jeudi 29 août 2013

"La Vie à côté" de Mariapia Veladiano

la vie à côtéL'histoire: Rebecca est laide. Extrêmement laide. Elle vit, avec prudence et en silence, dans la maison au bord du fleuve, aux côtés d'un père, médecin et trop absent, et d'une mère qui "a pris le deuil à sa naissance". Rebecca se tient elle aussi hors du monde, enfermée pour ne pas être blessée, élevée par la sainte et tragique servante Maddalena. C'est sans compter sur l'impétueuse tante Erminia, qui décide de l'initier au piano. Rebecca va dès lors concentrer sa vie entière dans ses mains... Une autre vie est possible, un autre langage, une vie à côté.

La critique Nelfesque: Voilà un très joli roman de la Rentrée Littéraire. J'ai tout de suite été charmée par la quatrième de couverture étant moi même pianiste et ayant été séduite par cet instrument très jeune. Je ne connaissais pas Mariapia Veladiano et après avoir lu "La Vie à côté", je n'exclue pas de me pencher plus sérieusement sur sa bibliographie.

Dans ce roman, nous suivons Rebecca tout au long de sa vie et les choix qui ont été fait pour elle par ses parents depuis sa naissance. La réaction de ses parents face au bébé dans le couffin, sa sortie de la maternité, la décision de la mettre ou non à la maternelle, la rentrée à l'école primaire, le collège... Ces étapes, tout à fait ordinaires dans une vie lambda, sont, dans une vie "à côté", un véritable problème. Rebecca a en effet une particularité, cruelle et injuste, celle d'être laide. L'auteur n'y va pas par quatre chemins, Rebecca n'a pas juste un physique ingrat, ses traits ne s'adouciront pas avec l'âge, elle est irrémédiablement difforme.

Comment faire lorsque l'on est parents d'un "monstre"? Le physique est-il vraiment important dans une vie? Comment le vivre au quotidien et quelle image donne-t'on aux autres? Voici autant de questions posées dans ce roman. L'auteur place le lecteur du point de vue de Rebecca, jeune fille "normale" et sensible voyant sa vie conditionnée par son physique et le lecteur ne peut rester insensible.

Sans jamais rentrer dans le pathos, "La Vie à côté" est un roman absolument cruel qui donne à lire des situations à la limite du soutenable. Le rejet d'une mère, les moqueries à l'école, le harcèlement... tant d'obstacles et de désillusions qui ne devraient pas être soumis à une petite fille. C'est alors dans la pratique du piano que Rebecca va trouver sa place et se rapprocher de sa mère qui semble depuis sa naissance avoir fait le deuil de son enfant. Repliée dans son silence depuis de nombreuses années, rien ne semble plus la toucher et sa vie se résume aujourd'hui aux quatre murs de sa chambre. A son décès, Rebecca va avoir accès à son journal et va tenter de comprendre l'attitude de sa mère.

Avec une tante musicienne et un père jouant à l'occasion, Rebecca va tout mettre en oeuvre pour faire de la pratique du piano sa planche de salut. Grâce à lui elle veut reconquérir le coeur de sa mère, être la fierté de ses parents, voir le monde extérieur. Elle va faire des rencontres magiques et enrichissantes, un florilège de personnages atypiques et cabossés va graviter autour d'elle. Sa pratique du piano, c'est sa façon de vivre sa vie à côté, sa vie différente de celle des autres mais méritant d'être vécue.

J'ai vraiment été touchée par cette lecture. Je sais ce qu'est la vie au quotidien de l'apprentissage de l'instrument, les pressions et le stress qu'engendre le fait de vouloir faire de la musique autre chose qu'un simple passe temps, la notion de "nécessité" dans son jeu et la sensation de liberté qu'apporte la pratique de la musique dans une vie, un exutoire à tous nos soucis. Mariapia Veladiano a su retranscrire à merveille le lien si particulier qui lie un musicien à son instrument en y rajoutant une dose supplémentaire d'urgence. Une histoire qui émeut, une enfant que l'on voudrait aimer, une écriture simple et si belle, un roman à découvrir.

J'ai lu "La Vie à côté" dans le cadre du Comité de lecture pour l'élection des Coups de cœur des Lecteurs d'Entrée Livre. L'avis de mes compagnons de lecture est à retrouver sur la fiche consacrée sur le site.


mercredi 28 août 2013

"Jeune et jolie" de François Ozon

affiche-Jeune-jolie-2013-1L'histoire: Le portrait d’une jeune fille de 17 ans en 4 saisons et 4 chansons.

La critique Nelfesque: "Jeune et jolie" est un film que j'attendais depuis son passage au Festival de Cannes. J'ai aimé la bande annonce, j'ai aimé le thème abordé, j'aime Ozon... Voilà 3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma à sa sortie! Et même mieux puisque nous avons pu assister à l'avant-première dès le mardi soir. C'est dire à quel point j'attendais ce film!

Je ne vais pas rentrer dans la polémique qui a depuis envahi le net et les réseaux sociaux à base de "Ozon t'es qu'un gros pervers" et de "c'est dégradant pour notre jeunesse ce genre de film, c'est un scandale", tout d'abord parce que ces remarques émanent souvent de personnes n'ayant pas vu le film et ensuite parce que je suis loin de partager ces avis. Il en faut sans doute plus pour me choquer qu'une paire de nichons de 17 ans sur grand écran et quand c'est fait avec autant de finesse que sous la caméra d'Ozon, non, je maintiens, il n'y a rien de choquant.

