mardi 11 avril 2017

"Êtes-vous psychopathe ?" de Jon Ronson

jonronson

L’histoire : Jon Ronson, l'auteur reconnu des Chèvres du Pentagone s’aventure dans un voyage rocambolesque au pays des désordres mentaux pour essayer de savoir si notre société n'est pas animée au final, plus par la folie que par la raison, par les névroses que par l'intelligence.

Pour ce faire, il rencontre des psychopathes remarquables, des psychiatres un peu cinglés, des hommes d’affaires qui, du narcissisme à l’asociabilité, doivent leur réussite à leurs névroses. Cette épopée aussi loufoque qu’éclairante le conduit chez le célèbre psychologue canadien Robert D. Hare, l’inventeur du test du psychopathe, moyen infaillible de mesurer notre degré de folie.

Entre Woody Allen et Hunter S. Thompson, Jon Ronson se promène dans l’antichambre de la démence avec une autodérision et un humour caustique et pose des questions dérangeantes sur nos désordres. Pouvons-nous échapper à l’un des 374 types de troubles mentaux répertoriés ? Sommes-nous tous fous ?

La critique de Mr K : Drôle et intéressante lecture que cet ouvrage de Jon Ronson dont je parcours l’œuvre pour la première fois. Du moins sur papier car Nelfe et moi étions allés au cinéma voir l’adaptation des Chèvres du Pentagone que nous avions beaucoup aimé à l’époque. Au programme ici, une exploration des âmes torturées de personnes sujettes à la psychopathie. Que se cache-t-il derrière ce thème si galvaudé ? Comment reconnaître un psychopathe du troupeau d’individus lambda ? Voici les deux fils conducteurs de l’ouvrage que l’auteur propose de suivre entre roman, enquête journalistique et témoignages sous le sceau de l’érudition et de l’humour corrosif.

Suite à une manipulation de grande échelle, l’auteur-narrateur décide à partir du travail d’un praticien émérite (dont le fameux Robert D. Hare) de partir à la chasse au psychopathe. Le grand béotien qu’il est en matière de pulsions criminelles déviantes va être confronté à la réalité brute, des faits incroyables souvent effroyables et des réponses parfois parcellaires malgré une science en constant progrès. Chaque chapitre correspond donc plus ou moins à un cas et l’on se rend vite compte que cette pathologie est plus complexe qu’on ne le croit et que finalement elle est plus répandue qu’on ne le pense et ceci dans les différentes strates de la société allant des hautes sphères de la finance (niveau empathie, je crois qu’on atteint zéro dans ce milieu là) au marginal ostracisé par nos sociétés occidentales et leur discours unique sur la réussite.

N’en déduisez pas par ces propos liminaires que le livre va vous plonger dans une angoisse sans borne entre paranoïa et suspicion. Ne vous inquiétez pas, je n’ai pas déménagé dans une cabane au fin fond de la cambrousse pour m’isoler loin du monde avec Nelfe et Tesfa ! Bien que parfois déroutant, le livre a le mérite de posséder une assise scientifique solide (et tout à fait digeste soit dit en passant) et un ton volontiers impertinent et décalé. Cela donne à l’ensemble une homogénéité étonnante et différente. On se laisse prendre facilement par les quelques cas étudiés qui révèlent bien des choses sur cette maladie mais aussi sur les sociétés qui créent parfois leurs propres monstres, variation universelle autour du thème de Frankenstein dont la Créature se retourne contre lui.

On rentre grâce à des entretiens directs saisissants et des recherches plus approfondies dans des quotidiens très différents, des existences disparates avec un point commun nœud de la psychopathie : l’absence d’empathie qui détruit toute forme de barrière morale et parfois libère une force de destruction que l’on pourrait facilement rapprocher de la notion de Mal absolu, aveugle, frappant au hasard ou échafaudant des plans tortueux. Le lecteur se retrouve souvent sous le choc d’une manière de se comporter, de penser totalement différente et dérangeante. Chaque page qui se tourne, chaque phrase peut amener un décrochage total et livrer une révélation, un ressort dramatique qui a bouleversé une ou des existences. Il faut encaisser, accepter l’information et en même temps s’en détacher. Le style vif, incisif, très nuancé et suintant de second degré de l’auteur permet une distanciation en douceur entre réflexion et sourire. C’est étonnant à écrire mais c’est exactement le processus que j’ai pu observer chez moi.

Êtes-vous psychopathe ? se lit finalement très bien malgré un sujet dur et on se surprend à en redemander, à pousser le voyage plus loin, à en savoir plus. On ressort satisfait, conscient du monde étrange que peut se révéler être nos communautés humaines et rassuré quand on se rend compte que nous-même ne sommes pas psychopathe. Nelfe et Tesfa peuvent être rassurées ! Quant à vous autre, je ne peux que vous conseiller de passer le test à votre tour et de rencontrer les êtres qui peuplent ces pages. C’est à la fois enrichissant et divertissant. Tout simplement différent.

Posté par Mr K à 17:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 22 mars 2017

"Cet été-là" de Lee Martin

Cet été-làL'histoire : Tout ce qu'on a su de cette soirée-là, c'est que Katie Mackey, 9 ans, était partie à la bibliothèque pour rendre des livres et qu'elle n'était pas rentrée chez elle. Puis peu à peu cette disparition a bouleversé la vie bien tranquille de cette petite ville de l'Indiana, elle a fait la une des journaux nationaux, la police a mené l'enquête, recueilli des dizaines de témoignages, mais personne n'a jamais su ce qui était arrivé à Kathy. Que s'est-il réellement passé cet été là ?
Trente ans après, quelques-uns des protagonistes se souviennent. Le frère de Katie, son professeur, la veuve d'un homme soupçonné du kidnapping, quelques voisins, tous prennent la parole, évoquent leurs souvenirs. Des secrets émergent, les langues se délient. Qui a dit la vérité, qui a menti, et aujourd'hui encore, qui manipule qui ?

