vendredi 22 juillet 2016

"Le Coeur cousu" de Carole Martinez

Le Coeur cousu

L'histoire : "Ecoutez, mes sœurs ! Ecoutez cette rumeur qui emplit la nuit ! Ecoutez... le bruit des mères ! Des choses sacrées se murmurent dans l'ombre des cuisines. Au fond des vieilles casseroles, dans des odeurs d'épices, magie et recettes se côtoient. Les douleurs muettes de nos mères leur ont bâillonné le cœur. Leurs plaintes sont passées dans les soupes : larmes de lait, de sang, larmes épicées, saveurs salées, sucrées. Onctueuses larmes au palais des hommes!"

Frasquita Carasco a dans son village du sud de l'Espagne une réputation de magicienne, ou de sorcière. Ses dons se transmettent aux vêtements qu'elle coud, aux objets qu'elle brode : les fleurs de tissu créées pour une robe de mariée sont tellement vivantes qu'elles faneront sous le regard jaloux des villageoises ; un éventail reproduit avec une telle perfection les ailes d'un papillon qu'il s'envolera par la fenêtre : le cœur de soie qu'elle cache sous le vêtement de la Madone menée en procession semble palpiter miraculeusement...

Frasquita a été jouée et perdue par son mari lors d'un combat de coqs. Réprouvée par le village pour cet adultère, la voilà condamnée à l'errance à travers l'Andalousie que les révoltes paysannes mettent à feu et à sang, suivie de ses marmots eux aussi pourvus - ou accablés - de dons surnaturels...

La critique de Mr K : Dans un des articles dédiés à nos acquisitions frénétiques, je vous avais présenté mon engouement pour ce titre qui promettait monts et merveilles à la lecture de la quatrième de couverture. Certains d'entre vous m'avaient fortement incité à lire Le Cœur cousu de Carole Martinez et donc de le mettre dans ma liste prioritaire de lecture tant cet ouvrage les avait bouleversé et ému. J'ai suivi vos conseils et je vous rejoins entièrement : ce livre est une petit bombe d'intelligence, de poésie et d'une richesse narrative incroyable. Quel voyage !

C'est la destinée de toute une famille et plus particulièrement celle des femmes qui la composent que nous invite à suivre Carole Martinez. Par le biais du regard de Soledad (la petite dernière d'une fratrie de sept enfants !), nous découvrons Frasquita (la maman) au moment où elle reçoit de sa mère une mystérieuse boîte. Ce rituel familial relève de la transmission d'un don de mère en fille sauf qu'on ne sait jamais à l'avance ce que va contenir la fameuse boîte ! Pour Frasquita, ce sera la couture mais pas seulement dans le sens commun que cela implique. Magicienne du fil et de l'aiguille, elle crée et rafistole les textiles mais s'occupe aussi des corps et des âmes égarés. A la fois bénédiction et malédiction, ce don est à l'origine de tout ce qui va suivre et va la confronter aux autres entre admiration et crainte.

C'est le commencement d'une vie dense entre joies (la maternité, l'utilisation du don...) et grandes peines (le mariage raté, des décès prématurés, commérages et médisances de la foule...). Se déroulant dans le sud de l'Espagne au XIXème siècle, ce récit est une belle illustration de la rudesse des mœurs de l'époque avec notamment le machisme ambiant et institutionnalisé à tous les niveaux, notamment dans le fonctionnement des familles. Ce livre est une belle déclaration d'amour aux femmes, à leur importance et leur abnégation face à la pression masculine et parfois son incurie. Dans ce domaine, certains passages sont violents et âpres mais éclairants et structurants dans l'évolution de l'histoire. Le récit est divisé en trois parties qui découlent de cela et des choix effectués par l'héroïne : la vie au village pour commencer avec un beau portrait sociologique de ce microcosme vivant en vase clos, la fuite vers un ailleurs meilleur ensuite avec une évocation saisissante des révoltes paysannes de l'époque (contrecoup des frémissements communistes et anarchistes en Russie) et enfin l'installation dans un nouveau monde prometteur qui se révélera lui aussi décevant.

Le charme opère instantanément dès que l'on a parcouru les premières pages de l'ouvrage. L'auteure y apporte une diversité de ton et de forme qui font qu'on a l'impression de se retrouver à la confluence du conte, de l'épopée type Odyssée et du récit initiatique féministe. Dès lors le quotidien décrit dérive vers le merveilleux et l’extraordinaire malgré des retombées dans la bassesse humaine aussi régulières que poignantes. Au détour des péripéties nombreuses qui peuplent ce roman, l'auteure convoque des éléments, de nouveaux personnages, des artifices appartenant aux genres pré-cités comme un ogre inquiétant, la magie qui opère avec les dons de Frasquita et ses enfants, des phénomènes étranges... Cela donne un caractère universel à ce récit où l'on retrouve nombre de thématiques, de messages moraux en filigrane qui toucheront chacun à sa mesure. L'extrême violence qui se dégage de certaines scènes ou rapports entre personnages n'est pas sans rappeler certains passages de Perrault, Grimm et consorts (à voir aussi le très beau Tale of Tales sorti au cinéma l'année dernière) où la violence use de sa fonction cathartique pour servir le récit, l'illustrer et provoquer la réflexion chez le lecteur notamment sur le rapport à autrui et l'inscription de chacun dans la marche du monde. L'ensemble en tout cas est novateur, bien ficelé et efficace, l'addiction est donc totale et irréversible.

Quel plaisir de lecture en tout cas ! La langue est belle, onctueuse, gouleyante, imagée et parfois brute de décoffrage. La matière est belle et le contenu stupéfiant, balançant continuellement entre la chronique familiale et un quotidien tirant vers un imaginaire qui peut surgir à tout moment de nulle part. On ressort ébloui et touché en plein cœur, un moment de grâce rare pour un merveilleux ouvrage. Vous savez ce qu'il vous reste à faire !

Posté par Mr K à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,