jeudi 5 octobre 2017

"Le Grand dieu Pan" d'Arthur Machen

legranddieupanarthurmachen

L’histoire : Belle mais démoniaque ! Entourée d'un halo d'étrangeté et de mystère... Telle est la femme qui hante les rues de Londres, mais aussi l'esprit dérangé de ceux qui l'ont rencontrée, des hommes en général fortunés. Tous ont fini leurs jours dans des circonstances ténébreuses, le visage déformé par l'épouvante et l'effroi.

Par quelle fatalité cette créature superbe sème-t-elle la mort autour d'elle ? Serait-elle maudite ? Aurait-elle pactisé avec une puissance maléfique ?

Il semble bien qu'elle ou sa mère, victime d'une expérience diabolique menée par un savant fou, ait aperçu ce qu'aucun œil humain ne peut contempler... Le dieu de l'abîme, le grand Pan, dont la vue cause une peur "panique" !

La critique de Mr K : Lors d’un craquage à la recyclerie de Lorient, j’avais jeté mon dévolu sur cet ouvrage ainsi que toute une série d’ouvrage Librio. J’aime beaucoup cette maison d’édition qui propose souvent des titres classiques à pas cher. C’est un auteur reconnu que je m’apprêtai à découvrir en ouvrant cet ouvrage, il m’avait jusque là échappé, aucun de ses livres n’ayant croisé ma route lors de nos chinages compulsifs à Nelfe et moi. Le hasard aidant, me voici maintenant en mesure de vous donner mes impressions sur ce britannique maître de l’horreur qui a officié à cheval sur le XIXème et XXème siècle.

Londres à l’époque victorienne est décidément une ville dangereuse, surtout si l’on est un riche bourgeois en goguette. Les morts étranges se succèdent chez les célibataires nantis de la capitale londonienne, les cadavres retrouvés sont marqués de l’effroi le plus profond et à chaque fois des témoignages convergent en notifiant la présence d’une jeune femme séduisante mais aux traits dérangeants. Le narrateur commence alors son enquête auprès de la bonne société, se rendant sur les lieux des drames et en interrogeant toutes les personnes qui pourraient le renseigner sur les victimes et sur cette mystérieuse femme insaisissable. Peu à peu, la lumière se fait sur le problème d’identification de la dite prédatrice mais aussi sur les origines du mal qui pourraient remonter au dieu Pan de l’Antiquité, seigneur de la fête et des abysses...

On est très vite pris par l’histoire qui est construite de manière labyrinthique : on commence par une expérience étrange puis on navigue de témoignage en témoignage sans que l’ensemble paraisse cohérent. Les faits inexpliqués s’accumulent et l’on croise nombre d’âmes égarées. Pourtant, le narrateur poursuit ses investigations avec abnégation même si ceux qui l’ont précédé ont sombré dans la folie ou ont passé l’arme à gauche. C’est l’occasion pour le lecteur de nager en plein XIXème siècle, de frayer avec la bourgeoisie et de côtoyer l’étrange. L’ésotérisme était en vogue à l’époque et ce court récit s’en fait le bel étendard.

Expérience interdite, femme-succube à la beauté fatale, divinité païenne qui rend fou sont les ingrédients surnaturels distillés au fil du récit qui par ses tours et détours se plaît à perdre le lecteur pour mieux le recapter par la suite. On retrouve à ce niveau les techniques classiques du genre qui quand elles sont bien employées frappent juste et fort. Le mélange réalité et surréel fonctionne à plein et il est si plaisant de voir la gente masculine subir les foudres d’une certaine féminité qui finalement prend sa revanche sur les sociétés patriarcales de l’époque. Mon côté sadique a été grandement satisfait dans ce domaine.

Loin de basculer dans l’horreur ou la surenchère, tout se joue sur la montée de l’angoisse, le non-dit et l’imagination du lecteur qui bat la campagne face à tant d’événements bizarres et souvent parcellaires. Nébuleuse mais pas sans fond, cette nouvelle au charme vénéneux et très anglaise dans son traitement hypnotise et captive. La langue est d’une beauté de tous les instants, jamais désuète malgré le temps qui a passé depuis l’écriture. Très facile d’accès, c’est le genre de texte qu’on peut aisément faire lire à un jeune lecteur pour lui faire découvrir le genre fantastique en parallèle d’un bon Maupassant.

Étant un grand fan du genre, Le Grand dieu Pan m’a comblé tant au niveau émotion qu’en terme de qualité littéraire. Se suçotant comme une douce sucrerie, on en redemande et m’est avis que je n’hésiterai pas une seconde si mes pas venaient à croiser à nouveau un ouvrage de cet auteur. Avis aux amateurs !

Posté par Mr K à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 6 mai 2017

En mai, craque comme il te plait !

Cette adage me convient très bien et c'est cette fois-ci neuf petits nouveaux qui vont rejoindre ma PAL, des petits orphelins adoptés en majeure partie chez l'abbé, notre fournisseur officiel de livres de seconde main. Décidément, il ne nous déçoit jamais !

Acquisitions mai 2017 ensemble

Comme vous pouvez le voir, il y en a de toutes les couleurs et pour tous les goûts entre auteurs français à la renommée certaine, d'autres à la côte plus underground mais aussi des ouvrages à stature internationale et des classiques immortels. Suivez le guide pour le debriefing de ce craquage finalement plutôt sage par rapport à des récoltes parfois pléthoriques par le passé !

Acquisitions mai 2017 1
(Balade entre légendes et classiques de la littérature)

- Hamlet, Othello et Macbeth de William Shakespeare. Depuis ma très réjouissante relecture de Roméo et Juliette l'année dernière, je m'étais juré de relire quelques classiques du même auteur. C'est désormais chose possible avec cette acquisition qui concentre en elle trois pièces majeures du maître dont ma préférée qui m'avait valu à l'époque de ma lecture et étude une super bonne note à l'épreuve de lettre en terminale L : Hamlet. Je pense que je me replongerai dans les abysses de l'âme humaine version Shakespeare dès cet été.

- La Chartreuse de Parme de Stendhal. Un classique de la littérature française qui m'avait échappé jusque là, heureusement cette trouvaille impromptue va me permettre de réparer mon tort, surtout que j'ai de très bons souvenirs de mes lectures anciennes du Rouge et du noir et de Lucien Leuwen du même auteur. Ma PAL manquant de classiques, l'occasion ne pouvait être loupée.

