jeudi 17 avril 2014

"Le Maître bonsaï" d'Antoine Buéno

maitre-bonsaiL'histoire: "La légende de la fin des temps raconte qu'après la mort de Sakurako le monde n'était plus que désolation. Pourtant, sur la terre désertée, s'éleva bientôt un arbre à l'endroit même où la jeune fille s'était éteinte, frappée par le sabre de son père. À la fin du monde, ne subsista plus qu'un cerisier blanc, gardé par un serpent."

Empreint de mystère et d’étrangeté, ce roman à la lisière du conte initiatique nous ouvre à la magie des bonsaïs pour révéler un secret : celui de notre part d’ombre.

La critique de Mr K: Voici un livre à côté duquel je serai sans doute passé si l'on ne me l'avait pas proposé en partenariat. Je ne connaissais pas du tout cet auteur avant la lecture du "Maître bonsaï" et franchement, le hasard fait bien les choses tant cette expérience s'est révélée marquante entre plaisir simple pour débuter et plongée ténébreuse en toute fin de roman. Apprêtez-vous à rentrer en territoire inconnu entre vie ascétique et secrets enfouis.

Le héros n'a pas de nom, pas de nationalité précise... On sait juste qu'il est plutôt âgé et qu'il exerce la profession de maître bonsaï. Il semble vivre reclus dans sa boutique où il mène une existence en osmose avec ses arbres miniatures. Il voit peu ou pas de personnes hormis ses clients qui sont nombreux et reviennent régulièrement louer les talents fabuleux de ce professionnel plus que méticuleux. Il le dit lui-même au début du roman, il a quitté le règne animal pour celui apaisant du règne végétal. Il communique littéralement avec ses bonsaïs et le héros plane à dix mille mètres au dessus des réalités terrestres.

Tout change quand une jeune femme sans nom elle aussi rentre dans sa boutique. Au début rien de notable, puis peu à peu une étrange relation semble se nouer entre ces deux êtres que tout semble opposer: il est stoïque la plupart du temps, elle bouillonne d'énergie. Loin d'être une simple rencontre fortuite, cette relation va être au centre de l'évolution de l'intrigue, très vite sous le glacis des apparences se noue un drame viscéral qui ne trouvera sa résolution qu'à la toute fin de l'écrit, qui change du tout au tout lors d'une révélation finale aussi glaçante que traumatisante. Sans rire, j'ai eu du mal à m'endormir après cela...

Ce livre est une vraie petite bombe que je trouve pour ma part très original. Son écriture est assez unique en son genre avec la multiplication de litanies sous la forme de phrases très courtes à la syntaxe plus qu'approximative comme dirait les gardiens du temple! Mais voilà, c'est justement ce côté déséquilibré et étrange qui rend ce récit attachant et vivant. On suit le personnage principal à travers ses monologues intérieurs et on n'ignore rien de ce qu'il ressent ou feint de non ressentir. Très évocatrice, la langue se fait douce et enivrante par moment, on se fait emporter très rapidement avec aucun espoir de pouvoir refermer ce livre avant la fin.

Au fil de la lecture, l'aspect répétitif prend tout son sens. Par petites couches successives, on entrevoit un passé bien trouble chez ce maître bonsaï. Peu à peu, une boule se noue et on se rend compte que cette vocation n'est pas venue par hasard, que derrière tout cela se cache quelque chose de très douloureux et une immense solitude. Quand la révélation vient, toute la tranquillité et l'aspect taoiste du livre disparaissent pour ne laisser place qu'à un désert exsangue et mélancolique. On ressort de cette lecture remué comme jamais (sauf peut être avec "Rafael, derniers jours" de Gregory McDonald) et avec la conscience d'avoir lu une belle et grande oeuvre.

Vous l'avez compris, ce livre est désormais classé parmi les meilleurs que j'ai pu lire tant on baigne dans un univers intemporel, sans effet de manche inutile, où l'humain et la nature sont au centre du monde. Une belle et rude lecture que je vous invite à entreprendre au plus vite!

Posté par Mr K à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 6 avril 2014

"Et puis, Paulette..." de Barbara Constantine

pauletteL'histoire: Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et cela ne le rend pas particulièrement heureux. Un jour, après un violent orage, il propose l'hospitalité à sa voisine dont le toit de la maison a été détruit pendant la tempête. De fil en aiguille, la ferme se remplit: un ami d'enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette...

La critique Nelfesque: J'ai beaucoup de tendresse pour les personnes âgées. Des souvenirs d'enfance, entourée de ma grand-mère, arrière grand-mère et arrières tantes remontent souvent à la surface. Alors quoi de mieux d'un roman tel que "Et puis, Paulette..." pour retrouver ces doux moments en lecture et tout ça au meilleur endroit qui soit: en vacances chez mémée!

Barbara Constantine est une auteure que j'aime beaucoup. Avec des mots simples, des situations de la vie de tous les jours, elle arrive à livrer une émotion profonde à ses lecteurs. La simplicité et la douceur de vivre, on les retrouve dans ce roman ci. Très vite, on s'attache à Ferdinand et à sa petite communauté peu commune qui se constitue petit à petit. Le genre d'initiative qui serait bien utile dans la vraie vie pour combler la solitude et continuer à vivre dans la joie et ce même après un certain âge. Trop de nos "petits vieux" vivent seuls, aigris, sans lien avec l'extérieur... "Et puis, Paulette" redonne foi en un avenir meilleur pour nos anciens et nous même dans quelques années.

