mercredi 28 juin 2017

"Dernier jour sur terre" de David Vann

dernier-jour-sur-terreL'histoire : 14 février 2008, Steve Kazmierczak, 27 ans, se rend armé à son université. Entre 15h04 et 15h07, il tue cinq personnes et en blesse dix-huit avant de se donner la mort. A 13 ans, David Vann reçoit en héritage les armes de son père, qui vient de mettre fin à ses jours. Quel itinéraire a suivi le premier avant de se faire l'auteur de ce massacre ? Quel parcours le second devra-t-il emprunter pour se libérer de cet héritage ? L'écrivain retrace ici l'histoire de Kazmierczak, paria solitaire, comme tant d'autres. Comme lui par exemple qui, enfant, se consolait en imaginant supprimer ses voisins au Magnum.

La critique Nelfesque : J'aime beaucoup David Vann. Il y a un côté viscéral dans son écriture et une critique de notre société dans ses romans. C'est le cas ici encore avec "Dernier jour sur terre" que Mr K m'a offert il y a quelques mois pour mon anniversaire. Un ouvrage entre le roman, l'enquête et le témoignage qui touche du doigt la question épineuse, pour nous autres occidentaux, du port d'arme aux Etats-Unis.

"Dernier jour sur terre" est étonnant. Tout d'abord de par sa forme. Ce n'est pas tout à fait un roman, pas tout à fait un essai, pas tout à fait une étude journalistique et pourtant un peu de tout ça à la fois. David Vann a enquêté sur Steve Kazmierczak suite à la tuerie qu'il a perpétrée dans un amphithéâtre de son université. Cherchant à savoir qui il était, il a contacté ses proches, ses amis, ses professeurs et, tel un journaliste, remonté le temps pour revenir à la genèse de son projet morbide et essayer de comprendre son état d'esprit.

Là où est l'originalité de son entreprise, c'est que David Vann ne se contente pas de collecter des informations et rapporter des faits. Il met en avant les éléments de la vie de Steve Kazmierczak à la lumière de sa propre existence. Constatant qu'il existait bon nombre de similitudes entre sa propre vie et celle du tueur, il s'est interrogé sur ce qui pousse un homme à suivre une voie plutôt qu'une autre, à le faire passer du côté obscur, à déclencher un compte à rebours mortel. Ces personnes sont-elles réellement psychotiques ou est-ce la société qui, en les excluant, les pousse à devenir des tueurs en puissance ?

David Vann se livre ici comme il ne l'a jamais fait auparavant. Connu pour mettre un peu de lui-même dans chacun de ses romans, il nous livre ici des pans entiers de sa vie privée en mettant l'accent sur un événement majeur de son existence, le suicide de son père. Pro-armes, il a toujours été passionné par la chasse et fervent défenseur du droit de port d'arme, les Etats-Unis étant à 1000 lieues de nos convictions profondes sur le sujet en France, son père à sa mort lui a légué l'intégralité de ses fusils de chasse. L'auteur étant l'exact opposé de son père sur ce point, il a été doublement bouleversé par ce suicide et ce legs et pendant un moment a présenté des troubles destructeurs, a menti à ses amis sur la cause réelle du décès de son père, a visé ses voisins avec une arme et tiré. Tout comme Steve Kazmierczak... A la différence près que David Vann n'a connu qu'une période d'instabilité psychique, là où Steve est entré dans une spirale paranoïaque et maniaque.

La démarche d'instropection de l'auteur est impressionnante d'humilité et d'ouverture d'esprit. Celui-ci n'hésite pas à se mettre à nu face à son lecteur pour qu'il mène à son tour une réflexion poussée sur le sujet. Il est tellement plus simple et plus confortable de mettre l'étiquette de "fou" sur les personnes connues pour ce genre de faits. Plus hasardeuses et complexes sont la réflexion et la tentative de comprendre ce que la société fait de chacun d'entre nous, y compris les plus faibles. David Vann ici pousse à réfléchir et il est tellement rare de lire ce type d'ouvrages en littérature que celui-ci devient essentiel.

Du fait des récents attentats perpétrés chez nous, ce genre de lectures est difficile à entreprendre sans faire de parallèle, pourtant il est important d'essayer de comprendre ce qui se passe dans la tête des tueurs. Ici il n'y a pas d'endoctrinement à proprement parlé mais une faiblesse d'esprit qui fait qu'un élève au demeurant brillant et aimé de ses proches va perdre pied, essayer de s'en sortir, de combattre ses démons mais finalement échouer, emportant avec lui d'autres vies humaines.