La critique Nelfesque : Après toutes ces années, vous commencez à savoir que j'aime les thrillers et les romans noirs ("oui, ça on a vu !"). J'aime encore plus quand les deux s'imbriquent et donnent à lire une histoire glaçante avec une intention de démêler les fils petit à petit, sans tambours ni trompettes. Quand l'auteur prend le temps de nous dépeindre une ambiance, un lieu, des gens. C'est exactement ce parti qui est pris par Lee Martin dans son roman "Cet été-là", premier ouvrage traduit en français et récemment publié chez Sonatine.

Katie Mackey a disparu. Un soir d'été, du haut de ses neufs ans et pieds nus, elle est partie à vélo en début de soirée pour rendre ses livres à la bibliothèque. Plus personne ne la reverra ensuite. On retrouvera son vélo à proximité et tout semble dire qu'elle a été enlevée. Oui mais pourquoi et par qui ?

La construction de ce roman est parfaite. Chaque personnage est caractérisé et le lecteur se retrouve souvent intimement lié à lui. Des moments d'introspection, de pensées profondes et inavouables sont disséminés ça et là dans le roman et permettent au lecteur de bien prendre en considération chacun d'entre eux, de les jauger, de les juger et de parfois essayer de se mettre à leur place. Il y a le professeur qui donne des cours particuliers aux enfants de la commune, son voisin qui a un problème d'addiction mais semble toujours prêt à aider les autres, la femme de ce dernier simple et pragmatique, le frère de Katie qui s'en veut terriblement d'avoir fait remarquer ce soir là à sa soeur qu'elle était en retard sur le retour de ses prêts, leurs parents prêts à tout pour connaître la vérité...

Lee Martin nous dépeint ici une petite communauté de l'Indiana, une ville où tout le monde se connaît et où rien ne se passe véritablement si ce n'est la vie. Les habitants sont nés ici, ne bougeront probablement pas et mourront dans leur ville. Non pas parce qu'ils l'aiment particulièrement mais parce que c'est comme ça. Alors entre temps, on se débrouille, on s'entraide, parfois on resquille et pour tromper les apparences dans un lieu où tout le monde sait tout sur tout le monde, on se ménage des petits jardins secrets. Tel personnage nous fait penser à telle personne de notre entourage, tel autre nous attendrit et fait monter en nous une grosse boule d'amour et d'empathie. Mais que cache parfois un excès de gentillesse ? De l'intérêt ? Un besoin d'être aimé ? Ou des contrées honteuses et insoupçonnées ?

"Cet été-là" est un excellent roman noir en cela qu'il tient le lecteur en haleine non pas par le rythme que l'auteur lui donne mais par l'intensité des émotions qu'il lui procure. Ici, peu de suspens ou de rythme haletant mais un simple voyage dans une petite ville des Etats-Unis où chaque habitant tient sa part de responsabilité dans la disparition d'une enfant. Effroyable vie ordinaire...

Comme dans la vie de tous les jours, chaque lecteur y ira de sa théorie, clouera au pilori son coupable, trouvera étrange voire malsain tel ou tel homme. Le lecteur jugera d'après les informations que certains personnages donnent ici 30 ans plus tard. Dans notre monde moderne, plus personne ne peut s'empêcher de juger, de donner son avis. "Ce n'est qu'un avis, cela ne fait de mal à personne" et pourtant... Combien ont vu leur réputation et leur vie ruinées par les on-dit. A chacun de se faire sa propre opinion ici en âme et conscience. Le roman nous interroge à plusieurs occasions et même quand le mot fin est là les doutes persistent. L'histoire de la fumée et du feu qui peut briser la vie d'un honnête homme...

La part d'ombre dans chaque personne, les concours de circonstance, le déterminisme, le manque de repères et d'amour. Il y a un peu de tout cela dans "Cet été-là". Un roman polyphonique à lire d'urgence si vous aimez les ambiances troublées, les chaudes soirées d'été et si vous pensez que dans la vie tout n'est jamais tout blanc ou tout noir. Lee Martin réussit le pari de nous téléporter au coeur des années 70, dans une petite ville discrète et calme, et de nous y piéger sans possibilité de retour. Comme un retour aux sources, comme une introspection. Le lecteur achève ce roman complètement habité...

mercredi 11 janvier 2017

"Chance" de Kem Nunn

Chance - Kem NunnL’histoire : A San Francisco, la vie bien ordonnée du docteur Eldon Chance est en train de partir à vau-l’eau. À bientôt cinquante ans, le brillant neuropsychiatre récemment divorcé commence à trouver son quotidien insupportable. Ce vide est bientôt comblé par la soudaine fascination qu’il éprouve pour une de ses patientes, la très séduisante mais très instable Jaclyn Blackstone. Hélas pour lui, le mari de celle-ci, un flic corrompu et dangereux de la brigade criminelle, est d’une jalousie féroce et personne ne souhaite l’avoir pour ennemi. Peu à peu, l’obsession que chance nourrit pour Jaclyn va l’entraîner dans une histoire autrement plus sombre et complexe que ce qu’il avait imaginé...

La critique de Mr K : Lecture d’un Sonatine de plus à mon actif aujourd’hui avec ce thriller psychologique qui sortira en librairie dès demain. Au programme : neuropsychiatrie, vie en pleine décomposition, désir et jalousie, revanche... Un bien beau programme en perspective qui m’a pour ma part quand même laissé sur ma faim...

Chance narre l’histoire plutôt classique d’un homme qui tombe sous la coupe d’une femme diablement séduisante. Lui est neuropsychiatre, spécialisé dans l’évaluation de témoins et de protagonistes de procès à venir. Divorcé depuis peu (sa femme l’a quitté pour son jeune coach sportif), il ne voit qu’épisodiquement sa fille qui rentre dans l’adolescence et entame ses premières bêtises. Eldon Chance accumule les dossiers qu’il nous égraine au fil des pages du roman. Il côtoie de sacrés cas entre le fou furieux meurtrier, les enfants rapaces qui attendent que leur père meurt, les enfants battus qui se transforment à leur tour en tortionnaires... Rien de bien très réjouissant donc, jusqu’au jour où il rencontre Jaclyn, une jeune femme professeur de mathématiques qui a développé une double personnalité et est confrontée à un mari tyrannique et violent. Charmé par sa beauté et touché par la mélancolie qui l'habite, il se met en tête de la sauver... Parfois, il faut savoir réfléchir avant d’agir !