Les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres, avec leurs manies, leurs folies mais aussi leurs fêlures. Les soeurs Lumière, deux "presque soeurs" (l'une est la belle soeur de l'autre), de plus de 80 ans ont passé toute leur vie ensemble et m'ont particulièrement touchées. J'aurai voulu les prendre dans mes bras et leur dire que tout allait bien se passer, mamies... Mais c'est Barbara Constantine qui l'a fait à ma place en les faisant intégrer la ferme du bonheur. Un endroit où solidarité et prévenance animent les coeurs.

Vaincre la solitude en se regroupant c'est bien mais ça engendre des situations cocasses qui ne laisseront pas le lecteur de marbre. Avec 2, 3, voir 5 petits vieux dans une même maison, la logistique doit suivre! C'est 5 fois plus de médicaments à distribuer dans les semainiers, des comptes à entreprendre pour se répartir les charges, des tableaux à compléter pour les tâches ménagères... et de bonnes tranches de rigolade!

Mais, ne vous y méprenez pas, Barbara Constantine n'a pas fait de son oeuvre un roman culcul où tout le monde est beau et gentil, tout le monde s'aime, bisounours et compagnie. Il est aussi question de la vieillesse, de la maladie, de la mort et de souffrances psychologiques telles que l'absence, la tristesse et la solitude. Tant de sujets inévitables quand la vie est plus longue lorsque l'on regarde en arrière. On rit certes mais au détour d'une page la larme peut faire son apparition. Comment continuer de vivre lorsque l'être aimé s'en est allé? Comment ne pas être nostalgique des moments passés avec ses petits-enfants quand on les voit trop peu souvent à son goût? Mais que voulez-vous ma bonne dame, c'est comme ça, les jeunes, ils ont leur vie aussi...

Je vous conseille la lecture de ce roman qui se lit très rapidement et qui laisse au lecteur un sentiment doux-amer une fois terminé. Le sentiment d'avoir passer un moment hors du temps où la douceur de vivre et la simplicité prévalent sur la frénésie et l'égoïsme de notre époque mais aussi une indéniable nostalgie d'un temps révolu qui noue la gorge. Longue vie à nos mamies à blouse!

Et puis, Paulette... Je vous laisse la découvrir...

Egalement lus et chroniqués au Capharnaüm éclairé:
- "Allumer le chat"
- "A Mélie, sans mélo"

Posté par Nelfe à 17:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 3 avril 2014

"L'Amant" de Marguerite Duras

lamantL'histoire: "Très vite dans ma vie il a été trop tard."

La critique de Mr K: Voici un roman qui est une très récente acquisition. Trouvé par hasard dans un vide grenier près de chez nous, juste avant notre départ pour le sud-ouest, je l'ai glissé dans mes bagages en me disant que peut-être, si le cœur m'en disait, je pourrais le lire vu toutes les passions qu'il a pu déchaîner à sa sortie et ma haute opinion de l'adaptation qu'en a fait Jean Jacques Annaud. J'en ai lu la première page et je fus instantanément conquis par le style de Duras. Il ne m'a pas fallu bien longtemps pour en venir à bout!

Il s'agit d'un roman autobiographique, il faut donc entendre par là que Marguerite Duras s'est inspiré de ses souvenirs et qu'elle a brodé autour, tour à tour magnifié ou déprécié on retrouve des moments clefs de son adolescence car ici, il s'agit avant tout d'un focus approfondi sur la jeunesses de Duras en Asie du sud-est quand elle était petite durant l'entre-deux-guerre. Sa mère institutrice, ses deux frères et elle se démènent tant bien que mal dans ce qui était à l'époque une colonie française en Indochine. Une rencontre sur le bac de la rivière locale va l'initier à l'amour charnel et au désir, la forcer à prendre de la maturité et va bouleverser sa vie. Au passage, Duras égratigne sa famille et semble régler ses comptes avec un frère aîné à la fois tyrannique et déviant dans son comportement (menteur et voleur au sein du foyer familial et même ensuite).

Ce livre est remarquable a bien des points de vue. On ne peut dépeindre le style Duras sans en rendre la beauté et l'incroyable finesse. Se jouant de la syntaxe classique, du point de vue de narration (elle en change tout le temps et sans prévenir), la poésie est présente dans chaque phrase, dans chaque tournure, description et même dialogue. On nage dans l'esprit de l'écrivaine vieillissante qui revient sur une partie de sa vie marquante et plus généralement sur les dysfonctionnements de sa famille. On ne se cantonne donc pas à une histoire d'amour physique et sans issue (sacré Gainsbourg!) mais bel et bien à l'analyse d'une famille type de l'époque. Ainsi la mère déçue par la scolarité ratée (du moins le pense-t-elle) de ses deux garçons a de grandes ambitions pour sa fille et l'inscrit dans une pension, pour ensuite pouvoir l'envoyer dans l'équivalent de maths sup. Très vite cependant, la jeune fille lui fait part de son désir grandissant d'écrire, de livrer des histoires. Les heurts sont assez rock and roll au départ mais le caractère têtu de l'héroïne finira par briser la volonté maternelle qui n'a d'yeux finalement que pour l'aîné qui enchaîne déboires et malversations (il joue beaucoup et perd encore plus!). Tout cela donne lieu à de nombreuses réflexions de l'auteur qui revient pendant plus de la moitié du livre sur ses rapports si particuliers qui ont constitué son quotidien de jeune fille.

