mercredi 15 mars 2017

"Le Principe du désir" de Saïdeh Pakravan

Le Principe du désir

L'histoire : Le couple. Sarah Bly, artiste new-yorkaise en pleine ascension dans le marché de l'art contemporain, rencontre un homme exceptionnel et immensément charismatique, Thaddeus Clark. Non seulement est-il un collectionneur de renommée internationale, un mécène et un géant des marchés financiers mais c'est aussi un être profondément équilibré et adorant la vie. Un homme heureux dont Sarah s'éprend de toute son âme mais avec qui elle ne veut pas vivre une banale histoire d'amour. Pour parer à ce risque, elle fait sien le Principe du désir : puisque nous voulons tous ce que nous n'avons pas, jamais Clark ne verra d'elle autre chose qu'une tiédeur amicale et plutôt indifférente, sauf dans leur vie sexuelle, d'une rare intensité. Devant la poursuivre sans cesse, il continuera à l'aimer. Dans l'état second qui devient le sien, saura-t-elle dépasser sa folie passagère pour arriver à vivre avec Thaddeus ?

La critique de Mr K : Ce titre est le deuxième que je lis de Saïdeh Pakravan après le très réussi La Trêve sorti l’année dernière. En entreprenant cette lecture, j’espérais retrouver la science de la narration et le style brut mais poétique de Saïdeh Pakravan. Bien que totalement différent dans l’histoire et même la forme, Le Principe du désir est une très belle expérience explorant les arcanes du milieu artistique à New York et disséquant une relation amoureuse qui part sur de bien mauvaises bases...

Sarah Bly est une jeune peintre en pleine émergence sur la scène arty avant-gardiste de NYC. À l’occasion du vernissage de sa dernière exposition, elle fait brièvement connaissance avec Thaddeus Clark, un membre de l’establishment new yorkais, amoureux de l’existence, collectionneur d’œuvres d’art en tout genre et magnat financier philanthrope. Malgré cette perfection apparente, Sarah décide d’appliquer l'étrange et malsain "principe du désir". Elle ne se livrera jamais totalement à son compagnon (sauf lors de parties de scrabble endiablées sous la couette), préservant une part de mystère, de résistance qui entretiendra selon elle le désir que lui porte Thaddeus. Bien qu’efficace dans un premier temps, la méthode va vite révéler ses limites, mettant en danger tout ce qui a été construit...

Ce volume de plus de 420 pages se lit très rapidement et avec un plaisir renouvelé. Presque cantonné à un rôle de voyeur, l’essentiel de l’intérêt de ce roman réside dans sa propension à explorer le fonctionnement d’un couple. Sa part de lumière tout d’abord avec deux êtres que tout uni depuis leur amour sincère l’un pour l’autre à leur goût commun pour l’art. Ils étaient vraiment fait pour se rencontrer et c’est avec un plaisir de midinette qu’on suit la première vision de l’autre, le jeu de séduction puis finalement l’officialisation. L’auteur s’y entend à merveille pour nous faire partager les premiers émois, les questionnements du début et Saïdeh Pekravan cisèle ses personnages qui sont d’une densité bluffante, ce qui est un gage de crédibilité et d’intérêt pour le lecteur. Petit bémol, le Thaddeus est presque trop beau pour être vrai, heureusement que la deuxième partie du roman le met à mal et va permettre de fêler un peu ce personnage de prince charmant bien sous tout rapport. 

Sous ses aspects de conte de fée, très vite on sent bien que les choses vont déraper. Sarah en décidant d’adopter une attitude de réserve et en ne s’ouvrant pas complètement à Thaddeus creuse sa propre déchéance. Peu à peu, l’enthousiasme et l’amour semblent se faner, le lecteur assiste impuissant à cet état de fait et clairement on ne peut être indifférent. Pour ma part, Sarah m’a bien énervé à plusieurs reprises à cause de son comportement de jeune fille trop gâtée, qui finalement a plus peur de s’engager qu’autre chose. Pauvre petite fille qui va devenir riche... Certes elle souhaite garder son indépendance, refuse bien des dons précieux que souhaite lui faire Thaddeus mais au bout d’un moment il y a des limites à ne pas franchir, ce qu’elle va bien évidemment faire ! On s’agace donc beaucoup face à ce personnage ambigu qui se révèle avant tout très humain dans ses doutes et ses passions. Les évolutions de sa relation avec Thaddeus sont décrites avec finesse, sans fioriture et avec un goût certain. 

Au delà de cette histoire d’amour étrange, ce livre est l’occasion aussi de se plonger dans le monde de l’art dans le New York d’aujourd’hui. Nous en explorons tous les aspects depuis l’atelier de l’artiste dans un quartier vivant aux salons et salles d’enchères où les fortunes en présence rivalisent pour acquérir les plus belles pièces. Le personnage de Thaddeus est le vecteur central de tout cet aspect du livre, et l’on se plaît à s’intéresser à certains courants artistiques méconnus, à suivre le déroulé d’un vernissage et de la vente qui s’ensuit. C’est enrichissant mais jamais pédant et toujours accessible pour un partage total et un plaisir de lecture toujours intact tout du long des 420 pages de cet ouvrage. 

