samedi 28 janvier 2017

"Nulle et Grande Gueule" de Joyce Carol Oates

Nulle et grande gueule - OatesL'histoire : Elle, c'est Ursula.
Parce qu'elle est grande, très grande, mal dans sa peau, Ursula se surnomme elle-même la Nulle. C'est pourtant, à seize ans, une belle fille, intelligente et d'une volonté peu commune. Solitaire, indépendante, elle ne ressemble pas aux autres.
Lui, c'est Matt.
Doué, drôle, c'est un garçon brillant, apprécié de tous. Il aime faire rire, il parle haut et fort. Trop parfois. Le jour où il a menacé de poser une bombe au lycée, Matt plaisantait. Mais les événements s'enchaînent, prenant une tournure de plus en plus dramatique : soupçonné, accusé, isolé, il voit sa vie devenir peu à peu un enfer. Seule Ursula ne cède pas à la rumeur...

La critique Nelfesque : Joyce Carol Oates et une auteure que j'aime beaucoup. La femme a eu des propos assez incompréhensibles lors des attentats de Charlie Hebdo et j'ai bien failli la boycotter pour le restant de ma vie de lectrice mais je sais aussi faire la part des choses et dissocier le travail d'un artiste en général et ce qu'il a pu faire ou penser dans sa vie privée (suivez mon regard du côté de Polanski avec son renoncement récent à présider les Césars...). Bref, pour vous la faire courte, je n'ai pas pu rester très longtemps éloignée des ouvrages de Oates et j'ai eu très envie de commencer l'année avec un de ses romans. Parce qu'elle a une plume singulière et qu'elle sait me bousculer comme peu d'auteurs savent le faire (et j'aime me faire bousculer (littérairement parlant soyons clair (hum))).

J. C. Oates est du genre prolifique et a publié énormément d'ouvrages (une bonne soixantaine). Il y a donc le choix dans sa bibliographie et autant j'ai lu de véritables chefs d'oeuvre chez elle ("Au commencement était la vie" pour n'en citer qu'un), autant j'en ai lu des plus dispensables selon moi ("Confessions d'un gang de filles" par exemple n'est pas du même niveau). "Nulle et Grande Gueule" se situe en bonne place même si l'auteure en garde ici sous le pied. Pour autant, c'est un bon compromis pour qui veut découvrir sa plume sans tomber dans le trop glauque (parce que l'auteure peut atteindre des sommets de malaise dans certaines de ses oeuvres (ce que pour ma part j'aime vraiment beaucoup chez elle)).

Dans cet ouvrage, Oates s'attaque au mal-être adolescent et à ce microcosme qu'est l'école. En ce lieu, où les adolescents passent la plupart de leur temps, se constituent les amitiés qui peuvent durer toute une vie, naissent les premiers amours et se forge la psychologie de ces adultes en devenir. Comment se perçoivent-ils ? Comment font-ils face aux vents contraires et aux difficultés ? A un âge où le regard que portent les autres sur soi est très important, comment sauver les apparences, gérer ses propres peurs et aller de l'avant ?

Ursula et Matt fréquentent la même école mais ne se connaissent pas. Pourtant, le jour où Matt, garçon drôle, brillant et en vogue, se voit accusé d'une chose qu'il n'a pas commise, ses proches lui tournent le dos. Seule Ursula va prendre sa défense, ne pas se laisser convaincre par les autres élèves et se montrer forte pour deux, elle qui d'ordinaire manque tellement de confiance en elle.

Sous chaque mot, l'angoisse est palpable. Le lecteur, déjà au fait de la plume de l'auteure, craint à chaque minute que la situation ne dérape. Ici, Oates est plus mesurée, moins sombre que dans d'autres de ses romans mais pour autant, elle ne ménage pas ses lecteurs, leur assénant situations borderline sur situations borderline. Paranoïa, médisance, agressions, tentative de suicide, vengeance : les personnages sont confrontés à des situations extrêmes et éprouvantes. Entre euphorie et abattement, il n'y a pas de juste milieu et Oates retranscrit admirablement ici l'adolescence dans tout ce qu'elle peut avoir de fort et de désespéré dans ses comportements et ses relations aux autres.