Il est effectivement question de prostitution ici mais à mon sens "Jeune et jolie" va au delà de cela, au delà même du simple constat qui consisterait à blamer une jeunesse en perte de repères et où seuls l'apparence et l'argent comptent. Non, ici il n'est pas tant question de cela que du rapport à l'adolescence, au corps et aux changements qui s'opèrent en nous à cette période souvent difficile de nos vies.

rn63_4287053_2_px_470_

Isabelle n'a pas besoin d'argent. Ses parents ont une bonne situation, elle étudie au lycée Henry IV, fréquente un milieu aisé et a pour amie la jeunesse dorée. Oui mais voilà, Isabelle s'ennuie, elle est désabusée, elle ne sourit pas, elle porte en elle une souffrance dont elle ne connait pas l'origine et qu'elle ne saurait expliquer. Lors de l'été de ses 17 ans, elle va avoir sa première expérience sexuelle avec un jeune touriste allemand et la déception va entrainer chez elle une sorte de refoulement du désir et de l'amour. C'est ça "coucher"!? Un laps de temps où les femmes doivent écarter les cuisses et attendre que ça passe? Sa première expérience n'a pas été violente physiquement, le jeune homme ne l'a pas malmené mais il n'a su susciter en elle que de l'indifférence. Alors elle va prendre le pouvoir sur les hommes, leur désir, les faire payer pour ce qu'elle ne ressent pas. Elle ne se prostitue pas par besoin ni de force, encore moins par vengeance, mais pour l'expérience, comme une expérimentation de laboratoire où elle serait à la fois le chercheur et le rat. C'est là toute la force de ce film.

jeune et jolie 3

D'une beauté froide, la jeune Marine Vacht, tient son rôle à la perfection. Le coeur de son personnage est vide, elle ne laisse rien transparaître sur son visage. Cela en troublera beaucoup mais lorsqu'on est une femme on comprend ses questionnements, ses doutes, ses non-dits. Sans aller jusqu'à l'expérience de la prostitution, je pense que chaque femme s'est un jour posée la question de son rapport au corps et de ce qu'il représente.

Le sujet de "Jeune et jolie" est donc assez lourd et le climax est pesant. Pour dédramatiser l'ensemble et apporter un peu de légèreté à son oeuvre, sans quoi le spectateur serait sans doute ressorti de la salle obscure complètement déprimé, François Ozon insère des dialogues légers, plein de candeur et de tendresse, souvent dans un échange entre Isabelle et son jeune frère. On retrouve le procédé utilisé par Maïwenn dans "Polisse". Autre sujet, autre traitement, mais la même volonté de ménager des zones de décompression pour le spectateur.

C'est aussi un film sur la famille, sur les rapports que l'on peut avoir les uns avec les autres, sur ce que l'on croit connaître, sur les secrets destructeurs, sur la nécessité de communiquer, sur la confiance... La famille dépeinte ici est très juste dans ses rapports et sa façon de fonctionner. Pas mal de parents ressortiront du film en se disant que tout peut arriver, même si en apparence son enfant est bien sous tout rapport et qu'il ne semble pas en errance. Il ne faut pas oublier que l'adolescence est une période ingrate et que chacun s'en sort comme il peut. Dans tous les cas, l'adulte qui en ressort se verra grandi. Ici, un des clients d'Isabelle va faire toute la différence... Parfois l'aide ne vient pas forcément de là où on l'attend. 

Je vous conseille vivement ce film. J'en attendais beaucoup et je ne suis pas déçue. François Ozon nous sert ici un film tout en finesse avec un vrai fond derrière, loin des poncifs et des objets cinématographiques abscons. Un vrai film humain.

JEUNE ET JOLIE 2

La critique de Mr K: 6/6. Une très belle nouvelle claque de la part d'un réalisateur dont j'avais adoré notamment 5X2, 8 femmes ou encore Sous le sable, repassé récemment sur Arte. Nous sommes allés le voir en avant première la semaine dernière, un mardi soir et la salle était comble. Il faut dire qu'Ozon a ses fans indéfectibles mais aussi ses détracteurs. Ce film a lancé une polémique dont je n'ai pris connaissance que le lendemain, je trouve personnellement qu'il n'y a pas matière à se crêper le chignon mais comme les réacs de tout poil et autres biens pensants moralisateurs se font beaucoup entendre ses temps ci, ça ne m'étonne qu'à moitié.

Le film commence sur la plage dans le sud de la France. On suit une famille et notamment leur fille Isabelle, adolescente qui va connaître sa première expérience sexuelle avec un beau teuton séducteur mais peu attentionné. Isabelle en ressortira déçue, frustrée et abîmée. On la retrouve après sa rentrée scolaire dans un des plus grand lycée parisien qui se prostitue. Étrange se dit-on, tant on pense que ce genre de pratique est plutôt le fait d'étudiante désargentées alors qu'elle est issue d'une famille bourgeoise et que sa mère et son beau père ne lui refusent rien. Elle tapine donc mais un secret ne peut rester indéfiniment caché et c'est une onde de choc sans précédent qui va frapper cette famille.

jeune_et_jolie_2

On retrouve dans ce métrage tout le talent d'Ozon pour caractériser et faire évoluer ses personnages. Le personnage d'Isabelle ne se résume pas à ces activités que la morale réprouve et l'étalage de sa chair n'est pas sa seule raison d'être contrairement à ce que certaines critiques ont pu dire. Je trouve qu'on a davantage affaire à un film sur l'adolescence que sur la prostitution. On retrouve la verve et le côté sans concession d'un Larry Clark mais à la mode française. Alors oui, il y a beaucoup de scènes de nus mais le rapport au corps est primordial dans cet âge crucial qu'est l'adolescence et il est question de la construction ou comme ici de la non-construction de son identité intime. Marine Vacth est incroyable de justesse et joue à merveille la petite fille riche perdue. Pour renforcer le malaise ambiant, Ozon a aussi beaucoup insisté sur les personnages de la mère (Géraldine Pailhas se révèle une fois de plus excellente) et du beau père (Frédéric Pierrot impeccable) et de leur rapports changeants avec Isabelle. On assiste à la lente destruction des liens anciens sans pouvoir intervenir, la charge émotionnelle est forte et le malaise va grandissant. Pour soulager le spectateur du scabreux et du cru, Ozon a rajouté le petit frère d'Isabelle qui lui est aux portes de l'adolescence et se pose beaucoup de questions. Cela donne lieu à des répliques bien senties et drolatiques à souhait. On retrouve aussi dans ce film l'excellent acteur Johan Leysen qui joue le rôle d'un client pas comme les autres (il éprouve de l'empathie pour cette jeune fille en perdition et ils tissent entre eux un lien très particulier) et une de mes actrice préférée, Charlotte Rampling une habituée d'Ozon, fait une apparition aussi remarquable que remarquée.