Au final, on est face à un très bon roman : dense, intimiste et très facile à lire. Une expérience à tenter assurément si les thèmes abordés vous intéressent et que les amours tortueuses ne vous rebutent pas !

Posté par Mr K à 18:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 7 novembre 2016

"La Trêve" de Saïdeh Pakravan

latreve

L’histoire : Plus aucun crime, plus de violence, plus de suicides, plus de crises cardiaques, de viols, de meurtres, d'accidents de voiture, d'agressions. Plus d'appels dans les commissariats, et les urgences des hôpitaux restent vides. La foule enthousiaste danse dans les rues, s'embrasse et scande : "Trêve éternelle !". Pourtant, deux individus sont hantés par une question : la trêve va-t-elle durer, et si oui... jusqu'à quand ?

La critique de Mr K : Aujourd’hui nous partons en Amérique pour passer une journée hors norme en compagnie de Saïdeh Pakravan qui nous propose, avec La Trêve, un roman étrange par sa forme et détonant par son contenu. Cet ouvrage est sorti au mois d’août à l’occasion de la rentrée littéraire et a fait sensation à ce moment là. À mon tour de me plonger dedans...

L’inspecteur Simon Urqhart se réveille le 9 juillet sans savoir encore qu’il va passer une journée extraordinaire. En effet, à partir de minuit plus aucune violence d’aucune sorte n’est commise sur le sol des USA, une espèce de "trêve" a été instaurée et plus personne ne cède à ses bas instincts. Nul ne sait combien de temps cela durera mais l’auteur à travers de nombreux portraits au vitriol va nous conter cette pause dans des vies fauchées, abîmées par l’existence. En parallèle, Simon et son amie journaliste vont chercher à découvrir la vérité sur cet événement incroyable.

Au départ, le lecteur est plutôt désarçonné. En effet, ce roman commence par une multitude d’histoires n’ayant pas de rapport les unes avec les autres. Ces quasi-nouvelles, nous présentent des personnes aux prises avec leur vie difficile et leurs démons qui s’apprêtent à les faire basculer définitivement dans le mal. Ainsi, on passe en revue toute une série de situations plus ou moins éprouvantes comme un couple qui va se séparer, un serial-killer en pleine chasse, des extrémistes prêts à commettre l’irréparable (vous avez la version islamiste et la version WASP dans ce livre), un dépressif au bord du gouffre, une rencontre entre deux âmes esseulées... Autant de situations explosives à plus ou moins brève échéance et que la fameuse trêve va bouleverser d’une manière ou d’une autre.

Petit à petit, l’ensemble prend une cohérence, une homogénéité. En plus de l’enquête de Simon et de sa journaliste de petite amie, on retrouve un triangle amoureux qui va jouer un rôle important par la suite. Ces deux trames sont un peu les fils rouge qui font avancer l’intrigue principale sublimée par le découpage de ces 24h de trêve en tranches / chapitres d’1/4 heure ou 1/2 heure. Le rythme est soutenu, rapide et ne laisse pas la place aux atermoiements et aux pauses. Les cas s’enchaînent et les interrogations s’accumulent menant le lecteur dans des directions très différentes entre exploration des réactions humaines et tentative d’explication du phénomène de la trêve.

Saïdeh Pakravan se révèle être une orfèvre en matière de description et d'analyse des comportements humains présentant les choses de manière accessible et sans barrière morale. Cela donne des passages de haute volée, sans chichis et toujours justes sans tomber dans le pathos ou l’exagération. C’est une certaine Amérique qui nous est donnée à voir à travers ces portraits sans concessions et ces situations du quotidien. Agissant comme un miroir déformant, ce récit révèle une société trop souvent repliée sur elle-même et des êtres poussés à bout par le système ou par le manque de communication entre eux. Le message en filigrane est puissant dans son genre et l’on se surprend à réfléchir à ce qu’on a lu après avoir refermé l’ouvrage, ce qui est gage de qualité vous en conviendrez. Et on se prend à rêver nous aussi qu’une trêve de ce genre soit possible, permettant à l’humanité de faire une pause et de se recentrer sur l’essentiel, à savoir l’écoute et l’empathie de chacun envers les autres.

Le bât blesse légèrement à mes yeux dans une fin que j’ai trouvé pour ma part trop elliptique. Attention, aucun regret d’avoir lu le roman mais je m’attendais à un revirement final autre et un dénouement plus en apothéose. La déception est cependant légère à la vue du plaisir ressenti durant cette lecture qui s’est révélée très vite addictive et totalement jouissive par moment. C'est en grande partie du à la structure générale déployée et une science du récit maîtrisée de main de maître avec comme oripeaux principaux un style immersif au possible et une langue brute et à la fois poétique. Une belle expérience littéraire en tout cas, à tenter si le cœur vous en dit.