des forces. Un chez soi.

Les deux tiers de l'ouvrage sont consacrés à l'enfance et l'adolescence de l'auteur. Son quotidien, sa scolarité, sa famille, ses amis... Puis lorsqu'il va quitter sa ville pour les Marines et plus tard la fac, "Hillbilly Elegie" change de cap pour devenir beaucoup plus intellectualisé, parce que Vance est alors capable d'analyser et de critiquer ce qui l'entoure et surtout parce que pour la première fois de sa vie, il va vivre un changement. L'émulation qui va avec, la découverte de l'autre, l'envie de se surpasser, de comprendre, d'évoluer.

"Hillbilly Elegie" est présenté comme une analyse de l'origine des votes pro-Trump. Il y a de ça mais pas seulement. Ce sont ces personnes qui ont sans doute apporté du crédit aux propos du nouveau président américain, qui se sont laissées charmer par lui mais il n'est pas du tout question de cela dans ces pages. Les choses ne sont pas nommées précisément si ce n'est par le décalage que l'auteur montre entre ses propres idées politiques et celles de ceux de sa ville natale. Il y a un fossé, un gouffre que seule l'instruction a permis de combler. Car bien que conscient de ces différences, l'auteur n'en reste pas moins proches de ses racines, respectueux de son entourage et affectueusement attaché à ses proches.

"Hillbilly Elegie", c'est le récit d'une vie, c'est l'exemple que rien n'est jamais gravé dans le marbre, que l'homme peut évoluer et changer les mentalités. Par certains aspects, cette histoire est transposable en France, dans certains foyers, certaines régions. Chez nous aussi, nous avons nos Hillbillies, pro-FN et pauvres dans plusieurs sens du terme. Ce parallèle avec la France, que chaque lecteur a le loisir de faire ou pas, est particulièrement intéressant et d'un certain côté également flippant... Reste l'espoir, le travail social, l'éducation et la force de l'être humain.

samedi 11 novembre 2017

"Dans l'enfer des tournantes" de Samira Bellil

717BxatROJL

L’histoire : Samira Bellil est une rescapée. Adolescente, elle a été victime de plusieurs viols collectifs que l'on nomme aujourd'hui des "tournantes". Rongées par la culpabilité et le dégoût, détruite par l'ostracisme de sa famille et les rumeurs dans son quartier, elle se réfugie dans la drogue et l'alcool.

Son témoignage coup de poing dévoile la violence sexuelle qui s'est instituée et banalisée dans des cités et des banlieues où tout se réduit à des rapports de forces et de domination. Dans un tel environnement, la torture que subissent les filles est non seulement physique mais également morale : réputation brisée, honte et humiliation sont leur lot quotidien.

La critique de Mr K : Aujourd’hui, place à la chronique d’un livre que je possédais dans ma PAL depuis de nombreuses années mais qui pour un certain nombre de raisons me faisait peur malgré le fait que sa lecture qui me paraissait nécessaire. Il y a le thème tout d’abord et l’abomination au centre du livre qui clairement me révulsait, le caractère témoignage promettait une lecture âpre et difficile à digérer. Et puis, il y a mon passif d’enseignant en Seine-Saint-Denis avec notamment une expérience traumatisante liée à un crime d’honneur commit sur une de mes élèves. Dur dur de s’imaginer replonger dans ce monde parallèle que peuvent à l’occasion se révéler être certains quartiers dits sensibles. Et pourtant, je décidai de lire Dans l’enfer des tournantes de Samira Bellil pour comprendre, apprendre encore et continuer le combat pour le respect des femmes, lutte qui reste plus que jamais d’actualité.

Samira est une jeune fille de cité de son époque. Elle aspire à travailler plus tard dans le domaine artistique mais la vie n’est pas facile. Coincée dans une famille rigoriste (le père surtout) où elle est prise pour une boniche et un environnement hostile où gravitent caïds et bandes de jeunes désenchantés. Pour certains, les filles se divisent en deux catégories : les intouchables qui restent à la maison et les autres qui sortent et ne demandent qu’à être "coincées". Samira est moderne et va en payer le prix fort. Amoureuse du mauvais garçon, elle va subir un puis deux viols par des amis de son "officiel". C’est le début de la chute avec, après l’enfer des tournantes, l’enfer du quartier et l’enfer familial. Il lui faudra bien des années pour se reconstruire et envisager un avenir décent.