- Contes et légendes de la mer et des marins de Quinel et De Montgon. Instant émotion que cette rencontre lecteur-acquéreur / livre car cette collection de chez Fernand Nathan a fourbi mes premières armes de lecteur, j'ai d'ailleurs de nombreux volumes dans notre bibliothèque et c'est toujours avec un petit serrement au coeur que je repose les yeux dessus. En plus, ici les deux auteurs reprennent des légendes en lien avec la mer et les hommes qui tentent de la dompter, difficile de passer à côté vous en conviendrez. Une de mes prochaines lectures sans nul doute !

Acquisitions mai 2017 2
(Échappatoire dans la littérature française plus contemporaine)

- Ni d'Ève ni d'Adam d'Amélie Nothomb. Ca fait un sacré bout de temps que je n'ai plus lu Amélie Nothomb que j'ai tour à tour adoré, apprécié puis ensuite déprécié car le sentiment de "déjà-lu" m'envahissait régulièrement à chaque nouvel ouvrage parcouru. Le temps a passé (seules restent les pensées) et je me décidai à acquérir cet ouvrage qui revient sur un pan de sa vie au Japon lorsqu'elle était fiancée ! Ça promet du lourd, du fracassant et j'espère retrouver la langue accrocheuse et gouailleuse qui a fait la marque de fabrique de cette écrivaine belge bien dérangée.

- La Folle aventure des Bleus... et DRH de Thierry Jonquet. Thierry Jonquet et moi, c'est une grande histoire d'amour. Chaque lecture de cet auteur me procure à chaque fois un plaisir inégalé entre frisson et bonheur de lecture instinctif et sans concession. Cet ouvrage réunit deux nouvelles qui feront la part belle une fois de plus j'en suis sûr au regard impitoyable que pose l'auteur sur les noirceurs et lâchetés des hommes ordinaires. M'est avis que ce livre ne fera pas long feu dans ma PAL !

- Méchamment dimanche de Pierre Pelot. Là encore, un auteur que j'affectionne tout particulièrement et qui a le mérite d'être aussi doué que polymorphe dans les genres qu'il aborde très souvent avec succès. Pierre Pelot aborde dans cet ouvrage une histoire d'enfance qui va mal tourner, un roman d'apprentissage sur l'innocence et les illusions d'adultes. Tout un programme qu'il me tarde de découvrir !

Acquisitions mai 2017 3
(Voyages en terres étrangères entre exotisme et introspections maladives)

- White spirit de Paule Constant. Coup de poker que cette acquisition dont je ne connais pas l'auteure mais dont la quatrième de couverture m'a de suite séduit. Fable féroce et roman initiatique se mêlent autour du destin de trois figures innocentes cernées par les ambitions, les jalousies et les envies dans le cadre d'une bananeraie perdue au milieu de nul part. Bizarre vous avez dit bizarre ? Carrément et c'est ce qui me plait !

- Histoire de ma vie de Lao She. Il s'agit ici d'une autobiographie de l'auteur qui durant sa vie a traversé nombre d'épreuves et de régimes politiques antagonistes. Je suis curieux d'avoir son regard sur cette Chine mouvante, changeante et multi-forme. La quatrième de couverture nous promet un récit émouvant et une réflexion intéressante sur le temps qui passe. Hâte de lire cela !

- Fleur de béton de Wilfried N'Sondé. Un livre qui me tente énormément depuis que j'ai mis la main dessus. Dans le microcosme d'une cité, on suit le destin de Rosa Maria, une jeune fille qui veut échapper au fatum de sa condition sociale mais qui n'entrevoit pas le bout du tunnel entre un père violent et un environnement mortifère. L'écriture à l'air puissante, vive et sans fioriture. Le genre de promesses qui peuvent conduire à un véritable coup de coeur ! Là encore, cette lecture sera entamée très vite.

Voila pour ces nouvelles acquisitions qui comme vous avez pu le lire promettent beaucoup en terme d'évasion, de découverte d'horizons lointains ou quotidiens. Chaque lecture sera un renouveau, une nouvelle découverte et je l'espère un voyage sans précédent. Les chroniques à venir sur chacun de ces ouvrages vous en diront un peu plus.

mardi 28 février 2017

"Orgueil et préjugés" de Jane Austen

Orgueil et préjugésL'histoire : "Orgueil et préjugés" est le plus connu des six romans achevés de Jane Austen. Son histoire, sa question, est en apparence celle d'un mariage: l'héroïne, la vive et ironique Elizabeth Bennett qui n'est pas riche, aimera-t-elle le héros, le riche et orgueilleux Darcy ? Si oui, en sera-t-elle aimée ? Si oui encore, l'épousera-t-elle ? Mais il apparaît clairement qu'il n'y a en fait qu'un héros qui est l'héroïne, et que c'est par elle, en elle et pour elle que tout se passe.

La critique Nelfesque : "Orgueil et préjugés" est un classique qu'il faut absolument avoir lu selon les amateurs de littérature anglaise. C'est le roman préféré de nombreuses lectrices que j'ai pu croiser et je dois avouer que j'étais quelque peu intriguée. Soit, je me lançais donc dans la lecture de ce "must read" de Jane Austen, pleine d'entrain et d'envie même si les romances XIXème s'éloignent de mes lectures habituelles (bon, j'ai adoré la série "Downton Abbey" alors ça devrait le faire). Je suis une gue-din ! J'y vais !

On suit ici l'histoire de la famille Bennett et plus particulièrement les filles de Mr et Mrs. Bennett. Au nombre de cinq, elles sont toutes différentes. L'une est discrète et posée, l'autre est gaie et téméraire, une autre studieuse et ennuyeuse et les deux plus jeunes écervelées et inconséquentes. Leur mère n'a qu'une idée en tête : marier ses filles avec des hommes bien pourvus afin de leur assurer un bel avenir. Car pour Mrs. Bennett, un bel avenir et le bonheur passent par une bonne condition sociale et une bonne rente. Au milieu de ces piaillements, considérations féminines et emphases grandiloquentes, Mr. Bennett attire la sympathie du lecteur avec son ironie et ses touches d'humour même si lui aussi n'est pas exempt de défauts...

