lundi 3 octobre 2011

"1Q84, Livre I, Avril-Juin" d'Haruki Murakami

1q84_-_livre_i_avril-juin_404L'histoire: Le passé – tel qu'il était peut-être – fait surgir sur le miroir l'ombre d'un présent – différent de ce qu'il fut?
Une oeuvre hypnotique et troublante
Un roman d'aventures
Une histoire d'amour
Deux êtres unis par un pacte secret
Dans le monde réel de 1984 et dans celui dangereusement séduisant de 1Q84 va se nouer le destin de Tengo et d'Aomamé...

La critique de Mr K: Sans doute ma claque littéraire la plus importante depuis un sacré bout de temps. Je suis venu à Murakami par hasard lors de la lecture d'un hors série de la revue Trois Couleurs. Ne suivant pas vraiment l'actualité littéraire, je ne connaissais même pas cet auteur avant le portrait que j'ai pu découvrir de lui. Anticonformiste, ce qui est plutôt original pour un japonais, l'aura de mystère qui planait autour de la trilogie 1Q84 a attisé ma curiosité. L'accroche a été immédiate et deux jours seulement m'ont suffi pour dévorer ce premier volume.

La construction de l'ouvrage est simple. On change de point de vue à chaque nouveau chapitre. Un coup nous suivons Tengo, trentenaire japonais, professeur de mathématiques et apprenti écrivain à qui un ami éditeur va confier un travail de réécriture d'un texte rédigé par une jeune fille étrange de 17 ans. En devenant le ghostwriter d'une œuvre envoutante et étrange La Chrysalide de l'air, il met les pieds dans un univers décalé et inquiétant. Le chapitre suivant, on suit Aomamé, jeune femme de 29 ans qui s'acquitte de missions bien spéciales: elle supprime des êtres ignobles pour le compte d'une vieille dame énigmatique. Je n'en dirai pas plus pour ne pas lever les nombreux secrets qui composent ce premier tome mais sachez qu'on navigue constamment entre plusieurs genres: l'étude de caractère, l'histoire d'amour, le thriller par moment ou encore le fantastique, voir l'anticipation pour certains thèmes évoqués.

Il faut le savoir, ce livre est un piège pour tout amateur de bonne littérature contemporaine. Aussitôt avez vous fait connaissance avec Tengo et Aomamé que la mécanique infernale chère à Cocteau se referme sur vous et il est tout bonnement impossible de s'échapper et de quitter cet univers aussi étrange qu'attirant. Haruki Murakami a le don de l'écriture simple, aérienne et évocatrice qui englobe, cisèle ses personnages et les actions qu'ils mènent. Une ambiance purement japonaise sans pour autant tomber dans les clichés et la lenteur exacerbée. Certes, le démarrage prend du temps mais c'est pour mieux cerner les protagonistes, leurs caractères et leurs espérances. Loin de se contenter de s'occuper des deux principaux héros, les personnages secondaires sont aussi traités avec beaucoup d'attention, de Tamaru le garde du corps gay de la vieille dame, en passant par la mystérieuse Fakaeri, l'auteur tisse une gigantesque toile d'araignée et une série de liens plus déroutants les uns que les autres. Sachez qu'à la fin du présent volume, nombre d'interrogations restent en suspens et que dans le deuxième d'autres se rajoutent (je chroniquerai le volume 2 d'ici peu et je devrais attendre 2012 pour lire le troisième et ultime volet).

Autre point très intéressant, le balancement presque imperceptible parfois entre rêve et réalité. Quid du monde réel? Quid d'un pseudo univers parallèle? Les descriptions des lieux sont remarquables de justesse mais aussi d'étrangeté. C'est seulement au détour d'une phrase, d'une formule voir d'un mot que parfois tout semble basculer pour ces deux êtres esseulés que sont Tengo et Aomamé. Franchement, j'ai rarement été scotché à ce point par une œuvre qui, à bien des égards, se rapproche des travaux de David Lynch. On voit percer certaines obsessions de l'auteur (il paraît qu'on les retrouve dans ses autres livres) comme le sexe (l'érotisme est omniprésent dans cet ouvrage), le rapport à la violence et la domination, la religion, l'ordre établi... Autant de thèmes en filigrane qui enrichissent une histoire déjà fort développée aux méandres innombrables.

Un grand moment de lecture donc qui n'est pas simplement un événement éditorial comme claironné en quatrième de couverture mais pour moi un renouveau certain de la littérature, un mélange des genres hors norme et une rencontre culturelle époustouflante. Ce serait dommage de passer à côté...


mardi 6 septembre 2011

"Les Mange-Rêve : Le Grand Dérèglement" de Jean-Luc Le Pogam

LMR1L'histoire: 2024. Les ordinateurs des gouvernants ont cerclé l'Europe d'un mur électromagnétique infranchissable, y programmant des hivers de neuf mois, flanqués de températures à -50°. Dessinateurs, peintres, musiciens, danseurs, écrivains ou photographes... Tous sont pourchassés par les Mange-Rêve car leur métier d'artiste est désormais interdit. 

1.Le Grand Dérèglement: Iwan et Thibault sont amis depuis la maternelle.

Pour les deux garçons et leur copine Mélanie, début septembre rime depuis toujours avec rentrée. Sauf que cette fois, elle a eu lieu au collège.

Alors, quoi de plus banal que le petit coup de stress d'une rentrée de septembre à la veille des premiers grands froids?