jeune et jolie[1]

La perfection formelle d'Ozon est-elle aussi au RDV. Cadrages, plans, lumières, décors, climax tout est pensé avec soin et délicatesse pour enrober d'un écrin à la fois simple et marquant cette histoire effroyable. Mention spéciale pour la musique que j'ai trouvé parfaite avec notamment quatre chansons de Françoise Hardy (mon petit pêché mignon) traitant des affres de l'adolescence, des titres que l'on a pas l'habitude d'entendre et que l'on découvre avec plaisir tant elles collent idéalement au thème du film.

Alors oui! Ce n'est pas un film à thèse mais ce portrait d'une adolescente troublée se révèle élégant, intelligent et développe avec finesse la mélancolie et les désillusions propre à cet âge à la fois ingrat et plein d'espoir. Un très beau et très fort moment de cinéma!

samedi 24 août 2013

"A suspicious river" de Laura Kasischke

LK

L'histoire: Leila a vingt-quatre ans. Elle est réceptionniste au Swan Motel, à Suspicious River, une petite ville tranquille du Michigan. Et pour quelques dollars de plus, elle peut être comprise dans le prix de la chambre. Elle vend son corps sans passion, sans tristesse, sans avidité de l'argent non plus. Sainte martyre, Leila est au delà de son propre corps, plus sensible à la matière du monde qu'aux hommes. La clé de sa descente aux enfers gît dans l'enfance, et Leila sait, sans doute, qu'elle rejoue le destin tragique de sa mère, la parabole d'Eros et Thanatos au terme de laquelle, peut-être, elle découvrira qui elle est...

La critique de Mr K: Attention livre rude à ne pas mettre entre toutes les mains! Pur hasard du calendrier, en ce moment, je suis abonné au thème de la prostitution car avec Nelfe nous sommes allés voir Jeune et Jolie d'Ozon cette semaine (chronique à venir) et ma lecture du moment traitait justement du même thème. C'est mon premier contact avec cette auteur américaine et même si ce livre est bien particulier dans son genre, je pense que je retournerai vers elle tant son écriture s'est révélée immersive et poétique à la fois.

Ce livre tourne autour du personnage de Leïla, une jeune femme de 24 ans qui s'ennuie dans sa vie de couple (si on peut appeler son union avec Rick un mariage tant il a été contracté dans des circonstances particulières). Elle est réceptionniste au Swan Motel, établissement miteux comme l'Amérique en compte des milliers. Elle tapine régulièrement pour tromper la routine, changer son quotidien aliénant, elle se cherche au gré de ces passes improvisées. Pourtant, elle n'a pas vraiment besoin d'argent, elle n'est pas nymphomane et ne souffre d'aucun trouble psychique particulier. Complètement perdue, sans réel but dans la vie, elle survit et tente de découvrir sa vraie personnalité par le biais d'aventures sexuelles tarifées sans lendemain. Au gré de flashbacks aussi nombreux que révélateurs, nous allons découvrir en même temps qu'elle qui elle est vraiment, ce qu'elle a vécu. Ses activités extra-conjugales vont bien évidemment l'entraîner dans des relations malsaines pour arriver jusqu'à un point de non retour. La fin se révèle ouverte même si le doute est léger quant au devenir de Leïla.

Je vous le dis tout de go, le plus désarçonnant dans ce livre est le personnage de Leïla. Pendant les trois quart du livre, elle semble totalement absente de sa vie, elle vit les événements avec un détachement confondant, sans envie et sans dégoût. Cela donne une impression de malaise qui va grandissant et qui m'a déstabilisé au plus profond de moi. Comment peut-on subir autant d'atrocités et d'actes abjects sans réagir, sans envie de changer de vie, de progresser et d'essayer de s'en sortir. Il ne se passe pas grand chose dans ce roman mais l'héroïne s'enfonce de plus en plus. Comme si Leïla n'était mue que par la négation de soi, une forme de nihilisme total sans espoir de rédemption ou de bouleversement. Je dois avouer que je suis passé par tous les états avec elle et puis... peu à peu, la lumière se fait par petites touches sur son passé et l'on comprend son attitude et son détachement. On peut dire qu'elle a accumulé les expériences traumatisantes depuis l'enfance et en ressort une jeune adulte totalement déséquilibrée et parfois amorphe face à l'existence. Ce portrait de femme fragile est par moment irritant, dérangeant mais au final bouleversant de réalisme et de crudité.

L'écriture est vraiment particulière, très belle et aérienne, facile d'accès, la poésie ici se fait sombre et malsaine. On explore les tréfonds de l'âme humaine et la place est mince pour l'espoir et les plaisirs de la vie. Régulièrement, l'auteur fait référence à la fameuse rivière du titre qui coule tout près du motel. Elle file ainsi une métaphore sur l'existence, l'empirisme et les choix (ou non-choix) que l'on peut faire dans une vie humaine. La tonalité générale est inquiétante, angoissante parfois, on nage en eau trouble et l'on croise des personnages peu recommandables notamment des clients pervers du motel traités avec finesse par la plume de Laura Kasischke. Jamais vulgaire, ce livre propose des passages bien crûs que les âmes les plus sensibles risquent d'avoir du mal à digérer. Cependant rien n'est gratuit et les scènes érotiques et / ou violente servent le récit et le portrait.

