samedi 6 février 2016

"Le Pique-nique des orphelins" de Louise Erdrich

pique nique des orphelinsL'histoire : La dernière chose que Mary et Karl entrevoient de leur mère, c'est la flamme de ses cheveux roux émergeant du biplan qui l'emporte pour toujours aux côtés d'un pilote acrobate... Devenus orphelins, les enfants montent dans un train de marchandises afin de trouver refuge chez leur tante, dans le Dakota du Nord.
Ainsi commence, en 1932, une chronique familiale qui s'étend sur plus de quarante ans, et fait vivre toute une galerie de personnages hors du commun en proie aux paradoxes de l'amour.

La critique Nelfesque : Nouvelle plongée dans l'écriture de Louise Erdrich après "Love medecine" que je n'avais pas vraiment apprécié et "La Malédiction des colombes" pour lequel j'avais eu un petit coup de coeur. Une autre lecture s'imposait donc pour faire pencher la balance... "Le Pique-nique des orphelins" vient de sortir en librairie chez Albin Michel mais il ne s'agit pas à proprement parler d'un nouveau roman. En effet, celui-ci est paru en 1986 aux USA et s'offre cette année une nouvelle traduction. Il s'agit du deuxième roman de l'auteure.

Tout commence en 1932, en pleine Grande Dépression aux États-Unis. Mary et Karl, 14 et 11 ans, vivent avec leur mère Adelaide. Cette dernière est aussi la maîtresse de Mr. Ober, un riche industriel, et ensemble ils vont avoir un bébé, Jude. Mais lorsque la crise éclate et que Mr. Ober trouve la mort, Adelaide se retrouve sans ressources et sans maison (celle ci étant au nom de monsieur et Adelaide et sa famille n'ayant pas de liens officiels avec le défunt). C'est alors qu'elle émet l'idée de partir chez sa soeur dans le Dakota du Nord avec ses enfants.

Ce voyage vers le Dakota aura bien lieu mais seulement pour Mary et Karl. Leur mère les ayant abandonnés pour les beaux yeux d'un pilote lors d'une foire, le jeune Jude est laissé aux bons soins de la famille Miller. La peur et la faim au ventre, ils montent dans un train de marchandises en route vers les terres de leur tante. Après bien des péripéties, c'est seule que Mary retrouvera Fritzie, son mari Pete et leur fille Sita.

Véritable roman chorale, "Le Pique-nique des orphelins" accompagne le lecteur dans l'Amérique profonde et rurale des années 30 à travers les yeux d'une kyrielle de personnages. La cousine, la tante, la meilleure amie mais aussi le frère, le notable de la ville, l'oncle handicapé... Chacun avec son âge, ses mots, sa perception du monde et son expérience peint un tableau sur plusieurs dizaines d'années qui nous amènera vers les dernières années de la vie de Mary.

Avec une écriture finement ciselée et qui permet au lecteur de se faire une image mentale parfaite et détaillée des lieux, Louise Erdrich n'écrit pas ici un roman à énigmes, contrairement à ce que pourrait faire penser la quatrième de couverture, mais une saga familiale riche en petits et grands évènements. L'existence banale mais pour le moins tourmentée d'une petite américaine qui va vivre un moment important dans l'Histoire des États-Unis en direct de sa ville de province.

40 ans séparent la première de la dernière page, 3 générations se succèdent, cohabitent, s'aiment ou se détestent. Les liens entre les personnages sont complexes et froideur, fierté, jalousie, regrets peuplent ce roman. Là réside la grande force de ce "Pique-nique des orphelins", celle de nous donner à voir les fils délicats et ombrageux qui lient les hommes entre eux. Famille ou amis, simples connaissances ou confidents, chaque individu interagit avec son semblable de par ses réactions ou sa façon d'être et influe sur les évènements à venir. Ne vous attendez pas ici à une histoire complexe ou des destins hors du commun mais laissez-vous porter par la vie, parfois douce, parfois tourmentée, des habitants de Argus dans le Dakota du Nord.

Je ne peux que vous conseiller ce roman riche, complexe dans les relations humaines et empli de poésie qui parle à notre part d'humanité et éveille chez le lecteur ses besoins de liberté et de grands espaces. Quel est le prix de l'épanouissement personnel ? Quand se sent-on réellement chez soi ? Qu'est-ce que l'amour et quels liens nous relient les uns aux autres ? Autant de questions existentielles pour lesquelles Louise Erdrich amènent quelques réponses à travers le destin de la famille Adare. Une belle leçon de vie et d'humilité.


mercredi 3 février 2016

"Le Gardien de nos frères" d'Ariane Bois

le-gardien-de-nos-freresL'histoire : En 1939, Simon Mandel a 16 ans. Entré dans la Résistance, il sera blessé au maquis. En 1945, la guerre lui a tout pris et notamment Elie, son petit frère, disparu dans des conditions mystérieuses. Dans une France désorganisée et exsangue, Simon embrasse une nouvelle cause, celle des Dépisteurs. Ces jeunes Juifs, anciens scouts et combattants, ont pour mission de retrouver des enfants dont les parents ne sont pas revenus des camps. Sillonner le pays à la recherche des siens est sans doute le seul espoir pour Simon de retrouver Elie.
Dans ce monde traumatisé où le retour à la vie sera pour certains une tragédie de plus, Simon rencontre Léna, survivante du ghetto de Varsovie. Rejetée par son propre pays, la Pologne, elle cherche elle ausse à redonner un sens à son existence. De Paris à Toulouse, d'Israël à New York, la reconstruction bouleversante de deux jeunes révoltés portés par la force de l'amour et le souffle de l'Histoire.

La critique Nelfesque : Encore une belle lecture et une belle découverte aujourd'hui avec "Le Gardien de nos frères" d'Ariane Bois. Vous commencez à le savoir maintenant, la seconde guerre mondiale est un sujet qui me passionne mais j'ai rarement lu d'ouvrages traitants de la recherche d'enfants juifs au sortir de la guerre. L'auteure s'attache ici à nous narrer la difficile reconstruction d'un peuple qui, une fois traversés des moments extrêmement durs de son histoire, va s'engager dans une quête des siens disparus. Une quête parfois vaine et douloureuse.

Nous faisons la connaissance de la famille Mandel par le biais de Simon. Jeune français de confession juive, il vit dans une famille nombreuse et aimante. La guerre va s'emparer de ce bonheur, séparer les parents et les enfants, parquer le père, faire fuir la mère, déposséder les Mandel de tous leurs biens et enrôler Simon et sa soeur Madeleine dans la Résistance. Elle va aider des enfants juifs à quitter le pays, lui va se battre dans le maquis. Malheureusement, ce dernier va être gravement blessé et à la fin de la guerre, lorsqu'une fois sur pieds il veut retrouver sa famille, il va se heurter à une porte close. Tous ont disparu, l'appartement familial a été pillé et réattribué à une "bonne famille française". Le cauchemar n'est pas terminé, Simon va devoir faire face à une nouvelle épreuve, essayer de se reconstruire, faire le deuil de bon nombre de personnes aimées et tenter de retrouver les siens.