Rien, si ce n'est qu'un soir, fuyant un cours de guitare qui a tourné au drame, Iwan et Thibault se réfugient chez eux mais doivent se rendre à l'évidence: leurs parents ont dispaeru!

C'est avec la complicité d'Yvon et Jack, deux grandsz-pères qui ont oublié de vieillir, que le trio se lance sur des cataskis bourrés d'électronique à la poursuite du train qui emmène ses prisonniers vers le nord.

Tous les cinq découvrent rapidement qu'ils sont la proie des Mange-Rêve qui les ont pris en chasse dès la première heure de l'expédition...

La critique de Mr K: Petit coup de projecteur aujourd'hui sur ma lecture du premier tome de la série des Mange-Rêve. Une amie m'en avait parlé et lors d'une soirée de crémaillère, elle m'a fait rencontrer l'auteur qui est un de ses proches. Le tome 1 en poche, je suis rentré chez moi. Il s'est passé quelques mois depuis et vacances obligent, le présent volume a dû attendre que ma PAL diminue pour que je m'y consacre. 

Ce premier volume nous plonge dans un monde à peine futuriste (son auteur parle d'anticipation) mais terriblement flippant. L'Europe s'est refermée sur elle-même et un hiver quasi permanent a été instauré par un pouvoir dictatorial qui fait régner la terreur aux seins des rêveurs (artistes) à l'aide d'une milice impitoyable (les fameux "Mange-Rêve"). Voilà un background comme je les aime et ce qu'il y a de bien chez cet auteur, c'est qu'il ne sacrifie jamais au pathos du genre pour se consacrer pleinement à ses personnages. Vous ne saurez donc pas grand chose sur le fond, Jean Luc Le Pogam distillant les révélations par petites touches successives, instaurant une attente chez son lecteur qui ne peut que poursuivre en espérant être davantage éclairé. 

La grande force de ce livre réside dans le traitement des personnages. Tout d'abord, les trois pré-ados sont loin des caricatures que l'on retrouve trop souvent dans la littérature pour "djeuns". Il y a du J. K. Rowlings dans sa manière de leur donner vie: beaucoup de malice, de sensibilité et de sens du détail qui font qu'on y croit, que les personnages prennent vie devant nous et surtout se révèlent crédibles. On passe donc un bon moment en compagnie d'Iwan, Thibault et Mélanie. Mais les personnages que j'ai préféré sont les deux grand-pères baroudeurs qui vont devoir s'occuper d'eux suite à la disparition des parents. Certes, ils sont hauts en couleur et des passages sont à la limite du vraisemblable mais qui n'a jamais rêvé d'avoir un super-papi à l'image de Jack et Yvon, retraités des services spéciaux toujours aussi pro et efficaces mais qui sont avant tout aimants et attentionnés envers ces trois jeunes livrés à eux mêmes. 

L'action se déroule dans ma chère Bretagne et c'est la deuxième raison principale de mon engouement. Loin de tomber dans le ringard, j'ai aimé parcourir les abords du golfe du Morbihan en cataski et me promener en compagnie de Mélanie et Iwan du côté du château de Suscinio. Ce n'est pas tous les jours qu'on lit une transfiction (genre cher à Francis Berthelot) se passant du côté de chez soi! En plus, ça tient la route et l'auteur évite l'écueil de l'écriture régionaliste en nous proposant une histoire universelle dans laquelle chacun peut se retrouver. Et puis... qu'on le veuille ou non, la Bretagne ça vous gagne! 

Ce premier volume est très rapide à lire, il s'agit de la mise en place d'une intrigue bien plus vaste qui se lance véritablement dans le deuxième volume que je vais bientôt lire. J'ai passé un agréable moment. L'écriture est fluide et agréable à lire, ce roman est à classer dans le "Cross-age", il est à conseiller aux jeunes mais il est aussi destiné à un public plus adulte adepte du genre (et j'en suis!). J'ai hâte de suivre les pérégrinations de nos héros dans le volume suivant: "La route du Nord"

Posté par Mr K à 17:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 31 août 2011

"Melancholia" de Lars Von Trier

MelancholiaafficheL'histoire: À l'occasion de leur mariage, Justine et Michael donnent une somptueuse réception dans la maison de la soeur de Justine et de son beau-frère. Pendant ce temps, la planète Melancholia se dirige vers la Terre...

La critique Nelfesque: Quel film! Autant l'annoncer tout de go et sans fioriture: "Melancholia" est un putain de film! Un des meilleurs Von Trier à mon sens. Laissons de côté la polémique qu'a pu susciter le réalisateur au Festival de Cannes, l'objet cinématographique qui nous est servi ici mérite bien plus de publicité.

La réalisation, le jeu d'acteur, le climax, la photo, la musique, tout est réuni pour captiver le spectateur. Et ce, dès la première minute. Se suivent quelques plans au ralenti composés tels des tableaux qui mettent tout de suite dans l'ambiance. C'est beau, c'est intrigant, ça suscite des émotions, ça ne laisse pas indifférent. On est assis dans notre fauteuil et rien que pour les 5 premières minutes, on est content d'avoir payé nos places, content que de tels productions soient produites.

melancholia3

Ce long métrage se découpe en deux parties. La première partie est centrée sur Justine, le soir de son mariage. Kristen Dunst interprète à merveille ce personnage dépressif et secret. On ne sait si elle est heureuse ou pas, ni ce qui cloche exactement mais on ressent un malaise. Tout est pourtant réuni pour faire un magnifique mariage et le lieu de réception est sublime mais Justine porte en elle un mal-être qui est palpable. Elle mérite amplement le prix d'interprétation qu'elle a reçu pour ce rôle. Autour d'elle, sa famille semble étrange... Son père est du genre coureur, sa mère met les pieds dans le plat et sa soeur est à cheval sur tout. On ne sait pas ce qui se passe dans cette famille mais leur mode de fonctionnement est particulier.