Au final, malgré une ambiance délétère et une héroïne parfois agaçante, j'ai adoré ce livre que j'ai trouvé sans concession et d'une beauté mortifère. Quand c'est fait avec talent, les histoires déviantes ont un charme que les bluettes n'atteindront jamais. Un livre que je conseille très fortement au plus courageux(ses) d'entre vous tout en sachant qu'on ne ressort pas indemne de cette expérience!

vendredi 16 août 2013

"Anges" de Julie Grelley

angesL'histoire: "Pour être sûr qu’un amour est véritable, il faut que le désir ait disparu. Et pour que le désir ait disparu, il faut que la beauté ait disparu…"

Colline, trente-trois ans, cent dix kilos, employée modèle d’un magasin de bricolage, est en liberté conditionnelle. Il fut un temps où elle s’appelait Lynn, et défilait sur tous les podiums de haute couture. Avant qu’elle ne se décide à s’auto-détruire et à enlever de jeunes garçons, pour mieux les sacrifier à sa mission christique…

La critique Nelfesque: Oh my god! Amis lecteurs je vous présente ici un roman puissant, un roman qui m'a bluffée et qui me fera surveiller de près les prochaines publications de Julie Grelley.

"Anges" est son premier roman qui date maintenant de quelques années et quelle maîtrise pour une première oeuvre! L'histoire est dure et je le dis tout de suite: âmes sensibles s'abstenir, ici peut être même plus qu'ailleurs. Colline, narratrice et personnage principal du roman, est une femme de 33 ans "pas très bien dans sa tête". C'est le moins que l'on puisse dire... Depuis gamine elle a une idée en tête: fabriquer son propre ange, pour elle, rien qu'elle. Et comment fabrique-t'on un ange? En kidnappant un jeune enfant de sexe masculin et en faire un être divin assexué. Oui, oui vous avez bien lu, il s'agit bien d'émasculer un pauvre gamin...

Dans la tête de Colline, là où le lecteur est au première loge, cette démarche n'est pas folle. Il ne s'agit pas ici de faire du mal mais de libérer un petit être. C'est une mission divine qu'a Colline et pour la mener à bien elle déploie toute son énergie.

Lors de sa première tentative, lorsqu'elle était encore adolescente, elle n'a pas pu aller au bout de son processus, prise sur le fait par sa soeur et ses parents alors qu'elle n'en était encore qu'à préparer sa victime, attaché nu dans la grange familiale. Le petit Jérémie a eu "la chance" d'être sauvé et Colline est depuis surveillée par les autorités et incomprise de sa famille. Depuis cette période, elle, jadis mini-miss et mannequin sublime promise à un grand avenir dans la profession, fait tout pour casser son image, s'enlaidir à l'extrême. Mutilations, boulimie, elle pèse aujourd'hui plus de cent kilos, a les dents jaunes, porte des cicatrices et ne ressemble plus du tout à la jeune fille d'antan.

Le rapport au corps de Colline est particulier et la beauté pour elle se situe au delà de l'apparence physique. Dans son délire christique, elle n'hésite pas à souffrir physiquement et moralement et à faire souffrir également. Depuis sa tentative avortée, elle a retenté l'expérience sans succès et pense aujourd'hui avoir découvert en David son ange, pour lequel tous ses défunts anges n'auront pas soufferts pour rien. Sa technique est améliorée, son alibi est assuré...

Julie Grelley nous offre là un roman qui fait froid dans le dos. Tout d'abord parce qu'il présente une folie féminine, chose rare en littérature où l'on est plus habitué à voir des hommes déments et où les serial killers ne peuvent pas être des femmes (c'est bien connu, les femmes sont douces et bienveillantes... la preuve...). Ensuite parce que la folie nous est livrée de l'intérieur. Le lecteur côtoie cet état au plus près, connait les moindres recoins de la psyché de Colline et avance dans sa lecture au bord de la nausée.

"Anges" est cru, brutal, malsain. L'auteure ne ménage pas le lecteur et lui livre tel quel la folie à l'état pur. Sans fioritures, sans détours, avec des mots simples et des phrases courtes, Julie Grelley signe là un roman magistral dont on ne ressort pas indemne. Une putain de claque! C'est rare, ça surprend, ça retourne mais ça fait du bien!

Posté par Nelfe à 18:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 14 août 2013

"Tout est fatal" de Stephen King

tefsk

L'histoire: Ça vous dirait de vivre votre propre autopsie?
De rencontrer le diable?
De vous tuer par désespoir dans les plaines enneigées du Minnesota?
De fuir la police en compagnie de Dillinger?
De devenir assassin via l'internet ou de trouver la petite pièce porte-bonheur qui vous fera décrocher le jackpot?
Alors, laissez-vous guider par Stephen King.

La critique de Mr K: J'avoue, j'ai beaucoup pratiqué Stephen King lors de mes débuts de lecteur au collège. J'ai dévoré ses premiers recueils de nouvelles, flippé en lisant Shining, Simetière, Ça et consorts... Et puis je me suis lassé, déçu par son écriture devenue trop prévisible et des histoires de plus en plus vaines. Ça faisait donc un sacré bout de temps que je n'avais pas remis le couvert avec le King et c'est une fois de plus lors d'une visite fructueuse chez l'abbé que je me laissai tenter. L'avantage d'un recueil de nouvelles c'est que si un récit est décevant, on peut toujours se rattraper avec le suivant. Cet ouvrage ne contredira pas cet adage, Tout est fatal étant constitué de bons ratages, de récits sympathiques et de nouvelles réellement très réussies. En tout, ce sont 14 textes qui sont ici compilés sur un total de 700 pages. Pour ne pas tomber dans la routine, j'ai intercalé d'autres lectures toutes les quatre nouvelles.