Bien que n'ayant pas complètement adhéré à l'oeuvre de Jane Austen, je suis contente d'avoir découvert ce roman. Je connaissais de nom l'adaptation faite pour la BBC avec Colin Firth mais je ne m'étais pas plus penchée dessus, me disant qu'un jour je lirai le roman avant de voir la série. C'est maintenant chose faite et j'ai pu dans la foulée visionner l'adaptation télévisée diffusée en 95.

Le principal défaut que j'ai trouvé à "Orgueil et préjugés" c'est sa redondance. Tout tourne inlassablement autour de la quête du mari ou du gendre. Les conversations ne sont que médisance, calculs et apparences. Par la même, Jane Austen dépeint la société de son époque et avec ironie pointe du doigt cet aspect là et le fait qu'une femme doit à tout prix épouser quelqu'un. Personnellement, ça ne m'a pas passionnée et ça m'a même perdue en route quelques fois. Heureusement, les répliques pleines de second degré de Mr. Bennett et les piques d'Elizabeth ont sauvé ma lecture.

J'ai bien conscience ici de faire bondir les austeniens mais svp ne me jetez pas des pierres (ou alors des tout petits cailloux (merci, c'est gentil)). La première partie de lecture fut laborieuse, il y a beaucoup de redites, l'auteure insistant énormément sur l'occupation principale des dames de cette époque. Du coup, on tourne autour du pot et c'est très cucul. Les féministes d'aujourd'hui peuvent bondir sur leurs sièges, c'est cadeau ! J'ai trouvé l'ensemble bien plat et sans intérêt (ou du moins, très loin des miens qui sont encore plus loin de ceux des femmes du XIXème siècle). Le dernier tiers est plus intéressant à mon sens et on se laisse prendre au jeu. Au fil des pages, on s'attache aux personnages et on a envie de connaître le fin mot de l'histoire mais globalement je peux dire que je me suis ennuyée (Aïe ! Non j'avais dis, pas des pierres !). Les pratiques courantes de l'époque sont tellement éloignées des nôtres aujourd'hui qu'il m'a fallu fournir un gros effort de contextualisation. Non mais imaginez un peu qu'aujourd'hui votre mère vous vende au plus offrant et fasse des oeillades et des ronds de jambes, jusqu'à vous en faire honte, à un prétendant non pas pour ses beaux yeux ou sa sympathie mais pour son argent !? Hum, perso, je manque de m'étouffer en lisant ça...

Je me suis tout de même amusée à noter les références et similitudes avec "Bridget Jones" pour son personnage de Darcy, son caractère et les quiproquos présents dans les deux ouvrages. Toute fière de moi, j'ai appris par la suite que Helen Fielding s'était largement inspirée de Jane Austen pour construire son histoire et ne s'en cachait pas du tout (ahah, pour le scoop, je peux repasser !). Toujours est-il que ce petit jeu des 7 différences m'a pas mal divertie et encore plus en visionnant tout de suite après la série de la BBC où Colin Firth endosse le rôle de Darcy (également Darcy, dans Bridget). Une anecdote sympa.

"Orgueil et préjugés" est un ouvrage incontournable lorsque l'on évoque la littérature anglaise du XIXème. Ce n'est pas une lecture aisée pour ceux qui comme moi ne sont pas habitués à lire des classiques ou n'ont pas une âme très fleur bleue mais c'est tout de même satisfait que l'on tourne la dernier page. Moi aussi je pourrai dorénavant dire "je l'ai lu" !

logo-epubCet ouvrage ainsi que tout ceux de Jane Austen sont dans le domaine public et peuvent être téléchargés en toute légalité ici.

jeudi 16 février 2017

Craquage de février, PAL explosée !

Le moment fatidique est finalement arrivé... Nous avons fini par céder aux sirènes de l'abbé et avons fait un petit tour à notre Emmaüs préféré hier (ceux qui nous suivent sur IG sont déjà au courant !). Une fois de plus, cette petite visite innocente (sic) s'est révélée fructueuse avec pas moins de 16 nouveaux volumes qui viennent rejoindre leurs petits camarades dans nos PAL respectives. Voici la photo de famille des nouveaux arrivants et le fameux post de nos dernières acquisitions !

Acquisitions fev 2017 ensemble

Je vous laisse deviner qui a craqué le plus... 15 livres pour moi et 1 pour Nelfe ! Irrécupérable, je sais mais c'est vraiment impossible de résister à tous ces séduisants volumes qui vous tendent leurs petites pages en implorant votre pitié. La vraie raison? Je n'ai aucune volonté face à certains auteurs ou certaines couvertures / quatrièmes de couverture. Comme en plus, je me plante rarement sur mes choix... Y'a pas de raison que ça change ! En plus, ça vous donne une bonne raison de vous moquer de moi. Et ça, c'est vraiment sympa de ma part, non ? Trève de bavardage, c'est l'heure du déballage !

Acquisitions fev 2017

- Chroniques de San Francisco et Babycakes d'Armistead Maupin. Chinage après chinage, je me rapproche de mon objectif de réunir la série complète pour un trip re-reading de fou pour cet été. Oui, je sais, je suis prévoyant et ambitieux ! J'avais adoré cette saga lors de ma première lecture et j'ai hâte de m'y replonger. Il ne m'en manque plus que 4 volumes sur les 9 que compte la collection. Miam miam !

Acquisitions fev 2017 3

Le rayon littérature asiatique était plus fourni que d'habitude, il m'a fallu choisir parmi une vingtaine de titres, ces deux là ressortaient nettement du lot :

- Hotel Iris de Yôko Ogawa. Vous n'imaginez pas ma joie en tombant sur ce livre, je l'ai embarqué sans même regardé la quatrième de couverture tant je suis tombé amoureux de la sensibilité à fleur de mot de Yôko Ogawa, une auteur japonaise qu'il faut absolument découvrir si ce n'est déjà fait. Elle dépeint l'âme humaine comme personne et se détourne des sentiers battus pour fournir de fortes émotions à ses lecteurs. Ici, on nous promet une histoire d'amour, de désir et de mort. Tout un programme !