melancholia4

Arrive la seconde partie du film centrée sur le personnage de Claire, la soeur de Justine, interprété par Charlotte Gainsbourg. J'aurai aussi donné le prix d'interprétation féminine à Charlotte Gainsbourg. J'aime énormément cette actrice qui sait tout jouer. Ayant déjà eu ce prix pour "Antechrist" il y a deux ans, avec le même réalisateur aux commandes, on comprend pourquoi elle n'a pas été nommé cette année. Il en faut pour tout le monde! Toujours est-il que son désir de voir sa soeur guérir et sa peur de voir la planète Melancholia heurter la Terre et tout ravager sur son passage sont patents.

melancholia5

Oui parce qu'il est question d'un évènement cosmique et de la fin du monde dans ce film. En même temps qu'une planète flirte avec la Terre et menace son existence, une famille se déchire, essaye de se comprendre et s'aime. Tout est lié. Peu à peu, les rôles s'inversent, Justine s'apaise et Claire semble perdre pied...

Un film magnifique sur la nature humaine, sur les relations fraternelles. Un film qui évoque la fin du monde de manière pudique, dans un huit clos éprouvant, loin des films catastrophes hollywoodiens. Une fin magnifique qui fait écho aux scènes d'intro et nous laisse pantelants face à un écran noir dépourvu de générique. Une belle expérience cinématographique.

melancholia6

La critique de Mr K: 6/6, encore un chef d'oeuvre à mettre à l'actif de Lars Von Trier. J'ai beau cherché, il n'y a aucun de ses films que je n'ai pas au minimum apprécié. Avec celui-ci, j'ai pris une sacré claque. Rassurez-vous, c'est moins "violent" dans le thème et la forme qu'un "Antechrist" mais on retrouve le sens de l'esthétique si admirable chez ce danois pur souche (image, musique et conduite d'acteur parfaites). Alors peu importe ses débordements et son côté antipathique, le cinéaste est remarquable et on aurait tort de passer à côté de cette apocalypse filmée avec maestria.

melancholia2

Après une scène d'ouverture aussi incroyable que magnifique (on est gâté cette année avec le dernier Malick), la première partie du film s'attache à suivre le mariage de Justine (Kirsten Dunst). On retrouve ici le goût de Von Trier pour disséquer les relations qui existent dans une famille qui va mal, avec le personnage central qui devrait être au comble du bonheur mais dont la nature profonde assombrit les festivités. Ajoutez à cela, la menace cosmique qui pèse sur la Terre et vous aurez une vague idée de la tension qui peut prendre le spectateur à la gorge. La seconde partie est centrée sur Claire (Charlotte Gainsbourg) et se situe quelques jours après la cérémonie. Complètement différente de sa soeur, elle a peur et essaie de se rassurer. Son mari a beau l'assurer d'une issue heureuse (Kiefer Sutherland impec), elle ne peut s'empêcher de s'inquiéter notamment pour son adorable petit garçon (très bon choix au casting).

melancholia1

Les deux actrices principales portent littéralement le film sur leurs épaules. Kirsten Dunst est magnifique (en bonus pour les fans mâles, elle est totalement nue au bord d'une rivière!) et d'une justesse troublante, sa palme est méritée. Pour autant, elle aurait du être partagée avec Charlotte Gainsbourg toujours aussi impressionnante, au jeu calibré à la perfection mais tellement naturel. On est ébloui par la performance livrée mais pas surpris quand on connaît le talent (et la rudeur) avec lequel Von Trier dirige ses actrices (trois palmes d'or d'interprétation féminine cumulées tout de même).

La scène finale est éblouissante et laisse le spectateur pantelant, conscient d'avoir vécu un moment rare du septième art. On est littéralement cueilli et conquis par ce film de SF intimiste et bouleversant. Un grand prétendant pour le film de l'année à mes yeux.

Posté par Nelfe à 17:52 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 29 août 2011

"Griots célestes" de Pierre Bordage

griotscelestes1L'histoire: Enfant illégitime abandonné dans le désert de Jezomine, Qui-vient-du-bruit a grandi parmi les Skadjes, un peuple si insaisissable que certains en viennent à douter de son existence. La vie paisible que le garçon a connue jusqu'alors prend un tour inattendu le jour où son chemin croise celui de Marmat Tchalé, un Griot Céleste. Il l'ignore encore, mais il est lui aussi promis au destin exceptionnel de ces conteurs qui colportent à travers l'espace et le temps le souvenir de l'humanité. Car, dispersés sur de nombreux mondes, les hommes ont oublié que, jadis, leur espèce ne faisait qu'une et qu'ils étaient capables de voyager entre les planètes...

La critique de Mr K: C'était mon Bordage des vacances et ce fut une fois de plus une lecture exaltante et enrichissante comme souvent avec le génial vendéen. Comble de la réussite avec ce diptyque, on se rapproche dans le mode de narration, les thématiques et la construction de ce space-opéra du chef d'oeuvre absolu du maître: Les guerriers du silence (non chroniqué pour le moment sur ce blog car c'est une lecture antérieure à l'ouverture du Capharnaüm Éclairé).