C'est ainsi qu'il devient dépisteur dans une organisation juive. Ayant pour but de localiser, récupérer et réinsérer dans leur communauté les enfants juifs éparpillés sur tout le territoire français pendant la guerre afin de les cacher, la tâche est ardue et le chemin est long. En binôme avec Léna, juive polonaise ayant vécu dans le ghetto de Varsovie et perdu toute sa famille, ils vont entreprendre un travail de fourmi dans le sud-ouest de la France et apprendre à se connaître l'un l'autre, eux qui ont tout perdu et beaucoup enduré.

Ariane Bois, à travers le destin et les recherches de Simon et Léna, nous dresse le portrait de la France d'après guerre et d'une population française capable du meilleur comme du pire. Chaque enfant retrouvé est autant d'histoires à raconter, autant de français au grand coeur ou opportunistes qui ont ouvert leurs maisons, leurs écoles, leurs couvents, qui pour de l'argent, qui pour le bien être des enfants. Nous avons là tout un panel d'hommes et de femmes qui composaient la France de l'époque. Certains ont vu en ces enfants une main d'oeuvre bon marché, d'autres un moyen de subsistance contre rémunération, d'autres encore des âmes à sauver en les convertissant au catholicisme ou des petites filles faciles à abuser. Une galerie d'horreur qui se rajoute à l'horreur et qui fait froid dans le dos. Heureusement, au milieu de toutes ces abjections et cette effroyable réalité, certains ont recueilli des enfants avec altruisme, générosité et amour. Dans ces familles, il est alors parfois difficile de voir partir un enfant chéri et choyé qui fait dorénavant parti de la famille et pour qui une séparation supplémentaire est un véritable déchirement.

L'auteure ne fait pas ici dans la facilité ni dans le manichéisme. La complexité des sentiments et des liens entre les hommes est finement décrite et la douleur ressentie par les personnages ici présentés est palpable. Les épreuves sont dures, les désillusions aussi mais au bout du chemin il y a l'espoir. L'espoir pour Simon de retrouver son petit frère et de construire une nouvelle vie avec lui, l'espoir pour Léna de trouver un sens à sa vie.

"Le Gardien de nos frères" est un très beau roman sur "l'après". Sur la reconstruction, sur le deuil, sur l'absence, sur le renoncement mais aussi une mise en lumière de l'engagement des dépisteurs et la vie des rescapés, ceux qui ont échappé à l'horreur, se sont cachés, se sont battus et ont perdu des êtres chers. Un roman qui est en plein dans l'actualité puisqu'avait lieu, le 27 janvier dernier, la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste et que se tient en ce moment même et jusqu'au 30 octobre 2016 une exposition sur le thème de "l'après" au Mémorial de la Shoah (notez, si vous êtes à Paris, qu'une rencontre avec l'auteure, Ariane Bois, s'y tiendra demain). Je ne manquerai pas de vous en parler dans l'année lorsque je m'y serai rendue. En attendant, plongez-vous dans "Le Gardien de nos frères" et dans le destin de ces hommes et femmes fascinants par leur courage et leur soif de vivre malgré tout.

vendredi 29 janvier 2016

"Un Autre que moi" de Véronique Olmi

9782226323910g

L'histoire : Se retrouver face à un homme de quatre-vingts ans qui prétend être lui-même : c'est l'étrange expérience que fait Fred le soir de ses quarante ans. Peut-on modifier le cours du temps ? Qui y perdrait, et à quel prix ?

La critique de Mr K : Lecture d'un texte théâtral aujourd'hui avec cette pièce, Un Autre que moi, de Véronique Olmi, dramaturge appréciée et jouée dans plusieurs pays. Je ne suis pas forcément un aficionados du genre en mode lecture, préférant voir ces textes joués et interprétés. Force est de constater qu'il n'en a rien été ici avec une lecture rapide, divertissante, émouvante et source de réflexion sur notre vision de la vie et du temps qui passe.

Fred s'est isolé dans une chambre d’hôtel minable en proche banlieue le jour de ses quarante ans. Pourquoi? Parce qu'il a un coup de spleen bien évidemment! La légendaire crise de la quarantaine couve et l'idée de se réunir pour l'occasion en famille et avec les amis ne le motive pas, mais alors pas du tout! Il a donc décidé de rester seul dans sa chambre malgré les récriminations de sa femme Laura et du futur conseil de famille qui en découlerait et qu'il redoute encore plus. C'est dans cet état de confusion qu'il s'interroge sur lui et son avenir, notamment en terme de santé et de pouvoir de séduction…

C'est alors que rentre en scène Frédéric, c'est-à-dire lui même mais à 80 ans. L'étonnement cède vite la place à la méfiance puis la révélation. Tour à tour, Fred soupçonne Frédéric d'être un agent / espion à la solde de sa femme pour le forcer à rentrer à la maison pour fêter le dit anniversaire, un imposteur venu le tourmenter… Mais il doit assez vite se rendre à l’évidence, cet homme en sait beaucoup trop sur lui, s'ensuit une discussion à bâton rompu qui va permettre à chacun de dire ce qu'il pense de lui, évoquer le passé commun mais aussi le futur qu'il reste à vivre pour l'autre. Cela donne lieu à des dialogues enlevés où chacun n'hésite pas à lancer quelques scuds bien sentis à l'autre, je vous livre un court passage fort séduisant en la matière:

FRED: Il y en a qui voient surgir des strip-teaseuses de leur gâteau d'anniversaire… Et moi: un vieux bipolaire incontrôlable. C'est vraiment la fête…

FREDERIC: Tandis que moi, passer mes quatre-vingts ans dans une piaule minable avec un déprimé alcoolique, c'est l'apothéose!

Page 76

Mais derrière ces répliques acides, les révélations surprenantes, on entr'aperçoit un fond beaucoup plus sérieux et existentialiste. Jusqu'à quel point peut-on maîtriser sa vie? Et si l'on fait des erreurs, peut-on se le reprocher? N'y aurait-il pas moyen d'agir autrement? Le destin existe-t-il? Peut-on le modifier? Autant de questions qui se densifient en filigrane du dialogue principal qui éclaire peu à peu les zones d'ombre des personnages concernant leur mariage mais aussi leur passé plus ancien et notamment le rapport intime qu'il entretenait avec leur grand-père. Ce passage est extrêmement touchant et agira comme un révélateur sur Fred.