Ouvrage profondément humain, "Dernier jour sur terre" est à lire absolument. Jeunesse en perdition, fascination pour les armes, traitements médicamenteux, David Vann dresse un portrait glaçant des Etats-Unis et de ce que ces mentalités peuvent générer comme troubles et tragédies. Sans tomber dans le pathos ou le m'as-tu-vu, il questionne la société actuelle et apporte éléments de réponse et de réflexion. Passionnant et effrayant !

Posté par Nelfe à 18:51 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 14 mai 2017

Quand Nelfe rend visite à l'abbé !

Je vous en parlais hier sur notre Instagram, j'ai fait une petite virée chez Emmaüs. L'air de rien, histoire de voir si il y avait de nouvelles choses à se mettre sous la dent côté littérature... Mr K étant malade depuis vendredi, je n'avais pas envie de rester traîner à la maison en compagnie de ses virus. Comme cela faisait un moment que je n'avais pas été fouiner dans le coin, l'occasion était donc toute trouvée.

La moisson fut sympathique :

Acquisitions nelfesques ensemble

Comme vous pouvez le voir, je suis restée raisonnable. D'autant plus que je n'ai pas pensé uniquement à moi et que quelques titres sont réservés à Mr K (notez comme je suis un amour d'épouse...).

Se retrouvent donc dans ma PAL :

Acquisitions nelfesques 1

- "Désolations" de David Vann parce que j'aime beaucoup cet auteur (tout simplement). J'ai déjà lu quelques uns de ses titres et à chaque fois ce fut une claque. Mr K m'a offert "Dernier jour sur terre" pour mon anniversaire et je compte bien le lire en premier mais je dois avouer que l'on n'a jamais assez d'ouvrages de cet auteur dans sa bibliothèque ! Une île, un couple, une nature hostile, des difficultés à communiquer. Tout cela me donne furieusement envie d'en savoir plus !

- "Il est de retour" de Timur Vermes parce que je viens de terminer un ouvrage traitant de la seconde guerre mondiale et qu'il fallait forcément que j'en rentre un nouveau ! Ici, on est dans la satire et je pense que je vais bien m'amuser tout en me faisant froid dans le dos (oui j'ai conscience que s'amuser avec un tel sujet parait étrange mais quand un éditeur place cet ouvrage entre Chaplin et Borat, normalement on ne doit pas faire que pleurer en le lisant). Sorte d'uchronie hitlérienne, la montée des extrémismes et la critique de la société et des politiques est au coeur de l'ouvrage. Ça promet !

Et pour Mr K alors ?

Acquisitions nelfesques 2

- "Ortog et les ténèbres" de Kurt Steiner parce que l'histoire m'a tout de suite accrochée et que j'ai su en lisant la 4ème de couv' que ça lui plairait aussi. Une héroïque mission dans l'espace, une quête de l'être aimé au XXXème siècle et une épopée au royaume des morts à travers les cercles infernaux du feu, du poison et de la démence : c'est pour lui !

- "Temps glaciaires" de Fred Vargas. Avant de partir j'ai cru entendre "Hey si tu trouves le Vargas où il y a "glaciaire" dans le titre, tu prends ! Je l'ai pas !". Ah ben ça tombe bien dis donc ! Et dire que de mon côté je n'en ai jamais lu un seul...

- "Procédure d'évacuation immédiate des musées fantômes" de Serge Brussolo parce que rien que le titre intrigue. On a quelques ouvrages de cet auteur à la maison et encore une fois de mon côté je n'ai jamais mis le nez dedans mais force est de constater qu'ici la 4ème de couverture donne furieusement envie ! Voyez plutôt :
"Dans un Paris en partie vitrifié par un récent conflit nucléaire, la crise énergétique fait rage. Pour remédier à la pénurie, un groupe de savants a imaginé de convertir l'âme des morts en électricité. Désormais, les kilowatts sortent tout droit des cimetières ! L'énergie-fantôme, c'est la mort mise au service de l'électroménager, c'est l'au-delà commandé par un interrupteur, le fleuve des morts qui court sur le filament d'une ampoule électrique, le carburant d'outre-tombe grâce auquel vous pourrez, demain, mettre un fantôme dans votre moteur ! Mais comme l'apprendra Georges, le médium-dépanneur qui guérit les téléviseurs par simple imposition des mains, l'énergie-fantôme, c'est aussi... l'enfer !"
C'est pas dit que je ne lui pique pas celui-ci !

