mercredi 26 août 2015

"Le Cycle d'Elric" de Michael Moorcock

ElricL'histoire: Un temps vint où il y eut de grandes transformations sur la face de la Terre et dans les Cieux, où la destinée de l'Homme et des Dieux fut martelée dans la forge de la Fatalité, où des guerres monstrueuses et des actions d'éclat se préparèrent dans l'ombre. Et en ce temps-là des héros se dressèrent. Le plus grand de ces héros était un aventurier au funeste destin, armé d'une épée runique gémissante qu'il haïssait. Son nom était Elric de Melniboné, Prince des Ruines, seigneur d'une race éparpillée sur un monde qu'elle avait jadis dominé. Elric, sorcier et homme d'épée, homme de guerre et de magie, souillé du sang de sa race, destructeur de sa patrie, albinos au blanc visage et dernier de sa lignée.

La critique de Mr K: Suite à une première lecture enthousiasmante de l'intégrale Hawkmoon du même auteur, j'avais annoncé en fin de post que j'essaierais de me dégoter Le Cycle d'Elric considéré comme son chef d'oeuvre. Un vide-grenier assez récent m'a permis de réaliser la transaction et je décidai de lire tout le cycle durant notre séjour auvergnat. 7 volumes à mon actif donc, 2 de moins que la version ultime récemment ressortie mais tout de même une sacrée expérience littéraire et des moments d'évasion rares.

Ce coffret Presse Pocket comprend les titres suivants:

- Elric des dragons
- La Forteresse de la perle
- Le Navigateur sur les mers du destin
- Elric le nécromancien
- La Sorcière dormante
- L'Epée noire
- Stormbringer

Elric integrale

Ce cycle se constitue en fait de longues nouvelles mises bout à bout pour former une vaste saga mettant en scène Elric de Melniboné, prince souffreteux de son peuple, qui a besoin de la magie pour maintenir sa santé. Albinos de naissance, il a fort à faire au départ avec son cousin ambitieux qui souhaite plus que tout l'évincer du trône. Au fil des histoires, notre héros partira en exil et mènera maintes quêtes et guerres à travers un monde imaginaire vaste et dangereux. Grand fan du genre Sword and sorcery, Moorcock s'éloigne donc du type d'univers proposé par Martin ou Tolkien, on se rapproche plus ici de Sapowski ou encore Howard (l'auteur de la saga des Conan le Cimmérien). Pour autant, il y a ce petit truc en plus, cette grande finesse qui fait que l'on passe de la bonne expérience à celle dont on se souviendra longtemps.

Malgré un univers dominé par l'Ordre et le Chaos, on ne tombe jamais ici dans le manichéisme simpliste. En témoigne, un héros torturé au charisme impressionnant. Bien que serviteur de Dieux dits mauvais, sa conscience le différencie de ses congénères et nous porte à croire qu'il suit une certaine forme de chemin de rédemption. Au moment où l'on pense que c'est en bonne voie, l'auteur se plaît à redistribuer les cartes de façon inopinée et cruelle. Elric est vraiment un personnage à part dans le domaine de la fantasy, un être qui se joue des codes et des attentes qu'il suscite. J'ai été surpris plus d'une fois par ce personnage auquel je me suis attaché dès le premier volume et qui se débat avec un destin omnipotent et un monde au bord du gouffre.

Il faut dire qu'il n'est pas aidé! Son albinisme l'affaiblit beaucoup ce qui est plus que préoccupant dans un monde où prévaut la force et l'aptitude au commandement. Il devient vite maître de la lame du chaos Stormbringer (super jeu de rôle papier auquel j'ai joué au début des années 90'!) qui non content de tailler en pièce ses adversaires, absorbe leur âme et transfert l'énergie vitale du défunt à son propriétaire! Bien pratique me direz-vous, mais attention, tout a un prix et l'on sent bien qu'il sera élevé! Heureusement, il peut compter sur des amitiés et des relations pour l'aider face à l'adversité. Et même s'il ne fait pas bon être l'ami d'Elric (leurs rangs ont tendance à diminuer au fil des lectures!), il peut compter notamment sur un mystérieux archer rouge, Tristelune un guerrier fidèle qui s’avérera devenir son seul et unique ami et quelques conquêtes féminines qui lui permettront d'essayer de changer de vie et de s'éloigner d'un destin mortifère. Du moins le croit-il!