Plus trivialement, on explore aussi le rapport des hommes à la séduction et aux femmes qui sont omniprésentes dans ce texte malgré l'absence de personnages féminins en chair et en os. L'amour est donc omniprésent avec ses bienfaits mais aussi ses dérives: l'épouse castratrice ou du moins dominatrice qui dirige la vie de Fred seulement parce qu'il le veut bien, l'éveil à l'amour sincère et simple plus tard pour Frédéric… autant de facettes d'une vie disséquée au scalpel par une auteure avare en mots mais qui touche juste à chaque réplique. D'ailleurs le livre en lui-même est plutôt court (137 pages) et il se lit en moins d'une heure avec un plaisir renouvelé à chaque page. L'écriture très contemporaine y est pour beaucoup, familiarités et bons mots s’enchaînent sans discontinuer et accrochent définitivement le lecteur désirant connaître le fin mot de l'histoire. Un petit plaisir qu'il serait donc dommage de bouder.

mercredi 27 janvier 2016

"Knight of cups" de Terrence Malick

Knight of cups

L'histoire : "Il était une fois un jeune prince que son père, le souverain du royaume d’Orient, avait envoyé en Égypte afin qu’il y trouve une perle. Lorsque le prince arriva, le peuple lui offrit une coupe pour étancher sa soif. En buvant, le prince oublia qu’il était fils de roi, il oublia sa quête et il sombra dans un profond sommeil..."
Le père de Rick lui lisait cette histoire lorsqu’il était enfant. Aujourd’hui, Rick vit à Santa Monica et il est devenu auteur de comédies. Il aspire à autre chose, sans savoir réellement quoi. Il se demande quel chemin prendre.

La critique de Mr K : 6/6. LA CLAQUE!

La critique Nelfesque : 0/6. LA LÉTHARGIE !

La critique de Mr K (la vraie) : Non mais je déconnais, j'ai plein de choses à vous dire sur ce film bien barré, hautement maîtrisé et à la portée métaphysique hors norme. Durant 2h, je n'étais plus là, je ne faisais qu'un avec le film entre fascination pour les destinées humaines évoquées et interrogations personnelles sur ma propre existence. Honnêtement, rarement un film ne m'a fait cet effet là et je me souviendrai longtemps du dernier Malick qui clôture magnifiquement le triptyque amorcé avec The Tree of life et À la merveille (toujours pas vu au moment où j'écris ces lignes, rooooooo la honte!).

Premier et seul conseil que je puisse vous donner, acceptez de vous laisser conduire par le film et de ne pas tout comprendre. Le procédé narratif est totalement indescriptible, savant mélange de contemplation, rencontres, changements intempestifs de narrateurs et sous-texte dense et multiculturel. Dit comme ça, je peux comprendre que ça puisse faire peur mais l'expérience proposée vaut vraiment le détour car elle est totale et éclairante sur soi. La preuve, nous étions dix personnes dans la salle et la moitié a déserté en cours de métrage! L'exigence et la profondeur ont un prix, celui de pouvoir rebuter et provoquer l'incompréhension. Ce film mérite qu'on s'y attarde tant il est riche et émouvant. On ne ressort décidément pas indemne de Knight of cups.

Knight of cups5

Le film gravite autour du personnage de Christian Bale, un quadragénaire en roue libre qui est passé à côté de sa vie. Il traîne son ennui d'une existence morne entre rencontres d'un soir, fêtes somptueuses, misères familiales et introspection morbide. Pas question pour autant pour l'auteur de nous parler seulement de ce nouveau-riche plutôt superficiel, il est en fait question de nous, de la condition humaine en générale avec ses aspirations revues à la baisse, nos erreurs et notre capacité à rebondir. Ces questionnements sont en fait ceux de tout être humain de quelque origine ou extraction sociale que ce soit, ce film est un objet de réflexion ouvert au genre humain, nul doute qu'il sera décortiqué voir étudié dans les années à venir tant il se révèle complexe dans la réflexion qu'il pose avec des effets à tiroir qui s’emboîtent et forment une œuvre unique lorgnant vers l'art contemporain.

À travers un enchevêtrement de scènes intimistes, naturalistes (paysages et nature magnifiés), urbaines (l'activité humaine et son caractère exponentiel) et purement quotidiennes (fêtes, réveils, actes d'amour, discussions de travail, relations familiales), Malick nous délivre la vérité toute nue de ses personnages dans un syncrétisme aussi pur que fluide au rythme d'une bande originale hypnotique collant à merveille aux images. Le rythme lent mais progressif des trajectoires présentées pénètre le cortex dans un déluge de cadrages plus arty les uns que les autres, détails et vues aériennes, errances des corps et des esprits vers un but non fixé, si proche et si lointain à la fois. Wahou! Toujours pas remis de ce pèlerinage vers le bonheur et la sérénité. On retrouve cette sensation si particulière aux romans asiatiques de quête de soi, aux œuvres estampillées 70' sur les voyages intérieurs et la captation d'un temps / d'une société (Zabriskie Point par exemple) et à la culture américaine de la famille et du tout consumérisme.

Knight of cups6

Du côté de la technique, on frise la perfection donc, les acteurs sont au diapason malgré le peu de dialogues du métrage. Là où un Tarantino va s'ingénier à proposer de longues scènes verbalisantes pour enrichir ses films, Malick demande à ses acteurs de véritables rôles de composition faisant appel essentiellement aux postures corporelles et à l'expression de leurs visages. Avec Christian Bale, ma chérie Cate Blanchett, Natalie Portman et tous les autres, inutile de vous dire qu'il ne prenait pas trop de risques. Chacun est à sa place et magnifie les plans qu'il occupe par un présence aérienne, naturelle et fragile. Les émotions sont à fleur de peau, envahissent le spectateur pris dans la tourmente des sentiments contradictoires qui lui sont donnés à voir. Ils raccrochent les réflexions poussées proposées par Malick à leur dimension humaine, concepts et voies d'apprentissage sont donc illustrés avec finesse et justesse. Chapeau bas!

Étude sur les apparences derrière lesquelles nous nous cachons, des règles et principes de notre modèle de développement personnel et professionnel, de notre recherche effrénée d'un lendemain épanouissant, Knight of cups est un conte moderne à part (parabole du prince ayant oublié son identité tiré d'un récit populaire), exigeant mais transcendant et jubilatoire bien des semaines après son visionnage. Un prétendant plus que sérieux pour le meilleur film de l'année à mes yeux, et pourtant 2016 commence à peine!

Knight of cups2

La critique Nelfesque (la vraie) : Habituellement, c'est moi qui commence à m'exprimer sur les billets consacrés au cinéma. Pour une fois, c'est Mr K qui a pris la parole le premier, parce que vous l'avez vu, il a été particulièrement touché par ce film et qu'il était important que vous lisiez son avis en premier. Avant de lire mes bêtises, digressions et surtout avant que je vous dise que je me suis ennuyée au plus haut point pendant 2 heures. Je n'étais jamais sortie d'une séance pour aller aux toilettes, c'est maintenant chose faite. J'ai même regretté de ne pas être fumeuse pour aller m'en griller une petite...

Avant toute chose, j'ai envie de vous dire que si vous êtes intrigués par ce film, vous devez aller le voir ! Peut-être en ressortirez-vous également, époustouflés et aussi, et surtout, parce qu'il faut faire vivre le cinéma et encourager des productions qui sortent de l'ordinaire et proposent autre chose que des histoires prémâchées écrites avec une truelle et filmées avec les pieds.