On suit ici le destin extraordinaire d'un jeune garçon fruit d'un amour interdit qui se retrouve abandonné dans le désert dans ses premiers jours d'existence. Il va être recueilli par des êtres hors norme qui vont lui enseigner le décryptage du "son des formes". C'est lors de son adolescence qu'il va faire une rencontre décisive qui va bouleverser sa vie et celle de millions d'êtres humains. Commence alors le récit de son apprentissage au sein de la caste des Griots Célestes, êtres humains choisis par la Chaldra (mystérieuse entitée qui leur permet de voyager à travers les mondes humanisés) dont le rôle est de conserver l'Histoire de l'humanité après la grande dispersion (diaspora humaine à l'échelle universelle suite à l'abandon de la Terre) et surtout de la transmettre en rendant visite aux populations éparpillées dans tout l'univers. Mais voilà... une menace rode et s'étend. Les partisans du vide et du retour au néant absolu, au grand rien qui absout tous les pêchés font de plus en plus d'adeptes et ont comme cible prioritaire les Griots qui incarnent l'inverse de leurs aspirations. S'ensuit à partir de la première confrontation, un gigantesque road-movie ayant pour décor des galaxies entières...

griotscelestes2Je suis ressorti enchanté de cette lecture. Tout d'abord, j'ai retrouvé l'extraordinaire talent de Bordage pour tisser une histoire et embarquer le lecteur. Difficile de décrocher tant on s'attache aux personnages et à leurs destins. Qui-vient-du-bruit (alias Seke plus tard) est à lui seul tout un symbole d'une humanité qui se cherche, se perd parfois, cherche des repères, finalement c'est l'être humain qui par nature cherche à donner un sens à sa vie. Il est aidé en cela par son maître Griot (Marmat Tchalé) aussi étrange que fascinant, ne disant les choses qu'à demi mot, s'absentant régulièrement pour revenir transfiguré voir parfois débraillé... Une ambiance mystérieuse se forme autour de ce duo improbable qui va devoir affronter de nombreuses menaces. Il serait impossible de parler de tous les personnages qui m'ont plu tant on en croise énormément dans cette œuvre. Sachez simplement que vous allez être confronter à un périple éprouvant, parfois amusant, parfois mystique, souvent oppressant... En effet, les forces en œuvre sont immenses et les partisans du dragon aux plumes de sang (le néant) sont particulièrement retors et fascisants (des scènes sont assez rudes et peuvent heurter les esprits plus jeunes).

On retrouve dans les Griots Célestes des thématiques essentielles de l'œuvre de Bordage. Tout d'abord, l'idée que les hommes en allant trop loin dans leur développement vont devoir partir du berceau des origines pour s'installer sur d'autres systèmes (selon les mondes où leurs bonds successifs vont les mener, nos deux héros vont se retrouver confronter à des modèles et des niveaux de développement différents), on retrouve aussi l'importance du respect mutuel entre tous, l'importance aussi de la nature avec des passages qui frisent l'animisme et le chamanisme (déjà omniprésents dans la trilogie des Guerriers du silence). Le thème central porte cependant sur l'importance de la mémoire collective. Ex étudiant d'Histoire, j'ai été profondément touché par cet aspect de cette œuvre. Là, où Bordage est malin, c'est qu'il couple le devoir de mémoire (concept classiquement occidental) avec l'univers typiquement africain des griots et autres arbres à palabre. Il en ressort une universalité et une nécessité absolue qui donne au texte une profondeur impressionnante.

Ce livre est donc à lire tant il permet au lecteur de s'évader mais aussi de s'interroger sur le monde actuel à travers une histoire purement SF. L'écriture et la narration font merveille et contribuent à une lecture aisée, agréable et addictive. Un must que je ne saurais trop vous conseiller!

Autres Bordage chroniqués par mes soins:
- Wang
- Abzalon
- Orcheron
- Les derniers hommes
- Ceux qui sauront
- Porteurs d'âmes
- L'Evangile du Serpent

Posté par Mr K à 18:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 27 août 2011

"Incarceron - Livre II - Le Cygne noir" de Catherine Fisher

Incarceron 2

ATTENTION: Ne lisez pas ce qui suit si vous n'avez pas lu le tome 1

L'histoire: Alors que Finn s'est évadé d'Icarceron et s'apprête à devenir roi, une nouvelle menace surgit, qui met sa vie, et celle de Claudia, en danger.
Toujours enfermés dans la Prison, Keiro et Attia espèrent s'échapper grâce au pouvoir d'un gant magique. Mais face aux obstacles qui s'accumulent, le rêve de liberté s'éloigne.
Pendant ce temps, Incarceron poursuit ses propres désirs d'indépendance. En secret, la Prison se fabrique une arme ultime, une arme qui pourrait bien détruire le monde...

La critique Nelfesque: Cela faisait un moment que ce tome 2 trainait dans ma PAL. J'avais bien apprécié la lecture du premier volet mais il y a tellement de romans à lire et si peu de temps que j'ai toujours mis à plus tard la suite. Rien de mieux qu'une lecture commune pour se donner la motivation de sortir ses romans "oubliés". C'est avec Elise que je me suis lancée dans "Le Cygne noir".

Même si la lecture du premier tome remontait à quelques mois je n'ai pas eu trop de mal à me replonger dans l'histoire. "Le Cygne noir" débute quelques jours après la fin du premier tome. On peut donc facilement tout lire d'un coup et ne prendre l'ensemble que pour un seul et unique roman. Toutefois, j'ai préféré ce tome ci que j'ai trouvé plus "adulte". Mensonge, faux semblants et illusions sont au premier plan. L'avenir du royaume se joue et ça conspire sec à tous les niveaux. Qui est qui? Peut-on vraiment faire confiance aux proches? Rien n'est moins sûr.