Le principal défaut du roman se tient dans son personnage principal que j’ai trouvé irritant à souhait. Au départ, on est touché par cet homme déstabilisé par une vie qui semble lui échapper. Le narrateur nous raconte par le menu et avec moult détails la déchéance du personnage, ses interrogations et son quotidien devenu banal et sans intérêt. Malheureusement très vite, il semble se complaire dans sa douleur et faire quasiment systématiquement les mauvais choix. En temps que lecteur, mon empathie est assez étendue mais là au bout d’un moment, ça devenait trop pour moi. Les obstacles sont gros et pourtant Eldon y va franco comme aimanté par sa bêtise, ne pensant plus que par pulsions et réactions alors qu’il est sensé être un neuropsychiatre plutôt reconnu. Certains vous diront que c’est la preuve que tout à chacun peut sombrer au cours de sa vie... Certes mais pour ma part, il pouvait lui arriver n’importe quoi, rien ne m’aurait vraiment touché. C’est ballot pour un héros de roman !

C’est d’autant plus dommage qu’on croise autour de cet être déchiré des personnages vraiment bien ciselés et attachants. Il y a sa fille adolescente, bien que seulement entr'aperçue, qui se révèle touchante au possible, partagée entre ses aspirations à plus de liberté (et les conneries de son âge qui vont avec) et son amour pour ses parents désormais séparés. Jaclyn est pas mal non plus dans son genre : bipolaire oscillant entre la femme fatale à laquelle on ne peut résister et celle dominée par un mari policier d’une rare perversité. Cette figure tragique est bluffante et l’on s’attend à tout venant de sa part. Peu à peu la lumière est faite sur ce personnage complexe et très intéressant. La palme revient tout de même à D, mystérieux homme à tout faire d’un brocanteur qui va plus d’une fois sauver la mise à Eldon qui se fait là un ami remarquable. Je ne vous en dirai pas beaucoup plus sinon que sous cette masse imposante se cache un passé trouble triste à pleurer, qui donne un relief incroyable à un personnage pourtant secondaire mais qui dépasse en intérêt tous les autres.

Le récit en lui-même est relativement sans surprise et calqué sur certains récit des années 50 / 60 que j’ai pu lire dans le passé. Le chemin est tout tracé et le lecteur expérimenté se retrouvera dans un univers et des mécanismes narratifs éprouvés et plutôt réussis bien qu’attendus. Finalement, Kem Nunn passe davantage de temps à décrire les états d’âme et atermoiements de ses personnages, ce qui ralentit pas mal l’action mais contribue à peaufiner les psychologies de chacun. C’est un parti pris qui peut payer mais qui ici fonctionne à moitié à cause notamment du personnage principal (comme évoqué plus haut). En revanche, l’écriture sert remarquablement les caractérisations. Loin d‘être la plus accessible car parfois érudite voir lyrique, nous n’avons pas affaire ici à un écrivain quelconque mais bel et bien à un esthète de la langue. Le travail de traduction a dû être un sacré boulot !

Au final, la lecture s’est révélée globalement plaisante quoique irritante par moment. Bilan mitigé pour un auteur qui a tout de même un sacré talent d’écriture et qui sait proposer des personnages fouillés et parfois vraiment intéressant (Votez D en 2017 !). Je ne vous aiderai pas vraiment avec cette chronique, à chacun de tenter l’expérience ou non...

lundi 26 décembre 2016

"Nous allons mourir ce soir" de Gillian Flynn

Nous allons mourir ce soirL'histoire : Après une enfance difficile, la narratrice anonyme devient travailleuse du sexe. Des années d’expériences ont développé chez elle un véritable don pour décrypter la psychologie de ses interlocuteurs, leurs intentions et leurs envies. Aussi lui arrive-t-il de donner des conseils à des âmes en peine. Lorsqu’elle rencontre Susan Burke, une femme aisée aux prises avec une situation dramatique, elle lui propose de l’aider. Susan et sa famille ont emménagé à Carterhook Manor, une vieille demeure inquiétante, marquée par une violente histoire vieille de cent ans. Sur place, la narratrice rencontre Miles, le beau-fils de sa cliente, un adolescent au comportement étrange et glaçant. Saura-t-elle découvrir toute la vérité sur Carterhook Manor et la famille qui l’habite désormais ?

La critique Nelfesque : Plus une nouvelle qu'un roman, ce dernier Gillian Flynn sorti chez Sonatine en novembre dernier fait moins de 100 pages et se lit très vite. Est-ce suffisant ? La quantité fait-elle la qualité ?

A cette dernière question, je répondrai sans hésitation : "non" ! On a vu souvent de longs romans s'engluer dans des descriptions inutiles, nous perdre en chemin ou finir par nous ennuyer complètement. Avec "Nous allons mourir ce soir", point de tout cela, l'auteure nous propose une courte histoire efficace !

N'étant pas une grande adepte du format nouvelle, j'aurai aimé une production plus longue pour bien m'imprégner de l'histoire mais force est de constater qu'avec peu de pages, Gillian Flynn réussit à saisir le lecteur, à ne pas le lâcher et lui proposer une histoire qui se tient. Avec un nombre de pages restreint, où tout pourrait n'être qu'effleuré, Gillian Flynn caractérise à la perfection ses personnages et forme un tout très appréciable. On flirte ici entre le thriller et l'épouvante et pour qui aime ces deux genres littéraires, on passe un bon moment.