On voyage beaucoup tout au long de ces sept volumes: forêts impénétrables peuplées de créatures ragoûtantes, déserts arides où se cachent de mystérieux édifices, cités portuaires animées, océans sans fin et sans limite de dimension, montagnes reculées, rêves aussi réels que la réalité et bien d'autres lieux que je vous laisserai découvrir. On croise rois et empereurs, sorciers et manants, armées en déroute et moultes créatures fantastiques. Moments intimistes, batailles rangées, invocations d'élémentaires et de divinités, magie de bas étage, Elric c'est un peu tout ça à la fois. Un savant mélange qui procure une évasion totale. Le background sans être pesant est complet et peu à peu donne une dimension grandiose à l'ensemble de la saga. Bien que porté vers l'action, Moorcock ne lésine pas sur les descriptions qui sont immersives à souhait et provoquent un plaisir de lecture immédiat.

Au fil de ces aventures, Elric va changer ainsi que le monde qui l'abrite. Le personnage évolue sans que l'on puisse vraiment deviner à l'avance ce qui va lui arriver et même au début de l'ultime volume, on ne sait pas le sort qui lui est vraiment réservé. Mes attentes ont été comblé sans longueurs ni passages inutiles. Du plaisir pur du début à la fin! L'écriture est encore plus subtile que dans la saga Hawkmoon et je confirme qu'Elric lui est supérieur car moins stéréotypé et une attirance non feinte pour les ténèbres de l'auteur fait que la fantasy se fait ici sombre et sans espoir. Un must dans le genre qui vous transportera vers des sphères inconnues au plaisir des lectures envoûtantes et exceptionnelles. 

Posté par Mr K à 19:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 5 juillet 2015

Satané vide-grenier !

Le week-end dernier, Nelfe et moi nous sommes rendus au vide-grenier de notre quartier comme chaque année. Galettes-saucisses (miam miam!) et grillades côtoient des personnes venues céder à des prix imbattables tout ce qu'ils ne veulent plus chez eux. C'est l'occasion d'observer la grande capacité des êtres humains à conserver un nombre incroyable de bibelots ringards et autres objets farfelus! On est tous pareils et ça m'a rassuré quand je pense aux caisses qui encombrent encore le grenier depuis notre aménagement, il y a plus de deux ans!

Là où la problématique se corse c'est que ses personnes vendent aussi des livres... Vous connaissez ma faible propension à résister à la tentation en matière d'occaz livresque! En plus, cette année une dame vendait un grand nombre des livres de SF de son fils parti habiter en Amérique. Gasp! C'était un combat perdu d'avance... Jugez-plutôt!

IMG_2294

- Le Cycle d'Elric de Michael Moorcock. J'avais adoré l'intégrale Hawkmoon et je recherchais depuis un certain temps cette intégrale qui m'a tendu ses petits bras et surtout ses sept volumes impeccablement conservés. Wahou! Ca c'est de l'occaz! Je prends et je pense lire le tout pendant notre séjour à la montagne cet été.

- Les Solariens de Norman Spinrad. Un des papes de la SF avec en plus ce roman qui s'avère être son tout premier, le récit d'une guerre future de l'humanité disséminée dans l'espace devant faire face à une menace terrifiante venue d'ailleurs. Je suis bien curieux de lire cela! Là encore, un livre qui ne traînera pas dans ma PAL.

- Intrusion de Richard Matheson. Il s'agit du volume 2 de l'intégrale de ses nouvelles rééditées chez Flammarion en 1999. On ne peut pas dire non à cet auteur surtout en matière de nouvelles de SF. J'en connais déjà certaines mais d'autres vont me permettre de poursuivre mon exploration de l'univers de ce grand auteur, classique des classiques en matière d'anticipation.

- Le Chat passe-muraille de Robert A. Heinlein. Rencontre improbable entre la SF et un multivers farfelu constellé de personnages délirants, j'attends beaucoup de ce livre qui semble sortir des sentiers balisés de ce grand nom de la SF. Wait and see!

- L'Âge des étoiles de Robert A. Heinlein. Livre cadeau de la vendeuse (ben oui, on inspire la gentillesse, nous!), il est question de voyage interstellaire et d'une drôle de créature tour à tour séduisante et inquiétante. Une drôle d'histoire que j'attends de découvrir avec impatience.

- Contes de la rose pourpre de Michel Faber. Il s'agit de l'auteur de Under the skin, livre que je n'ai toujours pas lu et qui est dans ma PAL depuis trop longtemps. J'avais adoré le film qui en avait été tiré, un de mes gros coups de coeur cinéma de 2014. La réputation de cet auteur est flatteuse et ce portrait de l'Angleterre victorienne a tout pour me séduire vu les avis lus sur la blogosphère. Je le lirai après le sus-cité que je pratiquerai durant l'été.

- Chiens sales de François Barcelo. Coup de poker que cette acquisition où il est question de ripoux et de bavures au Québec. J'aime beaucoup la collection Série Noire de Gallimard. Nous verrons ce que cela donne.

