vendredi 15 décembre 2017

"Histoires de voyages dans le temps" Anthologie

Histoire_de_voyage_dans_le_temps

Le contenu : Voyager dans l’avenir, c’est prévoir ce qui va se produire, le prévenir si c’est un malheur, le mettre à profit si c’est un avantage ; voyager dans le passé, c’est retrouver la saveur des souvenirs heureux et rectifier les erreurs, les échecs, les coups du sort déjà révolus. Tout cela est fort beau, à condition de ne pas revenir au point de départ pour jouir en paix du fruit de l’entreprise ; mais, dans la quasi-totalité des récits, il y a le retour...

La critique de Mr K : C’est le hasard qui avait une fois de plus mis sur ma route cet ouvrage lors d’un passage chez l’abbé. Histoires de voyages dans le temps est le dixième volume de la grande anthologie de la SF parue dans les années 70 chez Le livre de poche, le présent ouvrage réuni 19 nouvelles plus ou moins longues mais ayant en commun d’explorer le thème à travers des auteurs anglais et américains qui ont renouvelé le genre après des débuts fracassants sur le vieux continent. On alterne entre signatures célèbres et plumes plus méconnues, mais le plaisir lui a été quasiment au RDV de chaque texte. Au final, j’ai passé un très agréable moment, teinté d’un esprit vintage qui n’est pas pour me déplaire.

Le but de l’éditeur à l’époque n’est pas d’être exhaustif et d’accumuler les textes cultes, c’est une sorte de guide du voyage dans le temps à travers des textes choisis par leur impact thématique, le style parfois étrange et l’impression durable qu’ils peuvent imprimer dans l’esprit du lecteur. Après une préface bien sentie plantant le décor et surtout les grands principes régissant le thème retenu, on peut entamer la lecture des récits en eux-mêmes, chacun se voyant doté d’une mini-introduction justifiant fort à propos et souvent avec humour le choix fait par l’éditeur. Une certaine progression a été donc donnée à ce recueil, ce qui permet au lecteur confirmé ou aux newbies de se sentir accompagnés tout au long de leur lecture. C’est nickel pour le confort du lecteur et donne une cohésion bienvenue à ce regroupement de textes qui nous emmène loin, très loin dans les abîmes du temps et de l’esprit humain.

Tour à tour, nous passons d’époques différentes à des personnages très variés avec des scénarios très souvent imprévisibles qui feront la joie des amateurs d’uchronie, de circuits fermés, de fatum implacable et de chaînes évolutives changeantes. Ainsi un voyageur temporel provoque un krach boursier, un individu rencontre son double de 30 ans son aîné, un gamin passe dans une autre dimension temporelle lors d’un cours rébarbatif, on suit les pérégrinations d’éclaireurs des temps futurs, une patrouille temporelle spécialisée dans la réparation d’accidents liés aux voyages dans le temps, un homme sort du travail et ne retrouve plus sa voiture à cause d’un glissement temporel, un homme voyage dans le temps à travers le corps d’un de ses aïeuls, un autre a des hallucinations le menant dans un monde parallèle, dans une autre nouvelle le temps peut devenir une arme redoutable lors d’un conflit interstellaire, la création artistique n’est pas en reste dans un récit où l’on se demande bien qui est réellement un peintre reconnu et adulé... Bien d’autres histoires étranges mais édifiantes nous sont proposées dans ce volume qui joue sur la forme mais aussi la longueur avec des nouvelles oscillant entre 5 et 70 pages !

Au cœur de ces textes : le temps, ses méandres et les imbroglios qui peuvent résulter de l’apparition d’un être explorant une époque autre que la sienne. L’avenir et le passé se partagent la vedette avec une confrontation avec des voyageurs conscients ou alors totalement dépassés par le phénomène qu’ils vivent. Les personnages principaux sont donc très variés, approchés de multiples façons par des auteurs vraiment épris de leur sujet. On retrouve des classiques comme Poul Anderson ou encore Richard Matheson mais aussi des seconds couteaux bien affûtés qui donnent libre cours à une imagination débridée, mâtinée d’un certain classicisme dans l’écriture et la manière d’exposer les situations. Il souffle donc un charme nostalgique sur ces pages, celui de l’âge d’or de la SF outre-atlantique (et outre-manche aussi), époque bénie des dieux qui prend la relève d’une Europe plus tournée vers la littérature contemporaine loin des genres transfictionnels. Le genre a un succès monstre à l’époque en Amérique, où toute une génération va être bercée par les écrits d’auteurs prestigieux dont K. Dick, Silverberg et autres Asimov.