Le personnage principal n'a pas eu une vie facile. Gamine, elle a fait la manche avec sa mère pour pouvoir subvenir aux besoins de sa famille. Elle laisse derrière elle cet univers misérable à l'âge de 16 ans pour devenir prostituée... Ce n'est pas une grande avancée dans un plan de carrière me direz-vous mais depuis, elle roule pour elle et travaille dans l'arrière boutique d'une chiromancienne en tant que "chargée de clientèle". Enchaînant branlette sur branlette, elle va développer assez vite une douleur au niveau du poignet l'empêchant de travailler (et oui, 23546 branlettes, ça use !). Sa boss va alors la faire passer à l'avant du magasin pour l'initier cette fois-ci à l'arnaque et à l'abus de personnes en situation de faiblesse. Elle sera maintenant voyante et medium et fait ainsi la connaissance de Susan qui en emménageant à Caterhook Manor a vu le comportement de son beau-fils changer. Une entité supérieure semble avoir pris possession de lui et Susan a besoin d'aide...

A ouvrage court, chronique courte. Je ne peux pas décemment vous donner plus de précisions sur le contenu de cette nouvelle. Sachez toutefois que Gillian Flynn étonne encore son lecteur avec un procédé d'écriture incisif, un univers noir et une plume cynique et parfois trash. La narratrice qui jusqu'ici n'a cessé d'utiliser les faiblesses des gens pour avancer va se retrouver empreinte au doute et va commencer à avoir peur elle aussi... Une petite centaine de pages savoureuses, un bon moment de lecture courte qui se lit d'une traite et une auteure encore une fois diablement talentueuse en matière d'angoisse !

samedi 8 octobre 2016

"Un Coeur sombre" de R. J. Ellory

elloryL'histoire : Sous sa façade respectable, Vincent Madigan, mauvais mari et mauvais père, est un homme que ses démons ont entraîné dans une spirale infernale. Aujourd’hui, il a touché le fond, et la grosse somme d’argent qu’il doit à Sandià, le roi de la pègre d’East Harlem, risque de compromettre son identité officielle, voire de lui coûter la vie. Il n’a plus le choix, il doit cette fois franchir la ligne jaune et monter un gros coup pour pouvoir prendre un nouveau départ. Il décide donc de braquer 400 000 dollars dans une des planques de Sandià. Mais les choses tournent très mal, il doit se débarrasser de ses complices, et un enfant est blessé lors d’échanges de tirs. Comble de malchance, le NYPD confie l’enquête à la dernière personne qu’il aurait souhaité. Rongé par l’angoisse et la culpabilité, Madigan va s’engager sur la dernière voie qu’il lui reste : celle d’une impossible rédemption.

La critique Nelfesque : Ah ! Ellory ! Dès qu'une nouvelle traduction est disponible en France, pour moi c'est un événement. Inconditionnelle de cet auteur et admirative de son talent (voir en fin de chronique les liens vers tous mes articles le concernant), j'ai eu la chance de lire "Un Coeur sombre" dès cet été. Que l'attente fut longue avant de pouvoir vous en parler ! Toutefois, je tenais à ce que vous puissiez vous le procurer si vous le souhaitiez au moment de la mise en ligne de ma chronique et c'est maintenant chose faite. "Un Coeur sombre" est en librairie et le moins que l'on puisse dire c'est qu'Ellory frappe encore ici un grand coup ! Inutile à mon sens de parler d'un ouvrage trop en amont de sa sortie sous peine de le faire passer aux oubliettes.

Nous suivons la trajectoire de Vincent Madigan, flic de son état et qui n'a pas toujours été tout blanc. Frayant avec les milieux mafieux, il doit une importante somme d'argent à un gros ponte et n'hésite pas à monter un énorme coup pour éponger ses dettes. Un flic qui se comporte comme un gangster, on en a déjà vu et lu mais ici l'affaire se corse lorsqu'en pleine opération, une petite fille fait les frais de ses initiatives et risque de perdre la vie. Qui est-elle ? Qu'a-t-elle vu ? Qu'a-t-elle entendu ? Madigan qui n'est pas homme à se laisser attendrir et n'hésite ni à dessouder ceux qui se trouvent sur son chemin et l'empêchent d'avancer, ni à trahir ses coéquipiers pour ses propres intérêts, se retrouve face à un dilemme. Entre culpabilité de causer la mort d'une innocente et angoisse d'être découvert, il va faire le choix de la rédemption. Mais quelle rédemption ! Une rédemption à la sauce Vincent Madigan qui ne fait pas dans la demi-mesure et franchit toutes les limites.

Avec un personnage principal faisant fi des conventions et brouillant les frontières du bien et du mal, R. J. Ellory nous offre là un homme que l'on adore détester et qui nous fascine autant qu'il nous dégoûte par ses conceptions de la décence et de l'humanité. Avec ses méthodes et des principes qui lui sont propres, il va tout mettre en oeuvre pour sauver les meubles et se sauver lui-même.

R. J. Ellory nous démontre une fois de plus sa maîtrise des personnages et n'hésite pas à creuser au plus profond d'eux-même pour déterrer des éléments d'humanité donnant de l'épaisseur à son récit et de la crédibilité aux hommes et aux femmes qui peuplent son roman. Une nouvelle fois, l'ambiance n'en est que plus prégnante et le lecteur plus hypnotisé encore et pris dans les filets d'un auteur magicien à la plume juste et implacable. Tout peut-il être pardonné ? Peut-on changer le cours de sa vie ? Jusqu'où peut-on aller pour sa rédemption ? Un flic pourri jusqu'à la moelle, une bande de mafieux, de l'argent sale et des vies à sauver. Puissant !

Egalement lus et chroniqués du même auteur au Capharnaüm éclairé :
- "Seul le silence"
- "Les Anonymes"
- "Vendetta"
- "Les Anges de New-York"
- "Mauvaise étoile"
- "Les Neuf cercles"
- "Papillon de nuit"
- "Les Assassins"

Posté par Nelfe à 18:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 22 septembre 2016

"Le Sang du monstre" de Ali Land

landsangdumonstre-0416

L'histoire : Après avoir dénoncé sa mère, une tueuse en série, Annie, quinze ans, a été placée au sein d'une famille d'accueil dans un quartier huppé de Londres. Elle vit aujourd'hui sous le nom de Milly Barnes et a envie, plus que tout, de passer inaperçue. Si elle a beaucoup de difficultés à communiquer avec ses camarades de classe, elle finit néanmoins par se prendre d'affection pour une ado influençable du voisinage. Sous son nouveau toit, elle est la proie des brimades de Phoebe, la fille de son tuteur, qui ignore tout de sa véritable identité. À l'ouverture du procès de la mère de Milly, qui fait déjà la une de tous les médias, la tension monte d'un cran pour la jeune fille dont le comportement devient de plus en plus inquiétant.