-English de Wang Gang. Coup de poker que cette acquisition vu que je ne connais pas du tout cet auteur chinois. En pleine révolution culturelle en Chine, un jeune garçon va découvrir la langue de Shakespeare et s'ouvrir au monde grâce à un précepteur très gentleman. Ca risque de détoner en pleine dictature maoïste ! Bien hâte de voir ce que ça va donner. 

Acquisitions fev 2017 2

Voici les fameux auteurs à qui je ne peux décemment pas dire non. Des génies, des immortels ? Chacun jugera mais pour moi, ils font partie des classiques et de mes chouchous que j'adore. Non non, je ne suis pas gaga !

- Bestiaire magique de Dino Buzzati. Voici un titre de l'auteur que je ne connais pas et pourtant je l'ai beaucoup pratiqué. Il s'agit d'un recueil de nouvelles propulsant au centre des récits des animaux pour mieux dépeindre la condition humaine. Naturaliste scrupuleux, il n'hésite pas dans le présent volume à le mêler de fantastique et de merveilleux. Je suis bien curieux de lire ça !

- Le Soleil se lève aussi d'Ernest Hemingway. Encore un monstre sacré pour une oeuvre moins connue et que je vais découvrir au plus vite. On suit la destinée d'un jeune américain séjournant en France, partagé entre un amour contrarié et une amitié plus que pesante. J'espère retrouvé le style inimitable du maître et sa propension à nous transporter loin, très loin dans l'universalité de ses récits.

- Les Raisins de la colère de John Steinbeck. Re-reading ultra-séduisant que celui-ci, un livre qui a marqué mon adolescence et désacralisé le monde tel que je le percevais alors. J'avais adoré à l'époque, tellement que j'en ai oublié que je l'avais déjà en bibliothèque ! Je lirai quand même cet exemplaire que je transmettrai à mon tour... Un incontournable, une bombe, un bonheur d'engagement et d'humanisme. Steinbeck quoi !

Acquisitions fev 2017 5

SF quand tu nous tiens ! Bel effort aussi dans le rayonnage pour ce genre souvent trop boudé par le grand public. Là encore, du très très lourd en perspective !

- Le Silmarillion et Les Aventures de Tom Bombadil de J.R.R Tolkien. Culte de chez culte, un re-reading avec Tom Bombadil et une lecture trop longtemps repoussée pour le Silmarillion. C'est tout bonnement mon auteur de fantasy préféré juste devant George R.R. Martin (la feignasse qui n'écrit pas la suite de sa saga, vous savez ?). Trop hâte d'y être et de replonger en Terre du Milieu surtout qu'injustement, Peter Jackson a évincé le bon Tom de sa néanmoins très bonne adaptation du Seigneur des anneaux

- Les Déportés du Cambrien de Robert Silverberg. Plus de place dans les prisons ! Oubliez les solutions toutes faites proposées par les gugusses en campagnes, Bob a la solution ! Envoyez tout ce petit monde en pleine préhistoire quand la vie n'a pas encore émergé de l'eau. Le concept est tentant, non ? la plume poétique et alerte de l'auteur saura sans nul doute me convaincre... Mais qu'entends-je ? Tout ne se passerait pas comme prévu ?

- Le Monde de la mort d'Harry Harrisson. Clairement, la série B du lot avec une histoire de joueur professionnel envoyé sur une planète hostile à la suite d'un deal truqué. Il va devoir survivre dans la nature hostile et affronter les inquiétants habitants de ce monde en friche. Une histoire bien sympathique pour se détendre après un bon vieux classique !

Acquisitions fev 2017 6

Gasp ! Le rayon fantastique / épouvante est lui aussi bien fourni... Horreur, malheur !

- Le Jour J du jugement de Graham Masterton. Le concept est délirant : un tank hanté par des GI morts sur le champ d'honneur! Je le concède, c'est plutôt "space" écrit comme ça. Mais quand on sait que c'est Masterton qui tire les ficelles, je dis que ça se tente. C'est un auteur qui ne m'a que très rarement déçu. Vous reprendrez bien un peu de gore Mr K ?

- Le Disciple de Laird Koenig. Un ersatz de Jésus écume les États-Unis accompagné de fidèles accros aux miracles. À priori, il y a anguille sous roche et le Paradis se transforme en Enfer. Je ne sais pas pour vous mais j'aime bien les histoires d'apocalypse même si je dois bien avouer que celle-ci flirte avec la série B. Qui lira verra !

 - L'Horreur du métro de Thomas Monteleone. La couverture est bien cheap (laide diront certaines, chuuuut Nelfe !) mais cette histoire de bestioles vivant sous terre et grignotant les pauvres humains passant à leur portée me tente bien. On nous promet une vengeance terrifiante de la nature sur le cancer humain régnant sur notre planète. Il m'en fallait pas plus pour basculer dans le côté obscur...

Acquisitions fev 2017 4

Enfin, deux ouvrages US pur jus dont le fameux livre dégoté par Nelfe. Si ça, ce n'est pas un teaser de dingue !

- Pandemonium de Les Standiford. Un pur hasard que cette acquisition basée uniquement sur une quatrième de couverture intrigante où il est question d'armes chimiques en circulation sur le territoire américain. Un cauchemar à page ouverte selon certains, je me suis laissé tenté. Gageons que j'ai eu raison !

- Dalva de Jim Harrison. Le voila, le fameux, l'unique, le précieux ouvrage dégoté par Nelfe ! Un Jim Harrison plein de promesse, roman des grands espaces comme ma douce les affectionne doublé d'une saga familiale et d'un hymne à la vie. Franchement, si elle n'est pas contente avec cela, on ne peut plus rien pour elle...

Voili voilou. De belles trouvailles non ? Il ne reste plus qu'à trouver le temps de les lire mais je pense que je m'en arrangerai. Ne soyez pas trop triste pour Nelfe, elle va bientôt prendre sa revanche. En effet, ce samedi, c'est la vente de destockage de livres chez le même Emmaüs et les réserves sont à priori immenses (dixit le libraire de l'assos) et libres d'accès. Pour ma part, je suis puni et je n'irai pas (sinon, une pièce entière serait à consacrer à ma PAL) par contre Nelfe y sera et peut-être ses pas croiseront des ouvrages qui sauront la séduire à son tour. Wait and see...

mardi 31 janvier 2017

"La Tour d'ivoire" d'Henry James

51BEce09hbL

L'histoire : Au début du XXe siècle, en plein surgissement de l'énorme puissance financière des Etats-Unis, un jeune Américain européanisé est rappelé au pays natal par un oncle mourant qui lui lègue son immense fortune. Désemparé par un monde cupide dont les règles lui sont étrangères, l'absent de retour se trouve pris au piège par son propre héritage, et soumis aux manigances cyniques et sentimentales d'amis d'enfance retrouvés.