Le plaisir est renouvelé à chaque nouvelle écriture, chaque nouvelle histoire. Faisant la part belle aux expériences inconnues, aux paradoxes temporels et aux conséquences d’une intervention extra-temporelle, les auteurs s’amusent beaucoup avec nos nerfs et l’on est bien souvent surpris par le chemin pris par des récits parfois tortueux (souvent métaphoriques). Le temps et ses circonvolutions ont moins de mystères après cette lecture mais l’humain aussi. Car derrière tout acte de transgression temporel ou décision prise se cache un esprit, un simple esprit humain avec ses aspirations mais aussi ses contradiction et ses désirs. C’est souvent de là d’ailleurs que le grain de sable apparaît et déconstruit un équilibre ou une ligne de vie réglée comme du papier à musique. La part distrayante ne cède en rien donc à l’intelligence des récits et leur portée dépassant le simple récit nébuleux et purement fictif.

C’est un ouvrage à découvrir absolument si la thématique vous intéresse. Les textes sont très différents, quelques uns m’ont paru un peu plus faibles mais c’est avant tout histoire de goût et le genre anthologique ne peut échapper à cet aspect de la lecture et du ressenti du public. Tous les auteurs sont des écrivains de talent mais les styles divergent et séduiront un panel de lecteurs vaste mais peut-être pas de manière exhaustive sur l’ensemble du recueil. Pour ma part, la lecture fut très instructive, parfois dérangeante, inspirante et toujours source d'évasion. Les amateurs seront comblés de ce petit voyage dans la quatrième dimension et ses lois. Une sacrée bonne lecture !


dimanche 12 janvier 2014

Anthologie Creepy, volumes 1 et 2 - Collectif

collage creepy

L'histoire: Le magazine Creepy, créé par Jim Warren au début des années 1960, a révolutionné le monde de la bande dessinée. Servi par une équipe d'artistes exceptionnels dont Frank Frazetta, Gene Colan, Steve Ditko, Wallace Wood, Alex Toth, Neal Adams ou Reed Crandall, il a atteint des sommets artistiques inégalés, redéfinissant les codes de la BD fantastique et d'épouvante.
Pendant plus de vingt ans, aucune autre publication n'est allée aussi loin dans la création et l'exploration d'univers imaginaires. Dans l'esprit des classiques littéraires d'Edgar Allan Poe ou de Bram Stoker, et dans la mouvance des fleurons du cinéma fantastique produits par les studios Universal ou par la Hammer, l'oeuvre des artistes ayant signé les pages de ce magazine culte est restée résolument moderne.

La critique de Mr K: C'est avec une joie sans borne qu'il y a quelques mois j'ai fait la découverte par hasard de la maison d'édition Delirium. Grand amateur des Tales from the crypt en BD et en série télévisée, ils rééditent enfin le magazine Creepy (ou du moins les meilleurs récits) et ce mensuel culte a enfin sa place au rayon des librairies françaises. Je n'en avais pour l'instant qu'un seul exemplaire, acheté en version espagnole il y a déjà un petit bout de temps dans les Asturies lors d'un voyage scolaire au lycée! J'ai donc craqué et acheté les deux premiers volumes sortis en France. De biens beaux objets qui témoignent du soucis de proposer une réédition à la hauteur de la qualité des originaux.

CREEPY dessins 2
(clic sur les planches pour voir en plus grand)

J'adore le genre fantastique et encore plus sous la forme de nouvelles ou d'historiettes en BD. Dans ces deux volumes, on croise nombre de créatures du panthéon classique: vampires, momies, zombies, sorciers vaudous, hommes bêtes de tout poil (héhé!)... Mais c'est ici aussi l'occasion de croiser des êtres humains sans scrupules qui nous jouent là des scènes terribles et quotidiennes: les amants lassés, la quête d'un héritage par tous les moyens, l'appât du gain au détriment de la morale, le culte de l'apparence, l'orgueil mis à l'épreuve et tout un panel de situations types merveilleusement détournées et griffées de la marque de l'oncle Creepy, narrateur régulier des effroyables histoires qui nous sont livrées ici. Les récits et les twist finaux s'enchainent et ne laissent aucun répit au lecteur. On côtoie aussi à l'occasion la SF ou encore le roman noir, montrant par là-même la diversité des inspirations et la grande ouverture d'esprit qui soufflait au sein de la rédaction.

CREEPY dessins

Pour l'aspect visuel, le noir et blanc est ici de rigueur et colle remarquablement aux thèmes abordés. On passe de récit en récit, tout en changeant de scénariste et de dessinateur d'où une impression de voyage et de changement. Bien qu'assez éloignés les uns des autres parfois, les dessinateurs font mouche à chaque fois, suspens et noirceur extrêmes sont au rendez-vous et la mise en image des classiques de Poe et consorts sont à la hauteur des textes originaux. Rajoutez à cela quelques Lugubres légendes de Creepy consacrées aux grands monstres du fantastique mis en image par Frazetta et l'on frôle l'extase!

CREEPY dessins vo
(ici en VO)

En plus des récits compilés, des pages supplémentaires sont consacrées à l'histoire du magazine, aux auteurs et dessinateurs, les tensions et pressions autour de la parution d'une revue ne faisant pas l'unanimité. Autre temps, autres mœurs... Le tout est remarquablement documenté et agencé. Cela permet une douce plongée dans les arrières cuisines de l'édition et de la création de l'époque. Tout ne se fit pas sans heurts mais le résultat est là et intemporel. Aujourd'hui, de jeunes passionnés pourront se plonger avec délice dans ces histoires qui ont traversé les décennies mais n'ont pas du tout pris de rides.