Encore une fois, difficile de lâcher ce roman avant la dernière page. Avec "Nulle et Grande Gueule", le lecteur est pris en otage et son côté voyeur est plus que jamais sollicité. Jusqu'où une blague, lancée à table entre deux plats, peut-elle conduire un adolescent déçu par ses proches et raillé de tous ? Jusqu'où la méchanceté et la lâcheté peut mener les hommes lorsqu'ils sont en groupe ? Je recommande cet opus à qui s'intéresse à la psychologie et celle des jeunes en particulier. Pour découvrir l'auteure également, ce roman est parfait.

Egalement lu et chroniqué de la même auteure au Capharnaüm éclairé :
- "Confessions d'un gang de filles"
"Au commencement était la vie"
- "Délicieuses pourritures"

Posté par Nelfe à 16:55 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 5 août 2016

Acquisitions estivales

À la faveur d'un séjour au sein de ma belle-famille du Périgord (Ouais, je sais... j'ai carrément de la chance !), j'ai de nouveau craqué... Nelfe nettement moins, mais vous connaissez bien désormais son côté raisonnable. Comme à chaque fois que nous séjournons à Périgueux, il y a des étapes incontournables par lesquelles nous devons passer. D'abord, la Démothèque de Bernard, caverne d'Ali Baba pour tous les amoureux de musique. J'ai pour ma part adopté le fabuleux CD Pet Sounds des Beach Boys (enfin surtout l'oeuvre de Brian Wilson, voir le très beau film Love and mercy qui nous a scotché récemment). Et puis, place à une brocante bien fournie en livres en général et parfois en titres de qualité... Voyez le résultat !

Acquisitions ensemble

11 livres de poche et une BD pour moi, et un livre pour Nelfe. Bonne pioche, non ? J'ai eu la joie de pouvoir trouver des titres d'auteurs hautement appréciés et compléter des séries en cours mais il y a aussi dans ces trouvailles de belles promesses de lecture avec des coups de coeur et des coups de poker. Suivez le guide pour la traditionnelle présentation des nouveaux adoptés !

Acquisitions 1

- L'Ombre du tueur et Exit music de Ian Rankin. Oh joie ! Deux Ian Rankin que je n'ai pas encore lus ! Mes précieux ! J'adore son héros John Rebus dont j'ai d'ailleurs lu une des enquêtes durant ce séjour dans le sud-ouest (chronique à venir dans les prochaines semaines). C'est la promesse de retrouver l'Écosse crépusculaire, la ville d'Edimbourg et des personnages aimés, appréciés à qui il arrive toujours un nombre incroyable de choses. Il ne doit plus me manquer beaucoup de titres de la série.

- Histoires à mourir debout, collectif d'auteurs de la Série noire de Gallimard. Belle initiative que ce recueil de nouvelles noires datant déjà de 1989... Peu importe, ce sera l'occasion de retrouver certains auteurs déjà lus et appréciés et découvrir de nouvelles plumes. Je suis adepte à mes heures perdues de nouvelles sanglantes et implacables. Je crois que je ne serai pas déçu !

Acquisitions 2

- Jusqu'à ce que la mort nous sépare de Lisa Gardner. Là encore, la chance m'a souri en mettant sur ma route ce titre de Lisa Gardner que je n'ai pas lu. Encore une auteure que j'aime tout particulièrement et qui ici va mettre à mal l'institution du mariage avec un mari en apparence sans défauts qui va se révéler être légèrement dérangé... Suspens et page-turner en vue !

- Kraken de China Miéville. C'est tout d'abord la couverture qui m'a attiré l'oeil, car oui, j'aime les tentacules ! Et puis, à la lecture de la quatrième de couverture, on nous promet un Londres interlope, des personnages totalement allumés et un auteur à l'imagination débordante dans la lignée d'un American Gods de Gaïman. Tout part de la disparition improbable d'un calmar géant de huit mètres du muséum d'histoire naturelle de Londres... Pas besoin de m'en dire plus pour me convaincre, j'ai hâte de m'y mettre !