La critique de Mr K : Attention chef d’œuvre ! Ce premier roman est une véritable bombe à retardement, l'exemple typique du livre qui une fois ouvert vous hypnotise durant la lecture et vous obsède quand vous devez malheureusement le refermer avant la fin pour rejoindre le monde réel. En nous faisant partager le quotidien ravagé de Milly Barnes, la néo-écrivaine Ali Land frappe un grand coup avec Le Sang du monstre !

C'est donc à travers la vision de cette jeune fille de quinze ans que cette triste histoire nous est racontée. Après avoir vécu l'horreur durant des années auprès de sa mère, Milly l'a dénoncée auprès des services de police et se retrouve placée dans une famille d'accueil dont le père de famille Mike est aussi son psychologue, chargé de la suivre et de la conseiller jusqu'au procès de sa serial killeuse de génitrice où elle doit témoigner. Effacée et perturbée, l'adolescente va avoir fort à faire avec sa nécessaire intégration dans cette nouvelle famille, son nouveau lycée et le souvenir vivace de sa mère qui s'adresse directement à elle (gloups !).

Ancienne infirmière en pédopsychiatrie, Ali Land s'est toujours intéressée aux déséquilibres mentaux des adolescents, cet âge ingrat où tout se bouscule et où les frontières entre le bien et le mal se font parfois plus ténues. C'est le thème qu'elle a retenu pour ce premier roman et on la comprend tant elle semble maîtriser le sujet et nous entraîne au plus profond de l'esprit de Milly qui tour à tour nous émeut, nous étonne et nous inquiète. Face à un passé si lourd, difficile de savoir comment s'y prendre avec soi-même et les autres. Cette chronique de vie balance donc continuellement entre micro-événements et la façon dont la jeune fille les appréhende. Prenant et fascinant, le lecteur sent que tout peut basculer d'un moment à l'autre à la faveur d'une expérience malheureuse, d'une incompréhension ou d'une brimade de trop.

Milly se raccroche à ce qu'elle peut pour surnager face aux difficultés qui s'accumulent et Mike est rassurant par sa présence paternelle (elle n'en a jamais vraiment eu à la maison). Elle rencontre une fille de son âge qui traîne seule et qui va devenir sa seule amie. Il y a aussi une professeur référente qui va remplacer inconsciemment sa mère dans la tête de Milly car elle est attentionnée et la pousse à développer ses talents de dessinatrice en participant à un concours. Mais malgré ses petites bouffées d'oxygène, un mal mystérieux, une mélancolie la ronge. Difficile de lutter avec son passé et les zones d'ombre qu'elle essaie d'entretenir pour se voiler la face et éviter d'affronter la réalité...

La tension est donc extrême durant toute la lecture, l'auteure débutant l'histoire au moment de l'emménagement de Milly dans son nouveau foyer. Autant Mick semble ravi de la recevoir et manifeste beaucoup d'empathie, autant sa femme est détachée et à l'ouest ; et leur fille Phoebe s'avère totalement jalouse et au fil du roman revancharde, voire sadique. Les débuts sont très difficiles avec quelques passages réellement traumatisants pour le lecteur notamment quand une cabale infantile et destructrice se met en place contre l'héroïne. Les gamins sont vraiment épouvantables entre eux quand ils décident de s'acharner sur l'un d'entre eux qui se révèle timide ou tout simplement différent. Milly va en faire l'affreuse expérience et l'esprit de sa mère qui rode encore dans ses souvenirs ne va pas arranger les choses, remettant en cause encore et toujours sa fille, l'avilissant et lui faisant perdre pied dans des pensées dépressives et noires. Les pages défilent, la gamine devient de plus en plus borderline et on se doute que le dérapage est possible à tout moment.

Pour ne rien arranger, l'approche de l'échéance judiciaire stresse Milly avec son cortège de questions auxquelles elle devra répondre et ses avocats qui l’entraînent à affronter les futures questions de la partie adverse. Peu à peu, on se rend compte qu'une vérité va émerger, qu'elle n'a pas tout dit à la police et que lorsque la révélation va éclater, sa vie en sera à jamais changée, qu'elle basculera définitivement d'un côté ou de l'autre. Mais que d'atermoiements, de détours jusqu'à ce moment critique ! L'auteure se plaît tout au long des 348 pages à distiller des éléments de réponse par petites touches légères, à la limite du perceptible mais qui au final construisent un fascinant portrait d'une jeune fille esseulée et bien étrange. Prisonnier d'une langue à la fois fluide, très accessible et très nuancée, on n'est pas loin de passer une nuit blanche tant on est happé par une histoire qui prend aux tripes et un rythme lancinant qui hypnotise littéralement le lecteur. L'expérience est réellement troublante et durable. On ressort chamboulé et retourné par ce thriller d'une rare intensité.

Le Sang du monstre rentre directement dans mes incontournables et je vais fortement inciter Nelfe à le lire. Une sacrée claque et un très grand moment de lecture que les amateurs du genre ou pas se doivent de lire. Une pure merveille !

mardi 6 septembre 2016

"Là où les lumières se perdent" de David Joy

Là où les lumières se perdentL'histoire : L'histoire sombre, déchirante et sauvage d'un jeune homme en quête de rédemption.
Caroline du Nord. Dans cette région perdue des Appalaches, McNeely est un nom qui fait peur, un nom qui fait baisser les yeux. Charly McNeely est en effet le baron de la drogue local, un homme narcissique, violent et impitoyable.
Plus qu'un nom, c'est presque une malédiction pour son fils, Jacob, dix-huit ans. Après un passage à tabac qui tourne mal, Jacob se demande plus que jamais s'il doit ou non suivre la voie paternelle. Alors que le filet judiciaire se resserre autour de lui, il a encore l'espoir de sauver son âme pour mener une vie normale avec Maggie, dont il est amoureux. Mais cela ne pourra se faire sans qu'il affronte son père, bien décidé à le retenir près de lui.