Une bien belle lecture que tous les amateurs du genre se doivent d'avoir effectuée. Vous voilà prévenus!

vendredi 13 septembre 2013

"Science fiction, weird fantasy 1952-1953" de Wood, Kamen, Williamson, Orlando et Frazetta

ScienceFiction19521953_10092004

L'histoire: Dans cet album, les auteurs nous emmènent au coeur des étoiles pour une série de périples drolatiques ou effroyables!

Vous découvrirez entre autre pourquoi il ne faut pas tomber amoureux d'une femme de vingt centimètres, pourquoi la Terre peut paraître inhospitalière aux gentils extra-terrestres, une machine à l'intelligence artificielle bien particulière...

La critique de Mr K: Je suis un grand amateurs des Tales from the crypt et de toutes les productions du même genre. Les récits courts avec une fin improbable qui chavirent le lecteur me ravissent et c'est donc avec grand plaisir que je vous chronique aujourd'hui cette anthologie de récits SF de l'aube des années 50' qu'un copain m'a prêté. Composé de six récits d'égale qualité, il ne m'a pas fallu longtemps pour dévorer cet ouvrage qui cumule plaisir esthétique et narratif, et réflexion plus générale sur le genre humain et la quête du progrès.

Dans L'Exilé, un être humain est envoyé en exil sur une planète prison qui s'avère être la planète Terre durant la Première Guerre mondiale. Qui l'a condamné? À quel fin l'a-t-on envoyé à cette période précise de l'histoire? La fin m'a littéralement cueillie et m'a fait froid dans le dos. Ce récit propose une belle réflexion sur l'idée de processus de développement d'une civilisation, sur la notion de mal et de l'effet papillon. Une belle réussite!

By George enchaîne avec une histoire plutôt farfelue au premier abord. Deux archéologues trouvent un mystérieux objet contant une histoire prodigieuse. Un jeune extra-terrestre d'apparence monstrueuse a jadis volé le vaisseau particulier de ses parents. Inexpérimenté, il se retrouve naufragé involontaire sur la planète Terre. Le contact avec les êtres primitifs peuplant cette boule bleue perdue dans l'univers est des plus difficile et la chute n'en sera que plus rude et surprenante. Derrière cette histoire, les auteurs se sont amusés à revisiter un des mythes les plus connu dans le monde anglo-saxon. Une belle réussite qui aborde au passage le droit à la différence et le côté impulsif de l'esprit humain.

Ce qu'il vit est un huis clos planétaire des plus paranoïaque et réussit à mettre la chair de poule au pauvre lecteur! Un astronaute échoué sur une petite planète à priori déserte est en proie à des visions aussi charmantes que flippantes. D'adorables et sublimes jeunes filles lui apparaissent pour lui apporter de l'aide alors que c'est impossible de survivre sur ce caillou inhospitalier et que ces apparitions ont vite fait de disparaître avant le moindre contact. Qui se cache derrière tout cela? Le héros devient-il fou? Ce court récit est une merveille de concision et d'efficacité.

1
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Révulsion est un récit d'exploration d'un nouveau monde par deux spationautes expérimentés. Au delà de découvrir de ce nouvel astre, on en apprend un peu plus sur leurs phobies intimes. Ils ne se doutent pas qu'elles vont prendre vie au delà de leur imagination. Ce récit est un petit bijou d'humour noir comme je les affectionne, la fin est implacable ce qui a ravi l'être sadique qui sommeille en moi (N'ayez pas peur, je ne mords pas!).

Celui qui attend présente une histoire d'amour peu commune entre un savant et une lilliputienne mesurant vingt centimètres de haut. Cette histoire sort du lot par son ton mélodramatique et son caractère très intimiste. Touchante à souhait, la fin est désespérante pour son héros et m'a attristée tant la charge émotionnelle était forte. Chose rare dans le style ici chroniqué.

2
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Enfin, La Tête de l'emploi clôture se recueil avec un récit oscillant clairement entre la SF et l'horreur avec un mystérieux serial killer coupeur de tête sévissant avec régularité dans une métropole américaine. Mais que peut-il bien faire des têtes de ses victimes? La fin apportera une réponse assez effarante et m'a laissé cloué dans mon lit. Un bon récit dans la pure veine de Jack Davis.

Au final, cette anthologie s'est révélée distrayante à souhait. Les histoires sont rondement menées et les dessins bien que classiques se révèlent efficaces et très agréables à parcourir. Cette Science-fiction là est certes un peu désuète en terme de forme mais reste immortelle par la portée de son message et le métier dont font preuve ses auteurs. Les fifties sont vraiment indémodables tant ce volume est un beau concentré d'une époque avec ses modes mais aussi ses interrogations quasi métaphysiques par moment. Une bien belle lecture que les amateurs du genre ne doivent pas ignorer!

Posté par Mr K à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,