Dans ce second volet, la Prison tient une place importante en tant que "personne". Dans le premier, le lecteur fait connaissance avec son univers, ici, il a affaire à la tête pensante, l'oeil inquisiteur qui tire les ficelles et détient le pouvoir de vie et de mort dans ce monde. L'auteur nous expose ses désirs et son rêve le plus cher ainsi que les moyens mis en oeuvre pour atteindre ce but. La rumeur d'un "Extérieur" de la Prison et la légende de Sapphique tiennent encore une place importante dans ce tome. Mais l'extérieur est-il si idyllique? Est-ce vraiment mieux "dehors"? Rien n'est moins sûr...

Avec "Le Cygne noir", Catherine Fisher donne de l'épaisseur à l'ensemble de la saga en complexifiant les rapports entre les différents personnages et en faisant de ce roman jeunesse un roman plus adulte. Seul bémol (et non des moindres): la fin... qui me fera préférer d'autres romans adulte plus aboutis. Toutefois, il offre une bonne approche de l'univers fantasy à ceux qui n'ont pas encore osé franchir le pas.

A lire également, l'avis de ma compagne de lecture Elise.

Posté par Nelfe à 17:47 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 8 août 2011

"Ces garçons qui venaient du Brésil" d'Ira Levin

iralevinL'histoire: De nuit, à Vienne, Yakov Liebermann, "le chasseur de Nazis", reçoit un appel du Brésil: "Six SS partent demain en mission...". La voix s'étrangle. Quelqu'un raccroche.
Aussitôt Yakov alerte un de ses amis de l'agence Reuter. Oui, toute information utile lui sera transmise.
Et presque aussitôt, partout dans le monde, des hommes tombent. En chaîne. Tués sur le coup. Des "accidents" très étranges...
Liebermann l'infatigable remonte chaque piste et fait une découverte: toutes les victimes étaient des fonctionnaires paisibles, âgés. Chacun d'eux a laissé un fils très, très jeune. Et tous ces fils se ressemblent... tels des jumeaux.
Les jumeaux! L'obsession du Dr Mengele quand il était médecin et "expérimentateur" à Auschwitz. Mengele, aujourd'hui réfugié au Brésil...

La critique de Mr K Voici aujourd'hui un livre dont on m'avait beaucoup parlé. Je suis amateur d'Ira Levin (voir liste des chroniques en fin de post) et cette œuvre-ci m'avait échappée jusqu'alors. On se trouve ici face à un roman à suspens teinté d'éléments historiques. Sans dévoiler l'histoire, sachez que vous allez être confrontés à une conspiration ourdie par des anciens nazis revanchards au but hallucinant (la révélation est tardive, il faut être patient) et qu'un homme seul (avec l'aide de son réseau de connaissances) va devoir partir en chasse tant ce qu'il a découvert est incroyable. Je n'en dirais pas plus, pas de spoiler sur ce blog!

Mon avis est très mitigé, il faut dire aussi que j'apprécie beaucoup cet écrivain et que jusqu'alors il ne m'avait jamais déçu. La grande force de ce livre est son ancrage dans une histoire encore récente et douloureuse: les abominations nazies. Certains des tortionnaires ou responsables ont pu être «évacués» avec des complicités chez les Alliés et sont allés s'installer en Amérique du Sud en toute tranquillité. De cette réalité historique (allez voir la Bio de Mengele, c'est édifiant!), Levin coud un scénario haletant dans les tenants et aboutissants sont effarants. On plonge dans le délire de Mengele obsédé par la pureté du sang et refusant la Défaite du IIIème Reich. Après moultes circonvolutions, la vérité est révélée et laisse le lecteur pantelant. Vraiment fort surtout que le suspens est excellemment entretenu par une attente et une appréhension qui ne quitte pas le lecteur du début à la fin.

C'est au niveau de la forme que se livre pèche. A-t-il mal vieilli? Sans doute car l'écriture est très abordable mais manque de relief et de puissance évocatrice. C'est plat et malgré la trame scénaristique addictive, l'ennui guette parfois au détour d'une page. Les personnages sont à l'image de la prose, convenus et raides. Les rapports entre eux m'ont semblé caricaturaux et dénoués de chaleur humaine. Malgré la noblesse de sa cause, je n'ai pas été séduit par le personnage deYakov (ersatz littéraire de Simon Rosenthal -chasseur de nazi-): manque de charisme, superficialité de ses rapports avec les autres personnages... Je suis resté indifférent à son sort et à celui de ses proches. Mengele et ses comparses sont bien rendus, et comme disait Hitchcock: "Quand le méchant est réussi...".

Pour conclure, c'est tout de même une grosse déception. Pour du Levin c'est très moyen et Ces garçons du Brésil s'apparente plus à un très bon roman de gare. Beaucoup d'ambition dans le thème traité mais la lecture s'avère décevant car commune et sans réelle efficacité à faire "décoller" le roman. J'ai entendu parlé sur la blogosphère d'une adaptation ciné plutôt sympa à priori. Je testerai sans doute.