- 35 kg d'espoir d'Anna Gavalda. Il s'agit de la seule acquisition de Nelfe cette fois ci et encore c'est parce qu'elle l'a vu avant moi! Je le lirai aussi, un extrait de ce roman parlant du passage à l'adolescence a été utilisé il y a quelques années pour l'épreuve de français du DNB professionnel et ce sujet m'avait beaucoup plu. Ce sera sans doute une lecture plaisante et rapide.

Le craquage fut tout de même limité comme vous pouvez le constater. Ma PAL a pris un petit coup cette fois ci, heureusement que mon rythme de lecture est assez soutenu.

Il ne reste plus qu'à lire tout cela, chroniques à suivre dans les mois à venir.

vendredi 17 mai 2013

"La Légende de Hawkmoon" de Michael Moorcock

livre-la-legende-de-hawkmoon-230-2L'histoire: Voici l'histoire de Dorian Hawkmoon, duc de Köln, qui fit alliance avec le comte d'Airain dans sa lutte contre les hordes cruelles du Ténébreux Empire de Granbretanne et comment il triompha, comment il voyagea dans les dimensions du Multivers pour retrouver les siens et comment il affronta les puissances du Chaos.

Cycle 1: Le Joyau noir, Le Dieu fou, l'Épée de l'Aurore et Le Secret des Runes.
Cycle 2: Le Comte Airain, Le Champion de Garathorn, La Quête de Tanelorn.

La critique de Mr K: J'errais une fois de plus de façon innocente et désintéressée dans le rayon SF / fantasy de mon libraire préféré quand je tombais inopinément sur le présent volume. D'un coup, me sont revenus en tête toute une série de souvenirs de fin de collège lorsque je participais comme joueur à des séances du jeu de rôle papier Hawkmoon tiré de l'oeuvre de Moorcock. 21 ans après, il était plus que temps que je m'y mette!

La présente édition est une compilation des sept romans formant la saga Hawkmoon. Les éditions Omnibus sont les spécialistes de cet exercice avec quatre excellents volumes de nouvelles de K. Dick, une intégrale Silverberg et une autre de Pierre Boulle. J'affectionne tout particulièrement le papier bible et la typographie propre à cette collection qui m'ont à chaque fois apporté un grand plaisir de lecture. On peut séparer les sept romans en deux grandes sagas indépendantes l'une de l'autre malgré des liens parfois ténus. La première partie décrit la résistance du champion éternel (alias Hawkmoon) face aux forces destructrices et totalitaires de l'empire de Granbretanne. La deuxième est déjà beaucoup moins convenue avec sa recherche éperdue des membres de sa famille égarés dans d'autres dimensions où il rencontrera de nombreux avatars de lui-même.

Avec Moorcock c'est un tout autre aspect de la fantasy qui est abordée par rapport à Tolkien et Martin. On se rapproche plus d'un Sapowski ou d'un Howard notamment lors de la première partie évoquée précédemment: beaucoup de baston donc (du sang et de la boyasse par litres), et des rebondissements comme s'il en pleuvait. Pour autant l'auteur ne délaisse pas la psychologie des personnages et même si parfois cette dernière est très limitée voir caricaturale, on se prend au jeu et on s'attache aux personnages. J'ai tout particulièrement apprécié les compagnons de route du duc Hawkmoon avec une tendresse particulière pour l'ex félon d'origine française D'Averc. Certaines descriptions sont aussi très percutantes et immersives, je pense notamment au premier contact qu'a le lecteur avec le château de Kamarg du duc d'Airain.

Tout change dans la seconde partie avec un basculement aussi surprenant que puissant dans des réalités autres, des dimensions parallèles où le monde d'Hawkmoon a évolué différemment. On sort alors de la fantasy classique pour se retrouver plongé dans un mélange improbable (mais néanmoins très réussi) de fantasy et d'éléments SF. Le rythme est alors plus lent, des passages complètement psychés apparaissent et j'ai été pour ma part totalement conquis. Le personnage principal gagne en épaisseur, il n'est plus la simple brute revancharde que l'on a suivi lors de ses divers affrontements avec le sinistre empire, c'est aussi un homme de chair et de sang, séparé des siens et donc un homme diminué avec ses faiblesses et ses espérances secrètes.

950 pages après, sur une lecture qui a duré deux semaines, mon bilan est plus que positif. Le début s'est révélé quelque peu décevant car prévisible mais à partir de la deux centième page, le charme de l'écriture de Moorcoock agit: il allie à la fois richesse et finesse pour les descriptions, et l'immédiateté et la simplicité pour les scènes d'action qui sont ici nombreuses. Beaucoup de fureur donc dans une ambiance épique à souhait même s'il faut bien avouer qu'il n'atteint pas les maîtres précités. Une très belle lecture qui en appelle d'autres notamment celle du Cycle d'Elric, autre avatar du champion éternel. Du bonheur en perspective!

Posté par Mr K à 19:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,