La critique de Mr K : Nouvelle exhumation d'un volume présent depuis très longtemps dans ma PAL avec La Tour d'ivoire d'Henry James. Cela faisait un petit bout de temps que cet auteur excitait ma curiosité, le croisant régulièrement dans mes lectures dites "américaines", pays où il est consacré comme un auteur culte, que tous connaissent ou ont pratiqué, et qui est régulièrement étudié et disséqué. Ce livre paru de manière posthume en 1917 et inachevé est considéré comme un récit essentiel reflétant les qualités narratives et d'écriture de l'auteur. Le moins que l'on puisse dire, c'est que j'ai été déçu. Je crois que je me suis rarement autant ennuyé lors d'une lecture mais têtu que je suis, j'ai tout de même réussi à en venir à bout...

L'histoire a pourtant tout pour me plaire. Un jeune homme parti sur le vieux continent se voit désigné comme seul héritier de l'immense fortune de son oncle qui le considère comme un être parfait et surtout innocent. Cette nouvelle fait l'effet d'un coup de tonnerre dans la micro-société bourgeoise qui voit d'un très mauvais œil ce choix dénué de sens à leurs yeux car il fait fi des accords et alliances entre gens de pouvoir. Le jeune héritier va se voir confronté à des machinations cyniques et à des attentions particulières suite à son élévation sociale. Henry James avait alors pour but d'étudier la nature humaine et la propension des classes supérieures à asseoir leur position au dépit de la morale.

Malheureusement, cet ouvrage m'a laissé de glace. La faute essentiellement à une écriture sclérosée et dépourvue d'allant. On ne compte plus les circonvolutions de phrases complexes qui peuvent durer une page entière et s'attardant sur nombre de détails parfois insignifiants. On s'ennuie ferme car finalement on ne peut se raccrocher à aucun cap clairement défini, l'action étant plus que lente et les descriptions interminables. Non que je sois hermétique à l'évocation des sentiments, des gestes et de la société de l'époque mais j'ai trouvé l'ensemble lourdingue. Trop de finesse tue la finesse et on se retrouve face à des textes monolithiques et pour le coup sans âme véritable.

Le décrochage est donc très rapide car même les personnages (quoique très fouillés) ne m'ont pas interloqué, intéressé voir repoussé. Perdu dans des considérations parfois très terre à terre (la position d'une femme assise, la description du bureau d'untel, le flashback sur un dîner...), on a du mal à pouvoir vraiment se faire une idée des forces en présence, les humains ne le sont finalement pas autant que ça et l'esprit du lecteur s'égare malgré lui. Et pourtant, j'en ai fait des efforts mais dès qu'un semblant d'éclaircie apparaissait, c'est comme si l'auteur repartait dans ses travers et son excessive érudition.

Quel dommage ! J'aime l'érudition en littérature (Dostoievski, Marguerite, Mauméjean, Follett, Eco pour ne citer qu'eux et tout style confondu) mais il manque ici un souffle, une profondeur et un plaisir de lire qui nous fait avancer, réfléchir et apprécier les destins qui nous sont livrés. Rien de tout cela ici avec beaucoup de frustration et d'énervement. On ne m'y reprendra plus, clairement cet auteur n'est pas pour moi...

Posté par Mr K à 19:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 26 octobre 2016

"Pauline" d'Alexandre Dumas

couv3220650

L’histoire : Quel est le secret que cache Pauline ? Pourquoi fuit-elle le regard d’autrui ? Quel drame creuse son visage et altère son teint ? "Personne n’ignore par expérience que le danger inconnu est mille fois plus saisissant et plus terrible que le péril visible et matérialisé", confie Pauline. En épousant le comte Horace de Beuzeval, un homme diabolique, la jeune femme a signé son arrêt de mort : chaque jour est devenu synonyme d’angoisse et d’effroi...

La critique de Mr K : Impossible de résister à un Dumas qui vous tend ses bras lors d’un chinage. C’est ce que je me suis dit lorsque j’ai découvert le présent volume dans une caisse à priori anecdotique. Je ne connaissais pas du tout l’existence de ce court roman, la quatrième de couverture a fini de me convaincre et je m’en portai acquéreur. Quelques temps plus tard, je me décidai à entamer la lecture. Grand bien m’en a pris car Pauline nous donnant à lire un curieux roman entre aventure et roman noir, une petite bombe à addiction immédiate.

L’histoire nous est racontée par le biais d’Alfred de Nerval (sic) qui raconte à son ami (on s’imagine que c’est Dumas lui-même) une bien étrange et triste histoire qui lui est arrivée : sa rencontre avec Pauline, une superbe jeune fille dont il tomba amoureux fort jeune mais qui lui échappa à cause des conventions sociale de l’époque qui ne le jugeaient pas assez pourvu financièrement pour pouvoir prétendre l’épouser. Des années plus tard, leurs chemins sont amenés à se recroiser dans des circonstances beaucoup plus tragiques : Pauline n’est plus que l’ombre d’elle-même, son mariage est un échec et une menace sourde plane sur elle. Plus on avance dans le récit-témoignage, plus on sent ce fatum se resserrer, emprisonnant les principaux personnages dans une chape de plomb où nul espoir n’est permis.

L’action se déroule au XIXème siècle, ce qui change par rapport à mes lectures précédentes de Dumas. L’ambiance est donc bien différente, loin des intrigues de couloirs et des combats à l’épée, l’ambiance est ici plus feutrée, plus sombre aussi. S’inscrivant dans la tradition du roman gothique à l’anglaise, Pauline propose ainsi des décors inquiétants, des événements quasi surnaturels, des situations macabres et des personnages extrêmement violents car torturés intérieurement. Noir c’est noir : épisodes nocturnes nombreux apportant frissons et mystères, tempête quasi biblique, des ruines étranges perdues au milieu de nul part, un passage secret découvert par hasard, le poison et la mort omniprésente qui transpirent des pages et attirent inlassablement le lecteur vers un dénouement que l'on devine funeste.