---------------------

Et enfin, petit bonus pour moi côté couture avec l'achat de 4 patrons vintage qui font leur entrée dans mon atelier :

Acquisitions nelfesques 3

Des pantalons esprit sarouel parfaits pour l'été, des blouses col Mao et deux robes ambiance Mad Men en vacances. J'adore ! En actualisant les tissus, ça peut donner des choses bien sympa. Allez hop, je m'y mets ! Je ne parle pas vraiment de couture ici mais si ça vous intéresse, sur IG, vous verrez que la lecture n'est pas ma seule passion. Bon, là j'ai conscience qu'il y a du challenge (les pantalons sont "super-easy" selon Burda alors je veux bien les croire) mais j'ai bien envie de tenter. Et puis rien que pour les patrons, mes yeux forment des coeurs infinis ! Merci l'abbé !

mardi 17 novembre 2015

"Sukkwan Island" de David Vann

sukkwan islandL'histoire : "Le monde à l'origine était un vaste champ et la Terre était plate. Les animaux arpentaient cette prairie et n'avaient pas de noms. Puis l'homme est arrivé, il avançait courbé aux confins du monde, poilu, imbécile et faible, et il s'est multiplié, il est devenu si envahissant, si tordu et meurtrier à force d'attendre que la Terre s'est mise à se déformer."

Une île sauvage de l'Alaska, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C'est dans ce décor que Jim emmène son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d'échecs, il voit là l'occasion d'un nouveau départ. Mais le séjour se transforme vite en cauchemar...

La critique Nelfesque : "Sukkwan Island" de David Vann m'avait été offert il y a déjà longtemps par fée-tish. Ayant depuis découvert l'auteur avec "Goat Mountain" lors de la Rentrée Littéraire 2014 de Gallmeister, j'avais très envie de me plonger dans celui-ci. Oui mais voilà, l'écriture de David Vann est si noire qu'il faut un petit temps pour s'en remettre. Il m'a fallu 1 an et me voici aspirée par ce roman récompensé en 2010 par le Prix Médicis étranger.

Quelle plume ! Quelle puissance ! Lorsqu'on commence à lire un roman de David Vann, son monde, sa noirceur, son amour pour la nature, ses questionnements sur l'humanité hypnotisent le lecteur.

Roy ne connaît que très peu son père. Ses parents se sont séparés il y a plusieurs années et il vit depuis avec sa mère et sa petite soeur. Malgré tout, lorsqu'il lui propose de vivre une année entière dans une cabane coupée du monde qu'il vient d'acheter sur une île sauvage et escarpée de l'Alaska, Jim se lance dans l'aventure et part à la découverte de cette nature et de son père.

Véritable ode à la nature, huit clos des grands espaces, étrange et oppressant, "Sukkwan Island" sonde l'âme humaine. Roy du haut de ses 13 ans est un homme en devenir et se ravit de partager un bout de vie avec ce père absent. Jim est quant à lui plein de bonnes intentions, il veut apprendre à connaître son fils, partager avec lui son amour pour la nature et vivre des moments de vérité forts et inoubliables. Mais au fil des mois passés ensemble, au fil des saisons, avec les éléments déchaînés, la venue de la pluie, la neige, le blizzard et le froid, les rapports père / fils vont être de plus en plus tendus entre les peurs de l'un et la lente ascension dans la folie de l'autre. La solitude dans ce qu'elle a de plus beau et de plus effrayant.

Nous sommes ici en présence d'un roman d'une incroyable force. Ce genre de roman qui laisse le lecteur marqué à jamais. L'urgence et la violence émanent de ses pages et les trois personnages en présence, le père, le fils et cette nature vivante et hostile, véritable personnage à part entière, nous offrent une valse morbide. La difficulté de vivre, la douleur, la solitude, l'absence, l'ombre qui plane de manière incessante sur "Sukkwan Island" plongent le lecteur dans un monde noir et sans échappatoire.

Vous l'aurez compris, ce roman magnifique et poignant n'est cependant pas à mettre entre toutes les mains tant son climax oppressant et empli de désespoir est dur. Il faut être assez mûr pour aller au delà des simples faits effroyables décrits dans ce livre et comprendre la portée du message de Vann. Pour ma part, ce roman m'a désarçonnée à sa lecture, m'a laissé pantoise (je l'aurai davantage aimé si il avait trouvé sa fin 40 pages plus tôt) et m'a obsédée longtemps après la dernière page lue. Lorsque l'on connaît l'histoire personnelle de David Vann et dans quelles conditions il a perdu son père, ce roman prend encore une autre dimension. Je ne peux que vous encourager à découvrir cet auteur et à vous plonger dans ce roman quand le moment sera venu. "Sukkwan Island" s'emparera alors de vous et vous dévoilera toute sa beauté dans la souffrance. Un incontournable.