Dans la série des ratages, on trouve "L'homme au costume noir" où un jeune garçon rencontre le diable au détour d'une partie de pêche fructueuse. Remplie de clichés et con-con, rien de neuf à se mettre sous la dent et une morale bien mielleuse en toute fin qui gâche le plaisir. "Tout ce que vous aimez sera emportés" n'est pas beaucoup mieux, le lecteur est invité à suivre les derniers moments d'un désespéré... Honnêtement, j'avais hâte qu'il en finisse tant, une fois de plus, Stephen King empilait les poncifs empêchant par là-même toute forme d'empathie envers le héros... Un comble! "Quand l'auto-virus met cap au nord" quant à lui reprend le thème souvent traité du tableau hanté. J'ai trouvé cette nouvelle surfaite, légèrement pompeuse et au final ennuyeuse car on devine tout à l'avance, un comble dans le genre fantastique. Ces trois nouvelles sont donc à oublier.

Heureusement la majeure partie des récits sont plutôt sympathiques même si on est loin d'être face à des oeuvres de génie et que certaines pompent allègrement des thèmes déjà traités comme c'est le cas pour "Salle d'autopsie quatre" où un homme passé pour mort par les médecins va se faire autopsier de son vivant. Bien que maîtrisé et plutôt haletant, on ne peut s'empêcher de le comparer au récit d'Alan Poe ("L'enterré vivant"), dix fois plus puissant et évocateur. "La Mort de Jack Hamilton" est un récit du style road movie plutôt bien mené où nous suivons la fuite de Dillinger et sa bande suite à un casse qui a mal tourné, pas exceptionnel mais les pages se tournent vite et la fin est réussie (chose plutôt aléatoire dans l'oeuvre du King). "Salle d'exécution" met un journaliste d'investigation au prise avec un tribunal d'exception d'une dictature sud-américaine qui lui reproche ses révélations fracassantes. Le suspens est à son comble malgré des moments de grande propagande américaine digne de l'époque de la Guerre Froide. Reste un beau plaidoyer pour la liberté d'expression. "Tout est fatal", la nouvelle éponyme, voit un homme lambda se faire proposer un contrat pour devenir tueur à gage sur internet. Farfelue, déroutante, cette nouvelle est sympathique de part son côté paranoïaque, dommage que la fin soit si ouverte, on a l'impression que Stephen King en avait marre et qu'il a du coup bâclé la fin. "LT et sa théorie des AF" frôle la catastrophe tant le récit est minimaliste et finalement vain, par contre on rit beaucoup à l'écoute des anecdotes que le héros raconte à propos de sa vie de couple, c'est ce qui sauve cette nouvelle du naufrage! "1408" est la nouvelle à l'origine d'un film que Nelfe et moi avions vu au cinoche et que nous avions trouvé très moyen. Il en est de même avec la nouvelle qui se révèle convenue bien que remarquablement construite, la première partie étant un modèle de mise en haleine avant que le héros rentre dans la fameuse chambre hantée! Enfin, "Petite chansseuse", variation autour de la chance et de la cupidité bien que concise avec une héroïne bien caractérisée, s'embourbe une fois de plus dans les idées reçues.

Vous l'avez compris, rien d'exceptionnel à part les quatre nouvelles qui suivent! Tout d'abord le cross-over de la série littéraire de Stephen King La tour sombre avec "Les petites Soeurs d'Eluria" où on y retrouve Roland le Pistolero en prise dans une ville déserte à des mutants verts (cousins de Hulk) et des sorcières bien particulières! Un vrai ovni dans ce recueil que cette nouvelle typée Grind House, très bien écrite, délirante à souhait au héros attachant au possible. Peut-être un jour vais-je me décider à suivre plus attentivement les aventures du Pistolero. "Déjeuner au Gotham café" est une de mes préférée! Un homme a RDV au restaurant avec sa future-ex femme pour discuter du règlement de leur divorce mais arrivé sur place rien ne va se passer comme prévu. Le début commence tout doucement avec une belle description du couple et de son fonctionnement. L'intervention d'un troisième larron (ici un maître d'hôtel un peu spécial) va faire rentrer le récit dans la folie pure. Un petit bijou de montée en pression et un final quasi apocalyptique... Huge! "Cette impression qui n'a de nom qu'en français" tourne autour de la notion de déjà vu, récit à tiroir où on nage constamment entre réalité et rêve en suivant un couple allant fêter leurs 25 ans de mariage sur les lieux de leur lune de miel. Un événement fatal semble se profiler par petites touches, le final est terrible et surprenant, une très belle réussite! Enfin, "Un tour sur le bolid'", nous parle de la mort d'un proche et de la façon d'y faire face en suivant l'histoire d'Alan, un étudiant apprenant que sa mère est hospitalisée et qui va faire du stop pour la rejoindre. Il va être pris par deux conducteurs plus que décalés qui vont l'amener à réfléchir sur lui, ses rapports avec sa mère et sur ce qui est important dans l'existence. Un monument de finesse dont le King fait trop rarement preuve.

Au final, je ne pourrais pas vous dire que ce recueil de nouvelles soit indispensable. Il y a vraiment à boire et à manger et l'on passe du meilleur au pire. Du même auteur, préférez "Danse macabre" qui reste son meilleur dans le genre compilation de nouvelles ou sinon dirigez -vous vers Clive Barker qui me paraît plus mature et finaud. Reste que King est un raconteur d'histoires doué à l'écriture très accessible (idéal à lire en période estivale) même si au détour de certaines lignes je ne peux que penser que derrière l'écrivain se trouve un esprit quelque peu passéiste et un auteur en panne d'idée qui se répète d'une nouvelle à l'autre (au moins cinq de ces personnages arrêtent de fumer, schémas de pensée identiques...). À vous de voir si vous tentez ou non cette lecture, je sais je ne vous aide pas trop sur ce coup là!


dimanche 11 août 2013

"La Transcendante" de Patricia Reznikov

transcendante

L'histoire: Pauline vient de vivre un drame, l’incendie de son appartement dont elle est sortie avec de graves blessures. Seul un livre a survécu de cet amas de cendres, "La lettre écarlate" de Nathaniel Hawthorne. Elle décide alors d’aller sur les traces de l’écrivain à Boston où elle fait la rencontre d’une vieille originale qui la prend en main et lui fait visiter sa ville, tous les lieux où a vécu Hawthorne, dont Salem sa ville natale.
Et peu à peu au milieu de ce jeu de pistes littéraire qui l’étourdit, son empathie pour Hester Prynne, l’héroïne de "La lettre écarlate" et sa rencontre avec un homme dans une étrange librairie l’amènent à envisager différemment sa vie.