En parallèle, on verse dans l’écrit romantique avec des personnages animés par la passion qui dévore et possède totalement celui qui lui cède. Horace De Beuzeval est un modèle du genre et dans sa folie, il se révèle bien plus intéressant que le palot narrateur, archétype du héros chevaleresque cherchant à sauver sa bien aimée déjà condamnée sans qu’elle le sache. La nature est aussi très présente dans ces pages et prend des formes variées. Le ton quasi lyrique de certains passages la rende tour à tour merveilleuse comme très inquiétante. Le passage dans la forêt est un modèle du genre et prouve qu'une description bien faite vaut tous les artifices à suspens du monde. L’expression des sentiments est ici à fleur de mot, chacun se livrant sans entrave ni limite dans ses retranchements. L’amour, la mort, la paix et le désordre sont autant de thématiques disséquées et jetées à la face du lecteur pantelant et totalement possédé par ses pages pourtant datées.

Tout s’explique par le génie littéraire de Dumas, l’aspect classique de l’histoire cache un don de la narration vraiment hors pair (ici nous sommes dans le non linéaire, chaque récit s’emboîte parfaitement avec les autres) et un style qui n’a pas vieilli ou si peu. Emporté par le souffle d’un Dumas inspiré, j’ai lu Pauline en deux traites (il faut bien dormir) et j’en suis ressorti heureux et profondément marqué par les destins brisés qu’il nous convie à observer. Une superbe lecture à entreprendre au plus vite !

Posté par Mr K à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 2 mars 2016

"Roméo et Juliette" de William Shakespeare

9782210760660-g

L'histoire : Roméo Montaigu et Juliette Capulet s’aiment d’un amour pur. Malheureusement, leurs deux familles véronaises se vouent une haine aussi parfaite et immortelle que la passion qu’ils éprouvent l’un pour l’autre. Dès le lendemain de leur rencontre à un bal masqué, ils demandent à Frère Laurent de les marier secrètement, et l’ecclésiastique accepte.

La critique de Mr K : Que de beaux et bons souvenirs en compagnie de cet auteur incontournable qu'est William Shakespeare! La découverte d'Hamlet tout d'abord lors de ma classe de terminale littéraire où ce titre culte entre tous était au programme. Elle reste à ce jour, ma pièce préférée tout genre confondu en terme d'écriture théâtrale juste devant Huis clos de Sartre. Depuis ce premier choc, beaucoup d'autres lectures, des spectacles théâtraux riches en émotion et des adaptation cinématographiques de grandes qualités dont Roméo + Juliette avec Di Caprio et les œuvres de Kenneth Branagh. Curieusement, l'occasion ne s'est jamais présentée de lire un autre classique de Shakespeare, Roméo et Juliette donc. Le tort est désormais réparé et le moins que je puisse dire, c'est qu'environ 400 ans après son écriture, le texte garde une aura intacte entre virtuosité linguistique et histoire intemporelle d'une passion qui transcende les époques et les cultures.

L'histoire de ces deux jeunes gens épris l'un de l'autre en dépit de l'opposition séculaire de leurs deux familles fonctionne toujours autant. Nos jeunes premiers sont littéralement habités par leurs émotions et tentent par tous les moyens de se libérer des chaînes du ressentiment et de la haine. Chacun peut s'y retrouver et faire le lien avec notre réalité du moment, malheureusement le schéma se répète encore bien trop souvent et dans bien des domaines de nos vies. Et pourtant, malgré les obstacles et quelques moments de doute, ils ne dérogent pas à cet amour aussi soudain que profond qui transcende les clivages et les normes établies. Notre Roméo est l'incarnation de la droiture, de la compréhension et de l'obstination et répond merveilleusement à la pureté et la douceur d'une Juliette prisonnière de son appartenance au beau sexe. Ces deux là étaient fait pour se rencontrer, bientôt il ne pourront se passer l'un de l'autre, l'issue ne peut donc qu'être tragique…

On retrouve toute une galerie de personnages gravitant autour du duo magique: les auxiliaires et confidents mais aussi les tenants de l'ordre et les êtres corrompus par le ressentiment et l'Honneur. Impossible de résister à la douce nourrice de Juliette, au langage fleuri et à la verve communicative, qui va jusqu'à menacer sa place pour soutenir et aider sa douce maîtresse. Il y a aussi Mercutio, le fidèle d'entre les fidèles de Roméo, personnage remarquable (un de mes préférés de l’œuvre) au vers haut et au courage indompté. Tybalt aussi, l'exalté du clan Capulet qui sera au centre des difficultés, héritier des schémas de pensées de sa famille et de son époque, victime collatérale du conflit entre les deux familles. Le père Laurence, le moine protecteur du couple à la sagesse et l'ingéniosité éprouvées qui seront les responsables en partie du tragique final qui attend nos deux jeunes tourtereaux. Il plane sur ces personnages et tous les autres (hormis le Prince peut-être) un fatum implacable, menaçant et pesant durant les cinq actes de cette pièce décidément bien moderne.

Moderne est d'ailleurs l'adjectif qui qualifie le mieux l'écriture du maître qui pour son époque est vraiment en avance sur son temps. Au delà des critiques en filigrane de la société de son temps, l'écriture est révolutionnaire car non versifiée, les formulations imagées sont légion et fonctionnant à plein bien des années plus tard. Texte dense mais pour autant assez direct, ne cherchant jamais à remplir mais toujours à contextualiser et faire évoluer ses personnages, on vit littéralement cette œuvre et l'adaptation au style théâtral est quasi immédiat. Je ne suis pourtant pas un grand amateur de lectures de ce type, préférant voir les pièces jouées. Mais ici on évite l'écueil du style ampoulé et de l'ennui tant on se prend au jeu des amours contrariés et des batailles rangées dans les rues de Vérone. Bien que connaissant d'avance la fin, on reste sous le choc du dénouement bien longtemps après avoir refermé cet ouvrage.

Vous l'avez compris, on rentre ici dans le domaine très fermé des classiques des classiques, des indépassables et des inusables. Quoi!!! Vous ne l'avez toujours pas lu??? Mais qu'est-ce que vous attendez??? C'était la prescription du jour de Mr K.