- L'Enfant des cimetières de Sire Cédric. Je vais tenter d'appréhender le "phénomène" par ce premier titre. Entr'aperçu au Hellfest il y a quelques années derrière la horde de jeunes filles en fleur prenant d'assaut son stand pour obtenir une dedicace, l'auteur jouit d'une certaine réputation et je m'étais dit à plusieurs occasions que j'essaierai bien de le lire. L'occasion fait le larron et L'enfant des cimetières promet beaucoup entre vague de meurtres sordides et de suicides et une enquête aux confins du réel. Wait and read !

- La Maison interdite de Dean R. Koontz. Un homme se réveille tous les matins dans un lieu différent, couvert de sang et de dollars, totalement amnésique. Pourquoi et comment ? C'est à la découverte de ces vérités que Koontz nous convie avec pour ma part ma première lecture de cet auteur qui bizarrement n'a jamais retenu mon attention malgré une propension à susciter la peur selon divers avis d'amis. Il est plus que temps que je rattrape le temps perdu avec ce titre qui me donnera envie ou non de poursuivre l'exploration de l'oeuvre de cet auteur.

Acquisitions 3

- Le Ventre de l'Atlantique de Fatou Diome. Une lecture d'actualité avec cette histoire centrée sur les destins d'immigrés aux fortunes diverses et qui naviguent constamment entre espoirs et déceptions. Le sujet m'intéresse et je pense qu'on sera à 10000 lieues des clichés et réactions nationalistes dont on nous abreuve à longueur de temps jusqu'à la nausée. De plus l'auteur m'a été fortement recommandée par des collègues qui s'en servent régulièrement pour parler avec les jeunes dont ils ont la charge. Je crois que je peux plus reculer là... Sans doute, une de mes prochaines lectures.

- Les Nuits blanches et Le Sous-sol de Fiodor Dostoïevski. Que de plaisir partagé avec les lectures de cet immortel de la littérature russe, j'ai notamment adoré L'Idiot (un livre culte à mon avis !) et Crime et châtiment (même chose !) qui m'ont laissé un souvenir incroyable entre reflet sans concession de l'âme humaine et écriture incroyable. Ici, il s'agit de deux courts récits réunis en un seul volume avec une histoire d'amour qui finit mal et un maniaco-dépressif en proie à ses démons. Tout un programme !

- Bord de mer de Véronique Olmi. J'avais apprécié de la même auteur Un autre que moi sorti en début d'année. Le hasard me propose de revenir à Véronique Olmi par le biais de cette histoire âprement simple d'une femme qui emmène ses deux petits garçons en vacances pour la première fois et ceci en pleine nuit, sous la pluie et en dehors des périodes scolaires. Les petits sont inquiets, personnellement moi aussi ! Les éditeurs parlent d'un cri dérangeant, terrifiant et déchirant rien que ça ! Je suis bien curieux de lire ce qu'il en retourne !

- Pauline d'Alexandre Dumas. Impossible de dire non à cet ogre de la littérature qui m'a toujours enthousiasmé par son sens du récit et son érudition contagieuse. On flirte ici avec l'aventure, l'amour et le roman noir à l'anglaise avec la jeune Pauline mariée à un homme diabolique. Je sens que ça va valser sous la couette. Chouette !

Acquisitions 4

- Le Caillou rouge et autres contes de Bazzoli et Caza. Pour tout vous avouer, je n'ai même pas regardé l'intérieur avant de l'acheter, je ne savais pas à quoi ça ressemblait et ce que ça racontait. Mais que voulez-vous, on est fan de Caza ou on ne l'est pas. Les oeuvres du maître restent onéreuses avec le temps et quand une occasion comme celle-ci se présente, on ne passe pas son tour. On se précipite et on défend son acquisition corps et âme. Vous vous dîtes que j'exagère ? Vous vous trompez, je suis bien pire que cela ! 