La critique Nelfesque : "Là où les lumières se perdent" est la bonne surprise de la Rentrée Littéraire chez Sonatine et surtout le premier roman de David Joy, un auteur à suivre de très près désormais !

A la confluence du roman noir et du drame, cet ouvrage est violent par son histoire et les sentiments qu'il procure. Jacob, 18 ans, a la malchance d'avoir pour père un baron de la drogue et pour mère une toxicomane shootée du matin au soir. Avec de tels bagages, comment ne pas suivre la voie tracée par ses parents et déjouer les projets de son entourage et autres prévisions des habitants du coin ? Jacob est un McNeely et personne ne peut l'imaginer autrement qu'en voyou. Ni ses voisins. Ni ses amis. Ni son père. Ni sa mère. Encore moins lui-même.

Sur presque 300 pages, le lecteur suit le cheminement intérieur de Jacob et les sentiments complexes qui l'habitent. Son mal-être transpire dans chaque mot. Ce jeune homme plein de doutes et d'espoirs semble résigné, coulé dans une chape de plomb. En quête d'identité, il navigue sans cesse entre fatalisme et dépassement de lui-même. Pour Maggie, la fille qu'il aime depuis toujours et qui fonde beaucoup d'espoir en lui. Celle qui est capable de rêver pour deux. La femme de sa vie.

Entre déterminisme social, héritage familial et famille toxique, nous suivons Jacob sur la voie de la rédemption. La sienne et celle de ses aïeux. Parce que chaque homme transporte avec lui une parcelle de son histoire familiale, il lutte pour s'extirper de la noirceur qui l'entoure et espérer pouvoir vivre sa vie.

"Là où les lumières se perdent" est un roman de la résilience. Avec un titre sublime et évocateur, on suppose que l'histoire qui va nous être contée sera dure et que la lutte pour la vie sera âpre mais on est à 1.000 lieues de s'imaginer avec quelle force la plume de David Joy va nous cueillir, nous faire suffoquer et nous ébranler. Le final est magistral, fort et violent. Brutal et sans concession, à l'image du roman, il laisse le lecteur pantois, la mâchoire tombante et le coeur en miette. L'auteur va au bout de son idée, distille la noirceur dans chaque pore de notre peau et nous met la chair de poule. Rarement des romans provoquent des réactions physiques telles que celle-ci. Un uppercut terrible !

Vous l'aurez compris, j'ai adoré cet ouvrage de David Joy et je place beaucoup d'espoir en lui quant à ses prochaines productions littéraires que j'attends avec impatience. Superbe ! Nous avons là, un roman noir comme je les aime. Des personnages attachants, des événements sordides, des destins brisés. Alcoolisme, drogue, jeunesse rêveuse mais lucide. Tout est là ! Une lecture marquante. Indéniablement.

Posté par Nelfe à 17:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 14 juin 2016

"Origine" de Diana Abu-Jaber

OrigineL'histoire : Enfant trouvée dans de mystérieuses circonstances, Lena ignore tout de ses origines. Elle n’a gardé aucun souvenir de son enfance si ce n’est un don étrange, une sensibilité quasi animale… Lena, qui travaille pour la police scientifique de Syracuse, New York, refuse d’exercer ce don sur le terrain. Une série de décès de bébés va l’y contraindre : elle seule peut pressentir l’existence d’un assassin d’enfants.

La critique Nelfesque : "Origine" est un roman que j'avais remarqué lors de sa sortie chez Sonatine en 2010. Il était resté dans un petit coin de ma tête jusqu'à ce que je tombe dessus en version poche lors d'un énième farfouillage chez Emmaüs. Vous le savez, en règle général, je ne taris pas d'éloge sur le catalogue de cette maison d'édition. Il arrive que je sois parfois déçue mais c'est rare. Ici, je n'ai pas été transportée et en-soi c'est une mini déception...

Dans ce roman de Diana Abu-Jaber, le lecteur suit la route de Lena, experte en empreintes digitales pour l'unité scientifique de la police. D'un caractère très secret et discrète, ce travail de labo lui convient parfaitement. Au sein d'une toute petite équipe, elle s'enferme dans une salle et scrute avec attention et moult chimie, armes de crimes et autres éléments présents sur la scène afin d'en faire ressortir des indices indispensables pour la suite des enquêtes. A cette tâche, Lena est dans son élément. Elle a une sorte de 6ème sens qui lui permet de ressentir les choses, d'avoir des intuitions, de ne jamais baisser les bras et se fie très souvent, à l'étonnement général, à son instinct. C'est ainsi qu'elle a permis au bureau de résoudre une enquête récente qui semblait être une impasse.

L'histoire se répète ici lorsque Lena est prise à partie dans les locaux de la police par une femme qui vient de perdre son enfant. Persuadée qu'il ne s'agit pas d'une mort subite de nourrisson comme l'a conclu la police, elle implore Lena de l'aider. Au bord de l'hystérie, elle est reconduite à la sortie par des policiers mais le doute s'est insinué dans l'esprit de Lena. Touchée par la détresse de cette mère, elle va s'intéresser à l'affaire et rester en alerte lorsque de nouveaux cas de morts de jeunes enfants vont être déclarés. Persuadée qu'il n'y a pas de hasard et méticuleuse, elle va tout reprendre depuis le début.