Posté par Mr K à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 28 février 2016

"Salammbô" de Gustave Flaubert et Philippe Druillet

61ZcSwaltmL

L'histoire : Il fallut mille ans pour construire l'Empire de l'étoile et mille ans furent nécessaires pour le détruire en ces temps de la fin. Seule la planète-mère, centre de l'étoile, coupée de l'empire respirait encore dans des flots de sang. À Carthage devenue République vivait Salammbô, beauté façonnée par les dieux, gardienne du voile sacré de Tanit. Carthage, perle écarlate du monde de l'étoile, et Salammbô sa vierge sacrée. Les textes disent que le glaive brûlant qui consuma la cité et dévasta l'empire vint du ciel par l'homme aux yeux de feu qui recouvrit le monde de l'étoile d'un océan de sang. Et la vierge divine succomba. Car c'était le temps où les barbares conquérants firent tomber les dieux de leurs piédestals. La fin de l'empire… mille années, océan du temps… Écoutez… Écoutez au loin monter vers nous le sourd grondement des armées en marche que rien ne pourra plus arrêter. Ô dieux, entendez notre plainte !

La critique de Mr K : Monstrueuse claque que cet album initié par Druillet suite à une discussion à priori anodine avec le rédacteur-chef de l'époque de Rock and folk: transposer l'action du Salaambô de Flaubert dans un futur lointain. Pari réussi haut la main, tant cette intégrale procure jubilation de chaque instant dans le choc continu entre texte originel et dessins hors norme du maître. Pour précision, j'ai lu lors de mon cursus littéraire l’œuvre originelle qui m'avait bien plu mais dont le temps malheureusement avait quelque peu effacé le souvenir, la piqûre de rappel fut donc salutaire et a permis de redécouvrir un classique à la langue si moderne et dont le fond est toujours d'actualité.

Carthage a vaincu mais elle se retrouve avec des alliés bien encombrants sur les bras. Elle les renvoie en dehors des murailles en leur promettant richesses et remerciements pour leur engagement à ses côtés. Bien évidemment rien ne se passe comme prévu surtout qu'un chef mercenaire se permet de voler l'objet sacré confié à la vierge et divine Salammbô, grande prêtresse protectrice de la cité. Se mêle à cette intrigue générale, l'attrait irrépressible qu'attise la belle vestale bien malgré elle sur un chef barbare, Mathô (réincarnation de Lone Sloane, héros récurrent de Druillet). Tout cela ne peut que finir mal et encore… vous êtes en dessous de la réalité.

4

Malgré l'explosion de couleurs et de détails chère à Druillet, l'ensemble garde la cohérence du roman d'origine. On retrouve donc tous les éléments qui ont fait de Salammbô un classique qui résonne encore aussi talentueusement aujourd'hui: les deux anciens alliés qui se retrouvent ennemis, le destin contrarié de deux êtres perdus dans un combat qui les dépasse et qui va les pousser à leur perte (légère différence dans la version Druillet, c'est Lone Sloane tout de même!), la cruauté et l'injustice de la guerre, la religion aussi porteuse d'espoir que d'extrémisme, les femmes exploitées et victimes de l'incurie des hommes et des dieux. Toutes ces thématiques sont transcendées ici par une forme incroyable au service d'un récit qui n'a rien perdu de sa force immersive et de sa puissance narrative.

2

Plus qu'une BD, cet ouvrage s'apparente quasiment à un livre d'art tant on a l'impression de feuilleter page après page un catalogue d'exposition composé de tableaux plus mirifiques les uns que les autres. Druillet est au sommet, dynamite les règles de son art et propose des images marquantes et totalement délirantes: statues et bâtiments cyclopéens, scènes de bataille dantesque (dont se sont sans doute inspirés les auteurs des Chroniques de la Lune noire), expérience mystique virant au psychédélisme (je suis fan!), décors et paysages sublimes et une Salammbô belle à se damner! Contrairement à beaucoup de BD, celle-ci se digère lentement, le lecteur se prenant à rester admirer le travail de l'artiste plusieurs minutes tant les détails et références pullulent et donnent une densité incroyable à l’ensemble. Quelle beauté! Quelle maestria!

1

On ressort ébloui par cette expérience totale qui nous conduit très loin dans notre imaginaire et comble toutes les attentes de l'amateur de SF et de classiques littéraires que je suis. La relecture de Salammbô est brillante car subtile et bien menée, les éléments nouveaux s'imbriquant parfaitement aux anciens et permettant une translation efficace et respectueuse dans un univers SF. À lire absolument!

Posté par Mr K à 16:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 10 février 2016

"Les Naufragés de L'Aventure" de Guillaume Lesquin

41JE4Qtb-5L

L'histoire : Lorsque le 28 mai 1825, il prend le commandement de la goélette L'Aventure, Guillaume Lesquin n'a que 22 ans. Deux mois plus tard, il fait naufrage en plein hiver austral aux îles Crozet, aux confins des océans Indien et Antarctique. À terre comme en mer, il dirige ses hommes, explore l'île à la recherche de nourriture, imagine des moyens d'alerter les secours, mais doit faire face à des bagarres qui conduisent les naufragés à se scinder en deux groupes. Les rescapés seront secourus au bout de dix-sept mois par un baleinier anglais.

La critique de Mr K : Un livre à la saveur toute particulière aujourd'hui avec ce récit d'une aventure maritime et humaine dramatique se déroulant sur les îles Crozet, archipel français méconnu situé dans les latitudes australes de notre bonne vieille planète. Travaillant à Port-Louis dans le 56 (ville dont est originaire Julien Crozet découvreur des îles portant son nom), c'est toujours particulier pour moi d'aller voyager du côté de ces îlots perdus s'avérant sauvages et indomptables… Ce n'est pas ce compte-rendu d'un fait réel qui va me faire changer d'avis!

Dans Les Naufragés de L'Aventure, retour au XIXème siècle donc avec ce récit du jeune capitaine Guillaume Lesquin qui se voit à 22 ans confier la goëlette L'Aventure. Après un court descriptif un peu laborieux des différentes espèces animales notables présentes aux Crozet, le voyage commence. Un temps épouvantable les empêche d'aborder sereinement leur mission et les malheureux vont finir par faire naufrage sur l'Ile Chabrol (ou île Est selon les dénominations). On est en plein hiver austral, il n'y a pas de végétation, de la neige à perte de vue sur une île très montagneuse. Vous voyez le tableau? Il n'est pas des plus engageants et pourtant, ces hommes livrés à eux-mêmes, isolés de la civilisation (peu ou pas de trafic maritime à cette époque dans cette zone) vont devoir survivre. Ce récit collé à la réalité d'un faits divers marquant, retrace les 17 mois de résistance à la nature mais aussi aux autres. L'immersion est totale.