Acquisitions 5

- Nulle et grande gueule de Joyce Carol Oates. Et voila, la seule et unique acquisition de Miss Nelfe qui pour l'occasion s'est laissée tentée par une de ses auteurs fétiches qui à priori est très douée pour explorer la noirceur de l'âme humaine. Ce roman est placé sous le sceau du soupçon et de la rumeur dans une société en butte au conformisme et à l'hypocrisie. Le genre d'histoire qui ravira j'en suis sûr Nelfe.

Bon ben voila, l'étendue des dégâts ! Et encore, sous les injonctions insistantes (et fondées) de ma chère et tendre, j'ai relâché deux / trois ouvrages qui me faisaient de l'oeil. Les PAL ne s'en voient pas trop augmentées malgré une stagnation inquiétante avant la Rentrée Littéraire qui s'annonce pour très bientôt. Aaaaah, la vie est dure parfois...

mardi 7 juin 2016

"Confessions d'un gang de filles" de Joyce Carol Oates

confessions d'un gang de fillesL'histoire : Un quartier populaire d’une petite ville de l’État de New York dans les années 1950. Cinq lycéennes, pour survivre et se venger des humiliations qu’elles ont subies, concluent un pacte, à la vie, à la mort : elles seront le gang Foxfire. La haine, et surtout celle des hommes, va les entraîner dans une impitoyable équipée sauvage.

La critique Nelfesque : Cela faisait un petit moment que je ne m'étais pas plongée dans un roman de Joyce Carol Oates. J'aime le côté torturé qui émane de son écriture, ses histoires qui prennent aux tripes... On ne ressort par indemne d'un roman de cette auteure. Ses écrits vous collent à la peau et restent longtemps dans votre esprit. C'est avec cette attente que je suis entrée dans "Confessions d'un gang de filles" et je n'aurais peut-être pas dû...

Nous suivons ici l'histoire d'un groupe d'amies. Adolescentes vivant dans une petite ville où tout le monde se connaît, Maddy, Goldie, Lana, Rita et Legs décident d'unir leurs forces, leurs espoirs et leur rage. Ensemble elles forment le gang "Foxfire". Seules, elles sont peu de chose, à 5, elles croquent la vie à pleine dent, prêtes à tout affronter, à s'imposer et à lutter. Une lutte contre le système, une lutte contre les injustices et les incompréhensions, une lutte contre les hommes, une lutte pour la liberté.

"Confessions d'un gang de filles" est le journal de Maddy. Un journal qu'aujourd'hui elle relit au lecteur pour lui faire comprendre les liens qui l'unissaient à ses compagnes de route. Amies / ennemies, choisies parce qu'elles ont toutes une faiblesse qui une fois mises ensemble n'existent plus, ces 5 jeunes filles s'aiment comme on s'aime à l'adolescence avec toute la naïveté, la fidélité et l'excès que cela implique.

Dans ce roman féministe, Joyce Carol Oates nous dépeint des personnages qui tiennent tête aux hommes, qui les défient et décident de ne pas s'y soumettre. Excessives parfois, elles sont l'anti-thèse de la femme au foyer des années 50. Leur rêve n'est pas de se marier et de fonder une famille. Elles veulent rester ensemble, ne compter que sur elles-même et dicter leurs lois. Oui mais voilà, leurs lois va parfois à l'encontre de "la" loi et ces gamines, qui ne sont que des écorchées de la vie, vont se retrouver confrontées au bâton, à l'injustice, au totalitarisme patriarcal et à un système qui tolère des gangs de mecs mais certainement pas des bandes de nénettes. De ce point de vue là, "Confessions d'un gang de filles" est un ouvrage salutaire mais, à mon sens, il manque une étincelle pour que le feu de Foxfire prenne.