Autres romans d'Ira Levin chroniqués sur le blog:
Un Bonheur insoutenable
Un Bébé pour Rosemary
Les Femmes de Stepford

Posté par Mr K à 17:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 1 juillet 2011

"La Ferme des animaux" de George Orwell

LA-FERME-DES-ANIMAUXL'histoire: Un certain 21 juin eut lieu en Angleterre la révolte des animaux. Les cochons dirigent le nouveau régime. Snowball et Napoléon, cochons en chef, affichent un règlement:
"Tout ce qui est sur deux jambes est un ennemi. Tout ce qui est sur quatre jambes ou possède des ailes est un ami. Aucun animal ne portera de vêtements. Aucun animal ne dormira dans un lit. Aucun animal ne boira d'alcool. Aucun animal ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égaux."
Le temps passe. La pluie efface les commandements. L'âne, un cynique, arrive encore à déchiffrer:
"Tous les animaux sont égaux, mais (il semble que cela ait été rajouté) il y en a qui le sont plus que d'autres."

La critique Nelfesque: Me voici plongée dans la lecture d'un classique. "La Ferme des animaux" fait partie des incontournables de la littérature et honte à moi je ne l'avais encore jamais lu. Omission réparée!

J'ai beaucoup aimé ce roman qui avec des mots et des situations simples met en scène des évènements politiques et explique l'Histoire. Il n'y a pas d'identification mais on peut aisément y retrouver quelques épisodes connus à travers le monde.

Les animaux, qui en ont plus que marre de trimer tous les jours pour enrichir le fermier et n'avoir en retour qu'une gamelle tout juste remplie, décident de se révolter, de mettre à la porte leur maître et de s'organiser par eux-même afin de pourvoir à leurs besoins et ainsi vivre en harmonie et heureux. C'est du moins l'idée de départ de cette révolution... Mais très vite, des clans se forment. Les puissants, ici les cochons, vont s'octroyer des avantages à la barbe des autres animaux de la basse-cour, animaux qui n'y verront que du feu puisque les cochons savent manier la parole et tourner les situations à leur profit.

Ces animaux qui au départ étaient tous égaux, vont, à l'image des hommes, jouer des coudes et mettre en place une quasi dictature. George Orwell nous propose là une fable qui nous fait réfléchir sur les manoeuvres des hommes politiques pour arriver à leurs fins. On peut certes lire ce roman en restant sur la forme et le trouver drôle ("huhu des animaux qui se prennent pour des hommes" et blablabla) mais si on creuse, on s'apperçoit que dans ce roman, l'auteur nous montre les limites de la démocratie avec habileté. Tout y est: un hymne "national", des "lois" sous forme de commandements, des "citoyens" animaliers, des "meetings" à la ferme, des promesses "électorales" sous forme de doubles rations de nourriture... mais très vite l'injustice et les privilèges vont montrer le bout de leur nez et certains simples animaux en viendront à se comporter comme des hommes.

Une façon de nous dire que quoi que l'on fasse, qui que nous soyons, nous ne pouvons être égaux et devrons toujours être gouverné par des puissants aux dents longues? Chacun se fera sa propre opinion. Une chose est sûre, la lecture de "La ferme des animaux" est fortement conseillée!

Cette lecture entre dans le cadre des Babies-Challenges Drame et Contemporain 2011.

BCT

BCT

Posté par Nelfe à 17:50 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 30 juin 2011

"L'Evangile du Serpent" de Pierre Bordage

Evangile-serpentL'histoire: Jeune Indien d'Amazonie élevé en Lozère, Vaï Ka'i incarne la sagesse du serpent double, symbole chamanique de l'ADN. Il prône l'abandon des possessions, le respect de la Terre et accomplit des miracles.
Quatre évangélistes, Mathias, tueur à gages, Marc, journaliste désabusé, Lucie, strip-teaseuse sur le Net, et Yann, premier disciple, racontent celui que la presse surnomme le Christ de l'Aubrac...

La critique de Mr K: Et un Bordage de plus à mon actif! Et quel Bordage! Il prend directement place dans mon top 5 de la bibliographie de cet auteur que j'affectionne tout particulièrement. J'ai littéralement dévoré ce petit pavé de 676 pages et ceci en trois jours (et encore je bossais!). Impossible de détourner les yeux et de penser à autre chose tant je me suis fait embarquer par l'histoire et le style de l'auteur.

L'histoire se déroule à notre époque voire dans un futur proche. Un messie d'un nouveau genre fait son apparition et prêche exactement l'inverse de la doctrine libérale-capitaliste qu'on nous sert matin, midi et soir. Face à cet énergumène qui connaît un succès grandissant les autorités avec l'appui des médias vont tout faire pour clouer le bec à ce néo baba-cool écolo et altruiste.

Extrait d'un prêche de Vaï Ka'i (page 300-301): La croyance mythologique, le vécu psychologique et l'expérience scientifique sont les facettes également légitimes d'une connaissance globale, elle-même contenue dans une banque de données infinie appelée le serpent double chez les chamans de l'Amazonie et ADN chez les scientifiques. Les Occidentaux sont partis à la découverte de cette base de donnée par l'extérieur, parce qu'ils ont toujours vécu dans l'idée d'un dieu intervenant dogmatique, d'un principe mâle, paternel. Les chamans l'ont explorée par l'intérieur, l'expérience individuelle, la connaissance intime de leur environnement. Les uns ont accusé la femme du jardin d'Éden et rejeté le concept de la déesse-mère pour mieux isoler et disséquer les mécanismes du monde. Les autres n'ont jamais cessé de regarder la terre comme leur nourriture, et, plutôt que de chercher à la comprendre, ils ont joui de son amour comme des enfants, accepté ses bienfaits, partagé ses secrets, cette connaissance symbolisée par le serpent dans la plupart des traditions. Pour résumer, le néo-nomadisme prôné par le Christ de l'Aubrac est une résurgence New Age mâtinée de préceptes et sagesses animistes. Aux yeux des puissants, il passe de gourou illuminé à ses débuts à un dangereux agitateur (il fait beaucoup d'émules) mettant à mal les valeurs individualistes et financières sur lesquelles reposent désormais l'occident.

