lundi 27 juin 2011

"Very bad trip 2" de Todd Phillips

very-bad-trip-2-affiche-france

L'histoire: Phil, Stu, Alan et Doug s’offrent un voyage exotique en Thaïlande, à l’occasion du mariage de Stu. Après l’inoubliable soirée d’enterrement de sa vie de garçon à Las Vegas, Stu ne veut rien laisser au hasard et opte pour un brunch léger, sans risque, avant la cérémonie. Mais les choses ne se passent pas toujours comme prévu. Ce qui s'est passé à Las Vegas est imaginable à Las Vegas, mais ce qui se passe à Bangkok dépasse l’imagination...

La critique Nelfesque: Mouais mouais mouais... Comment dire... Ce n'est pas mauvais mauvais mais ce n'est pas bon pour autant... Ne vous inquiétez pas, je vais développer.

Ayant vu le premier sur le tard et l'ayant trouvé drôle, ça faisait un moment que je scrutais la sortie de ce "Very bad trip 2". Il y a une raison bien précise à cette obsession. L'histoire se déroule à Bangkok et pour le plaisir de revoir des endroits connus sur grand écran, je n'avais pas envie de laisser passer ce film ci.

Résultat des courses? J'aurai pu le laisser passer, j'aurai fait des économies! Tout d'abord parce que ce "Very bad trip 2" n'est rien de plus que la pâle copie du premier volet et que forcément ce qui était drôle dans le 1 se révèle être du réchauffé dans le 2. Ensuite parce que ça ne vole pas bien haut. Bon ok, on ne s'attend pas à du Audiard quand on va voir ce genre de film mais là on ne passe pas au dessus du stade "pipi/caca/culcul". Et du cul, il y en a plus qu'il n'en faut. Oui mais du cul pour ado de 15 ans qui pleurent de rire sur "American pie". Ah ben ouais là forcément, on n'a pas les mêmes références.

very-bad-trip-2-5

Bon soit, faisons fi de tout cela et focalisons-nous sur Bangkok. Ben là aussi ça coince! Déjà de BKK, on ne voit pas grand chose. Je m'attendais à voir quelques incontournables (allez, même Kao San Road pour le clin d'oeil même si c'est loin d'être mon quartier préféré) et qu'ai-je vu? Une vision bien américaine de la capitale de la Thaïlande: des putes, de la drogue, de la saleté... A la vue de ce film, rien ne donne envie de se rendre à BKK. On dirait le Bronx version bidonville. Et leur "Bangkok l'a pris" répété au moins 5 fois dans le film comme si BKK était un coupe-gorge m'a agacée au plus haut point. On en a eu de la chance nous, parce qu'on y a été deux fois et on est vivant! Pire, on s'est promené dans les rues le soir, inconscients que nous sommes!

Very-Bad-Trip-2-4

Bref vous l'aurez compris, "Very bad trip 2" ne m'a pas spécialement plu parce que je m'attendais à autre chose, parce que j'aurai aimé un humour plus fin (pas forcément du hight level puisque j'allais aussi au ciné pour laisser mon cerveau à l'entrée mais un cran au dessus tout de même!) et parce que j'aurai aimé une vision juste de la ville dans laquelle l'action se passe (mais là, je suis trop naïve, j'avais oublié que le film était américain...)

Very-bad-trip-2-2

La critique de Mr K: 2.5/6. Nelfe et moi avions bien apprécié le premier film: pas finaud mais une chouette bande de copains (+ un morbac, alias Alan). Franchement, le 2 on aurait pu s'abstenir! Un humour encore plus prépubère que le précédent avec une avalanche de gags scatos et à connotations sexuelles. Perso, je suis pas contre mais faut que ça soit réussi: n'est pas Mel Brooks qui veut! Ca sent la redite mais ça tourne à vide et je n'ai pas eu autant de fous rire que pour le premier (2 ou 3 pour celui-ci).

Ce qui m'a particulièrement gonflé, c'est l'image que les américains véhiculent sur Bangkok. En gros, ça se résume aux putes, à la dope et aux mafiosos. C'est crade, ça pue et franchement si on en revient vivant c'est qu'on a eu du pot! Manque de chance, ma douce et moi y sommes allés l'été dernier. On a eu aucune coupure de courant (dans le film il y en a constamment), on a évité la dope et les femmes de mauvaises vie, on a vu des quartiers superbes (et même des quartiers modernes dis donc!) et on est encore là à pouvoir vous parler. Vraiment consternant mais pas étonnant de la part d'une nation qui nous voit encore nous trimballer en 2CV, avec le bérêt et la baguette sous le bras...

very-bad-trip-2-1

Tout n'est pas à jeter. Le réalisateur sait manier la caméra, la bande son est dynamique et surtout il y a Alan. Inadapté chronique, célibataire endurci (peut être gay? Certains indices le laissent penser dans ce film), goujat patenté, ami envahissant et fidèle (il y tient à sa meute)... il sauve le film de la médiocrité extrême. Une sacrée déception même si je ne m'attendais pas à la comédie du siècle.