Knight of cups7

Je commence par les points négatifs, comme ça ça sera fait. J'ai hésité à écrire ma chronique ici. Parce que je ne voulais pas déprécier celle de Mr K, parce que je n'avais pas grand chose à dire sur ce long métrage qui m'est passé à 10.000 au dessus de la tête et parce que je me suis déjà fait chier pendant 2 heures et je n'avais pas envie d'en rajouter. Et puis, bon, je me dis pourquoi pas... Préparez-vous donc à lire un avis complètement subjectif et sans doute bourré de mauvaise foi mais il faut que ça sorte.

J'aime le cinéma. Je me déplace régulièrement en salle. J'aime me prendre la tête avec des films compliqués à cerner (parfois, pas tout le temps, il m'arrive aussi d'aller voir des productions "vide neurones" et y prendre beaucoup de plaisir). Je suis assidûment les festivals de cinéma et aime les films d'intellos ou de bobos que beaucoup détestent ou tournent en dérision. Cela vous donne une petite idée de la spectatrice que je suis. Mais alors là ! Comment dire... Je crois que je n'avais encore jamais vu un long métrage qui donne autant dans la branlette intellectuelle que celui ci ! Rien, absolument rien, ne m'a touchée. Rien, absolument rien, ne m'a parlé. Et je pense que c'est ici que se trouve le noeud du problème. Peut-être est-ce un film qui parlera plus particulièrement à la gente masculine (quoi que je ne verse pas dans la théorie du genre), peut-être suis-je complètement hermétique aux problématiques existentielles soulevées par ce long métrage et qui s'apparentent pour moi à une perte de temps et à une auto flagellation stérile ou peut-être (et je pencherai pour cette hypothèse) que je n'aime pas le cinéma de Terrence Malick... Il n'y a qu'à lire nos avis sur "The Tree of life", que nous avions vu à sa sortie, pour comprendre qu'il y avait déjà là des prémices à divergence de points de vue entre Mr K et moi concernant ce réalisateur et que je n'étais déjà pas véritablement emballée par le fond de ses productions.

Knight of cups4

Pendant 2 heures, que se passe-t-il ? Nous suivons Rick dans ses errances amoureuses, dans son mal être au sens général, dans sa quête du bonheur, lui l'homme pas particulièrement jouasse et qui ne fait que constater que tout va mal et subit sa vie plus qu'il ne la mène. Une sorte de Droopy des sentiments. Un neurasthénique qui a une situation financière enviable et qui ne se lève que de magnifiques femmes que beaucoup rêveraient de mettre dans leurs lits. Oui, mais voilà, Rick, il va mal, il est malheureux et il n'est pas satisfait. Une belle gueule, un appart' superbe, un travail qui va avec, Natalie Portman ou Cate Blanchett dans ses bras, avec l'amour en prime, une situation enviable sur pas mal de points pour beaucoup mais ça ne lui suffit pas... Pauvre petite garçon riche... Rick, tu sais quoi ? Prends ton Prozac et va te coucher, ça ira mieux demain ! Sans déconner il y a largement plus malheureux et avec de bonnes raisons de l'être. J'ai beaucoup de mal avec les gens qui se regardent le nombril, se l'oscultent jusqu'à s'en rendre malade et ne sortent pas de ce minuscule trou pour regarder un peu plus loin, relativiser et sourire un peu à la vie (j'ai pas dit rire aux éclats mais juste essayer de sourire pour voir ce que ça fait (on peut y prendre goût, c'est dangereux)) et je pense que là aussi ce fut un frein à mon empathie pour le personnage principal. A partir de là, tout dégringole. Je n'arrive pas à faire abstraction de mon ressenti, de mon propre vécu et je ne rentre pas dans le film.

Knight of cups3

Sinon, côté points positifs, parce qu'il y en a. Si si ! Il faut avouer que Terrence Malick filme à la perfection. Bien que n'adhérant pas au fond, la forme est superbe. Il n'y a qu'à voir les images qui illustrent cet article pour en avoir une petite idée. La photographie est démente, chaque plan est léché à l'extrême, on est vraiment dans une introspection qui ressurgit à l'image et transpire par tous les plans. C'est vraiment très beau et si il n'y avait pas eu cette beauté visuelle, je crois que je serais aller boire une bière au café du coin en attendant Mr K et la fin de la séance. Non vraiment, Terrence Malick n'est pas un débutant. Le casting est parfait, les acteurs sont tous très bons (ils n'ont pas beaucoup de répliques à apprendre mais ça se voit dans la façon d'être, dans leur gestuelle...) et l'ensemble est vraiment cohérent.

Knight of cups1

On accroche ou pas, il n'y a pas de demi mesure possible. "Knight of cups" est un film très particulier qui ne laisse pas indifférent. Les avis sont forcément tranchés et vous le voyez ici encore. Pour ma part, j'ai été attirée par la bande annonce et par Natalie Portman qui est une de mes actrices préférées mais à l'avenir quand je verrai Terrence Malick à la réalisation, on ne m'y reprendra pas. Cet homme a beaucoup de talent mais j'y suis totalement hermétique. Je perds mon temps, je démonte ses films qui ne me plaisent pas et en plus je m'engueule avec mon mari qui l'adore ! Merci Terrence ! Voilà voilà... Ah si une dernière chose : jetez un oeil sur les magnifiques affiches américaines. Preuves supplémentaires si il en fallait que côté visuel ça envoie du lourd. Dommage que je n'accroche pas, je m'en voudrais presque... (Et je parle beaucoup pour quelqu'un qui n'a rien à dire non !?)

vendredi 22 janvier 2016

"À la table des hommes" de Sylvie Germain

9782226322739g

L'histoire : Son obscure naissance au cœur d'une forêt en pleine guerre civile a fait de lui un enfant sauvage qui ne connaît rien des conduites humaines. S'il découvre peu à peu leur complexité, à commencer par celle du langage, il garde toujours en lui un lien intime et pénétrant avec la nature et l'espèce animale, dont une corneille qui l'accompagne depuis l'origine.

La critique de Mr K : Ce roman est le premier de Sylvie Germain qui m'est amené à lire. Cette auteure a bonne presse et j'ai sauté sur l'occasion pour la découvrir avec la sortie de son nouvel ouvrage dont la quatrième de couverture est aussi intrigante qu'engageante dans les thématiques qui semblent être abordées. La lecture fut rapide, le constat mitigé.

Tout le roman se déroule dans un pays dont on ne connaîtra jamais le nom, où se livre une guerre civile sanglante, où s'enchaînent les exactions et les vendettas vengeresses. Au milieu de ce chaos et la folie organisée des hommes, nous suivons la destinée de Babel depuis sa naissance trouble au fin fond de la forêt à son arrivée dans l'accomplissement de la quarantaine. Être hybride? Enfant sauvage? Candide des temps modernes? Il est un peu de tout cela à la fois et c'est à travers ses yeux et ceux de personnes qu'il va rencontrer et qui vont jalonner sa vie que l'histoire se déroule devant nos yeux entre réalisme, naturalisme et parfois du fantastique. Étrange voyage qui alterne morceaux de choix à la beauté pure et dérives parfois simplistes et digressives pas forcément de bon aloi.