Diana Abu-Jaber insiste grandement sur le caractère instinctif de son personnage principal. Presque primal, il régit la vie de Lena. Fraîchement séparée, elle vit dans un immeuble défraîchi, peuplé de personnages étranges et paranoïaques. Elle ne se sent bien que dans des espaces inhospitaliers. Le froid, l'austérité, la solitude ne lui font pas peur. Au contraire, elle trouve dans ce mode de vie loin de tout confort et distractions une certaine tranquillité d'esprit. De ses origines, elle ne sait rien. Adoptée lorsqu'elle était petite, elle n'a jamais réussi à avoir de réponses de la part du couple qui l'a élevée. Face à ces disparitions d'enfant, elle va peut-être devoir trouver des solutions dans la sphère nébuleuse que constitue son passé...

Sur le papier, l'histoire d'"Origine" est une petite bombe. Suspense, personnages énigmatiques, mystérieuses origines... Oui mais voilà, de mon côté, la sauce n'a pas pris et la révélation finale a fait pschitt. Beaucoup de bruit pour rien tout ça... Beaucoup de longueurs dans ce roman, beaucoup d'interrogations qui ne mènent nulle part et pour finir "Origine" est à mon sens un roman qui se lit très facilement en vacances entre un barbecue et une sortie plage mais qui ne révolutionne nullement le genre. Sans être jamais réellement surpris, le lecteur parcourt les 540 pages que constitue ce roman en se disant que l'auteure aurait pu aller beaucoup plus loin que ça et termine sa lecture mi figue-mi raisin en se disant qu'il aurait peut-être dû opter pour un autre bouquin... Avant de se resservir un apéro !

Posté par Nelfe à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 3 juin 2016

"Tout n'est pas perdu" de Wendy Walker

ob_136fe6_couverture-roman-walker-tout-pas-perdu

L'histoire : Alan Forrester est thérapeute dans la petite ville cossue de Fairview, Connecticut. Il reçoit en consultation une jeune fille, Jenny Kramer, quinze ans, qui présente des troubles inquiétants. Celle-ci a reçu un traitement post-traumatique afin d'effacer le souvenir d'une abominable agression dont elle a été victime quelques mois plus tôt. Mais si son esprit l'a oubliée, sa mémoire émotionnelle est bel et bien marquée. Bientôt tous les acteurs de ce drame se succèdent dans le cabinet d'Alan, et lui confient leurs pensées les plus intimes, laissant tomber leur masque pour faire apparaître les fissures et les secrets de cette petite ville aux apparences si tranquilles. Ce thriller, d'une puissance rare, plonge sans ménagement dans les méandres de la psyché humaine et laisse son lecteur pantelant. Entre une jeune fille qui n'a plus pour seul recours que ses émotions et une famille qui se déchire, tiraillée entre obsession de la justice et besoin de se reconstruire, cette intrigue à tiroirs qui fascine par sa profondeur explore le poids de la mémoire et les mécanismes de la manipulation psychologique.

La critique de Mr K : C'est à mon tour aujourd'hui de vous présenter un ouvrage de chez Sonatine, maison d'édition fortement appréciée de ma douce Nelfe, qui vous le savez a un goût certain pour les thrillers et les psychopathes en tout genre! Je dois avouer que j'aime aussi parfois me laisser tenter par le côté sombre de la littérature et le moins que je puisse dire c'est que j'ai été servi avec cet ouvrage glaçant et complexe qui fait la part belle à la psychologie familiale et aux mécanismes de défense des victimes et des bourreaux. Préparez-vous à un voyage pénétrant dans l'esprit humain et ses méandres!

Dans Tout n'est pas perdu, l'histoire est racontée par Alan Forrester, un psychiatre chargé entre autre de suivre Jenny, une jeune fille violemment agressée et sa famille. Durant les 340 pages, il va nous relater les séances qu'il tient avec elle et ses proches mais aussi d'autres patients plus ou moins liés à l'histoire générale. Il apporte au passage son éclairage sur les vies de chacun, son ressenti et va même jusqu'à nous livrer des éléments de sa propre existence. Curieux mélange donc, surtout que le récit au commencement presque clinique finit par s'affranchir des normes médicales pour entrer à la confluence de la notion de transfert, de ressenti et de vengeance. Le malaise va grandissant vers une vérité qui vient tout salir en fin d'ouvrage.

J'ai trouvé cet ouvrage marquant du début à la fin. Rien que le premier chapitre qui relate le viol de Jenny est éprouvant et fait basculer le lecteur dans l'horreur. La réalité de l'abjection est froide, sans fioriture et marque au fer rouge. On a mal au bide et on se demande bien ce qui va suivre. L'horreur va continuer à travers le ressenti de Jenny qui suite à un traitement quasi expérimental a oublié cette nuit mais n'arrive pas à s'en remettre (merci les parents au passage...). C'est l'occasion pour l'auteur d'expliquer en détail le processus de reconstruction des victimes, la nécessité notamment d'affronter la réalité et les peurs enfouies. Très intéressant aussi de voir les réactions des proches avec notamment un père possédé par le désir de vengeance, drapé dans sa douleur, aveuglé par elle et une mère distante, auto-centrée sur elle-même qui cache un lourd secret. Wendy Walker est vraiment diabolique à sa manière, dynamitant les dynamiques familiales, explorant les fêlures, les non-dits et exhumant les parts d'ombre les plus inavouables.

Et puis, le rythme change à la moitié du récit. Après le temps de l'exposition des cas, des différents membres de la famille, un événement change la donne et va nécessiter de la part du narrateur une implication bien plus importante que ne lui permet normalement sa fonction de thérapeute. Les lignes sont bousculées, les réactions s’intensifient, se densifient et se précipitent. Chaque nouveau chapitre est propice à des révélations et des conséquences durables. Jenny va-t-elle finir par s'en sortir et retrouver le goût de vivre? Le couple de parents va-t-il se retrouver? Qui est le coupable? Autant de questions qui finiront par trouver leur réponse non sans mal, circonvolutions et fausses pistes. Petit bémol tout de même sur la révélation finale que j'ai trouvé un peu abrupte comparée au reste du développement. Wendy Walker aurait pu rajouter 20 pages pour asseoir cette vérité, pour la rendre encore plus effroyable et crédible. Mais je vous rassure, ce léger défaut n'entame pas le charisme de ce roman vraiment puissant par moment.