La relation qui s'instaure avec le jeune héritier chinois fait donc écho avec cette vie familiale mouvementée. On parle encore de race et c'est une étrange fascination l'un pour l'autre qui nous est décrit. Il a beau avoir 15 ans de plus qu'elle, c'est lui qui semble le plus fragile, le plus dépendant de l'autre. Il m'a bouleversé par sa sincérité et son amour infini pour cette jeune fille assez immature et inconsciemment cruelle. Leurs rencontres et leurs ébats donnent lieu à de très belles pages de littérature, peut-être même parmi les plus belles dans le genre tant il en émane de la pureté, de la cruauté et finalement une finesse à vous couper le souffle. Le côté éphémère de l'affaire rajoute une touche d'urgence et de passionnel développant l'émoi du lecteur qui ne peut s'échapper, prisonnier d'un style enchanteur et d'une histoire d'amour profonde et pourtant différente à la fois.

Au final, on peut dire que ce livre est un authentique chef d’œuvre où l'onirisme côtoie le réalisme le plus cru et parfois le plus dur (rapports frères – sœurs, l'amant chinois et sa famille). L'Amant propose aussi une très belle vision d'une époque désormais révolue sans jamais sacrifier à la psychologie des personnages pour lesquels on ne peut que s'attacher. J'ai été conquis, cueilli et estomaqué par cette lecture d'un autre temps à la dimension intemporelle cependant. Le serez-vous à votre tour?

vendredi 28 mars 2014

"Le Magasin des suicides" de Jean Teulé

le-magasin-des-suicidesL'histoire: Vous avez raté votre vie ? Avec nous, vous réussirez votre mort ! Imaginez un magasin où l'on vend depuis dix générations tous les ingrédients possibles pour se suicider. Cette petite entreprise familiale prospère dans la tristesse et l'humeur sombre jusqu'au jour abominable où surgit un adversaire impitoyable : la joie de vivre...

La critique de Mr K: Un Jean Teulé a toujours une saveur particulière surtout si le titre est attendu au tournant. Que ne m'a-t-on pas dit concernant Le magasin des suicides? Génial, drôle à souhait, piquant, dérangeant, ignoble... j'en passe! Avant ma lecture, je dois bien avouer que je pars avec un sentiment de confiance tant j'ai adoré nombre de lectures de cet auteur (liste des chroniques disponible en fin de post) et que je n'ai jamais été déçu.

L'auteur nous présente une famille très particulière. Espèce de famille Adams à la française, ils tiennent un magasin qui fournit tout ce qu'il faut pour se suicider: cela va de la corde classique, au revolver, aux poisons les plus raffinés aux effets divers et variés. Inutile de vous dire que ce n'est pas la joie de vivre qui les étouffe! Le fils aîné est mono-maniaque et crée des inventions plus macabres les unes que les autres et sa sœur ne s'aime pas et se révèle dépressive. Tout ceci fait le bonheur des deux parents qui prospèrent économiquement et ne voient aucune raison de changer. Mais voilà, en voulant tester un préservatif percé (nouvel acquisition du magasin pour se refiler des MST) les voilà parents pour une troisième fois... le petit Alan naît et au grand malheur de ses parents, il s'avère animé d'une joie de vie indéfectible!

Il faut bien avouer que le postulat de base est vraiment appétissant. Tout tourne autour du renversement des valeurs établies. On nage ici en plein univers ubuesque où les relations entre être humains et idées sont déviantes disons-le clairement! Mort, souffrance, suicide autant de notions souvent éludées ou évitées dans nos sociétés occidentales. Ainsi par exemple, les séquences narratives mettant en scène les commerçants et les clients sont toutes plus délirantes les unes que les autres, les amateurs d'humour noir (dont je fais partie) sont logés à la bonne enseigne. Les personnages sont croustillants à souhait, les parents qui ne comprennent pas leur petit dernier, le grand frère qui fait penser au Vincent du premier court métrage de Tim Burton, Alan le délirant et joyeux petit dernier... mais ma préférence va sans conteste à la sœur qui m'a touchée dans son évolution et qui me paraît être la grand réussite du livre avec la toute dernière phrase que j'ai trouvé lapidaire à souhait! On retrouve toute la verve et l'inventivité de Teulé pour nous marquer au détour d'une bonne phrase et d'une belle formulation. La langue fait une fois de plus merveille et c'est avec délectation que les pages s'enchaînent sans difficultés.

Pour autant, ce titre est loin d'être mon préféré de l'auteur. Je n'ai pas apprécié le tournant pris par la famille au contact du petit dernier, j'ai trouvé l'ensemble convenu et quelque peu cucul voir lénifiant, un comble pour un Teulé! Attention, ce livre est tout de même une belle expérience mais elle est loin d'être aussi marquante qu'un Darling, Le Montespan ou un Je, François Villon. Je trouve que Teulé ne va pas au bout de son concept et se complet dans un récit qui devient finalement assez prévisible hormis l'ultime pirouette finale qui rattrape tout de même ce qui précède.

C'est donc une semi-réussite ou une semi-déception pour moi, la première concernant un livre de cet auteur. Peut-être en attendais-je trop? Toujours est-il qu'à mes yeux, on est loin pour moi du côté "définitif" qui caractérisait ses œuvres jusqu'ici...