Le point fort du bouquin c'est la construction de l'ouvrage en lui-même. Nous suivons la trame à travers les yeux de quatre personnes différentes. La lecture est donc cyclique, le même personnage revenant tous les quatre chapitres. Mathias, Lucie, Marc et Yann sont tous très différents et rien ne semble pouvoir les réunir, et pourtant... A travers ces quatre destins, ces quatre combats intérieurs, ces quatre regards croisés, nous assistons peu à peu à l'émergence d'une nouvelle manière d'appréhender de monde, de se comporter. Cela donne concrètement des passages entiers du livre où l'on assiste aux regroupements autour de ce nouveau messie qui prône avant tout la tolérance et l'écoute. On baigne totalement dans le discours christique du respect mutuel et de tendre la main à ses ennemis. D'ailleurs, les quatre voies sont autant d'évangiles pour donner corps à une idée, à une utopie incarnée par Vaï Ka'i.

Cependant L'Évangile du Serpent n'est pas seulement un trip mystique. C'est l'occasion aussi pour Bordage de régler ses comptes et de balancer à la face du monde tout ce qu'il pense de l'évolution humaine, notamment en occident. Le constat est rude mais a le mérite d'être sans appel et non enrobé derrière des discours abscons. Nous sommes dans l'erreur et nous courons à la catastrophe. Il revient sur des sujets que l'on retrouve à travers toutes ses œuvres: la place de la femme, l'écologie, la "zombification" des populations par les médias et les autorités, l'inertie de la masse, le "martyrisat" de quelques uns pour sauver une espèce qui pourtant ne le mérite peut-être pas... Des passages sont très difficiles tant certaines scènes sont crûes et font écho à une réalité très proche: les violences faites aux femmes, le tabassage de militants pacifiques, les bavures policières, les compromissions entre politiques et médias, le grand cirque du show business etc... C'est le grand huit et on dirait que ça ne s'arrête pas. On a beau être conscient de tout cela, se le faire rappeler avec talent par un immense auteur c'est autre chose. Livre somme et livre choc, je suis ressorti heureux de cette lecture mais quelques peu désabusé. En même temps, je ne suis pas d'un naturel optimiste quand il s'agit d'évoquer l'évolution de nos sociétés...

L'écriture de Bordage reste toujours aussi limpide, imagée et efficace. Les pages se tournent toutes seules et l'addiction est immédiate. Malin comme il est, il nous faut attendre en plus quatre chapitres plus loin pour savoir la suite des pérégrinations des quatre personnages principaux: infernal et dangereux pour la santé car quand il faut se lever tôt et que l'envie irrépressible d'en lire un peu plus vous tenaille, le coucher est tard et les lendemains parfois difficiles. Bref, un ouvrage très réussi que je recommande vivement! A bon entendeur...

Autres Bordage chroniqués par mes soins:
- Wang
- Abzalon
- Orcheron
- Les derniers hommes
- Ceux qui sauront
- Porteurs d'âmes

Posté par Nelfe à 19:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 21 juin 2011

"L'ultime fléau" de Frederik Pohl

ultimefleauL'histoire: Tout commence par le président des États-Unis, qui se met à bredouiller des paroles incompréhensibles devant des millions de téléspectateurs pendant son allocution de Noël...

Puis, c'est la Terre toute entière qui semble possédée du Démon et se mettre à commettre des horreurs. Viols, meurtres, suicides... l'humanité vient-elle de rencontrer le Fléau, l'ultime fléau qui la détruira?

Victime lui aussi de ces forces inconnues, Chandler cherche désespérément à en savoir plus: qui plonge ainsi le monde dans le chaos? Les démons sont-ils revenus? Les extraterrestres sont-ils arrivés? Ou bien faut-il chercher plus près, du côté de l'humanité elle-même?

La critique de Mr K: Voilà un petit livre de SF sympatoche que j'ai trouvé "par hasard et mal rasé" à Boulinier lors de notre escapade parisienne de début de mois de juin. Je l'ai pris uniquement par rapport au quatrième de couverture qui me paraissait bien mad, je ne connaissais pas du tout cet auteur avant ma lecture.

Le scénario n'est pas révolutionnaire: quelque chose ou quelqu'un réussit à contrôler les êtres humains et leur fait faire ce qu'il veut. Les puissants perdent la tête, les viols et meurtres se multiplient, les armes nucléaires sont lancées les unes contre les autres... l'humanité semble devenir folle. Tout l'objet du roman et la quête de Chandler sera de découvrir ce qui se trame derrière ces éléments inexpliqués et inexplicables. Cette manipulation des corps et des esprits m'a fait irrémédiablement penser à L'échiquier du mal de Dan Simmons, roman que j'ai érigé au rang de classique. Forcément, L'Ultime fléau souffre de la comparaison et se situe bien en dessous de ma référence. Cependant, on ne peut dénier une qualité à Frederik Pohl: sa capacité à maintenir et entretenir le suspens.