Là où je m'attendais à une histoire poignante, à un jusqu'au-boutisme cathartique comme seule Joyce Carol Oates sait le faire, je n'ai trouvé qu'effleurement et superficialité. Ce sentiment vient en très grosse partie du choix qu'a fait l'auteure de nous relater les faits sous forme de journal. La narratrice est l'une de ces jeunes filles, ce n'est pas une professionnelle de l'écriture et Oates a construit tout son roman avec ce postulat de départ. Certains y trouveront la fraîcheur de la jeunesse et un amateurisme touchant. De mon côté, cela a été un frein à l'empathie. On ne retrouve pas ici la boule d'angoisse, le malaise grandissant à chaque page que l'on a pu ressentir avec d'autres romans de cette auteure. On voit poindre la violence sous chaque acte, dans chaque dialogue. J'aurai voulu qu'elle explose et qu'elle se ressente véritablement. Ce n'est pas l'histoire qui est en cause mais réellement ce choix d'écriture. Dommage pour moi...

logo-epub"Confessions d'un gang de filles" est une belle histoire d'amitié, un instantané de l'Amérique des années 50, un drame ordinaire. Vous l'aurez compris, je ne me suis pas sentie assez impliquée dans l'histoire pour réellement l'aimer mais les problématiques que cet ouvrage soulève sont intéressantes : sexisme, violence, perte de repères, démission parentale... Ce roman a été adapté au cinéma par Laurent Cantet (Palme d'Or pour "Entre les murs"). Je suis curieuse de voir qu'elle a été son approche de l'histoire. Peut-être accrocherai-je plus à sa vision qu'à celle de Joyce Carol Oates par les yeux de Maddy.

Posté par Nelfe à 17:16 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 31 janvier 2015

"Au commencement était la vie" de Joyce Carol Oates

Au commencement était la vieL'histoire : Kathleen a onze ans.
Sa mère vient de les quitter pour disparaître à jamais. Son père, dans une crise de démence alcoolique, a battu à mort sa sœur Nola et blessé si grièvement la petite Kathleen qu'elle doit être hospitalisée. Un mois d'hôpital avant l'Assistance publique. Un mois vécu comme un rêve interrompu. Ce rêve, elle croit le reprendre en devenant infirmière et pense trouver le bonheur dans l'amour qu'elle voue à un médecin.
Mais le destin, dans une infernale et implacable logique, va la ramener au commencement de sa vie marquée par l'abandon et la mort.

La critique Nelfesque : De Joyce Carol Oates, je ne connaissais que "Délicieuses pourritures" que j'ai lu il y a 3 ans. J'avais adoré ce bouquin et quand je suis tombée sur "Au commencement étant la vie", j'ai tout de suite su à la lecture de la 4ème de couverture, que celui ci me plairait (sans parler du titre que je trouve superbe). Et bien c'est peu de le dire ! Et à la fin de ma lecture, je me suis empressée d'aller lire les résumés de tous les autres ouvrages de l'auteure (une bonne cinquantaine !) pour en mettre quelques autres dans ma wishlist.

Ce roman est vraiment une expérience émotionnelle. Ce n'est pas une simple lecture où on découvrirait pas à pas l'histoire de Kathleen, cette petite gamine de 11 ans faisant ses premiers pas vers l'âge adulte. C'est vraiment un coup de poing dans le bide.

Le roman commence très fort avec un premier chapitre à vous glacer le sang. Kathleen et sa jeune soeur sont victimes de la violence de leur père, un soir ordinaire. Outre l'atrocité de cette scène, l'issue fatale pousse le lecteur au bord de la nausée. Vraiment, je ne suis pas une petite nature et j'en ai lu des trucs affreux mais là ça va bien au delà. Comprenez que ce n'est pas tant dans les descriptions que l'auteure choque le lecteur mais plus dans ce qu'elle lui donne à ressentir. Nous sommes là témoin d'un moment clé de la vie de Kathleen qui va conditionner toutes ses années à venir.

Le dernier chapitre est en miroir avec ce dernier. Sans trop en dire, il laisse le lecteur dans le même état que quelques pages plus tôt. Entre les deux, la vie de Kathleen se déroule telle que la vie d'une personne brisée peut se dérouler. L'hôpital, l'orphelinat, les familles d'accueil, tel est le quotidien de Kathleen qui va peu à peu se forger une identité et tout faire pour être aimée. On s'attache à son personnage, on rêve pour elle, on croit en l'avenir comme elle, malgré tout. Cette gamine qui a mal commencé sa vie met énormément de soin à être aimable, à bien faire les choses, à donner une bonne impression, à s'appliquer dans le moindre de ses actes à chaque heure de sa vie, sans relâche. Trop peut être, trop sans doute, dans un monde où il est tellement plus facile de se gausser des êtres qui sont différents que de les aider.

J'ai lu ce roman de 150 pages d'une traite. J'en suis ressortie complètement sonnée. Abasourdie par la violence ordinaire présente dans ces quelques pages, hypnotisée par un destin que j'ai dévoré presque de façon malsaine, comme une voyeuse, et écoeurée par les choix de Kathleen impardonnables mais tellement compréhensibles... En fermant mon livre, j'étais mal, physiquement mal. Consciente d'avoir vécu une expérience littéraire hors du commun qui laisse des traces dans la vie d'un lecteur.

Je vous conseille vivement ce roman. Vraiment. Pour l'expérience, parce qu'il ne peut pas laisser indifférent, pour réveiller chez vous cette part d'humanité qui parfois dans le quotidien peut être cachée sous une couche de choses futiles accumulées avec le temps. Parce que la vie est belle souvent mais peut parfois se révéler être d'une laideur abjecte pour certains et qu'il ne faut pas l'oublier. Ne passez pas à côté de ce roman.

Egalement lu et chroniqué de la même auteure au Capharnaüm éclairé :
- Délicieuses pourritures

Posté par Nelfe à 19:31 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 28 août 2014

La PAL grandit !

achats

Petites PAL deviendront grandes. Et puis si elles le sont déjà, et bien elles le seront encore plus ! On va pas s'embêter avec ça quand même. Comme dirait mémé : "Quand y a de la gêne, y a pas de plaisir". Voilà un problème de moins ^^

Hier après-midi, nous nous sommes dirigés vers notre Emmaüs chéri. Nous savions que c'était mauvais signe pour nos PAL. Nous n'y allions pas pour cela à la base mais allez résister à une telle tentation !

PAL +2 pour moi. + 11 pour Mr K (ah ah aucune volonté !)

En détail pour moi :

Bouquins cc

- "Au commencement était la vie" de Joyce Carol Oates : parce que j'ai vraiment beaucoup aimé Délicieuses pourritures du même auteur.
- "Disgrâce" de J.M. Coetzee : parce que j'ai craqué sur la couverture (et puis c'est un Prix Nobel de littérature).

Et pour Mr K :

Bouquins jj

- "L'arrière-monde" de Pierre Gripari : un livre qui m'intrigue beaucoup pour un auteur que j'adorais étant enfant avec ses recueils de contes (Ah, l'inénarrable sorcière du placard à balai !). Ici, on change du tout au tout avec des nouvelles qui ont l'air bien barrées... wait and see !
- "Le pêcheur" de Clifford D. Simak : un livre d'un de mes auteurs préférés de SF ça ne se refuse pas ! Il est question dans ce volume d'exploration mentale de l'espace et de possession par un esprit alien... Tout un programme !
- "Apparition" et "Le trône de satan" de Graham Masterton : histoire de conjurer la mauvaise impression que cet auteur m'avait laissé lors de ma dernière lecture, je tombais deux fois dans le piège de quatrième de couvertures séduisantes où il est question de diable et de maison hantée. À moi, les nuits agitées !
- "L'aube incertaine" de Roland C. Wagner : disparu trop tôt, ce fer de lance de la SF française méritait bien que j'adopte ce petit volume qui m'a l'air des plus sympathiques entre roman policier, SF et saillies humoristiques.