Avocat de profession, l'auteur raconte cette histoire de manière étonnante, parfois éloignée de la manière romanesque classique. Les détails fourmillent, prennent même à la gorge le lecteur. Certains peuvent être rebutés; pour ma part, j'ai trouvé cela novateur et franchement efficace. Surtout que cette avalanche de psychologie se fait toujours au nom du respect de la trame et des personnages qui pour le coup sont vraiment bichonnés et réalistes, donnant une profondeur et une crédibilité rare à l'ouvrage. L'écriture est très digeste bien qu'exigeante, on en apprend beaucoup sur la psyché humaine et son fonctionnement. Il y a aussi une prégnance des émotions avec de belles pages sur l'amour parents / enfants, le désir de vengeance, la notion d'éthique médicale et les pulsions humaines... Vraiment, on explore l'Homme plus qu'on suit une véritable enquête. On ressort de cette lecture enrichi et bluffé par le talent déployé.

Sans doute un incontournable dans le domaine du thriller psychologique même si je ne suis pas un spécialiste: du suspens, de l'émotion, des personnages ciselés comme jamais et en sous-texte l'être humain dans sa remarquable et redoutable complexité. À lire!

Posté par Mr K à 17:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 27 mai 2016

"Moi, ma vie et les autres" de Jim Powell

Couverture-Roman-Powell-Moi-MaVie-LesAutres

L'histoire : À soixante ans, Matthew Oxenhay contemple son existence avec un regard désabusé et une ironie mordante. Depuis quelque temps, il traverse une phase difficile où l’alcool et son goût pour la provocation masquent difficilement son mal-être. Renvoyé de son poste de trader à la City il y a quelques mois, il n’a encore rien dit à Judy, son épouse modèle. Sa carrière, sa famille, ses amis… Rien ne le satisfait plus aujourd’hui, et cette existence, dans le fond, ne l’a jamais vraiment fait vibrer. Car, à vingt ans, ce n’était pas de cette vie-là qu’il rêvait. Mais Matthew se dit qu’il est sans doute trop tard pour changer. Pourtant, lorsqu’il rencontre par hasard Anna, dont il était tombé éperdument amoureux quarante ans plus tôt, Matthew voit en elle l’occasion d’un nouveau départ, la possibilité du bonheur. Peut-il reprendre les choses là où il les avait laissées et devenir celui qu’il rêvait d’être ? Ou bien toutes ses illusions se sont-elles envolées avec le temps ?

La critique de Mr K : Sur une route de campagne, on retrouve Matthew Oxenhay sexagénaire à bout de souffle. Plus rien ne le comble, il remet en questions tous les éléments qui constituent son existence : viré de son travail après des années de bons et loyaux services, il ne se satisfait pas de l'argent qu'il a pu mettre de côté. La lassitude conjugale l'a aussi envahi, il compare sa vie à une suite de gestes mécaniques et habituels sans saveur, sa femme lui est quasiment devenue une étrangère alors qu'elle est prévenante et aimante. Ses amis l'ennuient et les regrets commencent à poindre à l'horizon avec en première place, Anna. Un amour de jeunesse idéalisé que le plus grand des hasards va lui faire rencontrer à nouveau lors d'une visite au Tate de Londres. Il rentre alors dans une période de remise en question profonde qui pourrait déboucher sur des changements irrémédiables.

Je suis assez friand des romans aux héros fatigués et usés par la vie. Souvent, ils sont propices à l'introspection et éclairent sans concession les affres de l'existence humaine. On n'échappe pas à ce diptyque doré avec cet ouvrage 100% anglais dans l'esprit et l'écriture, Jim Powell excellant dans le maniement du cynisme, les sarcasme et les envolées intérieures hautes en pouvoir évocateur. La quatrième de couverture ne ment pas, on embarque vraiment dans les montagnes russes de l'existence, les pérégrinations de Matthew offrant tour à tour grands moments de désespérance et espoirs fugaces. On sourit, on s'amuse face aux réflexions désabusées du héros qui sonnent souvent juste, on frémit aussi lors de ses remises en question, les balancements entre raison et désir. Une vie humaine est fragile et délicate, et ici on flirte constamment avec le fil du rasoir avec cet ouvrage centré sur le narrateur et le suivant au plus près. Rien ne nous échappe ou du moins semble clair comme de l'eau de roche, c'est sans compter une fin aussi surprenante que bien trouvée.

En effet sous ses dehors de trame classique et une narration immersive, l'auteur plante des certitudes et des orientations dans l'esprit captivé du lecteur mais c'est pour mieux le cueillir en fin d'ouvrage avec une révélation et un sens de la surprise sonnant juste et fort au bon endroit, au bon moment. Au fil de la lecture, on s'est forgé une image bien précise de Matthew, personnellement je l'ai adopté, aimé, parfois rejeté puis retrouvé. Un élément essentiel pourtant de sa personnalité nous échappe et une fois la révélation faite, on se surprend à reprendre mentalement tout le déroulé qui du coup prend un sens et un tour nouveau. Le procédé est ingénieux et magistralement exécuté dans ce livre. Bravo!

Il faut dire que l'auteur sait s'y prendre, grâce à une langue novatrice dans son expression, très tatillonne par moment dans le vocabulaire et la syntaxe mais dévissant totalement lors de l'expression des sarcasmes et réflexions du personnage principal pour le plus grand plaisir du lecteur. Cet humour grinçant porte ce destin abîmé, nous attache à ses pas et ne nous lâche plus. Avec Moi, ma vie et les autres, le degré d'addiction est élevé et il est vraiment difficile de relever le nez avant le mot fin. On ressort de cette lecture sensiblement ébranlé, partagé entre portée symbolique du parcours de Matthew et reflet peu flatteur de La Condition humaine si chère à Malraux. Une expérience à part, au parfum doux-amer et qui laisse des souvenirs durables.

Posté par Mr K à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,