La critique Nelfesque: "La Transcendante" de Patricia Reznikov est un des romans qui vous attend dans le grand tourbillon qu'est la Rentrée Littéraire, aux éditions Albin Michel. Avec un sujet lourd et à la fois complexe, avec en trame de fond "La Lettre écarlate" de Nathaniel Hawthorne, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre avec ce roman. Etalage de savoir de la part de l'auteure ou prétexte pour mettre en place une histoire commune à chacun, la souffrance de l'existence? C'est pleine de doute que j'ai commencé ma lecture.

Un adjectif me vient en tête quand je songe à cette lecture: paisible. C'est un sentiment de sérénité qui m'a accompagné durant toute ma lecture et qui reste prégnant une fois la dernière page tournée. Le lecteur découvre en même temps que Pauline, le personnage principal de "La Transcendante", la ville de Boston, son atmosphère, son Histoire, sa culture à travers l'oeuvre et la vie de Nathaniel Hawthorne. Tout en douceur et aux côté de Georgia, étrange américaine farfelue et francophile, ancienne professeur de littérature à la retraite, nous nous baladons dans les rues de Boston, chaudes et bienveillantes où passé et présent se côtoient et où la littérature et le mouvement transcendantaliste (mouvement littéraire, spirituel, culturel et philosophique qui a émergé aux États-Unis, en Nouvelle-Angleterre, dans la première moitié du XIXe siècle) sont omniprésents. Les anecdotes de Georgia, nous pousserait presque à aimer Boston, tout du moins à vouloir la découvrir un jour en vrai.

Ces balades sont toutes conditionnées par "La Lettre écarlate" de Hawthorne et par le désir de Pauline de découvrir quelque chose sur cette oeuvre. Quoi exactement? Elle ne le sait pas elle-même... Elle a échoué à Boston, dans un désir de comprendre mais sans réellement savoir quoi ni comment. Ce roman étant le seul vestige de l'incendie de son appartement et de sa vie en général, elle est intimement persuadée qu'il y a un message à comprendre, un chemin à suivre, presque une volonté divine derrière sa venue. L'auteure, par la voix de Pauline, nous relate alors quelques longs passages du fameux roman de Hawthorne jusqu'à lui faire raconter l'intégralité par le menu. Ce procédé, rare dans la littérature, peut sembler rébarbatif et inutile mais, peu à peu, les liens se font entre l'histoire du roman et la vie de Pauline. Histoire que l'on retrouve également dans celle de Georgia et dans celle de chacun d'entre nous, une blessure difficile à cicatriser mais qui fait de l'homme ce qu'il est. Un mal nécessaire pour avancer.

Les personnages de "La Transcendante" sont particulièrement intéressants. Pauline est perdue et est parfois abrupte, voire insolente, envers Georgia. Elle retourne contre elle ce qu'elle ne comprend pas, sans chercher à comprendre les raisons de sa "loufoquerie". J'ai eu du mal à concevoir cette attitude qui ne sert pas vraiment le personnage de Pauline mais fait de celui de Georgia un être d'autant plus attachant. Comme une bonne fée, elle pardonne toujours à Pauline ces états d'âme et finira par lui montrer ce qu'elle était venue chercher.

Pauline va également rencontrer Blake, nietzschien convaincu, qui vit dans l'instant et ne prend en compte ni passé ni avenir. Avec son caractère tout en retenu et sa philosophie de vie diamétralement opposée à celle de Georgia, il a le mérite de proposer à Pauline une autre façon de voir la vie et une clé qui lui permettra de tourner la page sur un passé douloureux.

"La Transcendante" est un roman étonnant. Difficile à critiquer tant il foisonne de détails et de sentiments en moins de 300 pages. Certains le trouveront pompeux, c'est un peu ce que j'ai pensé au début de ma lecture, d'autres lui préfèreront le caractère bienveillant et l'atmosphère douce et sereine qui se dégagent de ces pages, ce que je retiendrai finalement de cet ouvrage. Dans tous les cas, il ne laissera personne indifférent...

J'ai lu ce roman dans le cadre du Comité de lecture pour l'élection des Coups de cœur des Lecteurs d'Entrée Livre. L'avis de mes compagnons de lecture est à retrouver sur la fiche consacrée sur le site.

samedi 3 août 2013

"Neige" de Maxence Fermine

57296493

L'histoire: À la fin du XIXème siècle, au Japon, le jeune Yuko s'adonne à l'art difficile du haïku. Afin de parfaire sa maîtrise, il décide de se rendre dans le sud du pays, auprès d'un maître avec lequel il se lie d'emblée, sans qu'on sache lequel des deux apporte le plus à l'autre. Dans cette relation faite de respect, de silence et de signes, l'image obsédante d'une femme disparue dans les neiges réunira les deux hommes.

La critique de Mr K: Dégoté chez l'abbé depuis déjà quelques temps, je me décidai à le lire entre deux nouvelles du recueil "Tout est fatal" de Stephen King que je chroniquerai bientôt. Beaucoup de blogueurs et blogueuses ami(e)s en disant le plus grand bien, j'en commençai la lecture confiant. Résultat, une heure après je relâchai l'ouvrage l'ayant terminé et apprécié au plus haut point. Ne soyez pas surpris par la brièveté de cette lecture, le livre est court (96 pages) et écrit en gros. Mais surtout, il est terriblement prenant!