Ce que j'ai préféré dans ce roman est sa première partie qui s'apparente directement aux récits que j'ai pu lire par le passé sur les enfants sauvages du XIXème siècle qui ont inspiré un de ses plus grands films à François Truffaut. On suit pas à pas, les premières sensations, expériences de Babel. Il se nourrit de son environnement, de ce qu'il ressent et tente de survivre. Il sera recueilli dans un village déserté par les hommes partis à la guerre et commencera le dur apprentissage de la vie au sein d'une population frustre et méfiante. Cela donne de très beaux passages sur l'éveil aux autres et sur le monde (une très légère ouverture à ce moment là de la vie de Babel) et des moments bien plus rudes quand il doit se confronter à la cruauté des autres jeunes du village qui ne voient en lui qu'un idiot buté dont on peut se gausser facilement et sans crainte de représailles.

L'écriture est d'une grande beauté, un souffle inédit se fait sentir et l'on partage scènes du quotidien et réflexions plus profondes notamment lors de la fuite de Babel vers un ailleurs prometteur. L'apprentissage des mots et la magie inhérente qui les accompagnent, Dieu et ses multi-facettes à travers le monde mais aussi l'injustice, l'intolérance placent ce roman définitivement sous le sceau du récit initiatique avec ce jeune garçon plongé dans un monde qui le dépasse. Mais cet univers est désormais le sien, il va devoir s'en accommoder pour se trouver lui-même. Il pourra compter sur deux vieux clowns libertaires en colère contre le monde entier et la douce Zelda qui lui fera connaître l'Amour. La langue est limpide, exigeante par moment pour ciseler aux mieux personnages et situations, l'immersion totale. Tout pour plaire normalement, mais malheureusement il y a un hic…

Bien que séduisante dans sa forme, la prose ici livrée n'a vraiment rien d'originale et vire parfois au pamphlet simpliste contre l'espèce humaine. Entendons-nous bien, je me classerai volontiers dans le camp des pessimistes et déclinistes concernant notre espèce qui excelle dans la destruction et l'auto-satisfaction. Je trouve que dans ce roman, l'auteur passe parfois du coq à l'âne pour dénoncer de manière frontale et pas très fine des errances de notre développement: je pense notamment au passage sur le sort que l'on réserve aux animaux ou encore la suppression d'esprits libres par des intégristes (passage qui m'a fait penser aux attentats de janvier 2015). Cela alourdit le roman et surtout son propos qui se démarquait dans les 100 premières pages par une ambiance cotonneuse teintée de mystère et de décalage (j'adore cette sensation). Par la suite, on perd cette impression au profit d'un brûlot certes allant dans le bon sens mais plutôt simpliste et au final, manquant de puissance. Un soupçon de nuance ne fait jamais de mal!

Impossible donc de ne pouvoir dire que du bien de ce roman pourtant tellement réussi dans le traitement de son personnage principal (que j'ai adoré et dont je garderai un souvenir ému). Je suis adepte du genre et j'ai trouvé dix fois mieux en terme de parcours initiatique dans un monde en pleine déshérence. Reste que je ne reste pas définitivement fermé à cette auteure tant j'ai aimé son style d'écriture qui ne ressemble pas à ce que l'on peut lire généralement. Elle mérite un deuxième essai, je le tenterai quand un chinage de plus me mettra sur sa route...


lundi 18 janvier 2016

"La Fée de Verdun" de Philippe Nessmann

La Fée de Verdun

L'histoire : "Plus elle chantait, plus les soldats se tournaient vers la scène et se mettaient à écouter. La magie de la musique opérait : Les poilus ne pensaient plus à la guerre. Il étaient simplement heureux d'être là, de profiter de ce moment de paix."
Un jour, j'ai entendu parler de Nelly Martyl, une cantatrice de la Belle-Epoque, aujourd'hui oubliée. Je suis alors parti à sa recherche, au coeur de la guerre. Mon enquête m'a conduit jusque dans les tranchées glacées de Verdun où j'ai pu admirer la force de son courage.

La critique Nelfesque : Une fois n'est pas coutume, je me suis lancée dans un ouvrage traitant de la Première Guerre mondiale. D'ordinaire, c'est plutôt Mr K qui aime ce genre de récits, étant moi-même plus tournée vers la Seconde. C'est la dimension musicale ici qui m'a fait sauter le pas. 

Tout commence sur une coïncidence. Un jour qu'il rentre chez lui, un jeune étudiant en Histoire porte son regard sur un bâtiment parisien qui va être rasé pour construire une crèche. Sur le fronton, une inscription : "Fondation Nelly Martyl". Nelly Martyl... Ce nom lui dit vaguement quelque chose... Les souvenirs reviennent. Nelly Martyl est le nom d'une femme que la grand-mère de l'étudiant a vu, blessée sur son trottoir, lorsqu'elle était enfant. Un nom qui est toujours resté dans sa mémoire et dont elle a conté l'histoire maintes fois à son petit-fils. Un tel signe ne peut avoir lieu sans raison. Il va alors commencer à faire des recherches sur cette Nelly et découvrir sa vie.

"La Fée de Verdun" est un roman jeunesse et la façon dont Philippe Nessmann l'a construit est très judicieux. Alternant passages romancés racontant le quotidien de Nelly, carnets de notes où le personnage principal inscrit ses progressions dans ses recherches et ses questionnements, discussions avec sa grand-mère et images d'archives, l'auteur tient le jeune lecteur en haleine. Nous avançons pas à pas avec lui dans sa quête et ses découvertes sont autant de points lumineux dans une époque difficile.

C'est ainsi que nous faisons connaissance de Nelly. Une jeune fille qui n'a pas eu une vie facile mais avait un rêve, celui de devenir cantatrice à l'Opéra de Paris. Avec force et courage, elle va accéder à ce rêve mais 1914 apporte avec elle la guerre entre la France et l'Allemagne et Nelly, poussée par son patriotisme, se sent alors plus utile à aider la France qu'à chanter à l'Opéra. Ainsi, elle va entreprendre des études d'infirmière et soigner les blessés. Peu à peu, nous découvrons l'histoire vraie de cette femme hors du commun qui chantait pour les soldats en attente de partir au front. Avec un courage sans bornes, elle va donner de la voix le soir pour mettre du baume au coeur de ces hommes éloignés de leurs familles et soigner les soldats le jour. Sans jamais s'écouter, elle va aller elle-même en première ligne pour prodiguer les premiers soins, affronter la grippe espagnole, assister les chirurgiens dans les amputations...

"La Fée de Verdun" est une plongée dans la Belle-Epoque et 14-18. Nelly Martyl va troquer ses belles toilettes de cantatrice et son univers de paillettes pour l'uniforme d'infirmière et l'enfer des lignes de front. C'est l'occasion aussi pour l'auteur de revenir sur les conditions difficiles des hommes dans les tranchés, sur leur quotidien fait d'attente, de pluie d'obus et de membres déchiquetés. Autant de passages qui serrent le coeur du lecteur.