Déjà lus et appréciés du même auteur au Capharnaüm Éclairé:
- Darling
- Je, François Villon
- Charly 9
- Mangez-le si vous voulez
- Le Montespan
- Fleur de tonnerre

Posté par Mr K à 18:16 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 20 mars 2014

"Trilogie New-Yorkaise" de Paul Auster

180467-gf

L'histoire: Trilogie parue entre 1985 et 1986 sous trois romans puis éditée en un seul volume en 1987, les trois histoires se déroulent à New York et dans sa proche banlieue.

Cité de verre: Le personnage principal Quinn, écrivain de série policière au passé douloureux, accepte d'être pris par erreur pour un détective du nom de Paul Auster et se voit confier une mission bien étrange.

Revenants: Le détective privé, Bleu, payé par Blanc, doit suivre Noir, qui ne fait rien de ses journées.

La Chambre dérobée: Fanshawe disparaît. Il laisse derrière lui sa femme Sophie, son fils Ben, et des manuscrits qu'il a confiés à un ami, le narrateur. Celui-ci prend alors possession de la vie de Fanshawe: il publie les manuscrits, qui connaîtront le succès, il épouse Sophie et adopte Ben.

La critique de Mr K: J'avais été enchanté par ma première incursion chez Paul Auster avec le très réussi Leviathan que j'avais chroniqué ici même, il y a déjà quelques temps. C'est une fois de plus le hasard qui a guidé mes pas vers le présent volume que je trouvai à un prix imbattable chez... l'abbé! J'adore la typo des livres parus chez Babel ce qui a rendu ma lecture aisée et vous allez le voir aussi agréable qu'étrange. Paul Auster nous livre ici trois récits décalés et mystérieux au possible. Amateurs de récits linéaires où tout le boulot est mâché d'avance, passez votre chemin! Ici, on a plutôt affaire à du Lynch période Lost Highway... Ça tombe bien je suis fan! Et puis... il en faut pour tout le monde!

Dans ces trois histoires, tout tourne autour des thématiques de l'identité et de la liberté. On retrouve aussi les personnages-type du polar et du roman noir avec en premier plan celle du détective privé qui traîne ses guêtres sur les trottoirs de big apple pour dégoter des indices et des preuves pour résoudre ses affaires. Il est à chaque fois question de retrouver quelqu'un ou quelque chose de perdu qui a un lien plus ou moins proche avec l'identité du héros. Tout paraît simple au départ mais Auster aime redistribuer les cartes et cela donne des retournements de situation aussi inattendus que subtiles et prenants. Je dois avouer qu'il m'a fallu reprendre deux / trois passages pour bien capter la nouvelle inclinaison de l'histoire mais l'on peut dire que l'on ne s'ennuie pas tant on est pris régulièrement au dépourvu.

L'ambiance générale est vraiment angoissante. Pourtant, les situations ici livrées sont plutôt banales mais le déroulé vire toujours vers une zone inexplorée de notre imagination. Un peu comme si Paul Auster s'amusait à nous faire réfléchir et voir les choses autrement, du moins selon un point de vue que nous n'utilisons presque jamais. Il en résulte un certain malaise car on n'a pas l'habitude de voir des personnages se faire malmener de cette manière et ne cherchez nul espoir dans ces pages car même quand les choses semblent se calmer, un ultime et fatal revirement fait que l'on reste littéralement soufflé devant le mot fin.

La lecture se fait plutôt facilement malgré des circonvolutions parfois obscures et de nombreuses digressions dont cet auteur est coutumier. L'avantage, c'est que l'on s'endort moins bête qu'au réveil et que ces apports qui semblent au premier abord inutiles et futiles s'avèrent de précieux alliés pour appréhender le sens général de l'œuvre. On réfléchit beaucoup mais sans heurt ni mal sur notre propre condition et sur notre existence. A-t-elle un sens? Faut-il d'ailleurs qu'elle ait un sens? Qu'est-ce qu'une vérité? Qu'un point de vue? Autant de questions abordées ici à travers des destins torturés qui nous sont livrés en pâture sans lourdeur ni faux-semblant, attendez-vous donc à en prendre plein la face!

Bien que différente de mes lectures habituelles, j'ai vraiment aimé cette trilogie qui est une belle et grande réussite qui fait du bien à l'âme tant elle aborde des sujets qui nous touchent en tant qu'être humain et de trentenaire essayant d'avancer dans la vie. Il paraît que c'est l'âge où l'on commence à regarder derrière soi et à faire un premier bilan... Laissez-vous tenter si le cœur vous en dit, vous ferez un voyage à nul autre pareil!

Posté par Mr K à 19:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 16 mars 2014

"De l'eau pour les éléphants" de Sara Gruen

de_l_eau_pour_les_elephants_sara_gruen_couvertureL'histoire: Durant la Grande Dépression, dans les années 1930, les trains des petits cirques ambulants sillonnent les États-Unis, Jacob Jankowski, orphelin sans le sou, saute à bord de celui des frères Benzini et de leur "plus grand spectacle du monde". Embauché comme soigneur, il va découvrir l'envers sordide du décor. Tous, hommes et bêtes, sont pareillement exploités.