Tout est résumé dans la quatrième de couverture, difficile d'en rajouter sans trahir le contenu et gâcher la découverte. On est ici dans le domaine du roman initiatique et la dimension humaine et universaliste de ce court récit est prégnante. Derrière le personnage de Yuko se cachent tous les jeunes gens à l'aube de leur vie d'adulte et de leur épanouissement personnel. Il est donc question ici de trouver sa voie et d'accomplir sa vie au sens noble du terme. Trouver sa voie professionnelle et donc la personne qui va agir comme un déclic et vous faire découvrir vos aspirations profondes. Mais cette histoire nous parle aussi du nécessaire accomplissement personnel par la rencontre avec l'être qui comblera notre besoin d'affection et d'amour. Yuko dans cette double quête rencontrera son maître à penser, l'ancien samouraï devenu poète Soseki, qui partagera avec lui sa science et ses émotions.

Ce livre est d'une beauté confondante. Bien que très court et avare en description, Fermine signe l'exploit de réussir à totalement nous immerger dans le Japon de l'époque grâce au ressenti des personnages. Les paysages, les phases de séduction et d'amour physique entre Yuko et la jeune femme de la fontaine, les rapports père-fils et élève-maître sont à couper le souffle tant leur brieveté scripturale va à l'essentiel et respire l'authenticité. La neige est omniprésente et pourrait même s'apparenter à une personne physique (personnification diraient les spécialistes) tant sa présence est forte et évocatrice. C'est beau, léger, poétique, très japonais en somme! Le déroulé ne ménage cependant pas le lecteur avec des rebondissements dramatiques mais le tout baigne dans une sorte de quiétude générale dans laquelle on se laisse couler sans aucune difficulté grâce à l'écriture simple, directe mais néanmoins très imagée de l'auteur.

Inutile d'en dire plus, ce livre est d'une beauté rare, le temps suspend son vol pendant sa lecture et on en ressort heureux et apaisé. Un must!

Posté par Mr K à 18:38 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 25 juillet 2013

"La petite fille de Monsieur Linh" de Philippe Claudel

la-petite-fille-de-monsieur-linh-3549602

L'histoire: C'est un vieil homme debout à l'arrière d'un bateau. Il serre dans ses bras une valise légère et un nouveau-né, plus léger encore que la valise. Le vieil homme se nomme Monsieur Linh. Il est seul désormais à savoir qui s'appelle ainsi. Debout à la poupe du bateau, il voit s'éloigner son pays, celui de ses ancêtres et de ses morts, tandis que dans ses bras l'enfant dort. Le pays s'éloigne, devient infiniment petit, et Monsieur Linh le regarde disparaître à l'horizon, pendant des heures, malgré le vent qui souffle et le chahute comme une marionnette.

La critique de Mr K: Retour vers un auteur qui m'avait profondément marqué avec son ouvrage «J'abandonne» que j'ai lu il y a plus de dix ans. J'avais pleuré comme jamais, saisi que j'avais été par une émotion intense d'une pureté sans faille. Par peur de laisser s'échapper toutes les larmes de mon corps mais aussi par omission, je n'avais jamais re-pratiquer Claudel jusqu'ici. Le mal est réparé et je nourris quelques regrets d'avoir reporté cet acte tant cet ouvrage confirme tout le bien que je pense de cet auteur.

On suit ici les pérégrination d'un vieillard, Mr Linh, qui a du quitter précipitamment son pays d'origine à cause d'une guerre qui ne dit pas son nom. Il a sous sa protection sa petite fille qui semble être la seule rescapée de la famille. Après une brève première partie mettant en scène son départ pour l'exil, nous accompagnons Mr Linh dans ses premiers pas sur une terre inconnue: le premier contact avec le foyer pour réfugié, ses diverses attentions envers sa petite-fille, les rencontres qu'il va faire lors de ses premières promenades dans le monde extérieur... Peu à peu, une ambiance pesante s'impose et le lecteur sent bien que tout ceci cache quelque chose.

J'ai adoré ce petit livre de 184 pages que j'ai lu en deux heures tant j'ai été happé par l'histoire et le style. Le thème du déracinement en lui même est passionnant, il est ici remarquablement traité. J'ai retrouvé le style d'écriture simple et abordable d'Albert Camus dans «L'Étranger» avec l'ultra-sensibilité en plus. Le vieil homme porte ici toute la souffrance des réfugiés du monde et Philippe Claudel par quelques lignes bien senties mais toujours très pudiques nous explique en restant délibérément vague les circonstances qui ont provoqué la fuite du vieil homme. Les rapports avec sa petite fille sont emprunts d'émotion, de finesse et j'ai eu l'œil humide plus d'une fois, ce qui m'arrive très rarement lors de mes lectures... Quant au switch final, j'en suis resté sans voix. L'ensemble est porté par un souffle universaliste qui force la réflexion et permet au lecteur de relativiser sur sa situation et son avenir. 

Pas besoin d'en dire plus, ce livre est un must dans son genre. Emprunt d'une poésie rare, d'une humanité touchante au possible, ce roman est à lire absolument tant il est bouleversant, marquant l'esprit du lecteur longtemps après sa lecture. À lire!

Posté par Mr K à 17:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 12 juillet 2013

"L'Armoire des robes oubliées" de Riikka Pulkkinen

armoireL'histoire: Elsa, la grand-mère d'Anna, est atteinte d'un cancer foudroyant. Entourée de ses proches, elle compte bien profiter de chaque instant, de chaque plaisir, jusqu'au bout: les rayons du soleil, les bains de mer, ou le corps de Martti, son mari depuis plus de cinquante ans, contre le sien. Mais Anna découvre que derrière ce mariage heureux se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille. C'est une vieille robe oubliée dans une armoire, trouvée par hasard, qui va réveiller le passé...

La critique Nelfesque: A la lecture de la quatrième de couverture et au titre de ce roman, "L'Armoire des robes oubliées", je n'étais que moyennement enthousiaste à l'idée de commencer cette lecture. "Qu'importe c'est l'été, me dis-je, et une petite histoire à l'eau de rose c'est de saison!". J'ai donc commencé ma lecture avec pour idée de lire un roman léger sans vraiment accrocher. Je connais mes goûts en matière de littérature... J'étais pleine de préjugés et mal m'en a pris. "L'Armoire des robes oubliées" malgré son titre Arlequinesque et son résumé accrocheur de midinettes n'est pas à ranger dans la catégorie des romans faciles, légers et creux. 

C'est un très beau roman que voici. Un roman qui m'a tiré quelques larmes en fin de lecture et qui m'a fait passée par une multitude de sentiments. Les personnages sont dépeints à la perfection dans toute leur complexité, leur joie, leur peine, leur doute, leur colère, leurs questionnements. Ce premier roman de Riikka Pulkkinen est un bijou (allez, je lâche le mot)! Il est profond, juste et laisse le lecteur dans un état émotif rare.

Anna est le faire valoir de l'histoire et la robe dont il est question dans le titre n'est qu'un prétexte à lancer l'histoire. J'ai été peu touchée par le vécu d'Anna mais celui de ses grands-parents et de la nounou de sa mère (complexe et tellement vrai) m'a passionnée. C'est un roman qui se déguste et qui nous montre que les histoires d'amour sont loin d'être simples, méritent toutes d'être vécues et que le jugement n'y a pas sa place. Comment nait une histoire d'amour? Que change-t'elle dans la vie des principaux intéressés mais aussi dans celle de leurs proches et de leurs descendants? Peut-on changer par amour et jusqu'où ce dernier peut-il nous mener?

Je ne rentrerai pas volontairement dans les détails de l'histoire afin de vous laisser découvrir cette oeuvre pleinement, comme ce fut le cas pour moi. Je n'avais lu aucune critique et la magie de ces pages ne m'en a touché que davantage. Le lecteur s'identifie aux personnages, leurs vécus faisant écho au sien. L'amour naissant, l'incompréhension face à certaines situations, le deuil... Vous y retrouverez obligatoirement une part de vous-même.

L'écriture de Pulkkinen est belle. De celle qui vous transporte, pleine de poésie. La lecture de ce roman se mérite, elle n'est pas toujours facile (comme quoi, je m'étais complètement plantée au départ) mais certains passages sont d'une rare beauté. Le lecteur se retrouve dans la tête des personnages comme une petite souris et est parfois géné par la puissance des sentiments qu'éprouvent tour à tour Elsa, Eleonoora, Eeva et Martti.

"L'Armoire des robes oubliées" est puissant, profond et plein d'humanité. Je ne suis pas ressortie indemne de ma lecture et il m'a fallu un petit moment pour redescendre sur terre et revenir à mon quotidien... Il m'est d'ailleurs difficile d'écrire ce billet tant je sais que je ne pourrai pas retranscrire avec justesse l'émotion qui fut la mienne en le lisant. Si les prochaines publications de Pulkkinen se révèlent aussi puissantes, elles devront passer entre mes mains! Comme vous l'aurez compris, je vous conseille vivement cette lecture. Vous passerez alors un moment hors de temps qui vous marquera longtemps.

Posté par Nelfe à 23:43 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 2 juillet 2013

"Pour seul cortège" de Laurent Gaudé

Couverture-Pour-seul-cortege

L'histoire: En plein banquet, à Babylone, au milieu de la musique et des rires, soudain Alexandre s'écroule, terrassé par la fièvre.

Ses généraux se pressent autour de lui, redoutant la fin mais préparant la suite, se disputant déjà l'héritage et le privilège d'emporter sa dépouille.

Des confins de l'Inde, un étrange messager se hâte vers Babylone. Et d'un temple éloigné où elle s'est réfugiée pour se cacher du monde, on tire une jeune femme de sang royal: le destin l'appelle à nouveau auprès de l'homme qui a vaincu son père...

le devoir et l'ambition, l'amour et la fidélité, le deuil et l'errance mènent les personnages vers l'ivresse d'une dernière chevauchée.

La critique de Mr K: Cet ouvrage est le deuxième que je lis de Laurent Gaudé après l'excellent "Le Soleil des Scorta" que l'on m'avait offert et que j'avais adoré. Avec cet ouvrage, l'auteur nous immerge dans une ambiance de fin de règne comme jamais vous ne la vivrez ailleurs. Alexandre va mourir et son empire est au bord de l'implosion. À travers le regard de trois personnages gravitant ou ayant gravité autour de lui, nous allons suivre l'agonie du chef et sa succession.

Autant vous le dire tout de suite, il m'a tout de même fallu une bonne quarantaine de pages pour réussir à m'immerger dans le roman. Je trouvais le rythme plus que lent et même si la langue est belle, il ne se passe pas grand chose et j'avoue que j'ai été au bord de le lâcher pour le reprendre plus tard. Faisant par là preuve d'une force morale qui m'étonne encore, je rentrai alors complètement dans cette histoire hors du commun au souffle épique certain.

Tour à tour, nous sommes dans la tête d'Alexandre qui ne comprend pas bien ce qui se passe. Puis, nous suivons un de ses meilleurs amis envoyé comme messager loin de son empereur alors que ce dernier est au plus mal. Et puis surtout, nous suivons le parcours de la fille de Darius et à elle seule, elle mériterait un livre tant ce personnage est à la fois attachant et puissant. Elle est sans conteste mon personnage favori de cette épopée, loin des clichés et des portes ouvertes, elle symbolise la droiture et la responsabilité malgré sa fragilité. Elle est une bouleversante figure dramatique.

Difficile de parler de ce livre tant une fois conquis, nous sommes plongés dans une histoire à la fois simple et épique. La langue de Gaudé fait ici aussi merveille et les derniers chapitres sont parmi les plus impressionnants que j'ai pu lire. Si si, on n'est pas loin de "La Légende des siècles" de Hugo en terme de ton épique. La dernière chevauchée des compagnons d'Alexandre n'a pas à rougir de la légende de Roland et de son épée Durandal et franchement, j'ai refermé le livre chargé d'émotion et l'esprit excité comme rarement.

Une très belle lecture bien que difficile au départ. Lancez-vous et préparez-vous à un voyage hors du commun.

Posté par Mr K à 16:04 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,