Cet ouvrage très facile à lire grâce à sa construction est une excellente approche de la Première Guerre mondiale pour les jeunes lecteurs. Passionnant en ce qui concerne l'histoire personnelle de Nelly Martyl et instructif concernant l'Histoire, il met en lumière une héroïne méconnue de la Guerre de 14. Soigner les corps et les âmes, tel était son destin. Un destin que l'on prend beaucoup de plaisir à découvrir sous la plume de Nessmann. Un roman à lire et à faire lire à vos enfants !

dimanche 17 janvier 2016

"Un Jeu à somme nulle" d'Eduardo Rabasa

un jeu à somme nulle

L'histoire : "Notre époque est parvenue à dépasser le fétichisme de la propriété : l'argent a bien compris que la meilleure façon de gouverner dans l'intérêt d'une petite minorité, c'est de convaincre tous les autres que leur bien-être en dépend".
Max Michels a l'habitude de cohabiter avec les voix présentes dans sa tête. La voix de son père, un homme exigeant jusqu'à la tyrannie qui lui a inculqué de force la maxime selon laquelle "la valeur de tout homme se mesure à la dose de vérité qu'il peut supporter". Et les voix des "nombreux" qui remettent sans cesse en cause le moindre de ses actes. Jusqu'au jour où, lassé d'être la marionnette de ses démons, il décide de se présenter à la présidence de Villa Miserias, une "unité habitationnelle" régie par un système subtile mais implacable : le quiétisme en mouvement.

La critique de Mr K : Une pièce maîtresse en matière de lecture prospective et enthousiasmante comme jamais aujourd'hui avec Un Jeu à somme nulle d'Eduardo Rabasa qui s'apparente à la fois au fameux 1984 de Orwell (l'auteur ne cache pas son influence) et aux chroniques sociétales chères aux auteurs sud-américain. L'entrée en matière est cependant rude, ce livre se mérite! Mais une fois que vous serez plongés dedans, il vous sera impossible de le relâcher tant la portée philosophique est puissante et le récit bien mené vers un final haletant.

Disons-le tout de go, il ne se passe pas grand chose dans ce roman. D'ailleurs le résumé en quatrième de couverture est trompeur, la fameuse campagne électorale se concentrant sur le dernier quart du livre. Durant la majeure partie de cet ouvrage, l'auteur nous invite à suivre Max, un jeune homme très particulier. On suit son existence à travers un savant mélange de flashbacks détournés, de digressions dithyrambiques sur telle personne qu'il croise ou tel concept appliqué dans ce vase clos que se révèle être Villa Miserias. En cela, la construction du personnage de Max (et de tous les autres protagonistes d'ailleurs) est un régal de chaque ligne, l'auteur s'amusant à nous livrer les détails de son existence dans le désordre et sans cohésion apparente (son enfance avec un père autoritaire, sa découverte de l'Amour, sa perception du microcosme de Villa Miserias entre autre). Les liens se font plus tard au contact de personnages secondaires, de voix schizophréniques qui déprécient systématiquement le héros et le torturent inlassablement.

Car Max entend des voix! Sa vie s'en révèle d'autant plus difficile que Villa Miserias est un univers à part sur notre planète. Régie par de curieux concepts à la frontière du communisme le plus pur et l'individualisme forcené (c'est étrange dit comme cela mais tout se tient dans le livre), à travers les expériences passées de Max et certains chapitres consacrés aux maîtres de la cité, on plonge dans un régime dit démocratique mais derrière lequel se cache des rouages et des intérêts loin du bien commun. Churchill disait que la démocratie était le moins mauvais des systèmes politiques, cette citation prend tout son sens ici où la population est entretenue dans l'ignorance sciemment et encouragée à voter malgré le caractère inutile de cet acte citoyen. En effet, en amont, tout est contrôlé et orienté pour que les grandes messes démocratiques ne réservent aucune surprise par les élites et surtout, il plane sur l'ensemble l'influence du mystérieux créateur du fameux concept de quiétisme en mouvement que je vous laisserai découvrir par vous-même lors de votre lecture.

Cette oeuvre fascinante est une belle critique en filigrane des déviances de notre chère démocratie qui laisse de plus en plus de terrain au sacro-saint argent-roi: endormissement des masses, lobbying larvé dans toutes les réformes engagées, recul de l'esprit critique par la médiatisation extrême et la bipolarisation des idées… Autant d'orientations néfastes bien visibles dans notre société et qui sont ici dynamitées par Eduardo Rabasa qui signe ici un premier roman d'une rare justesse et d'une maîtrise totale. La langue est exigeante (certains passages méritent qu'on s'y attarde pour en saisir toute la profondeur) mais jamais rébarbative, faisant aussi la part belle à des introspections personnelles du héros et à ses errances physiques et cérébrales (la flagrance Gainsbourg période L'Homme à la tête de chou flotte sur ces pages).

Politique-fiction et étude maligne de la société, destin contrarié forçant l'empathie du lecteur, érotisme révélateur de nos pulsions et de notre construction personnelle sont au RDV de ce grand et beau livre qui marque durablement et touche parfois au génie. Un must et une nouvelle pierre angulaire dans le genre! À lire!

mercredi 13 janvier 2016

"Le Zoo de Mengele" de Gert Nygardshaug

Le-zoo-de-MengeleL'histoire : La vie du jeune Mino Aquiles Portoguesa, chasseur de papillons, changera à jamais le jour où il verra son village et sa forêt réduits à néant par les grandes compagnies pétrolières américaines, et tous ceux qu'il aime tués ou envoyés dans les bidonvilles des mégapoles surpeuplées.
Alors il deviendra le bras armé de cette Amazonie que l'homme blanc foule au pied, de tous ces pauvres gens sacrifiés au nom du progrès.
Alors il les tuera à son tour.
Tous. Un par un.

La critique Nelfesque : Je ne connaissais pas cet ouvrage et pourtant "Le Zoo de Mengele" est le livre de plus célèbre de Nygardshaug et il a eu beaucoup de succès en Norvège. Traduit pour la première fois à l'étranger, c'est le moment de découvrir cette oeuvre initialement écrite dans les années 80 et malheureusement toujours d'actualité.

Dans "Le Zoo de Mengele", on navigue constamment entre thriller, essai et roman contemporain. Mino est un jeune garçon de 10 ans au début du roman. Il vit avec ses parents, ses frères et soeurs et toute une communauté, dans un village d'Amérique du Sud. Les lieux ne sont pas explicitement cités mais l'histoire est transposable à de nombreux pays de ce continent. Dans son village, les gens sont pauvres et se contentent de peu mais arrivent à vivre grâce à leurs productions, à l'échange et à l'entraide. Une petite vie de village, proche de la nature, où Mino s'épanouit à chasser des papillons tous plus fascinants les uns que les autres que son père prépare ensuite pour les revendre à des lépidoptérophiles.