La critique de Mr K: Voici de nouveau un livre dégoté chez l'abbé, fournisseur quasi officiel de ce blog pour ceux qui ne l'auraient pas encore remarqué! Beaucoup de choses ont été dites sur ce roman et sur son adaptation au cinéma. Je suis particulièrement friand de romans se déroulant dans le milieu des foires et des cirques, je pense ici notamment au très bon Liliputia de Xavier Mauméjean, à La foire des ténèbres de Ray Bradbury, au Un Froid d'enfer de Joe R. Lansdale ou encore le cultissime Cristal qui songe de Théodore Sturgeon. Vu que le succès monstre de ce roman, je pouvais tabler sur une lecture au moins agréable voir marquante. Mon avis est mitigé.

On suit ici les tribulations du jeune Jacob qui décide de planter ses examens finaux à l'école de vétérinaire car ses parents meurent brutalement lors d'un accident de voiture. Sans projet précis en tête, sa route va croiser celle d'un cirque dans lequel il va réussir à se faire embaucher comme soigneur attitré de la ménagerie. Il va y découvrir l'envers du décor du monde du cirque, un monde d'exploitants et d'exploités, où chacun doit se battre pour survivre. Artistes, videurs, ouvriers; tous sont sous le joug d'oncle Al, patron du convoi et véritable despote. Au milieu de cette jungle humaine des plus repoussante et souvent cruelle, Jacob rencontrera la belle écuyère Marlène et une drôle d'éléphante répondant au doux nom de Rosie.

Je peux comprendre l'énorme succès de ce livre. Il est tout d'abord très facile d'accès, l'écrivain enfile les mots et les phrases avec délicatesse, livrant une langue sans chichi, ni figures trop complexes. Les personnages sont très bien plantés bien que caricaturaux et l'histoire ménage suffisamment le suspens tout au long de l'ouvrage. Bonne idée en tout cas de régulièrement faire le parallèle entre le périple de jeunesse de Jacob et sa situation actuelle dans un hospice où il semble se laisser mourir. Pour ma part, c'est ce que j'ai préféré dans le roman, les parties où l'on retrouve Jacob allant sur ses 93 ans. J'ai trouvé ces passages très touchants et je dois avouer avoir été ému aux larmes sur certains passages parlant de la dépendance et du côté liberticide des maisons de retraite. Bien heureusement, la fin arrive à point nommée et lui réserve une surprise de taille. Rien que pour cela, ça valait le coup de lire ce livre. J'ai aussi apprécié le traitement du background, la crise de 29 et ses conséquences sur la société US de l'époque sont remarquablement rendus et ceci par petites touches subtiles. Bien réalisé aussi, la critique au vitriol de l'univers des cirques de l'époque et les petites cruautés et vexations quotidiennes auxquelles sont soumis tous les travailleurs des cirques. La lecture est aisée et ne m'a pris que deux jours.

Malgré tout, je n'ai pas été emballé plus que cela. J'ai eu la désagréable impression d'avoir déjà lu tout cela autre part (surtout la partie se déroulant pendant la jeunesse de Jacob). Peu ou pas de surprises dans les rebondissements (on devine comment les choses vont se dérouler au fil du récit), des personnages sans réel relief / caricaturaux auxquels on ne s'attache guère (sauf Jacob vieux, j'insiste!) et dont la psychologie de bazar ne m'a pas du tout touché. Auguste est ainsi bien trop méchant et sadique pour être crédible, Marlène est une cruche hésitante et agaçante et Jacob ma foi... ne m'a pas plus plu que cela dans le rôle du jeune homme découvrant la vie. Reste cependant quelques personnages secondaires bien croqués comme le vieil alcoolique Camel ou le nain Walter.

Au final, je dirai qu'on a ici affaire à un bon livre détente pour la plage, il ne demande peu ou pas de réflexion, se lit très facilement mais ne révolutionne aucunement le genre. Aussi vite lu qu'oublié, sa lecture est donc dispensable tant le choix est énorme en la matière.

Posté par Mr K à 18:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 6 mars 2014

"Monsieur Jean - Les Nuits les plus blanches" de Dupuy et Berberian

monsieur jeanL'histoire: "Le sommeil c'est comme l'amour, plus on le cherche, moins on le trouve" Clément V. (un ami de Monsieur Jean)

La critique de Mr K: Et de deux! J'ai enfin réussi à mettre la main sur un autre volume de la série de Monsieur Jean de Dupuy et Berberian. Comme dit dans mon précédent post concernant le volume 1 L'amour, la concierge, cette série est un plaisir de chaque instant entre humour et constat sur la vie quotidienne d'un néo trentenaire. Et oui, Monsieur Jean fête ses trente ans au début de ce volume et il broie du noir!