Assez tôt dans le récit, l'auteure nous parle des moments fatidiques qui vont marquer sa vie. J’appréhendais beaucoup ces passages. Loin d‘être très explicites, c’est avec pudeur et un certain détachement que les actes ignobles sont décrits. L’horreur se trouve plus dans l’attitude et la manière dont ces jeunes hommes considèrent leur victime, comme une chose, une poupée dont on peut se servir à loisir, un être dénué de raison qui redevient finalement humain après les violences assénées. C’est la banalité du mal à l’état pur, l’absence de libre arbitre qui choquent avant tout. Cette inhumanité heurte de plein fouet le lecteur à cause de l’incompréhension et le choc ressenti par Samira qui pourtant connaît ces personnes et ne se doutait vraiment pas de ce qu’ils étaient capable de commettre. On est submergé par une colère froide, le dégoût et l’envie de vengeance face à de tels êtres.

Mais le pire est à venir. Durant le viol Samira s’est recroquevillée dans un coin de son esprit mais ensuite, c’est le quartier qu’elle doit affronter ainsi que sa propre famille. La rumeur s’étend, sa réputation est entachée et la connerie humaine fait le reste. On la dit responsable, on soutient le bourreau tout en le craignant et sa famille même ne lui est d’aucun soutien. Seule avec sa souffrance, Samira glisse dans la spirale infernale de l’alcool et du shit. Perte de repères, solitude exacerbée, petits plans foireux, nouvelles expériences traumatisantes vont avoir raison de sa santé mentale, la jeune fille devient une véritable bête sauvage qui mord et agresse tout le monde, y compris les rares personnes qui lui tendent la main. Ce sont les années galères entre délits, fugues, rencontres hasardeuses. Rien ne nous est ici épargné et croyez moi, Samira Bellil a eu son lot de désolation. Heureusement la lumière finira par venir après des années d’errance, la remontée sera longue et difficile mais elle finira par se faire malgré une vie finalement brève, l’auteur décédant à 32 ans d’un satané cancer de l’estomac. Triste existence tout de même...

Ce livre est un véritable coup de poing à l’estomac, le genre de choc dont on ne se remet jamais vraiment avec une peinture sans fard des relations hommes / femmes dans certains quartiers de la République. On côtoie ici la misère sociale, économique et la violence à l’état pur dans un univers parallèle interlope et sans pitié avec ses propre règles. C’est aussi l’occasion pour l’auteure de pointer du doigt la justice à deux vitesses qui peut parfois sévir dans notre patrie des droits de l’homme avec des flics qui ne la prennent pas aux sérieux quand elle dépose sa plainte (une caillera reste une caillera selon eux) ou encore ses avocats successifs qui se désintéressent de leur cliente car elle n’est pas solvable et représente un manque à gagner certain. Tout bonnement épouvantable, quand on sait que tout ce qui est rapporté dans cet ouvrage-thérapeutique (elle l’écrit pour les autres victimes mais aussi pour elle, pour s’en sortir) a été relaté fidèlement. Quand un pouvoir démocratique ne défend plus ses citoyens, il n’a plus rien d’un Etat de Droit et malheureusement, ce cas-ci rappelle bien des heures sombres. On sort outré, ravagé mais aussi plus combatif de cette lecture. La piqûre de rappel est sévère mais tellement essentielle.

J’ai dévoré ce livre en une journée, les 300 pages s’avalant d’un coup d’un seul. Hypnotisé par l’horreur de la situation et les démêlés de Samira Bellil  avec sa vie, le lecteur est happé par cette langue familière oralisante qui saute à la tronche et englue le lecteur par la souffrance, la solitude mais aussi parfois l’espoir qui s’en échappe. Car Samira est une survivante, une combattante, une femme qui a soif de vie et qui par une volonté hors norme et quelques rencontres heureuses va finir par entrevoir une solution. Une sacrée lecture qui ne peut laisser indifférente et qui m’apparaît plus que nécessaire quand on connaît les statistiques des violences faites aux femmes encore aujourd’hui. À lire !

Posté par Mr K à 16:55 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,