Mais une menace pèse sur le village de Mino, une entreprise s'installe à proximité, détruit la jungle, rase les terrains de production des villageois avec l'aval des autorités locales qui bénéficient des largesses des entrepreneurs. Mino sent que peu à peu son village se transforme, les habitants peinent à se nourrir, ils sont sans cesse expropriés et du haut de ses 10 ans il décide d'agir pour le bien de la communauté. Les déforestations ralentissent, les habitants respirent de nouveaux... Mais un jour où il rentre de sa chasse aux papillons quotidiennes, il découvre un théâtre d'horreur. Son village est détruit, les habitants ont tous été exterminés, les maisons brûlées et le sang coule dans les ruelles. Mino, orphelin, prend la fuite et commence alors une épopée à travers l'Amérique du Sud où il va grandir, évoluer et rencontrer des personnes qui vont changer sa vie.

"Le Zoo de Mengele" est un roman d'une incroyable force. Sur fond d'écoterrorisme, l'auteur nous donne à voir l'enfer que vit toute une population poussée à la famine et écrasée par la mondialisation. Sur sa route, Mino va apprendre la magie pour survivre, rentrer à l'université et développer une haine des américains et de tout ceux qui à l'échelle mondiale détruisent la planète en plaçant le profit au dessus du respect de la nature.

Là où souvent dans les ouvrages de ce type, l'auteur focalise son histoire du côté des puissants, Nygardshaug centre son roman sur Mino, sur son ressenti, sur ses aspirations. Le lecteur est alors plongé dans la vie d'un gamin qui a vécu l'horreur et qui peu à peu développe des idées écoterroristes. Comment s'organiser lorsque l'on se bat contre un pot de fer ? Comment agir lorsqu'on est un simple enfant de la jungle et que l'on veut sauver la planète ?

Vengeance, injustice et meurtres peuplent ce roman mais aussi amitié, espoir et action. Les personnages sont fouillés à l'extrême, tous plus attachants les uns que les autres, les phrases sont concises, les mots crus, les actes abjectes. Le lecteur ne ressort pas indemne de ce roman et souvent les larmes perlent aux bords de ses yeux. Loin d'être une apologie du terrorisme, il nous permet d'en comprendre le fonctionnement et les racines. De quel droit détruire notre terre nourricière ? En quoi l'argent peut-il être placé au dessus des valeurs humaines et de la vie des gens ?

C'est déprimé et pourtant plein d'espoir que l'on termine la lecture de ce "Zoo de Mengele". Conscient d'avoir lu ici un grand roman, de ceux qui vous retournent les tripes et vous font réfléchir. Prendre les armes est une solution extrême pour contrer les puissances de l'argent mais c'est la seule qu'a trouvé Mino pour que le monde soit moins moche et que la Terre ne soit plus bradée pour quelques billets de banque. Une idée discutable mais une vie riche en action où sa propre personne passe au second plan. Un crève coeur mais un coup de coeur que je vous encourage tous à lire !

Posté par Nelfe à 17:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 12 janvier 2016

"Les Bébés de la consigne automatique" de Ryû Murakami

les-bébés-de-la-consigne

L'histoire : Au Japon, les nouveau-nés abandonnés dans les consignes des gares sont voués à une mort certaine. Deux d'entre eux pourtant, Hashi et Kiku, vont vivre. La vie de ces deux enfants est une plaie béante qui ne se cicatrise pas, un cri qui ne se tait pas. Le cauchemar les hante, leur univers s'est réduit aux parois d'une consigne, un monde sans espoir où l'on cherche une échappatoire tout en sachant qu'elle n'existe pas. Autour d'eux, un brouillard épais et pesant s'est formé, un ciel plombé, où seule la survie reste possible. Et cependant, des éclaircies parfois apparaissent, un chant qui surgit de la gorge de Hashi comme une accalmie au milieu d'une tempête, un saut de Kiku comme une envolée vers un ciel plus bleu, des moments d'émotion suspendus. Mais la douleur est plus forte, aucune libération n'est possible et, ne pouvant supprimer la souffrance, c'est en l'infligeant aux autres qu'ils tenteront de l'oublier.

La critique de Mr K : Deuxième incursion dans l'univers si particulier de Ryû Murakami, à ne pas confondre avec Haruki Murakami, un de mes chouchous! J'avais lu et apprécié Love and pop qui avait fait son petit effet et montrait sans faux fuyant la réalité de la prostitution chez les jeunes filles japonaises. Ryû n'est pas Haruki, le Japon décrit ici est bien plus sombre, tortueux et sans attrait romantique comme dans les livres d'Haruki. Les Bébés de la consigne automatique a eu un certain retentissement lors de sa sortie, c'est donc bien après la sortie du phénomène que je dégotais cet ouvrage lors d'un chinage de plus, voici le compte-rendu de ma lecture.

Deux très jeunes enfants se retrouvent frères car adoptés par la même famille. Entre Hashi et Kiku, c'est à la vie et à la mort. Pourtant, ils sont très dissemblables tant en terme de physique que de caractère mais ils s'accrochent à la vie qui ne leur a pas fait de cadeaux. Nous suivons leur histoire depuis leur toute petite enfance, jusqu'à l'adoption puis la découverte du monde adulte. L'un est artiste dans l'âme, l'autre plutôt sportif. Mais ces deux tremplins sont trompeurs, les blessures du passé ne cicatrisent pas, la colère monte et va finir par exploser à la face d'un monde qui décidément n'a jamais été tendre avec eux.

Le gros point fort du roman réside dans la caractérisation des personnages. Rien ne nous est épargné en la matière, nous savons quasiment tout d'eux dans tous les domaines. Nous assistons à leur abandon à la gare, leur passage par l'orphelinat avec les premières confrontations conscientes avec la vie réelle, le départ pour une île de Kyushu où ils vont devoir apprendre à composer avec leur famille d'adoption. Parcours classique d'une enfance difficile se conjugue avec une psychologie poussée à son paroxysme, nous faisant pénétrer dans leurs pensées les plus intimes, leurs pulsions et leurs espérances. C'est très fin, très proche de ce que l'on peut observer quand on travaille avec des ados. Un coup, c'est tout feu tout flamme, un coup la langueur envahit les corps et les esprits.

Puis Hashi disparaît sans prévenir personne. C'est l'élément déclencheur qui va faire dévisser les deux personnages principaux. C'est le début de la chute pour l'un comme l'autre avec des expériences traumatisantes et avilissantes pour l'un (la prostitution, la découverte du milieu sordide de la musique) et une perte de repère et une souffrance larvée pour l'autre. Ce moment clef de la disparition d'Hashi va donc nous entraîner très loin dans un Japon interlope où tout à chacun peut réussir certes mais aussi se faire broyer. Les deux "frères" vont en faire l'amère expérience. Rappelons qu'au contraire de son homonyme, Ryû Murakami n'est pas réputé pour sa joie de vivre et qu'il est vu comme un agitateur d'idée, rebelle au système et n'hésitant pas dénoncer les travers de son pays en filigrane dans l'ensemble de son œuvre.