Ce document (je rappelle que tout ici a été vécu tel que ce livre le rapporte) est d'abord une petite merveille de naturalisme et de récit d'aventure pur. On suit le premier contact avec l'île avec beaucoup d'appréhension, sentiment lié au dénuement total dans lequel se retrouve ces naufragés. Nous faisons connaissance avec un univers rude, milieu répulsif entre tous pour les êtres humains habitués à leur confort. Cela donne de magnifiques tableaux de la furie de la mer, des montagnes impénétrables en hiver et du climat rigoureux qui fatigue les âmes et les esprits. Malgré les épreuves, il faut s'organiser et c'est tout le savoir et l'ingénierie des marins au XIXème siècle qui sont illustrés ici. On n'est pas seulement marin au long cours à l'époque, sur les navires il faut être débrouillard et tour à tour, ces égarés vont devoir s'improviser maçons, charpentiers, pêcheurs, chasseurs, potiers et j'en passe. Le tout avec plus ou moins de bonheur mais donnant des scènes fascinantes et impressionnantes tant le contexte est difficile.

L'aventure humaine est aussi remarquablement décrite par ce gentilhomme de son temps. On retrouve à travers les liens tissés toute l'organisation sociétiale de l'époque avec des rapports régis par le galon ou la situation sociale. Le naufrage change quelque peu la donne, on est obligé de collaborer et de se rapprocher pour espérer s'en sortir. La tension permanente est très bien rendue et monte crescendo au fil du temps qui s'écoule et l'amenuisement de l'espoir qui l'accompagne. L'angoisse suinte des pages, prenant à la gorge le lecteur emporté dans un tourbillon de questionnements. C'est dans les épreuves les plus extrêmes que l'homme montre sa vraie nature et cette expérience n'échappe pas à la règle avec son lot de camaraderie, d'entre-aide mais aussi de querelles et de traîtrises.

Au final, ce court témoignage de 174 pages allie concision et évasion. On pense à Jules Verne par moment mais aussi à tous les récits de voyage comme notamment celui de James Cook qui est un modèle du genre. L'écriture bien que venue d'un passé révolu depuis longtemps est ici plaisante et maligne, assez moderne dans la rythmique de la narration et au vocabulaire relativement courant permettant une lecture sans rupture de temps et une curiosité renouvelée par les multiples rebondissement. Une belle expérience que je vous encourage à tenter.

mardi 15 décembre 2015

"Casse-Noisette" d'E. T. A. Hoffmann

Casse_noisetteL'histoire : Le soir de Noël, Marie s'endort, entourée de ses cadeaux. Elle a couché Casse-Noisette, le pantin de bois, dans un lit de poupée. Mais, lorsque l'horloge sonne le douzième coup de minuit, les jouets s'animent ! Casse-Noisette se prépare à affronter le terrible Roi des Rats pour sauver une princesse victime d'une affreuse malédiction. Marie, qui assiste au combat, se retrouve entraînée dans une aventure fantastique et périlleuse...

La critique Nelfesque : Décembre oblige, le Book Club de ce mois-ci a pour thème "L'Hiver". "Casse-noisette" de Hoffmann est la lecture idéale en cette période de fin d'année tant elle mêle esprit de Noël, enfance et rêverie.

Marie Stahlbaum est une petite fille ordinaire. Le soir de Noël, elle se voit offrir un pantin de bois qui la fascine et pour lequel elle développe tout de suite un amour sans bornes. Son frère, quant à lui, reçoit des petits soldats. A l'heure d'aller se coucher, Marie préfère rester un peu avec ses jouets afin de les admirer et leurs souhaiter bonne nuit. Minuit sonne alors à la grosse horloge de l'habitation et les jouets jusqu'ici inanimés commencent à bouger...

Ce conte date du début du XIXème et fait partie des "Contes fantastiques" de l'auteur, Ernst Theodor Wilhem Hoffmann. L'écriture est datée, les réactions des personnages sont bien loin de celles d'aujourd'hui mais il flotte sur ces pages un parfum de poésie. Tout d'abord interpellé par le style surannée de l'ouvrage, le lecteur se laisse emporter par la magie du conte.

Casse-Noisette va devenir au fil des pages un être vivant devant affronter les plus grands dangers. En effet, le Roi des Rats à sept têtes, souhaitant la mort de Casse-Noisette, va tout mettre en oeuvre pour se débarrasser de lui. Marie va alors aider ce dernier dans ce combat et faire en sorte qu'il retrouve sa place de Prince, en chair et en os. La morale de l'histoire est tout de suite lisible et l'adage "l'habit ne fait pas le moine" prend tout son sens ici. Les personnages sont stéréotypés, la petite fille est une "vraie" petite fille qui adore ses poupées, son petit frère est un "vrai" petit garçon qui joue aux petits soldats... Cela reste un conte pour enfants, ne le perdons pas de vue et la théorie du genre n'était pas sur toutes les lèvres à l'époque. Tout est là : une princesse, un méchant, un homme bon sous ses airs repoussants, un mystérieux conteur...

"Casse-Noisette" réserve de belles surprises au lecteur qui veut bien laisser ses certitudes d'adulte de côté et replonger le temps de quelques heures en enfance. Avec ce conte traditionnel, on se laisse peu à peu porter par la magie de l'histoire et ce voyage au pays des rêves est des plus agréables. A lire au coin du feu, un chocolat chaud à la main !

logo-epubCe conte ainsi que tous les "Contes fantastiques" d'Hoffmann sont dans le domaine public et peuvent être téléchargés en tout légalité ici. Quant au ballet, il a été diffusé il y a 2 ans pendant les fêtes de fin d'année sur Arte et est visible ici (l'histoire diffère quelque peu de l'oeuvre originelle mais personnellement j'ai été captivé par les tableaux proposés). Bonnes fêtes !

Posté par Nelfe à 18:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,