Bouquins jj 2

- "Pour adultes seulement" de Philip Le Roy : l'occasion fait le larron et j'avais adoré "Le Dernier testament" du même auteur. Ici il est question de flics ripoux et le roman semble prendre la forme d'un road movie déjanté. Ça promet !
- "Séquestrée" de Chevy Stevens : une victime d'un serial killer s'échappe après 12 ans de séquestration pour autant elle n'en a pas fini avec lui. Recommandé par Lisa Gardner que j'affectionne, je me suis laissé tenter. Il s'agit d'un coup de poker.
- "Le murmure des loups" de Serge Brussolo : parce qu'un Brussolo ça ne se refuse pas et qu'en plus, je n'en avais plus dans ma PAL !
- "Bande originale" de Rob Sheffield : une histoire d'amour vu à travers le prisme du rock and roll. Très alléchant comme pitch, je ne pouvais pas passer à côté !

Bouquins jj 3

- "Le racisme expliqué à ma fille" de Tahar Ben Jelloun : je n'en avais lu que des extrait jusqu'alors, il était temps de réparer ce tort. Surtout que cela semble plus que nécessaire par les temps qui courent...
- "L'autre monde" de Michal Ajvaz : une grosse curiosité m'a poussé à acquérir ce livre qui apparaît comme un ovni. Le narrateur fait de constants aller retour entre le présent et un passé fantasmé. Ce sera un saut dans l'inconnu que cette lecture !
- "Pas nette la planète !" de Plantu : un recueil de plus dans ma collection, celui-ci est beaucoup plus vieux que mes précédents achats, il date de 1984 ! Cela promet un beau voyage dans le temps !

--------------------

Et bien je crois qu'il va falloir qu'on s'y mette maintenant ! Bonnes lectures à tous !

dimanche 8 mai 2011

"Délicieuses pourritures" de Joyce Carol Oates

Delicieuses_pourrituresL'histoire: Un campus féminin, dans la Nouvelle-Angleterre des années 1970. Gillian Bauer, vingt ans, brillante étudiante de troisième année, tombe amoureuse de son charismatique professeur de littérature, Andre Harrow.
Celui-ci a décidé de faire écrire et partager en classe à ses élèves leur journal intime. Et gloire à celle qui offrira son intimité en pâture!
Anorexie, pyromanie, comportements suicidaires... un drame se noue. En son centre, l'épouse du professeur, énigmatique sculptrice qui collectionne la laideur.

La critique Nelfesque: Voici un roman court (126 pages) mais efficace. Pas de temps morts dans ce récit qui présente une année dans la vie d’une jeune étudiante américaine amoureuse de son professeur de littérature. On pouvait s’attendre à une bleuette, à une fixation sur ce bel homme dont toutes les filles de l’université sont amoureuses mais on était bien loin de s’imaginer ce que ce roman révèlerait.

Bien loin du simple amour impossible, nous suivons Gillian, élève douée mais timide, pensionnaire au Heath Cottage avec une dizaine de ses camarades, dans la course vers l’obtention des faveurs de Mr Harrow. Laquelle sera la plus prometteuse? Qui saura aller le plus loin et se livrer corps et âme lors de leurs ateliers de poésie? « Allez plus profond. Cherchez la jugulaire » tel est la maxime de leur professeur qui veut faire sortir de ses élèves leur part d’ombre, leurs secrets inavoués, la matière à travailler qui fera d’elles de grands auteurs. C’est donc le prix de l’impudeur, du don de soi à l’extrême et du sacrifice qu’elles devront payer. La jalousie et la cachotterie pousseront ces jeunes filles bien sous tous rapports à des actes violents et destructeurs: tentatives de suicide, anorexie, pyromanie…

Mais la recherche de l’Art et les beaux yeux de Mr Harrow justifient-ils de tels sacrifices? Que vont réellement trouver ces jeunes filles, et Gillian en particulier, en se pliant aux exigences de ce professeur?

Ce roman réserve bien des surprises à son lecteur tant les personnages sont tordus et malsains. Les sentiments qui les lient sont complexes et, coupées de tout résonnement logique, ces élèves sont capables de tout. En avançant dans la lecture, on franchit des paliers dans le sordide et peu à peu on se retrouve piégé comme Gillian dans une toile dont on n’aurait pas soupçonné l’existence… Un très grand roman!

Posté par Nelfe à 19:16 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,