Pourtant, il a son petit appartement, il est publié (Monsieur Jean est écrivain) et a une vie somme toute confortable. Mais voilà, comme chacun d'entre nous, cela ne lui suffit pas. Éternel célibataire collectionnant les conquêtes féminines, il n'est toujours pas posé familialement (cela semble le titiller de plus en plus) et les trente ans sonnent un peu comme un échec. Il a beaucoup de mal à dormir ce qui donne des historiettes drolatiques à souhait livrant pèle mêle toutes les visions oniriques de ses rêves. On rit beaucoup de lui dans ces moment là même si on ne peut s'empêcher d'être touché par cet être un peu esseulé qui plane parfois à 10000! Mention spéciale à l'attaque dévastatrice de pizzas aux anchois sur une armée de Monsieur Jean terrés dans des tranchées. 14-18 quand tu nous tiens!

monsieurjean1

On le retrouve tout de même entouré de ces deux amis déjà aperçus dans le volume précédent. Il y a toujours Félix qui squatte moins l'appart de Monsieur Jean mais se révèle toujours aussi gaffeur et gamin. Ainsi vous verrez comment au nom de l'amitié, le héros va aider son copain de toujours à déménager et louper par la même occasion un rencard crucial dans sa vie sentimentale plutôt morne. Il y a aussi Clément un autre ami du héros qui le vanne à chaque entrevue et qui par là même, l'aiguillonne sur quelques choix cruciaux de la vie. Vous verrez aussi notre héros aller à contre cœur au Portugal pour présenter son ouvrage avec son traducteur attitré bavard comme une pie. Cela donne lieu à des quiproquos de première classe et à des rencontres hors norme. Enfin, une autre micro récit le met aux prises avec son double négatif désirant par dessus tout le pousser vers le bas. C'est encore une charmante demoiselle qui le sortira de ce mauvais pas.

monsieur_jean2

Au final, j'ai à nouveau passé un excellent moment en compagnie du héros de Dupuy et Berberian. On retrouve son flegme d'écrivain parisien si attachant et un humour à la fois stylé et percutant. Les dessins restent égaux à eux mêmes et soulignent à merveille la finesse des scénarios livrés. Il y a une fois de plus une part de nous même dans les personnage de cette BD est c'est sans doute ce qui fait qu'elle fait mouche à chaque fois. À découvrir si ce n'est pas déjà fait!

jean3

samedi 1 mars 2014

Pétage de plombs littéraire de début de vacances

Depuis hier soir, Mr K est en vacances. Remarquant que nous n'avions pas assez de choses à lire à la maison (hum...), il a eu la bonne idée d'aller chez Emmaüs aujourd'hui. Je suis faible, j'ai suivi... Et là, c'est le drame... pour notre PAL!

Roooo bon, ça va, c'est pas comme si c'était tout le temps!!! Je pars me cacher et je vous laisse découvrir le craquage du jour.

Côté BD:

Emmaus

- Les Passagers du vent (Tomes 1 à 5) de François Bourgeon, auteur hautement apprécié de Mr depuis sa lecture de "Les Compagnons du crépuscule". Depuis le temps que cette série lui faisait de l'oeil, il n'allait pas s'en priver vu le prix affiché.
- Monsieur Jean - Les Nuits les plus blanches de Dupuy et Berberian. Un Monsieur Jean ne se refuse pas pour Mr K!
- Légende et réalité de Casque d'or d'Annie Goetzinger. Une dessinatrice déjà dans la bdthèque et très apprécié ici.
- Je m'appelle Jean Cyriaque de Jean-Pierre Dionnet et Jean Solé. Une BD bien barrée datant d'une époque dorée.

Acquisitions Nelfesques:

Emmaus1

- "Bernard" de David Foenkinos parce que j'ai été intrigué par ce roman/nouvelle qui reprend les personnages et la trame de "La Tête de l'emploi" que j'ai lu il y a peu tout en ayant l'air différent. Etrange!
- "La Couleur des sentiments" de Kathryn Stockett que Mr K m'a déniché et que nous voulions lire tous les 2. Future chronique à 4 mains!
- "L'Abandon" de Peter Rock. Là encore, future chronique à 4 mains. Ca m'a l'air bien malsain et éprouvant comme roman...
- "Itinéraire d'un salaud ordinaire" de Didier Daeninckx. Premier Daeninckx pour moi et ici il est question de la seconde guerre mondiale. Je n'ai pas pu résister.
- "Les Vacances d'un sérial killer" de Nadine Monfils. Aaaaah! Depuis le temps que je veux le lire!
- "Le Petit monde du Golem" de Joann Sfar. Parce que j'adore cet homme autant en auteur de BD qu'en roman ou en réalisateur.

Acquisitions de Mr K:

Emmaus3

- "Une Dernière chance pour Rebus" et "Du fond des ténèbres" de Ian Rankin. C'est toujours un plaisir de suivre les enquêtes de Rebus l'écossais. Ces deux là me tendaient leurs petites menottes.
- "L'Armée furieuse" de Fred Vargas. Enfin en poche et d'occas'! Trop la classe!
- "Un Blues de coyote" de Christopher Moore. L'occasion m'est enfin donné de lire un autre ouvrage de l'auteur du cultissime "L'Agneau".
- "Le Premier cavalier de l'Apocalypse" de John Case. Epidémie virale, complot, sciences, sectes, prophétie, Apocalypse... Il ne m'en fallait pas plus pour acquérir ce volume.

Emmaus2

- "Les Conseils de Tonton DSK" de Plantu parce qu'un Plantu, ça ne se refuse pas!
- "Le Complot contre l'Amérique" de Philip Roth. Cet auteur m'avait ému aux larmes avec "Un Homme", gageons qu'il me fasse frissonner avec cette uchronie bien sombre.