On suit donc les pérégrinations d'un humain ordinaire: Chandler. Le volume commence par son jugement pour viol et meurtre d'une jeune fille de 16 ans. Il était "possédé" et ne contrôlait plus ses faits et gestes. Cependant les autorités ont des doutes. À partir de là, suite à une intervention quasi-miraculeuse, il va errer dans les États-Unis dévastés, rencontrer une communauté religieuse luttant contre ces possessions à répétition et finir par rencontrer les responsables de ce fléau. Le livre se lit facilement mais le reproche qu'on peut lui faire, c'est son manque d'originalité. On a l'impression de l'avoir déjà lu, aucun élément ou personnage ne le font sortir du lot, on baigne dans le déjà vu et le classique pur et dur. Nulle surprise donc même au niveau du switch révélateur. L'écriture est simple mais aussi sans réelle qualité narrative, peu accrocheuse. Il arrive que l'on n'ait pas envie de replonger dans l'histoire ce qui en fait pour moi un défaut majeur.

Reste cependant une histoire maîtrisée qui absorbera sans aucun doute les lecteurs moins expérimentés dans le genre SF. Une lecture tout juste moyenne qui ne m'encourage pas à explorer davantage la bibliographie de cet auteur. Petite déception donc!

Posté par Mr K à 17:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 20 juin 2011

"Dehors les chiens, les infidèles" de Maïa Mazaurette

dehors-les-chiensL'histoire: "Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres. Moi, Jésus, je suis l'étoile brillante du matin." Apocalypse de Jean, XXII, 15-16.

Quatre-vingts ans après la défaite des forces de la Lumière face aux Ténèbres, le monde ne connaît plus que la nuit éternelle. Seul espoir de voir un jour se lever le soleil: la Quête. Tous les cinq ans, un groupe de cinq adolescents spécialement entraînés part à la recherche de l'Etoile du Matin, arme légendaire, seule capable de lever la malédiction divine qui frappe l'humanité.

La critique Nelfesque: J'avais gagné "Dehors les chiens, les infidèles" à un concours sur le net et depuis quelques mois, ce roman trainait dans ma bibliothèque. Quand Cachou a proposé une lecture commune, j'ai sauté sur l'occasion pour enfin le lire.

Dès le premier chapitre, on rentre dans le vif du sujet. Avec l'impression de prendre le train en marche, il faut s'accrocher pour situer l'action et les différents personnages de cette histoire. On fait tout de suite connaissance avec Spérance et Vaast, respectivement Guide et espion, lors d 'une mission importante dans leur Quête vers l'Etoile du Matin: l'attaque d'une Bibliothèque et la torture d'un Lettré dans le but de lui soutirer des informations. Ca commence fort. Nous rencontrerons ensuite les 3 autres quêteurs de la bande: Astasie, Inquisitrice et soeur de Vaast, Lièpre, sentinelle, et Cyférien, garant royal.

Chaque personnage a sa fonction et son caractère propre, assez caricatural mais se complétant bien. Sans surprise, j'ai deviné bien avant le déroulement de l'intrigue certains rapprochements et certains destins mais il n'empêche que "Dehors les chiens, les infidèles" est un très bon page turner avec son lot d'action et de rebondissements. Ah ça, on ne s'ennuie pas et je pense que c'est en partie là que réside la force de l'écriture de Maïa Mazaurette. En partie seulement car l'autre bonne surprise vient du fait que malgré une quatrième de couverture laissant entrevoir les gentils d'un côté (Auristelle et son peuple) et les méchants de l'autre (l'Occident Noir), on s'aperçoit très rapidement que c'est bien plus complexe que ça en a l'air. Loin du manichéisme, on découvre des parts d'ombre chez les Quêteurs mais aussi chez les membres de la famille royale ou encore chez les hommes de foi. Pour bon nombre de personnages, on retrouve des envies de vengeance et de pouvoir. Rien n'est tout blanc ou tout noir, l'équilibre est précaire et même si chacun tend vers le même but, les chemins pour l'atteindre sont multiples.

Je ne comprends pas vraiment pourquoi "Dehors les chiens, les infidèles" est classé en "Fantasy". Il n'y a là pas de magie ni de magiciens, pas de sorciers non plus. Certes la religion et les croyances prennent une place importante dans le récit mais cela suffit-il? Je ne suis pas assez calée pour répondre à cette question mais je vois plus ce roman comme un ouvrage post-apocalyptique. Le progrès a mené le monde dans une nuit sans fin, les hommes ont régressé, présentant même des transformations physiques pour certains afin de s'adapter à ce nouveau mode de vie. Une catastrophe a eu lieu et peu à peu, une époque proche du Moyen-Age donnant une place importante à la religion a fait son apparition. Les croyances ont pris le pas sur les sciences et c'est la Foi qui régit le monde.

Au final, même si j'ai eu l'impression de lire un tome 2 et non une oeuvre unique et que ce roman ne restera pas dans les annales, j'ai été séduite par la qualité qu'a l'auteur de tenir le lecteur en haleine et par la vision du Bien et du Mal qu'elle nous propose.

challenge_fin_du_monde_apocalypse_post_apo_7A lire également les avis de mes compagnons de lecture: Cachou, Endea, Guillaume, Julien Naufragé, Lhisbei, Val et Calenwen.

(j'ai programmé la mise en ligne de cet article et ne peux donc pas linker l'ensemble des billets de mes compagnons de lecture commune. Je complèterai au fur et à mesure.)

Ce roman entre aussi dans le cadre du Challenge [Fins du Monde] de Tigger Lilly.

Posté par Nelfe à 10:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , ,