lundi 24 octobre 2011

"Le Bizarre incident du chien pendant la nuit" de Mark Haddon

bizarreL'histoire: Christopher a quinze ans. Il comprend les mathématiques et la théorie de la relativité. Ce qu'il ne comprend pas bien, ce sont les autres êtres humains. Il aime les listes, les plans et la vérité. Il déteste le jaune et le marron. Il n'est jamais allé plus loin que le bout de sa rue tout seul. Pourtant, lorsqu'il découvre le chien de sa voisine transpercé d'une fourche, il décide de partir à la recherche du meurtrier et de s'en inspirer pour écrire un roman policier. Mais son enquête va bouleverser le délicat équilibre de l'univers qu'il s'était construit...

La critique Nelfesque: J'avais entendu parler de ce roman jeunesse au titre à rallonge assez énigmatique et étrange. C'est avant tout pour ce dernier que je me suis laissée tenter par ce roman. Et oui, ça m'arrive... J'aurai juste dû m'abstenir cette fois ci!

Christopher est un jeune surdoué des mathématiques et des matières scientifiques, il va d'ailleurs passer son A-level en fin d'année, mais pour le reste, il a quelques problèmes. Retardé et ayant un comportement agressif dans certaines situations, il a sa façon de voir les choses et de les ressentir. En fait tout le roman est basé là dessus. L'enquête du chien qui s'est fait tuer pendant la nuit n'est en fait qu'un prétexte.

Mark Haddon adopte le point de vue de Christopher dans ce roman et c'est au gamin que nous avons affaire pendant presque 300 pages. Nous devons épouser son goût immodéré pour les mathématiques et ses raisonnements atypiques sans cesse sous forme d'équations ou de problèmes. Ce parti pris, amusant et séduisant (surtout pour les scientifiques) au départ, se révelle redondant et lourd, dépassées les 100 premières pages.

Vide de vie, on fini par lire "Le Bizarre incident du chien pendant la nuit" sans réel intérêt, les raisonnements scientifiques empéchant toute empathie à l'égard du jeune homme et de ce qu'il vit.

Comme je le disais précédemment, l'enquête n'est qu'un prétexte et ne lisez surtout pas ce roman dans l'optique de lire un thriller (même jeunesse) car vous serez déçu. C'est la vie quotidienne de Christopher qui nous est proposée, ses problèmes relationnelles, sa vie avec son père, ses secrets. Au final même le mystère qui plane sur la mort de sa mère ne nous fait pas ressentir le moindre sentiment.

Je ressors de cette lecture assez déçue, avec l'impression d'avoir perdu mon temps. Certes c'est un roman jeunesse, mais les structures de phrases sont d'une simplicité soporifique et sur le thème du gamin retardé, j'ai lu bien plus passionnant et émouvant ("Des Fleurs pour Algernon" pour ne citer que lui (beaucoup plus adulte, je le concède)). Un coup dans l'eau...

Posté par Nelfe à 16:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 28 octobre 2009

"Bis" de David Eagleman

bisL'histoire: Qu'y a-t'il après la mort? Le Paradis existe-t'il? A quoi ressemble-t'il? Avec un humour inattendu, Bis propose 40 variations sur le thème de Dieu et de l'Au-delà. Ici, Dieu est une femme; là, c'est un homme ou un couple... Ici, Il a la taille d'un microbe et ne sait pas que l'homme existe; là, Il vénère Mary Shelley et son Frankenstein. Dans l'Au-delà, vous revivez votre vie à rebours; vous devenez la personne de votre choix ou vous êtes un acteur dans les rêves des vivants... Autant de scénarios loufoques et d'hypothèses insolites qui bousculent avec optimisme nos représentations étroites et font écho aux grandes questions de l'humanité.

La critique Nelfesque: Je suis assez mitigée sur cet ouvrage. L'écriture est fluide, les nouvelles sont courtes, pas plus de 4 pages. A peine le temps d'entrer dans l'histoire, de "digérer" une nouvelle, que l'on passe à la suivante. Ce premier point m'a un peu déroutée et je n'ai pas vraiment pu accrocher à certaines nouvelles que je me suis surprise à lire sans être là (en laissant mon cerveau de côté). Je suis donc passée à côté de pas mal de chroniques. Peut être aurai-je dû lire ce livre avec parcimonie, entre 2 chapitres d'un autre bouquin pour vraiment l'apprécier. C'est en tout cas ce que je conseillerai de faire aux futurs lecteurs de cet ouvrage.

Un second point m'a gêné: le thème de l'ensemble. Pour recadrer les choses et afin de faire comprendre au mieux mon point de vue, il faut savoir une chose: je suis une catholique croyante. J'ai une image assez nette de ce qu'est Dieu et à quoi ressemble l'autre côté du miroir. Que j'ai raison ou tort n'est pas la question, je m'en rendrai bien compte un jour ou l'autre quand je passerai de vie à trépas mais, au jour d'aujourd'hui, j'ai du mal à m'imaginer que Dieu puisse être un microbe ou que l'Au-delà puisse être un remake de notre vie ici bas. C'est mon éducation religieuse qui veut ça. Alors quand l'auteur utilise le "vous" ou le "nous" comme système d'énonciation, n'adhérant pas à l'idée, je ne peux m'identifier. Pas mal de chroniques m'ont donc quelque peu agacées. Celles qui trouvent grâce à mes yeux, et que j'ai trouvé vraiment pas mal, sont celles qui ont prit le partie de verser dans la SF ou, comme celle intitulée Oz, se termine sur le néant. Ces dernières sont intéressantes et originales et mériteraient d'être développer ou creuser.

Je ne peux donc pas dire si j'ai aimé ou détesté cet ouvrage. Si il n'était pas aussi hétéroclite, il aurait été plus facile de se prononcer. Pour moi il y a, dans ces chroniques, du bon, du très bon, du déjà vu et du mauvais goût évident.

Posté par Nelfe à 15:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,