Posté par Nelfe à 18:41 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 24 novembre 2010

"Date limite" de Todd Phillips

Date_Limite_afficheL'histoire: Cinq jours séparent Peter Highman du jour où il sera père pour la première fois, au terme de la grossesse de sa femme. Tandis qu’il se dépêche de prendre un vol d’Atlanta pour être à ses côtés pour la naissance, ses meilleures intentions s’en vont à vau-l’eau. Une rencontre fortuite avec Ethan Tremblay, un acteur en quête de reconnaissance, force Peter à faire de l’autostop dans une virée qui va le mener à travers le pays, détruisant au passage plusieurs voitures, de nombreuses amitiés et sa dernière résistance.

La critique Nelfesque: J'ai passé un chouette moment devant ce film frais et pas prise de tête pour un sou. Ah ça n'est pas du cinéma d'auteur, il n'y a pas de grandes réflexions philosophiques, mais on ne tombe pas pour autant dans le film facile et niais.

Pourquoi faut-il aller voir ce film? Tout d'abord pour Robert Downey Jr qui est un putain de beau gosse! Dès la première seconde du film... Mon dieu qu'il est beau! Mais en plus d'avoir un physique agréable (promis j'arrête de baver), il joue terriblement bien ce rôle de futur père, architecte, qui n'a pas l'habitude qu'on lui résiste ou qu'on lui dise non. Certaines scènes sont à mourir de rire, j'en pleurais sur mon siège. Je pense notamment à la scène avec le gosse d'une dealeuse que je vous laisserai découvrir. Voici le genre de chose qu'on aurait envie de faire mais que la morale réprouve. A défaut de le vivre, ça fait du bien de le voir.

date_limite_2

Zach Galifianakis est excellent aussi dans le rôle du comédien qui n'est pour l'instant qu'acteur dans sa tête mais qui travaille dur, effeminé sans en faire des tonnes et adorant son chien. La force de son personnage et son côté très pot de colle sur les bords et sa logique peu commune et bien à lui. Rien qu'à voir sa bouille, on rit d'avance. Bref le duo fonctionne et on ne voit pas passer les 1h35 de film. On rit beaucoup mais on est aussi ému par moment.

Un film que je conseillerai à tous ceux qui ont envie de se marrer avec un film léger sur le thème de l'amitié. "Date limite" est un road movie drôle et émouvant à la fois. Une amitié masculine entre couillus. Perso, j'adore. Mention spéciale aussi pour la BO très 70's qui colle parfaitement.

Date_limite1

La critique de Mr K: 4/6 bonne comédie sympathique. Bon elle ne changera pas le monde mais on passe un bon moment. Les deux acteurs principaux s'en donnent à coeur joie et ça se voit! Robert Downey Jr est impeccable dans le rôle du mec sûr de lui et bien sous tout rapport. Pendant tout ce road movie, ça ne va pas lui servir des masses et il s'en prend vraiment pas mal dans la tête (jusqu'à se faire mettre une raclée par un handicapé en fauteuil!). En face, il y a Zach Galifianakis. Tout simplement génial dans son rôle de vieux garçon pas très clair et encore gamin dans sa tête. Mention spéciale à sa démarche (unique!), à ses habitudes hors normes (j'en dis pas plus, allez voir le film) et son franc-parlé pour le moins désarçonnant (passage où son acolyte se confie sur ses rapports avec son père). Sans oublié, le chien qui l'accompagne: trop mignon (j'adore cette race!) et aussi craignos que son maître.

date_limite_3

Le défaut majeur de ce film réside dans son scénario qui est vu et revu. Pas vraiment un seul moment de vraie surprise, certains gags ont déjà été vu (les cendres d'un défunt dans une boite à café déjà fait dans l'inénarrable et génialissime The Big Lebowski) et la fin se révèle cucul à la mode américaine. Mais franchement, en ces temps de disette cinématographique, on passe un bon moment et on sort avec la banane. Franchement... c'est déjà pas mal!

Posté par Nelfe à 18:57 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,