Emmaus4

- "Les Déferlantes" de Claudie Gallay. Sujet du DNB 2013, auréolé du Grand Prix des Lectrices Elle, de multiples critiques positives m'ont encouragé à tenter l'aventure.
- "Concerto à la mémoire d'un ange" d'Eric-Emmanuel Schmitt. Un ouvrage de l'auteur que je n'avais pas encore lu et comme on l'adore au Capharnaüm, pas question de ne pas lui ouvrir notre bibliothèque.
- "Le Magasin des Suicides" de Jean Teulé. Parce que je ne l'ai toujours pas lu et c'est une honte quand on sait que j'adore Teulé!
- "La Mort du roi Tsongor" et "La Porte des Enfers" de Laurent Gaudé. Car l'écriture de Gaudé, c'est comme le chocolat, ça fond dans la bouche et c'est un bonheur renouvelé à chaque lecture.
- "Baise moi" de Virginie Despentes. Pour le relire, le réapprécier et puis comme tous nos lecteurs fidèles le savent, je suis profondément amoureux de la dame et de son style.
- "J'irai cracher sur vos tombes" de Boris Vian. Depuis des années, on m'en a parlé, je l'ai cherché, je l'ai enfin trouvé! Je vais bientôt avoir mon avis fixé.
- "La Joueuse de go" de Shan Sa. J'aime les jeux, j'aime l'Histoire, à priori ce roman devrait me plaire surtout qu'il a bonne presse.
- "Les Charmes discrets de la vie conjugale" de Douglas Kennedy. Une histoire de passé qui ressurgit, entre les mains de Douglas Kennedy, ça promet de faire des étincelles.

Conclusion: Mr K a explosé sa PAL qui était déjà fort bien remplie. Quant à la mienne, son sort n'est pas enviable.
Bon ben je crois que vous avez là les principales occupations de nos prochains mois!!!
Et encore... On s'est retenu...

mercredi 26 février 2014

"Demain j'arrête!" de Gilles Legardinier

demainjarreteL'histoire: Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides.
Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu'elle n'a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier... Mais tout cela n'est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu'elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret.
Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu'à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons- nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?

La critique Nelfesque: Voici un roman que j'avais offert à mon amie Cha à son dernier anniversaire et que je me suis empressée de lui piquer lorsqu'elle l'a terminé. Oui, je suis comme ça. Mes présents ne sont jamais totalement désintéressés... J'ai mis un peu de temps à le commencer mais une fois dedans je l'ai littéralement avalé.

"Demain j'arrête!" est un roman très girly que l'on pourrait qualifier de chick lit si il n'était pas écrit par un homme. La cible est clairement féminine. C'est d'ailleurs franchement affiché sur la couverture: du rose flashy, un chat (so cute et qui ressemble drôlement à notre Tesfa (l'air aimable, c'est bien le sien)!) et une pointe de ridicule avec ce bonnet péruvien assorti au tapis (off course)! Ah théorie du genre quand tu nous tiens... Et ça se sent aussi dans l'écriture. Gilles Legardinier a une plume simple, désinvolte, très second degré et les situations dans lesquelles il met son personnage principal, Julie, est des plus rocambolesque.

Très "Bridget Jones" dans le ton, cela ne m'étonne pas que "Demain j'arrête!" ait eu et ait encore autant de succès auprès de mes copines lectrices. On est ici en présence d'un roman frais, drôle, pas prise de tête pour un sou. Un roman avec lequel on passe un bon moment de rigolade (je n'ai pas pu m'empêcher de rire à la lecture de certaines situations, notamment le mariage et la copine chasseuse de vampire (grand moment!)). C'est n'importe quoi et c'est très drôle.

Je ne suis pas une grande habituée de ce genre littéraire mais de temps en temps ça fait du bien. Pour moi, c'est typiquement le roman de vacances que l'on amène sur la plage. Et puis, plus qu'un roman drôle pour nanas c'est aussi une vraie déclaration d'amour de Gilles Legardinier à la gente féminine. Bon certes à la gente féminine un peu farfelue, fofolle et trentenaire en premier lieu mais pas seulement puisque l'on croise des femmes dans la cinquantaine et même octogénaires dans ces pages et l'auteur les met en scène avec autant de justesse, de respect et d'amour. J'ai beaucoup aimé la relation de Julie avec sa petite "mémée voisine" Alice. J'ai même versé ma larme (faut que je fasse attention, ça m'arrive de plus en plus souvent en ce moment!).

A travers l'histoire de Julie et de son obsession pour son voisin Ric, c'est toute la vie d'un quartier que l'auteur dépeint. Tout le monde se connait depuis des années, les enfants ont grandi ici et sont maintenant des adultes bienveillants, all you need is love et love is everywhere. Oui, par moment j'ai trouvé cela très cucul et déconnecté de la réalité où clairement les choses ne se passent pas comme cela. Dans la vraie vie, c'est métro boulot dodo. Quand on rentre chez soi, on se détend, on ne s'amuse pas à aller jouer les Amélie Poulain chez la mamie du 3ème... C'est bien dommage mais si à l'origine on était dans cet état d'esprit, la vie et les autres font que bien souvent les choses changent quelque peu avec le temps. Chienne de vie tiens!

Reste avec "Demain j'arrête!" un très chouette roman anti grise mine. Quelques 400 pages de "huhu" et de tendresse pour cette petite nana de 29 ans qui se la joue midinette. Et midinette, on l'a toute été au moins une fois. Je ne sais pas vous mais au final, moi, j'aurai bien aimé être copine avec Julie!

Posté par Nelfe à 17:28 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 24 février 2014

"Au revoir là-haut" de Pierre Lemaitre

aurevoirlahautL'histoire: "Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d'avantages, même après".
Sur les ruines du plus grand carnage du XXème siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu'amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts...

La critique de Mr K: Lors de l'annonce du prix Goncourt 2013, je me suis réjoui pour trois raisons. Tout d'abord, on primait une maison d'édition autre que les cadors qui se partagent le prix depuis des lustres, deuxio le lauréat était un auteur issu du polar (genre sous-évalué par la nomenklatura intellectuelle de France) et enfin, il s'agissait d'un livre se déroulant durant la première guerre mondiale et les années qui se déroulent juste après, période historique que j'affectionne tout particulièrement et que j'ai déjà eu l'occasion d'évoquer ici même avec le classique de Dorgelès Les croix de bois et plus récemment, la BD sur les poilus devenus fous durant le conflit. C'est avec grand plaisir que je reçus ce livre pour Noël de la part de belle maman qui décidément se révèle précieuse et à l'écoute des pistes lancées par ma Nelfe adorée! Merci chérie!

Le livre commence dans la boue des tranchées où nous suivons trois hommes dont les destins ne vont faire que se croiser dans les mois et années à venir. Deux troufions de base lancés sur le no man's land à l'assaut de la colline 113 vont être les témoins d'une bavure insoutenable, commis par leur lieutenant, Henri d'Aulnay Pradelle, personnage que vous adorerez détester tout comme moi. Edouard et Albert ne vont cesser d'essayer d'échapper à ce prédateur, nobliaux qui en veut au monde entier et qui par ses manières courtisanes essaie de redorer le blason terni de sa famille. Au sortir de la guerre, Edouard est défiguré et Albert traumatisé par ce qu'il a vécu. Une amitié est née durant le conflit et va se révéler indéfectible. Ils vont mettre sur pied une machination amorale en ces temps de deuil national pour gagner leur place au soleil. Mais voilà, on n'a rien sans rien et les risques sont importants. Commence alors un compte à rebours des plus angoissant pour tous les protagonistes...

Ce livre est une merveille, une gigantesque claque que l'on se prend en pleine face. L'immersion est totale et dès les premiers chapitres on ne peut que constater le talent rare dont fait montre Pierre Le Maître pour reconstituer la grande boucherie de 14-18. Digne de Barbusse et de Dorgelès (et pourtant, il ne l'a pas vécue!), nous sommes plongés dans la boue, la mitraille et le vacarme de la guerre de tranchées. Le réalisme perdure dans la période qui suit où l'auteur nous brosse un portrait fidèle, vivant et fascinant de la société française d'après guerre. Nul milieu n'échappe à sa plume: au fil des personnages qui nous sont ici livrés, il évoque avec pudeur et précision le prolétariat le plus pauvre, les poilus revenus vivants et traumatisés, les gueules cassées que l'on considère avec honte et parfois avec horreur, la place de la femme dans la société de l'époque, la bourgeoisie décadente, le haut fonctionnariat et les carrières qui se font et se défont au fil des scandales et des promotions. C'est autant de figures et personnages remarquablement ciselés que nous apprenons à apprécier, déprécier voir parfois détester.

Malgré quelques libertés historiques prises pour mieux aérer l'intrigue, le background est saisissant et très abordable même si l'on n'a pas d'études supérieures d'histoire derrière soi. Les milieux militaires et commémoratifs sont explorés au scalpel et l'on se rend vite compte que derrière les grands principes et les idéaux républicains, l'argent roi, le carriérisme et l'intérêt particulier prime sur le devoir de mémoire et de reconnaissance. Nos pauvres poilus en sont réduits à la fonction de simples pions que l'on peut sacrifier et déshonorer sans remord aucun. La tension et l'atmosphère de l'époque sont très bien rendus et par moment pour éviter de sombrer dans la mélancolie et le dégoût quelques passages solaires, lumineux entretiennent l'espoir malgré un récit angoissant et il faut bien le dire, stressant au possible. On est tellement épris de sympathie pour ces deux victimes de la guerre (Albert et Edouard) qu'on ne peut que frémir face aux péripéties que l'auteur sadique se complait à les faire traverser. Les personnages secondaires sont aussi très réussis, j'ai aimé le vieil industriel qui commence à aimer et à penser à son fils seulement après sa disparition, Madeleine est aussi une vraie réussite résumant à elle seule les femmes d'une certaine classe sociale dans le rôle qu'on leur donne et les choix qui leur sont offerts, il y a aussi le personnage de la petite Louise qui est un véritable rayon de soleil au cœur de ses destins torturés qui nous sont ici proposés.

L'ouvrage compte exactement 564 pages et vous pouvez me croire quand je vous dis que c'est un bonheur de chaque instant, que le plaisir grandit au fil des chapitres traversés par un esprit de plus en plus obnubilé par une trame dense et maitrisée. Maître du suspens, à la langue à la fois exigeante et abordable, impossible de résister, de tenter de s'échapper, on veut connaître et savoir la fin de cette histoire hors norme, à la fois attirante et repoussante de part ses tenants et ses aboutissants. On passe vraiment par tous les états et au final, c'est avec un grand sourire au lèvre et la satisfaction d'avoir lu une œuvre majeure que l'on referme ce livre heureux et ému.

Une grande grande lecture qui m'a marqué et restera longtemps gravé dans ma mémoire. À lire absolument!