Posté par Nelfe à 17:26 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 17 novembre 2014

"Goat Mountain" de David Vann

0794-cover-goat-53635e7a01eb5L'histoire : Automne 1978, nord de la Californie. C'est l'ouverture de la chasse sur les 250 hectares du ranch de Goat Mountain où un garçon de onze ans, son père, son grand-père et un ami de la famille se retrouvent comme chaque année pour chasser sur les terres familiales. À leur arrivée, les quatre hommes aperçoivent au loin un braconnier qu'ils observent de la lunette de leur fusil. Le père invite son fils à tenir l'arme et à venir regarder. Et l'irréparable se produit. De cet instant figé découle l'éternité : les instincts primitifs se mesurent aux conséquences à vie, les croyances universelles se heurtent aux résonnances des tragédies. Et le parcours initiatique du jeune garçon se poursuivra pendant plusieurs jours, entre chasse au gibier et chasse à l'homme, abandonné à ses instincts sauvages, se poursuivra pendant plusieurs jours, entre chasse au gibier et chasse à l'homme.

La critique Nelfesque : Il y a des romans qui marquent profondément un lecteur et "Goat Mountain" en fait partie. Lu dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire, je ne savais pas vraiment où je mettais les pieds. Ayant "Sukkwan Island" dans ma PAL depuis déjà pas mal de temps, je me réjouis de retrouver bientôt la plume de David Vann. Mais pas avant d'avoir digéré totalement celui-ci...

Pourquoi cette réticence alors que je vous disais quelques lignes plus haut que j'avais été marquée par ce roman ? Tout simplement parce que l'univers de David Vann est noir, très noir et que ce roman procure un certain malaise à ses lecteurs. Son écriture fouille au plus profond de l'âme humaine et fait éprouver à qui la lit des émotions qui bien qu'intenses ne sont pas des plus agréables.

"Goat Mountain" est un huit clos des grands espaces. Etrange antinomie. Nous suivons une partie de chasse menée par une famille sur ses terres. Tom, 11 ans, s'apprête à tuer son premier cerf et cet évènement qui fera de lui un homme dans sa lignée enthousiasme déjà son père, le meilleur ami de celui-ci ainsi que son grand-père. Tous les quatre s'apprêtent à vivre un grand moment, un moment clé dans l'histoire de leur famille. En revanche, ils ne savent pas encore que celui-ci ne sera pas celui auquel ils s'attendaient...

Rien n'est caché sur la quatrième de couverture. Ce n'est pas un cerf que Tom va abattre mais un homme, un braconnier sur les terre de ses ancêtres qu'il va viser sciemment avant d'appuyer sur la gâchette. Ces secondes où ignorance de la conséquence de ses actes et folie du moment se sont côtoyées pour arriver à cette fin funeste vont semer le trouble dans les esprits de chacun et faire de cette partie de chasse, ce moment de joie vécu en famille, un enfer sur terre. Le roman prend alors une tournure poisseuse à l'image du sang qui va couler sur les terres de "Goat Mountain".

Comment réagir lorsqu'un enfant de 11 ans commet un tel acte ? Doivent-ils maquiller ce meurtre ou joindre la police ? Quelles répercussions découleront de tel ou tel choix ? David Vann nous livre ici une ode à la nature et aux grands espaces et une personnification de l'âme humaine sur fond de roman noir. Chaque description du paysage trouve sa justification et l'écriture sublime l'ensemble. Pour dire vrai, à la dernière page, au moment de fermer ce livre, on ne sait pas quoi penser de ce roman. Nous a-t-il plu ? Nous a-t-il dégoûté ? Pour ma part, il a fallu du temps pour rassembler mes pensées et arriver à la conclusion que cette lecture est un moment rare dans la vie d'un lecteur. Un moment où l'auteur met toute son âme dans une production, et la livre au monde avec une écriture léchée qui hypnotise le lecteur. Un petit bijou de littérature qui ne plaira pas à tout le monde de part son thème mais qui ne peut pas laisser indifférent.

Si vous aimez lire des romans qui vous font ressentir des choses peu communes, si les questionnements sur les remords et la folie ne vous font pas peur et si la qualité d'écriture est pour vous primordiale lors du choix de vos lectures, lisez "Goat Mountain". Cette lecture dérangeante laissera des traces dans votre esprit et vous fera voir le monde différemment.