Cet aspect du livre est très réussi. Fourmillant de détails culturels, géographiques et sociaux, chaque scène en plus de faire avancer l'intrigue est un prétexte à décorticage, explication et critique d'une société engoncée dans ses certitudes et ses assises culturelles ancestrales. Mais le modèle du Soleil levant a aussi son revers, aspect plus sombre et désespérant que Ryû Murakami se plaît à nous exposer sans concession. Ne vous attendez pas pour autant à de la violence crue, étalée et tétanisante. C'est plus l'ambiance, quelques micro-scènes aussi et surtout le vécu des personnages qui est éprouvant et donne à réfléchir sur la société japonaise mais aussi plus généralement sur l'être humain et ses désirs de bonheur. La prose est virevoltante, dense mais jamais indigeste notamment dans les descriptions qui transcendent l'histoire. Je me souviendrai longtemps du Tokyo des ruelles et des arrières-boutiques, des squatteurs et damnés de la terre associés, de la petite île tranquille où Kiku et Hashi ont grandi, de l'orphelinat lugubre et aussi de ce casier de consigne étroit et sombre d'où s'échappent des vagissements de bébé effrayé. C'est donc un regard unique et très noir sur la société japonaise contemporaine que porte l'auteur, en voici d'ailleurs un petit extrait pour vous faire une idée:

"Rien n'a changé depuis l'époque où on hurlait enfermés dans nos casiers de consigne, maintenant c'est une consigne de luxe, avec piscine, plantes vertes, animaux de compagnie, beautés nues, musique, et même musées, cinémas et hôpitaux psychiatriques, mais c'est toujours une boite même si elle est énorme, et on finit toujours par se heurter à un mur, même en écartant les obstacles et en suivant ses propres désirs, et si on essaie de grimper ce mur pour sauter de l'autre côté, il y a des types en train de ricaner tout en haut qui nous renvoient en bas à coups de pied."

Malgré cet aspect sombre, on s'accroche, on apprécie, on aime ce qu'on lit. On croise des personnages truculents à souhait, au premier rang d'entre eux Anémone qui élève un crocodile géant dans son salon transformé en marais tropical. Impossible de deviner le dénouement tant les pistes sont possibles et crédibles, l'addiction est quasi immédiate et les pages se tournent toutes seules. C'est un peu tremblant et conscient d'avoir lu une œuvre hors-norme qu'on referme l'ouvrage. Un must!

mercredi 6 janvier 2016

"La Maison du Dr Edwardes" de Francis Beeding

001

L'histoire : C'est par un enterrement que Constance Sedgwick, médecin fraîchement diplômé, est accueillie dans la maison d'aliénés du Dr Edwardes. L'homme porté en terre, chauffeur de l'établissement, a été tué par un dément que convoyait le Dr Murchison, lui-même nouvel arrivant et remplaçant d'Edwardes, absent pour cause de surmenage. Constance prend ses fonctions et entre dans "l'univers des fous". Mais elle sent sa propre raison vaciller lorsque le présumé assassin du chauffeur lui affirme être Murchison et qu'un malade mental a pris sa place à la tête de la clinique.

La critique de Mr K : Voilà un pitch qui a touché au but dès que je l'ai parcouru lors d'un chinage de plus. Je connaissais le nom de cette œuvre à travers le cinéma et l'adaptation de Hitchcock que je n'ai d'ailleurs pas vu et j'étais curieux de pénétrer dans cet asile d'aliéné et de démêler le vrai du faux en compagnie de la jeune Constance. Je n'ai pas été déçu tant Francis Beeding a un talent certain pour entretenir le suspens et avancer ses pions pas à pas sans que le lecteur ne s'en rende compte.

On peut dire que Constance Sedgwick n'a pas de chance! Pour sa première "affectation", elle se retrouve perdue en pleine montagne, dans la fameuse maison du Docteur Edwardes. Ce dernier étant absent pour cause de santé, elle est accueillie par son remplaçant, le jeune et glaçant Dr Murchison. Isolée du reste de la civilisation, jour après jour, Constance prend ses marques et fait connaissance avec les autres membres de cette communauté un peu particulière: le Dr Murchison qui souffle le chaud et le froid entre compréhension et accès de colère, un pharmacien vieux-jeu misanthrope, des employés de maison pas rassurés de travailler en ces lieux (mauvaise réputation au village) et des malades vraiment frappa-dingues. Justement, une révélation de l'un d'entre d'eux qui dit être sain d'esprit et avoir été remplacé par un fou dangereux distille le doute dans la tête de la jeune femme. Le Dr Murchinson est-il vraiment celui qu'il dit être? Que font ces étranges grimoires d'un autre temps dans la bibliothèque de la maison de santé? Les rumeurs à propos du Diable errant autour de l'établissement sont-elles fondées?

Bien qu'écrit en 1926, ce livre n'a pas pris une ride. Pourtant les personnages ont la mentalité de leur temps avec par exemple Constance qui hésite à s'affirmer dans cet univers profondément masculin. Elle pensait pouvoir s'émanciper du machisme sociétal ambiant grâce à ses études de médecine mais sa courte expérience lui est préjudiciable et ces quelques semaines passées chez le Dr Edwardes ne vont pas l'aider. Les pratiques médicales sont d'un autre temps, les transports et communication aussi ce qui va rendre la tension impressionnante quand les événements se précipitent à mi lecture. Ce côté désuet, daté rajoute une couche de fascination et de profondeur à cette lecture déjà palpitante au départ.

Beeding retranscrit à merveille l'univers des asiles psychiatriques dans lequel il nous convie: l'organisation des journées, le roulement mécanique du temps qui se fait étouffant pour certains malades et personnels, les interventions musclées au beau milieu la nuit, le jeu des sentiments entre les différents personnages. On est vite rattrapé par une appréhension, une angoisse surgie des murs et des êtres étranges que l'on croise dans ce roman. J'ai beaucoup aimé les descriptions des patients et de leurs bouffées délirantes passant d'une vieille dame se croyant retournée en enfance ou un vieux colonel retraité de l'armée qui revit en permanence d'incroyables aventures qui lui sont arrivées lors de ses multiples voyages. Cette promiscuité avec ces êtres déchirés intérieurement pousse l'héroïne dans ses retranchements, la forçant à réfléchir sur sa pratique de la médecine et sa réelle volonté à vouloir continuer dans cette voie. Les barrières tombent ainsi que les repères habituels, on navigue alors en eaux troubles et on se demande bien jusqu'où va aller l'auteur dans le délicat jeu de massacre qui s'engage.

Comme dit précédemment, l'écriture est très contemporaine. Pas de lourdeur ou de boursouflure stylistique mais une histoire qui avance au gré des jours égrenés dans un style léger et percutant. L'auteur déroule son histoire avec toujours à l'idée d'être à la fois dans le détail, l'exigence mais aussi dans le plaisir simple du roman car les émotions et l'évasion sont garantis. On en ressort heureux et quelque peu ébranlé. Un bon crû littéraire!

Posté par Mr K à 19:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,